salon musulman val d'oise

Les 12 et 13 septembre s’est tenu au Parc des Expositions de Pontoise la 3e édition du Salon musulman du Val-d’Oise. Cette manifestation, censée mettre « la femme à l’honneur », a organisé sur ces deux jours, outre des cours de cuisine et un défilé de mode musulmane, une série de sept conférences dont la majorité était axée sur la place de la femme dans l’Islam.  

Voici un florilège de citations des imams qui sont intervenus : 

« La femme vertueuse, c’est celle qui obéit à son mari » ou « La femme, elle ne sort de chez elle que par la permission de son mari », déclare Nader Abou Anas, imam d’une mosquée du Bourget. « Qu’elle sache que les anges la maudissent toute la nuit si elle se refuse à son mari sans raison valable ».

 « La femme toute entière est nudité, elle doit être préservée, respectée, honorée et cachée », assure Rachid Abou Houdeyfa, imam de la mosquée de Brest, qui déclare encore : « La femme vertueuse, c’est celle qui sort de chez elle avec sa pudeur, avec son honneur, avec son hijab ».  

« Parmi les causes qui font répandre la fornication, le fait que les femmes aient refusé de mettre un hijab », selon Mehdi Kabir. C’est ce même Medhi Kabir qui est connu également pour son prêche sur le porc qui est une insulte à notre gastronomie française :

« Il n’y a pas une femme qui se parfume et sort dans la rue pour que les hommes sentent son odeur, sans qu’elle soit considérée auprès de son Seigneur comme fornicatrice », affirme Hatim Abou Abdillah, imam d’une mosquée de Maisons-Alfort.

Ces imams sont simplement littéralistes et ne font que citer le Coran, comme suit : Verset 34/38 de la sourate 4 :  (traduction Mouhammad Hamidullah)

« 34. Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! » 

Quand on pense que tous ses imams s’expriment librement avec la complaisance et le soutien de nos pseudos élites. A quand le réveil des consciences face à cette invasion musulmane qui finira par nous détruire et à nous asservir !

Marcel KIVIN

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

31 commentaires

  1. queniartpascal says:

    ces gens devraient être virés de chez nous

    • OU SONT Toutes les ASSOCIATIONS FEMINISTES QUI SONT TOUT LE TEMPS A RAMENER LEUR SCIENCE Dès que l’on voit un sein à la TV .il faut supprimer toutes les pubs …ETC…)LA ….C’est une atteinte à la dignité de la femme,une incitation à la haine ,une incitation à la violence ETC….Pas l’ombre d’une plainte….Pas l’ombre d’un politique ..Dois conclure que tout ce petit monde cautionne ce comportement????

  2. Comment peut-on laisser parler ce genre d’énergumène sans le traîner devant nos tribunaux ?

    Nous avons des lois, ils doivent les respecter.

    Ils sont dangereux !

    • Champallier says:

      Mais nous sommes dans un pays occupé.
      L’accueil des maires qui se disent de l’hexagone (je dirais même plutôt de la francarabia) fait à Julien Sanchez hier en est une preuve formelle.

    • quand on prive les gens de liberté d’expression, on en fait des victimes, alors que les contredire avec des arguments c’est leur couper l’herbe sous les pieds.

      si non, avez vous des arguments à leur opposer au lieu des lois et tribunaux et surtout sous quel prétexte comptez vous les trainer devant la justice ?

  3. Désolé de contredire les précédents auteurs mais je trouve les remarques des imans en accord avec le christianisme qui est, dois-je le rappelr l’Amour.

    Si aimer sa femme c’est lui offrir le meilleur, aimer son mari c’est aussi s’offrir à lui, ce n’est pas un sacrifice mais un acte d’amour.

    L’Ancien Testament parle aussi « de la femme vertueuse » qui élève la famille et son mari. (élève dans le sens d’élévation).
    Les intervenants précédants n’ont pas l’idée de « couple » mais celui de deux personnes distinctes, alors qu’il faut raisonner en couple, l’un pour l’autre. Soixante de mariage sans divorce, mais pas sans accrochage. G.

    • Tchetnik says:

      Le couple n’abolit pas l’égale dignité des conjoints, affirmée par le Christ, les Apôtres et les Pères. Il constitue une troisième personne qui n’abolit pas les deux autres mais les harmonise en Christ.

      En ce sens, le mariage Chrétien et les devoirs mutuels de l’homme et de la femme sont loin de la soumission exclusive de l’islam.

    • Cher Sieur Gaudin, ce qu’il y a de frappant n’est pas votre message, mais les réponses que l’on vous fait. Ainsi, je vais venir vous confirmer, et même étayer vos dires.

      Certes la religion mahométane est éloignée de la Vérité, de la véritable religion, celle du Christ ; néanmoins, cela ne l’empêche pas de véhiculer des traits de morale naturelle tout à fait basique et acceptable. En l’occurrence, les citations de ces imams sont vraies, et contenues dans la doctrine catholique.

      Je m’adresse maintenant à l’un de vos contradicteur.

      Cher Sieur Tchetnik, il n’est pas juste de laisser passer de telles inepties, c’est pourquoi je dois vous reprendre. Dans votre strict refus de l’islam (qui est une bonne chose), vous vous aveuglez au point de ne plus discerner ce qui est bon ou mauvais. Qu’est-ce que cette égalité « de dignité » ? tant de fois bêtement répétée par desdits Catholiques. Pourquoi ne pas le dire simplement, ce mot d’égalité : l’homme et la femme sont égaux, et bien que leur rôle respectif doit être préservé (la seule chose qui vous distingue de ces modernistes et autres dégénérés), l’un n’a pas plus, et n’est pas plus, que l’autre. Eh bien ! le Christ aurait enseigné cette monstruosité ? prouvez-le-moi !
      Pour ma part, je vais vous prouver que Saint Paul, s’appuyant sur le Christ et un de Ses Mystères, enseigne tout le contraire de ce que vous affirmez, ou plutôt la vérité.
      Citation : (Eph. V) 22-33.
      Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l’Église, qui est Son corps, et dont Il est le Sauveur.
      Or, de même que l’Église est soumise au Christ, de même aussi les femmes doivent être soumises à leurs maris en toutes choses.
      Vous, maris, aimez vos femmes, comme le Christ aussi a aimé l’Église, et S’est livré Lui-même pour elle,
      afin de la sanctifier, après l’avoir purifiée dans le baptême d’eau par la parole de vie, pour Se la présenter Lui-même comme une Église glorieuse, n’ayant ni tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et immaculée.
      De même les maris aussi doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même.
      Car jamais personne n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et la soigne, comme le Christ le fait pour l’Église, parce que nous sommes les membres de Son corps, formés de Sa chair et de Ses os.
      C’est pourquoi l’homme abandonnera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux seront une seule chair.
      Ce mystère est grand : Je dis cela par rapport au Christ et à l’Église.
      Ainsi, que chacun de vous individuellement aime sa femme comme lui-même, et que la femme révère son mari.

