Marco Tosatti, journaliste spécialisé sur le Vatican au quotidien italien La Stampa, vient de publier sur son blog, Stilium Curiae, l’histoire d’un prêtre colombien, Luis Alberto Uribe Medina, sanctionné par son évêque, Mgr Rigoberto Corredor pour avoir critiqué et exprimé son désaccord par rapport aux dispositions contenues dans Amoris Laetitia concernant la possibilité de communion pour des divorcés remariés civilement :

« La rumeur surréaliste qui courait vient malheureusement d’être confirmée. Un prêtre colombien a bien été suspendu a divinis par son Évêque pour avoir exprimé ses critiques et fait part de son désaccord avec la partie de l’exhortation apostolique Amoris Laetitia qui concerne la communion des divorcés-remariés. La nouvelle a été donnée par Adelante La Fè qui a également publié un enregistrement du témoignage en espagnol du prêtre.

Luis Alberto Uribe Medina, c’est son nom, prêtre du diocèse de Pereira, a été convoqué par son évêque, Rigoberto Corredor. Selon le communiqué du diocèse, le Père Uribe Medina a « exprimé en public et en privé son refus du magistère doctrinal et pastoral du Saint Père, surtout en ce qui concerne le mariage et l’eucharistie ». […]

Le communiqué du diocèse affirme qu’à cause de sa position, le prêtre s’est « séparé publiquement de la communion avec le Pape et avec l’Église ». Par conséquent, sur base du Code de Droit Canon, il a été considéré comme apostat, hérétique et schismatique, frappé de suspension Latae Sententia et déchu de sa position ecclésiastique.

Selon Adelante la Fé, qui a consulté plusieurs « sources fiables », la faute de Père Uribe Medina c’est d’avoir refusé d’appliquer les nouvelles normes d’accès à l’eucharistie pour les divorcés-remariés dont le premier mariage est encore valide.

Des voix analogues faisant état de sanctions canoniques à l’égard de prêtres qui ne veulent pas appliquer les normes permissives d’Amoris Laetitia circulaient déjà à la suite du communiqué dans lequel les deux évêques de Malte, Scicluna et Grech, avaient formulé des normes interprétatives qui en pratique permettaient aux fidèles de décider eux-mêmes de communier quelle que soit leur situation matrimoniale. Une rumeur selon laquelle l’évêque de Gozo, Mario Grech, aurait menacé de suspendre a divinis les prêtres réfractaires avait un temps circulé sur les réseaux sociaux.

L’évêque a démenti cette information dans un communiqué sur la page Facebook du diocèse où il affirme que « ce qui a été rapporté par certains médias au sujet de l’évêque Mario Grech, en particulier sur le fait qu’il menacerait d’une suspension a divinis les prêtres qui refuseraient de donner la communion aux divorcés remariés est absolument faux ».

C’est certainement une bonne nouvelle mais qui n’améliorera pas beaucoup le climat général. Un contexte de pressions, de menaces, d’intimidations dont l’origine proviendrait de l’entourage direct du Pape François, si toutefois les sources d’un journaliste bien informé comme Edward Pentin sont exactes. Il avoue d’ailleurs n’avoir jamais assisté à une chose pareille en trente-cinq ans d’expérience professionnelle dans le domaine.

Nous voyons des prêtres et des religieux dire et faire tout et n’importe quoi (NdT : de la négation à Noël de la virginité de Marie par le jésuite Juan Masia à l’appel à des musulmans à venir prier dans la chapelle de l’aéroport de Milan) et persister dans cette attitude sans que personne ne songe à entraver leur liberté d’opinion et d’expression.

Une telle réaction témoigne non seulement de la véritable nature de cette miséricorde dont on parle tant mais surtout d’une certaine nervosité. Alors que la demande respectueuse et persévérante d’éclaircissements soumise au Pape dans les « dubia » s’amplifie, la peur que les doutes et les résistances ne se répandent pousse le successeur de Pierre à réagir avec cette rigidité qu’il méprise tant. Sale temps pour l’Église. Marco Tosatti. » (Traduction publiée sur le forum catholique Docteur angélique.)

