« Bien sûr, nous pouvons offrir notre protection aux vrais réfugiés : Allemands, Hollandais, Français, Italiens, hommes politiques et journalistes terrorisés, les Chrétiens qui doivent fuir leur propre pays, tous ces gens qui veulent trouver ici l’Europe qu’ils ont perdu chez eux », explique le Premier ministre hongrois, Viktor Orban

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a offert d’ouvrir son pays aux réfugiés – mais seulement ceux qui cherchent refuge sous la contrainte des politiques libérales de l’Europe occidentale.
Dans son adresse sur l’état annuel de la nation, Viktor Orban a insisté sur le fait que la Hongrie faisait face à des attaques dans cinq domaines:

  • Des migrants, traversant les Balkans vers l’Europe centrale et occidentale  
  • Du milliardaire George Soros, que Orban accuse de financer des groupes anti-gouvernementaux
  • Des défis de l’UE à ses tentatives de fixer les prix de l’énergie
  • Des efforts de l’UE pour synchroniser les politiques fiscales
  • Des efforts de l’UE pour contrôler le financement de la création d’emplois

L’euroscepticisme de Viktor Orban dont le pays fait partie du groupe de Visegrad tourne aux accusations contre une Union qui impose ses vellités immigrationnistes au profit du gros capital international et mondialiste contre les peuples  européens de civilisation chrétienne de plus en plus submergés par les immigrés extra-européens, en majorité musulmans. Les émeutes ethniques qui saccagent la France depuis 10 jours ne font hélas qu’illustrer l’ampleur du phénomène. 

«Bien sûr, nous pouvons abriter les vrais réfugiés: Allemands, Hollandais, Français, Italiens; Politiciens effrayés et journalistes; Chrétiens qui ont dû fuir leur propre pays; Ceux qui veulent trouver ici l’Europe qu’ils ont perdue chez eux « , a-t-il noté sous les applaudissements.

Son discours arrive alors que le gouvernement annonce des plans pour que les immigrants qui entrent en Union européenne soient accueillis dans des camps construits à partir de conteneurs maritimes dans l’attente du résultat de leurs demandes d’asile. Les réfugiés et autres migrants ne seront donc plus libres de voyager et de sortir du pays, une restriction dénoncée comme illégale par les groupes de défense des Droits de l’homme.

Ironiquement, dans son discours, Viktor Orban caricaturé la vision libérale des économies ouvertes [telles qu’elles ont cours en UE], qu’il a décrite ainsi: «Les renards sont librement accueillis dans le poulailler, et personne ne peut empêcher les renards de gagner à tous les coups.» Une version hongroise de la liberté du renard dans le poulailler où les poules sont libres de se faire manger.

Viktor Orban a par ailleurs fait l’éloge de la puissance de la Hongrie et de son économie, en observant que les côtes de crédit de la nation se sont améliorées, que les salaires augmentent tandis que la dette des ménages est en chute. Heureux pays!

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

2 commentaires

  1. J’y ai déjà pensé. Bavière, Autriche, Hongrie, Tchékie sont encore chrétiens.

  2. chantal tolot says:

    Un grand Bravo a Orban

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com