Mike-PreachingLe 7 août dernier, 500 ans après que Martin Luther afficha ses 95 thèses à la porte de l’église du château à Wittenberg, l’Église évangélique luthérienne en Amérique lors de son Assemblée Churchwide (élargissement de l’Église) a officiellement reconnu la « Nouvelle église de François Bergoglio ». Elle a déclaré : « Il n’y a plus de questions qui divisent » entre celle-ci et les luthériens. Le vote a été acquis par 931 voix contre 9.

La « Déclaration on the way » (déclaration sur la Voie ou le Chemin) affirme que la nouvelle église catholique de Bergoglio et le luthérianisme se rejoignent notamment sur la question de  l’Eucharistie. (Voir le site Religion News Service, US Lutherans approve document recognizing agreement with Catholic Church, 15 août 2016).  Pas moins de 32 points d’accords (« Statements of Agreement, ») ont été dégagés. 

Depuis 500 ans le catholicisme a considéré le luthérianisme comme une hérésie et a voulu convertir les protestants. Mais Vatican II en 1965 a changé la donne notamment avec le décret sur l’œcuménisme. À partir de ce moment un tel rapprochement était inévitable avec le temps. C’était à la limite une simple « affaire de paperasse » à régler déclarent les luthériens

Il est étonnant que ce constat rejoigne absolument le fameux sermon  de Monseigneur Lefebvre à Lille le 29 août 1996. Il y déclarait :

Les protestants nous ont dit : « Nous ne voulons pas de votre messe parce qu’elle comporte des choses incompatibles avec notre foi protestante, alors changez cette messe et nous pourrons prier avec vous, nous pourrons faire des intercommunions, nous pourrons recevoir vos sacrements, vous pourrez venir dans nos églises, nous, nous irons dans les vôtres, et tout sera fini, et nous aurons l’unité». Oui, nous aurons l’unité, mais dans la confusion, dans la bâtardise. Nous ne voulons pas de cela. Jamais l’Église ne l’a voulu. Nous aimons les protestants, nous voudrions les convertir, mais ce n’est pas les aimer que de leur faire croire qu’ils ont la même religion que la religion catholique. »

Nous y sommes. Les protestants eux-mêmes reconnaissent que nous les catholiques avons la même religion qu’eux. Pas de réaction à ce jour venant du Vatican.                          

Jean-Pierre Dickès

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

15 commentaires

  1. Bravo à tous les prélats qui nous ont amené Vatican II. On paye le résultat. Dieu a tout prévu, mais Il nous laisse nous dépêtrer seuls.

  2. Onclin says:

    « L’Église évangélique luthérienne » a officiellement reconnu la « Nouvelle église de François Bergoglio ».« Il n’y a plus de questions qui divisent ».
    Donc l’Église de François Bergoglio porte son nom donc elle est bien protestante car c’est le propre du protestantisme que d’identifier ses sectes par le nom de leur fondateur, ici « François Bergoglio ». Ainsi l’Église Catholique a été envahie par les protestants de Vatican II, qui veulent l’écraser sous leurs jougs. Donc l’Église protestante de François Bergoglio n’est plus une Église tout simplement, elle va disparaître. Car tout le monde sait que le protestantisme n’a jamais été une Église : « Ces sectes, quelles qu’elles soient, ne sont point des religions, puisqu’elles ne se forment qu’en niant tel ou tel dogme ; ce sont des négations, c’est-à-dire rien par elles-mêmes, car dès qu’elles affirment, elles sont catholiques. » « Qu’est-ce qu’une religion ? C’est un lien de doctrine et de culte qui réunit un certain nombre d’hommes dans la même croyance religieuse et dans une manière uniforme de servir Dieu. Telles sont, par exemple, parmi les fausses religions, le judaïsme, le mahométisme, le bouddhisme, etc. Or, le protestantisme a pour principe fondamental que chaque homme est libre de croire tout ce qu’il veut en matière de religion, et de servir Dieu à sa guise. Il détruit donc l’idée même de religion, c’est-à-dire de lien, d’union, d’unité. Des institutions religieuses fabriquées de main d’homme le protestantisme a ce caractère inouï de détruire ce qui fait l’essence, je ne dis pas de la vraie religion, mais de toute religion en général. Les fausses religions, à l’imitation de la véritable, ont un ensemble de doctrines et de culte hors duquel on ne leur appartient plus ; mais ce que MM. les ministres essayent de faire passer pour une religion n’est qu’une anarchie sans règle et sans frein, qui ne fait que nier, détruire, protester, et qui se condamne elle-même en affichant le nom antireligieux de protestantisme. “Leur religion consiste à attaquer celle des autres,” disait Jean-Jacques Rousseau en parlant des calvinistes de Genève. »
    Car le protestantisme « proteste » son nom est purement négatif et c’est cela son œuvre dans ses bornes. C’est pour cela que son nom n’a pas varié, bien qu’il couvre des variations sans nombre. Le protestantisme est une renonciation à l’antique foi chrétienne, moins il croira, plus il protestera et plus il sera lui-même.

