Bradley Manning. Transsexuel, devenu Chelsea Manning

Le président Barack Obama a défendu, mercredi 18 janvier, lors de sa dernière conférence de presse, sa décision d’écourter la période d’emprisonnement de l’analyste militaire Bradley Manning. Transsexuelle, devenue entretemps Chelsea Manning, celle-ci purgeait une peine de 35 ans d’emprisonnement pour remise de documents américains classés à WikiLeaks.

« En ce qui concerne Chelsea Manning, j’ai étudié les détails de cette affaire, comme pour les autres. J’ai compris, à la lumière de toutes les circonstances du dossier, qu’une réduction de sa peine était tout à fait appropriée », a déclaré M. Obama.

Madame Manning avait été reconnue coupable, en août 2013, d’espionnage et d’autres infractions, après avoir admis à la fuite de 700 000 documents militaires et diplomatiques « sensibles ». Les documents divulgués par Manning comprenaient, notamment, des documents sur les morts de civils pendant la guerre d’Afghanistan et une vidéo d’une bavure américaine lors du raid aérien du 12 juillet 2007 sur Bagdad, pendant la guerre d’Irak. À son procès, Chelsea Manning avait plaidé coupable. Elle était depuis détenue dans une prison pour hommes, parfois en isolement cellulaire, et avait tenté de se suicider à deux reprises.

Le soldat Manning a été proposé par son cercle de soutiens comme le prochain prix Nobel de la paix. Selon eux, les révélations de Manning ont contribué au retrait des troupes américaines en Irak, en révélant notamment le scandale des tortures perpétrées par les troupes américaines à la prison d’Abou Ghraib et les programmes de meurtres par drones.

Dès le lendemain de sa condamnation, Manning avait déclaré être transgenre et avait entamé des démarches pour changer d’identité et prendre le prénom de Chelsea.

Le 23 avril 2014, la justice américaine a reconnu le changement de nom de Manning, qui s’appelle désormais officiellement Chelsea Elizabeth Manning. Elle est toutefois encore légalement considérée comme un homme. En février 2015, l’armée autorise Manning à entamer un traitement hormonal. Le mois suivant, la Cour d’appel de l’armée américaine autorise Chelsea Manning à être désignée en tant que femme.

À son procès, Chelsea Manning avait plaidé coupable. Elle était depuis détenue dans une prison pour hommes, parfois en isolement cellulaire, et avait tenté de se suicider à deux reprises. 

Selon le New-York Times, cette grace présidentielle soulage plutôt l’administration militaire américaine, qui n’ aura plus à gérer la transsexuelle Chelsea Elizabeth Manning

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

15 commentaires

  1. effectivement, à mes yeux, personne ne mérite plus le prix Nobel de l Paix que cette personne qui s’est sacrifiée pour l’Humanité

  2. Francky says:

    Très drôle ! A quand un prix Nobel trans-espèce ? La science devrait bien y parvenir, un jour ! Croiser un homoncule au look de moucheron du marais (quartier célèbre de Paris) avec un dogue argentin !

  3. Geneviève says:

    Comment peut-on changer de sexe quand on est en prison ? Qui paye cette sorte de délire, le traitement hormonal et les interventions chirurgicales ?

    Cette personne a certes rendu un service à la vérité en divulguant certains documents, toutefois je m’interroge sur cette manière de procéder, si elle se généralise pourra être aussi la ruine de toute armée. Car quelle était l’intention de Manning ?

  4. Dépassons la barrière de l’étrange à nos yeux pour avoir le minimum de sympathie envers une personne qui a su montrer son double courage quand bien-même son changement de sexe pourrait relever de la manipulation de l’intelligence service.
    Pas besoin de l’incarcération judiciaire pour prendre la décision et les moyens qui l’accompagnent pour se sentir en harmonie avec soi.
    Envers quiconque opte-librement- pour améliorer son existence, mutation sexuelle ou autre,nous devons le respect individuel, social et religieux accompagné de sympathie(sun-pathein:souffrir avec) à moins de nous insurger contre les extravagances de la Nature et de nous élever au fascisme de l’intolérance de l’inquisition pour palier à notre infâme petitesse convertie en critique faussement gratuite.

    • « le respect individuel, social et religieux accompagné de sympathie(sun-pathein:souffrir avec) » :
      παθεῖν est en soi sémantiquement neutre : « souffrir » dans le sens large de « éprouver » (comme contraire de « faire »).
      La signification « souffrir » dans le sens de « être tourmenté » est possiblement, mais pas nécessairement présent.
      εὖ παθεῖν ὑπό τινος « recevoir des bienfaits de quelqu’un », comme contraire de
      εὖ δρᾶν ὑπό τινος « faire des bienfaits à quelqu’un »
      «Je la trouve vachement sympa » ne veut pas dire uniquement (laissons la vache à cóté) « je trouve qu’elle souffre au même point que moi ».

  5. Dépassons la barrière de l’étrange à nos yeux pour avoir le minimum de sympathie envers une personne qui a su montrer son double courage quand bien-même son changement de sexe pourrait relever de la manipulation de l’intelligence service.
    Pas besoin de l’incarcération judiciaire pour prendre la décision et les moyens qui l’accompagnent pour se sentir en harmonie avec soi.
    Envers quiconque opte-librement- pour améliorer son existence, mutation sexuelle ou autre,nous devons le respect individuel, social et religieux accompagné de sympathie(sun-pathein:souffrir avec) à moins de nous insurger contre les extravagances de la Nature et nous élever au fascisme de l’intolérance de l’inquisition pour palier à notre infâme petitesse convertie en critique faussement gratuite.

