Ceux qui s’inquiètent à juste titre de l’immigration de grand remplacement mais qui, par ailleurs, rendent hommage à Simone Veil, feraient bien de lire ce qui suit.

L’historien – de gauche – Patrick Weil mit en évidence en 2014 un fait oublié, à savoir que Valéry Giscard d’Estaing envisagea en 1978 un plan de rémigration de 500.000 immigrés sur cinq ans. Et si ce plan ne fut pas mis à exécution, c’est notamment en raison de l’opposition de Simone Veil et de Raymond Barre.

Pourtant Giscard est par ailleurs associé dans l’esprit de beaucoup au regroupement familial. Alors qu’en est-il ?

Le site institutionnel Vie publique rapporte de façon chronologique quelques dates et quelques faits officiels.

Election de Valéry Giscard d’Estaing à la Présidence de la République.

La politique de Valéry Giscard d’Estaing en matière d’immigration se caractérise par l’arrêt de toute nouvelle immigration, par un contrôle rigoureux des entrées et des séjours (tout un arsenal de circulaires et décrets sont signés pendant cette période ou modifiés), l’encouragement à des retours volontaires des immigrés dans leur pays d’origine et par un programme d’insertion de ceux qui sont établis en France.

5 juillet 1974

5 juillet 1974 – Sur proposition d’André Postel-Vinay, nommé à la tête du Secrétariat d’Etat aux travailleurs immigrés créé le 7 juin, le gouvernement français décide de suspendre l’immigration des travailleurs et des familles, sauf pour les ressortissants de la Communauté européenne. L’immigration des travailleurs reste suspendue jusqu’en 1977, l’immigration des familles est à nouveau autorisée dès 1975.

9 octobre 1974

Le Conseil des ministres du 9 octobre 1974 précise les orientations du gouvernement en matière d’insertion : l’accent est mis sur les problèmes d’accueil et de logement, d’alphabétisation, de formation professionnelle, de promotion culturelle.

Les conseils des ministres des 21 mai et 6 novembre 1975 réaffirment ces orientations.

10 juillet 1975

La loi du 10 juillet permet aux immigrés d’être élus comme représentants des salariés dans l’entreprise.

1977

Mise en place d’une aide au retour volontaire : une prime de retour de 10 000 francs (le « million Stoléru »).

1978

Mise en place d’un mécanisme de retours organisés et forcés d’une partie de la main d’œuvre étrangère installée jusque-là régulièrement, et parfois depuis longtemps en France. L’objectif affiché est le retour de 500 000 étrangers. Les Etats du Maghreb sont particulièrement visés par ces mesures étalées sur 5 ans, notamment l’Algérie.

10 janvier 1980

Promulgation de la loi 80-9 (dite Loi Bonnet) relative à la prévention de l’immigration clandestine et portant modification de l’ordonnance du 2 novembre 1945 relative aux conditions d’entrée et de séjour en France des étrangers : Elle rend plus strictes les conditions d’entrée sur le territoire ; elle fait de l’entrée ou du séjour irréguliers un motif d’expulsion au même titre que la menace pour l’ordre public ; elle permet donc d’éloigner du territoire les « clandestins » ou ceux dont le titre de séjour n’a pas été renouvelé ; enfin, elle prévoit la reconduite de l’étranger expulsé à la frontière et sa détention dans un établissement pénitentiaire pendant un délai pouvant aller jusqu’à sept jours s’il n’est pas en mesure de quitter immédiatement le territoire.

2 – 11 avril 1980

Le 2, début d’une grève de la faim illimitée à Lyon (Rhône) par un pasteur protestant, un prêtre catholique et un immigré algérien en sursis d’expulsion pour protester contre les expulsions de travailleurs immigrés et particulièrement les jeunes de la seconde génération.

29 avril 1980

Annonce par M. Christian Bonnet, ministre de l’Intérieur, de la suspension pour trois mois des expulsions de jeunes immigrés, sauf en cas de délits graves. Le 30, fin de la grève de la faim.

10 mai 1980

Marche nationale à Paris, à l’appel d’une dizaine d’organisations de soutien aux travailleurs étrangers en France, du PS, du PSU, de la CFDT, de la LCR et de la Ligue des Droits de l’Homme pour protester contre le projet de loi Stoléru concernant le renouvellement des cartes de séjour et de travail, contre le projet d’Ornano codifiant l’accès aux foyers collectifs, et contre les limitations à l’inscription des étudiants étrangers dans les universités françaises.

7 juin 1980

Manifestations à Paris, Strasbourg, Bordeaux, Marseille contre la politique d’immigration du gouvernement, à l’appel de soixante dix associations anti-racistes, religieuses et familiales, de la CGT, la CFDT, la FEN, le PCF et du PSU.

