André Glucksmann (Philosoph und Publizist)
André Glucksmann

A quelques jours d’intervalle, René Girard et André Glücksmann viennent de nous quitter.

La terrible actualité a vite fait oublier ce double départ, mais on peut espérer qu’un regard, et une réflexion, sur deux vies d’intellectuels si dissemblables, contribuent plus à la compréhension du réel, que la fascination de l’immédiat lui-même, surtout quand il est atroce.

La différence entre ces deux célèbres intellectuels restera donc, extrême.

On serait tenté de les comparer à la cigale et à la fourmi de la célèbre fable, si on ne craignait pas d’offenser la cigale.

Côté fourmi, René Girard, né en 1924, a mené, dès l’âge de 24 ans, une carrière de professeur d’université aux Etats-Unis essentiellement consacrée à développer et à compléter systématiquement sa grande idée, le désir mimétique, dans une oeuvre composée d’une trentaine d’écrits.

André Glücksmann, né en 1937 de parents juifs moldaves communistes devenus agents soviétiques avérés, réussit à 13 ans à adhérer au PCF, après 68, il devint maoïste, partisan émerveillé de la révolution culturelle, et violemment opposé au « révisionnisme » de son parti originel.

En 1975 il rompit soudain avec le marxisme en menant, soutenu par son complice BHL, l’opération médiatique des « nouveaux philosophes » anti-totalitaires qui exploitaient l’effet produit en France par l’oeuvre de Soljenitsyne.

Avec un certain nombre « d’intellectuels » il passe en 1977 par l’ultra-libéralisme « moral » et la défense de la pédophilie, avant de devenir dans les années 80 « atlantiste », soutenant les guerres contre l’Irak, puis contre la Serbie, la « cause tchétchène » contre Poutine, l’intervention en Libye, la « cause tibétaine » contre la Chine, et en 2009 Israël contre Gaza.

Quelles constantes peut-on dégager dans ce tourbillon dont nous sautons quelques épisodes ? Le modèle extrême du parcours « philosophique » dominant d’une génération de privilégiés, sa grande soumission de pensée et d’action aux courants hégémoniques du moment, bons ou mauvais, son absence de nuances, associée à son intransigeance, surtout quand il se reniait, et enfin sa grande capacité, la plupart du temps, à occulter les réalités les plus profondes et ainsi à se tromper de camp, ou à choisir le plus vicieux d’entre eux.

Pendant ce temps, à distance des passions du temps, René Girard construisait  progressivement une théorie anthropologique globale, qu’il pensait avoir découverte grâce aux grands écrivains (dans Mensonge romantique et vérité romanesque en 1961) : l’imitation est humaine, et nous désirons ce que l’autre désire, d’où rivalités et violence généralisée qui ne se résout que par le mécanisme de la détermination d’un bouc émissaire, que l’on sacrifie et que l’on divinise ensuite (La violence et le Sacré), ce qui apaise pour un temps les conflits et fonde la religion archaïque et, par là même, la culture.

Avec Des choses cachées depuis la fondation du monde qui, en1978, empruntait son titre à l’évangile de Saint Mathieu (13,35), René Girard pose le troisième étage de son édifice : la Passion du Christ n’est pas, contrairement aux apparences, une reproduction ordinaire du mécanisme sacrificiel, car la victime étant, cette fois, manifestement innocente, elle détruit ce mécanisme, et tout est transformé.

Sans doute cette pensée, distanciée des événements immédiats, est-elle plus profonde que les variations de Glücksmann. Est-il cependant certain qu’elle soit tellement plus sage ?

La  découverte que pense avoir faite René Girard a été aussi séduisante pour les uns, et par eux sanctifiée, qu’elle a été contestée ou méprisée par les autres, et le jugement d’Alain de Benoist sur l’inaptitude de René Girard au dialogue, donne à réfléchir : « il se contentait d’affirmer sans jamais démontrer ».

Sans se rallier au dénigrement systématique du pamphlet de René Pommier : « René Girard, un allumé qui se prend pour un phare », qui ne manque pourtant ni d’arguments, ni d’humour féroce contre une construction théorique qui représente l’oeuvre d’une vie, situons nous du point de vue de la Foi catholique, dont René Girard se réclamait (et dont plus d’un catholique admiratif semble avoir en l’occurence oublié la doctrine).

