Anthony Hervey drapeau confédéré

Anthony Hervey était sur le chemin de sa maison à Oxford, Mississippi, lorsque la voiture dans laquelle il se trouvait avec Arlene Barnum a été prise en chasse par une autre voiture qui a volontairement provoqué une embardée.

Anthony Hervey, 49 ans, a été tué dans « l’accident ». Arlene Barnum a survécu et est à l’hôpital.

Anthony-Harvey

Cet « accident » suscite beaucoup d’attention médiatique dans le Sud des Etats-Unis. Il survient en pleine controverse concernant la volonté des « antiracistes » de bannir le drapeau confédéré. Sous prétexte que l’auteur de la tuerie de Charleston aimait le drapeau confédéré, celui-ci est réduit à un symbole raciste.

Or Anthony Hervey, citoyen noir des Etats-Unis d’Amérique, était un défenseur inconditionnel du drapeau confédéré. Lorsqu’il a été pris en chasse par une autre voiture dans laquelle se trouvait d’autres noirs, Anthony Hervey revenait d’un rassemblement de soutien à un monument confédéré à Birmingham, en Alabama.

anthonyHervey meeting confédéré

Arlène Barnum, survivante de cet « accident », avait tweeté en direct durant la poursuite pour avertir de ce qui se passait. L’autre véhicule transportait quatre ou cinq jeunes hommes noirs, selon le témoignage d’Arlène Barnum.

tweet avant accident

Les enquêteurs se refusent à tout commentaire pour l’instant.

Anthony Hervey, originaire du Mississippi, était l’auteur d’un livre publié en 2006 était intitulé « Pourquoi je brandis le drapeau confédéré, écrit par un homme noir« . Anthony Hervey était connu à Oxford. Il manifestait fréquemment à proximité de l’Université du Mississippi en uniforme confédéré, drapeau confédéré en main.

livre Anthony Hervey confédéré

En 2000, Anthony Hervey avait commencé à faire parler de lui en organisant des manifestations pour protester contre le retrait du drapeau confédéré du sommet de la coupole du Capitole de Caroline du Sud.

supporters noirs du drapeau confédéré

La mobilisation s’était intensifiée depuis quelques semaines. Anthony Hervey expliquait qu’il ne manifestait pas seulement pour défendre le drapeau confédéré, mais aussi pour honorer les soldats noirs qui ont combattu pour la Confédération.

remember black confederates soldiers

« Ce n’est pas du racisme. C’est mon patrimoine », aimait déclarer Hervey.

black-confederate-soldiers

« Anthony était probablement notre première véritable expérience avec la vraie liberté d’expression », a déclaré le directeur de l’Université du Mississipi qui, au départ, voulait l’empêcher de manifester son soutien au drapeau confédéré. « Il nous a remis en question et nous avons dû revoir certaines choses. »

Durant la campagne des élections présidentielles en 2008, il promenait aussi une pancarte avec pour slogan « Je ne suis ni un homme noir, ni un homme blanc, mais un homme droit ». Se faisant appeler le «redneck noir, » il déclarait aussi volontiers aux journalistes qu’il était contre les programmes sociaux de discrimination positive.

« Abaisser les normes d’admission pour entrer au collège, c’est insultant. C’est dégradant « , disait-il.

Anthony Hervey embarrassait ceux qui promeuvent les communautarismes et attisent les haines ainsi que ceux qui réécrivent l’Histoire à des fins idéologiques.

Anthony Hervey n’était pas un noir isolé. Sur les réseaux sociaux, de nombreux noirs refusent de suivre le discours conformiste et victimaire et se font à leur tour les défenseurs du drapeau confédéré. Mais ce ne sont pas les médias mainstream qui vous en parleront.

Karen-Cooper-femme noire drapeau confédéré

"I came to honor Strom Thurmond," said 55-year-old H.K. Edgerton of Ashville, N.C.  (Takaaki Iwabu photo / The State)

black_confederates 1

black-confederates3

black confederates 2

noir sudiste drapeau confédéré

livre Black_Confederates_by_Charles_Barrow

Southern Pride

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

14 commentaires

  1. Les partisans de la pensée unique mondialiste aime les gens qui se victimisent et chouinent en permanence, ça leur permet de jouer aux gros bras défenseurs et au passage d’imposer le type de dictature qu’ils veulent en criminalisant les majorités silencieuses. Celles qui encaissent sans rien dire, celle véritablement victimes de l’antiracisme institutionnalisé et de tous les organes politiques du genre servant à détruire la mémoire, la tradition et la famille.
    Ça donne des décérébrés qui poursuivent un type droit dans ses bottes et qui a le courage d’affirmer ce qu’il est, jusqu’à le tuer. Bien évidemment le drame ne sera pas hyper médiatisé, politiquement correct oblige.

