juge-alison-russell

Grande-Bretagne – Le juge Alison Russell a statué en faveur de l’enlèvement d’un enfant d’un an à sa mère biologique pour le donner à un duo d’homosexuels, dont l’un avait fait don de sperme.

Dans le cas jugé à Londres, la femme, identifiée comme « S », avait initialement donné son accord pour subir une fécondation assistée impliquant qu’elle serait le principal progéniteur et chargée des soins. Le père génétique, de son côté, identifié comme « H », avait donné son accord pour que lui-même et son partenaire homosexuel, « B », soient « co-parents» de l’enfant. Selon ce duo homosexuel, la femme ne « joue qu’un rôle » mineur.

La gestation pour autrui est légale au Royaume-Uni, mais il est un crime d’effectuer ou de payer des contrats pour louer un utérus. 

Pour le juge Russel,  « la grossesse a été conçue dans le but qu’un couple homosexuel puisse avoir un enfant, pour former une famille par l’aide d’une amie. » « Cela a été apparemment accepté par toutes les parties au moment où l’entente et la conception ont été fait« . Il a donc été ordonné que l’enfant vive avec les deux hommes et ne passe que quelque temps seul avec sa mère biologique, pour que « cela coïncide heureusement avec la réalité de sa conception et soit en accord avec son identité et sa place au sein de sa famille. »

Le juge a également considéré, pour se prononcer contre la mère biologique du bébé, que celle-ci rejetait le mode de vie homosexuel. La mère, dit le juge,  » utilise un langage offensant incluant des images et des descriptions d’ hommes gays stéréotypées. » « Par exemple, elle a laissé entendre à plusieurs reprises que les hommes homosexuels dans leurs relations se comportent d’une manière décomplexée et sont généralement  infidèles sexuellement. »

Jessica Kern, jeune femme conçue dans un contrat de maternité de substitution aux Etats-Unis, a dénoncé ce type d’accords dans une interview, en avril de cette année,  au Centre pour la bioéthique et la culture (CBC). « Il est nocif pour les enfants d’être séparés de leurs origines biologiques, sauf en cas d’extrême nécessité« , a déclaré Jessica, qui note que « plus il y a de recherches sur le sujet, plus de problèmes sont trouvés. »

« Pour certains, si un accord est signé avant la grossesse, il s’agit de subrogation et si la signature arrive après la grossesse, c’est un trafic. Quelle est la différence ? Ce sont les mêmes actions », se plaint-elle. Jessica Kern a déclaré que «Il y a besoin de faire des études sérieuses. Et je suis sûre que ces études montreront que ce n’est pas dans l’ intérêt des femmes, ni des enfants ni des familles. »

———————————

Affiche JA 2015

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. comtat says:

    cette juge doit être probablement une guouine

  2. Tchetnik says:

    Même si des études sérieuses sont faites, les lobbies et gouvernements à leur ordres n’en n’auront rien à cirer.

  3. Dorien says:

    « la grossesse a été conçue dans le but qu’un couple homosexuel puisse avoir un enfant, pour former une famille par l’aide d’une amie »
    Donc pour former (j’aurais dit « fonder ») une famille avec deux homos hommes, il faut bel et bien un « élément » féminin.
    spermatozoïde + spermatozoïde = couple homosexuel qui ne peut avoir un enfant
    spermatozoïde + ovule = famille
    J’en marre des abus de langage et de nature que les médias et les politiques pro-droits-homo ont faits passer dans la société. Comme ces expressions : « deux amans », « deux papas », « mariage ».

    « elle a laissé entendre à plusieurs reprises que les hommes homosexuels dans leurs relations se comportent d’une manière décomplexée et sont généralement infidèles sexuellement »
    Je pense que c’est vrai. Pour preuves, ces « bordels » qu’on appelle des saunas pour hommes où ça baise dans le noir sans voir qui enfile qui. Pour preuves ces sites internet d’annonces de rencontre sexuelles où sans aucun complexe et aucune pudeur les mecs déballent leurs goûts en matière de sexe et leurs fantasmes.
    Je ne dis pas qu’ils sont tous comme ça mais à une grande majorité ils sont comme ça. Qu’on « refile » des gosses à des couples comme ça, c’est… c’est contre la nature des choses et de la vie.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com