rencontre-oecumenique-taoismeAprès la liberté religieuse pour tous, c’est la recherche de l’unité religieuse pour tous qui anime la Rome conciliaire.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Église, une rencontre entre chrétiens et taoïstes a eu lieu à Taïwan sous l’égide de Mgr. Miguel Ángel Ayuso Guixot, secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, et le révérend P. Indunil Kodithuwakku, secrétaire. Le Taoïsme est une gnose panthéiste orientale qui préconise de « nombreuses pratiques, tant psychiques que corporelles » qui « visent toutes à parvenir à l’Unité. Le sage qui a réussi à se fondre dans le Tao devient un immortel (hsien) et rejoint la cohorte des dieux. »

Dans leur recherche délirante d’un monde fraternel d’où le règne du Christ-Roi est exclu ipso-facto, c’est donc avec les chefs et les adeptes de cette fausse religion satanique que ces ecclésiastiques romains, esclaves du dialogue interreligieux et de l’idée moderniste que des éléments nombreux de sanctification et de vérité subsistent hors de l’Église catholique, espèrent illuminer l’humanité de leur sagesse œcuménique salvatique, malstrom mortel formé par les courants naturaliste, progressiste, relativiste, évolutif, gnostique et indifférentiste, que l’on dénomme aussi « modernisme », modernisme définit par le pape saint Pie X comme « l’égout collecteur de toutes les hérésies« .

« Ils se sont rendus à Taiwan du 14 au 16 octobre, après une visite à Singapour »

rapporte News Va qui retrace le déroulement de ces deux journées illuminées par le soleil brûlant du dialogue œcuménique :

« Ils ont participé à Taipei à la première rencontre entre chrétiens et taoïstes sur thème de la «recherche de la vérité ensemble : le dialogue chrétiens-taoïstes». A la fin de cette rencontre historique, dans la déclaration finale, le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, l’Église catholique locale de Taiwan, le temple taoïste Baoan, la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC) et le Conseil œcuménique des Églises (COE) ont salué une conférence qui permet de «concrétiser leur détermination à dialoguer ensemble».

Ainsi, chacun s’engage à partager les fruits de ce dialogue, afin de faire face ensemble «à la mondialisation, aux migrations, aux tensions religieuses et interculturelles, et à la montée des fondamentalismes», et de «relever ensemble les défis de la sécularisation, la crise écologique et le fléau de l’indifférence». Chrétiens et taoïstes espèrent que leur dialogue «devienne un phare de lumière pour notre monde déchiré par les guerres, la haine, la suspicion et la peur», en défendant les «valeurs universelles, à savoir la justice, la paix, l’unité, la fraternité, la liberté et l’harmonie religieuse».

Ce sont les grands défis sociétaux, migrations, réchauffement climatique, mondialisation qui sont devenus la pierre angulaire du futur temple en construction dédié à cette union fraternelle, libérale et égalitaire de toutes les confessions religieuses, sans distinctions de fausseté, d’erreurs et de vérité ! Notre Temps post-moderne et post-conciliaire qui se veut le protecteur de toutes les traditions religieuses au même titre que de toutes les espèces animales de la plus microscopique à l’éléphantesque, de la Terre et des migrants, est le fossoyeur de la Vérité, espèce en voie d’extinction radicale. Sans qu’une larme médiatique et romaine ne soit versée pour Elle.

Pourtant le Christ l’a dit : « Je suis le chemin, la vérité, la vie. Personne ne peut aller au Père autrement que par moi. » (St Jean 14,6 ). Seul le règne du Christ-Roi est à même d’apporter « la justice, la paix, l’unité, la fraternité, la liberté et l’harmonie religieuse » sur ce monde en pleine déroute. Que ces clercs romains relisent avec attention et méditent sagement la belle lettre encyclique de sa Sainteté le Pape Pie XI, « De l’institution d’une fête du Christ-Roi ». Ils y trouveront la solution divine aux guerres et maux de notre époque apostate :

« Dans la première Encyclique qu’au début de Notre Pontificat Nous adressions aux évêques du monde entier, Nous recherchions la cause intime des calamités contre lesquelles, sous Nos yeux, se débat, accablé, le genre humain.

Or, il Nous en souvient, Nous proclamions ouvertement deux choses : l’une, que ce débordement de maux sur l’univers provenait de ce que la plupart des hommes avaient écarté Jésus-Christ et sa loi très sainte des habitudes de leur vie individuelle aussi bien que de leur vie familiale et de leur vie publique ; l’autre, que jamais ne pourrait luire une ferme espérance de paix durable entre les peuples tant que les individus et les nations refuseraient de reconnaître et de proclamer la souveraineté de Notre Sauveur. C’est pourquoi, après avoir affirmé qu’il fallait chercher la paix du Christ par le règne du Christ, Nous avons déclaré Notre intention d’y travailler dans toute la mesure de Nos forces ; par le règne du Christ, disions-Nous, car, pour ramener et consolider la paix, Nous ne voyions pas de moyen plus efficace que de restaurer la souveraineté de Notre Seigneur. « 

Francesca de Villasmundo

 

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. La chrétienté se prostitue ! J’aime mon prochain, je respect ses croyances, ses choix, mais je ne cautionne pas ce que font les conducteurs de religions, leurs pratiques, leurs rites, leur paganisme. Mes convictions sont celles de Jésus, le Christ, sauveur de l’humanité, ressuscité, afin que quiconque croie, soit sauver par la foi, mais non par les œuvres. La religion, elle, soumet l’homme aux hommes à des fins pernicieuses.

