cath-info

Le site de l’Eglise catholique en Suisse cath.ch a publié le 17 juillet un entretien particulièrement scandaleux qui, au mépris de la doctrine catholique, participe à la banalisation de l’homosexualité.

Une fois de plus, un site dépendant des autorités religieuses propage ainsi un discours subversif dans l’esprit du travail révolutionnaire que préparent certains prélats pour le prochain synode consacré à la Famille.

Voici des extraits de l’entretien en question. La rédaction de MPI a souligné les passages les plus scandaleux.

(cath.ch-apic) La plupart des communautés ecclésiale catholiques de Suisse seraient très ouvertes aux modèles familiaux alternatifs existant dans la société actuelle. C’est ce que pense Christina Caprez, co-auteur du livre “Familienvielfalt in der katolischen Kirche” (La diversité des familles dans l’Eglise catholique), interrogée par le média catholique alémanique kath.ch.

(…)

Christina Caprez: Une administratrice de paroisse nous a raconté comment le conseil avait choisi un couple de lesbiennes pour occuper le presbytère vacant. “Je ne vis définitivement pas selon les recommandations de Rome. Mais qui le fait encore aujourd’hui, excusez-moi?”, s’est-elle justifiée. L’administratrice vit elle-même avec son mari et ses enfants. Elle ressent apparemment néanmoins plus d’affinités avec ce couple de femmes qu’avec la doctrine de l’Eglise.

Quelles relations à l’Eglise ont les personnes interviewées?

CC: Elles se sentent toutes liées à la foi chrétienne. Certaines d’entre elles se sont cependant éloignées de l’Eglise, même si cette distanciation est relative. Plusieurs ont affirmé qu’elles retourneraient vers l’Eglise si les choses changeaient. D’autres envoient leurs enfants aux cours de catéchisme, quand ils trouvent l’enseignante sympathique.

Ces personnes se sentent-elles restreintes au niveau de la morale sexuelle?

CC: J’ai constaté que, dans de nombreuses communautés de fidèles, on pouvait vivre de façon relativement libre. Par exemple, dans de nombreux endroits, les prêtres et les assistants pastoraux donnent la communion aux personnes divorcées ou à des réformés. J’ai trouvé que cette ouverture dans les communautés d’Eglise à l’égard de la diversité des modèles familiaux- qui va à l’encontre de l’enseignement catholique – était l’aspect le plus intéressant de notre travail. Malgré tout, les gens ne se fichent pas de la parole officielle de l’Eglise. Ils veulent juste être reconnus dans la réalité de leur vie. (…)

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

20 commentaires

  1. Solstice says:

    Ma femme et moi attendons les conclusions du synode et nous aviserons si nous quittons l’église catholique concilaire. Cette mentalité qui renie les dogmes devient épouvantable !

    • Etienne says:

      S’il vous plaît, ne vous précipitez pas : vous ne seriez pas seuls à prendre la porte.

      Si ça se passait mal, il faut que le schisme soit aussi évident qu’une Manif. pour tous.

    • Vieux Jo says:

      Pour comprendre le point de vue des catholiques restés dans l’Eglise telle qu’elle est depuis saint Pie V, peut-être pourriez-vous vous intéresser à monseigneur Lefebvre :

      – un livre qu’il a écrit au début de son combat : « Lettre ouverte aux catholiques perplexes ».

      – un dvd qui relate son combat : « Un évêque dans la tourmente ».

      Tchenik et Volodymyr se feront un plaisir de vous éclairer si des questionnements s’imposent à vous.

      En tout cas, ne faites pas comme beaucoup à l’époque : vous retirez de l’Eglise sans plus jamais y retourner car c’est comme cela que l’on glisse et, croyez-moi, remonter la pente est loin d’être aisé. Pensez à vos enfants, vous en êtes responsables devant Dieu.

      Que Dieu vous éclaire et vous garde.

      • Volodymyr Bellovak says:

        – A lire aussi absolument de Mgr Marcel Lefebvre :
        « Ils L’ont découronné », réédité chez « Clovis ».
        – A lire aussi absolument, le livre sur la vie et le combat de Mgr M. Lefebvre, écrit par Mgr Bernard Tissier de Malleray, également aux éditions « Clovis ».

