La Cour Européenne des droits de l’homme, dans un litige qui concerne deux personnes aspirantes transsexuelles, a condamné la France parce que, selon les lois françaises, le changement de sexe à l’état civil ne peut advenir qu’après une opération chirurgicale de « rectification sexuelle. »

Les États, selon la Cour, ont

« une marge de manœuvre limitée quand sont en cause l’intégrité physique et l’identité sexuelle des citoyens. Le fait de subordonner la reconnaissance de l’identité sexuelle des personnes transgenres à la réalisation d’une opération ou d’un traitement stérilisant qu’elles ne veulent pas subir équivaut à subordonner le plein respect de la vie privée à la renonciation du plein respect de l’intégrité physique. »

Dans les cas soumis aux juges de la Cour Européenne il s’est créé dit-elle

« une rupture dans le juste équilibre entre les intérêts généraux et ceux individuels que les États sont tenus de respecter. La condition d’irréversibilité de la transformation de l’apparence physique doit être considérée comme un manque de respect de la part de l’État à son obligation de garantir le respect de la vie privée. »

En bref, pour changer de sexe il suffit de le penser. La Cour Européenne des droits de l’homme, et on le savait déjà mais ceci en est une nouvelle preuve, est une courroie puissante de transmission de la théorie du genre à l’état pur selon laquelle pour être homme ou femme il suffit de se percevoir tels.

Et elle ose parler de « juste équilibre » alors qu’on est en plein déséquilibre…

Francesca de Villasmundo

http://www.ansa.it/europa/notizie/rubriche/altrenews/2017/04/06/corte-uenessun-obbligo-operazione-per-cambio-sesso-anagrafe_b06a8936-4bb4-4a61-9992-7d767d1aba72.html

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 commentaires

  1. Paul-Emic says:

    la cour folle, les juges fous

  2. « La condition d’irréversibilité de la transformation de l’apparence physique doit être considérée comme un manque de respect de la part de l’État »

    … ce qui prouve bien que celui ou celle qui change de sexe n’est même pas sûr(e) d’être de l’autre sexe !
    Car si le transgenre était vraiment sûr(e) d’être de l’autre sexe, c’est la France qui devrait être récompensée d’aider le transgenre à devenir un(e) autre.
    Dans quel monde d’hypocrites vit-on ?…

  3. Patricia Claire Oudart says:

    Oui , la France est irrespectueuse de l’autorité non élue de l’Europe… Et il y en a encore pour douter que nous sommes en dictature supra nationale!
    – ‘genre’ (Je mets toujours ce mot entre guillemets, je ne reconnais pas ce terme qui n’a aucun sens. L’identité sexuée a du sens, la sexuation du cerveau, la sexuation des gonades, La femme, L’homme, mais ‘genre’, ça fait très mauvais genre)
    – Ce que veut cette idéologie du ‘genre’, c’est en effet faire disparaître les sexes, et faire accroire l’idée que le ‘genre’ est mobile, interchangeable, que la femme puisse disparaître, qu’elle ne soit plus mère, et que ainsi entre bœufs et génisses, sans famille fixe, les esclaves humains ne soient que le nombre désiré du cheptel, c’est à dire quatre à dix fois, vingt fois moins nombreux qu’actuellement. Oh certains diront que j’exagère, mais ce programme est gravé dans le granit très sérieusement par une oligarchie qui a les moyens de faire ce qu’elle dit, et qui le fait.
    La cour prétendue des ‘droits de l’homme’ n’est que la dernière trouvaille.

    – trans-trucs. J’ai réagi longuement dans l’article de Jean-Pierre DIckès « Le sport en danger », le suivi des personnes dont la sexuation neuronale est inversée est médicale, et elle est juridique sur expertise médicale qui rend compte de la réalité de la sexuation, à savoir la sexuation du cerveau, et la sexuation corporelle réparée chirurgicalement. Pour ces personnes, tout est logique, la réparation chirurgicale est un élément essentiel pour survivre à l’affliction de ne pas pouvoir vivre son corps et sa sexuation cérébrale de naissance, je rappelle.

    Cependant, il est devenu courant chez certains lobbies, de contester la chirurgie, et cela signifie garder le sexe anatomique du sexe de naissance, tout en revendiquant auprès de la justice la mention de l’autre sexe.

