pape-françois-shimon-peres-mahmoud-abbas-mpi

Les présidents palestinien, Mahmoud Abbas, et israélien, Shimon Peres, ont répondu favorablement à la demande du pape François de se rendre au Vatican pour une prière pour la paix. Médias-Presse-Info avait abordé cette actualité ici. L’évènement a donc eu lieu ce dimanche 8 juin, en la fête de la Pentecôte.

Après la mort du Christ, les apôtres se cachaient, tétanisés qu’ils étaient par l’idée de devoir sacrifier leur vie pour Celui que pourtant ils avaient reconnu comme leur Dieu et suivi pendant des années. Pierre, leur chef, a abjuré trois fois. Thomas ne croit plus. C’est ainsi que ceux qui ont assisté à tous les miracles du Christ se retrouvent enfermés au Cénacle la peur au ventre : les Juifs les cherchent pour les mettre à mort.

Or c’est le jour de la Pentecôte que le Saint-Esprit descend sur les apôtres remplissant leurs âmes de ses sept dons : Sagesse, Intelligence, Conseil, Force, Science, Piété et Crainte de Dieu. C’est à partir de cet instant que fortifiés, les apôtres sortirent et prêchèrent l’Evangile de Vie, parlant plusieurs langues, bravant les foules, accomplissant les miracles. Et quasiment tous finirent martyrs et versèrent leur sang par fidélité au Christ.

Nous sommes le 8 juin 2014, et Vatican II, « le grand Concile de l’ouverture de l’Eglise sur le monde », est passé par là… On ne prêche plus, on dialogue. Le Christ n’est plus « le chemin de la vérité et la vie » (Jean 14:6) car chacun est appelé dorénavant à ne rien rejeter « de ce qui est vrai et saint dans ces religions » et à considérer « avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines » (Nostra Aetate, Vatican II)

C’est donc en ce jour de Pentecôte qu’ont eu lieu « les invocations pour la Paix » proposées par le pape François. Et en 2014, « être ensemble pour prier » – une subtilité abordée plus loin – s’avère très compliqué : ni un vendredi, jour férié musulman, ni un samedi, Shabbat pour les Juifs ! Fichtre ! Naturellement tout lieu à représentation chrétienne serait malvenu. Evidemment ! Et qui plus est, pas question de prier tournés vers l’Est, parce qu’à l’Est il y a la Mecque !!! Chaque prière ne doit pas blesser le voisin, n’oublions pas que nous sommes là pour la paix !

Et l’un des organisateurs, le franciscain Pierbattista Pizzaballa, de nous rassurer : « on ne prie pas ensemble, mais on est ensemble pour prier ». Comme si ce genre de précaution oratoire, aussi ridicule qu’hypocrite, pouvait empêcher d’une quelconque manière la prolifération d’un esprit relativiste et syncrétiste. Comme si la prière de l’Islam, religion fausse et pourfendeuse de chrétiens, pouvait être agréable à Dieu ! Comme si la prière d’un judaïsme ayant rejeté et mis à mort le Messie pouvait trouver un quelconque écho favorable dans l’éternité !

Reste dans ce relativisme absolu la bonne volonté du cœur des ces personnes, bonne volonté que Dieu seul peut juger et agréer.

Certains trouveront bien critiques ces quelques lignes : il est bien facile de dénoncer ce que fait là le pape François, mais que faire dans une situation si complexe où deux peuples s’affrontent depuis des décennies ? N’est-il pas normal que l’Eglise tente de peser de tout son poids pour faire avancer une solution pacifique ?

Certes. Mais pour que l’Eglise ait du poids, il faut que l’Eglise soit elle-même, qu’elle fasse son travail, c’est-à-dire celui de proclamer l’évangile, d’envoyer des apôtres pour convertir au Christ les peuples de la Terre. L’Eglise n’a jamais été forte et puissante que lorsqu’elle envoyait dans le monde des milliers de missionnaires, non pour discuter ou dialoguer, mais pour convertir, avec l’aide des dons de l’Esprit Saint.

Et surtout, que les hommes d’Eglise n’oublient pas que l’Eglise n’est qu’un moyen entre les mains de Dieu. Sa vraie force réside dans son intercession auprès du Prince de la Paix et non dans l’organisation « d’une invocation pour la Paix » à un Dieu dont on ne sait s’il est juif, musulman ou martien.

Ce n’est pas par une prière neutre à un dieu « polyforme » dans un Vatican syncrétiste que le pape François obtiendra la paix.