  2. Qu’il repose en paix !

  3. Volodymyr Bellovak says:

    Honneur et respect !
    L’Amérique profonde et réelle qu’on respecte ,et que les yankees et les mondialistes veulent détruire…

  4. Tchetnik says:

    La Confédération ne s’est pas battue pour l’esclavage mais pour le libre échange et pour l’Union, les droits de l’Homme sont surtout un fond de commerce, pour paraphraser Vladimir Volkoff.

  5. Si une votation portant sur la question du drapeau confédéré avait eu lieu en Caroline du Sud, jamais des tensions raciales n’auraient eu lieu dans cet Etat. Las ! le satanique logiciel républicain est si bien intégré au cerveau de la plupart des gens ! Pauvre monde !

  6. La confédération du sud, c’était une réelle civilisation qui a été anéantie par les banksters francs-maçons et cosmopolitisée du nord.

    Chaque famille noire a son histoire.

    La suppression du drapeau confédéré sous le prétexte qu’il y a eu une tuerie. Mais alors le drapeau US devrait disparaître de tous les frontispices, disparaître de la terre avec toutes les tueries qu’il a essuyées.

    Bravo à Harvey qui n’était pas un mouton et paix à son âme. On aurait aimé connaître son point-de-vue. Il faudrait acheter son livre, mais il ne doit pas être traduit en français, dommage.

  7. totochon says:

    Qui peut empêcher des incultes, fussent-ils noirs, d’être cons au point de tuer?…

  8. totochon says:

    « Anthony était probablement notre première véritable expérience avec la vraie liberté d’expression », a déclaré le directeur de l’Université du Mississipi qui, au départ, voulait l’empêcher de manifester son soutien au drapeau confédéré. « Il nous a remis en question et nous avons dû revoir certaines choses. »

    Quelle humilité et quelle intelligence! Vous imaginez un bobo bien pensant ou un frère la truelle capable de ça?…(à moins de voir la Vierge…)

  9. Edouard Calime says:

    Respect pour un homme qui s’est battu pour ses idées et pour défendre le patrimoine historique de son pays, indépendamment de sa couleur ; n’en déplaise aux bien-pensants moralisateurs de tout poil.

  10. C’est dingue… Tout le monde ici arbore ce drapeau raciste… Oui, raciste, parce que peut-être qu’autrefois Lincoln avait comme but principal de sauver l’Union mais laissait l’esclavagisme à sa place, mais en revanche le Sud était clairement POUR l’esclavagisme, et le seul moyen pour les esclaves de devenir était de traverser les états jusqu’au Nord. C’est entre autre l’histoire d’Harriet Tubman et de milliers d’autres esclaves afro-américains.

    Abrutis comme vous êtes, vous pensez maintenant que ce drapeau représente l’indépendance du peuple de l’Etat, et le côté anti-capitaliste.

    Et si vous croyez en savoir plus qu’un Américain lui-même, regardez ça. http://youtu.be/lUjbOd-sKrU

    • Tchetnik says:

      Il suffit de lire la constitution des CSA comme la correspondance du Général Lee pour comprendre que le Sud remettait progressivement en cause l’esclavage.

      Il suffit aussi de lire les discours de Lincoln et d’autres dirigeants du Nord pour comprendre qu’ils n’en n’avaient rien à secouer.

      Pour mémoire, il y eut dans l’Armée Confédérée des Noirs dès le début de la guerre, payés la même solde que les Blancs et combattant côte à côte.

      Il y avait aussi des Indiens du reste, avec même un général, Stand Watie. La treizième étoile du pavillon Confédéré était censée les représenter d’ailleurs.

      Au temps pour le « racisme », donc.

      Et pour cette raison, il faudrait aussi brûler le Stars and Stripes, vu l’ensemble des crimes qu’il a justifiés.

      • Jérôme says:

        Sans oublier les Carpetbagger ceux qui ce sont enrichis sur le sang des « racistes »

        Le False Claims Act et ses amendements.

        Des cas de « profits de guerre » ont régulièrement été soumis aux juridictions civiles dans le cadre du False Claims Act, promulgué en 1863 pour lutter notamment contre les profiteurs de guerre lors de la guerre de Sécession.

        Le drapeau confédéré symbolise l’héritage et la fierté, un fallacieux prétexte pour s’acharner sur le méchant  » esclavagiste blanc
        En occultant la part de responsabilité des noirs dans la traite négrière, elle n’aurait pas été possibles sans la collaboration active des africains pour ’appât du gain
        Par exemple les princes des États voisins de celui du sultan du Bornou (Kanem, Wadaï, Baguirmi et Sokoto) dans l’actuel Nigéria, se livraient au trafic de captifs.
        L’esclavage africain existe aujourd’hui et enrichi encore..Sous prétexte de pauvreté ils sacrifient leurs enfants aux plus offrant
        Les deux poids deux mesures en ce qui concerne l’assassinat d’un blanc par un policier noir, c’est silence radio..

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com