valls-conseil-des-ministres_mpi

C’est ce que semble penser le Figaro puisque sur le site du quotidien, un article liste les différentes proposition de la nouvelle mouture du gouvernement. Selon le journal, aucun doute possible, Valls II est à droite. Analyse qui est, apparemment, également celle d’Alain Lamassoure, eurodéputé européen. Selon lui Valls mène la politique que l’UMP aurait dû mener.

Pour appuyer cette réflexion, plusieurs mesures sont listées : le gouvernement a tenté, par le biais du premier ministre, de se réapproprier les faveurs du Médef, les partenariats privé-public semblent avoir de beaux jours devant eux et enfin, le nouveau ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a osé critiquer le bien-fondé des 35 heures. Soit. Côté social, Valls semble déterminé à limiter l’encadrement des loyers et à surveiller d’un peu plus près les chômeurs qui sont de plus en plus nombreux. Et, summum d’un virage à 180°, Bernard Cazeneuve, aux commandes du ministère de l’Intérieur, a glissé que la France ne pouvait pas accueillir tout le monde. Grande découverte.

Tabler sur une droitisation de notre nouveau gouvernement à partir de ces seuls éléments peut sembler cependant quelque peu excessif. Tout d’abord parce que, au final, la composition du gouvernement n’a pas tant changé que cela. Seuls 4 ministres ont quitté les rangs du gouvernements. Et seuls quatre autre nouveaux sont arrivés ou on changé de charge. Pour le reste, rien de nouveau sous le soleil. C’est un peu maigre pour changer la mentalité d’une équipe. Oui, Emmanuel Macron a écorché l’image de marque des 35h, mais avance désormais prudemment qu’il n’a jamais parlé de remise en cause. Premier hic.

Et à voir la composition de ce nouveau gouvernement, on peut raisonnablement douter qu’il va permettre de redresser la France, tant économiquement que socialement ou même moralement.

Manuel Valls a tout de même nommé à la tête de l’Education Nationale, l’un des plus importants en terme de budget et surtout l’un des plus forts symboliquement, Najat Vallaud-Belkacem, cette acharnée du gender. Christiane Taubira est toujours garde des sceaux.

On ne peut que constater que les différentes présidences se suivent et se ressemblent dans le peu de souci qu’elles ont du bien commun. Ce qu’il faut à notre pays c’est un gouvernement catholique, qui ait pour principal but la poursuite du bien commun, et non pas la victoire électorale de tel ou tel parti. Au détriment de tout un pays.

Roxane Dulac

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. valls , il bouffe à tout les rateliers , droite , gauche , extrème droite…..c’est une girouette qui tourne dans tout les sens au grés du vent ;

    • « Ce qu’il faut à notre pays c’est un gouvernement catholique, »
      Faut pas rêver et puis avec les évêques
      que nous avons il serait plutôt de gauche

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com