transhumanisme-transvision-2

Le 20 septembre s’est déroulé à Paris Transvision, congrès international des transhumanistes du monde entier. Ceux-ci constituent une sorte de secte mettant en question l’ordre naturel tel que nous le connaissons depuis le début du monde. La majorité des tenants de cette philosophie est de gauche, voire libertaire. Ces personnes prétendent prendre la place de Dieu dans la création.

transhumanisme-transvision2014

Les idées des transhumanistes sont connues des lecteurs de Médias Presse Infos par la série d’articles sur le sujet ; le plus récent concernant Google. Il y a sept ans, je dénonçais cette idéologie dans un ouvrage intitulé L’Homme Artificiel, relayé il y a deux ans par L’Ultime Transgression. Rappelons rapidement de quoi il s’agit.

Les transhumanistes pensent que les technologies nouvelles vont permettre d’atteindre l’immortalité. La biologie va créer des pièces de rechange par les cellules souches. Les maladies ou leurs potentialités seront supprimées par la chirurgie du gène et le remplacement des ADN défectueux que nous portons dans notre organisme.

transhumanisme-ProgrammeTV2014-

Mais surtout, les ordinateurs vont bientôt dépasser les hommes par leur intelligence. C’est ce qui se nomme La Singularité. Il s’est créé une université itinérante tenant portant ce nom et tenant son enseignement dans les grandes villes de la planète.

singularity-university

Le but est de remplacer les pièces déficientes de notre organisme par du matériel informatique. Exemple, les cochlées des sourds, le Karmat des insuffisants cardiaques, les prothèses de membres manquants commandées directement par le cerveau grâce à l’implantation de microprocesseurs. Ce sont les implants cérébraux. Il y a surtout la course à l’intelligence artificielle. C’est l’Human Brain Project financé par l’Europe dans le cadre de Neuropolis à Lausanne. À terme l’homme deviendrait immortel avec un cerveau artificiel. En France, le tenant le plus connu de cette idéologie est Dr Laurent Alexandre, urologue, auteur d’un livre intitulé La mort de la mort et fondateur du site Doctissimo.

transhumanismeappel-projets-fixience

Le metteur en scène Spielberg (Jurassic Park, E.T, Les Dents de la Mer, Indiana Jones etc.) venu à la Silicone Valley pour trouver des idées de trucage cinématographique s’est vu expliquer par les ingénieurs qu’ils allaient greffer Google dans la tête des hommes. L’Ultime Transgression est la numérisation du cerveau visant purement à remplacer l’humanité ; ce que les transhumanistes appellent « L’homme augmenté » titre du congrès parisien. L’ultime projet correspond en fait à la fin de l’espèce humaine et son remplacement par la machine. Nous serons alors tous des cyborgs, des « hommes-machines ».

transhumanisme-5

Que penser de tout cela ? Il s’agit essentiellement d’une idéologie qui comme celle des médecins révolutionnaires de 1789, des nazis ou du marxisme doit aboutir à la création d’une humanité nouvelle. Dans tous les cas il y a la prétention de servir l’homme, mais aussi de créer un « homme amélioré » un surhomme. Nous pensions que l’effondrement du communisme marquait la mort des idéologies. Or nous en voyons arriver deux autres à bride abattue : le gender et le transhumanisme.

Bien sûr, en tant que médecin, il m’est une joie de voir remarcher des parkinsoniens tremblotants et repliés sur leur siège ; ceci grâce à des implants de microprocesseurs dans le cerveau. De voir guérir des aveugles par des implants de cellules souches ou de capteurs sur la rétine etc. Mais toute la question est de savoir quand savoir quand s’arrêter. Bien évidemment, à force de remplacer des morceaux de cerveau par des ordinateurs, l’homme ne sera plus un homme mais une machine, un robot sans conscience. Or, par interface, tout ordinateur est sous la dépendance d’autres ordinateurs. Préférerons-nous avoir une intelligence artificielle dirigée par d’autres au lieu de celle que la nature nous a allouée ? C’est un problème gravissime pour laquelle j’essaye de déclencher la sonnette d’alarme depuis sept ans en jouant les Cassandre.

Mais Cassandre a toujours eu tort.

Dr Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

10 commentaires

  1. sylvain says:

    Bien sûr ! Les choses exposées comme vous le faites, l’avenir se présente terrifiant.
    Mais vous mettez Dieu et Hitler dans la discussion avec un sens un peu négligé de la nuance.
    Ce sont les mêmes alarmes qu’on a entendu lors du début des voyages dans l’espace, la création de l’arme atomique et même lors de l’inclusion de l’informatique dans l’administration, bien avant l’ère internet.
    On peut dire « cette fois c’est grave ». Mais je ne peut que vous dire qu’il y des gens qui sont fatigués de la humaine, la douleur, la tragédie de la condition humaine qui ne peuvent trouver de consolation que par l’art, la littérature, la religion et tous ses baumes qu’on appelle « notre humanité » et qui, manque d’espoir, on a appris à aimer.
    La confluence NBIC, (pas le transhumanisme pris de façon globale), peut nous rendre un peu moins souffrants et même plus heureux, quitte à être un peu moins « humains », comme l’on déjà fait, la vivisection, les antibiotiques, la cortisone et bien d’autres.

