Mark_RutteLa jeunesse fête sa victoire et nous montre le chemin ! Une cachotterie de plus… Le projet de traité d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine est officiellement sur le feu depuis 2013. Les autorités françaises l’ont passé discrètement sous silence, alors qu’il s’agit d’un traité engageant les peuples européens dans les domaines politique, économique et militaire dans sa dernière édition. Vingt-sept États-membres l’ont déjà ratifié, dont la France. Ne manquaient plus que les Pays-Bas, où il devait être préalablement soumis au référendum d’initiative populaire déclenché par la branche néerlandaise du Forum européen pour la démocratie (Forum für Demokratie) ayant pour chef de file le juriste Thierry Baudet[1].

La méfiance à l’égard des hommes politiques et de la presse aux ordres va grandissante dans tous les pays européens. Et les Néerlandais nous montrent une nouvelle fois l’exemple. Le 6 avril dernier, la grande majorité d’entre eux (60%) se sont prononcés contre ce projet, 38,1% l’ont approuvé. Les résultats de cette votation devraient être entérinés le 12 avril prochain par le gouvernement néerlandais puisque la participation électorale a dépassé le quorum requis de 30%. Sur les 12,5 millions de citoyens néerlandais, 32,2% se sont rendus aux urnes. Une véritable épine dans le pied des élites mondialistes de Bruxelles qui vont tenter de parvenir à leurs fins par des voies de contournement.

Rejet du peuple néerlandais que les instances européennes et en particulier le président de l’EU Jean-Claude Juncker redoutaient au plus haut point, car susceptible de créer une synergie en Europe (Brexit, etc.). Peu avant le référendum néerlandais, ce dernier avait déclaré au quotidien libéral hollandais NRC Handelsblad qu’un rejet par les Pays-Bas provoquerait une « crise continentale » et qu’il serait un succès de la stratégie russe. « Cela est intéressant, souligne de son côté le quotidien économique allemand Deutsche Wirtschaftsnachrichten[2], car cet accord avec l’Ukraine n’a, jusqu’à présent, jamais été présenté comme étant dirigé contre la Russie. Or, sachant que cet accord comprend un volet militaire, il ne faut pas être grand clerc pour s’apercevoir qu’il est sous-tendu par une stratégie antirusse. »  

Bien que le résultat de la votation n’ait pas un caractère contraignant sur le plan juridique, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a admis en toute honnêteté que les adversaires du traité avaient remporté une victoire éclatante et a annoncé sur une télévision néerlandaise que « si le référendum était valide, nous ne pourrions le ratifier en l’état ».

Autre problème plus épineux encore : l’UE a déjà consenti à l’Ukraine un crédit de plusieurs milliards d’euros sur le dos des contribuables européens. Il est possible que la part néerlandaise soit dès lors répartie entre les vint-sept autres pays, ce qui, à son tour, remet en cause la validité d’un traité non signé par la totalité des États-membres. À moins qu’il ne fasse l’objet d’une renégociation.

Et ce n’est pas tout. La non-ratification du traité par les Pays-Bas devient également problématique pour l’OTAN, dont la plupart des membres sont russophobes et prônent une coopération étroite Ukraine-Otan. Jusqu’ici, une coopération militaire n’était pas prévue dans l’accord de libre-échange de l’UE. Se pose donc la question des conséquences que pourrait engendrer un retrait des Pays-Bas. Car les entreprises européennes d’armement partent du principe que l’adaptation aux normes de l’Otan à laquelle l’Ukraine s’est engagée  dans ces accords devrait profiter à tous ses produits jusqu’en 2020.

Il est d’autant plus amusant de voir la panique s’emparer de la presse conformiste : « Il ne s’agit pas en l’occurrence d’un quelconque accord de libre-échange, mais du traité qui a provoqué le soulèvement populaire en Ukraine en novembre 2013. Soulèvement qui a entraîné la chute du gouvernement de Victor Ianoukovitch et a finalement conduit à des actions militaires en Crimée et en Ukraine orientale, a rappelé le Spiegel. Ce rejet n’est pas seulement une victoire pour Vladimir Poutine, mais également pour ceux qui voudraient voir l’UE éclater. » Ce qui n’est pas tout à fait vrai. Les initiateurs de la pétition, qui a rassemblé quelque 400 000 signatures, se sont réjouis du frein mis à « l’expansionnisme » d’une « UE antidémocratique ». Ce qui pourrait ouvrir le débat sur « une autre Europe ». Une position défendue par Geert Wilders et « L’Europe des nations et des libertés »[3], groupe parlementaire européen dont le cœur est constitué par le Front national, le PVV néerlandais, le FPÖ autrichien et la Ligue du Nord italienne.

Bravo aux Hollandais qui ne se sont pas trompés sur l’embuscade que nous tend l’UE une fois de plus par la politique des petits pas. Ce traité est annonciateur de l’entrée de l’Ukraine dans l’UE, afin de nous couper définitivement de la Russie.

