Dès le mois de décembre 2013 et les premiers événements ayant conduit à la destitution du président Ianoukovitch et à la guerre civile dans le Donbass, nous dénoncions l’aveuglement de Pravyi sektor et de Svoboda qui participaient à livrer leur pays en proie à l’Occident, ses prédateurs et ses agents de la décadence. L’arrivée à Kiev de pratiques telles que la « gay pride » semble avoir la vertu de réveiller ces nationalistes s’étant battus des semaines sur les barricades pour, au bout du compte, installer au pouvoir un scientologue américanisé (Arseni Iatseniouk, premier ministre) et un milliardaire plus ou moins corrompu (Piotr Porochenko, président). Il arrive que le Diable porte Pierre !

En effet, Dmitri Iaroch, le chef du mouvement nationaliste Pravyi sektor, s’est exprimé jeudi sur Facebook en ces termes au sujet de la « gay pride » qui s’est tenu aujourd’hui pour la deuxième fois à Kiev (après une première édition en 2013) : « Les représentants du mouvement politique et militaire Pravy sektor seront obligés d’empêcher la réalisation des projets des destructeurs des valeurs familiales, de la morale et de l’image traditionnelle des humains. Nous avons déjà assez de travail, mais cette situation nous fait lutter contre ce fléau. Les organisations LGBT affirment défendre les victimes innocentes de l’homophobie. Mais elles cherchent en fait à promouvoir une idéologie très agressive qui ne tolère aucune remise en cause de ses dogmes. L’Occident finance des organisations et programmes dans ce domaine et exerce des pressions sur le pouvoir de Kiev pour le forcer à promouvoir l’idéologie LGBT. Nous devons rechercher une alliance avant tout avec nos voisins en Europe de l’Est – la Pologne, la Roumanie et les pays baltes — au lieu de vénérer l’Union européenne, ce colosse aux pieds d’argile. » C’est très bien vu. En fin de compte, la centaine d’invertis s’étant rassemblés ont été malmenés par une vingtaine de militants nationalistes. Un d’entre ces derniers ainsi que cinq policiers ont été blessés dans les échauffourées.

Cela étant, après une révolution à Kiev au prix de plus de 80 morts et une guerre civile dans l’est du pays ayant déjà tué 6000 personnes, il était de temps de revenir à la réalité !

Et alors maintenant, cher Dmitri Iaroch, tu continues à faire la guerre dans le Donbass en étant subsidié par l’oligarque juif Kolomoïski ou bien… ?

Baudouin Lefranc

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

38 commentaires

  1. Tchetnik says:

    Quand les faits parlent d’eux-mêmes…

    • taras says:

      Bien laconique ce soir le Tchetnik. Je pense, gamin, que tu aurais eu aussi besoin d’une bonne petite correction comme ces dénaturés. Du goudron et des plumes pour Tchetnik! Ce sont aux natios français et russolâtres, qui ont sali et lâché les natios ukrainiens d’ouvrir les yeux.

      Le premier principe comme dirait le grand Charles, c’est le »Politique d’abord »: reconnaître la souveraineté de l’Ukraine et des nations d’Europe et ensuite, unir nos forces communes contre la décadence européenne.
      « Baudoin Lefranc », encore un pseudo bidon, découvre le journalisme d’investigation…

      • Tchetnik says:

        Toujours aussi documenté, sourcé et argumenté, camarade Tarass.

        En l’occurrence, cela fait déjà sur plusieurs fils, sinon sur plusieurs sites que nous sommes assez nombreux à dire que tes soi-disant « nationalistes » se sont fait largement couillonner en jouant les idiots utiles.

        Pour « salir » tes natios, pas d’inquiétude, fiston, ils s’en chargent très bien eux-mêmes par les crimes qu’ils commettent.

        N’essaie pas d’enfiler un costard trop grand pour toi, on te l’a déjà dit, tchado.

        Et apprends donc le russe.

        • taras says:

          toujours prompt à la réplique vaseuse et hors sujet le soldat du clavier. Ou sont tes fils dans la gay pride parisienne? Dans le cortège à plumes? Pour les natios français dont tu parles ils ne sont pas prêts à se mettre d’accord.

          • Tchetnik says:

            «  »toujours prompt à la réplique vaseuse et hors sujet le soldat du clavier » »

            -Comme tu le vois, camarade.

