Moscovici Vafourakis

Yannis Vafourakis, ici avec Moscovici, un des serviteurs de l’Union…

Étrangement, alors que le peuple grec vient de donner raison à son ministre des finances, Yannis Vafourakis, celui-ci vient d’annoncer sa démission.

La dictature des eurobanksters

C’était le souhait manifesté depuis longtemps par les interlocuteurs de l’Union. Si le Oui l’avait emporté l’exigence aurait été la peau de Tsipras, mais le Non l’a, pour le moment, épargné.

Yannis Vafourakis c’était la « grande gueule » des discussions, celui qui est à l’origine du référendum… Sa démission semble annoncer l’alignement contraint de Tsipras …

Vafourakis a été le premier du gouvernement grec à intervenir publiquement suite au magistral Non donné par les Grecs. Son intervention tardive était loin de respirer le triomphe, bien qu’à ce moment-là le résultat définitif  du référendum était connu,(61,50% de Non). Lors de cette intervention il n’avait pas encore annoncé sa décision. Celle-ci a été annoncée sur son blog ce lundi, et l’explication qu’il donne ne laisse pas de doute sur la pression des banksters. Pour que les discussions reprennent, pour que les banques rouvrent, il fallait à la dictature européenne la peau de Yannis Vafourakis:

 « Peu de temps après l’annonce des résultats du référendum, on m’a informé que les membres de l’Eurogroupe et les autres partenaires estimaient que mon absence aux réunions contribuerait à la conclusion d’un accord. Pour cette raison, je quitte le ministère des Finances »; une idée que le Premier ministre  a jugée potentiellement utile à l’obtention d’un accord. Pour cette raison, je quitte le ministère des Finances aujourd’hui »a-t-il fait savoir.

« Il est de mon devoir d’aider Alexis Tsipras à utiliser le capital politique que le peuple grec nous a donné hier lors du référendum »,

Et je porterai le dégoût des créanciers avec fierté.

Nous, de la Gauche savons comment agir collectivement sans nous soucier des privilèges de la charge. Je vais soutenir pleinement le Premier ministre Tsipras, le nouveau ministre des Finances, et notre gouvernement.

L’effort surhumain pour honorer les braves gens de la Grèce, et le célèbre OXI (NOn) qu’ils ont accordé aux démocrates du monde entier, ne fait que commencer. »

a-t-il ajouté sur son blog.

« Peu de temps après l’annonce des résultats du référendum », dit Vafourakis, il a appris qu’on voulait l’éliminer des négociations… A 20h00, alors que les résultats n’étaient encore qu’à la moitié des dépouillements, les grandes chaines de TV annonçaient que François Hollande avait appelé Alexis Tsipras… Mais Alexis Tsipras, par contre, ne partagera sa joie avec le peuple grec qui l’a si massivement approuvé, qu’aux alentours de minuit… Pendant ce laps de temps, inutile de tenter de triompher, les euroligarques lui ont fait comprendre qui commande.

Le syndrome Benoît XVI

Cela démontre que la troïka européenne n’a pas l’intention de se laisser impressionner par le référendum du petit peuple grec. 

La suite logique de ce bras de fer qui se poursuit devrait aboutir, soit à la sortie de la Grèce de l’Union, mais plus probablement, avec le départ de Yannis Vafourakis, à la capitulation d’Alexis Tsipras, pris en étau par les banques qui ont démontré qu’elles détenaient le véritable pouvoir, ainsi qu’elles l’avaient démontré avec la démission de Benoît XVI. Souvenons-nous que l’actuel pape émérite avait démissionné suite au blocage des cartes bancaires dans l’Etat du Vatican et qu’aussitôt sa démission, les fonctions bancaires avaient été rétablies.  

Le système bancaire a coupé les vivres au Vatican, plus de cartes électroniques pour encaisser l’argent des touristes, rien, nada! Le Vatican a été déconnecté momentanément du système Swift comme l’a été l’Iran suite aux sanctions internationales, (…). Le pape démissionne et c’est le retour des banques…(Source)

Le référendum de la Grèce qui s’est déroulé dimanche 5 juillet, portait sur le rejet ou non des conditions des créanciers de la Grèce (la France arrivant en second après l’Allemagne dans l’importance des créances) , contre 39% de votes en faveur du plan. Le gouvernement grec s’en est réjoui que fort tardivement et sans ostentation. 

Et si, pour court-circuiter les banques,  les Européens revenaient à la monnaie-espèces avant qu’elle ne soit supprimée mettant définitivement sous le joug bancaire tous les habitants de l’UE ? -car le projet de suppression de la monnaie-papier est en route… Les paiements en espèces sont déjà réduits à 1000 euros…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

8 commentaires

  1. Guy de la croix says:

    Oui c’est bien la finance juive franc-maçonne américaine qui a provoqué le blocage Deutshe bank pour y installer Goldman Sachs la banque escroc juive à la place…

    Le vatican sous tutelle financière juive … comme toute l’Europe…

    Vite une monnaie de rechange et quitter l’EUR…

  2. Bonjour,

    j’aimerais être sûr de bien comprendre votre positionnement sur la renonciation de Benoît XVI. Si ce dernier a démissionné sous pression, il ne l’a pas fait librement, ce qui implique de fait l’invalidité de cette renonciation (canon 332 §2 du code de droit canonique).

    Mais si cette renonciation est invalide, l’élection qui la suit, celle de François, l’est également, puisqu’elle cesse alors d’être légitime, ce qui est une condition requise (canon 332 §1).

    Et si l’élection de François est invalide, quid de ses actes magistériels ?

    • Il semble évident que Benoît XVI n’a pas démissionné librement et toutes vos questions sur la validité de l’élection de François et de ses actes peuvent légitimement se poser et se discuter.

      Mais depuis Vatican II plus rien ne tourne rond dans la Rome séculière.

      • Merci pour cette réponse ! j’ai rédigé un article sur la question, mais je voulais auparavant vérifier auprès d’une tierce personne que je n’étais pas fou…

        http://gloriadeivivenshomo.hautetfort.com/archive/2015/08/09/la-demission-de-benoit-xvi-est-elle-valide-5668534.html

        • Excellent votre article, il résume fort bien la réalité. D’autres articles l’avaient déjà fort bien expliqué le contexte de pression bancaire gravissimes dans lequel Benoît XVI avait démissionné, sans pour autant en tirer les éventuelles conséquences que vous posez en conclusion: François est-il légitimement pape ?

          J’ajoute juste un élément que vous n’avez pas mentionné: Benoît XVI avait invoqué pour sa démission des raisons de santé. C’est d’ailleurs l’unique raison qu’il a donné. Or peu de temps après il apparaissait en public en excellente santé. Depuis aucun bulletins sur des ennuis de santé de Benoît XVI n’est paru à ma connaissance.

      • @ Lou, « Il semble évident que Benoît XVI n’a pas démissionné librement »

        Qu’elle est cette évidence ?
        Excusez-moi, mais je ne connais que sa déclaration invoquant sa santé et cette phrase officieuse : « l’Eglise est ingouvernable; les évêques font ce qu’ils veulent ».

  3. toborl says:

    Est-il possible que Vafourakis créé son propre parti et se présente comme premier ministre aux élections de septembre 2015 en Grèce?
    Est-il possible qu’il soit alors élu et qu’il puisse appliquer le programme qu’il n’a pas pu appliquer en tant que ministre des finances?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com