Le Lesotho est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique et l’un des plus méconnus. Enclavé au cœur de l’Afrique du Sud car constituant l’ancienne colonie britannique du Basutoland et reconnue comme état par ces derniers en 1843, indépendant depuis 1966 et monarchie constitutionnelle, le petit Lesotho vit dans l’anonymat le plus total. Même son jumeau, le Swaziland, a eu l’honneur d’un sketch de Pierre Desproges (Les étrangers sont nuls, 1981).

Mais comme dit le grand philosophe Franck Ribéry, la routourne finit toujours par tourner. Selon un communiqué par sur le site de Bloomberg, un énorme diamant de 910 carats (182 grammes) vient d’être découvert dans la mine de Letšeng, d’une qualité exceptionnelle, d’après le communiqué de Gem Diamonds, copropriétaire de la mine. Le record de poids tient toujours, détenu par le Cullinan avec 3.106,75 carats (621,35 g), déniché en Afrique du Sud en 1905 dans la mine de Thomas Cullinan et installé sur la couronne royale britannique. Ce diamant est à classer dans la catégorie « D », la meilleure pour la pureté du blanc. La pierre est aussi de type « IIa », c’est-à-dire qu’elle ne contient pratiquement pas d’azote ni de bore. Avec cette étiquette D-IIa, le diamant de Letšeng peut snober 99 % de ses collègues.

La mine de Letšeng est connue pour ses diamants de bonnes tailles. Elle détient le record (actuel) du XXIe siècle, le Lesotho Promise, trouvé en 2006 et pesant 603 carats (120,6 g). L’endroit est un diatrème, une cheminée d’un ancien volcan. La mine exploite des filons de kimberlite (du nom de la ville de Kimberley, en Afrique du Sud), une roche volcanique très riche en eau et en gaz carbonique. Avec une production en 2015 estimée à 304.232 carats (60,85 kilos), le Lesotho représente 0,24 % de la production mondiale et est au 11e rang mondial des pays producteurs, derrière respectivement la Russie, le Botswana, la République Démocratique du Congo, l’Australie, le Canada, l’Angola, l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, la Namibie et la Sierra Leone.

Hristo XIEP

Un commentaire

  1. Saint-Plaix says:

    Intéressante rétrospective des records des mines du Lesotho…
    Cependant on ne doit pas se laisser étourdir par les records de poids des diamants brut qui une fois clivés, puis taillés et polis donnent des pierres infiniment plus petites…
    Le déchet est absolument énorme!
    C’est ainsi que le fameux cullinam une fois éclaté ses 3100 carats initiaux a donné une pierre de 530 carat pour le cullinan I (sur le sceptre) t une autre de 317 carats pour le cullinan II qui orne la couronne impériale britannique…sans parler d’une kyrielle de petites pierres…
    Quant au Lesotho promise de 603 carats bruts, il a fini éclaté et taillé en 26 pierres dont la plus grosse « ne fait que » 75 carats…
    Finalement le rendement en « grosses pièce’s » a été infiniment moindre que pour le cullinan…
    prudence donc…
    Alors attendons le résultat du clivage et de la taille de celui là, on pourrait êtte très déçus du résultat en termes de records!

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com