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

7 commentaires

  1. balaninu says:

    « Seigneur-nous des Prêtres, Seigneur donnez-nous des Saints Prêtres, Seigneur, donnez-nous beaucoup de Saints Prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreuses et Saintes vocations religieuses » !!!!!!

    Alors, que ces « Saints Prêtres », n’aient pas peur, car il a été révélé par des prophéties dignes d’êtres crues, que les Evêques seraient contre des Evêques, les Prêtres contre des Prêtres, et cette prophétie en particulier a été donnée à Mélanie lors de l’Apparition de la Sainte Vierge Marie à la Salette en 1846.

    • Champallier says:

      « Les prêtres deviendront des cloaques d’impuretés » a dit Notre Dame à la Salette.
      Ce ne sont pas seulement les adultères au premier degré mais les adultères au deuxième degré avec les fausses religions.

    • Charette says:

      « L’homme moderne n’en viendra-t-il pas un jour, au fur et à mesure que ses études scientifiques progresseront et découvriront des lois et des réalités cachées derrière le visage muet de la matière, à tendre l’oreille à la voix merveilleuse de l’esprit qui palpite en elle ? Ne sera-ce pas là la religion de demain ? Einstein, lui-même, entrevit la spontanéité d’une religion de l’univers. Ou ne sera-ce pas, peut-être, ma religion d’aujourd’hui ? » (« Religion et travail », conférence du « cal » Montini, 27/3/1960 à Turin, Doc. Cath. n°1330, du 19/6/1960)

      Le n° 3 de S.T.P. montre qu’il s’agit là d’une adhésion à la pseudo-religion panthéiste de l’apostat Theilard de Chardin.

    • Charette says:

      «(L’Eglise) a rompu désormais avec la célèbre formule « Hors de l’Eglise, point de salut », qui n’était d’ailleurs pas si terrible, nul ne connaissant les limites de l’Eglise.» (JP 2, N’ayez pas peur, p. 111; cf.a. STP 53. 34-36).

  2. balaninu says:

    … un mot a sauté au début : Seigneur donnez-nous….

  3. « suspension Latae Sententia »  
    recte ‹ latæ sententiæ › ‘[à cause ]de son opinion proférée’ ; à sous-entendre « d’emblée ». Ev.Matth.26.65 :
    Tunc princeps sacerdotum scidit vestimenta sua, dicens : Blasphemavit : quid adhuc egemus testibus ? ecce nunc audistis blasphemiam : quid vobis videtur ? At illi respondentes dixerunt : Reus est mortis. Tunc exspuerunt in faciem ejus, et colaphis eum ceciderunt, alii autem palmas in faciem ejus dederunt, dicentes : Prophetiza nobis Christe, quis est qui te percussit ?

  4. Des limites donc de l’Eglise du « tout permis »…Entendu: Tout et n’importe quoi…

    Prière à Notre-Dame du Sacerdoce:
    Vierge Marie, Mère du Christ prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres, parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique.

    Vous avez été unie à Jésus dans l’oeuvre de notre rédemption par et pendant toute votre vie terrestre, du ciel, vous nous aidez-encore, nous qui avons été mis à part en Christ depuis notre Baptême-Chrismation, à demeurer fidèles et à témoigner de Son Règne, d’Amour, de Justice et de Paix…

    Nous vous en supplions, priez pour les prêtres!

    Priez le Père des cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson.

    Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les sacrements, nous expliquent l’Évangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu, unifient nos familles dans l’amour de Dieu et du prochain, l’amour de charité!

    Vierge Marie, demandez vous même à Dieu le Père, les prêtres dont nous avons tant besoin et puisque votre intercession maternelle a tout pouvoir sur Lui, obtenez nous, Ô Marie des prêtres qui soient des saints.

    Amîn

    Afficher l’image d’origine

    PRIÈRE POUR LA FRANCE ET LA PAIX DU MONDE:

    Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
    Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
    Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.

    Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine « Égale-aux-apôtres » dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :
    Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.

    A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.

    Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.

    Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.

    Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d’Orient pour ensemencer notre terre de l’Évangile de vérité, d’amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com