C’est le gros embarras chez les francs-maçons. Après le procès du Carlton dans lequel on retrouve de nombreux francs-maçons parmi les inculpés qui entourent DSK, c’est un autre scandale, celui qui éclabousse la Police Judiciaire de Paris, dans lequel on cite abondamment la franc-maçonnerie.

Voici, par exemple, un extrait d’un article publié sur le site de L’Obs :

Suspecté d’avoir renseigné l’ancien patron du GIGN, Christian Prouteau, avant son interpellation dans une affaire d’escroquerie et de corruption, Bernard Petit tombe en compagnie de trois autres responsables policiers, connus pour leur affiliation à la Grande Loge nationale de France.

Les « tuyaux » échangés entre frères trois-points, qui pénalement s’analysent en une « violation du secret de l’enquête et de l’instruction », scellent le destin de celui qui était l’un des flics les plus puissants de France, depuis un peu plus d’un an seulement. A 59 ans, la carrière de ce « grand professionnel », comme l’avait présenté Manuel Valls lors de sa nomination, s’achève dans l’inconfort du bureau d’un juge d’instruction.

Une carrière exemplaire 

C’est la fin d’un parcours entamé en 1977 avec une licence en droit. Bernard Petit, né à Sfax, en Tunisie, entamait alors sa carrière dans la police comme inspecteur de base. Sorti major de sa promotion à l’Ecole nationale supérieure de la Police, l’école des commissaires de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, il intègre dix ans plus tard, au titre de chef-adjoint, l’OCRB, le prestigieux Office central de répression du banditisme.

Fin diplomate, habile à se mouvoir dans les cercles de pouvoir, il exerce également comme conseiller technique de trois premiers ministres socialistes, Michel Rocard, Edith Cresson et Pierre Bérégovoy entre 1990 et 1993. Il côtoie alors Alain Bauer, le conseiller très écouté de Michel Rocard, futur grand maître du Grand Orient de France.

(…) Son entregent lui permet, six ans plus tard, de devenir le patron de la Division des relations internationale (DRI) de la police nationale, la nouvelle dénomination du SCTIP, le Service de coopération technique international de la police, une responsabilité traditionnellement attribué à un haut gradé franc-maçon.

Il restera deux ans à la tête de ce service qui coordonne la coopération avec les polices du monde entier, avant d’accéder en 2009, au poste de numéro trois de la police judiciaire, chargé à la fois de la criminalité organisée et de la grande délinquance financière. Un département hautement sensible, dans lequel travaillent plus de 700 fonctionnaires impliqués sur nombre de dossiers chauds de corruption internationale comme, par exemple, le dossier dits des « biens mal acquis » mettant en cause plusieurs chefs d’Etat africains proches de la France.

Au terme d’une lutte de pouvoir sans merci au sein des couloirs du ministre, Bernard Petit est choisi en décembre 2013 par Manuel Valls, alors à l’Intérieur, pour remplacer le patron de la PJ parisienne, Christian Flaesch. Celui-ci, coupable (déjà !) d’avoir conseillé sous le manteau l’ancien ministre Brice Hortefeux, avant son audition par ses services dans l’affaire de l’éventuel financement libyen de Nicolas Sarkozy, venait d’être démis de ses fonctions.

Appuis politiques et fraternels

Chevelure impeccablement cranté, costume bien coupé, fines lunettes et voix douce, Bernard Petit, policier réputé de gauche, avait coiffé sur le poteau plusieurs concurrents moins bien introduits. Premier patron de la PJ parisienne qui n’était pas issu du sérail du « 36 », Petit pouvait également compter sur ses relations maçonniques pour s’imposer dans une maison où, selon les spécialistes, au moins un quart des officiers sont affiliés à une loge.

Ses appuis politiques et fraternels l’avaient aidé à survivre à deux scandales retentissants ayant récemment ébranlés le « 36 » : d’abord une affaire de violcommis dans les locaux même du Quai des Orfèvres en avril 2014 et dans laquelle sont impliqués trois policiers de la PJ éméchés. Puis, cet été, la disparition de 52 kilos de cocaïne dans la salle des scellés de la Brigade des Stups. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, novice en matière depolice, avait préféré rejeter la responsabilité de ces graves dérapages à des défaillances individuelles, protégeant ainsi Bernard Petit, réputé pour son zèle à appliquer les consignes de la Place Beauvau.

L’affaire des « tuyaux » transmis à Christian Prouteau, l’ancien chef des « gendarmes de l’Elysée » sous François Mitterrand, ne permet plus au ministre de temporiser. Avec la mise en cause concomitante de son fidèle adjoint Richard Atlan, que Petit avait recruté au temps de la Division des Relations Internationales (DRI), la PJ parisienne chère au Commissaire Maigret se retrouve temporairement orpheline. Et durablement déstabilisée.