            Il est vrai que à rien, il st difficile de répliquer. On doit s’adapter à l’interlocuteur, ce qui, avec toi, signifie toucher le fond.

            Mais l’espoir fait vivre.

            «  »Ou sont tes fils dans la gay pride parisienne? Dans le cortège à plumes? » »

            -Non, camarade, ils sont derrière, avec les battes, justement, comme à Belgrade.

            «  »Pour les natios français dont tu parles ils ne sont pas prêts à se mettre d’accord. » » » » »

            -Au contraire, ils sont bien d’accord. Ce sont des natios « ukrainiens » que je causais (et de leurs crimes que tu soutiens, du reste)et eux, en effet, ne risquent pas d’être d’accord, fiston.

      • Jaguar says:

        « les natios français et russolâtres, qui ont sali et lâché les natios ukrainiens »

        faut arrêter de lire Libé et le Figaro, tu reçois de l’oseille de Kolomoisky pour écrire ce genre de conneries ?

  2. Monsieur T says:

    Vous êtes bien des girouettes à mediaspresseinfo, vous avez cracher sur les natios ukrainiens pendant des mois et maintenant qu’il faut savater des gaystapettes, vous êtes bien content d’avoir le Secteur Droit sous la main pour faire le boulot…. s’ils ne l’avaient pas fait, on aurait eu droit à 3 articles spéciaux d’Emilie Defresne avec pour titre : « les supers-nazis ukrainiens financés par le lobby LGBT »…
    Les nationalistes ont toujours ouvert les yeux suffit de compter les statues de Lénine déboulonnées dans le pays et les marches ultra-nationalistes pendant que d’autres marchent et combattent toujours avec et pour la faucille et le marteau.

  3. L’Ukraine pourrait aussi chercher à s’entendre avec son voisin…. russe !

    • taras says:

      Monsieur T a absolument tout dit, avec élégance. Pour ma part je pense que MPI et ses plumitifs(Moreau, Defresne…) ne connaissent l’Ukraine qu’à travers leur prisme russe. Parler maintenant de « nationalistes ukrainiens » après avoir vomi, oui je dis vomi la haine anti-ukrainienne et les insultes de fachistes et nazis sur tous les blogs de « réinformation » c’est un peu fort de café. Et le Tchetnik sans vergogne qui ajoute: « les faits parlent d’eux même. Je signale que Svoboda il y a deux ans, avait aussi fait plier la première manif gay en 10 minutes. Personne pour s’en souvenir. A « A.F » je renverserai la proposition: La Russie pourrait aussi chercher à s’entendre avec sa voisine ukrainienne. Il y aurait en effet de nombreuses valeurs communes à partager. Le seul problème pour l’orgueilleuse Russie orthodoxe c’est qu’elle ne reconnait pas l’identité de la nation ukrainiennne, et encore moins sa composante gréco-catholique.

      • Tchetnik says:

        «  » Le seul problème pour l’orgueilleuse Russie orthodoxe c’est qu’elle ne reconnait pas l’identité de la nation ukrainiennne, et encore moins sa composante gréco-catholique. » »

        -Nation qui n’existe pas, sans reconnaitre les frontières Soviétiques (pour un soi-disant « anticommuniste », un comble) et dont la composante Greco Catholique fait à tout casser 10 pour cent de la population d’un improbable territoire sans aucune frontière culturelle ni historique.

        • taras says:

          Les orthodoxes sont des gréco-catholiques « en puissance ». Ne désespérons pas, il y a si peu à faire pour réintégrer le bercail. Bien raison d’insister sur cette non reconnaissance de l’identité ukrainienne. C’est le noeud de la discorde, ce qui vous rend si haineux. Alors, les ennemis de nos amis seront toujours nos ennemis.

          • Tchetnik says:

            Les orthodoxes sont des gréco-catholiques « en puissance ». » »

            -Natürlich, tchado.

            Et c’est par la torture, le viol et les pelos de 122 sur les écoles que tu espères les convertir. Tu es du genre Pavelic, tchado. Mais pas du genre Chrétien. On s’n doutait depuis longtemps, du reste.

            On peut aussi prendre le problème dans l’autre sens. Sûr que tu n’y as pas pensé.

            «  »Ne désespérons pas, il y a si peu à faire pour réintégrer le bercail. » »

            -En effet, celui de l’Église d’avant le XIième siècle.