    Alors entendons nous. Prendre un traitement hormonal féminin, n’est pas une chirurgie, le pénis existe toujours, les testicules aussi, ce qui signifie pour le moins une aberration, et une atteinte à l’ordre public, dans la mesure ou la personne se détermine malgré sa demande, par ce sexe qu’elle veut conserver, et qu’elle peut utiliser si elle en a envie, ou elle peut changer d’avis, et demander une nouvelle modification de son état-civil, en arguant son anatomie.
    Prendre un traitement hormonal masculin, ce n’est pas être un homme. Si l’utérus existe, outre le risque de cancer, c’est aussi, bien que ce soit peu faisable, porter un enfant. cela nécessite donc que les gonades soient définitivement retirées puisque non souhaitées.
    Se déclarer de l’autre sexe est une vue de l’esprit, c’est pour cela que les juges réclament une expertise qui indique clairement que la personne, tant par sa sexuation cérébrale, son identité sexué et par son corps, peut être considérée comme étant née dans le sexe requis, un peu comme une erreur de déclaration à la naissance qui n’était pas prévisible.
    Il s’est produit souvent que pour les hommes nés avec un sexe féminin, l’ablation des ovaires et de l’utérus, l’ablation des sein, ne suffisaient pas aux juges, mais d’un autre côté, la fabrication d’un pénis avec un lambeau de chair de l’avant bras avait des risques opératoires tels, que beaucoup d’hommes nés avec un sexe féminin, renonçaient à cette chirurgie. Entre santé et apparence, là était le choix, et cela se comprenait, les tribunaux le comprenaient en général.
    – L’idéologie du genre et les lobbies. Les choses ont dérapé depuis que l’on opère à tout va, il est bien évident que les travestis et autres personnes revendiquant une dite ‘transidentité’ ou leur fameux ‘transgenre’ , se sont aperçus que la chirurgie était catastrophique, car elle coupait leur pénis, et coupait leur accès à un plaisir masculin. Pour autant, ces personnes réclamaient que la justice les désigne comme femme, enfin femme, qu’ils leur mettent un F sur leurs papiers, ce qui montre bien leur façon de penser la sexuation.
    – on en est là. Que dire de plus, l’idéologie rejoint les désirs fous. L’arrêt de la cour de cassation de 1992 répondait au besoin médical que des personnes réellement nées avec une sexuation du cerveau qui ne correspondait pas à la sexuation déclarée à l’état-civil, ce qui inclut aussi nombre d’intersexuations mal diagnostiquées, puissent faire reconnaitre que leur sexuation actuelle et de longue expérience, ne correspondait pas à leur sexuation déclarée à la naissance. Pour cela, des certificats médicaux experts, des témoignages de vie dans le sexe requis, permettaient à la justice de dire la Loi.
    Dès les années 2000, les lobbies homosexuels, se sont emparés de la question pour leurs membres travestis et prostitués travestis, qui se renommèrent ‘transsexuels’ qui voyaient la compassion monter pour les personnes dites transsexuelles à l’époque, ces personnes nées avec une sexuation cérébrale structurellement inversée à la sexuation de gonades, ces personnes étaient une poignée, mais en revendiquant ce terme ‘T’ la question a été totalement amalgamée et vidée de son sens, puisque pour ne pas être ennuyées par l’administration, nombre de personnes ont voulu se faire hormoner (pour avoir de la poitrine), avoir ‘l’air’ d’être, et se faire opérer pour avoir le label ‘F’ sur leurs papiers administratifs.

