Le pape François a marié personnellement des couples qui vivent maritalement. Cela n’a en soi rien de choquant bien au contraire ; il normalise une situation comme on le ferait pour un enfant non baptisé.

En revanche, plus inquiétant est la volonté du pape de faciliter les procédures de divorce « tout en gardant le principe d’indissolubilité du mariage » comme il l’a écrit. Traduire : le principe tient des vieilles lunes ; impossible d’aller contre ; il faut donc aménager… « ce qui faciliterait les séparations pour les catholiques » écrit Le Figaro du 20 septembre. L’évêque du coin décidera donc, sans contrôle aposteriori par Rome comme c’est presque le cas présentement, la plupart des dossiers d’annulation transmis par les diocèses étant validés par Rome. Il y a tellement de divorces que systématiquement le tribunal de la Rote au Vatican les avalise. Comme pour la nouvelle liturgie ou l’avortement, l’exception deviendra vite la règle.

En pratique le pape François a fait monter au créneau le cardinal Kasper connu pour ses positions ultra-gauchisantes. Celui-ci va prendre comme angle d’attaque au Synode d’octobre prochain – assemblée de tous les évêques du monde- la question de la communion des divorcés-remariés. Celle-ci leur deviendrait accessible. Mais un certain nombre de cardinaux ont monté une contre-offensive en rappelant un certain nombre de textes du magistère ecclésial sur cette question. À cela Kasper répond qu’il s’agit d’une offensive contre le pape ; ce qui est faux car il s’agit d’une contre-attaque face à une idée et à une personne. Le cardinal ajoute de plus que le pape est d’accord avec lui et approuve sa position. Pourtant Jésus a dit lui-même que ce que Dieu a uni ne pouvait être séparé. Tel a toujours été l’enseignement de l’Église. Même les principaux textes post conciliaires réaffirment cette doctrine : par exemple Gaudium et Spes de Vatican II ; l’encyclique Humanae Vitae de Paul VI (1968) ; Familiae Consortio de Jean-Paul II. On peut ainsi remonter dans le temps depuis les Pères de l’Église à l’aube de la chrétienté.

Or le pape vient de créer une commission « commission chargée de réfléchir aux moyens de simplifier la procédure de reconnaissance en nullité d’un mariage » selon Le Figaro du 19 septembre dernier.

Il est évident que lâcher l’application d’un principe, quoiqu’on en dise c’est renier le principe lui-même. Quand on renie un principe alors on en renie deux puis trois. Finalement il ne reste plus rien. Telle sera probablement la responsabilité du synode : celui de déclencher un processus bouleversant toute la morale catholique.

Jean-Pierre Dickès

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. Christian Marti says:

    Le Dr Dickes semble incompétent sue ces questions : « En revanche, plus inquiétant est la volonté du pape de faciliter les procédures de divorce ». C’est n’importe quoi; la question de la reconnaissance de la nullité n’ayant rien à voir avec un divorce.

  2. Françoise Authosserre says:

    @ Christian Marti, je partage tout à fait votre avis.

    • Voici la réponse faite à M. Marti. Vous écrivez que la nullité des mariages n’a rien à voir avec le divorce. Mais que vois-je autour de moi y compris parmi mes proches ?
      – premier temps pour X raisons on divorce devant la justice
      – deuxième temps on se remarie éventuellement devant le maire, ou on ne se remarie pas mais on vit dans le cadre du concubinage
      – troisième temps qui parfois précède le second, on demande la nullité du mariage à l’évêque du coin puis cela part à Rome qui entérine.Mais bien souvent l’évêque prend la décision seul.

      Alors si vous ne voyez pas de relation entre le divorce et la nullité du mariage,il y a un manque total de logique.

  3.  » Le pape François a marié personnellement des couples qui vivent maritalement. Cela n’a en soi rien de choquant bien au contraire  »

    AH ? Et faire ça publiquement, comme pour montrer la chose en exemple, monter la chose en épingle avec tralala médiatique etc., ça ne vous semble pas choquant ça ? Vous semblez avoir le syndrome de la grenouille plongée dans l’eau tiède sur le feu, cher Monsieur : sautez maintenant hors de la casserole, avant d’être cuit à point !

  4. Peut-on redire que ce sont les fiancés qui, par l’échange des consentements libres, se donnent le sacrement du mariage ?