      Maintenant posons-nous la question, lorsque l’on révère un être, n’est-ce pas à cause de sa dignité justement supérieure à la nôtre ? Ce n’est pas le Père qui révère le fils, mais bien l’inverse. Ainsi la femme révère son Mari, mais celui-ci bien qu’il l’aime considérablement ne la révère pas : l’amour n’est pas du même type, ce n’est pas une question de degré.
      Dieu dans Son infini Bonté a voulu que les êtres soient hiérarchisés, et l’on peut aussi y voir Son infini Sagesse. Car qui voudrait deux Roys pour gouverner son pays, à moins d’être insensé ? Non, il n’y aura qu’un Roy, mais celui-ci s’entourera de délégués qui œuvreront en son nom et autorité.
      Alors attention, cette notion de « couple égalitaire » n’est pas catholique, bien au contraire (et comme le fait remarquer judicieusement en vidéo un intervenant sur ce même site, Damien Viguier) c’est elle qui a amené les pires conceptions de la Famille, et surtout ce ferment chaotique.
      Oui, soyons prudent dans nos paroles pour ne pas commettre de crime, car supposer que le Mari n’a pas toute autorité dans sa Famille et que sa femme n’est pas obligée de lui obéir, alors c’est instiller la révolte et préparer la désorganisation puis la destruction de toutes les Familles. Donc répétons vigoureusement : Un seul Roy et Chef dans la Famille, le Mari ! et comme l’Eglise obéit au Christ son Chef, c’est-à-dire aveuglément, la femme doit obéir à son Mari. A lui le terrible compte qu’il devra rendre à son Dieu à propos de ses actes et de la tenue de son Foyer, car c’est là son devoir !

      • Tchetnik says:

        « Eh bien ! le Christ aurait enseigné cette monstruosité ? prouvez-le-moi ! »

        -C’est parti mon zizi :

        Il est écrit en effet :
        “Et Dieu créa l’homme ; il le créa à l’image de Dieu ; il les créa homme et femme.” Gen 1, 27.

        Genèse 2, 22 Puis, de la côte qu’il avait tirée de l’homme, Yahvé Dieu façonna une femme et l’amena à l’homme. Genèse 2, 23 Alors celui-ci s’écria: « Pour le coup, c’est l’os de mes os et la chair de ma chair! Celle-ci sera appelée « femme », car elle fut tirée de l’homme, celle-ci! » Genèse 2, 24 C’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. On s’aperçoit que si la Femme est tirée de l’Homme, elle en partage d’office l’Image et la ressemblance Divines.

        L’attitude du Christ envers Maria de Magdala (22/07), la femme adultère, la Samaritaine, Sa propre Mère est emplie de respect et de bienveillance. De même a-t-il bien prescrit aux Apôtres de ne pas répudier les femmes, ce qui apparaissait révolutionnaire à l’époque au point que les Apôtres dirent que « si telle est la condition de l’Homme vis-à-vis d la Femme, mieux vaut ne pas se marier ». Le Christ rejetait la répudiation, affirmait que l’on ne peut séparer ce que Dieu a uni. Il a ressuscité la fille de Jairus et, en chemin, a guéri l’Hémoroise, ce qui montre bien que la Femme est bel et bien concernée par le Salut (Marc 5, 22-42). Il a enseigné à Marie comme à Marthe, a été reçu chez elles et a partagé Son enseignement avec elles. Comment cela aurait-il été possible si la femme était « impure » ou « sans âme »?

        Le Prophète Malachie avait déjà invité très fortement à dépasser l’autorisation de Moise sur la répudiation, comme contraire à la dignité de tout Homme et à la volonté de Dieu :

        Malachie 2, 13 Voici une seconde chose que vous faites: vous couvrez de larmes l’autel de Yahvé, avec lamentations et gémissements, parce qu’il se refuse à se pencher sur l’offrande et à l’agréer de vos mains.
        14 Et vous dites: Pourquoi? – C’est que Yahvé est témoin entre toi et la femme de ta jeunesse que tu as trahie, bien qu’elle fût ta compagne et la femme de ton alliance.
        15 N’a-t-il pas fait un seul être, qui a chair et souffle de vie? Et cet être unique, que cherche-t-il? Une postérité donnée par Dieu! Respect donc à votre vie, et la femme de ta jeunesse, ne la trahis point!
        16 Car je hais la répudiation, dit Yahvé le Dieu d’Israël, et qu’on recouvre l’injustice de son vêtement, dit Yahvé Sabaot. Respect donc à votre vie, et ne commettez pas cette trahison!

        Et après avoir dit « femmes soyez soumises à vos maris, Saint Paul ajoute dans les Éphésiens :
        « “Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, 26., afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, 27. afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. 28. C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. 29.Car jamais personne n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Église, 30. parce que nous sommes membres de son corps.” » Ephésiens 5, 25-30.

        Ce qui montre bien que la femme possède bien une image divine envers laquelle l’homme doit reproduire le lien d’amour qui unit Dieu à lui-même. Merci d’apporter si opportunément de l’eau à mon moulin.

        Et encore:

        “Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme. 12. Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu.” 1Corinthiens 11, 11-12.

        “Je vous recommande Phoebé, notre soeur, qui est diaconesse de l’Église de Cenchrées, 2.afin que vous la receviez en notre Seigneur d’une manière digne des saints, et que vous l’assistiez dans les choses où elle aurait besoin de vous, car elle en a donné aide à plusieurs et à moi-même. 3.Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’oeuvre en Jésus Christ, 4.qui ont exposé leur tête pour sauver ma vie ; ce n’est pas moi seul qui leur rends grâces, ce sont encore toutes les Églises des païens.” » Romains 16, 1-4.

        Romains 7, 2 C’est ainsi que la femme mariée est liée par la loi au mari tant qu’il est vivant; mais si l’homme meurt, elle se trouve dégagée de la loi du mari.
        Romains 7, 3 C’est donc du vivant de son mari qu’elle portera le nom d’adultère, si elle devient la femme d’un autre; mais en cas de mort du mari, elle est si bien affranchie de la loi qu’elle n’est pas adultère en devenant la femme d’un autre.

