POLITIQUE-JUSTICE-DECES-FOYERAujourd’hui, nous sommes confrontés de plus en plus à un grand nombre de questions de société comme le mariage pour tous ou l’euthanasie. Déjà un certain nombre d’entre elles ont été légiférées en France comme la question de l’avortement. Beaucoup de Français ont abandonné ou diminué ce combat depuis 1974 et 1975 . L’avortement s’est malheureusement généralisé et les mentalités ont pour la plupart changé. Aujourd’hui quand on remet en question les avortements, on nous dit: « il faut vivre avec son temps; aujourd’hui 220 000 femmes pratiquent un avortement, c’est un « soulagement pour elles » pourquoi changer?  »

Or ce qui a  beaucoup fait parler en 1974 et 1975 reste malgré tout d’actualité. Ces femmes qui se font avorter agissent ainsi parce qu »il y a eu une loi l’autorisant. Ceux qui se sont levés contre ce projet de loi, à partir des années 70, avaient des principes et une morale qui ne peuvent être modifiés et qui restent les mêmes malgré tout, aujourd’hui. C’est pour cela qu’il nous semble intéressant de faire un retour en arrière historique, ce qui d’ailleurs est rarement fait.

A l’Assemblée Nationale, lors des discussions qui ont eu lieu, un homme s’est dressé contre Simone Veil et contre les communistes. Cet homme s’appelait Jean Foyer.Lors de la séance du 26 Novembre 1974, il prit la parole. Voici quelques extraits de ce qu’il dit alors:

« Les médecins avaient jusqu’à présent le monopole de la prescription des soins en vue de conserver la vie; vous proposez maintenant de leur réserver le monopole de certaines destructions de la vie. »

« Plus tard, lorsque, dans une France dépeuplée, le nombre des vieillards et des handicapés sera devenu insupportable parce que disproportionnés à celui des actifs, on nous expliquera qu’une vie diminuée ou ralentie n’est plus une véritable vie humaine et qu’elle ne vaut plus la peine d’être vécue. » (Est-ce une prémonition de ce qui se passe aujourd’hui? Nous ne sommes qu’en 1974! )

« Les pouvoirs publics paraissent se préoccuper bien plus des femmes qui veulent supprimer leur enfant que de celles qui souhaitent le conserver ».

« Dans la vie politique, l’honneur et le courage ont souvent consisté à dire non. »

« Est-il impossible d’apprendre, si on l’a oublié, que l’avortement est une mise à mort? Est-il si difficile de rendre la population féminine sensible aux dangers qu’il comporte? Les problèmes démographiques seraient-ils un sujet tabou et sans intérêt? »

Voici quelques citations de Jean Foyer, principal opposant au projet de loi sur l’IVG en 1974. Elles ne sont pas du tout démodées quoiqu’en peuvent penser certains, au contraire elles sont d’actualité et nous portent même à réfléchir sur notre société actuelle…. ce qui n’est pas à négliger !

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. Tout a commencé en 1974: C’était la dernière année où notre pays a validé un budget équilibré!
    Depuis 1974, année de l’avortement, notre pays a un budget systématiquement déficitaire et de plus en plus. On en sait quelque-chose.
    Donc oui, d’une certaine manière, revenons en 1974!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com