Depuis leur apparition, la réglementation sur l’utilisation des drones ne cesse d’évoluer. Quand on applique les 10 commandements de l’utilisation du drone, les choses deviennent plus simples réglementation :

1 – Les personnes tu ne survoleras pas, car les hélices sont dangereuses et blessantes !

2 – Hauteur de vol tu respecteras. Un drone n’est pas un ULM. Il doit rester sous le plafond des 150 mètres, sinon il peut mettre la sécurité des petits avions et des ULM en danger. Oui mais mon drone il a une altitude maximale de 300 mètres ! Oui mais ta voiture, elle a une vitesse maximum de 230 km/h…

3 – Vol de nuit ne feras pas. Tu n’es pas Saint-Exupéry, alors ton drone, il vole le jour et sous ton regard…

4 – Villes ne survoleras. Ton drone vole avec l’élégance d’un cygne, alors comme les cygnes, il va à la campagne…

5 – Ni aérodrome, ni aéroport ne survoleras. C’est passible de prison. Tu n’as surement pas envie de faire la une des journaux sous le titre : « le criminel qui a provoqué le crash d’un A-320 avec son drone… »

6 – Ni base militaire, ni centrale nucléaire, répartiteur électrique ou voie ferrée ne survoleras. C’est mal ! Avec le risque de voir le RAID défoncer ta porte à 6 heures du matin parce qu’on a cru que tu faisais des repérages pour Daech…

7 – La vie privée des autres tu respecteras. Non, tu ne filmes pas mademoiselle Bimbo, ta voisine, prenant des bains de soleil dans son jardin. Tu n’as aucun contrat avec Closer…

8 – Addenda : prises de vues ne diffuseras, sauf autorisation des ayants droits. La Stasi n’existe plus depuis 1989…

9 –  Des dégâts causés par ton drone tu t’informeras. Exploser une vitre de Porsche Cayenne avec ton drone, ça peut couter cher. Et même être douloureux si c’est celle de M. Garbon-Fiznett, champion olympique d’haltérophilie…

10 – Auprès du Ministère tu te renseigneras. Ton drone dépend du Ministère de l’écologie et du développement durable. En cas de doute, adresse-toi à eux.

11 (à partir de juillet 2018) : le poids de 800 grammes ne dépasseras, sauf déclaration préalable et équipement en signaux lumineux et sonores afin d’être facilement identifiable dans le ciel.

Une fois les règles fixées, pourquoi ne pas faire un tour sur ce site les mini-drones, histoire de voir ce qui se fait de mieux en mini-drones, par exemple choisir entre le Parrot Airbone Cargo, facile à prendre en main et pas cher ; le DJI Spark, facile à prendre en main et très rapide ; le Parrot Swing qui à ces deux qualités ajoute un faible coût…

Ne pas oublier là aussi les recommandations d’usage en matière de sécurité (Un mini drone reste en engin dont les hélices tournent rapidement, il peut être intéressant de choisir un mini-drone avec une carène de protection pour éviter que les hélices ne blessent) ; et aussi l’utilisation que l’on en fait. Il faut savoir que pour les figures acrobatiques, certains mini drones sont les rois de l’amusement et certains offrent même la possibilité de réaliser des figures en pressant un simple bouton, mais tous les mini drones ne sont pas équipés de cette fonctionnalité ! Même chose pour l’autonomie : comme pour les drones avec caméra, les mini drones sont plus ou moins autonomes…  Alors, pour les fêtes, racontez-vous une histoire drone…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Attention: pas ‹ne survolera› (etc.). mais ‹ne survoleras› (etc.). (Je ne suis pas payé pour ce travail.)

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

34,52 % récoltés 27.499 € manquants

14501 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 27.499 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com