        1 Corinthiens 7, 3 Que le mari s’acquitte de son devoir envers sa femme, et pareillement la femme envers son mari.
        , 4 La femme ne dispose pas de son corps, mais le mari. Pareillement, le mari ne dispose pas de son corps, mais la femme.
        5 Ne vous refusez pas l’un à l’autre, si ce n’est d’un commun accord, pour un temps, afin de vaquer à la prière; et de nouveau soyez ensemble, de peur que Satan ne profite, pour vous tenter, de votre incontinence.
        6 Ce que je dis là est une concession, non un ordre.

        1 Corinthiens 7, 10 Quant aux personnes mariées, voici ce que je prescris, non pas moi, mais le Seigneur: que la femme ne se sépare pas de son mari —
        11 au cas où elle s’en séparerait, qu’elle ne se remarie pas ou qu’elle se réconcilie avec son mari – et que le mari ne répudie pas sa femme.
        12 Quant aux autres, c’est moi qui leur dis, non le Seigneur: si un frère a une femme non croyante qui consente à cohabiter avec lui, qu’il ne la répudie pas.
        13 Une femme a-t-elle un mari non croyant qui consente à cohabiter avec elle, qu’elle ne répudie pas son mari.
        14 En effet le mari non croyant se trouve sanctifié par sa femme, et la femme non croyante se trouve sanctifiée par le mari croyant. Car autrement, vos enfants seraient impurs, alors qu’ils sont saints!
        15 Mais si la partie non croyante veut se séparer, qu’elle se sépare; en pareil cas, le frère ou la soeur ne sont pas liés: Dieu vous a appelés à vivre en paix.
        16 Et que sais-tu, femme, si tu sauveras ton mari? Et que sais-tu, mari, si tu sauveras ta femme?
        17 Par ailleurs, que chacun continue de vivre dans la condition que lui a départie le Seigneur, tel que l’a trouvé l’appel de Dieu. C’est la règle que j’établis dans toutes les Eglises.
        (Passage qui est non seulement assez égalitaire sur les hommes et les femmes mais de plus montre que l’Église ne peut refuser à la communion une femme ou un homme sous prétexte qu’ils seraient mariés à des non-Chrétiens.)

        Actes 2, 17 Il se fera dans les derniers jours, dit le Seigneur, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair. Alors
        vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards des songes.

        Saint Paul a donc rendu un hommage appuyé à bien des femmes Chrétiennes de son entourage et à leur travail de mission, d’accueil, de prédication…Ce qui montre bien que Saint Paul ne doit pas être lu à coup de ciseaux, Hors-Contexte, comme le font la plupart des antichrétiens. La femme a un rôle précis, mais aussi une égalité de dignité qu’on chercherait en vain dans d’autres religions. De plus Saint Paul ne dit pas que la femme ne doit pas prophétiser (Et les Actes le disent aussi du reste). Il dit qu’elle ne doit pas prophétiser la tête découverte, ce qui est différent et implique que, à la différence d’autres religions, le fait qu’elle prophétise est parfaitement envisagé (1 Cor.11, 05). La femme a des devoirs, l’homme aussi, la femme ne peut se permettre certaines choses, l’homme non plus, la femme a un rôle défini, l’homme aussi, ce que la biologie la plus évidente confirme du reste, mais “différence” ne veut pas dire “inégalité”, pas plus chez Saint Paul qu’ailleurs.

        La Sainte Écriture, ayant affirmé que l’Homme créé à l’image de Dieu avait été créé “hommes et femmes”, les femmes ayant eu dans l’Ancien Testament le rôle non négligeable illustré par Sarah, Sippora, Esther, Judith, Ruth (Moabite, qui en plus n’était même pas Juive…) et autres, et enfin le Christ ayant eu dans Ses Disciples de nombreuses femmes qui ont joué un rôle décisif dans l’Évangélisation (Sainte Maria de Magdala, isapostolon), a certainement bien plus valorisé la dignité de la Femme au cours de l’oeuvre pédagogique du Salut que n’importe quel autre texte, sans oublier la Première, Marie, Mère de Dieu dont la dévotion médiévale ne s’est jamais démentie, de l’Hymne Akathiste aux Madones de Tiepolo. La gynéphobie, la détestation de la Femme est aussi ridicule, artificielle, antichrétienne, antidivine que ne le sont féminisme et homosexualité, deux lobbies d’idiots utiles touchant des gros sousous de chez Rotschild.

        En fait, le Christianisme a été certainement la première religion à reconnaitre l’égale dignité de la femme par rapport à l’homme, son égal Salut pour son égale vertu et son égale damnation pour son égal péché, selon les mots de Saint Basile de Césarée.
        La figure de Marie Mère de Dieu a certainement été une des plus grandes références de toute notre civilisation Chrétienne, en Orient comme en Occident et a certainement été celle qui a engendré le plus de réflexion sur la condition humaine, sur la liberté, la dignité…avec un gain philosophique comme spirituel incomparable. Les femmes qui ont suivi le Christ ont été nombreuses et ont joué un rôle non négligeable dans la prédication Apostolique ensuite. Saint Paul a rendu un vibrant hommage à Priscile plus qu’à Aquilas.

        La civilisation Chrétienne ne compte plus les abbesses, mères spirituelles, reines, impératrices, artistes qui ont joué un rôle déterminant dans son histoire.

        Pierre Lombard (1100-1160), dans son Livre des Sentences, avait montré, comment, Dieu avait créé la Femme, à savoir, ni par la tête de l’Homme, ce qui aurait signifié que la Femme était supérieure à l’Homme, ni par son pied, ce qui aurait signifié qu’elle lui est inférieure, mais par la côte, ce qui la place à égalité.
        Ensuite, pour votre autre commentaire hasardeux, il se trouve que dans la monarchie du Père, les Trois personnes de la Sainte trinité sont consubstantielles et liées non pas par un lien de domination, mais par un lien d’amour.
        Vous apprendrez aussi que le verbe « φοβῆται » n’implique pas nécessairement une notion de soumission, en koiné, mais de respect, ce qui n’est pas la même chose. Ce qui fait que si il y a un lien de hiérarchie, ce lien n’est pas à priori un lien de supériorité. Ce qui fait aussi que dans le Christianisme, la hiérarchie se traduit aussi par devoir, sacrifice, attention, et pas par la brutalité crasse de l’islam.

      • Tchetnik says:

        Il ne s’agit pas dans mes propos de dire que les rôles sociaux, politiques et autres sont équivalents, mais que l’image divine, donc la promesse de salut et – désolé – la dignité des hommes et des femmes est égale aux yeux de Dieu, ce qui n’est pas la même chose…

      • Catherine says:

        Bonjour monsieur Lars.

