Encore des profanations de cimetières en France qui ne feront pas la une des journaux télévisés ni le sujet de grandes déclarations de politiciens. Et pour cause : les tombes profanées sont chrétiennes.

Ce sont au moins soixante crucifix en laiton ou en bronze qui ont été volés sur les tombes des cimetières de Paroy et Tarcenay, deux communes du Doubs.

Michel Chaussarot, maire de Paroy s’est rendu sur place et a appelé la gendarmerie qui est venue compter le nombre de sépultures concernées. Les gendarmes ont dénombré 48 tombes profanées à Paroy et d’autres dans le cimetière de Tarcenay, au sud de Besançon.

« Je suis indigné! C’est profaner le souvenir des gens« , a déclaré le maire au journal local. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

Depuis plusieurs années, l’envolée du cours des métaux aiguise les appétits de voleurs dénués de toute conscience morale. Plusieurs enquêtes ont abouti ces dernières années à des camps de ferrailleurs roms. Mais rares sont les condamnations.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

2 commentaires

  1. Des « ferrailleurs rom » ? Bien entendu, mais qui sont les récupérateurs de métaux qui rachètent le produit de leurs larcins? Car ne nous y trompons pas, s’ils s’adonnent à ces exactions sacrilèges, c’est bien car ils ont la « filière revente ». On les sait sans foi ni loi, ce ne sont que des parasites chassés de chez eux pour se conduire ainsi, combien de temps allons nous les garder chez nous? Si les acquéreurs sont sévèrement condamnés, cela aura au moins le mérite de casser leur réseau de « refourgues », quand à eux (avec toute leur famille bien sur), des mesures d’expulsion immédiate doivent être prises sans autre forme de procès.

  2. D’après l’article, la profanation serait plutôt la conséquence de la recuperation de métaux non ferreux dont le cours actuel est assez élevé.
    Ces messieurs de la gendarmerie, avec le flair légendaire qu’on leur connaît, vont certainement chercher à qui le « crime profite », selon le vieil adage policier. Les possibilités pour que les métaux voyageurs soient dans les mains de gens qui s’attribuent eux même ce qualificatif ne sont pas minces, car chacun leur reconnaît cette spécialité professionnelle, une des rares qu’ils possèdent d’ailleurs.
    Éradiquer cette vermine dans la même foulée que l’islam, ne pourrait qu’apporter un soupir de soulagement et une bouffée d’air frais aux Français.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com