gender-experimentation-MPI

Canada – C’est une illustration effrayante de la dictature de la théorie du genre que met en place le nouvel ordre sexuel mondial.

Dans le cadre d’un conflit entre deux parents divorcés d’une fille qui désirerait devenir un garçon, la Cour Suprême de la Colombie Britannique a commis un tuteur légal à l’enfant pour protéger ses droits.

Le père refuse que sa fille cesse de prendre un traitement hormonobloquant, et veut la préserver de tout contact avec des activistes transgenres ou des thérapeutes favorables aux transsexuels.

L’affaire porte sur l’aptitude de la fillette de onze ans de donner un consentement éclairé à un tel traitement médical, dont le but est de retarder la puberté féminine.

Mais le juge semble avoir déjà tranché la question de l’identité de la fillette puisqu’il s’adresse à elle comme si elle était un garçon.

Le père de l’enfant, N.K., continue à s’adresser à sa fille par son prénom féminin de naissance, dans ses entretiens avec la Cour, malgré une ordonnance de cette dernière qui l’oblige à s’adresser à sa fille  avec un prénom, un nom et des initiales masculins.

L’enfant est confié à la garde alternée des parents, avec un plus jeune « de genre indifférencié », mais les deux enfants passent l’essentiel de leur temps avec leur mère qui semble avoir nettement influencé leur comportement selon une vision transgenre.

Les parents de l’enfant, A.H. et N.K ont déjà été mariés deux fois depuis 1999. Ils ont divorcé une seconde fois l’année dernière. Ils ont eu un enfant à chaque fois. Durant leur mariage, ils ont passé la plupart du temps séparés l’un de l’autre.

La mère a vécu en Nouvelle Zélande où elle reçut une formation médicale que la Cour qualifie de « spécialisée ».

Cette mère a conduit sa fille chez une psychologue qui a convaincu la fillette de prendre le traitement hormonal Lupron. La mère encourage ce traitement.

Le père dénonce le parti pris transgenre de la mère.

Le Collège Américain des Pédiatres, une association de médecins praticiens, a récemment mis en garde : « conditionner les enfants pour leur faire croire que l’imitation du sexe opposé par traitement chimique et médical est normal et sans dommage pour la santé est un abus contre mineur. »

Cette association de pédiatres ajoute que neuf enfants sur dix présentés comme transgenres acceptent finalement leur sexe biologique. Ces médecins précisent en outre que le traitement hormonal délivré pour accompagné un changement de sexe se révèle cancérigène et toxique.

Devenus jeunes adultes, beaucoup ne poursuivent pas le traitement hormonal et reviennent à leur identité biologique naturelle, ce qui les oblige de prendre des injections hormonales pour achever leur puberté.

Source http://www.cqv.qc.ca/la_cour_ordonne_un_pere_de_s_habituer_a_traiter_sa_fille_de_11_ans_comme_un_garcon

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. L’abomination actuelle dépasse j’en suis certaine tout ce que les hommes les plus pervers ont pu imaginer depuis le commencement du monde, mais comment ne pas penser que c’est ce genre de choses que NS avait en vue lorsqu’Il dit :

    « Si quelqu’un scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une de ces meules qu’un âne tourne, et qu’on le plongeât au fond de la mer. » (St Matthieu chap. 18)

    Ce genre de « nouvelles » est à mon humble avis l’un des signes les plus crédibles que nous sommes proches de la fin du monde….parce qu’au-delà dans le mal, il n’y a plus rien.

  2. Encouragez vos étudiants à suivre des études de psychiatrie, ils ne manqueront pas de travail. Il semblerait que toute l’expérience du passé soit inutile . C’est vraiment à désespérer de l’espèce humaine. Evolution vers l’abime .

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com