        Comment allez vous?

        Je confirme votre intervention avec toutefois un petit « nota bene ».
        Si la position du mari est évidemment supérieure, il ne faudrait pas faire de la Femme un sous-être. Sa soumission à son mari, ainsi que sa mission auprès de ses enfants lui donnent un rôle éminemment important, comme l’enseigne si brillamment la sainte Vierge, modèle de toutes les femmes. Ce rôle, lourd de responsabilités, lui confère une dignité tout aussi louable que celle de l’Homme.
        En union de prières, cher « sieur » Lars.

        • Catherine says:

          Merci monsieur Tchetnik pour votre brillante intervention en faveur et en l’honneur de la Femme.

        • Bonjour chère dame Catherine, salutations à votre Mari.

          On pourra dire qu’en nos temps bien difficiles il y a toujours de la marge pour aller mieux. Mais je ne plains pas, je sais qu’il y a bien bien pire.

          Nullement besoin de « nota bene » si l’on a compris le fond de ma pensée. La dignité de la femme se mesure à l’aune de ses services rendus à son Chef immédiat, Père ou Mari. En aimant et chérissant ses enfants, elle rend bien sûr un grand service à son Epoux. Elle peut être sûr en tout cas qu’en servant bien son Chef immédiat, elle sert le Chef de tout Homme qui est le Christ, et par là même le Chef de toutes choses, son Créateur, qui est Dieu le Père.

          Oui, en union de prières, en attendant que Dieu prenne pitié de sa faible Eglise et décide d’intervenir. Il a dit qu’Il reviendrait lorsque les Bons eux-mêmes ne pourraient plus tenir…

          • Tchetnik says:

            « M’avez-vous vraiment bien lu ? »

            -Il ne semble pas que vous m’ayez bien lu car vous me faites dire des choses que je ne dis pas, en particulier sur les différences de rôles et la hiérarchie terrestre familiale. Mais vous extrapolez en faisant croire – contre les enseignements de l’Eglise – que cette hiérarchie familiale est aussi hiérarchie spirituelle. Oui, la hiérarchie existe, mais elle n’existe pas en tout.

            « Mais comme vous confondez tout, vous m’obligez d’éclaircir un peu mieux. »

            -Vous en avez en effet bien besoin, mais commencez déjà par accorder aux mots leur juste signification.

            « Bien, vous nous citez beaucoup de passage des Saintes Écritures, mais semble-t-il pour mieux éluder une question toute simple que voici : L’Homme est-il Roy dans son Foyer, est-il le Chef de Famille ? Oui, réplique le bon sens »

            -Chose que je n’ai jamais contestée, mais « chef de famille » ne signifie pas pour autant droit de vie et de mort ni annulation totale de la dignité de la femme, qui est – ne vous en déplaise – parfaitement égale.

            « Alors, la femme est-elle l’égale de son Mari ? Non ! Nous répond la logique »

            -Comme je l’ai précisé, les rôles de l’homme comme de la femme sont différents avec, pour l’homme, une préséance de pater familias. Nul ne le conteste (en tout cas chez nous), mais il ne faudrait pas en tirer des conclusions excessives ce que vous faites ensuite par :

            « Après, si nous reconnaissons l’ineptie de cette expression d’égalité de dignité (vraiment, ça ne veut rien dire), »

            -Négatif.

            Cela veut simplement dire que la femme possède la même image divine, la même promesse de Salut et est reliée à Dieu par un lien de Charité identique.

            Si cela ne veut rien dire pour vous, j’ai bien peur qu’en sus de la Sainte Ecriture (qui démonte vos propos comme je l’ai démontré), il ne vous faille renier Saint Jean Chrysostome, Saint Augustin, Saint Basile le Grand, et même des Scholastiques comme Pierre Lombard…ce qui jetterait un sérieux doute sur votre « catholicité » vous en conviendrez.

            « Vous-même ne semblez pas respecter la femme, d’après vos dires »

            -A moins de pilpouler et de donner aux mots un sens fondamentalement différent, ce me parait difficile. Procès d’intention.

            « parce que vous faites comme ces révolutionnaires, ces humanistes, qui en affectant d’aimer l’homme et l’humanité, les ont affligés du plus grand préjudice, l’irréligion »

            -En citant les Saintes Ecritures comme les Pères…Comme « irreligion » et « éloignement du Crateur », je crois qu’on fait largement mieux. La logique ne semble pas être votre fort. Simplement c’est votre interprétation très personnelle et bien peu patristique que je débunke. Vous partez d’un constat juste (l’homme est le chef de la famille) pour en tirer des conclusions fausses ensuite. Jeter le bébé avec l’eau du bain en sorte.

            « (qui apparemment ne vous revient pas : il n’y a pas de hiérarchie sans supérieur ni inférieur), »

            -inférieur ou supérieur en rôle, pas en dignité, ce qui manifestement a du mal à passer, mais c’est ainsi.

            « D’abord à propos de la répudiation, Notre-Seigneur Jésus-Christ ne fait que réaffirmer l’indissolubilité du Mariage »

            -indissolubilité fondée sur le fait que le mariage est une voie de sanctification mutuelle, justement. Avec chacun à sa place, mais sans considération de dignité supérieure. Par ailleurs, moise n’avait pas tant que ça affirmé l’indissolubilité du mariage, justement. C’est à son époque que la femme était considérée comme vous le faites. Vous êtes en retard d’une alliance et d’une incarnation.

            Je répète car je ne suis pas sûr que vous ayez bien compris : la différence de rôles et la hiérarchie homme-femme n’implique pas une hiérarchie de dignité.

            « Aussi, dans la Genèse, il n’y a aucune trace d’une image divine de la femme. »

            -Faux, comme je viens de le démontrer.

            Je le rappelle :

            «“Et Dieu créa l’homme ; il le créa à l’image de Dieu ; il les créa homme et femme.” Gen 1, 27. »

            Je crois que vous auriez aussi besoin de lire Saint Augustin « De la Trinité » XII, 7 :

            « « Dieu a fait l’homme [‘être humain] ; il I’a fait à son image ; il les a faits mâle et femelle et les a bénis » (Genèse, 1,27). D’après l’Ecriture, c’est la nature humaine elle-même qui a été faite à l’image de Dieu. Cette nature humaine existe complètement dans l’un et l’autre sexe, et on ne peut donc pas mettre la femme à part, quand il s’agit de comprendre ce qu’est l’image de Dieu. En effet, après avoir dit que l’Homme est fait à l’image de Dieu, l’Écriture ajoute : »ll le fit mâle et femelle » ou, en distinguant autrement, « ll les fit mâle et femelle ».

