transhumanisme

Israël a bien l’intention de devenir un leader dans la technologie de la robotique.

microsoft-israel

Yoram Yaakobi, chef du centre de Recherche et Développement de Microsoft Israël, intervenait la semaine dernière à ThinkNext, un grand show organisé par Microsoft, durant lequel la multinationale exhibe ses nouvelles technologies, dont beaucoup sont développées en Israël. Au cours de son exposé, Yoram Yaakobi a estimé que les robots vont prendre des millions – peut-être des milliards – d’emplois.

 La plupart des emplois de service, qui sont actuellement l’épine dorsale de l’emploi en Occident aujourd’hui, seront prochainement automatisés et confiés à des robots, a expliqué Yoram Yaakobi.

yoram-yaacovi-microsoft-israel

Selon les prévisions du Forum économique mondial, tout cela va aller très vite puisque sur les quatre prochaines années, les robots vont « s’emparer » de plus de 7,1 millions d’emplois.

« Nous ne pouvons pas altérer le développement de la technologie, et même si nous essayons, ce serait vain, car une fois que cela a commencé, les révolutions technologiques ne peuvent pas être arrêtées. Il n’y a pas de paradigmes établis pour expliquer comment la société va traiter un grand nombre de personnes qui ne disposeront pas de travail », a déclaré Zvi Shiller, professeur au Département du génie mécanique à la faculté d’ingéniérie de l’université d’Ariel et président de l’Israel Robotics Association.

Mais Zvi Shiller a averti qu’il fallait s’attendre à beaucoup de dommages collatéraux.

« Il y aura certainement beaucoup de gens qui ne vont pas être en mesure de s’adapter à la nouvelle économie, et pour eux, je crois que le gouvernement a la responsabilité de les aider. »

Quant au Dr Roey Tzezana, chercheur en futurologie au Yuval Neeman Workshop de l’université de Tel Aviv, il considère que  « Jusqu’à 40 % des emplois actuels risquent de bientôt disparaître ».  

Par contre, ces robots seront tous menacés de piratage. Ce qui signifie que les experts en cybersécurité figureront parmi les professions les plus recherchées de demain.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Israël a toute les caractéristiques de l’antéchrist de l’apocalypse, c’est à dire un antéchrist collectif devant lequel il faut s’incliner, et qu’il va falloir bientôt adorer.

  2. Ruoma says:

    De tous temps, l’homme s’est servi de son intelligence pour trouver comment se dispenser des travaux : fatigants, dangereux, ennuyeux.
    Il y est parvenu en le faisant faire d’abord par les animaux : cheval, âne, faucon, chien, etc…
    Ensuite, il s’est mis à fabriquer des machines, puis des ordinateurs.
    Aujourd’hui, à l’heure de la robotique, de l’intelligence artificielle, on va enfin pouvoir confier la totalité de ces tâches à des machines…
    Et voilà qu’on se lamente sur la disparition du travail ?!
    Le problème n’est pas la disparition du travail, mais la disparition des salaires. En effet, la société s’est organisée en associant obligation de payer, donc d’avoir des revenus qu’on n’obtient qu’en ayant un emploi.
    En réalité, le salariat est une prostitution, il est appelé à disparaître.
    Le problème, toute la difficulté, c’est de parvenir à faire céder les grandes puissances de l’argent : banque, finance, multinationales, lobbies, grandes familles hyper-riches, complexe militaro-industriel, pharmaco-chimique, agro-alimentaire, etc. pour qu’ils ne s’accaparent plus la richesse produite, mais qu’elle soit distribuée à tous ceux à qui les robots ont pris le travail.
    Dans les années 50, avec l’industrialisation, quelqu’un avait dit que les machines devaient payer les cotisations des salariés qu’elles remplaçaient.
    C’est encore plus vrai aujourd’hui. Elles doivent payer les cotisations et verser les salaires aux salariés mis au chômage. C’est ce qu’on commence d’ailleurs à évoquer avec le concept de revenu de base inconditionnel.
    En effet, les populations appauvries ne pourront jamais s’offrir les produits fabriqués par les robots si elles n’ont pas les revenus pour les acheter.
    Et des produits qui ne trouvent pas d’acheteur sont des produits inutiles et sans valeur.

    • « Et des produits qui ne trouvent pas d’acheteur sont des produits inutiles et sans valeur »…comme le seront les acheteurs qui ne pourront plus acheter… Nous sommes les marionnettes d’Israël…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com