    • Exquisiteur says:

      « quitte à être un peu moins humain » .
      Il me semble que dans cette affaire , il y a 3 écoles de pensée.
      1- continuer sans mettre du silicium dans l’étre humain

      2- le « tout silicium » dans l’être humain
      PAR FAINEANTISE ET ORGUEIL NARCISSIQUE TECHNOLOGIQUE

      3- le « tout humain dans l’humain » c’est à dire que les FACULTES (régénaration tissulaire, tout et tout le catalogue du silicium) EXISTENT déjà dans l’être humain. IL suffit de s’en servir. Combien de personnes dans le monde ont réussi à puiser dans ces facultés  » Ce devrait être aussi facile que d’apprendre à marcher ?

  2. sylvain says:

    Bien sûr ! Les choses exposées comme vous le faites, l’avenir se présente terrifiant.
    Mais vous mettez Dieu et Hitler dans la discussion avec un sens un peu négligé de la nuance.
    Ce sont les mêmes alarmes qu’on a entendu lors du début des voyages dans l’espace, la création de l’arme atomique et même lors de l’inclusion de l’informatique dans l’administration, bien avant l’ère internet.
    On peut dire « cette fois c’est grave ». Mais je ne peux que vous dire qu’il y des gens qui sont fatigués de la souffrance , la douleur, la tragédie de la condition humaine qui ne peuvent trouver de consolation que par l’art, la littérature, la religion et tous ses baumes qu’on appelle « notre humanité » et qui, manque d’espoir, on a appris à aimer.
    La confluence NBIC, (pas le transhumanisme pris de façon globale), peut nous rendre un peu moins souffrants et même plus heureux, quitte à être un peu moins « humains », comme l’on déjà fait, la vivisection, les antibiotiques, la cortisone et bien d’autres.

  3. Catherine says:

    Ce qui est surprenant avec toute cette idéologie, c’est que ce qu’ils voudraient arriver à faire après des années et des années de recherche à suer sang et eau, existe déjà en puissance. Tout le monde sait qu’après la résurrection des corps, les hommes seront bel et bien des « surhommes » immortels,impassibles,sur-intelligents, et parfaitement heureux et qu’ils pourront vivre sur notre terre redevenue un paradis terrestre s’ils le souhaitent ou aller n’importe où se mouvant à la vitesse de la lumière (chose que ces idéologues n’arrivent encore pas à faire). Et le pire c’est qu’en voulant soi-disant devancer Dieu en fabriquant des « surhommes », ils sont voués à ne jamais connaître cette perfection pour eux-mêmes car se damnant ils ne connaîtront que la souffrance, la mort et la haine éternelle.

    C’est tout simplement paradoxale.

  4. Oui, Catherine, vous avez raison. Je n’avais pas pensé à cet aspect des choses. IL est évident que vouloir l’immortalité, c’est se prendre pour Dieu. Jésus nous a promis la vie éternelle avec notre corps. Il n’y a que le Malin pour pousser les hommes a en quelque sorte « anticiper » par leurs propres moyens une éternité sur terre et non dans le Ciel.

    • Catherine says:

      et ce qu’il y a de plus ridicule encore, c’est que ces transhumanistes veulent l’immortalité sur notre terre telle qu’on la connait aujourd’hui avec tout ce qu’elle produit d’épines, de mauvaises herbes, de vie sauvage et féroce mais aussi de détresse psychologique, si tant est qu’ils arrivent à éliminer la souffrance physique. Mais ont-ils perdu leur bon-sens à ce point pour rêver d’une telle existence????Mais si seulement ils voulaient pousser leur raisonnement un peu plus loin, ils reviendraient à la notion d’immortalité telle que Dieu l’a voulue…. Faut-il qu’ils soient aveuglés par le Malin.

  5. Jérôme says:

    Je ré-capitule le projet :

    – paradis terrestre contre Paradis Céleste.

    – immortalité sur terre contre Immortalité aux Cieux.

  6. Philippe B. says:

    Pendant qu’eux vivront pendant 1000 ans sur terre en attendant leur damnation éternelle, nous serons tranquillement dans la Béatitude divine à savourer la présence et l’amour de Dieu. A chacun son choix.

    Pour ma part je préfère en tout cas la mort (qui n’est qu’un passage et non une fin) qu’une vie de cyborg.

  7. Philippe B. says:

    Du reste l’homme augmenté ne concernera que ceux qui se considèrent comme « supérieur » (les illuminatis et FM par exemples). Le reste de l’humanité ne bénéficiera pas de tout cela. Et finalement c’est tant mieux.

  8. Philippe B. says:

    « Bien évidemment, à force de remplacer des morceaux de cerveau par des ordinateurs, l’homme ne sera plus un homme mais une machine, un robot sans conscience.  »

    La conscience ne se situe pas dans le cerveau, ce dernier ne servant que de récepteur. Mais il est certain qu’un cerveau artificiel ne pourra plus être en contact avec la conscience (qui est en Dieu) mais uniquement avec l’information binaire, purement matérielle.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com