A l’occasion de son interview du 14 juillet, François Hollande est revenu sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, un sujet auquel il semblait avoir renoncé mais pas tant que ça apparemment: « Peut-on comprendre que des gens qui sont là depuis vingt ans, trente ans, ne puissent pas voter? Je ne renonce pas à ce que des majorités se constituent. «  Il veut seulement se donner plus de temps et ne l’envisagerait que pour 2016, dans l’objectif d’obtenir un consensus. Il faudrait pour cela que le Parlement et le Sénat l’adoptent et  qu’il ait une majorité de trois cinquièmes au Congrès réuni à Versailles. C’est donc loin d’être passé.

Hollande compte sur une amélioration du climat social et politique pour rendre le projet acceptable aux Français mais cela reste bien hypothétique. L’UMP et le FN ont déjà affirmé leur opposition au droit de vote des étrangers et la proposition est loin d’être acceptée par tous au sein de la majorité. Quant à l’électorat traditionnel d’origine immigrée, il ne cesse de se détourner du PS depuis les dernières élections.  Cette annonce ressemble plus à de la provocation. Tout cela reste malgré tout assez vague quand on voit les autre réformes sociétales et institutionnelles qu’il a annoncées dans ce même interview.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. « Peut-on comprendre que des gens qui sont là depuis vingt ans, trente ans, ne puissent pas voter? »
    la réponse est très simple: peut-on comprendre que des gens qui sont là depuis vingt ans, trente ans, et QUI AURAIENT RÉELLEMENT le désire de se considérer comme français (donc de voter) n’aient pas encore eu l’idée d’entreprendre les démarches pour acquérir la nationalité française, qui leur ouvre ipso facto le droit de vote?
    -ben vous comprenez, ils ne parlent pas bien français: pas suffisamment pour chercher à l’apprendre? suffisamment mal pour que ça justifie qu’on leur ait refusé l’acquisition de la nationalité française? et ça leur permettrait quand-même de comprendre les enjeux politiques cruciaux pour la France?
    -dans un premier temps, ça ne serait que pour les élections locales. Mais oui bien sûr! a) « dans un premier temps » b) et on nous fait tout un foin parce qu’il y a des risques que les élus locaux FN envoient au Sénat un élu FN; des pas-encore-français-mais-coulant-voter seraient plus présentables que des nationaux (quelle que soit leur origine, ils sont français, on ne trie pas) non seulement citoyens français mais électeurs, éligibles et élus, d’un parti ayant pignon sur rue depuis des décennies? On rêve!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com