  2. Patricia J. says:

    Mais enfin : le Taoïsme à l’origine est une sagesse, ce n’est pas une Religion.
    Depuis que j’approfondis mon héritage religieux, c’est-à-dire 2013 et l’Année de la foi… je constate avec un grand étonnement, les mois passants, que beaucoup de personnes et de soient disant responsables religieux sont dans une confusion surprenante. Et aussi dans une inculture abyssale.
    Les gens parlent souvent de ce qu’ils ne connaissent pas… et la plupart du temps avec des mots savants ou dans une posture dégoulinante de sentimentalisme déconnecté du Réel ou encore de matérialisme-religieux :
    Et en plus, comme s’ils parlaient d’autorité.

    Il convient de prendre le temps de faire le tri dans tout çà! Cela demande du temps et de l’énergie vitale, je vous l’assure.
    La vie est courte sur la Terre et on ne peut pas tout approfondir, même si on a soif de vérité… J’en sais quelque chose.
    Alors, je me suis faite un peu plus humble pour aller à l’Essentiel. J’écoute l’Esprit Saint, dans la mesure de mes petites capacités… De fait, j’ai réalisé que le temps qui m’est imparti se déroule inexorablement… et j’ai décidé, en 2013 d’approfondir ma propre Tradition, à cette occasion. Pourquoi parce ce celle-ci s’inscrit aussi dans notre civilisation et dans notre contexte historique.
    Il convient de vraiment s’informer et de ne pas mélanger les choses, les genres, et les degrés de compréhension du Réel. Après tout, si l’intelligence est en voie d’extinction de nos jours, le Bon-Dieu nous a tout de même donné, avec notre naissance, la faculté d’apprendre dans le temps à discerner les choses de la vie et par conséquent, d’affûter notre compréhension de CE QUI EST. Y compris dans le domaine religieux et spirituel… ce qui ne se recouvre pas systématiquement. Je l’ai bien observé et compris.

    Il y a des gens qui ne sont pas érudits du fait aussi de leur environnement… mais qui possèdent une réelle intelligence des choses de La Vie… Et aussi une forme réelle et pratique de la Sagesse du Bon Dieu, qui est transmis de génération en génération, dans certaines familles de gens de conditions simples et dignes.

    Vous savez quoi? Je me rends compte que la Science et la Sagesse du Bon-dieu sont vraiment délaissées de nos jours. Et que ceux qui sont censés nous conduire ou nous accompagner, devraient avant tout nous enseigner la foi et ses fondements traditionnels ainsi que la compréhension réelle de notre Tradition, au lieu de répandre la confusion sur toute la Terre. On en a le tournis, à la fin!

    Le Grand Sage que j’ai eu la grace de rencontrer en 1980 disait qu’il ne faut pas faire de Religion comparée, ni bien sûr de pratiques ésotériques ou occultes, ni se perdre dans le New Age, ni non plus dans le développement personnel ou plus grave, dans ce lit de boue sur l’humanité, qu’est la psychanalyse, etc.
    Il nous enjoignait à retourner à nos Origines. Car faire de la Religion comparée ; c’est une source possible d’erreur, de confusion et une grand perte de temps, dans la vie d’une personne, sur La Terre.
    Il convient d’aller à l’Essentiel et pour la plupart d’entre nous, dans sa Tradition ; dans le cadre de Sa Civilisation et de son Pays.
    Apprécier une personne dans ce qu’elle est et pour sa différence, est une bonne chose si c’est une bonne personne, bien sûr! C’est sans aucun doute une marque d’affection et de respect de l’intégrité de son Etre… mais de là à en faire une sorte de dogme pour la multitude, comme nous le voyons actuellement, c’est favoriser le mélange au niveau relatif et à la surface de la vie ; c’est entretenir l’erreur et la confusion.
    C’est très grave pour les âmes et les gens en recherche d’absolu et de Dieu… qui risquent, de fait, de s’y perdre en chemin. Sans oublier qu’elles se sentent de plus en plus abandonnées, dévalorisées et laissée pour compte au profit des autres… des lointains. Il y a des priorités et un ordonnancement des choses sur la Terre. Il convient de s’occuper en priorité de soi, de sa famille naturelle et de sa famille spirituelle.

    Le Pape comme beaucoup de personnes confond l’Absolu et le Relatif… C’est surprenant et incroyable, pour ce qui me concerne. Du fait qu’il est un Chef Religieux! Alors, je me pose des questions sur sa formation réelle et aussi son niveau de conscience.
    – « Le niveau a vraiment baissé », comme dirait par ailleurs ma sœur, Professeur des Ecoles!
    Que le Bon-dieu nous vienne en aide… dans ce qui est à un certain niveau de surface de la vie : un véritable capharnaüm!
    Il nous faut aussi retrouver « le bon sens. »

    • sanfard says:

      A tous ceux qui veulent comprendre les évènements actuels doivent se procurer le « LIVRE BLEU » qui contient les messages de la Vierge à DON GOBBI, ( Messages du 7/7/1973 au 31/12/1997) Ce livre a reçu l’imprimatur en 2007. Ce livre est, en priorité, destiné aux prêtres « fils de prédilection de la Vierge »)
      Contact : Mouvement Sacerdotal Marial, secrétariat National, 80 Avenue de Suffren, 75015 Paris – tél.07 56 83 54 43.
      Ce livre ne peut être obtenu en dehors du Mouvement Sacerdotal Marial.
      Je précise que le « modernisme » n’existe pas dans ce livre, c’est une mine d’or délivrée par la Vierge Marie.

      • Patricia J. says:

        Je vous remercie pour les informations. Je vais m’informer à l’adresse indiquée.
        Bonne soirée!

  3. Philibert says:

    Les Jésuites s’étaient retrouvés sans aide de leurs frères catholiques en Chine pour moins que ça…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com