Xavier Celtillos

A lire sur le relativisme sur www.livres-et-idees.com

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

13 commentaires

  1. Pingback: Prière neutre à un dieu « polyforme » dans un Vatican syncrétiste | raimanet

  2. Merci M. Celtillos de mettre les points sur les i. Comment les catholiques ne peuvent-ils s’apercevoir de faits aussi manifestes? Comment celui qui se prétend « pape«  peut-il de bonne foi agir de cette façon, à moins d’être un ignare de la théologie catholique ?
    Notre Église « officielle«  nage en pleine apostasie.
    Qui viendra nous délivrer, Seigneur, de cette carapace de mort ? Viens Seigneur nous délivrer ! Cécilien

  3. Jean aymar says:

    deux pistes de réflexion :
    – Jn 4,22 :  » le salut vient des juifs » qui sera repris par Paul plus tard
    – si Dieu est maître du temps et de l’histoire, l’existence d’autres religions est bien due à une « permission » divine

    mais il nous est difficile de croire que Dieu puisse écrire droit avec des lignes courbes…

  4. Jésus n’était pas juif! Sic il est né « miraculeusement » de Dieu incarné dans le corps de Marie pour « devenir homme-Jésus »! Sic joseph n’est pas son géniteur et donc il n’a pas de gène juive! Jésus est Dieu lui-même et il le prêche! il ne saurait donc y avoir de religion « judéo-chrétienne »! c’est une bévue de l’histoire qui le fait juif par les juifs eux-même (surement par intérêt comme toujours!
    jdlrm.

    • Richard says:

      Et Marie, était-elle martienne, lunaire ou juive? Et les apôtres étaient-ils des incas, des anglais, des neptuniens ou juifs? Ce que vous détestez au point de rendre certains croyants en Christ criminels, c’est cette partie juive de votre religion.L’histoire, hélas! nous en apporte de multiple récits. Que faites vous de l’amour que vous prétendez avoir reçu de Jésus? Qui a martyrisé dans un atroce surnombre les créatures de Dieu? ma grand’mère, mes ancêtres ou bien des hyènes à forme humaine? Même si souvent ma croyance en Dieu s’effrite lorsque la haine contre les humains se déverse comme un torrent de pluie dans les égouts, il m’arrive d’avoir le courage de prier pour votre salut. Pour terminer, je vous conseillerai de relire votre toute histoire biblique, vous en serez édifié. Vous apprendrez que le marcionisme n’a pas sa place dans le JUDEO-CHRISTIANISME.
      Richard

    • Xavier Celtillos says:

      Jésus est le fils de Dieu et de Marie. Marie était juive, don Jésus est juif. Il n’y a pas à discuter sur ce point, il s’agit d’un fait historique.

      Effectivement, quand au fait de parler de religion ou de civilisation judéo-chrétienne, voici il me semble un terme absolument inexacte et dangereux.

      « Je détruirait le temple et le rebatirait en trois jours » : à la mort du Christ, le voile du temple se déchire. L’ancien testament est caduque, commence le nouveau avec l’Église Catholique.

      La religion de l’amour remplace la religion du talion.

      • Thibault LAVILLE says:

        « je ne suis pas venu pour abolir la loi mais pour l’accomplir ». Que vous faut-il de plus ?

  5. Loïc says:

    Merci Xavier Celtillos de noter les différences entre les religions et que l’invitation du pape à Rome n’a pas tenté de les gommer. Merci d’avoir rappelé le rôle de dialogue que le concile Vatican II a confié au Saint Père et la déclaration Nostra Aetate, à l’invitation de laquelle ont répondu des représentants des autres religions à Assise autour Jean-Paul II.
    Le Christ est toujours le chemin, la vérité et la vie pour celui qui a la foi chrétienne. Et face à celui qui ne partage pas cette foi, les solutions sont de les ignorer (attitude des agnostiques), de les soumettre (sens du mot islam) ou de les respecter (choix de Vatican II).
    Depuis des siècles l’enseignement de l’église s’est enrichi de nuances et adapté aux nouvelles questions. Si le dialogue avec quelqu’un de différent vous fait peur, comment convaincre ? Vous critiquez le pape François à la Pentecôte mais quelle attitude préconisez-vous en pareille situation géopolitique ? Oseriez-vous proposer une meilleure solution au risque d’être critiqué par des lecteurs ou journalistes ? Je regrette le ton avec lequel vous revendiquez défendre l’Église catholique en vous hissant plus haut que le pape lui-même pour le critiquer.
    J’apprécie medias-presse.info pour la richesse de l’information et sa liberté de parole affranchie du politiquement correct. C’est pourquoi je l’ai soutenu dès ses début par un don. Si la rédaction n’est plus en mesure de séparer l’analyse objective des faits et l’interprétation personnelle des journalistes, vous aurez perdu un lecteur et un soutien.
    Avec toute ma prière pour que l’Esprit Saint vous comble de ses dons, de « Sagesse, Intelligence, Conseil, Force, Science, Piété et Crainte de Dieu ».
    Bien cordialement.

    • Xavier Celtillos says:

      Cher monsieur,

      Le pape n’est pas Dieu. Le but et le seul but ultime de son ministère s’est de confirmer ses frères dans la Foi. Défendre le pape, c’est défendre son ministère qui est celui-ci : aller contre son ministère, c’est attaquer et détruire l’institution Pontificale.

      Faire prier des représentants de fausses religions en laissant croire que de telles prières pourraient avoir une quelconque valeur c’est relativiser la Foi chrétienne.
      Rappelez-vous de ces martyr qui ont donné leur vie pour avoir refusé un seul petit grain d’encens à l’une ou l’autre idole. Pourtant, avec un peu de diplomatie, ces héros chrétiens auraient pu sauver leur vie.