Liens
http://www.compact-online.de/eu-schlappe-niederlande-stimmt-gegen-abkommen-mit-ukraine/
http://de.sputniknews.com/videos/20160407/309020652/eu-ukraine-assoziierung-niederlaender.html?utm_source=short_direct&utm_medium=short_url&utm_content=aZqn&utm_campaign=URL_shortening  / 7 avr. 2016

[1] http://www.radio-bamberg.de/niederlaender-stimmen-gegen-eu-ukraine-abkommen-4938366

[2] http://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/2016/04/07/niederlande-regierung-will-ukraine-deal-vorerst-nicht-ratifizieren/

[3] En juin 2015, le Front national a formé une coalition au Parlement européen, « L’Europe des nations et des libertés » (Europe of Nations and Freedom, ENF), avec le PVV (Pays-Bas), le FPÖ (Autriche), la Ligue du Nord (Italie), le Vlaams Belang (Flandre), le KNP (Pologne), Janice Atkinson (Royaume-Uni), auxquels se sont joints ultérieurement l’Usvit/SPD (Tchéquie) et le PRU (Roumanie). Leurs dirigeants ont exposé leur programme au Congrès de Milan le 28 janvier 2016, sur le thème « Libre et forte : une autre Europe est possible ».
https://www.youtube.com/watch?v=mrPxAJHkKpA
https://www.youtube.com/watch?v=lAXEFtbLVD8

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. Volodymyr Bellovak says:

    « Ce traité est annonciateur de l’entrée de l’Ukraine dans l’UE, afin de nous couper définitivement de la Russie »…;
    rien que ça ! Vous n’avez l’impression d’exagérer? Pourquoi ce projet d’association ( et non d’adhésion comme vous le prétendez faussement ! ) generait donc tant la Russie? Qu’est ce qui empècherait que l’Ukraine de rejoindre l’UE et la Russie d’y etre aussi associée? Si l’on doit regretter que l’Ukraine intègre l’UE c’est parce que nous voulons nous aussi quitter cette UE qui étouffe les peuples, détruit nos identités, nos cultures, et notre civilisation, et efface d’un trait la souveraineté et l’indépendance ( souvent conquises de haute lutte ) des états nationaux historiques européens. Ne voir que les relations avec la Russie au mépris des autres et légitimes aspirations de TOUS les peuples européens, Ukrainiens compris ( car ils sont bien européens, eux, au moins autant que les Russes si ce n’est plus ), c’est se préparer en effet à la désunion, pas seulement de l’UE, mais de l’Europe elle-meme, avec le risque de renouer avec des relations conflictuelles entre états et nations européennes, ce qui a fait les malheurs des peuples européens et de leur civilisation, au profit et pour la plus grande joie des ennemis de l’Europe authentique…Aux Russes aussi de choisir « keur camp » et de calmer le jeu désormais.

  2. Volodymyr bravo pour ta persévérance. Malheureusement tu ne convaincras pas 98% des lecteurs de ce blog qui n’ont jamais mis les pieds en Ukraine. Pourquoi ce traité nous couperait de la Russie puisque ses détracteurs en service commandé n’arrêtent pas de dire que l’Ukraine est la Russie,ou du moins son berceau? Première contradiction énorme. L’effet de ce traité accélérerait plutôt le rapprochement avec la Russie. Il y a alors d’autres raisons: Des intérêts politico-financiers et religieux russes contrariés par ce traité. Ce qui reste une énigme, c’est de voir les traditionalistes catholiques applaudir (par esprit de charité sans doute) à l’anéantissement de l’Ukraine qui compte 5 à 6 millions de frères catholiques qui ont tous choisi de défendre leur patrie l’Ukraine. La conversion de la Russie ne viendra que par la reconnaissance de celle ci de leurs frères slaves catholiques héritiers de la Rus de Kyiv. On attend toujours que nos soutanes latines défendent leurs frères dans la foi Catholique

    • Volodymyr Bellovak says:

      Entièrement d’accord avec toi l’ami Greg !

    • Tchetnik says:

      « Malheureusement tu ne convaincras pas 98% des lecteurs de ce blog qui n’ont jamais mis les pieds en Ukraine. »

      -Dont Volodymyr et Greg, justement…

      • pamino says:

        Les traditionalistes catholiques n’ont pas oublié qu’Hitler, Göbbels et Himmler étaient tous des catholiques traditionnels. Hitler payait toujours son impôt d’Église, Himmler notait péniblement tous ses déplacements privés en voiture officielle et les remboursait à l’État, Göbbels avait beaucoup d’enfants.
        Les ancêtres de ces miliciens catholiques de l’Ukraïne occidentale d’aujourd’hui ont aidé avec enthousiasme à massacrer le juifs ukraïniens pendant l’occupation allemande, de sorte que leurs petits-fils doivent de nos jours se contenter d’Orthodoxes. Qui parle ukraïnien peut être orthodoxe, qui parle russe l’est certainement ; alors, c’est assez simple, voir les photos ailleurs sur ce site. Nos clercs latins ne savent plus le latin et ne portent plus la soutane. Ils sont un peu embarrassés par le genre de traditionalisme de leurs frères qui n’est plus du tout politiquement correct.

        • Volodymyr Bellovak says:

          Hitler, Goebbels ou Himmler; catholiques ? On a vu mieux vous croyez pas? Ces gens là n’ont rien à faire dans cette histoire, et si ils étaient « catholiques » alors moi je veux bien etre le pape ! 😀 Plaisanterie lise à part je vous signale que le chef spirituel des gréco-caholiques ukrainiens de l’époque, Mgr Sheptytsky, a protégé les juifs des persécutions…mais aussi les orthodoxes de toute conversion forcée. Si tous les catholiques ukrainiens ont été et sont des patriotes ukrainiens, tous les nationalistes ukrainiens n’ont pas été et ne sont pas catholiques loin de là ; ça va des athés et néo-paiens aux chrétiens orthodoxes ( de différentes « obédiences » ) et gréco-catholiques pour certains…; d’ou des différences d’idées, d’objectifs, d’actes, et de comportement.

      • Volodymyr Bellovak says:

        Et si mon p’tit moskal, mais pas en Hollande; et toi, connais tu le pays du Philippot hollandouille ( Geert Wilders,…en plus sioniste encore ! )?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com