onu-lgbt-MPI

Comme chaque année à l’ONU, le lobby homosexuel tente de faire reconnaître les couples de même sexe comme étant une forme naturelle de la vie en société. Ce principe a été reconnu « au nom des droits sexuels » dans un certain nombre de pays comme la France ou l’Amérique. Or de nombreux pays ne participent pas à cette manière de voir, même si conjointement ils sont matraqués par les organisations internationales faisant la promotion du gender. Pour les contrer, les pays opposés à la promotion de l’homosexualité contre-attaquent en faisant voter des motions défendant la famille traditionnelle auprès du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU. Ainsi en 2014, une motion visant à la protéger avait été votée par 26 voix contre 14, six abstentions et un membre absent. Cette année le 10 juillet, les destructeurs de la famille en ont pris un sérieux coup pour leur grade. Les défenseurs de la famille ont fait voter leur résolution par 29 voix contre 14 et quatre abstentions. Les 14 voix irréductibles : ce sont celles des pays occidentaux décadents ; en gros l’Europe et l’Amérique du Nord. Dépité, l’an dernier, le lobby LGBT, dans sa déception, avait argué grosso modo qu’il n’appartenait pas à une « majorité accidentelle » de statuer sur cette affaire.

La résolution qui a été votée la semaine dernière, demande à l’ONU de reconnaître que l’unité familiale traditionnelle se voit « incroyablement vulnérabilisée ». Elle demande que les organisations internationales lui accordent la place qu’elle mérite dans l’ordre du jour concernant le « développement global ». Elle rappelle que la famille est l’environnement naturel du développement de l’enfant et qu’elle est « la première à avoir la responsabilité l’éducation et la protection » de celui-ci.

Les tenants des « droits sexuels » estiment bien sûr que la définition de la famille ne saurait être exclusive aux couples formés d’une femme et d’un homme. Elle devrait concerner aussi ceux de même sexe ou uni-parentaux.

Sans entrer dans les détails des positions respectives, il est possible de dire que la résolution votée est une réponse directe à l’Amérique qui vient de reconnaître le droit aux homosexuels de se marier.

Dans cette affaire, un pays est monté au créneau avec énergie. Le Nigéria a fait un véritable réquisitoire contre l’ONU en l’accusant de forfaiture ; ceci dans la mesure où cet organisme avait pondu il y a un mois, un rapport expédié d’autorité à tous les pays stigmatisant « la discrimination basée sur l’orientation sexuelle et l’orientation du genre ». Il critiquait les lois protégeant les enfants de la propagande LGBT et condamnait les traitements réparateurs aidant les personnes souhaitant se débarrasser de leur homosexualité. Il demandait bien sûr aussi de légaliser le mariage homo.

Le délégué du Nigéria a estimé qu’un tel texte passant par-dessus les gouvernements respectifs était un véritable déni de démocratie. Il enfreint la liberté religieuse et les normes culturelles contribuant à fortifier les familles « roc ferme sur lequel reposent les valeurs morales de la personne ». De plus ce texte est une « véritable atteinte aux Droits de l’Homme ». A été dénoncé par le délégué nigérian les blablas habituels que nous connaissons par cœur en France vue l’overdose qui nous est imposée par les médias et le gouvernement sur le sujet. Objectif : destruction de la famille naturelle. La législation matrimoniale du Nigéria « prétend exalter et renforcer les valeurs morales » La propagande LGBT doit être rejetée sans réserve. Et…pan sur le bec de l’ONU. Le délégué nigérian se livra à une superbe apologie des valeurs familiales traditionnelles.

Cela tombe mal pour l’ONU qui ratiocine sur la nécessité de neutraliser l’Etat Islamique mais qui ne fait rien. De plus il est empêtré dans un scandale concernant certains de ses soldats ayant violé des petits Africains. En outre, des soupçons de corruption planent sur certains employés ; ceux-ci auraient été un peu trop « accueillants » à des fonctionnaires gouvernementaux cherchant à influencer les décisions au sein du bureau de l’ONU.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

325 commentaires

  1. Lire sur erlande.wordpress.com,le site PRO-VIE tous azimuts et qui ne lâche rien de l^che rien de rien et à personne “Compilation:les fanatiques de l’homicide “-l’un, américain bien sûr,veut tuier 90% de la population “pour préserver son bien-être(pauvre chou et hillary clinton applaudit) et “La déréliction féministe-ses causes,ses effets,la déréliction due au retour dévastateur du refoulé,son remède,la Vierge Marie,Turris eburnea,Château scellé!