      Le pape par ces prières inter-religieuses relativise la Foi chrétienne et fait douter les chrétiens de la Foi en Jésus.

      De plus, il faut savoir que la magistère a déjà condamné sans aucune ambiguïté ce type de réunions ou de manifestation par Pie XI dans mortalios animum :

      « C’est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d’auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les « hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.
      De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu’elles s’appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s’égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l’athéisme. La conclusion est claire : se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c’est s’éloigner complètement de la religion divinement révélée. »

      Toute volonté d’apporter la paix est louable, mais si la géopolitique du pape François contrevient à son ministère et blesse la Foi chrétienne, alors elle est mauvaise et doit être abandonnée. Favoriser ce type de diplomatie qui fait passer les sentiments humains avant les devoirs envers Dieu c’est faire passer l’homme avant Dieu. Qui sert Dieu sert sa création et donc l’homme.

      Je n’ai pas la prétention de me hisser plus haut que le pape. Le pape n’est que serviteur de la Vérité. Dieu et la Vérité sont au dessus du pape.

      En vous remerciant de votre soutien à MPI.

      Cordialement.

  6. Pierre says:

    Celui qui a écrit cet article n’a rien compris de l’ésprit de cette réunion de prière. C’est un article blâmable, fondé sur une obtuse opposition religieuse.

  7. Bon ! Messieurs et dames, il y a un art de tout mélanger et les discussions sur des thèmes théologiques sont facilement un terrain pour de la grande confusion.
    Depuis que Vatican II a donné congé à tout ce qui ressemblait à de la Tradition et accepté toute sorte de concepts modernes comme l’évolution de la vérité ou « tu as ta vérité et j’ai la mienne«  comme l’a si finement exprimé Bergoglio il n’y a pas longtemps : « la conscience d’une personne peut y voir du bien et une autre personne y voir du mal« . Comme si l’homme pouvait se faire le décideur de ce qui est bien et mal (complètement hérésiarque). Il ne s’agit pas de savoir si
    M.Certillos a le droit de critiquer un événement dans lequel le « chef«  de l’Église catholique joue un rôle majeur d’exemplarité.¨Ca, c’est une autre question. La vraie question est la suivante: Comme exemple pour les catholiques,le chef a-t-il droit d’entrainer les fidèles vers un syncrétisme des religions (Chose qu’a continuellement condamné l’Église de toujours:allez lire les encycliques de Pie X,de Léon XIII sur le sujet). Si ces derniers étaient dans l’erreur (comme les actions de Paul VI,J-P II,Benoit XVI, et leurs écrits l’ont démontré)
    alors,l’Église nous a menti et sa parole ne tient plus; ni celle d’hier, ni celle d’aujourd’hui.Tout s’écroule.
    D, autres commentateurs se croient bien forts de nous garrocher des bouts d’Évangile à la tête sur la charité,l’accueil du prochain et de toute sorte d’idées nobles et évangéliques, mais là n’est pas la question;
    Avez-vous vu LE MAÎTRE (Jésus)engager ses disciples ou s’engager lui-même dans les dialogues avec les païens ou les scribes. IL a dit aux pharisiens LA VÉRITÉ et envoyer ses disciples ENSEIGNER aux nations et les baptiser… Dans le temps…nos missionnaires n’allaient pas dialoguer dans les missions, mais leur enseignement était fructueux. Aujourd’hui,le prétendu chef
    de la mission va visiter la Palestine et amène avec lui deux parasites (ont-ils payé leur voyage). Et au lieu de faire des homélies sur les lieux de notre rédemption, il va au mur de l’humiliation juive pour prétendument prier…Nos contemporains ont soif d’entendre parler de Jésus, de leur salut. Et ce n’est pas en leur servant des tirades sur la beauté de la paix humaine qui ne viendra que lorsque le Prince de la Paix le voudra, que la vraie paix qui vient d’abord du cœur et de la vérité.
    D’ailleurs Jésus lui-même l’a dit:«  Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive qui tranchera
    entre les humains, car beaucoup n’accepteront la Vérité,
    mais s’adonneront à des fables…« 
    Les adeptes des autres religions (fausses)doivent entendre des catholiques, non pas comment s’accoquiner ensemble pour faire une grande église mondiale, LA VÉRITÉ
    sur la seule religion et la façon de s’y joindre.Toute autre méthode de l’Église catholique est vouée non seulement à l’échec, mais à la confusion mortelle dans la foi et à la perte des âmes. Cécilien

  8. Pingback: L’imam a prié dans les jardins du Vatican pour la victoire sur les infidèles – Le Vatican retire les « invocations » de la prière interreligieuse du 8 juin

  9. Pingback: L’imam a prié dans les jardins du Vatican pour la victoire sur les infidèles – Le Vatican retire les « invocations » de la prière interreligieuse du 8 juin » Savoir ou se faire avoir

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com