  2. Vieux Jo says:

    Ce qu’il faut bien avoir en tête pour Vatican II qu’il a fallu imposer aux fidèles, c’est la même pratique qui a été utilisée pour la loi du mariage contre-nature, à savoir que pour cette dernière, on a utilisé le mot « sociétal » à la place du mot « social » qui figurait dans la Constitution. Comme la Constitution ne peut être changée sur un coup de tête, on a modifié le terme. Entre autres, bien sûr, car ce n’est là qu’un détail mais qui a son importance.

    Pour Vatican II, il était important de changer la messe, le saint sacrifice de Notre Seigneur, non sanglant sur l’autel, de modifier aussi l’oecuménisme tel qu’il était vu réellement par l’Eglise.

    Saint Pie V a commis (je ne sais pas comment on dit dans ce cas ce n’est pas un livre ordinaire, pardonnez-moi) une bulle pour déterminer la messe, telle qu’elle a été célébrée jusqu’au début des années 1960, car à son époque les prêtres faisaient un peu tout, sans aucune unité. Cette bulle s’intitule « Quo primum ». Il est bien précisé dans cette bulle qu’aucun changement à la liturgie et au déroulement de la messe telle qu’elle y est définie ne peut être admis sous peine d’anathème.

    La bulle « Quo primum » définit donc les dogmes.

    Pour Vatican II, on ne pouvait donc rien changer à cette bulle, rien modifier. Qu’a-t-on fait ? On a tout simplement dit que c’était un concile pastoral. Ainsi, on pouvait modifier. Le pire dans les années qui ont suivi a été que les évêques ont manipulé les fidèles, leur disant que la messe tridentine (celle de saint Pie V) était abolie, qu’elle n’avait plus lieu, que s’ils y assistaient ils seraient excommuniés. Ca a marché pour la plupart des fidèles qui pensent que le pape n’a qu’une parole de vérité et que Vatican II est donc le salut désormais.

    La messe tridentine est la seule messe valide et licite et tous les sacrements délivrés par les prêtres de la FSSPX sont valides et licites contrairement à ce que calomnient les évêques. Pas ceux de Vatican II dans une grande majorité. Les prêtres ne croient plus en la présence réelle au Saint Sacrement, les baptêmes n’ont plus les prières d’exorcisme avant d’entrer dans l’Eglise. Quant aux funérailles, on y parle du défunt, de ses qualités, mais le nom de Jésus n’est jamais prononcé (j’en ai fait encore l’expérience il y a quelques semaines), pas une génuflexion du prêtre, tourné vers le cercueil, devant lequel il s’est incliné mais pas devant le Dieu.

    Vatican II a mis Jésus dehors, les églises sont devenues des salles de concert (on ne doit y écouter que de la musique sacrée), elles sont dépouillées des statues car il ne faut pas gêner les protestants (ils ont leur temple, qu’ils y restent mais je viennent pas changer l’Eglise de Dieu). D’ailleurs, après Vatican II, les protestants ont reconnu que « maintenant plus rien ne nous oppose dans les églises, nous avons le même rite. »

    Vatican II est un scandale et les évêques feraient bien de réfléchir avant qu’il ne soit trop tard pour eux, une fois la porte passée….

    • au service de DIEU et du Roi says:

      Bonsoir Vieux Jo.

      J’ai vu une vidéo qui m’a un peu choqué. Et j’aimerais connaître votre avis et quelle devrait être la position de l’église face au comportement du prêtre qui célébrait la messe. Prend il seule une telle initiative ou bien s’en réfère-t-il à sa hiérarchie avant une telle cérémonie religieuse. Je parle des obsèques de Yves Saint Laurent qui ont eu lieu à l’église Saint Roch à Paris le 5 juin 2008. J’étais choqué de voir à côté du prête, Pierre BERGER qui passe son temps à cracher sur l’église, rendre hommage à son compagnon dans la maison de DIEU.

      Fraternellement

    • Merci « Vieux Jo » de mentionner cette bulle de St Pie V concernant la Sainte Messe. J’en avais même extrait (lors d’un autre blog traitant de ce problème) certains « paragraphes » pour éclairer ceux qui pouvaient être intéressés à ce moment là.
      Merci encore pour votre commentaire : tout y est clairement exprimé.

