Ahmed_el_Tayeb_
Ahmed el-Tayeb, grand imam de l’université Al-Azhar d’Egypte

Les rencontres œcuméniques entre les leaders religieux mondiaux et les plus hautes autorités de la hiérarchie ecclésiastique conciliaire se multiplient sous les stucs baroques et les marbres antiques des palais du Vatican, et le règne de François. Mise à la mode par le concile Vatican II, tous les papes depuis lors ont opté pour ce concept œcuménique de dialogue par la rencontre, ou de rencontre pour dialoguer,  qui conduit les âmes des fidèles catholiques à l’indifférentisme et au relativisme religieux. A l’apostasie de la foi catholique.

C’est la salle de presse du Vatican qui en a fait l’annonce jeudi 19 mai : le pape François va recevoir en audience, lundi 23 mai prochain, Ahmed el-Tayeb, le grand imam de l’université Al-Azhar d’Egypte, prestigieuse institution considérée comme la plus haute autorité de l’islam sunnite. Rencontre dont on ne connaît pas le sujet mais, au vu de la politique non-apostolique et mondialiste du pape François, nous pouvons soupçonner que le dialogue portera sur l’union des religions, chemin nécessaire à une paix mondiale sans le Christ. Vaste chimère qui enténèbre les esprits du Vatican.

Voici ce que dit la fiche Wikipédia sur l’imam Mohamed el-Tayeb :

« Le cheikh Ahmed Mohamed el-Tayeb, né le 6 janvier 1946 à Louxor en Égypte, est le 44e imam de la mosquée al-Azhar depuis 2010.

El-Tayeb a étudié la pensée islamique à la Sorbonne, y obtenant un doctorat puis y enseignant comme professeur invité, ainsi qu’à l’Université de Fribourg en Suisse (1989). Il a traduit plusieurs œuvres de théologie du français en arabe, notamment Le Sceau des Saints dans La Doctrine d’Ibn Arabi de Michel Chodkiewicz en 1998, ou l’Histoire et classification de l’œuvre d’Ibn Arabi d’Osman Yahia (1992).

Il publie plusieurs œuvres de pensée et d’exégèse islamique, notamment sur le penseur islamique du XIVe siècle al-Taftazani (1997).

Professeur de philosophie et de théologie à l’université al-Azhar depuis le 6 janvier 1988, il occupe diverses fonctions dans d’autres universités théologiques: doyen de la Faculté d’études islamiques de Qena (Égypte) en 1990-1991, doyen de la Faculté d’études islamiques d’Assouan (Égypte) de 1995 à 1999, doyen de la Faculté de théologie de l’Université islamique internationale d’Islamabad (Pakistan) de 1999 à 2000.

El-Tayeb est de mars à septembre 2003 Grand mufti d’Égypte, puis de 2003 à 2010 recteur de l’Université Al-Azhar.

Il est membre de plusieurs observatoires sur l’Islam, notamment président du Comité religieux de la radio et télévision égyptienne.

Il succède à Mohammed Tantaoui en 2010 au poste d’imam de la mosquée d’Al-Azhar. Nommé par le président Hosni Moubarak suivant un règlement institué par Nasser, il lance plusieurs réformes dans son université, avec une place plus grande laissée aux différentes traditions théologiques musulmanes. Mais dès 2011, l’insurrection de janvier-février 2011 l’amène à redéfinir la mission de son poste et son institution.

Ne soutenant pas l’opposition à Moubarak dans les jours qui précèdent sa chute, il doit faire face aux accusations sur la légitimité de son poste, notamment des Frères musulmans qui avaient été écartés des postes de l’institution et représentent alors la principale force politique. Une des premières mesures est d’abolir la nomination de l’imam d’Al-Azhar par le président qu’il fait entériner par le pouvoir militaire de transition quelques jours avant l’entrée en fonction de la nouvelle assemblée constituante. La mesure vise autant à rendre à l’Université l’indépendance d’avant 1961 qu’à contrer le pouvoir politique à venir, dominée par les Frères musulmans et les salafistes.

L’Université émet sous son autorité deux déclarations durant cette période de transition: la première promeut un État-nation « moderne » et « démocratique » en soulignant la nécessité d’une constitution (basée sur la charia), d’une séparation des pouvoirs et de l’égalité des citoyens devant la loi. En janvier 2011, une seconde déclaration insiste sur la liberté d’expression, de croyance, de création et de recherche scientifique. Ces deux déclarations visent à faire contrepoids aux déclarations à caractères théocratiques qui se libèrent alors, après des décennies d’interdiction des partis religieux. »

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. daflond says:

    Papy François est copain comme cochon (si je puis dire) avec les islamistes. Ah! j’y suis: Il veut finir en martyr pour avoir une meilleure resurection. Parions qu’il finira par avoir sa tête fixée en haut de la basilique St Pierre. En tout cas il est bien parti pour.

  2. Eugène-Olivier says:

    Les vendus du Vatican, à la pointe de l’entretien du mensonge islamique.
    On ne peut pas compter non plus sur eux pour éjecter le protestantisme de l’histoire, les travaux d’anthropologie de l’oralité, chut! n’en parlons pas pour garder les pauvres protestants dans le mensonge!

  3. Sanfard says:

    ….. » politique non-apostolique et mondialiste du pape François, nous pouvons soupçonner que le dialogue portera sur l’union des religions, chemin nécessaire à une paix mondiale sans le Christ. Vaste chimère qui enténèbre les esprits du Vatican ».
    BIEN VU !
    Enténèbrés aussi tous les aveugles qui pensent que le pape a toujours raison, quoiqu’il dise ou fasse.

  4. balanine says:

    Les uns et les autres (Papes et autres autorités catholiques) pourront toujours faire des « relations oecuméniques » jamais ils ne pourront changer ce qui est pour un chrétien catholique, la Voie du Christ et la VOIX du Christ : la SAINTE TRINITE !
    DIEU LE PERE, JESUS CHRIST LE FILS ET LE SAINT ESPRIT ! QUE LE SAINT ESPRIT veuille bien éclairer tous ces fantoches qui prétendent refaire les Evangiles, donc la PAROLE DE DIEU par le FILS JESUS, mort sur la Croix et Ressuscité d’entre les Morts.

  5. Etienne says:

    Ce matin, dimanche de la Trinité, l’homélie nous expliquait que le mot Trinité n’est pas dans les Evangiles. Ce qui est formellement vrai.
    Il ne serait sorti qu’au 4e siècle au Concile de Nicée.
    De plus, la suite du prêche prenait soin de ne pas distinguer trop clairement les personnes de cette Trinité.
    Franchement, plus on les entend, plus nos prédicateurs paraissent préparer de nouvelles trahisons. De leur part, nous vivons semaine après semaine des Munich le 30 septembre 38.

  6. Etienne says:

    Puis-je ajouter que, en matière politico-pastorale (ou pastoralo-politique), le magistère légitime du bas-clergé comme de la hiérarchie ?

    C’est zéro. Virgule, un petit quelque chose.

  7. La papauté s’unit à l’islam. Qui s’assemble, se ressemble. Ils vont s’embrasser et se feront des cadeaux. Ce n’est certainement pas ces gens qui feront changer quelque chose dans le monde, bien au contraire. Le pape veut l’immigration de l’Europe (lu dans un journal), l’imam lui veut aussi l’immigration, ils vont donc s’entendre pour l’invasion de l’Europe mondialiste voulu par de nombreux responsables politiques européens.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com