Une nouvelle enquête liée au procès Vatileaks 2 sur la fuite de documents secoue le Saint-Siège. Le Vatican a inscrit dans le registre des suspects deux autres personnes : Giuseppe Profiti, ex-président de l’hôpital Bambin Gesù et manager très proche du cardinal, et l’ex-trésorier Massimo Spina.

Ce sont les révélations faites dans son livre Avarizia par le journaliste Emiliano Fittipaldi,  actuellement sur le banc des accusés du procès Vatileaks 2, qui ont provoqué cette enquête. L’accusation porte sur des détournements de fonds publics et l’appropriation et l’utilisation illicites d’argent par la Fondation de l’hôpital pédiatrique Bambin Gesù qui aurait financé ainsi les travaux de restructuration de l’appartement du cardinal Bertone, l’ex-Secrétaire d’État du Vatican.

Le Saint-Siège a confirmé cependant que l’enquête ne porte pas sur le cardinal Bertone. D’ailleurs « un cardinal ne peut pas être jugé par aucun tribunal ordinaire du Vatican mais peut être jugé exclusivement par le Pape qui normalement délègue la cour de cassation vaticane. Jamais pour l’instant un cardinal n’a été l’objet d’une enquête. » 

Le juriste de l’ex-Secrétaire d’État du Vatican, Michele Gentiloni Silveri a affirmé : « Le cardinal répète qu’il n’a donné aucune indication, ou autorisé, la Fondation Bambino Gesù à effectuer un quelconque payement en relation avec l’appartement occupé par lui et de propriété du Gouvernorat. »

Selon Fittipaldi, en revanche, les dépenses de restructuration seraient d’environ 422 mille euros, facturées en 2014, non à la société italienne, La Castelli Re, qui a matériellement effectué les restaurations et en faillite depuis 2015, mais à une holding britannique avec son siège à Londres, la LG Concractor Ltd, dirigée par  Gianantonio Bandera, propriétaire de La Castelle Re et ami personnel du cardinal. Et l’argent destiné aux enfants malades aurait servi aux travaux et puis envoyé à Londres.

Si le cardinal Bertone se dit étranger à toute cette affaire, il n’en a pas moins en décembre 2015 versé un don de 150 mille euros à l’hôpital du Vatican « en reconnaissant que ce qui est arrivé constitue un préjudice pour le Bambin Gesù.« 

L’enquête risque de dévoiler quelques secrets enfouis dans les caves du Vatican…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Un cardinal par définition est un conseillé du Pape,à l’origine les curés des paroisses de la ville de Rome tenaient cette fonction,la ville alors était bien moins vaste qu’à présent.
    Un cardinal est « créé » par le Pape,il s’agit d’une fonction et le titre est honorifique,il n’y a pas d’ordination ni de consécration,en toute logique le titre de cardinal ,lorsque celui qui le porte n’occupe plus aucune fonction auprès du pape ,doit être retiré ou bien conservé à titre purement honorifique .
    D’autre part comment se fait-il que les prêtres séculiers soient tenus au célibat,donc à la chasteté, et à l’obéissance envers son évêque et non pas à la pauvreté?
    Dans le livre des Actes des Apôtres il est clairement dit que tous mettaient leur biens en commun,le groupe des douze Apôtres en faisait autant suivant en cela les préceptes du Seigneur .
    Le pouvoir et l’argent sont souvent corrupteurs pour les clercs comme pour les laïcs dans l’Eglise ,et pas seulement à Rome,une réforme s’impose donc dans toute l’Eglise ou le rapport à l’argent est malsain et source de scandales.
    Nous sommes sans cesse sollicités pour le denier du culte,pour les vocations etc…
    Soyons clairs avec le rapport à l’argent dans l’Eglise si nous voulons que le Seigneur nous accorde de nombreuses et saintes vocations!

    • @ « comment se fait-il que les prêtres séculiers soient tenus au célibat,donc à la chasteté, et à l’obéissance envers son évêque et non pas à la pauvreté? »

      En effet, seuls les moines font voeu de pauvreté. Mais cela peut s’expliquer.
      Le prêtre n’est pas un religieux, il n’est pas tenu à une vie de perfection comme y est tenu le moine (ce qui ne veut pas dire qu’un prêtre ne puisse pas être saint. Par ex, le Curé d’Ars donnait tout l’argent qu’il recevait, mais il n’y était pas obligé par des voeux). Le prêtre est amené à gérer des biens, et à « manipuler » de l’argent (nourriture, essence, frais divers dus au logement, etc.).
      Le denier du culte est un devoir pour tout catholique afin d’aider le prêtre à vivre et à faire son ministère. Les dons, par contre, sont des aumônes proposés à chacun, mais ils ne sont pas obligatoires.
      La vie du moine, en fonction des voeux qu’il a prononcés, doit tendre à un plus grand détachement par rapport au monde et aux biens temporels. Tous les hommes n’ont pas la même vocation, d’où les différents Ordres religieux, les prêtres réguliers ou séculiers, les Frères, etc.
      Cette diversité fait la beauté des différentes vocations qui s’adaptent aux possibilités de chacun et aux aspirations de chacun.
      Mais chacun est libre de donner ou non de l’argent. C’est une charité conseillée par NS Lui-même, mais tout le monde n’est pas capable de la pratiquer. Et ceux à qui on fait cette charité sont tenus de prier pour leurs bienfaiteurs. C’est un échange de biens matériels contre des biens spirituels pour le bien commun, si tout est bien employé…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com