poutine-presse-MPI

Le Président de la Russie a rencontré des représentants des médias pour répondre à un certain nombre de leurs questions, en particulier en ce qui concerne la situation en Ukraine. 

PRESIDENT DE LA RUSSIE VLADIMIR POUTINE : Bonjour, chers journalistes,

Comment allons-nous procéder ? Je voudrais vous  suggérer ceci : nous allons avoir une conversation, plutôt qu’une interview. Par conséquent, je vous demande de commencer par énoncer toutes vos questions, je vais les noter et essayer d’y répondre, puis nous aurons une discussion plus détaillée à propos des sujets qui vous intéressent le plus.

Commençons.

QUESTION : Monsieur le Président, je voudrais demander comment évaluez-vous les événements à Kiev? Pensez-vous que le gouvernement et le président par intérim, qui sont actuellement au pouvoir à Kiev, sont légitimes? Êtes-vous prêt à communiquer avec eux, et à quelles conditions? Pensez-vous qu’il est maintenant possible de revenir sur les accords du 21 Février, dont on nous parle si souvent?

QUESTION : Monsieur le Président, la Russie a promis une aide financière à la Crimée et des instructions ont été émises pour le ministère des Finances hier. Y a-t-il une  transparence concernant ce que nous donnons,d’où l’argent provient, à quelles conditions et quand?

QUESTION : Quand, à quelles conditions et dans quel cadre peut être utilisée la force militaire en Ukraine? Dans quelle mesure cela peut-il respecter les accords internationaux de la Russie? Confirmez-vous que les récents exercices militaires n’ont rien à voir avec l’utilisation possible de la force?

QUESTION : Nous aimerions en savoir plus sur la Crimée. Pensez-vous que les provocations sont terminées ou qu’il y reste une menace pour les citoyens russes qui sont maintenant en Crimée et pour la population russophone?

 QUESTION : Si vous décidez d’utiliser la force, avez-vous évalué tous les risques possibles pour vous-même, pour le pays et pour le monde?

QUESTION : Hier, le marché boursier russe a chuté en réponse au vote du Conseil de la Fédération. Vous attendiez-vous à une telle réaction? Que pensez-vous que seront les conséquences possibles pour l’économie? Est-il nécessaire de prendre des mesures spéciales maintenant, et de quel type? Par exemple, pensez-vous que la décision de la Banque centrale de passer à un taux de change du rouble flottant peut-être prématurée? Pensez-vous qu’il devrait être révoqué?

poutine-MPI

VLADIMIR POUTINE : Très bien, arrêtons ici pour le moment. Je vais commencer, et puis nous allons continuer. Ne vous inquiétez pas, je vais essayer de répondre à autant de questions que possible.

Tout d’abord, mon appréciation de ce qui est arrivé à Kiev et en Ukraine en général… Il s’agissait d’une prise de contrôle anti-constitutionnelle, une prise armée du pouvoir.

Je voudrais attirer votre attention sur le fait que le président Ianoukovitch, par l’intermédiaire des ministres des Affaires étrangères des trois pays européens – la Pologne, l’Allemagne et la France – et en présence de mon représentant (ce fut Vladimir Loukine , le commissaire russe aux droits de l’homme) a signé un accord avec l’opposition le 21 Février. Je tiens à souligner qu’en vertu de cet accord (je ne dis pas que cela était bon ou mauvais, j’indique simplement le fait) M. Ianoukovitch a effectivement remis le pouvoir. Il a accepté toutes les demandes de l’opposition: il a accepté des élections législatives anticipées, des élections présidentielles anticipées, et pour revenir à la Constitution de 2004, comme demandé par l’opposition. Il a donné une réponse positive à notre demande, la demande des pays occidentaux et, tout d’abord, de l’opposition de ne pas recourir à la force. Il n’a pas donné un seul ordre illégal de tirer sur les manifestants. En outre, il a donné des ordres pour retirer toutes les forces de police de la capitale. Il est allé à Kharkov pour assister à un événement, et dès qu’il a quitté la ville, au lieu de libérer les bâtiments administratifs occupés, les insurgés ont immédiatement occupé la résidence du président et le bâtiment du gouvernement .