  3. Dallière Jean says:

    D’éducation (très!) protestante (deux pasteurs dans la famille, piliers de l’Eglise Réformée) c’est après plus de 40 ans d’analyse de la Bible traduite par André CHOURAQUI que je suis arrivé à démontrer que la Christianisme s’est élaboré à partir de la totale incompréhension du personnage Jésus et de sa mission. L’accusation est grave, j’en convient. Jésus a été un pur « gnostique », tout le sens de sa mission a été un simulacre, un symbolisme à ne pas prendre au premier degré des apparences. Même sa crucifixion a été remarquablement bien orchestrée pour donner l’impression que…Il n’est pas mort sur la croix ! Et ça fait 2000 ans que les hommes s’entre tuent par incompréhension de la mission de cet homme. C’est pathétique. Devenu moi-me^me gnostique, soit un adepte du Verbe Lumière, j’explicite sa mission dans mes écrits mais n’en parlerai pas ici; je ne veux pas faire de publicité pour mes livres; On peut me contacter. Je répondrai. Bien cordialement.

  4. Dallière Jean says:

    D’éducation (très!) protestante (deux pasteurs dans la famille, piliers de l’Eglise Réformée) c’est après plus de 40 ans d’analyse de la Bible traduite par André CHOURAQUI que je suis arrivé à démontrer que la Christianisme s’est élaboré à partir de la totale incompréhension du personnage Jésus et de sa mission. L’accusation est grave, j’en conviens. Jésus a été un pur « gnostique », tout le sens de sa mission a été un simulacre, un symbolisme à ne pas prendre au premier degré des apparences. Même sa crucifixion a été remarquablement bien orchestrée pour donner l’impression que…En réalité, il n’est pas mort sur la croix ! Et ça fait 2000 ans que les hommes s’entre tuent par incompréhension de la mission de cet homme. C’est pathétique. Devenu moi-même gnostique, soit un adepte du Verbe Lumière, j’explicite sa mission dans mes écrits mais n’en parlerai pas ici; je ne veux pas faire de publicité pour mes livres; On peut me contacter. Je répondrai. Bien cordialement.

    • " Pour le coup " says:

      Jean , vous êtes sérieux … ?
      C’est un SCOOP !!!
      Jésus 40 jours au désert pendant 40 jours pour combattre Satan .
      Dallières Jean 40 ans d’analyse de la Bible de Chouraqui pour pétoule.
      Pour vous éviter 40 ans de recherches stériles une pétoule est un pet de lapin .

    • Olivier says:

      Bonsoir Jean,
      Avez-vous considéré l’interprétation de Jésus par les musulmans ? Elle est plus respectueuse que la vôtre même si pour eux, Jésus était un prophète très particulier certes, mais pas « fils de Dieu ».
      Il est dommage que, dans ce cas précis, les gnoses dites chrétiennes en viennent à générer des images plus négatives du christianisme que l’islam lui-même. Je vous encourage à méditer ce paradoxe.
      Si nous prenons du recul, l’approche historiciste du Nouveau Testament est une lecture anti-spirituelle de la Bible, une lecture « athée ». Or la Bible parle au coeur de l’homme religieux et ne parle pas aux non croyants, mais leur laisse toute possibilité d’interpréter « intellectuellement » tout ce qu’ils lisent et de corréler cela avec des travaux « historiques ». C’est cette même démarche « scientifique » qui a détruit le catholicisme depuis avant la Révolution. C’est une oeuvre intellectuelle de destruction, mais une oeuvre vaine car la tonalité du Nouveau Testament est sur d’autres ondes qui ne parlent qu’à ceux qui possèdent la foi.
      Je me souviens d’avoir lu avec consternation ce qu’Onfray pensait de Saint-Paul puis d’en avoir ri en éprouvant beaucoup de peine pour lui. Saint-Paul égratigné ? Que nenni ! Par contre, il ne parle qu’à des oreilles ayant la foi, les autres ne voient que la cendre des mots et non les flammes de l’amour du Christ. Que ce dernier vous éclaire en lisant la Vulgate de St-Jérôme !