      • Vieux Jo says:

        A mon tour de vous remercier Zézé mais hélas mes connaissances sont très limitées, j’ai fait un retour à l’Eglise après une période tumultueuse. Ce retour a été un 180° sans regret si ce n’est celui de ne pas avoir écouté plus tôt Celui qui m’appelait à le suivre.

        J’ai la foi du charbonnier, comme on dit. Je lis beaucoup et essaie de m’instruire au maximum. Le principal est que, mais comme beaucoup finalement qui ont rejoint la Tradition, c’est d’avoir compris les erreurs dans lesquels ceux, qui ont pourtant charge d’âmes, nous entraînent, et je dirai en toute connaissance de cause.

        Les « Aliine », « Efgy », « Solstice », et autres « Au service etc… », me font repenser la tromperie à laquelle j’adhérais. Je sens en eux une souffrance, la souffrance de l’âme qui recherche sans trouver la petite porte. Il y en a combien comme eux ! Certains sont agressifs, voire violents en propos ; d’autres sont au contraire très interrogateurs (et interrogatifs sur eux-mêmes), d’autres encore nagent entre deux eaux ne sachant où aller, certains prêchent le faux pour savoir le vrai, ou se font l’avocat du diable ; et il y a aussi tous ceux qui sont dans le déni, le « non serviam » sans le savoir. Quelle tristesse !

        Oui, c’est une peine pour moi je l’avoue. Cela est un trait de mon caractère, sans plus. Mais qui ne souffre pas de voir d’autres souffrir vraiment de ne pas connaître la Joie de Dieu lorsqu’on l’a soi-même trouvée ?

        Je comprends ce que veut dire Efgy dans « Dieu s’adapte à l’homme » dans un autre post, mais sa façon de l’interpréter est totalement erronée. Dieu nous présente à chaque instant l’occasion, si je puis dire de nous approcher de Lui. Et malheureusement nous ne le voyons pas toujours, pas tout de suite. Il nous faut des épreuves un peu plus lourdes, avoir le nez dans son caca pratiquement, pour enfin dire comme saint Thomas « Mon Seigneur et mon Dieu, oui je crois. » Non, Dieu ne s’adapte pas à nous, il adapte les épreuves selon notre caractère, notre tempérament, nos forces ; qui ne nous connaît mieux que Lui, notre Père ? Dieu n’éprouve jamais au-delà de nos forces. Et pourtant… je viens d’enterrer une amie, profondément éprouvée. Je l’ai tirée vers le haut pendant quelques mois, mais elle s’est confiée à d’autres qui lui ont conseillé de faire attention puisque je fréquente la Tradition. Des catholiques modernes dont l’un est diacre… un laïque qui se démenait comme un diable dans un bénitier lorsque je parlais, qui se disait son ami et petit à petit elle espaçait nos rencontres. Je sais au fond de moi que je ne suis pour rien dans son acte, mais je m’en veux beaucoup d’avoir respecté son éloignement, ce respect humain. J’aurais dû montrer plus de présence. On dit qu’un catholique ne se suicide pas. Oui c’est vrai, dans la mesure où il sait toujours bien prier son Créateur, s’entourer de bonnes personnes qui l’aident, qui l’aiment vraiment, qui ne jugent pas et alors il ne peut atteindre le degré de désespérance poussant à l’acte tant la souffrance psychologique est immense.

        En entrant dans la Tradition, j’ai pris le temps de la réflexion tout en ressentant fortement une attirance qui d’ailleurs paradoxalement me renforçait dans la prudence de ne pas foncer dans une voie qui s’ouvrait comme ça, tout simplement. Quand j’y repense, je ressens beaucoup d’apaisement au fond de l’âme, et surtout un sentiment de petitesse, qui là aussi paradoxalement, me donne tant de force.

        Car pour tout vous dire, je vais vous confier un secret ; que vous ne direz à personne n’est-ce pas ? 😀 J’ai connu aussi très brièvement ce degré de désespérance, et l’instant simultané de sentir très nettement une présence, si proche que j’en ressentais comme si on me prenait dans ses bras, alors même que je venais de revoir en un éclair toute ma vie et finissant par une pensée à Jésus, me disant intérieurement : « Même Lui ne peut rien pour moi ! ».