            Ce n’est pas selon le corps mais selon l’âme rationnelle, siège de la connaissance de Dieu, que l’Homme est à l’image de celui qui l’a créé. Qui donc prétendrait exclure les femmes de cette participation, alors qu’elles sont, tout comme nous, cohéritières de la grâce ? C’est que l’homme est créé à I’image de Dieu en son âme spirituelle, là ou il n’existe nulle différence de sexes. Pourquoi dès lors l’homme ne doit-il pas se voiler la tête, et pourquoi la femme doit-elle voiler la sienne ? C’est que la femme différant de I’homme
            par le sexe du corps, on a pu signifier par la coutume de ce voile corporel la part de la raison qui s’abaisse vers les choses temporelles. On voit ainsi que l’image de Dieu ne demeure qu’en cette partie de l’âme qui s’attache aux raisons éternelles, les contemple et s’en inspire, et qui, de toute évidence, appartient non seulement aux hommes lmasculosl mais aussi aux femmes. »

            Seriez-vous donc plus « Chrétien » que Saint Augustin? 

            « Saint Paul nous rappelle bien que l’Homme n’est pas pour la femme, mais la femme est pour l’Homme »

            -Re-négatif.

            Je rappelle :

            «“Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme. 12. Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de meme l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu.” 1Corinthiens 11, 11-12. »

            Comme vous le voyez, Saint Paul avait une vision autrement plus nuancée et j’ai tendance à lui faire d’avantage confiance.

            Le problème avec les Ecritures est qu’il faut les lire jusqu’au bout.

            « En vérité, aucune femme ne se trouvera heureuse si son Mari la considère comme son égale, qu’il ne désire point la dominer : parce que cela signifie qu’il n’aura pas non plus protection, et cela vaut aussi bien physiquement que moralement. »

            -Négatif.

            Aucune femme ne se sentira heureuse si elle n’est point protégée par un mari chef de famille qui prend a préséance comme une mission de service et de sacrifice. Et – encore une fois – différence de rôle ne signifie pas – comme l’Ecriture et les Pères le montrent – différence de dignité en Dieu.
            Ls femmes aiment les hommes qui sont de vrais hommes et pas des femmes bis. Des hommes assurant force, protection mais aussi dévouement envers une image divine égale, comme les Trois personnes de la Sainte Trinité se dévouent l’une à l’autre. Comme vous le voyez, le lien n’est pas aussi unilatéral que vous ne le décrivez.

            « Donc si nous revenons au sujet d’origine, rien à redire aux citations des imams.

            Dans ce cas, faites-vous musulman, car ce n’est pas cette vision des choses que nous prônons. Ce depuis le Christ et les Apôtres.

      • Cher Sieur Tchetnik,

        M’avez-vous vraiment bien lu ? On ne dirait pas, puisque vous semblez répondre à quelqu’un qui soutiendrait que « la femme n’est pas concernée par le Salut », qu’elle est « sans-Âme », alors que je n’ai rien dit de tel. Sachez que je fais tout pour défendre principalement l’autorité de l’Homme, et particulièrement du Mari en sa Famille. Je ne veux en aucun cas salir la dignité de la femme. Oui, sa dignité qui est spécialement grande dans son rôle d’épouse. Mais comme vous confondez tout, vous m’obligez d’éclaircir un peu mieux.

        Bien, vous nous citez beaucoup de passage des Saintes Écritures, mais semble-t-il pour mieux éluder une question toute simple que voici : L’Homme est-il Roy dans son Foyer, est-il le Chef de Famille ? Oui, réplique le bon sens. Maintenant, est-ce qu’un sujet du Royaume, grand Seigneur ou non, se prétendra l’égal du Monarque ? Non bien évidemment, répartie à nouveau le bon sens. Alors, la femme est-elle l’égale de son Mari ? Non ! Nous répond la logique. Si la femme, bafouant toute pudeur et méprisant la moindre humilité, se prétend égale (en dignité ou non) à son Mari, elle commet vraiment un crime de lèse-majesté.

        Précisons encore, vous me répondez comme si je détestais la femme, mais c’est une immense méprise. Vous-même ne semblez pas respecter la femme, d’après vos dires, parce que vous faites comme ces révolutionnaires, ces humanistes, qui en affectant d’aimer l’homme et l’humanité, les ont affligés du plus grand préjudice, l’irréligion. Car éloigner l’homme de Dieu, le vouloir indépendant de son Créateur et Maître, c’est le plonger dans le malheur. Ainsi c’est en défendant l’Homme que je défends la femme, en tentant de rétablir son autorité inviolable que je la mets en sûreté, enfin en le remettant à sa place supérieure j’élève aussi la femme à sa digne place. Le lien hiérarchique (qui apparemment ne vous revient pas : il n’y a pas de hiérarchie sans supérieur ni inférieur), c’est précisément ce qui fait qu’en abaissant l’Homme (en visant l’égalité de la femme) vous abaissez la femme, et qu’en élevant l’Homme vous élevez celle-ci.

        Après, si nous reconnaissons l’ineptie de cette expression d’égalité de dignité (vraiment, ça ne veut rien dire), cela ne nous empêche pas de dire qu’une femme peut être plus vertueuse qu’un Homme, et donc se sauver contrairement à certains (est-ce ce que vous vouliez dire ?). Les saintes vertus de le Bienheureuse Vierge Marie nous le montre, et elles font preuve aussi d’un parfait exemple de soumission. Il n’y a rien de dégradant à ce que la femme soit soumise à son Mari, bien au contraire, que celles-ci s’appuient donc sur la Très-Sainte Vierge Marie ; si elles n’étaient pas soumises, que seraient-elles sinon révoltées, et je ne crois pas que ce soit l’enseignement de Dieu. La révolte vient de Lucifer, éternel révolté.