    • Avant d’arrêter définitivement cette polémique,je plaide coupable sur deux point: 1 le réalisateur des “damnés” est bien sûr,Viçconti et pas Antonioni;2 J’ai eu tort,et les autres avec,me semble-t-il, de répondre car nous n’avons que contribuer encore à enfermer cet homme dans sa déviance,le contraignant à prendre sa défense.Tel est un nouveau défaut de cette “révolution numérique”,comme de toutes les révolutions:on tire d’abord et on ne réfléchit aux conséquences qu’après;or celles-ci peuvent être catastrophiques.Quant à vouloir élever le débat,l’entreprise est vaine car il n’y a qu’à répéter des évidences ou alors ,se dégageant d’un “dialogue ” dangereux,de reprendre la question mais dans un autre domaine et avec d’autres moyens.Je m’engage à la faire sur mon site un jour.En attendant,motus et bouche cousue!

    • C’est sympa. A lire l’article et les commentaires il se passe ce que je craignais. Le Nigeria (Un pays bien connu comme modèle de société ayant donné lieu à civilisation…) se lève vent debout contre l’homosexualisme cette décadence sociétale. Posture qui ravit tous les lecteurs homophobes de ce blog comme l’auteur de l’article semblerait-il.
      Dans nos sociétés occidentales, le lobby LGTB, soutenu par les associations féministes, a gangrené l’ONU comme moult institutions internationales sous la houlette occidentale. Faire la promotion de l’homosexualité est une hérésie au même titre que la stigmatiser ou vouloir la « soigner ».
      D’ailleurs ce serait une grave erreur JP Dickès, comment feriez-vous pour vous sentir normal… ?
      Quelles que soient les sociétés – Patriarcales, Matriarcales ou autres systèmes – il y a grosso modo le même nombre de garçons ou de filles dont l’orientation sexuelle ne correspond pas à la norme majoritaire.
      Lorsque je lis que les homos n’ont jamais été inquiétés, je suppose que les camps de concentration, de rééducation (pour lesquels Fidel Castro s’est excusé), étaient des camps de vacances comme l’étoile rose était une sorte de décoration….
      Ce qu’il y a de certain, c’est que les lesbiennes ne l’ont jamais été en proportion de ce qu’a subi le masculin.
      Je regrette que Technik continue de mettre son incroyable culture au service de son homophobie lui faisant remarquer que non seulement il n’y a pas « un seul type de famille » mais des :
      Famille anomique, communautaire, communautaire asymétrique, communautaire endogame, matrilinéaire, monoparentale, recomposée, souche, nucléaire absolue (libérale et inégalitaire), nucléaire égalitaire (libérale et égalitaire), élargie, punaluenne ect…
      Je rappelle qu’historiquement Sodome et Gomorrhe est un rappel plus que symbolique de ce que ce pauvre Adam a subi pour s’être fait enfiler par EVE.
      Les hommes qui continuent de ne pas vouloir comprendre que ce à quoi nous assistons depuis la nuit des temps n’est rien d’autre qu’une guerre des sexes qui tourne au vinaigre pour le masculin sont à mon avis gravement autistes. Or Dickès, si les chercheurs semblent avoir isolé un certains nombres de gènes qui seraient à l’origine de cette « anormalité  naturelle », des sociologues démontrent dans le même temps les incroyables capacités dont ces « malades » disposent (Rain man)
      Plutôt que de se satisfaire de cette « victoire » du Nigeria à l’ONU sur un lobby LGTB, certes gangrenant, il me semble qu’il faudrait plutôt combattre un féminisme castrateur qui impose aux pères d’être des mères bis comme aux hommes de troquer leur tondeuse à gazon contre l’aspirateur. Je l’ai toujours dit messieurs, il ne fallait pas filer la clef de la cabane à outil de votre pavillon, elles ont trouvé le sécateur.

      • Fort bien mais je n’ai strictement rien compris à votre texte ni où vous vouliez en venir!