            «  »Bien raison d’insister sur cette non reconnaissance de l’identité ukrainienne. C’est le noeud de la discorde, » »

            -Y compris entre pégus du coin d’ailleurs

            «  »ce qui vous rend si haineux. «  »

            -Ne sois pas modeste, camarade coco. Les crimes commis par les tiens vous ont placés en haut du podium depuis longtemps. Depuis Petlioura, même.

            «  »Alors, les ennemis de nos amis seront toujours nos ennemis. » »

            -En effet, surtout quand, comme toi, on ne peut vivre sans ennemis. Ils te donnent le sentiment d’exister. Un peu comme ceux qui défendent les baleines ou les bébés phoques. Sans avoir jamais mis les pieds sur un bateau, comme tu ne les as jamais mis dans le pays.

            • taras says:

              Pauvre Sputnik, en bon officier du KGB tu ne déçois pas. Faut-il révéler ton nom?… Et puis, non! Tu nous amuses tellement après tout.

              • taras says:

                quand je dis officier tu nous comprends camarade.

              • Tchetnik says:

                Révèle donc le tien tant qu’à faire, goloubchik.

              • Tchetnik says:

                Mais toi aussi tu es très amusant, tchado.

                Un excellent défenseur d’une cause, mais on ne sait pas trop laquelle vu que dès que tu ouvres la bouche tu fais 10 pro russes de plus.

                • RS87 says:

                  « dès que tu ouvres la bouche tu fais 10 pro russes de plus. »

                  🙂 🙂 🙂 Sans peine!

  4. Impartial says:

    Eh bien c’est pas gagné la paix.
    Pourtant il y a un intérêt commun évident à l’entente Russo-Ukrkainienne dans la lutte contre la décadence occidentale.
    Nul n’est parfait, mais il faut savoir s’entendre sur l’essentiel. La même question se pose France entre droite « républicaine », « droite nationaliste », socialistes pro-famille, pieds-noirs et leur descendance, immigrés de la première génération et ceux de la seconde…. ;
    La force des lobbies de la décadence est de jouer sur toutes ces « rivalités ».
    Bref, s’il y a des chrétiens parmi vous, qu’ils s’en remettent à notre Seigneur.

  5. Barruel.com says:

    Excusez-moi @taras, @MonsieurT, @Volodymir et d’autres mais… Si on laisse un peu de côté la question de l’existence de la nation ukrainienne : Qu’espèrent les nationalistes en combattant avec les troupes de Porochenko ? Faire échec aux Novorusses (des Russes qui ont été « ukrainisés », artificiellement quoi, disent certains) et peut-être à Poutine? Bien ok, mettons qu’ils y arrivent, avec l’aide des US etc. Que se passe t-il après? Les nationalistes pensent peut-être qu’ensuite on les écoutera et qu’on laissera au pouvoir quelque place d’importance pour eux pour qu’ils puissent défendre l’Ukraine traditionnelle? Vous croyez que US-UE-Tel Aviv et les 5 milliardaires juifs ukrainiens vont laisser faire ça? Moi je crois plutôt que les nationalistes, sitôt qu’ils auront servi, en tant que gros bras, soldats, seront jetés comme des kleenex, voire réprimés une fois l’UEkraine triomphante.

    Je pense que ce que vous ne comprenez peut-être pas, c’est qu’on ne peut pas lutter contre les Novorusses sans faire le jeu in fine des Occidentaux et de l’unipolarisme guerrier américain. Il n’y pas de choix alternatif possible en ce moment entre Porochenko et les Novorusses/Poutine : Le conflit ne le permet pas.
    Faire le jeu de Porochenko, Iatseniouk et toute la clique, c’est lutter justement in fine contre le nationalisme ukrainien.
    Qui plus est, je pense après tout qu’il ne sera pas particulièrement plus difficile pour les natios ukrainiens de traiter de leurs intérêts avec Poutine, qu’avec Washington à la fin de tout ça… Et si ce n’est pas possible avec Poutine, ce ne le sera certainement pas moins avec Washington et Merkel!

