Dans son numéro qui paraît aujourd’hui, Valeurs Actuelles continue ses révélations sur un cabinet noir à l’Elysée qui serait chargé de faire des recherches sur les archives de l’ancien président. C’est Bernard Muenkel, chef du service transmissions et informatique de l’Elysée, qui en serait chargé. Les recherches cibleraient aussi plusieurs personnalités issues de l’entourage de Nicolas Sarkozy ainsi que plusieurs avocats. Dans son édition de ce jeudi, l’hebdomadaire apporte toutes les preuves de ce qu’il avance.

cellule_elysee_idee
image Valeurs Actuelles

L’Elysée n’a pas tardé à communiquer pour démentir : « Suite aux allégations de l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, la présidence de la République tient à rétablir la vérité des faits.

L’Elysée a été saisi, au printemps dernier, de trois réquisitions judiciaires auxquelles il a été répondu dans le strict respect du droit.Le 25 mars 2013, la Présidence a été saisie d’une réquisition judiciaire prise dans le cadre de l’instruction ouverte concernant la mise en oeuvre d’une procédure d’arbitrage entre le Consortium de Réalisation (CDR) et les liquidateurs des sociétés de M. Bernard TAPIE.Le 2 mai 2013, elle a été saisie d’une deuxième réquisition judiciaire prise dans le cadre de l’instruction ouverte pour prise illégale d’intérêt à l’occasion de la fusion des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires.Ces réquisitions s’inscrivaient dans le cadre des dispositions de l’article 99-3 du code de procédure pénale.

En exécution de ces réquisitions des magistrats instructeurs, qui portaient sur des informations très précisément énumérées, la Présidence a transmis aux juges celles qui se trouvaient disponibles dans les services. Les autres archives, papiers ou informatiques, qui auraient pu se rapporter aux réquisitions avaient été transférées aux Archives nationales et les juges ont été invités à s’y reporter.

Par ailleurs, le 23 avril 2013, le président du Conseil constitutionnel a demandé de fournir des éléments comptables dans le cadre du recours formé contre la décision du 19 décembre 2012 de la commission des comptes de campagne et des financements politiques rejetant le compte de campagne de M. Nicolas SARKOZY. Comme la loi le lui imposant, la Présidence a fait suite à cette demande.

Ainsi la présidence de la République n’a fait qu’exécuter les réquisitions adressées par les juges d’instruction et par le Conseil constitutionnel. En aucun cas elle n’est allée au-delà des demandes des juges. »

Valeurs actuelles a répliqué par un communiqué. Pour l’hebdomadaire, l’Elysée n’explique rien de plus et n’apporte aucune preuve du contraire : « Valeurs Actuelles attend de manière très sereine que l’Elysée fasse la transparence totale sur les méthodes qui ont été utilisées par certains membres du cabinet présidentiel. »

Pour l’heure, on n’en saura pas plus. Il est évident que l’Elysée ne reconnaîtra pas de lui-même l’existence d’un tel cabinet comme il ignorait tout du compte en Suisse de Cahuzac ! Donc affaire à suivre…

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Ainsi le Conseil constitutionnel aurait un pouvoir d’enquête en auto-saisine alors qu’il est stipulé que « Le Conseil constitutionnel est une juridiction dont les audiences et séances suivent le rythme des requêtes dont il est saisi ».
    Par contre, il peut être saisi par le gouvernement ou les chambres en divers domaines.
    http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/le-conseil-constitutionnel/presentation-generale/presentation-generale.206.html

    L’Elysée aurait-il peur d’avouer qu’ils ont demandé au CC de mettre son nez dans certains dossiers du président précédent ? Et M. Jean-Louis Debré aurait donc mouillé le corps dont il a la charge dans cette requête de basse-police ?
    Finalement ça pue, comme d’habitude et depuis longtemps.

  2. Gillic says:

    Depuis longtemps, la France est gérée comme une république bananière !!! C’est lamentable, je commence à croire qu’il nous faudrait une bonne révolution pour virer tous ces fumiers qui se goinfrent sur notre dos depuis …..la révolution de 89 ! Le peuple n’a jamais eu le pouvoir malgré le pseudo droit de vote, ce sont les riches bourgeois qui gèrent le pays depuis 200 ans en se disant, pour faire bonne figure, qu’ils sont de droite ou de gauche pour mieux se partager le fruit de leur rackett !!!!!
    Il est grand temps de se réveiller ……….

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com