grignotage_enfant10 heures : Le petit goûter du matin s’impose, maman se prend un carré de chocolat, quand tout à coup débarquent trois adorables marmots, qui, il semblerait, sentent les sucreries à 100m … et de s’écrier chacun : Maman, moi aussi, moi aussi  ! C’est l’heure de l’encas du matin, difficile de leur dire non. Le ménage étant effectué, arrivent les 11 heures, où à nouveau, notre estomac gargouille : prenons vite une petite récompense, en vérifiant à droite et à gauche que des yeux malicieux et observateurs n’en profitent pas pour réclamer leurs parts….Arrive l’heure du déjeuner, où nous n’avons plus vraiment faim pour les haricots verts, et la viande blanche. L’après midi voit défiler à peu près le même programme, entre le café-chocolat, le goûter, les petits morceaux de saucissons de 18 h, qu’à chaque fois les enfants peuvent s’empresser de réclamer. Parfois même, il arrive que les enfants se servent dans les placards ou les tables de cuisine, sans vraie gronderie de maman, et lorsque le déjeuner arrive, les assiettes restent à moitié pleines sur la table et le contenu finit à la poubelle : quel gâchis !

Pourquoi donc le grignotage est-il si mauvais ? Et pourquoi devons-nous conserver des temps bien définis pour se nourrir ? Tout d’abord, parce qu’il n’est pas bon de céder toujours à ses envies, c’est la porte ouverte à la sensualité, et si nous n’éduquons pas nos enfants à résister aux envies physiques, nous aurons de mauvaises surprises lors de leurs adolescences. De plus, ils deviendront capricieux en cédant sans cesse à leurs petites faims. Quant à nous, ce n’est pas une conduite vertueuse que de vivre selon ses envies de gourmandise, et ce n’est certainement pas un chemin du ciel.

Une autre raison, est tout simplement d’ordre physique : il n’est pas bon pour la santé, de grignoter sans cesse entre les repas, et si nous avons tant de problèmes de surpoids, c’est en grande partie dû à ces mauvaises habitudes d’alimentation. Souvent les grignotages sont constitués de sucreries et de produits gras, rien de très bénéfique pour la santé, contrairement aux repas que nous pouvons rendre équilibrés, riches en légumes, en fruits et en céréales nécessaires à la santé de nos enfants et à la nôtre.

Les repas familiaux sont des moments de convivialité, et si nous voulons qu’ils le restent, il vaut mieux que les convives soient en attente de  reprendre des forces, et soient heureux de goûter les mets délicieux que maman a préparé.

Il ne s’agit aucunement de remettre en cause les encas nécessaires durant la journée, mais contentons-nous de respecter leurs horaires et de manger équilibré : un bon petit déjeuner qui nous permette de tenir au moins jusqu’à 10 heures, une collation en milieu de matinée, si nous en avons besoin pour effectuer notre devoir d’état puis un déjeuner équilibré, à table, avec tout le charme et la chaleur des repas familiaux. Prenons un petit goûter, et tenons ensuite jusqu’au dîner. Il ne s’agit donc nullement de s’interdire tout encas, mais de maîtriser les horaires de ceux-ci.

Nous ne prenons pas toujours conscience de ce que des toutes petites habitudes de vie, peuvent faire de mal ou de bien, dans nos âmes et dans celles de nos enfants. Et combien, le grignotage, qui est devenu norme générale, affaiblit la volonté et la force de maîtrise de soi, des enfants et … des parents ! Alors prenons courage, et gardons notre esprit sain grâce à un corps sain ! 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Jean-Baptiste says:

    Une collation le matin c’est déjà beaucoup trop, j’ai connu ça à l’école en tant que professeur suppléant : on donnait des biscuits aux enfants à 10h, puis l’après-midi au goûter, et également à 17h pour ceux qui restaient pour les devoirs du soir.

    On n’en finit plus après… Déjà le goûter de l’après-midi n’est pas du tout idéal, alors en faire un en plus le matin… Si les gens arrêtaient de manger du pain blanc et de la nourriture raffinée, ils n’auraient pas sans arrêt envie de manger. Par contre attention, il ne faut pas manger de pain complet à la levure, ça ne sert à rien, les minéraux ne sont pas assimilés ; il doit être au levain. Quant au riz par exemple, lorsqu’il est complet il faut qu’il soit fermenté, car il comporte des anti-nutriments ; c’est pourquoi il ne faut pas manger de riz complet ou de pâtes complètes. Mais l’homme moderne ne sait rien de tout cela.

    Sainte Hildegarde dit que l’idéal est de ne faire que deux repas par jour, et trois pour les personnes en mauvaise santé. Tandis que beaucoup de gens aujourd’hui croient à tort que le petit déjeuner est indispensable…

    • chris83 says:

      Jean Baptiste,
      Je respecte tout à fait votre commentaire cependant je pense que votre exemple de Sainte Hildegarde est assez mal choisi. Nous ne sommes plus au même siècle et pour des moniales je comprends bien l’idée de sacrifice en plus de « vie sainte » mais pour nous au 21ème, notre vie n’a plus rien à voir. La nourriture que nous mangeons n’est plus comparable, la vie encore moins et pourquoi? parce que nous sommes sans cesse stressés, nous mangeons des produits frelatés et plein de produits chimiques. Nous devons donc faire un bon petit déjeuner, puis un repas équilibré le midi (plus en famille hélas car les mamans à la mode sont au travail et non plus à nourrir et entourer leurs enfants) et le soir avec la télé, les devoirs et les parents complètement « anéantis » par les conditions de vie d’une journée de travail…. ou en sommes nous de la manière de se nourrir idéale et ou est la-dedans la vie de Sainte Hildegarde???

      • Geneviève says:

        « Nous devons donc faire un bon petit déjeuner »

        Nous ne devons rien faire du tout. Nous pouvons faire un petit déjeuner si nous le croyons indispensable, mais si nous observons le rythme des repas dans les monastères bénédictins, nous nous rendons compte que les moines faisaient un ou deux repas par jours selon la saison avec éventuellement une collation. Certes nous n’avons pas prononcer les voeux monastiques, mais au moyen-âge, deux repas par jour était chose courante, et pourtant les gens travaillaient à la dure, sans tout notre confort. Manger moins souvent est surtout une question d’habitude et aussi de nourriture saine, qui elle nous aide à tenir des heures sans manger ! Par exemple les céréales semi-complètes apportent progressivement leur sucre dans le sang, évitant ainsi les coups de pompe, contrairement au sucre blanc.
        En fait c’est une question de choix ! La discipline alimentaire aide à mieux vivre, l’esprit n’étant pas tout le temps tenté et distrait par des grignotages

  2. Eric says:

    « Sainte Hildegarde dit que l’idéal est de ne faire que deux repas par jour, et trois pour les personnes en mauvaise santé. »

    Les personnes en mauvaise santé feraient mieux de jeûner, car le jeûne guérit un grand nombre de pathologies : http://jeune-et-sante.forumcanada.org/f16-jeune-vs-problemes-de-sante-etudes-et-temoignages

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com