    Le prêtre, ici le Pape, n’est que le témoin officiel de l’Eglise. Il y ajoute ses prières et sa bénédiction, mais il ne donne pas le sacrement, il y assiste.
    En choisissant d’assister à ces mariages, le Pape François se fabrique « un coup de com. », un de plus : c’est manière de travailler, par foucades calculées.

    Reste à prier pour que Saint-Esprit continue à cornaquer son représentant.

  5. Le Christ nous dit dans l’évangile, qui est la PAROLE même de DIEU que si un epoux laisse son épouse pour en épouser une autre ( sauf en cas d’union illégitime) est Adultère ! (point barre).
    Donc si quelqu’un est Adultère il est état de péché mortel permanent et ne peut donc avoir accès à l’Eucharistie.
    il y a dejà pour les divorcés remariés ce qu’on appelle la communion spirituelle ou en s’abstenant de communier mais en participant tout de même à la messe, on témoigne à Dieu de notre désir profond de le rejoindre mais aussi , à cause de notre faiblesse et de notre état actuel imcompatible avec les exigences de notre état ( puisque toujours marié avec la premiere épouse aux yeux de Dieu)…nous exprimons notre respect vis a vis de Sa personne infiniment Sainte.
    si l’on expliquait davantage aux divorcés la valeur de la communion de désir….peut-être n’y aurait-il pas tous ces problèmes……

    En tout cas prions pour ce synode qui s’annonce plutôt mouvementé car il risque de créer un shisme interne car beaucoup de chrétiens souffrirons énormément de voir des divorcés communier non pas par manque de charité mais parce qu’on passe outre la parole de Dieu…
    evidemment je suis sur que beaucoup de divorcés ne le feront pas même si on le leur permet et personnellement, si j’étais dans cette situation, je ne le ferais pas.

    D’autant que ce n’est pas si simple: l’accès à l’eucharistie ne se cantonne pas au simple probleme du mariage…..par exemple: ma fille est catholique , mariée à l ‘église et pourtant ne communie pas pour la simple et bonne raison qu’elle prend la pilule !
    Et oui la contraception aussi nous bloque l’accès à la communion et l’encyclique de Paul 6 reste en vigueur sur les pratiques qui empêchent la vie.
    donc le chemin vers la sainteté qui est le but de tout catholique est un chemin un peu exigeant certes, mais le Christ nous a prévenu que beaucoup prennent la porte large de la perdition et que peu ont le courage de la « PORTE ÉTROITE » qui mène au salut etvau bonheur.
    il se trouve que Jésus souhaite nous purifier et nous élever plus haut pour nous offrir au bout un vrai bonheur et la joie de ressentir intérieurement SA présence et pas un bonheur à 2 balles comme le monde nous le propose.
    Jésus a répondu à l’époque à tous ceux qui pensaient qu’ils n’y arriveraient pas….qu’avec LUI , TOUT est possible…mais la encore il faut prendre un minimum de temps pour le rencontrer dans la prière et le silence de notre coeur pour qu’IL puisse agir en nous..etc….

    Donc ce n’est pas si simple….puisque même un couple a qui on a accordé la nullité fu premier mariage et qui donc pourrait à nouveau communier…en fait ne doit normalement pas le faire s’il a recours a la contraception, donc……..

    Je pense que si la communion est autorisée pour tous et fini par être dé-sacralisée…..Dieu lui même risque de se manifester clairement….et c’est ce que je crains le plus….
    ( relisez les propheties de Fatima et Garabandal)
    La vierge Marie y annonce que les « evenements » demarreront après un SYNODE.

    courage……PRIONS pour que rien ne puisse aller contre la volonté de Dieu.

    • Tout à fait en accord avec mlavie.
      Le pape, les évêques, les prêtres, etc. peuvent dire n’importe quoi, si c’est en contradiction avec ce que dit NS dans l’Evangile, les Pères de l’Eglise et toute la Tradition, alors « il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes » (même lorsque le contraire nous arrangerait…).
      C’est aussi un problème de conscience, de pureté ou d’honnêteté de conscience. Lorsque celle-ci n’est pas tordue, on sait aussitôt ce qu’il faut faire et ne pas faire, même si des « autorisations soudaines » peuvent donner davantage de soit-disant libertés.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com