djkfdkf (Bild: metropolico.org)

Très beau reportage sur Pegida en Allemagne de l’Est, et plus particulièrement à Dresde, où le mouvement est né. Ceci alors que Bernard Cazeneuve a interdit la manifestation de Pegida à Calais ce 6 février, tandis qu’il avait autorisé la manifestation pro-immigrée de la semaine passée qui avait causé de nombreux dégâts et troubles. Devant ce qu’ils considèrent comme une injustice les responsables français de Pégida ont appelé au maintien de la manifestation. 

Ce reportage expose les racines de Pegida et son histoire, encore très récente. A cette occasion on comprend que l’Allemagne reste divisée et que c’est l’Allemagne de l’Est la moins complexée qui ose encore affirmer son identité. On apprend la réelle influence de Pégida au-delà du dénigrement systématique des gros médias et des sondages truqués, alors que les élections locales démontrent tout l’inverse. Tatiana Festerling, est longuement interviewée et de belles images nous permettent d’admirer la beauté extraordinaire de la ville historique, détruite en 1945, qui a été reconstruite à l’identique, contrairement à de nombreuses villes d’Allemagne de l’Ouest sans âme, alors que Dresde est certainement la ville qui a le plus souffert de la victoire des Alliés en 1945.

Alors que l’Allemagne fait face depuis des mois à un afflux massif de migrants, PEGIDA organise chaque lundi à Dresde dans l’Est de l’Allemagne une manifestation contre « l’islamisation de l’Occident » qui rassemble des milliers de personnes.

En direct de Dresde la manifestation de ce 6 février 2016

A noter que de nombreuses autres manifestions ont été interdites en France aujourd’hui, notamment les manifestations en commémoration des morts du 6 février 1934. La principale aurait du se tenir à Paris à l’appel de l’Action Française. A cette époque déjà le pouvoir des gauches responsable de l’invasion allemande du pays quelque temps plus tard, s’était dressé contre la manifestation des ligues nationalistes, le 6 février 1934, principalement composées des anciens combattants des tranchées de la guerre de 1914-18. La police obéissant aux ordres du gouvernement du Cartel des gauches n’avait pas hésité à faire feu sur la foule. 37 poilus (pour la plupart) qui n’étaient pas morts sous les balles allemandes, sont ainsi tombés sous les balles de la police du Cartel des gauches. Chaque année les identitaires ont pour coutume de commémorer les morts du 6 février 1934 sous les coups de l’anti-France.

Une manifestation à Roquevaire prés de Marseille de l’Action française a également été interdite, ainsi que plusieurs autres ailleurs en France, seule celle de Montpellier semble avoir été autorisée.

Pour de plus amples détails: De l’affaire Stavisky au 6 février 1934

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. Michèle Chevrier says:

    J’ai regardé cette interview, il n’est pas normal que la France interdise de manifester, que la police agresse les manifestants, alors qu’en Allemagne c’est permit.

    • Altobert says:

      Tu as raison, mais de plus en plus ce pays devient une dictature, tout est interdit. Il y en avait du policier là.

      • François says:

        Il ne s’agit que d’une police politique socialiste. Des gens qui ont vendu leur âme à ceux qui les payent.

        Nous sommes en pleine dictature, mais les gens ne s’en aperçoivent pas encore, parce qu’elle vient à la remorque des attentats islamistes, qui d’ailleurs arrivent toujours à point nommé pour booster les sondages de ceux qui ont mis leur terreau en place.

        D’un autre côté, le prétexte d’un état d’urgence contre le terrorisme qui se prolonge sans raison est la marque que ce pouvoir ne tient plus que par la terreur. C’est pourquoi le terrorisme leur convient si bien. Mais il faut se méfier des sondages quand ils ne correspondent pas aux élections.

        Un autre signe que ce pouvoir ne sait plus comment contenir le mécontentement et s’affole, les gros médias ne dissimulent même plus qu’ils sont couchés devant le pouvoir. Il ne répercutent même plus l’information en la déformant, ils ne la répercutent plus du tout. C’est tout le système qui tremble!

  2. Daniel Daflon says:

    Lorsqu’un politicard collabo interdit une manif ou un juge condamne des militants, il est important de prendre tous les renseignements possibles sur lui: adresse, habitudes, appartenance à la franc mac ou autres. Celà permet de lui faire un peu de pub sur les reseaux, et est utile pour plus tard, lorsque l’heure des comptes va sonner.

  3. Samailloute says:

    Il suffit de lire 2084, La fin du monde, Boualem Sansal, Gallimard, pour comprendre que l’Islam s’implantera par la force ou par la loi dans toute l’Europe, comme elle s’est imposé en Algérie, en Afrique et en Asie. Ce n’est pas un problème de racisme ou de xénophobie, c’est le projet conquérent d’une religion, comme celui d’autres en leur temps. Ce n’est pas les islamistes qu’il faut critiquer, mais les politiciens aveugles prêt à accueillir une nouvelle inquisition, pour ne pas être traité d’islamophobe.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com