mosquee_croissant

Canada – La nouvelle, officielle depuis le 10 février, n’en finit pas d’être débattue dans la presse canadienne. La ville de Shawinigan, par «peur de l’Islam», a refusé la demande de changement de zonage nécessaire à la construction d’une mosquée dans une partie du parc industriel Albert-Landry. 

Au lendemain de la séance privée du conseil municipal de Shawinigan, Michel Angers, maire de la ville, a déclaré :

« Pour moi, c’était une décision extrêmement, excessivement difficile. C’est une décision qui venait bousculer mes valeurs personnelles. Mais au-delà de mes valeurs personnelles, j’ai tenu à être solidaire de la décision de mon conseil et je peux vous dire que je le suis encore (…) Plus on approchait de l’adoption finale du règlement, plus la pression montait de façon exponentielle. Des demandes arrivaient de partout, de Shawinigan, de l’extérieur, de partout à travers le Québec. Des demandes pressantes qui étaient presque toujours guidées par la peur pour qu’on n’accorde pas ce zonage pour des activités religieuses, fort probablement parce qu’il s’agissait d’une communauté musulmane.»

«Il y a des fins et des pas fins dans toutes les religions. Nos musulmans sont fins, mais les citoyens craignaient que si le projet allait de l’avant, cela allait attirer des pratiquants plus extrémistes (…) La peur peut être rationnelle ou irrationnelle. Quand les gens écoutent systématiquement les médias, ils ont l’impression que le terrorisme est à nos portes. C’est ce qui a installé cette peur.»

«Il va falloir favoriser le dialogue entre les communautés. Notre rôle est de faire en sorte que la pression diminue.»

Les raisons de cette fameuse «peur» ne tiennent pas simplement dans l’actualité des attentats qui ont frappé différents pays ou dans la barbarie de l’Etat Islamique. L’inquiétude des habitants de Shawinigan existait bien avant cette actualité, parce que le projet de construction de mosquée était lié à ISNA et aux Frères Musulmans.

MuslimAssociationCanada-ISNA-Logo

En effet, au Registre des entreprises, on trouvait déjà trace du Centre culturel musulman de Shawinigan. A partir du nom des trois administrateurs et de l’adresse d’affaires fournie, il n’avait pas été difficile de relier le projet à la Canadian Islamic Trust Foundation (CITF) et à l’Islamic Society of North America (ISNA).

Or, le fisc canadien a estimé qu’ISNA avait acheminé 282.000 $ au mouvement pakistanais Jamaat-e-Islami dont le bras armé, Hizbul Mujahideen, est dans la liste des organisations terroristes identifiées par l’Union Européenne.

La CAQ (Coalition Avenir Québec) se réjouit : “la Ville de Shawinigan a bien fait de céder aux pressions de citoyens apeurés par le projet d’implantation d’une mosquée.” La députée de Montarville estime que “l’administration municipale est l’administration qui est la plus près des citoyens et elle a bien fait d’écouter la population.”

Mais on observe simultanément un « effet Charlie » globalement antireligieux dans les courriers de lecteurs mis en exergue par différents journaux. Les laïcistes continuent de propager une confusion complète parmi l’opinion publique.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. Françoise says:

    Courageuse décision, il faudrait en faire autant en France.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com