Ces affaires perturbent beaucoup les différentes obédiences maçonniques. Alain Bauer, personnalité maçonnique (ex-grand maître du Grand Orient de France) omniprésente dans les couloirs du Ministère de l’Intérieur, que le gouvernement soit UMP ou PS, a même été appelé sur France Info pour tenter de déminer le terrain en niant que Bernard Petit soit franc-maçon. Une affirmation gratuite car on voit mal comment Alain Bauer pourrait avoir la certitude que Bernard Petit ne se retrouve dans aucune obédience maçonnique.

On notera qu’Alain Bauer concède à l’antenne de France Info qu’un « dixième des cadres de la police appartient à la franc-maçonnerie », évaluation très minimaliste mais déjà significative.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

12 commentaires

  1. michelb says:

    Petit et Beregovoy???

    Tiens donc!!!

  2. oui mais vous oubliez de préciser que ce sont les hauts fonctionnaire,je ne pense pas qu’ils y est beaucoup de gardien de la paix dans la franc maçonnerie .

  3. deleglod says:

    Franc -Maçon serait donc mieux que catholique ou Juif ,,, à moins que ce ne soit que un lien entre deux ou trois .Enfants petits-enfants , vous allez avoir du travail et peu d’argent .

  4. S’il est contraint d’avouer qu’il y en a « que » 10 %, c’est qu’il doit bien y en avoir la moitié. Au bas mot.

  5. pl bo veau ,ce n est pas un chef de ce secteur qui avait ete « con promis »dans la scatologie !!!,je remercie le seigneur de m avoir maintenu simple coursier bof hetero plouc toute ma vie la probite est la seule chose que l on emmene avec soi pour comparaitre devant Dieu .

  6. gigibobo says:

    Pas étonnant que la police se soit acharnée contre les jeunes de la « Manif pour tous » et ait annoncé des chiffres de participation ridiculement bas lors des défilés…

  7. Quand on voit comment les « sectes comme temoins de Jehovah sont persecutes ,ou autres groupes « xtreme droit » ,on est bien en dictature ,qu en pensent les renards ,les fenecs ??

  8. Boutté says:

    Les Témoins ne sont pas persécutés .Vous confondez .

    • cher boute qu en savez vous ? et le redressement fiscal qu il s etaient fait assommer ,,et les ptis commites de gros courageux (genre paysans a 700contre jean gabin ),,,,,pour les empecher de construire des salles du royaume en franchouillie ?ca fait mal un les charlos de se faire mettre ses tares en pleine tete .,,Dieu fera 1000 fois mieux ,,preparez vous .

  9. Boutté says:

    Existe t’il une Administration où ils soient moins de 10%?

  10. ah maintenance ne sont que les cadres de la police ça me plait d’avantage ,mais il y en a aussi chez les juges,chez les avocats,chez les hommes d’affaires,les ministres,les députés,les sénateurs et je pense que si l’ont gratter un peu plus pourquoi pas au clergé ?de toutes façons ils y a deux loges principales c’est le grand orient qui s’occupe de la politique et la grande loge qui s’occupe des affaires .
    Et les syndiques de faillite,j’en connais qui sont parti de zéro et qui maintenant sont multis milliardaires

  11. gilles13009 says:

    J’ai travaillé avec ces cafards, hélas. Il n’y a pas que la police d’infectée, mais tous les organismes de Sécurité Sociale de Marseille et ajoutant l’Assistance publique et Hôpitaux de Marseille. Quand je lis l’article, je revis mes moments et ceux d’un professeur en psychiatrie qui a maille à partir avec ces gens là. J’ai été licencié de mon poste de cadre pour « non convenance », enfin ils trouvent toujours une faute mais vous prennent votre travail en passant: rien n’est perdu. Quant à mon professeur, il a été placardés , malgré son investissement et son travail, ses passages à la télé dans des émissions sur la santé. Son travail sur l’hôpital Sud (une nouvelle aile de psychiatrie) n’apparait pas sur la plaque en verre posée le jour de l’inauguration avec GAUDIN et MME CHIRAC. Seul les frères apparaissent. Quand je vous dis que ce sont des cancres qui profite du travail des autres.
    Il s’est inscrit sur la liste des experts en psychiatrie pour réaliser des études à des fins judiciaires, mais étrangement il n’a jamais été appelé. Bizarre non. Alors que les autres cafards le sont tous les 15 jours environ. Ils me doivent cinq de dépression. Voilà ce qu’est la Franc Maçonnerie et voilà pour quelle raison, à force de prendre des gens du réseau et non des gens capables, notre société est figée.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com