pharmacie

Pendant très longtemps l’opinion publique considérait que la profession de pharmacien était exercée par des nantis. Effectivement il y a quarante ans, les pharmaciens partaient à la chasse pendant que leurs préparateurs s’occupaient de tout et souvent en venaient à connaître autant l’exercice du métier que leur patron(ne). Ce temps est révolu depuis longtemps. Les pharmaciens d’officine sont depuis de très nombreuses années obligés de se coller au comptoir. Mais dans le cadre de l’exercice médical, ce sont des aides permanentes très précieuses pour leurs patients.

Or progressivement les chiffres d’affaires des pharmacies ont fondu. Nous connaissons tous de nos amis pharmaciens qui ont mis la clé sous la porte ou sont partis sans trouver de repreneurs à leurs fonds de commerce.

Jean-Luc Fournival, président de l’Union Nationale des Pharmacies de France (UNPF), nous apprend qu’une pharmacie ferme tous les deux jours. 151 l’an dernier. 99 durant les six premiers mois de l’année. Entre 8 et 18 % des pharmaciens sont au chômage, selon les départements. « C’est le cas de 12 000-15 000 pharmaciens et préparateurs » explique-t-il.

Les raisons sont simples : depuis trois ans les pharmaciens perdent de l’argent par diminution du chiffre d’affaire en chute libre. Conséquences de la diminution du prix des médicaments, des campagnes contre les prescriptions médicales considérées comme inutiles, abusives ou déremboursées, l’arrivée de génériques, l’augmentation des charges sociales du personnel, et tout bonnement la crise économique. Face aux difficultés de la Sécurité Sociale les pharmaciens se sont trouvés en première ligne pour payer les erreurs successives en matière de politique de la santé. La profession est désormais « à risque » pour ceux qui veulent s’y engager. « 76 % des titulaires n’ont pas confiance dans l’avenir de la pharmacie. » écrit Jean-Luc Fournival.

La nouvelles ne passionnera sans doute pas nos concitoyens. Ils ont bien tort. D’abord parce que les pharmaciens rendent au quotidien des quantités de service et de conseil évitant à leurs clients de se déplacer chez le médecin. Ils servent souvent de filet de sécurité lors des erreurs de prescription : les médecins sont surchargés et sont faillibles comme tout le monde. Face à la pénurie de médecins organisée en 1995 par Juppé – il a d’ailleurs fait repentance sur sa réforme du système de santé – tout récemment, les pharmaciens sont irremplaçables.

La disparition des services rendus en matière de santé par les pharmaciens de facto va entraîner une surcharge supplémentaire de travail pour les médecins ; ce qu’ils ne souhaitent pas compte tenu qu’ils travaillent en moyenne 70 heures par semaine.

Dernière conséquence pour les patients : il est actuellement en train de se créer des déserts en matière de pharmacie. Dans les zones rurales, il est nécessaire de se déplacer de plus en plus loin pour trouver une officine. Il faut plaindre les personnes notamment âgées n’ayant pas de véhicule ou habitant des villages isolés. Par exemple dans certains coins du Cantal, il faut une demi heure de route de voiture pour trouver un pharmacien. Les patients n’ont pas intérêt à être en état de mal asthmatique.

M. Fournival explique que « Si c’était à refaire, seul un tiers des pharmaciens serait partant ! » En clair la situation va s’aggraver, car il y aura de moins en moins de pharmaciens pour tenir des officines dans les années qui viennent.

Entre déserts médicaux et déserts pharmaceutiques, c’est bien toute la santé en France qui se trouvera face à de nouvelles difficultés.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. Chevrier Michèle says:

    Les pharmaciens sont utiles, il serait dommage que la profession disparaisse, elle est la conséquence d’une mauvaise politique, j’ai remarqué qu’il y a moins de personnel dans la pharmacie de mon village.

  2. Un seul remède : les institutions communistes que prône le Réseau Salariat (salaire à vie attaché à la qualification personnelle et financé par la cotisation sociale, copropriété d’usage des entreprises, caisses d’investissement également financés par la cotisation sociale…).

    Je rappelle que les propriétaires et créditeurs lucratifs volent au peuple 40 du PIB chaque année, soit 700 milliards d’euros.

    Tous ceux qui défendent le capitalisme sont des fossoyeurs de l’humanité et de faux catholiques.

    « Tous les croyants étaient unis et partageaient entre eux tout ce qu’ils possédaient. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et répartissaient l’argent ainsi obtenu entre tous, en tenant compte des besoins de chacun. »

    Acte des Apôtres, 2. 44-45.

    • Yves ESSYLU says:

      et vous vous êtes décérébré par le marxisme qui n’a fonctionné nulle part et n’a apporté que la misère en partage

  3. Yves ESSYLU says:

    Ce sont les marxismes qui ont détruit notre industrie et les emplois
    Le remède c’est de supprimer le boulet de l’Etat par une politique libérale (autonomie des entreprises, SVP à ne pas confondre avec le capitalisme financier mondial)

  4. Yves, vous confondez le bolchevisme et le communisme. Ce dernier n’a jamais été appliqué en Occident et il est le contraire du bolchevisme. Visitez le site du Réseau Salariat au lieu d’écrire n’importe quoi.

  5. Jean-Pierre Dickès says:

    Eric,
    Oui, je regarde avec intérêt ce que vous écrivez. La propriété privée a toujours été reconnue par l’Eglise. Jamais elle n’a émis la notion de prise en mains de l’économie par l’Etat. L’appropriation par la collectivité des biens de production a toujours été dénoncée par les papes.
    Cependant et c’est là où je vous rejoins. Il y a un commandement de Dieu qui dit que l’on ne doit pas envier les biens du voisin. Tu as ça, il me le faut : c’est en résumé la philosophie de Johny Halliday qui voulait avoir la même moto que l’autre. Or tout le capitalisme repose sur cette notion et en réalité tout le Nouvel Ordre Mondial qui met la totalité des biens de production aux mains de quelques uns. La différence avec le communisme est qu’en principe il n’emploie pas les mêmes moyens.
    Pour moi le véritable chrétien est celui qui sait partager les biens qu’il a avec ceux qui n’ont rien. C’est valable globalement et en particulier. Le « toujours plus » n’est pas chrétien. La finance internationale est profondément antichrétienne. Mais cette appropriétaion était de même nature dans le communisme.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com