Le monde pro-vie est « Charlie » !

Le petit garçon de 10 mois est encore en vie. Il devait être euthanasié vendredi dernier, après la décision finale et inique de la Cour Européenne des droits de l’homme de Strasbourg, qui s’est aplatie devant celle des juges britanniques qui le destinent à la mort selon les avis des spécialistes médicaux. Face à la détresse des parents et leur appel public à l’aide, les médecins du Great Ormond Street Hospital, où Charlie est hospitalisé depuis sa naissance, ont fini, in extremis, par accepter de donner quelques jours de plus de vie à l’enfant. Que quelques uns mais qui seront peut-être suffisants pour sauver Charlie.

Des pro-vie italiens ont lancé un appel au président américain Donald Trump : il est

« le seul qui peut donner un tournant politique à cette tragique histoire de Charlie Gard. » « Si le Président déclarait la totale disponibilité du gouvernement à assister la famille Gard dans sa dernière tentative d’accéder aux soins expérimentaux en cours aux États-Unis, ce serait vraiment difficile pour l’hôpital de ne pas accorder le transfert de l’enfant. » « Pour cela, continue Filippo Savarese, le directeur de la campagne de Citizen.Go Italia, nous sommes en train d’essayer d’influencer Trump à travers ses réseaux sociaux avec le hashtag #TRUMP4CHARLIE ».

Pour une fois « Je suis Charlie » ! Soyons Charlie !

Francesca de Villasmundo

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

9 commentaires

  1. Paul-Emic says:

    on connait malheureusement la décision finale

  2. vaxelaire says:

    j ‘espère que le président Trump ,va donner son accord

  3. Franchement, il faudrait vraiment que vous soyez plus lucides dans cette affaire. La réalité n’est pas si simple, d’un côté pro-vie, et de l’autre ceux qui voudraient assassiner un pauvre bébé. La vérité c’est que l’enfant est maintenu artificiellement en vie, aucun traitement fiable expérimentalement existe pour lui sauver la vie, donc forcément (car l’on a décidé de le maintenir en vie) une décision s’impose, la situation (qui est anormale, non naturelle) ne peut durer éternellement.

    Il y a effectivement un problème, lorsque c’est l’appareil étatique qui décide à la place des parents pour la vie de leur enfant. Mais il faut comprendre l’origine de la situation.
    La vraie question, je crois, ce n’est pas d’être pro-vie à outrance, il faudrait accepter que la médecine ne peut pas, et dans certains cas ne devrait pas, enrayer la mort naturelle. Le mieux à faire, si la parents sont Catholiques, c’est de baptiser l’enfant, de prier pour lui, pas forcément pour qu’il survive (ce qui semble impossible, et les voies divines sont impénétrables), mais pour qu’il gagne la vie éternelle et véritable.

    • Lars, je crois que justement ce qui est contesté ici c’est le droit inouï que s’arroge l’Etat de décider de la vie ou de la mort d’innocents…Il est évident que vous avez raison de condamner le (véritable) acharnement thérapeutique, mais ici ce n’est pas ce qui cause la colère des gens.

  4. claire says:

    MAIS les mecs ils sont fous de contacter Trump par les réaux sociaux pour une telle affaire !!!!!
    Il faut téléphoner a la maison blanche !
    Téléphoner !!!!’ Allo !!!!
    Capiche les ritals ?!
    Je peux dire rital parceque en fait je suis une ritale.
    Médis press info SI vous liser mon commentsire et que vous connaissez ces gens , je suis prête a offrir mon aide pour des traductions ou tentatives d’appelle a la maison de trump .
    Je vis aux US DONC donnez mon message et mon email que vous avez .
    Amen

  5. Boutté says:

    Droit d’avorter, droit de tuer, c’est idem . . . dans un pays où la peine de mort a été supprimée mais où l’on supprime désormais de préférence les innocents .

    • L' ANKOU RU says:

      Programme de S. VEILL ou du Dr MENGELE et aujourd’hui de l’UE !
      le « FREXIT » c’est pour quand ????

  6. Sauf que, c’est parce que les infrastructures de santé appartiennent à l’Etat, et que les parents ont laissé leur enfant être pris en charge (ce que je peux comprendre), que la décision revient à l’Etat. Pour le dire autrement, la loi naturelle a décidé de la mort du petit enfant. Les parents ont tout fait pour l’en empêcher (jusqu’à quel prix ?), d’où l’intervention de l’Etat. Voilà l’origine de la situation.

    Maintenant, si comme je crois que c’est le cas, le petit enfant ne peut pas vivre par lui-même, s’il est dans une sorte de coma depuis la naissance dû à sa maladie, alors à quoi ça sert de prétendre que l’on peut le garder en vie ? Forcément, il faut prendre une décision douloureuse. On pourrait tourner la chose ainsi : les parents ont choisi de tenter le tout pour le tout afin de sauver leur enfant, sachant que si cela ne pouvait fonctionner, alors, tacitement, ils acceptaient le verdict de la mort. Dans ce cas, l’Etat ne fait que suppléer à la décision formelle des parents. Le seul point que l’on pourrait discuter, c’est est-ce que tous les moyens raisonnables ont été entrepris ? Personnellement, je pense que la médecine moderne les outrepasse allégrement, et que lorsqu’on parle d’acharnement thérapeutique, c’est toujours un euphémisme.

    • Il faut que je me corrige, parce que je reconnais volontiers que ce qu’il y a de scandaleux, c’est que l’Etat prenne la décision à la place du père de l’enfant : nul ne peut s’opposer à l’autorité paternelle. Même si l’hôpital estime qu’il ne peut rien faire pour l’enfant, il n’a pas à le débrancher si le père ne le veut pas. Il n’a plus qu’à, dans ce cas, remettre l’enfant aux parents, qui peuvent décider d’interner l’enfant dans un autre hôpital (ce qui ne changera pas grand chose), ou de laisser mourir paisiblement (avec les sacrements) l’enfant au sein du foyer, plutôt que dans un affreux hôpital.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com