Une vidéo tournée en marge de la marche pour la Vie organisée le 14 mai dernier à Ottawa, au Canada, démontre la  « logique » mortifère des partisans du pseudo-droit à l’avortement.  Dans cette vidéo (ci-dessous) un contre-manifestant « pro-choix » nous raconte que seules les femmes ont le droit de décider de se faire avorter ou non.  Évidemment, cet homme utilise la rhétorique habituelle des militants de la culture de mort. Mais il va ici jusqu’au bout du raisonnement.  Examinons le contenu de son discours.  
Cet homme pro-avortement ne veux pas que vous regardiez cette vidéo YouTube (5:11 min.) :

Selon ce militant pro-avortement, ce n’est pas au gouvernement ni à aucune institution religieuse d’imposer des restrictions aux femmes en matière d’avortement. Lorsque la journaliste lui demande si on devrait tout de même limiter le droit à l’avortement au moins pour le dernier mois de grossesse, il répond non. La journaliste lui demande alors s’il considère qu’une femme devrait encore pouvoir avorter son enfant la veille de sa naissance et il répond imperturbablement oui, car il faut
que ça demeure son choix. Mais alors, lui demande finalement la journaliste, une femme pourrait-elle aussi tuer son bébé après sa naissance ? « Pourquoi pas, lui répond-il, puisque c’est une fois de plus une décision qui lui revient à elle seule ».  

Ce militant « pro-choix » illustre jusqu’au bout la logique mortifère de son raisonnement et pense qu’il faut donner aux femmes le droit de tuer leurs enfants ! La journaliste n’a pas pensé demander à ce militant de la culture de mort jusqu’à quel âge l’enfant doit-il être à la merci d’un tel droit de vie ou de mort et, ensuite, à partir de quel âge cet enfant devrait-il avoir le droit de vie et de mort  sur sa mère…

Les mouvements pro-vie du Québec font remarquer que dans ce pays qui a légalisé l’avortement et l’euthanasie, il est interdit de tuer les oiseaux migrateurs, ou de s’en prendre à leurs œufs. 

Etrange monde dans lequel l’œuf d’un oiseau migrateur est mieux protégé qu’un fœtus humain dans l’utérus de sa maman.

Directive du Ministère de l’Environnement du Canada :

« Il est illégal de harceler ou de tuer des oiseaux migrateurs ainsi que de détruire ou de déranger leurs nids ou leurs œufs. Il est également illégal de rejeter une substance nocive pour les oiseaux migrateurs, ou de permettre qu’une telle substance soit rejetée dans les eaux ou les zones qu’ils fréquentent. » (<https://www.ec.gc.ca/paom-itmb/default.asp?lang=Fr&n=E3167D46-1#_005>source)

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. queniartpascal says:

    encore 1 dont la mère a du l’accoucher debout,sa tête a du toucher le sol

  2. Elieja says:

    Et si les gens croisent Alex, ils peuvent le tuer ? (juste un avortement postnatal de 30 ans)
    _ It’s their fuc*ing business !

  3. Aliénor says:

    c’est lui qu’on aurait dû avorter !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com