14 – 15 octobre 1980

Le 14, M. Lionel Stoléru, secrétaire d’Etat auprès du ministre du Travail et de la Participation (Travailleurs manuels et immigrés) affirme, à Metz (Moselle), qu’ »il n’est plus questions d’accueillir un seul étranger en France » ; le 15, condamnation des propos de M. Stoléru par les syndicats CGT et CFDT et par la Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI).

30 novembre – 2 décembre 1980 –

Voyage au Sénégal de M. Lionel Stoléru, secrétaire d’Etat aux Travailleurs manuels et immigrés ; le 1er, entretiens avec MM. Abdou Diouf, Premier ministre sénégalais et Moustapha Niasse, ministre des Affaires étrangères sénégalais ; le 2, signature d’un accord sur la formation en vue du retour des travailleurs sénégalais immigrés en France.

10 mai 1981

Election de François Mitterrand à la Présidence de la République

 

Qu’en est-il ? A la lecture de ce texte issu d’un site gouvernemental, on voit bien qu’il y a de la marge entre les mots et les actes car l’immigration n’a jamais été arrêtée autrement que sur papier.

Néanmoins, la version officielle confirme donc bien l’existence d’un projet, daté de 1978, de rémigration de 500.000 immigrés essentiellement originaires du Maghreb.

Finalement, confronté à l’opposition de son premier ministre Raymond Barre, de Simone Veil, de la plupart des membres du gouvernement et du Conseil d’État, Valéry Giscard d’Estaing mettra un terme à son projet en janvier 1980. L’année suivante, la gauche arrivera au pouvoir en prenant l’exact contre-pied de la politique précédente : 130 000 étrangers seront régularisés et l’aide au retour sera supprimée.

En conclusion, Simone Veil a contribué d’une part à vider les berceaux français en légalisant l’avortement et d’autre part à empêcher un plan de rémigration, œuvrant tout au contraire à ce que la France accueille plus d’immigrés.

Patrick Weil révèle que Giscard projetait de… par libezap

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

15 commentaires

  1. Drieularochelle says:

    Tiens, comme c’est curieux! Dans cette liste de lois concernant l’immigration sous Giscard, nulle part je ne vois le décret sur le regroupement familial du 29 avril 1976:

    « Textes réglementaires et législatifs
    Décret du 29 avril 1976
    Le regroupement familial fut rendu légal, et institutionnalisé, par le président Valéry Giscard d’Estaing, son premier ministre Jacques Chirac et le ministre du Travail Michel Durafour.
    Le texte veut, pour des raisons humanitaires, rapprocher les familles séparées des deux côtés de la Méditerranée20.

    Il est également soutenu par un certain nombre de chefs d’entreprises français qui souhaitent comme Francis Bouygues, dont le personnel est constitué alors de 80 % d’immigrés21, une « intégration » des travailleurs algériens et marocains avec leurs familles22.
    Conséquence immédiate d’après Eric Zemmour : des centaines de milliers de femmes et d’enfants quittent l’Afrique du Nord pour s’installer en France. La nouvelle mesure se révèle rapidement comme une catastrophe administrative. Les services sociaux et administratifs sont débordés, la construction des HLM est insuffisante, des bidonvilles se créent22. Raymond Barre, nouveau Premier ministre, se rendant compte des difficultés rencontrées par les services administratifs et opposé à l’immigration qu’il perçoit comme un obstacle à la modernisation de l’appareil productif, suspend par décret (1976) le regroupement familial, mais le décret est déclaré illégal par le Conseil d’État22.  »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Regroupement_familial

    C’est pourtant de ce décret que part l’invasion, avant (à la mort de Pompidou) il n’y avait que 360 000 travailleurs du Magreb, si ma mémoire est juste.
    Alors ce qu’écrivent les gauchistes qui refont l’Histoire pour on ne sait quels intérêts idéologioques ou financiers, il vaut mieux éviter de le prendre au pied de la lettre.

    Les Français qui vivaient en France sont heureusement encore nombreux à se souvenir de la France mondialisée par Giscard d’Estaing, notamment au niveau de l’immigration, sans aller se référer à un gauchiste de même religion que Mme Veil et dont il veut faire la promotion à gauche.

  2. Anastasia says:

    Discours de George Marchais sur l’immigration en 1980 et 1981! Comme c’est intéressant de constater le revirement total de l’idéologie de l’extrême gauche. Intéressant de comprendre que cette immigration est bien le fait de l’UMPS, les 2 partis que les journalistes nous ont vendu pendant 50 ans.

    https://www.youtube.com/watch?v=LG2BA9SxClM

    • Drieularochelle says:

      Et surtout ne pas exonérer de cette responsabilité Giscard d’Estaing, le premier qui a ouvert les vannes en grand pour plaire à ses amis milliardaires et bankstéristes de l’UE. Le Macron de l’époque!
      Tous coupables, tous traîtres, sans exception! Mais les pires ce sont ceux qui étaient à la tête de cette UMPS que Giscard a inaugurée en parlant pour la première fois des vertus de l’alternance.