    Par ailleurs, j’entends souvent comme argument contre Poutine (que je n’exclue pas du tout être un mondialiste également. Je suis assez proche de P. Hillard de ce côté-là. La vraie délivrance c’est Fatima. Sauf que là y a un conflit sur le feu, en cours! Que fait-on, qui choisit-on?) que ses motivations ne seraient que « orgueil », « impérialisme », « mépris de l’Ukraine » etc. Ca me semble un peu léger face à une problématique, elle, très sérieuse et très critique, pour ne pas dire apocalyptique : Poutine NE PEUT PAS, c’est hors de question, il n’a pas le choix, se permettre de laisser l’OTAN installer des bases militaires à sa frontière. Sur la frontière russe pour le coup, là. Et préparer la guerre (3e mondiale?) contre la Russie, son territoire, son indépendance. C’est une chose que Poutine ne peut pas laisser faire. C’est pourquoi il ne pliera pas, parce qu’il ne peut pas faire autrement en plus de n’en avoir pas envie, et c’est pourquoi, de fait, ça sent très, très mauvais. Quelque chose de gros se prépare. Et l’on retiendra que les agresseurs dans toute cette affaire depuis Maïdan, ce n’est pas Poutine.
    Les natios ukrainiens planent un peu. On est dans une situation à deux choix géopolitiques possibles. Deux seulement. Un 3e fait NECESSAIREMENT le jeu d’un des 2 autres.

    Ensuite, s’il-vous-plaît, laissez Emilie Defresne ou Baudoin Lefranc tranquilles, et pas d’insultes. Ils n’ont pas à changer leur position dans leurs articles parce que 3 ou 4 internautes commentateurs « l’exigent ». Une fois votre désaccord exprimé, vous pouvez, si vous le souhaitez, quitter le site et ne pas le lire.
    Par ailleurs, connaissant un peu la maison MPI;), je peux vous dire qu’ils sont très bien renseignés! Y compris localement, en Ukraine. MPI a le bras (beaucoup) plus long que vous ne croyez;)) Les experts (qui n’écrivent pas tous mais donnent leurs analyses) ne manquent pas. Et ils vous valent bien, je vous assure, sans vouloir vous faire offense!

  6. Barruel.com says:

    … Et je comprends tout-à-fait qu’on se sente proche de nombreux nationalistes ukrainiens. J’ai visité leurs sites, me suis renseigné sur leurs idées, leurs leaders. J’ai vu leurs vidéos. Beaucoup de choses sont très séduisantes et on se sent très proches. Un peu la famille pour certains d’entre eux, quoi! C’est pourquoi ça me fait mal de les voir se faire enfumer, se faire dézinguer pour rien, si c’est aider le juif Porochenko et Obama. « Même » contre-info.com a progressivement effacé sa position ultra pro-natios dans l’histoire de ce conflit. Contre-info est proche du Renouveau Français de Thibault de Chassey, qui a des contacts avec les natios (Praviy Sektor, Svoboda etc.). Ils se sont même rencontrés physiquement plusieurs fois lors de meetings natios-européens. Au début donc, contre-info était à mort derrière les natios de Maïdan, et dénonçait l’autre position, pro-novorusse. Puis petit à petit, comme ils sont sérieux et intelligents;), ça s’est étrangement amoindri et ça a plus ou moins disparu des articles du site, cet enthousiasme!

    • taras says:

      Monsieur Barruel merci pour votre avis pacifique et fort intéressant bien qu’un peu confus. Je vous rassure nous avons aussi nos contacts sur place, tout autant que MPI. Je constate simplement que pour ce dernier les sources citées sont issues de médias, en particulier Sputnik et RT ou bien Moreau-Latsa…planqués à Moscou. Vous considérez la position des natios ukrainiens délicate. Puisque MPI a des contacts sur place pourquoi ne leur donnez-vous pas l’occasion d’expliquer celle-ci. Si ce n’est qu’un effet d’annonce, je peux vous aider dans ces contacts. Rendez-vous en aôut Et puis il y a de nombreux milieux universitaires qui ne sont jamais interrogés, je pense à l’Inalco etc, Nous déplorons simplement l’absence d’un débat argumenté et constructif.

      • RS87 says:

        « Nous déplorons simplement l’absence d’un débat argumenté et constructif. »

        Débat? Quel débat? MPI est un site d’infos c’est pas un forum. On peut donner notre avis et discuter à propos des articles, mais ce qui compte c’est d’avoir une information libre, politiquement incorrecte.

        Le débat c’est la discussion à propos des articles, c’est pas le principal. Même si ça peut être intéressant. Pas sûr que beaucoup les lisent.

        S’il n’y a pas d’infos originales sur MPI, alors qu’est-ce que vous venez y faire ?

