ville-sous-emprise

Claire Guédon et Nathalie Perrier sont journalistes au Parisien.

Saint-Ouen est un cas d’école dans la lutte contre la vente illégale de cannabis. Pendant un an, jusqu’à l’été 2016, les deux journalistes ont braqué leurs projecteurs sur cette commune de 48.000 habitants, à la frontière de Paris.

Saint-Ouen, ville de l’ex-banlieue rouge, aspire à devenir une commune-phare du Grand Paris. A l’image de nombreuses municipalités populaires proches du périphérique, elle connaît le phénomène de gentrification. Le prolongement de la ligne 14, l’implantation d’un immense hôpital public et le futur transfert du siège de la région Ile-de-France accélèrent ces mutations. La commune a incontestablement des atouts. Mais il y a une ombre au tableau. Le trafic de drogue. Omniprésent. Tentaculaire. Incontournable. Effrayant.

Rien qu’en Seine-Saint-Denis, le chiffre d’affaires annuel du trafic de stupéfiants (toutes drogues confondues) est estimé à un milliard d’euros, selon Sébastien Piffeteau, qui était jusqu’à l’été 2016 vice-procureur du tribunal de Bobigny. Dès son arrivée en 2011, le magistrat a été en charge de Saint-Ouen, une des plaques tournantes en Ile-de-France du trafic de cannabis. Ce produit devenu de consommation courante n’est pour autant pas inoffensif.  » Selon la personne, la quantité consommée et la composition du produit, le cannabis peut avoir des effets physiques et psychiques immédiats ou sur le plus long terme « , rappelle la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

Chaque jour, 1.000 à 1.200 acheteurs, originaires de toute l’Ile-de-France, viennent s’approvisionner à Saint-Ouen en herbe ou résine de cannabis. Avec un calvaire à la clé pour les habitants. Les violences vont crescendo dans la ville.

L’enquête menée par les deux journalistes est saisissante. Les témoignages bousculent. William Delannoy, maire de Saint-Ouen, déclare :  » Saint-Ouen est une ville sous occupation des trafiquants et de la mafia, une ville où les habitants ne peuvent plus sortir tranquillement. « . C’est dit. Mais, puisque la ville est sous occupation, il faudrait prendre des mesures pour la libérer. Hélas, les mesures prises par les autorités ne sont que poudre aux yeux, sans effet. Au contraire, la situation empire. A Saint-Ouen, les dealers ont même privé les enfants de la crèche de l’accès au jardin.

Si les informations contenues dans ce livre sont intéressantes parce qu’elles témoignent de la gravité de la situation, il est pour le moins regrettable que cette enquête serve d’occasion à ses auteurs pour souhaiter un débat sur la légalisation ou la dépénalisation du cannabis. C’est le refrain bien connu de ceux qui, – faussement ?- naïfs, prétendent que cela mettrait fin au trafic et règlerait le problème. Comme si ceux qui se font une fortune avec ce trafic iraient jouer aux billes si le cannabis était en vente libre… Le problème serait tout simplement déplacé vers une autre substance que les trafiquants rendraient très vite tout aussi populaire auprès des toxicomanes. 

Une ville sous emprise, Claire Guédon et Nathalie Perrier, éditions du Rocher, 280 pages, 19,90 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. tirebouchon says:

    Saint Ouen, une ville ou l’ex maire avait comme amant un terroriste du FLN pendant la guerre d’Algerie et ou une rue, aujourd’hui, porte le nom d’une moudjahidine algérienne, rien d’étonnant….ce coin de France n’est plus la France il est pourri !

  2. Grospetard says:

    @Tirebouchon, Vous l’êtes l’archétype de l’idiot utile aux mafias et autres terroristes. De l’autre coté de la manche, les anglais veulent légaliser. Nous verrons si les Anglais franchisent de pas avant nous ? Ce qui laissera la France isolé dans sa bêtise !
    Avec tirebonchon l’amoureux du bon rouge (son pseudo),
    Nous serons la risée du Monde.

  3. Bien essayé la propagande … en fait vous critiquez le fait qu’ils y ai trop de dealers mais c’est votre intolérance vis à vis du cannabis qui leurs permet de proliférer

    « Comme si ceux qui se font une fortune avec ce trafic iraient jouer aux billes si le cannabis était en vente libre… Le problème serait tout simplement déplacé vers une autre substance que les trafiquants rendraient très vite tout aussi populaire auprès des toxicomanes.  »
    Sauf que c’est la demande qui fait l’offre, pas le contraire.

    Vous pensez vraiment que le fait qu’il y ai plus de vendeurs augmenterais le nombre de consommateurs ? Aucun rapport, mais vraiment.
    On pourrais prendre l’exemple des supermarchés: Est ce que le fait d’en ouvrir plusieurs sur une même ville augmente les achats au total ? Et bien non ils sont juste divisés entre les magasins, c’est logique.

    Je rappelle juste que  » la Commission nationale des droits de l’homme prône la dépénalisation de l’usage du cannabis en France »

    http://www.lemonde.fr/addictions/article/2016/11/08/la-commission-nationale-des-droits-de-l-homme-prone-la-depenalisation-de-l-usage-de-cannabis_5027608_1655173.html

  4. Bruno PONGE says:

    C’est n’importe quoi cet article. J’habite St Ouen depuis 2001 et ça n’a jamais été une ville dangereuse. D’ailleurs là où il y a des dealers, il n’y a plus de cambriolages. Par ailleurs ma cité (Soubise) a été la première ZSP de France (et où Valls est venu faire le beau) et c’est une véritable plaisanterie car elle est très calme comparée à de nombreuses cités d’autres villes du département. Il y a eu, pendant 10/20/30 ans toujours des points de vente dans la cité, aujourd’hui il n’y en a plus à cause des cars de CRS qui ont stationné en bas de chez nous pendant des mois et des mois, sans jamais arrêter que des petits revendeurs et surtout des clients. Je suis pour la légalisation de TOUTES les drogues sans exception, comme ça les vendeurs de cannabis pourraient aller jouer aux billes (sic!), ou alors il faut interdire le tabac et l’alcool (vin et bière compris). Il y a des débits de boisson et de tabac partout et pourtant il me semble que la consommation de ces 2 drogues légales a bien diminué depuis les années 60. CQFD!! Et puis continuons d’être plus cons que les States, l’Uruguay, le Portugal, les Pays-Bas, l’Espagne, l’Italie…et ça ne changera rien car la demande ne fait qu’enfler…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com