Dieu ne se serait-Il incarné que pour libérer l’homme d’un mécanisme, qui serait lui-même nécessairement engendré par une nature humaine créée par Dieu ? Dans la théorie Girardienne, la responsabilité de l’homme dans la chute originelle n’apparaît pas, et Satan n’est ici que le mécanisme sacrificiel, avec la tentation d’y retomber toujours. Le Christ, en grand animateur et sociologue qui provoque le psychodrame libérateur, ne viendrait pas pour rétablir la relation rompue entre l’homme et Dieu mais seulement pour établir entre les hommes, les bonnes relations sans lesquelles ils disparaîtront. René Girard semble oublier qu’au-dessus de toute mécanique sociale, il y a le destin personnel de chacun, et son salut. Dans son évocation de la Passion, la mort comme telle, et la Résurrection du Christ sont absentes. La mort humaine est pourtant un fait, nullement hypothétique, qui doit avoir quelque place dans le religieux et dans le social que l’hypothèse mimétique n’inclut pas.

Il s’agit en fait d’une gnose très réductrice, dans laquelle tout mystère disparaît. En effet, comme le relève Paul Valadier, philosophe et jésuite, si René Girard parle d’une conversion et d’une grâce, c’est à propos de sa propre théorie qui relèverait bientôt de l’évidence, en se prétendant scientifique.

Le sage, nous dit  Aristote, est celui qui ordonne selon les principes.

René Girard, dans ses pensées et dans ses oeuvres, semble a priori plus sage qu’André Glücksmann dans les siennes, et plus à même d’éclairer ce que nous vivons, mais le véritable sage, vis-à-vis des choses anciennes comme des nouvelles, doit, sans s’enivrer de  ses trouvailles, s’assurer des vrais principes.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Girard est un grand,le pauvre Glucksmann,un petit:en mai 68,maoïste alors que Mao massacre environ 50 millions de personne,uniquement pour reprendre un pouvoir dont l’avaient écarté les autres dont Deng Hsiao Ping,excédés de ses excès: »les cent fleur », »le grand bond en avant » il va voir lacan car il a peur de devenir fou-drogué.Il changera de registre après ;certes,original,un peu,conformiste,beaucoup!Son malheureux fils suit le même pente:perte d’identité.Voir sur « spiritualité,politique,économie.erlande.com: »L’identité perdu ».

  2. Sarescaa says:

    J’ai rarement lu un tel condensé de bêtises à propos de René Girard. De ce que l’on peut voir dans des débats filmés (Youtube), il est faux qu’il soit inapte au dialogue, et qu’il « affirme sans démontrer ». Moi je trouve au contraire, qu’il réussit justement à créer des instants sublimes dans le débat, parce qu’il tient dur sa position. C’est d’ailleurs dans cet esprit que Girard a conçu plusieurs de ses livres sous forme de dialogue avec des interlocuteurs qui sont des penseurs de haut niveau. La responsabilité de l’homme dans la chute, évidemment apparaît: s’il se détourne de Dieu et de la Révélation qui est faite de ce savoir, concernant le mécanisme victimaire. Donc la relation avec Dieu (ou une transcendance) est présupposée en quelque sorte, loin d’être absente, comme cet article le déplore. Non, Girard n’a pas ignoré que les humains sont des individus, éventuellement avec leur destin, il a simplement élaboré une théorie qui permet de comprendre aussi certains aspects relationnels qui dépassent cette dimension, qu’il nomme interdividuels. René Girard aurait-il oublié de parler de la mort? Bon sang, ses livres regorgent de situations où il est question de boucs émissaires massacrés et de sacrifices humains. Et c’est quand même incroyable qu’on lui reproche de faire disparaître le mystère et en même temps d’enivrer ses lecteurs avec des propos qui n’ont rien de scientifique. Girard est un immense penseur, un anthropologue fondamental, et ce qui a été écrit dans cet article n’est qu’insinuation et médisance, dévoilant un travail de journaliste très très très mal informé, ou tendancieux.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com