  5. Etienne says:

    Quelle est la représentativité de ces « luthériens évangéliques » ?

    Et le pape jésuite ? Il se tait : il sirote son petit lait et il attend les réactions.
    Ses adversaires font comme lui, mais avec d’autres idées en tête.

    Quant à cet intervenant ci-dessus (Jean le gnostique).
    Puisque ça lui convient, qu’il reste dans sa gnose entouré (ou non) de gogos.

  6. Voyez-vous, tous ces discours d’hommes ne servent à rien, les uns sont de Paul, d’autres de Jacques et d’autres encore de je ne sais qui. Tout cela ne sert de rien, par rapport à la foi, à l’amour, au respect de l’autre. Si des guerres ont eu lieu et existent encore, c’est bien parce que l’homme est un orgueilleux, un vaniteux, un misérable. L’homme veut détenir à lui seul la vérité, nous voyons encore aujourd’hui le triste résultat. Les cathos eux disent qu’il faut vénérer Marie et les saints, ce qui est faux, rien de cela est écrit dans les évangiles, faux une fois de plus, Jésus nous affirme « qu’il est le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au père que par moi », comme ils soutiennent qu’il faut prier pour les morts, faux, Jésus dit « après la mort on ne peut rien changer », il en est de même pour le baptême. Si les Protestants acceptent ces mensonges catholiques, je crois qu’il y a du souci à se faire. L’esprit mondialiste fait son action de sapage jusque dans les hautes sphères religieuses pour y implanter sa semence pernicieuse de trouble et d’égarement.

    • " Pour le coup " says:

      Geo ,
      Vous êtes vous aussi anti-catholique , …
      Que de blessures sont faites par vos propos à l’Amour de Notre Seigneur Jésus pour sa très Sainte Mère, la Très Sainte Vierge Marie et à la Cour Céleste dont font parties les Saints et Saintes de Dieu .
      Cette reconnaissance protestante est un affront sacrilège à la Sainte Église du Christ Jésus le Sauveur , le Rédempteur .
      Puisse Dieu pardonner votre égarement …

    • pamino says:

      ‹ Jésus dit « après la mort on ne peut rien changer », il en est de même pour le baptême. ›
      Pour le baptème, oui ; mais (sans demander de renvoi à ce texte), selon la doctrine catholique cela n’est vrai que si « on » est le décédé lui-même.

  7. Jean-Pierre Dickes says:

    On connait les objections de Jean contre l’histoire de Jésus de Nazareth. Or il est le personnage de l’Antiquité que nous connaissons le plus et de très loin. Son objection est vieille comme Hérode puisqu’elle a été donnée par les Juifs immédiatement après la Résurrection. Renan en a fait au début du XXème siècle.Jésus a été crucifié mais c’était un sosie. Il n’est pas mort sur la Croix etc. etc. Libre à lui aussi de dire que Jeanne d’Arc n’a jamais existé. Ou Jules César ou Henri IV. La question pour lui est qu’il le veuille ou non un jour il paraîtra devant Dieu.
    Si les hommes se sont battus pour la religion, c’est que Dieu les a laissés libres de faire le bien ou le mal, de se tromper. Que croit-il ? Que si demain tout le monde était agnostique comme lui, les nommes ne se battraient plus. Ce serait pire encore. Jésus nous a dit « Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix ». Après chacun pouvait faire ce qu’il voulait de ce cadeau extraordinaire. Il peut toujours dire que cela n’a pas été.

    • Onclin says:

      « Jésus nous a dit “Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix”. Tout à fait et même plus « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. » Donc le pape se trompe complètement dans sa définition de paix par le « dialogue », car ce que le Christ déclare ici c’est une « conversion » dans « son » et « sa seule » Église qui n’est que catholique. En dehors point de salut !

      • Jean-Pierre Dickes says:

        Oui Onclin. J’ai envoyé un poste qui apparemment n’est pas parvenu. je vous remerciais de l’idée que vous m’avez apportée. La Paix du Christ n’est pas celle du pape François qui est le dialogue. Et le pape confond les choses. La paix du pape n’est pas la paix de Jésus Christ. Sauf
        La paix du monde n’est pas le dialogue. Merci de votre idée que je recueille pour mes conférences .

  8. Alain says:

    S’ils prennent la peine de préciser « Nouvelle église de François Bergoglio » c’est qu’il la distingue de l’Eglise, tout court.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com