      • Franck says:

        Les constats et l’inventaire des innombrables trahisons s’inscrivent dans le temps long.
        Nous avons un besoin urgent de restaurer une volonté politique audible pour avoir une chance de survivre. Le monde « globalisé » qui nous avait été prescrit (depuis la révolution Jacobine), est en train de se faire prendre de vitesse par l’Islam. Qui l’eut cru? Dans les deux cas, c’est le cauchemar assuré. La France a le devoir de durer car elle symbolise par son origine la civilisation Chrétienne. Quoi qu’elle en pense, même contaminée à l’extrême, elle reste une pièce maitresse de l’Édifice. C’est donc effectivement vers elle que les coups portés sont les plus rudes.

        Désigner publiquement un chef aujourd’hui n’est-ce pas le condamner à l’impuissance?

        Comment faire émerger un rassembleur dans ce cloaque du mensonge triomphant?
        Comme beaucoup ici, j’ai l’impression que nous sommes enfermés dans une nasse.
        Y a-t-il seulement une porte de sortie? Si oui, de quelle nature est-elle?
        Politique, spirituelle, guerrière? L’une et l’autre séparée ou les trois à la fois (FOI).

        • François says:

          « Comme beaucoup ici, j’ai l’impression que nous sommes enfermés dans une nasse.
          Y a-t-il seulement une porte de sortie? Si oui, de quelle nature est-elle?
          Politique, spirituelle, guerrière? L’une et l’autre séparée ou les trois à la fois (FOI). »
          Vous avez tout dit!

          Surtout que comme on le voit les mensonges historiques n’attendent pas que la génération qui a vécu les événements ait disparu pour surgir et se répandre, même sur les sites sensés combattre la désinformation.

          • pamino says:

            censés, pas sensés. Sessez de destruire la langue.

            • bourgin says:

              Cessez, pas « sessez » : avant de regarder la paille dans l’oeil du voisin, regardez la poutre dans votre propre oeil !

  3. Franck says:

    C’est une fierté pour ce Monsieur d’attribuer le plan de « remplacement final » à son homonyme ou à sa parente?

  4. darcia says:

    Tout de même Giscard a eu un petit élan de lucidité en 1978, ce qui n’enlève en rien les vérités qui sont dites içi !

    • François says:

      Non, il n’y a aucune illusion à avoir sur le personnage. En 1978 il n’a fait qu’une manœuvre électoraliste, sans lendemain. Toute la carrière de ce triste sir le démontre mieux que n’importe quels discours. De la loi Rothshild-Giscard quand il était ministre de Pompidou en 1973 qui a donné le droit de frapper monnaie aux banques privées et l’a retiré à la Banque de France, avec inauguration des intérêts de la dette au nom de laquelle Macron nous impose de nous serrer la ceinture, puis avec le décret du regroupement familial en 1976 et jusqu’à la constitution européenne en 2005 il n’a pas pris de repos! C’est le premier mondialiste islamophile de l’Histoire de France. C’est lui qui a négocié les traités d’invasion avec la ligue arabe.

  5. françois says:

    Vous oubliez son emprunt indexé sur l’or dont le remboursement coûta une fortune à l’état ,ce nuisible par dessus le marché est l’ancien dirigeant le plus couteux à entretenir.

  6. Cyrano says:

    L’évidence est que Giscard a ouvert les vannes de l’immigration massive incontrôlable devenue depuis longtemps incontrôlée avec l’instauration du regroupement familial, brèche dans laquelle s’est engouffré Mitterrand quelques années plus tard provoquant un tsunami migratoire.
    Et ne parlons pas de la fameuse Aide au retour de 10 000Frs en 1978! Travaillant à l’époque à l’ANPE je me souviens qu’il était distribué une lettre d’info à ce sujet à tous les ressortissants concernés lors du pointage bimensuel. Il est intéressant de se souvenir que bon nombre ont opté pour cette aide….mais sont prestement revenus clandestinement en France et furent par la suite régularisés!
    Merci à la France d’avoir été si généreuse…pour eux avec NOTRE argent…et ça continue encore et encore….de plus belle!

  7. Depuis 1973, la France est dirigée par des traîtres mondialistes !!!

    • cadoudal says:

      La République maçonnique , l’ anti France, veut détruire la vraie France en organisant l ‘invasion barbaresque islamique.

      La République nous souhaite beaucoup de Bataclans.

  8. Félicie Aussi says:

    M. Philippe Ploncar d’Assac étudie de près tout ce qu’ont dit et disent ces gens là, pour révéler cela dans des livres et des conférences.

    Entre autres monstruosités, il a révélé que, devant l’auditoire d’une loge maçonnique, l’avorteuse avait dit un truc du genre : Il suffit de changer les lois pour faire évoluer [sous-entendu en mal] la mentalité des peuples.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com