    • taras says:

      Vos propos Mr Barruel sont intéressants. Vous vous trompez je pense quand vous dites de laisser »de coté l’existence de la nation ukrainienne ». C’est précisément l’élément clé du débat et du conflit. L’écarter c’est refuser de comprendre. On peut rencontrer trois attitudes: le sens pratique avec le Renouveau français qui évite d’aborder cette question afin de ne pas entraîner un déchaînement des passions, néfaste à l’urgence du combat français. la neutralité avec le journal Présent qui va jusqu’à ignorer totalement les belligérants, ce qui est plus confortable pour le porte-monnaie du journal. Troisième attitude, l’opportunisme révolutionnaire avec MPI et sa position subjective et agressive vis à vis de l’Ukraine(faut-il vous rappeler les nombreux noms d’oiseaux issus de la dialectique coco, jusqu’à celui de »religion de guerre » utilisé par Moreau envers les uniates)- Il y a 2 ans Bruno Gollnisch abandonnait, sur ordre, le projet fédérateur des groupes politiques patriotes d’Europe. Nous voyons aujourd’hui la redoutable efficacité du renoncement des eurodéputés ‘bleu marine » pilotés par leurs nouveaux créanciers. Sputnik, autrefois « la Voix de la Russie » sort, quotidiennement, pas moins de trois articles ukrainophobes. Nul doute que ces partis pris nauséabonds entraîne en retour des sentiments russophobes et même au delà un certain dégoût envers une famille politique que je croyais pour ma part juste, courageuse et objective. Votre constat Monsieur Barruel n’apporte aucune solution. Il faut certainement connaître mieux l’Ukraine, son histoire et son peuple pour comprendre la raison d’un tel drame. Inutile Mr Barruel de vous arrêter sur les formes d’alliance prises en Ukraine, l’histoire du monde regorge de ces multiples alliances de circonstances contre un ennemi jugé plus pernicieux encore, le communisme et ses avatars. Retour aux fondamentaux Mr Barruel: « tout ce qui est national est nôtre », et d’un point de vue catholique, « je préfère mes soeurs à mes cousines, mes cousines à mes voisines… »

      • Barruel.com says:

        Donc, vous pensez que l’identité de l’Ukraine traditionnelle sera plus assurée une fois le pays entré sous le joug politique de l’UE, sous la coupe financière de la Haute Finance occidentale et juive, et sous l’esclavage militaire de l’OTAN? Que feront alors les natios ukrainiens? Je ne vois pas bien.

      • Barruel.com says:

        Je pense que les natios ukrainiens se trompent d’alliés de circonstance. S’ils pouvaient collaborer au soulèvement des Novorusses (ou ne rien faire contre tout simplement), ils pourraient alors peut-être en profiter in fine pour s’imposer bien davantage, eux et le nationalisme traditionnel, à Kiev et dans la partie historiquement occidentale-catholique. Et ça ce serait un résultat intéressant ! Mais s’allier avec des alliés contre-nature pour essayer de conserver ukrainiens un territoire, des gens, et une langue qui ne le sont pas (le Donbass, la Crimée : ils se sentent russes) c’est un peu illusoire. Sauf à déclencher un énorme conflit meurtrier pour les 2 camps avec l’aide des US, qui ensuite jarteront les natios. Les natios peuvent profiter du conflit pour faire quelque chose à Kiev et la partie catholique et ukrainophone. Et pour ça, c’est contre les juifs Porochenko et Iatseniouk qu’il faut lutter, pas avec. Le Donbass ne voudra jamais être ukrainien, avec, par ex, interdiction du russe comme langue etc. Faut pas rêver. Et on peut les comprendre. Ils ne se sont jamais sentis ukrainiens. Jusqu’à yanoukovitch, pro-Russe, ils s’accommodaient de la situation. Mais dès qu’ils ont vu Maidan et l’ombre de l’entrée dans le giron UE/US anti-russe là non! La seule solution c’est la partition. Mieux vaut une zone ukrainienne catholique où les natios pourront faire quelque chose qu’une « Ukraine » « entière » mais complètement sous la coupe de US-UE-Tel Aviv où les natios n’auront plus le droit de l’ouvrir! Ni même d’exister peut-être.
        Dans ce conflit les natios sont trop petits pour faire exister leur position au même titre que les deux autres : l’Ukraine version Union européenne et les Novorusses. Ils sont en quelque sorte hors-jeu. Il n’y a pas de place, malheureusement, pour un 3ème camp d’envergure pour le moment. Qu’ils luttent contre Porochenko et toute sa clique dans la partie occidentale: ça ça peut leur être utile!
        Vous avez vu avec la gay pride le peu de cas que fait Porochenko des natios! Eh ben ce sera pareil et pire pour des tas de choses si Porochenko-US-UE l’emportaient.

