Le marché de la vente de jouets en magasins est totalement sinistré. Après la fermeture de La Grande Récrée, c’est la chaîne américaine Toys « R » Us qui cesse définitivement ses activités l’année de ses 70 ans. Endetté à hauteur de 5 milliards de $ depuis son rachat en 2005 et ce pour un chiffre d’affaires de 11,54 milliards de $ en 2016, l’entreprise à l’enseigne de la girafe Geoffrey (anciennement Dr. G. Raffe) va fermer ses 735 magasins aux Etats-Unis, laissant 33.000 employés sur le carreau. Le PDG de la société, David « Dave » Allen Brandon, a déclaré laconiquement : « Nous ne disposons plus du soutient financier pour poursuivre nos activités américains ». Le 15 mars, baisser de rideau final pour la marque fondée en 1948 à Washington par Charles P. Lazarus, pour la totalité de ses magasins mondiaux, sauf ceux de France (53 enseignes), d’Australie (45), du Portugal (11), de Pologne (11) et d’Espagne (48), annonce démentie par le Wall Street Journal qui annonce aussi leur fermture . D’autres part, les magasins du Canada (83), d’Asie (151 au Japon, 100 en Chine, 35 en Corée du Sud, 34 en Malaisie, 27 aux Philippines, 26 en Israël, 25 en Thaïlande, 20 à Taïwan, 15 à Hong Kong, 11 en Arabie Saoudite, 9 aux Emirats Arabes Unis, 8 à Singapour, 2 en Inde, au Koweït et à Macao et 1 à Bahreïn, Brunei, Oman et au Qatar), en Allemagne (66), en Autriche (15) et en Suisse (10), une « réorganisation » et un « processus de vente » sont prévus.

Les responsabilités de cette faillite incombent à Amazon qui a capté tout le marché du jouet dans le monde entier avec une efficacité redoutable. Aux États-Unis, comme en France, selon Charles Sannat, « c’est un massacre sur les commerces pourtant gros pourvoyeurs d’emplois et qui se font littéralement laminer par la révolution Internet ». Selon La Tribune du 15 mars : « près de 8 000 magasins en détail ont fermé aux Etats-Unis en 2017, soit un total qui représente le double de la moyenne annuelle sur la décennie écoulée, selon des données du conseil international des centres commerciaux ».

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

Un commentaire

  1. Geneviève says:

    On ne va quand même pas les regretter, quand je pense que les meilleurs jouets sont encore les bâtons, les cailloux, les tissus divers, tous les éléments simples qui laissent de la place à la créativité de l’enfant de se développer ! Vaut mieux éviter tout ce qui conditionne l’enfant à devenir un parfait consommateur !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com