        Je sais que même si la FSSPX est dans la tourmente aujourd’hui par des attaques internes et externes (elle en a toujours eu depuis sa création par monseigneur Lefebvre, on se demande bien pourquoi… comme l’Eglise), je sais que je suis sur la bonne voie. J’ai reçu l’aide de fidèles, je ne l’oublie pas. Et je ne veux pas quitter la Tradition en m’appuyant sur une communauté religieuse traditionnelle.

        • Ah ! la Sainte Messe ! Lorsque l’on arrive au recueillement et à l’Adoration pour Celui qui est sur l’Autel, qu’on LE reçoit en se disant que nous sommes pour quelques temps Son Tabernacle… quel bonheur que ce moment ! Vous êtes fort et très humble et je suis en accord avec vous concernant les peines et chagrins que nous avons au cours de notre vie. Dieu nous attend, et IL ne nous envoi que ce que nous pouvons supporter ! et la prière et les lectures saintes sont de puissants remèdes. Relire de temps à autre un vrai catéchisme nous donne des réponses aux questions que nous rencontrons sur différents blogs et à nous-même bien sûr.
          Il est vrai que nous rencontrons des commentaires violents et quelque fois c’est plus pour voir jusqu’où nous pouvons aller…
          Je prierai pour vous et ceux qui nous lirons afin que, comme nous, ils puissent se fortifier dans la prière et en assistant à la Sainte Messe.

  3. Christina Caprez : « Ils veulent juste être reconnus dans la réalité de leur vie. (…) ».

    Qu’ils soient reconnus dans la réalité de leur vie aux yeux des hommes, cela n’a aucune importance s’ils ne sont pas reconnus dans la réalité de leur vie aux yeux de Dieu.
    Allez hop ! tous en enfer !, leur dira-t-on s’ils ne se convertissent pas avant leur mort.

    • au service de DIEU et du Roi says:

      Excellente audio. Voix douce apaisante, mais ne trahit pas la force la conviction de cet homme. Les seuls digne de guider une communauté sont ceux qui n’attendent rien des hommes mais attendent tout DIEU. De ce fait, ils resteront fidèle aux enseignement de DIEU.
      Nous rencontrons tous le même problèmes, dont l’origine est le diable qui aura réussi à infiltrer tous les groupes.
      A chaque fois que DIEU nous envoya des enseignements Satan a mis des agents à l’intérieur de ceux qui se réclament de ces enseignements pour les pervertir.

      Dans la sourate 7 du Coran lorsque DIEU parle de la « voie droite » qu’IL trace pour guider les hommes (comprendre les enseignements de ses messagers). Voici ce que lui réponds Satan :
      Sourate 7 16. « Puisque Tu m’as mis en erreur, dit [Satan], je m’assoirai pour eux sur Ton droit chemin,

      17. puis je les assaillirai de devant, de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants. »

      On remarquera dans ce verset Satan n’a pas dit « en haut ». Donc celui qui est reconnaissant envers ce que DIEU lui a donné en étant fidèle aux enseignements, symbolisés ici par le lien vertical, ne se fera pas berner par le malin. Car il n’a aucun pouvoir à ce niveau. Il semble que Monseigneur LEFEBVRE est dans cette noble position. Qui est la même que celle de Jésus dans l’Évangile de LUC chapitre 4, verset 5 à 8 :
       » 05 Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre.
      06 Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux.
      07 Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. »
      08 Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. »[…]

      13 Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé ».

      On remarquera que Jésus répond « Il est écrit », il reste donc fidèle à ce que DIEU lui a prescrit et rien dans ce que Satan lui a présenté du monde terrestre (gloire, royaume etc) ne saurait l’en détourner car il garde la connexion avec le vertical.

      Si chacun dans sa religion, qu’on pense de la croyance de l’autre, restait un minimum fidèle à la révélation qu’il a reçu les agents de Satan ne réussiraient pas.

      Fraternellement.

      • Vieux Jo says:

        Douce et apaisante mais pas seulement. Monseigneur est ferme dans sa conviction, dans sa Foi catholique telle qu’on lui a enseignée (c’est d’ailleurs sur ses armoiries).