        Pour finir, je ne vais pas répondre à chacune de vos citations, mais je constate que vous en biaisez le sens. D’abord à propos de la répudiation, Notre-Seigneur Jésus-Christ ne fait que réaffirmer l’indissolubilité du Mariage (que les prêtres bafouent soit dit en passant), et avec quelle autorité ! Pourtant, il précise que si la femme trahit son Époux par fornication, celui-ci est libre de la répudier (même si elle reste sa femme), c’est-à-dire qu’il ne la gardera pas dans son lit, ce qui est tout à fait normal.
        Aussi, dans la Genèse, il n’y a aucune trace d’une image divine de la femme. Dieu créa l’Homme, mais il ne créa pas à proprement parler la femme. Ce que je veux dire, c’est qu’il est précisé que Dieu tira la femme d’Adam, que celle-ci est donc engendré d’Adam, ce n’est pas du tout la même chose. Saint Paul nous rappelle bien que l’Homme n’est pas pour la femme, mais la femme est pour l’Homme. Que si la femme a été tiré de l’Homme, c’est son essence même qui en vient, mais si l’Homme existe aussi par la femme (il est né d’une femme) il ne tire pas pour autant son essence d’elle. L’Homme est la gloire de Dieu, mais la femme est la gloire de l’Homme. Donc de même, l’Homme est l’image de Dieu, et la femme l’image de l’Homme. Bien sûr, la femme vient de Dieu et elle est à Sa Ressemblance, une image de Dieu en quelque sorte, mais indirectement, parce qu’elle passe d’abord par l’Homme.
        C’est une heureuse subordination que celle de la femme à son Homme, parce que deux êtres y trouvent leur bonheur. En vérité, aucune femme ne se trouvera heureuse si son Mari la considère comme son égale, qu’il ne désire point la dominer : parce que cela signifie qu’il n’aura pas non plus protection, et cela vaut aussi bien physiquement que moralement.
        Donc si nous revenons au sujet d’origine, rien à redire aux citations des imams.

        Bien charitablement, je l’espère.

        • Tchetnik says:

          « M’avez-vous vraiment bien lu ? »

          -Il ne semble pas que vous m’ayez bien lu car vous me faites dire des choses que je ne dis pas, en particulier sur les différences de rôles et la hiérarchie terrestre familiale. Mais vous extrapolez en faisant croire – contre les enseignements de l’Eglise – que cette hiérarchie familiale est aussi hiérarchie spirituelle. Oui, la hiérarchie existe, mais elle n’existe pas en tout.

          « Mais comme vous confondez tout, vous m’obligez d’éclaircir un peu mieux. »

          -Vous en avez en effet bien besoin, mais commencez déjà par accorder aux mots leur juste signification.

          « Bien, vous nous citez beaucoup de passage des Saintes Écritures, mais semble-t-il pour mieux éluder une question toute simple que voici : L’Homme est-il Roy dans son Foyer, est-il le Chef de Famille ? Oui, réplique le bon sens »

          -Chose que je n’ai jamais contestée, mais « chef de famille » ne signifie pas pour autant droit de vie et de mort ni annulation totale de la dignité de la femme, qui est – ne vous en déplaise – parfaitement égale.

          « Alors, la femme est-elle l’égale de son Mari ? Non ! Nous répond la logique »

          -Comme je l’ai précisé, les rôles de l’homme comme de la femme sont différents avec, pour l’homme, une préséance de pater familias. Nul ne le conteste (en tout cas chez nous), mais il ne faudrait pas en tirer des conclusions excessives ce que vous faites ensuite par :

          « Après, si nous reconnaissons l’ineptie de cette expression d’égalité de dignité (vraiment, ça ne veut rien dire), »

          -Négatif.

          Cela veut simplement dire que la femme possède la même image divine, la même promesse de Salut et est reliée à Dieu par un lien de Charité identique.

          Si cela ne veut rien dire pour vous, j’ai bien peur qu’en sus de la Sainte Ecriture (qui démonte vos propos comme je l’ai démontré), il ne vous faille renier Saint Jean Chrysostome, Saint Augustin, Saint Basile le Grand, et même des Scholastiques comme Pierre Lombard…ce qui jetterait un sérieux doute sur votre « catholicité » vous en conviendrez.

          « Vous-même ne semblez pas respecter la femme, d’après vos dires »

          -A moins de pilpouler et de donner aux mots un sens fondamentalement différent, ce me parait difficile. Procès d’intention.

          « parce que vous faites comme ces révolutionnaires, ces humanistes, qui en affectant d’aimer l’homme et l’humanité, les ont affligés du plus grand préjudice, l’irréligion »

          -En citant les Saintes Ecritures comme les Pères…Comme « irreligion » et « éloignement du Crateur », je crois qu’on fait largement mieux. La logique ne semble pas être votre fort. Simplement c’est votre interprétation très personnelle et bien peu patristique que je débunke. Vous partez d’un constat juste (l’homme est le chef de la famille) pour en tirer des conclusions fausses ensuite. Jeter le bébé avec l’eau du bain en sorte.

          « (qui apparemment ne vous revient pas : il n’y a pas de hiérarchie sans supérieur ni inférieur), »

          -inférieur ou supérieur en rôle, pas en dignité, ce qui manifestement a du mal à passer, mais c’est ainsi.

          « D’abord à propos de la répudiation, Notre-Seigneur Jésus-Christ ne fait que réaffirmer l’indissolubilité du Mariage »

          -indissolubilité fondée sur le fait que le mariage est une voie de sanctification mutuelle, justement. Avec chacun à sa place, mais sans considération de dignité supérieure. Par ailleurs, moise n’avait pas tant que ça affirmé l’indissolubilité du mariage, justement. C’est à son époque que la femme était considérée comme vous le faites. Vous êtes en retard d’une alliance et d’une incarnation.

          Je répète car je ne suis pas sûr que vous ayez bien compris : la différence de rôles et la hiérarchie homme-femme n’implique pas une hiérarchie de dignité.

          « Aussi, dans la Genèse, il n’y a aucune trace d’une image divine de la femme. »

          -Faux, comme je viens de le démontrer.

          Je le rappelle :

          «“Et Dieu créa l’homme ; il le créa à l’image de Dieu ; il les créa homme et femme.” Gen 1, 27. »

          Je crois que vous auriez aussi besoin de lire Saint Augustin « De la Trinité » XII, 7 :

          « « Dieu a fait l’homme [‘être humain] ; il I’a fait à son image ; il les a faits mâle et femelle et les a bénis » (Genèse, 1,27). D’après l’Ecriture, c’est la nature humaine elle-même qui a été faite à l’image de Dieu. Cette nature humaine existe complètement dans l’un et l’autre sexe, et on ne peut donc pas mettre la femme à part, quand il s’agit de comprendre ce qu’est l’image de Dieu. En effet, après avoir dit que l’Homme est fait à l’image de Dieu, l’Écriture ajoute : »ll le fit mâle et femelle » ou, en distinguant autrement, « ll les fit mâle et femelle ».