        Bon, galère de taper tout ça sur un iPhone qui bug! Je vais me coucher quand même;)

        • Catherine says:

          Ce sont exactement les mêmes réflexions que je me fais. Que les natios combattent les pro-Russes du Dombass, c’est une guerre civile , et ma foi, qu’ils se débrouillent.
          Mais si les natios se font utiliser par l’armée US et l’OTAN pour que l’Europe et l’Amérique puisse énerver l’Ours Russe, alors là c’est le déclenchement de la troisième guerre mondiale, et pas des moindres. Et là, de toute façon, il n’y aura plus d’Ukraine, si tant est qu’elle est un jour existée.

        • taras says:

          Depuis 25 ans le Donbass russifié vivait en paix avec des lois et des écoles ukrainiennes. De toute évidence la région a été manipulée. Vous parlez de « natios »et de cathos, mais depuis 2 ans on nous parle de « fachistes et de nazis » à la solde des US etc, Qu’il y ait eu imprudence à imposer de force la langue ukrainienne dans ces régions je vous l’accorde, mais ce projet a été retiré illico avant que n’éclate le conflit. En été 2013, sous Ianoukovitch la Russie pratiquait déja les premières barrières douanières contre l’Ukraine. Vous développez un schéma géopolitique mental personnel qui ne prend absolument pas en compte le poids de l’histoire et la complexité actuelle du pays issue de l’utopie socialiste. Souhaitez-vous une autre dislocation,de type ethno-religieuse? Ce pays à l’âme romantique veut surtout vivre en paix, et l’entente orthodoxe et catholique se passait plutôt bien, sauf avec les orthodoxes moscovites qui ne sentent plus majoritaires dans le pays et qui ne le supportent pas. En vous lisant je pense que vous ne comprenez pas l’extrême méfiance des « natios » ukrainiens vis a vis d’un voisin qui depuis les tsars s’est imposé en écrasant le sentiment national ukrainien, bien antérieur lui à la période soviétique malgré les billevesées de Moreau. Un français peut-il ressentir les mêmes choses qu’un ukrainien? je ne le pense pas. Par contre on peut essayer de comprendre et d’élever l’analyse à un niveau politique pertinent sans tomber dans le simplisme bêta et lourdingue des affreux judéo-américains contre les gentils chrétiens moscovites. La prospective pourrait aussi s’appliquer dans quelques dizaines d’années à nos pays, quand des populations étrangères bien implantées revendiqueront le séparatisme. J’aimerai connaître votre position sur cette hypothèse. Répression, concession ou principe de souveraineté nationale, linguistique et culturelle?

          • Catherine says:

            Enfin, monsieur Taras une réponse construite avec certains arguments donnant à réflexions. Je me demandais vraiment si vous étiez un tant soit peu intéressé par le conflit ukrainien ou simplement un troll venant semer la discorde.
            Je vous le concède, ce conflit ukrainien est plus que cornélien. et je ne veux pas me positionner en faveur de l’un ou de l’autre parti car, bien que l’un et l’autre parti vive une situation dramatique, je ne me sens pas concerné personnellement par ce conflit.
            La seule perspective qui ressorte de cette guerre, c’est l’amorce d’une troisième guerre mondiale, russo-américaine (les autres pays du monde étant vassaux de l’un ou de l’autre). Et cette perspective-là m’effraie, comme tout un chacun, bien que je sache pertinemment que c’est la seule solution envisageable pour l’avenir du monde, tout en gardant une confiance inébranlable dans la promesse de Notre Dame de Fatima qui a dit qu’à la fin son Cœur Immaculé triomphera. Ce qui est d’ailleurs la seule chose qui m’importe.
            Ceci dit je déplore du fond du cœur toutes les exactions commises en ce moment en Ukraine, que ce soit l’enrôlement forcé de troupes récalcitrantes, les tortures et les assassinats, ou encore la misère et les drames familiaux que cette guerre engendre.