Je me demande quel est le but de tout cela? Je veux comprendre pourquoi cela a été fait. Il avait en effet déjà renoncé à son pouvoir, et il n’avait aucune chance d’être réélu. Tout le monde est d’accord sur ce point, tout le monde, j’ai parlé à d’autres chefs d’Etat au téléphone ces derniers jours. Quel était le but de toutes ces actions inconstitutionnelles, illégales, pourquoi ont-ils eu à créer ce chaos dans le pays? Des militants armés et masqués sont toujours errent dans les rues de Kiev.

C’est une question à laquelle il n’y a pas de réponse. Voulaient-ils humilier quelqu’un et montrer leur puissance? Je pense que ces actions sont absolument stupides. Le résultat est le contraire absolu de ce qu’ils attendaient, parce que leurs actions ont fortement déstabilisé l’est et le sud-est de l’Ukraine.

Maintenant sur la façon dont cette situation s’est produite.

À mon avis, cette situation révolutionnaire couvait depuis longtemps, depuis les premiers jours de l’indépendance de l’Ukraine. Le citoyen ukrainien ordinaire, a souffert sous le règne de Koutchma et d’Iouchtchenko, et de Viktor Ianoukovitch. Rien ou presque rien ne s’est amélioré. La corruption a atteint des dimensions qui sont du jamais vu ici, en Russie. L’accumulation de la richesse et de la stratification sociale – problèmes qui sont aussi aigus dans ce pays – sont bien pires en Ukraine, radicalement pire .Là-bas, ils sont au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer. Généralement, les gens voulaient du changement, mais il ne faut pas appuyer le changement illégal.

N’utiliser que des moyens constitutionnels sur l’espace post-soviétique, où les structures politiques sont encore très fragiles, et les économies sont encore faiblesPar ailleurs, je comprends ces gens de Maidan qui réclament un changement radical plutôt qu’une rénovation cosmétique du pouvoir. Pourquoi demandent-ils  cela ? Parce qu’ils ont pris l’habitude de voir un ensemble de voleurs être remplacé par un autre. De plus, les gens dans les régions ne participent même pas à former leurs propres gouvernements régionaux. Et ils ont commencé à nommer toutes sortes d’oligarques milliardaires pour gouverner les régions de l’est du pays. Pas étonnant que les gens n’acceptent pas cela, pas étonnant qu’ils pensent que, par suite de la privatisation malhonnête (tout comme beaucoup de gens le pensent ici aussi) les corrompus sont devenus riches et maintenant ils ont également tous les pouvoirs.

Par exemple, M. Kolomoisky a été nommé gouverneur de Dnepropetrovsk. C’est un escroc unique en son genre. Il a même réussi à tromper notre oligarque Roman Abramovitch, il y a deux ou trois ans. (…)

Plus important encore, les gens devraient avoir le droit de déterminer leur propre avenir, celui de leurs familles et de leur région. Je tiens à souligner ceci : partout où une personne vit, dans n’importe quelle partie du pays, il ou elle devrait avoir le droit à une participation égale dans la détermination de l’avenir du pays.