  6. Benoît says:

    Question à l’auteur : Dieu a créé cette personne homme ou femme ?
    Pourquoi écrire  » celle-ci purgeait  » ou l’appeler  » Mme Manning  » ?
    De quel camp êtes vous ?
    Cela ne choque donc personne ?

    • Bastien says:

      Si, cela m’étonne, ça reste un homme quoi qu’il fasse, ça reste dans ses gènes… peut-être pas dans son « univers mental ».
      J’étais prêt à poste un commentaire justement à ce sujet.
      Tellement gros que pas besoin d’en dire plus…

      merci MPI

    • Si, mais ce comportement linguistique peut résulter simplement du fait que le scripteur veuille être poli en ne faisant pas de vagues évitables. D’ailleurs cf. Gen. 5.2 :
      ἄρσεν καὶ θῆλυ ἐποίησεν αὐτοὺς [Septuaginta ; ich kann leider kein Hebräisch] ‘Il les créa masculin et et féminin’.
      Masculum et feminam creavit eos [Vulgata Sixto-Clementina] ‘il les créa masculin et femme’.
      ‘Il les créa mâle et femelle.’ [trad. du chanoine Crampon]
      Je ne suis point partisan de la théorie du genre, mais j’observe que dans les trois langues les deux adjectifs sont liés par une conjonction neutre et pas par une construction adversative comme « ou respectivement », ce qui me semble un conseil de modération.

  7. dieu ! quel archaïsme contenu dans la question!
    Ainsi Dieu et le nature s’opposeraient version morale?
    Jusqu’où l’intelligence peut-elle engendrer tant d’intolérance?
    De quel camp? On ne peut donc exister individuellement?
    Question qui nous ravale au rang d’objets et de guerriers sans doute pour maîtriser la population du globe par la volonté de faire triompher la Vérité?

  8. Benoît says:

    C’est vrai que ma question est on ne peut plus archaïque puisque elle renvoie à Dieu, cause première de toute la creation de cet univers. Plus ancien, connais pas.
    Dieu ne s’oppose pas à la morale, il nous l’a enseignée par sa sainte Église avant que l’homme ne se prenne pour Dieu et s’en invente une nouvelle qui lui convient mieux.
    Qui donc nous a doté d’une intelligence ? Dieu lui même. Et c’est notre devoir à chacun de l’utiliser pour atteindre La Vérité. Et si nous existons, c’est en tant que créature devant se soumettre à la volonté de notre créateur, mais là je pense que je vous ai perdu.
    Enfin il est sûr qu’il est plus que temps de crier cette Vérité aux hommes qui se perdent dans ces temps de troubles profonds.
    La seule voie qui puisse nous sauver est celle de Notre Seigneur Jésus Christ.

  9. monsieur, relisez votre texte totalement délirant, à vous décourager de Dieu.

    Votre vérité monolithique ne connait ni les caprices de la nature, ni la tolérance et encore moins la charité.Il incombe à chacun d’entre-nous de se réaliser dans sa personne à travers les contradictions qui composent notre être.En tant que chrétien, j’aide par amour et par devoir celui ,qui prisonnier d’une enveloppe physique, s’en échappe pour parvenir à son harmonie psychologique et mentale.
    Ce travail thérapeutique ne concerne que lui et moi et se passe de votre jugement indigne d’un catholique pratiquant qui assène des vérités aussi totalitaires que les vôtres.

    Le christianisme repose sur plus d’élan du coeur et se garde de se croire le dépositaire et le gardien de la vérité que vous écrivez avec le grand V de la certitude de ceux qui n’ont d’autre réflexion que d’ajuster leur comportement à la pensée du guide pas toujours éclairé comme, hélas, nous le démontre les aberrations de l’Eglise romaine dans la conduite perverse de nombreux prêtres qui ne craignent pas de nuire au développement affectifs des enfants devenus leur proie.

  10. Socrate says:

    Difficile d’avoir une vue sur toute l’affaire mais j’écoutais un commentateur qui disait que les tortures qu’il a subi sont tellement débilitantes qu’elles ont pu avoir de l’influence sur cette décision. Peut-être que sa décision était déjà plus ou moins prise il y a longtemps, mais il faut se rendre compte que son action a provoqué une colère du système sécuritaire occidental.

    Attachez-vous beaucoup d’importance au prix nobel de la Paix?
    Pensez-vous que d’autres lauréats ou candidats proposés n’ont jamais aussi été manipulés afin de faire avancer un agenda?

  11. Le problème ne porte pas sur le nobel de la paix dont nous savons tous que le choix stratégique revient systématiquement au représentant américain mais sur le respect de la personne qui décide, non sans souffrances psychiques au cours de sa longue traversée du désert, de chercher l’harmonie entre son enveloppe physique et sa psychologie profonde.
    Le minimum de respect envers autrui exige de s’abstenir de commentaires idéologiques de toutes obédiences, donc passionnels, traduisant le profond mépris envers ceux qui-par Nature-dérangent.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com