        Mais surtout, il est dénué de toute haine et d’aversion envers les papes conciliaires. On sent un profonde peine ressentie suite à l’abdication des vicaires du Christ. On ne peut pas en dire autant des évêques qui parlent contre la tradition avec une véhémence haineuse. A méditer, car lorsqu’on parle au nom de Dieu, on est paisible, lorsque au contraire on n’est éloigné de Dieu, on a la haine dans le coeur. Inscrivez-vous pour une retraite des exercices de Saint-Ignace, à Notre-Dame du Pointet par exemple, vous pourrez vous y présenter avec toutes les questions qui vous viennent en tête. Vous aurez toutes les réponses, justes, calmes, sans détour. Toujours dans la Vérité. C’est ce qui fait la Force des catholiques qui sont restés dans la Tradition.

  4. Vieux Jo says:

    Oui ah la sainte Messe ! Lorsque j’ai assisté à la messe tridentine après plusieurs années d’abandon, j’ai pleuré en entendant le kyriale, toute mon enfance a refait surface avec des souvenirs de chants, de camps, de processions. C’est là que j’ai commencé à comprendre ce que j’avais perdu durant toutes ces années.

    • @ Cher Vieux Jo,
      « Les « Aliine », « Efgy », « Solstice », et autres « Au service etc… », me font repenser la tromperie à laquelle j’adhérais. Je sens en eux une souffrance, la souffrance de l’âme qui recherche sans trouver la petite porte. »

      Je voudrais vous rassurer. La souffrance que vous ressentez en vous à mon propos n’est que celle que je ressens pour toutes les offenses faites à Dieu.
      Quant à moi, je l’ai trouvée depuis longtemps la porte qui mène à Dieu (le vrai). Tout va bien , ne vous inquiétez pas!
      Udp

      • Vieux Jo says:

        Peut-être ai-je fait une confusion de pseudo.

        La souffrance des âmes dont je parle, n’est pas celle de l’offense à Dieu mais bien des âmes qui cherchent, des âmes qui sont trompées et ne savent plus… à quels saints se vouer 🙂

        Je vous donne un exemple : on voit partout des personnes, hommes ou femmes, handicapées ou non, vouloir prouver qu’ils sont capables de monter jusqu’en haut de l’Everest, traverser l’Atlantique en bateau à rames, faire le tour du monde en vélo, etc…. J’ai fait de la compétition, donc je connais ce désir de dépassement de soi. Vouloir toujours améliorer ses performances est une chose, bonne en soi lorsqu’elle reste maîtrisée. Mais vouloir se prouver qu’on est capable de faire des choses quasi inhumaines est, à mon sens, plutôt révélateur d’un manque, d’un désir profond inassouvi, d’une recherche de quelque chose de plus haut, plus grand. J’en conclus qu’il y a une souffrance de l’âme à la recherche de son Dieu. Car l’âme est à Dieu, elle ne vit que de Dieu. L’homme, trompé dans la Liberté donnée par Dieu et les libertés individuelles qui doivent passer avant tout, est en recherche perpétuelle de quelque chose qu’il ne sait pas définir. Et là il y a souffrance de l’âme, et donc de la personne.

        Bon. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre.

  5. Conclusion Marcel,
    Quand on voit tout ça, un vrai catholique n’a plus le droit non seulement de ne plus les suivre, mais de les dénoncer comme anti-papes, parce qu’hérétiques et schismatiques et cesser de les reconnaître comme papes, évêques ou je ne sais quoi. Pour ça, il faut avoir des couilles de catholiques: ce que tu n’avais pas Marcel.
    On ne peut pas à la fois « manger son gâteau et le garder« . Quand on n’a pas le courage d’assumer la Vérité toute entière,on n’entre pas dans ce combat-là.
    Cécilien.

    • Volodymyr Bellovak says:

      A Cécilien;
      « tout ce qui est excessif est ridicule »; ici vous vous permettez d’etre grossier envers un vénérable, intègre et valeureux homme d’Eglise, défunt qui plus, est ; c’est trop facile, mais ça dénote, en plus de votre profonde vulgarité, votre ignorance sur le combat de Monseigneur Lefebvre ( et les fruits spirituels nombreux, preuves de la bénédiction de la Providence sur son oeuvre ), mais encore et aussi votre prétention et votre orgueil qui ne vous sont certainement pas inspirés par le Saint-Esprit. Gardez vos commentaires injurieux, indignes d’un catholique, et cessez de répandre votre mauvais esprit de division, vous risquez de terminer comme Luther ou autre schismatique !…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com