mariage

Nous avions présenté il y a une petite année un post intitulé Pour vivre vieux, vivons mariés. Selon une série d’études américaines, il apparaît que les personnes qui ne sont pas mariées –y compris les divorcé(e)s ou les veufs- ont deux fois plus de chance (ou de malchance) de mourir d’un accident évitable. Une autre étude conjointe établit que la survie des couples mariés en cas de cancer est aussi efficace que la chimiothérapie elle-même. Il en résultait que la situation de mariage était préférable à d’autres formes de vies en couple pour profiter plus longtemps de l’existence, même avec un cancer. La célèbre revue Jama Surgery du 28 octobre dernier présente les résultats et l’analyse de travaux concernant 3,5 millions de personnes. Il apparaît que les interventions chirurgicales concernant les couples mariés, ont un taux de réussite notablement plus importants. Par exemple après une intervention sur le cœur, les célibataires ont environ 40 % plus de risques de décéder ou de développer un nouveau problème de santé dans les deux années suivant leur intervention cardiaque (Université du Michigan).

Il va de soi que les chercheurs notamment britanniques ont voulu en savoir plus. Les réponses tiennent du bon sens. Celui qui a un conjoint, sera poussé à se soigner ou à être hospitalisé plus tôt, et trouvera une aide physique pratique et morale. Tant en pré et post-opératoire, à deux on a plus de chance de penser à la suite des soins, notamment en matière de médicaments. Or toute intervention chirurgicale d’une certaine importance est suivie d’un traitement anticoagulant. Les risques majeurs de ces interventions sont les accidents vasculaires (infarctus) et les embolies. Avant l’intervention  « Dis donc chérie, j’espère que tu as pris ce soir ton aspirine et que tu ne prends pas en douce la pilule ! ». Après l’intervention, «  Dis donc chéri, as-tu pris ton anticoagulant et arrêté de fumer ? Quitte ta télé devant laquelle tu perds ton temps : le docteur a dit qu’il fallait marcher tous les jours ! ».

De plus en plus de personnes, surtout des femmes, vivent seules. Elles seraient bien inspirées de se marier si elles veulent vivre longtemps. L’accordéoniste André Verschueren nous régalait par son interprétation de « Ah si j’étais resté célibataire ? ». Réponse à sa question : il est mort en 2013 à 92 ans…Veuf à 60 ans, il eut pu être centenaire.

Dr jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. Tchetnik says:

    Faites l’amour, pas la guerre.

    Faites les deux, mariez-vous.

  2. Tchetnik says:

    Le mariage permet de grandir, de vieillir ensemble, de gagner en sagesse, de se soutenir en cas de pépin. Une personne mariée saura qu’il y aura toujours quelqu’un pour elle dans la joie comme dans la peine. Ce qui donne aussi une certaine espérance et une certaine sérénité.

  3. Vieux Jo says:

    Dieu a aussi prévu que tous ne doivent pas se marier, et ceux-ci qui ne le comprennent pas s’échinent à trouver l’âme soeur et font des unions douloureuses parfois. Ceux qui savent vivre de Dieu restent seuls et sont au service des autres, des nécessiteux, des malades, souvent ils sont proches de communautés elles-mêmes au service des plus démunis.

    • jean-pierre Dickès says:

      Bien sûr, vous avez tout à fait raison. Saint Paul disait même qu’il était préférable de ne pas être marié pour faire son salut. Les raisons qu’il donnent sont celle que vous donnez : se consacrer au service de Dieu et au service des autres. Vous vous doutez cependant que le conseil que je donne est d’ordre médical pur. La médecine est devenue très naturaliste et ne voit que les résultats sur le plan organique.Elle a perdu la notion de transcendance pour la remplacer à celle de l’efficacité. Nous tombons dans l’ère des statistiques qui elles-mêmes ne s’occupent pas des âmes mais des corps. Cela contribue à désintéger les sociétés comme nous le voyons. NOus sommes en pleine déliquescence actuellement ; et ceci dans la plupart des domaines. Personnellement je vois les Philippins vivre heureux même s’ils n’ont pas grand chose. Chez nous les plus riches ayant perdu tout sens à leur vie se suicident…

      • Vieux Jo says:

        J’avais bien compris et on peut dire que le corps va bien quand l’âme va bien et inversement, les deux étant indissociables, vous le démontrez parfaitement.

        Les suicides hélas sont de plus en plus courants, pour n’importe quelle cause, la perte d’un être cher, une maladie, l’adultère souvent, etc… Comme vous le dites si bien c’est la déliquescence intellectuelle avant celle psychologique. Il n’y a plus d’espérance car on supprime Dieu. L’Homme ne sait plus se reprendre en mains, il préfère se supprimer que d’affronter le problème de face.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com