Tchéquie – Le Premier ministre Andrej Babiš a tenu à rappeler son soutien à Viktor Orbán et à désavouer sévèrement les députés européens de son parti qui ont voté l’adoption du rapport Sargentini contre la Hongrie (contestée par le gouvernement hongrois en raison du mode de calcul de la majorité requise des 2/3).

Les eurodéputés du parti tchèque ANO 2011 du Premier ministre Andrej Babiš siègent en effet au sein du groupe ALDE présidé par le belge Guy Verhofstadt, celui qui propose à Emmanuel Macron de fédérer un nouveau groupe rassemblant gauche et droite pour lutter contre les « populismes ».

On ne dira jamais assez que l’atmosphère du Parlement européen est particulièrement délétère et corrompt facilement nombre de ceux qui arrivent avec de bonnes intentions mais n’ont pas la formation doctrinale ni les vertus pour résister à toutes les tentations de cette vie de privilégiés hors sol.

En faisant siéger ses quatre eurodéputés (Pavel Telička, Petr Ježek, Dita Charanzová, Martina Dlabajová) au sein du groupe libéral ALDE, le parti ANO 2011 commettait une grave erreur guidée par la flatterie et l’ambition.  Pavel Telička devenu vice-président du Parlement européen, a fini par quitter le parti d’Andrej Babiš avec Petr Ježek, avec la bénédiction du groupe ALDE.

Sur un total de 21 eurodéputés tchèques, 10 ont voté contre le Rapport Sargentini (dont les élus du Parti communiste) mais pas ceux d’ANO 2011.

Le Premier ministre Andrej Babiš s’est donc exprimé pour réaffirmer son soutien à Viktor Orbán et a précisé que ses eurodéputés ne seront pas réélus l’année prochaine.

Il a également mis fin aux ambitions politiques de Miroslav Poche, qui a voté le rapport Sargentini. Miroslav Poche, eurodéputé du Parti social-démocrate tchèque (ČSSD), partenaire minoritaire de la coalition gouvernementale tchèque, était pressenti pour devenir le ministre des Affaires étrangères au sein du gouvernement Babiš. « M. Poche ne sera pas ministre, c’est un débat futile », a répliqué Andrej Babiš à la suite de ce vote du rapport Sargentini.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :