Les mardis de

la Pensée catholique 

Conférence de

Mme Marion Sigaut

« Voltaire l’imposteur »

voltaire

Mardi 26 mai à 20 h 30

salle du Théâtre Mazenod

88 rue d’Aubagne

13001 Marseille

– Entrée libre –

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. Hans Georg Lundahl says:

    En plus, Voltaire était totalitaire.

    Avez-vous lu son article sur le Carême quand Louis XV avait autorisé qu’on sert de la viande le Carême, les paysans avaient cassé de la viande de chez un tavernier ou qqc, et lui de s’emporter dessus « qui sauf la police peut décider si une chose est bonne à consommer? » à peu près.

    Après avoir lu cet article il y a plusieurs années en arrière, je m’étonne de le voir dire une chose comme ceci:

    « Prêtres idiots et cruels ! à qui ordonnez-vous le carême ? Est-ce aux riches ? ils se gardent bien de l’observer. Est-ce aux pauvres ? ils font carême toute l’année. »

    Ben, non.

    Tous les riches n’étaient pas ceux qu’il fréquentait, même les pauvres pouvaient observer carême et en faire (au moins auparavant, au Moyen Âge, peut-être ne plus alors) une excuse pour travailler moins, s’il s’agissait de corvées ou de travail à faire par les compagnons de devoir.

    En plus, pour un fermier ou paysan même serf en situation de pauvreté, faire le Carême était une manière de pouvoir faire la fête en temps Pascal.

    Il m’est venu en esprit que les fromages jaunes et solides viennent des carêmes, quand on ne pouvait pas garder le lait jusqu’à Pacques, ni n’avait le droit de consommer illico le fromage blanc.

    Mais le clou, c’est que Voltaire divise le monde en uniquement « riches » et « pauvres » comme si une classe moyenne, aisée mais non affluente, frugale mais pas fruste, n’existait pas.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com