    -Le recul: L’étape suivante de l’idéologie du genre est la disparition des sexes. Aussi les lobbies on surfé sur l’échec de nombre de chirurgies, non qu’elle étaient mal faites, mais parce que c’était une sorte de va-tout, que jouaient des personnes qui n’avaient pas en fait à être autorisées à être opérées; qui n’auraient pas été plus mal, si elles ne s’étaient pas fait ‘stériliser’ comme elles disent elles même, et le lapsus est révélateur. Ainsi, obtenir des papiers sans chirurgie, juste à la tête du client, est devenu le cheval de bataille des oligarques mondialistes qui tirent les ficelles de l’idéologie du ‘gender’, jusqu’à ce que toute notion de sexe disparaisse des constitutions, des lois, et même de la vie courante, puisqu’on réclame aussi des toilettes mixtes partout. Qui n’a pas eu l’expérience de remarquer qu’il y a une nette différence de notion de propreté entre ceux qui font debout ou assise, au dessus de la lumière des toilettes… Bon, vive le pseudo modernisme. Le but ultime c’est tout de même supprimer les femmes qui ont le tort d’être des mères potentielles et de reproduire l’humanité.
    Je ne blâme pas ces personnes qui se font embrigader, dans une lutte sans fond, mais pour ce qui est des juges, et de la presse, et des gouvernements domestiques de l’oligarchie, il n’y a aucune pitié à avoir.
    – Sortons de l’europe, déjà, retrouvons notre identité Française, notre souveraineté nationale et notre démocratie perdue.
    Ensuite il sera temps de remettre les pendules à l’heure face aux lobbies qui manipulent ces gens en trouble grave, qui il faut le dire, n’ont pas été pris en charge comme il le fallait, et à qui on a laissé miroiter que l’on peut fabriquer une femme avec un homme.

    – Il existe des exceptions, très rares, la dysphorie de sexuation, telle qu’elle a été définie au DSM5 américain, que j’appelle inversion de la sexuation cérébrale, ou neuronale, prénatale (ISNP ou ISCP) qui est une intersexuation entre le sexe du cerveau et le sexe des gonades, qu’elles soient intersexuées ou pas, la dysphorie de sexuation existant dès le moment où le sexe du cerveau ne correspond pas au sexe déclaré à la naissance.
    Dans ce cas il est nécessaire, et même vital pour la personne elle-même, que la médecine, et la justice ensuite, harmonisent par un traitement médical et chirurgical puis administratif, le sexe de naissance de la personne. Entre le sexe neuronal, structurel et inamovible, et l’ablation des gonades, il n’y a guère de solution et c’est cette partie du corps, les gonades, qui seront transformées pour ce qui ne peut être qu’une réparation, mais qui est encore une fois jugée par ces personnes indispensable, et rarement remise en cause, si ce n’est pour des raisons de santé.
    – La folie actuelle. Il ne peut s’agir que de folie, ou plutôt assujettissement à des intérêts financiers supérieurs et d’aveuglement, parfois, encore que. On le voit bien dans l’argument du jugement, qui fait surtout état de la désobéissance de la France et de ses juges, à la loi supérieure de l’europe non élue: Dans cette affaire, les dits ‘transsexuels, ne sont qu’un prétexte pour imposer l’idéologie du ‘genre’, et avec une arrogance incroyable, rappeler que les français sont la propriété de l’europe, et que la France doit OBÉIR.

  4. Lacroix says:

    Quelle décadence pauvre France…

  5. Lacroix says:

    Ah vraiment qu’elle décadence dans cette Europe illégitime sans compter la France et ses perversions et vices.

  6. Boutté says:

    Avec tout ça la question du sexe des anges n’a toujours pas été tranchée et l’ennemi est toujours à nos portes quand ce n’est pas intra-muros . N’est-il pas temps que l’Islam vienne enfin régler le différent sur cette différence ?

  7. Marie-Thérèse Struyven says:

    La décadence morale se poursuit…….pauvre France, pauvre de nous…..

  8. Tant qu’ils décident qu’ils sont ce qu’ils voudraient être sans se faire opérer cela ne coûterait rien à la sécu ni au contribuable, seulement leur coûterait à eux les frais de renouvellement des passeports, état civil etc. Et peut être quand la mode changera, car c’est une mode absurde mais une mode, ils seront tout contents de ne pas avoir subit des opérations sans fin car je pense, que ces interventions chirurgicales rarement sont réussies du premier coup et doivent être douloureuses et irritantes a chaque fois qu’on doit subir les besoins impératifs de la nature, et cela pendant des mois. De cela personne en parle. Si on versait un peu d’alcool sur une petite blessure on pourrait démontrer aux curieux le mal que cela fait en particulier sur les muqueuses déjà trop endolories. Adam et Eve ont mangé du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal…. et maintenant on est en train de battre le record du non sens avec l’aval des autorités. Le monde est devenu fou.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com