la-fin-de-l-espece-humaine-dickès

Dans mon ouvrage La fin de l’Espèce Humaine paru tout récemment, j’évoquais la question des CRISPR-Cas9. De quoi s’agit-il ? Une Française tout à fait charmante du nom d’Emmanuelle Charpentier, professeur à l’université suédoise d’Ouvea, fait en avril 2014 avec son associée Jennifer Doudna, une découverte sensationnelle en génétique qui va révolutionner le monde. Il est fort probable que ces deux femmes obtiendront le prochain prix Nobel de Chimie. C’est la découverte des CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats) dont nous avons parlé dans Médias Presse Info en septembre dernier à la suite de la première publication médicale annonçant la nouvelle en France.

Les chaînes d’ADN font trois mètres de long, bien qu’elles se situent dans toutes les cellules humaines que l’on ne peut voir à l’œil nu. Elles sont formées de quatre acides aminés qui sont mélangés pour fermer ces chaînes. Un ensemble d’ADN peut être codant, c’est-à-dire donner à l’organisme un message biologique ; c’est ce qu’on appelle le« gène ».

Emmanuelle Charpentier s’était posé une question. Il y avait une séquence d’ADN qui revenait régulièrement le long des chaînes. Appelée CRISPR, elle avait été observée dès 1987 ; mais comme on ne voyait pas à quoi elle pouvait bien servir, les chercheurs s’en étaient désintéressés. Or Emmanuelle Charpentier eut l’idée de la prélever et d’y adjoindre une enzyme nommée Cas9.

Or CRISPRCas9 s’est révélé être un véritable ciseau des chaînes d’ADN. Il était désormais possible de couper les gènes, de les extraire, de les modifier. La technique serait très simple. Celle-ci est capable par exemple de couper les gènes de certains cancers et de modifier le génome. Inutile de dire que les bricoleurs d’ADN se ruèrent sur cette découverte. Mais ce n’est pas sans risques, car il est tout à fait possible de modifier un microbe qui deviendra agressif et s’attaquer à l’homme. Mais surtout, les Chinois voulurent à partir de cette découverte utiliser cette technique pour modifier des embryons au risque d’engendrer des monstres. Aucune revue médicale n’accepta de publier cette expérience. Les chercheurs chinois détruisirent les embryons.

En revanche trois équipes dont celle de l’Université de Harvard, ont tenté de couper le gène de la myopathie de Duchenne très connue par le Téléthon. Le résultat de leurs travaux a été publié dans l’édition 2015 de la revue Science. Ils ont réussi à faire secréter de la dystrophine, hormoneétant absente dans les muscles des malades. Malheureusement les fibres musculaires adultes des myopathes ont perdu la faculté de se reproduire. Ce qui bien évidemment ne leur permet pas de se renouveler pour secréter de la dystrophine. Mais indiscutablement il y a là un pas important qui a été franchi vers le traitement de cette terrible maladie.

Dr Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Bien sûr, les découvertes scientifiques majeures ont toujours procédé de recherches orientées pour le bien de l’humanité mais ont ensuite aussi toujours été exploitées pour la détruire. Voilà ce qu’il en a coûté de goûter à l’arbre de la connaissance, ce que nous faisons toujours aujourd’hui et plus que jamais au lieu de nous réconcilier et nous soumettre à notre Créateur…

    • jean-pierre Dickès says:

      La question est qu’il faudrait utiliser cette technique de manière encadrée. J’explique qu’à Boston il y a tous les deux ans un véritable concours Lépine de modification du génome de microbes ou d’insectes. De quoi libérer dans l’écosystème de nouveaux microbes qui peuvent détruire l’Humanité ou lui nuire gravement. Il y a tout un chapitre sur cette question dans mon ouvrage :La fin de l’espèce humaine.
      Or ce type de modification du génome ne devrait être utilisé que pour débarrasser l’humanité de maladies terribles comme la myopathie ou la mucoviscidose.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com