Le Synode sur la famille tourne une fois de plus au vinaigre. Cette fois-ci c’est l’exercice formel de l’autorité pontificale qui est mis en cause. Vous ne trouverez pas dans la lettre ci-dessous – publiée par Sandro Magister – une remise en cause de la révolution morale et doctrinale que souhaite le pape, mais la dénonciation de la non collégialité de ce Synode. Une telle bronca a au moins le mérite d’éclaircir définitivement un point : c’est bien le pape directement qui manipule le Synode pour appuyer une révolution qu’il souhaite personnellement.

Peut-être de quoi faire réfléchir – si c’est encore possible – ceux qui pensent pouvoir rester librement catholiques sous une autorité moderniste qui est collégiale quand cela l’arrange, et très autoritaire quand cela est nécessaire pour imposer la révolution.

On remarquera tout de même que cette lettre est rédigée par les conservateurs les plus hostiles au pape François, dont les cardinaux Sarah et Müller. Une surprise de taille apparaît avec la signature de Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président délégué du synode actuellement en cours.

Très Saint Père,

En ce début du Synode consacré à la famille et avec le désir de le voir servir fructueusement l’Église et Votre ministère, nous vous demandons respectueusement de prendre en considération une série de préoccupations que nous avons recueillies auprès d’autres pères synodaux et que nous partageons.

Le document préparatoire du synode, l' »Instrumentum laboris« , contient certes des éléments admirables, mais il comporte également des parties qui gagneraient à faire l’objet d’une réflexion approfondie et à être retravaillées. Les nouvelles procédures qui guident le synode semblent assurer à ce document une influence excessive sur les délibérations du synode et sur le document synodal final. Tel qu’il est, et compte tenu des préoccupations dont de nombreux pères nous ont fait part à propos de celles de ses parties qui sont problématiques, l’ »Instrumentum » ne peut pas être utilisé convenablement comme texte guide ou comme base d’un document final.

Les nouvelles procédures synodales vont être perçues, dans certains milieux, comme manquant d’ouverture et d’authentique collégialité. Dans le passé, le processus consistant à présenter des propositions sur lesquelles les pères synodaux votaient permettait d’évaluer l’état d’esprit de ceux-ci, ce qui était précieux. L’absence des propositions ainsi que celle des discussions et votes correspondants semble décourager un débat ouvert et confiner la discussion aux petits groupes ; c’est pourquoi il nous paraît urgent de rétablir l’élaboration de propositions à soumettre au vote du synode tout entier. Le vote sur un document final arrive trop tard dans le processus pour permettre un examen complet et une sérieuse mise au point du texte.

De plus, le manque de participation des pères synodaux à la composition de la commission de rédaction a créé un malaise considérable. Ses membres ont été nommés, pas élus, sans consultation. De même, tous ceux qui rédigent quelque projet de texte que ce soit au niveau des petits groupes devraient être élus et non pas nommés.

Ces faits ont, à leur tour, fait naître la crainte que les nouvelles procédures ne soient pas fidèles à l’esprit traditionnel et à l’objectif d’un synode. On ne comprend pas très bien pourquoi ces changements de procédures sont nécessaires. Un certain nombre de pères pense que la nouvelle procédure semble conçue pour faciliter l’obtention de résultats prédéterminés à propos de questions importantes et controversées.

Dernier point et peut-être le plus urgent, plusieurs pères se sont dits préoccupés de ce qu’un synode ayant pour but de traiter une question pastorale d’une extrême importance – le renforcement de la dignité du mariage et de la famille – puisse en arriver à être dominé par le problème théologique et doctrinal de l’accès des personnes divorcées et remariées civilement à la communion. Si c’est le cas, cela va inévitablement soulever des questions encore plus fondamentales à propos de la manière dont l’Église, allant de l’avant, devrait interpréter et appliquer la Parole de Dieu, ses doctrines et ses disciplines, aux changements qui interviennent dans la culture. L’effondrement des Églises protestantes libérales à l’époque moderne, accéléré par le fait qu’elles ont abandonné des éléments-clés de la foi et de la pratique chrétiennes au nom de l’adaptation pastorale, est une incitation à être très prudents dans nos discussions synodales.

Très Saint Père, nous vous offrons ces pensées dans un esprit de fidélité et nous vous remercions de les prendre en considération.

Fidèlement vôtres en Jésus-Christ.

– Carlo Caffarra, archevêque de Bologne, Italie, théologien, qui a été le premier président de l’Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille ;
– Thomas C. Collins, archevêque de Toronto, Canada ;
– Timothy M. Dolan, archevêque de New-York, États-Unis ;
– Willem J. Eijk, archevêque d’Utrecht, Pays-Bas ;
– Péter Erdö, archevêque d’Esztergom-Budapest, Hongrie, président du conseil des conférences épiscopales d’Europe et rapporteur général du synode actuellement en cours, comme il l’a été de la précédente session, celle du mois d’octobre 2014 ;
– Gerhard L. Müller, ancien évêque de Ratisbonne, Allemagne, préfet depuis 2012 de la congrégation pour la doctrine de la foi ;
– Wilfrid Fox Napier, archevêque de Durban, Afrique du Sud, président délégué du synode actuellement en cours, comme il l’avait déjà été de la session précédente, celle du mois d’octobre 2014 ;
– George Pell, archevêque émérite de Sydney, Australie, préfet depuis 2014 du secrétariat pour l’économie, au Vatican ;
– Mauro Piacenza, de Gênes, Italie, ancien préfet de la congrégation pour le clergé, pénitencier majeur depuis 2013 ;
– Robert Sarah, ancien archevêque de Conakry, Guinée, préfet depuis 2014 de la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements ;
– Angelo Scola, archevêque de Milan, Italie ;
– Jorge L. Urosa Savino, archevêque de Caracas, Venezuela ;
– André Vingt-Trois, archevêque de Paris, France, président délégué du synode actuellement en cours comme il l’avait déjà été de la précédente session, celle du mois d’octobre 2014.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. M.Celtillos,
    Fallait bien qu’une telle chose arrive et le plus tôt sera le mieux. Les principes de ce synode dont se plaignent les conservateurs (?)sont tirés tout droit de Vatican II. Pourtant les plaignants ne semblent pas s’en apercevoir puisqu’aucun d’eux ne met en cause ce concile
    qui a jeté l’Église dans le fossé. Mais…il n’est jamais trop tard pour s’ouvrir les yeux.
    Viens Seigneur guérir notre grande cécité. Amen.Cécilien

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com