Ruse d’un vieil homme qui ne trouve comme seul moyen que de se faire passer pour mort pour réunir sa famille autour de lui à Noël.

Le temps passe. Au diable les cadeaux chers et inutiles, le temps perdu dans les magasins ! Retrouvons l’essentiel dans ce temps de l’Avent, et donnons du temps à nos proches et à ceux qui en ont besoin.

La société moderne détruit les valeurs familiales traditionnelles et veut faire de nous des consuméristes fiévreux. Ainsi elle nous isole les uns des autres, nous rendant toujours plus malheureux… donc malléables et manipulables.

Marcel Kivin

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Vieux Jo says:

    Vidéo très révélatrice du monde actuel.

    L’ambition professionnelle.

    Rien d’autre ne manque plus que faire la fête avec les amis, hélas les vieux parents restent souvent seuls.

    Mais que veut dire en couple, lorsqu’on est face à face et qu’on a rien à se dire ?

    Chaque fois que je me rends dans un restaurant, j’observe et je vois très souvent des couples, pour la plupart des retraités ou presque, qui mangent sans rien se dire et cela me met profondément mal à l’aise. Comment peut-on passer sa vie sans n’avoir plus rien à se dire, à se sourire tendrement, à rire aux éclats comme des gamins, se tenir par la main en se baladant, avoir des gestes à la fois furtifs et tendres spontanément ?

    Il est bien plus douloureux d’être seul avec soi-même alors qu’on vit à deux, que d’être solitaire dans l’âme. Car un solitaire a Dieu toujours comme interlocuteur.

  2. Jules Lacanof says:

    Vieux Jo, le couple de retraité qui ne se parle pas… qui vous dit qu’il n’a pas aussi Dieu pour interlocuteur?
    Vous savez après des décades de vie commune… l’âge, les douleurs, les déceptions de toutes sortes (spirituelles, professionnelles, politiques, amicales…), toutes ces épreuves vécues et surmontées en commun… tout cela réuni fait que les rires aux éclats, les tendres sourires et les gestes furtifs ont tendance à s’estomper devant une tendresse pudibonde et même cachée mais bien réelle. Et ce vieux couple remercie Dieu pour toutes ces années de vie commune et le prie bien souvent de prolonger encore quelques temps cette vie à deux.

  3. Vieux Jo says:

    « Lorsque vous priez à deux ou trois, Je suis au milieu de vous ». Ou quelque chose comme cela, oui en effet on peut l’avoir oublié et prier dans son coeur, en laissant l’autre faire de même de son côté ; avouez quand même que c’est triste de ne pas s’unir pour élever son coeur ensemble vers Dieu.

    L’Éternelle Chanson

    Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
    Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
    Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
    Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

    Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
    Nous nous croirons encor de jeunes amoureux ;
    Et je te sourirai tout en branlant la tête,
    Et nous ferons un couple adorable de vieux.

    Nous nous regarderons assis sous notre treille,
    Avec de petits yeux attendris et brillants,
    Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
    Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

    Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,
    Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.
    Nous aurons une joie attendrie et très douce,
    La phrase finissant souvent par un baiser.

    Combien de fois jadis j’ai pu dire : « Je t’aime ! »
    Alors avec grand soin nous le recompterons :
    Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
    De petits riens exquis dont nous radoterons.

    Un rayon descendra, d’une caresse douce,
    Parmi nos cheveux blancs, tout rose se poser,
    Quand sur notre vieux banc, tout verdâtre de mousse,
    Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.

    Et comme chaque jour je t’aime davantage,
    Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
    Qu’importeront alors les rides du visage ?
    Mon amour se fera plus grave et plus serein.

    Songe que tous les jours des souvenirs s’entassent ;
    Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens :
    Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
    Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens.

    C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,
    Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,
    Car vois-tu, chaque jour je t’aime davantage,
    Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

    Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
    Je veux tout conserver dans le fond de mon coeur :
    Retenir, s’il se peut, l’impression trop brève
    Pour la re-savourer plus tard avec lenteur.

    J’enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,
    Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours :
    Je serai riche alors d’une richesse rare :
    J’aurai gardé tout l’or de mes jeunes amours !

    Ainsi de ce passé de bonheur qui s’achève
    Ma mémoire parfois me rendra la douceur ;
    Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
    J’aurai tout conservé dans le fond de mon coeur.

    Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
    Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
    Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
    Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

    Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
    Nous nous croirons encore aux jours heureux d’antan,
    Et je te sourirai tout en branlant la tête,
    Et tu me parleras d’amour en chevrotant.

    Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
    Avec de petits yeux attendris et brillants,
    Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
    Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

    Rosemonde Gérard

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com