            • Je ne puis que marquer mon accord sur le commentaire de Catherine, à savoir qu’il faut craindre l’amorce d’une troisième guerre mondiale. Il est essentiel de connaître l’histoire de cet état qui n’a pas de passé en tant qu’état, de chercher à comprendre l’autre, tous les autres, et de promouvoir tant le dialogue que la patience. Propageons un esprit de paix et de respect mutuel plutôt que des représailles stupides et nuisibles à tous dans lesquels nous décelons les germes d’une troisième guerre mondiale, mais pour le bénéfice de qui ? Non, cette guerre sonnerait la ruine des nations et la fin de la civilisation européenne, un véritable champ de ruines et des souffrances incalculables.

              Soyons modestes et artisans de paix !
              Que nos gouvernants soient sages et prudents et ne se prennent pas pour des modèles car ils en sont loin ! Il suffit de voir la décadence morale qu’ils veulent imposer au monde entier au mépris du droit naturel universel …Heureusement que, sur ce plan-là, Monsieur Poutine se démarque de nos dirigeants !
              La diplomatie et un dialogue sincère sans a priori sont les seules voies de la paix !

              GE

  7. Monsieur T says:

    Pour les négateurs de l’identité ukrainienne, un passage sur le blog de Boréas qui avait compilé pas mal de sources pour démonter la propagande des idéologues moscovites, dont certains vont jusqu’à nier l’existence d’une identité Biélorusse malgré le très pro-russe Loukachenko qui a eu vent des visées de ces extrémistes néo-soviétiques et qui ne les a pas accueillies avec le sourire.

    http://verslarevolution.hautetfort.com/archive/2014/09/22/quand-la-russie-s-approprie-historiquement-l-ukraine-5452779.html

  8. Tchetnik says:

    Aucune source, aucun document d’époque médiévale ne parle d' »Ukraine ». C’est un fait, que ce soient les Chroniques de Nestor, Les dits de la campagne d’Igor, le Code de Iaroslav…Il n’existe qu’un seul document qui parle de « krai » comme des « confins de la terre », à savoir le codex d’Ipatiev (sis à Kostroma) qui traite de la mort du prince Vladimir Glebovitch, dirigeant de Pereiaslav. Le reste, zéro. Ces documents sont rédigés en vieux slave dont le slavon d’église actuel est assez ressemblant du reste et quiconque connait le slavon peut se débrouiller sans problème avec les sources anciennes dans le texte.

    Aucune mention d' »Ukraine », uniquement de « Rus' ». « Rus' » qui allait jusqu’à Novgorod et Vladimir en passant par Souzdal’ et qui était, comme je l’ai déjà dit certainement bien plus unifiée politiquement et culturellement que l’Heptarchie Anglo-Saxonne. Il existait dans cette Rus’ une douzaines de tribus, Drevlianes, Polianes, Ilmen, Krivitches, radimitches, Drégovitches…Il faudrait alors distinguer non pas trois mais douze peuples différents…Pourtant pas plus différents que les Angles ne le furent des Saxons ou des Jutes.

    Assimiler « Rus' » à « ruthèene » (terme qui n,existait d’ailleurs pas à l’époque) st juste un xercice de linguistique bas de gamme du m^me ordre que ceux d’Ahmed Deedat quand il assimilait machamadim du Cantiquee des Cantiques à Mohammed.

    L’idntité « ukrainiennee » n’est venu que bien plus tard, vers lea fin du XVIième siècle, à l’époque Polono-Lithuanine et encore s’est-elle constituée en deux pôles Catholique et Polonais pour l’un Orthodoxe et Russien pour l’autre, avec Bogdan Khmelnitski, par exemple

    Et, je confirme, l’Identité « biélorusse » est aussi inexistante (je le sais pour y être allé aussi) au point que Loukachenko a d’ailleurs eu l’intelligence de ne pas la réinventer pour justifier une « indépendance » culturelle qui n’a jamais existé, que ce fut envers la Russie ou la Pologne. On parle autant le russe à Minsk qu’à Moscou, le biélorusse étant autant utilisé que le Souabe, le Franconien ou le Svytstusk.

  9. Volodymir Bellovak says:

    Honneur et justice aux nationalistes ukrainiens du « Pravyi Sektor » ( et de « Svoboda » ) ! Bravo à eux !… ( C’est quand mème autre chose que la « manif pour tous »…) Ils sont nos frères et alliés naturels dans notre lutte pour la renaissance de notre grande Europe chrétienne des patries et des nations que nous souhaitons voir remplacer la funeste U.E et vaincre le mondialisme destructeur !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com