manifestants-antifascistes-defilent-a-paris-le-23-juin-2013-mpi

Marc Le Fur (UMP), député de Loudéac et Philippe Le Ray (UMP), député d’Auray, sont – avec 38 autres députés français – à l’origine d’une proposition de loi tendant à élargir les conditions de dissolution des associations ou groupements de fait tels que les groupes « antifas ».

La proposition souligne que  » l’actualité de ces derniers mois a montré, parfois tragiquement, le fort degré de violence qui imprègne notre société. Des groupes préparés, entraînés, équipés, profitent régulièrement d’événements ou de manifestations pour semer le trouble, portant atteinte aux biens et aux personnes, en particulier contre les forces de l’ordre et les institutions publiques. L’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure régit les conditions nécessaires à la dissolution de certains groupements et associations. »

Les députés expliquent que « cet article est le fondement juridique pour la dissolution d’organisations n’ayant aucune existence juridique, comme ce fut le cas pour le groupe terroriste « Action directe » en 1982 ou encore pour les groupes « Black Bloc » actuellement. Cet article fut à l’origine rédigé prioritairement pour lutter contre les groupes de combat qui tenteraient de s’en prendre à l’État, à l’intégrité du territoire ou aux valeurs de la République.
« Force est de constater qu’aujourd’hui, les groupes radicaux ne disposant pas d’existence juridique se développent et s’en prennent souvent violemment aux biens privés, au mobilier urbain, ou à l’intégrité physique des forces de l’ordre, sans que les autorités compétentes puissent les dissoudre, faute de fondement juridique.
« Il semble donc nécessaire de faire évoluer la législation afin de permettre la dissolution de toutes associations ou groupements de fait portant atteinte aux biens privés, au mobilier urbain, ou à l’intégrité physique des forces de l’ordre. »

Cette proposition de loi vise à permettre des procédures de dissolution pour les groupes « qui portent atteinte à l’intégrité physique des forces de Police ou de Gendarmerie ou dont les agissements entraînent une dégradation, destruction ou détérioration de biens appartenant à autrui. »

antifas

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Tant que les socialistes resteront au pouvoir, ces nervis anarcho-communistes ne risquent rien…

  2. Pour être dissout il faut exister . Ces groupes de combat n’ont aucune existence légale . Il en est de même pour les sans-papiers qu’on ne peut expulser nulle part faute de savoir formellement d’où ils sont originaires . Il y a du travail à faire pour nos Députés au lieu de pondre des normes sur tout sujet .

  3. Français désabusé says:

    L’hypocrisie de l’UMP à son paroxysme !

    • Faîtes des propositions puisque vous semblez savoir comment gérer les situations, à moins que comme beaucoup vous ne sachiez qu’être contre sans pouvoir donner d’explication ce qui est je pense le cas… n’est ce pas?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com