          Ce n’est pas selon le corps mais selon l’âme rationnelle, siège de la connaissance de Dieu, que l’Homme est à l’image de celui qui l’a créé. Qui donc prétendrait exclure les femmes de cette participation, alors qu’elles sont, tout comme nous, cohéritières de la grâce ? C’est que l’homme est créé à I’image de Dieu en son âme spirituelle, là ou il n’existe nulle différence de sexes. Pourquoi dès lors l’homme ne doit-il pas se voiler la tête, et pourquoi la femme doit-elle voiler la sienne ? C’est que la femme différant de I’homme
          par le sexe du corps, on a pu signifier par la coutume de ce voile corporel la part de la raison qui s’abaisse vers les choses temporelles. On voit ainsi que l’image de Dieu ne demeure qu’en cette partie de l’âme qui s’attache aux raisons éternelles, les contemple et s’en inspire, et qui, de toute évidence, appartient non seulement aux hommes lmasculosl mais aussi aux femmes. »

          Seriez-vous donc plus « Chrétien » que Saint Augustin? 

          « Saint Paul nous rappelle bien que l’Homme n’est pas pour la femme, mais la femme est pour l’Homme »

          -Re-négatif.

          Je rappelle :

          «“Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme. 12. Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de meme l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu.” 1Corinthiens 11, 11-12. »

          Comme vous le voyez, Saint Paul avait une vision autrement plus nuancée et j’ai tendance à lui faire d’avantage confiance.

          Le problème avec les Ecritures est qu’il faut les lire jusqu’au bout.

          « En vérité, aucune femme ne se trouvera heureuse si son Mari la considère comme son égale, qu’il ne désire point la dominer : parce que cela signifie qu’il n’aura pas non plus protection, et cela vaut aussi bien physiquement que moralement. »

          -Négatif.

          Aucune femme ne se sentira heureuse si elle n’est point protégée par un mari chef de famille qui prend a préséance comme une mission de service et de sacrifice. Et – encore une fois – différence de rôle ne signifie pas – comme l’Ecriture et les Pères le montrent – différence de dignité en Dieu.
          Ls femmes aiment les hommes qui sont de vrais hommes et pas des femmes bis. Des hommes assurant force, protection mais aussi dévouement envers une image divine égale, comme les Trois personnes de la Sainte Trinité se dévouent l’une à l’autre. Comme vous le voyez, le lien n’est pas aussi unilatéral que vous ne le décrivez.

          « Donc si nous revenons au sujet d’origine, rien à redire aux citations des imams.

          Dans ce cas, faites-vous musulman, car ce n’est pas cette vision des choses que nous prônons. Ce depuis le Christ et les Apôtres.

          • Je vois bien que c’est un dialogue de sourds. Je ne me répèterai donc pas.
            Mais si vous le souhaitez, je vous propose de jeter un œil à un site qui s’appuyant sur tout ce qu’il y a de plus catholique, expose la doctrine du Mariage que je crois véritable et contenue dans la doctrine chrétienne :
            http://restaurationdelafamille.blogspot.fr/
            Si vous êtes intéressé, commencez par lire le document principal (DP).

            La dernière chose, je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais notre société meurt depuis longtemps à cause de ce qu’il n’y a plus d’Hommes pour affirmer leur autorité, et plus de femmes pour aimer et révérer avec douceur leur Maris. En effet ce n’est pas les tyrans qui me font peur, mais plutôt ces femmes accomplissant leur révolte, ou la préparant, et déversant tant de maux alentour, ce que je ne vous souhaite pas… Que celui qui a des yeux pour voir, voit.

            • Eh bien, je crois qu’il ne reste plus qu’à plaindre votre femme.
              Au ciel, elle vous sera peut-être supérieure pour avoir eu autant de mérites à supporter votre autorité si protectrice.
              Je lui tire mon chapeau!

  4. Gaudin : l’islam est une idéologie religieuse satanique,d' »inspiration » judéo-chrétienne, qui a perverti le message de la Bible, en inversant ses valeurs !…
    Une secte pernicieuse qui empoisonne le monde depuis 14 siècles et prétend (avec l’encouragement coupable de nos « gouvernants ») vouloir dominer la terre entière .
    Ces imams pervers ne sont certainement pas en accord avec le christianisme , comme vous semblez naïvement le croire !
    Il est grand temps pour vous de changer de lunettes ….

  5. Salon musulman du Val d’ Oise,
    le MENSONGE scandaleux et islamophobe des Femen repris par des journalistes ?!

    Droit de réponse au Figaro, au Parisien, à Huffington Post, Paris Match…

    Suite à l’action violente de plusieurs Femen, perpétrée lors du salon musulman du val d’Oise en présence de familles et de nombreux enfants de confession musulmane en état de choc, nous tenons à condamner officiellement les propos mensongers et islamophobes tenus à l’AFP par Inna Shevchenko, porte-parole des Femen à Paris qui déclare que les “deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s’il faut battre ou non sa femme”; elle a ajouté sur Facebook qu’au «salon musulman», on apprend «à accepter le viol conjugal…» ainsi que d’autres paroles toutes aussi graves rapportées par la presse.

    Nous sommes étonnés de constater aujourd’hui que ces propos mensongers sont repris par certains médias français sans aucune vérification matérielle d’autant plus que plusieurs journalistes étaient présents lors de l’incident sans oublier que des enregistrements audio et vidéo apportent la preuve que nous n’avons jamais tenu ces propos.

    Cette version mensongère des faits rapportée par l’AFP a également été contestée par plusieurs médias alternatifs dont notamment le journaliste David PERROTIN de Buzzfeed présent sur place, qui relaie un discours totalement différent en précisant que  » Medhi Kabir était au contraire en train de demander aux musulmans d’avoir un comportement exemplaire avec les femmes, de suivre le modèle du prophète, qui ne tapait jamais sa femme et qui ne se faisait pas servir».

    Nous publions ici l’extrait audio enregistré par le journaliste David PERROTIN présent sur place prouvant catégoriquement que nous n’avons jamais tenu ces propos et prouvant le mensonge des Femen qui ne cherchent qu’à faire le buzz sous couvert d’islamophobie déguisée : https://soundcloud.com/…/discours-des-imams-nader-abou-anas…

    Où est passée la rigueur journalistique lorsqu’il s’agit de couvrir un événement musulman sans compter la médiocrité de la couverture médiatique pro-femen, le traitement partial des informations et la censure de nos discours lors du salon qui n’ont jamais été retranscrits dans le moindre article ?

    Où sont passées l’objectivité, la neutralité et l’équité dans le traitement de l’information ?

    La reprise de ces propos mensongers dans plusieurs articles de presse et dans les réseaux sociaux sont de nature à entretenir la confusion et les amalgames auprès du grand public.