Les autorités actuelles sont-elles  légitimes? Le Parlement l’est partiellement, mais tous les autres pouvoirs ne le sont pas. L’actuel président par intérim n’est certainement pas légitime. Il n’ya qu’un seul président légitime, du point de vue juridique. De toute évidence, il n’a pas de pouvoir. Cependant, comme je l’ai déjà dit, et je le répète: Ianoukovitch est le Président légitime.(…)

En outre, je pense que cela peut être la raison pour laquelle a été dissoute la Cour constitutionnelle, ce qui va à l’encontre de toutes les normes juridiques de l’Ukraine et l’Europe. Ils ont non seulement dissous la Cour constitutionnelle d’une manière illégitime, mais ils ont aussi – il suffit de penser à cela  – chargé le Bureau du Procureur général d’engager des poursuites pénales contre des membres de la Cour constitutionnelle. Qu’est-ce que tout cela? Est-ce ce qu’ils appellent la justice libre(…)

Maintenant sur l’aide financière à la Crimée. Comme vous le savez, nous avons décidé d’aider la Crimée, qui s’est tournée vers nous pour demander l’aide humanitaire. Nous allons fournir cette aide, bien sûr. Je ne peux pas dire combien, quand et comment – le gouvernement travaille sur tout cela (…)

En ce qui concerne le déploiement des troupes, l’utilisation des forces armées. Pour l’instant, il n’est pas nécessaire de penser à cela, mais c’est toujours possible. Je voudrais dire ici que les exercices militaires que nous avons récemment tenus n’avaient rien à voir avec les événements en Ukraine. Cela avait été pré-planifié, mais nous n’avons pas divulgué ces plans, bien sûr, parce que c’était une inspection de l’opérationnalité des forces de combat. Nous avions prévu cela depuis longtemps (…). Comme vous le savez peut-être, les exercices sont terminés; j’ai donné l’ordre hier aux troupes de retourner à leurs missions régulières.

Quelles situations pourraient obliger d’utiliser les forces armées? Une telle mesure serait certainement le dernier recours. (…)

Quelle est notre plus grande préoccupation? Nous voyons le saccage organisé par des forces réactionnaires, nationalistes et des forces antisémites, qui se passe dans certaines régions de l’Ukraine, y compris Kiev. Je suis sûr que vous, les journalistes des médias, avez vu comment l’un des gouverneurs a été enchaîné et menotté, puis ils ont versé de l’eau sur lui, dans le froid de l’hiver. Après cela, d’ailleurs, il a été enfermé dans une cave et torturé. Est-ce la démocratie? Est-ce une manifestation de la démocratie? Il avait été récemment nommé à ce poste, en décembre, je crois. Même si nous acceptons qu’ils sont tous corrompus, il avait à peine eu le temps de voler quoi que ce soit.

Et savez-vous ce qui s’est passé quand ils ont envahi le bâtiment du Parti des régions ? Il n’y avait pas membres du parti là-bas. Quelques deux ou trois employés sont sortis, l’un était un ingénieur, et il a dit aux assaillants: « Pourriez-vous nous laisser aller, et laisser les femmes, s’il vous plaît. Je suis un ingénieur, je n’ai rien à voir avec la politique. »  Il a été abattu juste là en face de la foule. Un autre employé a été conduit dans une cave, puis ils ont jeté des cocktails Molotov sur lui et il a brûlé vif. Est-ce aussi une manifestation de la démocratie?

Ce qui inquiète les citoyens de l’Ukraine, à la fois le russe et l’ukrainien, et la population russophone dans les régions de l’est et du sud de l’Ukraine, c’est ce crime incontrôlé. Par conséquent, si nous voyons un tel crime se propager de façon incontrôlée dans les régions orientales du pays, et si les gens nous demandent de l’aide, et que nous avons déjà la demande officielle d’intervention de la part du Président légitime, nous nous réservons la possibilité d’utiliser tous les moyens disponibles pour protéger les personnes . Nous croyons que ce serait tout à fait légitime. C’est notre dernier recours.

De plus, voici ce que je voudrais dire: nous avons toujours considéré l’Ukraine non seulement en voisin, mais aussi comme une république voisine fraternelle, et nous continuerons de le faire. Nos forces armées sont des compagnons d’armes, des amis, que beaucoup connaissent personnellement. Je suis certain, et j’insiste, je suis certain que l’armée russe et les militaires ukrainiens ne seront pas confrontés l’un à l’autre.

(source : site officiel du Kremlin)

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. En résumé :

    La révolte de Kiev était légitime puisque la classe politique ukrainienne est pourrie jusqu’à l’os depuis le début.
    En revanche le coup d’Etat contre Ianoukovitch est illégal, même si c’est un con sans avenir politique. « Je lui avais dit de ne pas tirer, il a tiré ! »
    Nous n’annexerons pas la Crimée mais son statut sera celui que les Criméens choisiront (il a vu qu’au-delà de la base navale de Sébastopol ça ne valait pas un clou).
    Nous ne réduirons pas l’Ukraine (par dépeçage des zones russes) car outre un Etat en faillite c’est un pays ruiné (explications chiffrées).
    Dès le résultat des élections ukrainiennes, nous discuterons avec le nouveau président quelqu’il soit.
    J’ai raison sur toute la ligne.

  2. champar says:

    Poutine confirme qu’il est un grand président pour la Russie, ses arguments sont conformes au droit international et à la démocratie en Ukraine, un coup d’Etat reste un coup d’Etat et l’europe a montré sa mauvaise foi dans cette histoire.
    Il est vrai que l’occident qui a le culot de vouloir donner des leçons a pris l’habitude de n’avoir aucun respect pour le droit international (invasion de l’Irak et destruction de la Libye notamment)

    Poutine énonce les faits, sauf pour les manoeuvres militaires, qui ne sont certainement pas une coïncidence comme il le prétend. Il montre bien qu’il ne se laissera pas intimider sur ce qui n’est pas négociable pour la Russie, à bon entendeur, Salut.

  3. BREIZHIL says:

    Avec Poutine l’UE tombe sur un os et voit son appétit sans cesse croissant stoppé net !!! La Russie ne cherche pas à envahir d’autres pays en provoquant le chaos comme ce fût le cas ces dernières années avec les USA, il n’a donc pas de leçon à recevoir d’Obama. La Crimée va s »unir à la Russie sans une goutte versée alors que l’Ukraine qui sombre dans le chaos et la ruine va s’unir à l’Europe… Qui est donc le vrai gagnant dans cette partie d’échecs ?!

  4. Ian Allan says:

    Je vous sais gré d’avoir publié une traduction intégrale du discours de Poutine. C’est ce qui manque chez les média établis de l’Europe occidentale, qui semblent avoir peur de laisser parler librement quelqu’un qui s’oppose à la promotion active de l’homosexualité et ne permet pas qu’on envahisse et désacralise les églises.H793

  5. Patrice says:

    Merci de publier la propagande de M. le lieutenant du KGB. Vous savez, en 1956 et en 1968, il y a aussi eu des « informations » données aux journalistes pour justifier les agressions contre la Hongrie et la Tchécoslovaquie. Merci à Media-Press-Intox d’afficher clairement son camp.

  6. RIBIERE says:

    bons commentaires !

  7. Fiodorovitch says:

    A Breizhil : la Crimée « s’unirait à la Russie sans une goutte de sang versé ? » Mal parti avec déjà 2 militaires ukrainiens tués, des dizaines de blessés et au moins un militaire russe tué.
    Belle « union » en effet grâce aux chars, avions et aux 30 000 militaires russes présents dans la presqu’ile… sans parler des chaines de télé ukrainiennes coupées, pour ne déverser que la propagande de Moscou et distribuer des passeports russes par dizaines de milliers.
    Bravo Patrice de résister au lavage de cerveau ! Entièrement d’accord.
    En attendant, le dictateur a temporairement gagné, mais dans un pays sans perspective pour les citoyens, où l’opposition est en prison et le KGB et l’armée au pouvoir. Fini la liberté en Crimée. C’était une région pauvre d’Ukraine, ce sera toujours aussi pauvre, mais en Russie. Vive la Crimée libre !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com