    Nous exigeons de ces médias de rétablir la vérité sur ces déclarations mensongères car portant atteinte au droit à l’information, de nature dégradante et de nature à porter un préjudice très important sans compter la diffusion sans droit d’images privées dégradantes appartenant à la société privée organisatrice de l’événement.

    Nous sommes choqués de constater que la presse n’a pas relevé le fait que ces Femen prétendues féministes sont montées de manière brutale et agressive sur la scène alors que des mineurs et des enfants en bas âge étaient présents et exposés à des images de nudité !

    Le droit des enfants lorsqu’ils sont musulmans doit -il être oublié ou bafoué à ce point ?

    Et la liberté cultuelle et le droit des femmes musulmanes à écouter des interventions de leur choix de manière libre et consentie ? Et le respect de la loi dans le cadre d’événements privés religieux ? Et la liberté religieuse dans tout cela ?

    Nous nous interrogeons sur les intentions des journalistes présents qui refusent de diffuser les discours enregistrés lors de cette édition du salon ?

    Nous condamnons les méthodes malhonnêtes de certains journalistes consistant à extirper des extraits d’anciens discours de manière à dénaturer le sens global de notre message brillamment relayés sur les réseaux sociaux par des mouvements d’extrême droite à l’origine de cette manipulation.

    Nous rappelons à certains journalistes leur devoir d’informer qui ne saurait déroger à l’éthique journalistique, à la déontologie et au respect des lois en vigueur.

    Nous tenons à rappeler dans ce communiqué nos propos publics tenus lors de nos conférences : « Nous rappelons l’importance de respecter, de bien se comporter envers les Femmes, leur accorder tous leurs droits et nous condamnons sans réserve toute violence morale ou physique faite aux femmes que ce soit la violence domestique ou le viol « .

    Rapporter des mensonges est une forme de mensonge inacceptable pour des médias lus par des milliers de personnes.

    En concertation avec notre conseiller juridique, nous nous réservons le droit d’intenter toute action afin de faire cesser cette répétition scandaleuse de propos mensongers et l’utilisation dégradante de ces photos.

    A Paris, le 14 septembre 2015,

    Mehdi Kabir
    Nader Abou Anas

    • konigsberg says:

      Un petit commentaire le supo de la synagogue ??

      https://bibliothequedecombat.wordpress.com/2015/05/12/synthese-grand-secret-de-lislam/

      Les juifs et les arabes mains dans la main dans le genocide des blancs.

      Retour sur ton tas de sable avant que les blancs s enerve… tu n es qu un colon au service des juifs.

        • @ konigsberg

          on ne commente pas un fait, c’est une information.
          dans le cas d’espèce il s’agit d’un mensonge journalistique qu’il faut démasquer , tes liens n’ont aucun rapport avec le propos du droit de réponse et ne me sont d’aucune utilité.
          je connais très bien la thèse de Gallez reprise par Olaf.
          mais la n’est pas le propos de mon intervention ici, et qui a pour but de relayer un droit de réponse.

          celui qui a de la paille dans son ventre, craindra le feu.

          la ou il y a des cadavres, il y aura des vautours.

          l’analphabète des temps modernes est celui qui ne sait pas apprendre, désapprendre et réapprendre.

    • Wamucapi says:

      Et le coran qui permet le mensonge au profit de l’islam ???

      • konigsberg says:

        On appel ca la taqqiya… chez les mahometants.

        Musulman qui parle bouche qui ment…

        Ps: tu es un colon et tu va retourner sur ton tas de sable. NON NEGOCIABLE… je veux pas des tapis… moi.

        • @ Wamucapi @ konigsberg

          mon intervention ici et que je répète pour une énième fois n’est pas de débattre du fait religieux ni celui sociétal.

          il s’agit de faire sonner un autre son de cloche, chose que vous avez du mal à saisir.
          il s’agit de relayer un droit de réponse, et c’est le minimum de matière d’éthique journalistique de permettre aux protagonistes de s’exprimer afin que le lecteur puisse faire sa propre idée du sujet abordé, et ne pas être un mougeon qui broute n’importe quelle herbe.

          l’éthique aurait été de s’assurer de la véracité des faits qui ce sont produits lors d’un salon de la part du site MPI, car s’il est un organe d’information alternatif, il devrait se démarquer des merdias afin de gagner en crédibilité, mais qu’on on s’inscrit dans la manipulation et le fabrication de l’opinion, on a que faire de la crédibilité, n’est ce pas ?

          donc, avant de commenter, ayez un minimum d’intelligence et réflexion, chose qui vous manquent cruellement et surtout restez concentrés sur le sujet.
          cherchez qui dit la vérité, la dépêche de l’AFP ou bien le communiqué ci dessus, et commentez de façon constructive, pour élever le débat.

  6. Christiane says:

    Ce sont les juifs talmudiques qui sont à l’origine du plan du NOM; ce sont eux + les loges maçonniques lucifériennes qui veulent transformer les peuples de la terre en esclaves à leur service. L’invasion de l’Europe à laquelle nous assistons à présent fait partie de leur plan. C’est Rothschild + la CIA qui financent les passeurs et ceux qui arrivent par milliers sur nos côtes.le terrorisme islamiste a été créé par eux pour s’en servir contre ceux qui leur barrent le chemin et refusent de se soumettre à leur dictature. C’est pourquoi, l’islam n’est pas combattu par nos « élites », bien au contraire, ils s’en servent pour nous détruire, pour détruire l’Europe et la France en particulier. Souvenez-vous de ce que Peillon a dit et qu’il ne faut jamais oublier ;  » la révolution n’est pas terminée.. » et: « il n’y a pas de liberté avec l’Eglise catholique .. » d’autre part, Caseneuve et Valls ont fait des déclarations en faveur de l’islamm mais jamais en défense du catholicisme.

  7. @ Wewelsburg

    mon intervention ici n’est que pour démasquer un mensonge journalistique qui a l’air de gêner quelques uns.
    ton blablatage est hors sujet, il n’y a plus de chevaliers et sarrasins… nous sommes au 21eme siècle, chacun a eu son heure de gloire.

  8. Les discours de ces fous islamiques, ne sont que des salafistes déguisés que nos politiques ménagent. Ils insultent notre démocratie, la liberté des femmes, sa soumission qui n’est ni plus ni moins que de l’esclavage. Que dit notre président face à ces fous ? Valls fera son pacte avec l’islam, donc ils approuvent ce que disent ces imams. La France est humiliée sur son sol et ses lois bafouées !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com