        • Simplement à ceci brndenburg : Les zomos, comme dit Technik, ne sont que des boucs émissaires nous évitant de nous interroger sur notre propre faiblesse.
          L’homophobie a été créée de toute pièce par une institution se femmelisant, l’église, dans un seul but : Mettre l’homme au service de la famille, donc de la femme. Intention louable au demeurant mais qui a oublié de tenir compte de la nature du féminin. Nature totalitariste et physiologiquement gynocentrée, ce que les féministes qui nous gouvernent aujourd’hui démontrent au quotidien.
          Puisque l’article de Dickès porte sur la résistance qu’effectuent bon nombre de nations au diktat de la promotion d’une nouvelle norme sexuelle occidentale, en effet discutable en tant que norme, je me contente de rappeler qu’à défaut d’avoir « fait l’homme », ce à quoi je n’ai jamais cru une seule seconde, la femme l’a utilisé pour répondre à ses besoins pendant des millénaires et maintenant qu’elle a de moins en moins besoin de lui (tertiaire) elle le jette comme un kleenex usagé ou cherche à le « fiottiser à son image ».Or, qui est en pointe du combat visant à établir cette norme si ce n’est les associations féministes soutenant ce lobby. Peut-être, à ce stade, faut-il préciser que fiotte est la contraction de filliotte voulant dire fillette.
          Qui s’exprime et initie ce combat : Les zomos/masculins de Technik ou les fémino-lesbiennes envahissant nos ondes comme nos écrans – Femen, femme à barbe, osez le féminisme ect – qui ont vérolé nos centres de décision gouvernementaux, font les lois venant d’imposer la ceinture de chasteté à des hétéros-soumis qui pensent que le combat à mener consiste à pourchasser les zomos… Ça fait sûrement d’eux des hommes…à moins de les ranger dans une nouvelle catégorie, celle des hétérosfiottes. Ce néologisme ne devrait pas les déranger puisqu’ils s’en sont abondamment servi pour stigmatiser les zomos qui ne sauraient être des hommes pour n’être que des femmes. Des sous-hommes en fait…
          Pour ce qui est de ma gynéphobie, cette variante de la gynophobie, elle est en effet bien réelle et je prends, de fait, moins de précaution que le pape actuel, ce représentant de cette église que vous révérez, demandant à l’Europe de ne pas se comporter comme une vieille femme. Pas comme un vieil homme Technik ! Il y a des associations de chrétiens « gaytapettes » comme vous dites avec élégance comme « David et Jonathan » qui ne demandent qu’a faire partie du troupeau. Vous connaissez beaucoup d’assocs animées par des lesbiennes qui militent dans ce sens ?
          Alors non seulement je suis « mèrogyne » pour tout ce qui est de cette toute puissance maternelle aussi gluante que castratrice que nous subissons en occident, en particulier en Europe, mais en plus misoconne pour ce qui est du féminisme autoritaire à l’Américaine. Attribuez ces deux fonctions à un genre : Le féminin, et vous comprendrez sens aucun souci ma position.
          Suis-je plus clair ?
          Technik, une dernière chose, je suis désolé de ne pas avoir été clair, mais lorsque je parlais de sociologues établissant les « incroyables capacités » c’est des autistes dont je parlais.

          • Jean-Pierre Dickès says:

            Pour Alline 3/07/2015

            Chère Alline,
            je crois que vous êtes un peu dure avec vos congénères féminines. Et peut être trop indulgente pour les hommes. Mais votre raisonnement à du bon.
            Mais d’abord, comme l’a dit et redit Brndenburg, dont l’érudition est colossale,les sociétés homosexuelles sont vouées à mourir en raison de leur décadence. Cause ou conséquence, je ne sais.
            Mais je me place sur le plan scientifique. Les homosexuels et les transgenre n’ont aucune référence ni génétique, ni hormonale qui justifie leur orientation nouvelle. Alors d’où vient cet état qui semble les emporter sans qu’ils puissent réagir ? IL n’y a pas le choix : c’est la forme d’éducation.C’est ce qui est appelé le phénotype.Or à ce niveau il est toujours possible d’intervenir.
            J’ai une amie dont la fille était lesbienne pure et dure. Un jour, elle a rencontré un garçon ; elle s’est mariée et a eu trois enfant. Un beau jeune couple. Cela signifie qu’une marche arrière – si l’on peut dire- est toujours possible.

            • Je crois qu’il faut distinguer radicalement deux types d’homosexualité,l’une naturelle même si l’on en ignore les causes et stable-environ 1% chez les hommes,0,5 % chez les femmes-de l’autre,phénotypique ou autre,peu importe le terme,qui se présente comme un raz-de-marée semblant devoir tout emporter sur son passage et dans des circonstances historiques proches-fin d’une civilisation ou culture-Athènnes au V° avjc,Rome au I° avjc et de nos jours-puis qui reflue comme elle est venue-Aristote au IV° siècle à Athènes n’en dit mot,Plutarque dans ses “vies parallèles des hommes illustres” guère plus alors que Suétone dans ses “douze Césars” y fait encore beaucoup référence.Dans ce dernier cas la cause du reflux est claire,ce que Paul Veynes appelle dans un de ses deniers livres “le tsunami du christianisme”.Dans l’autre cas,les choses sont plus obscures saur la prolifération des religions à Mystères-appoliniens,orphiques,eleusiens,néo-pythagoriciens et bien d’autres, qui consolent des âmes assoiffées et que le christiannime balaiera aussi plus tard,bref,la religion,montrant que les thèses de Fustel de Coulanges dans sa “cité antique” selon lesquelles celle-ci a des fondements religieux est vraie et que quand ceux-ci s’écroulent ,quels qu’ils soient,la cité s’écroule.
              Ainsi la haine de toutes les religions des homosexuels “passagers” s’explique fort bien car ils savent qu’en cas du retour du religieux,ils disparaîtront sans même avoir besoin d’être éliminés-ce qui n’est que très rarement arrivé- ou discriminés sauf de façon raisonnable et justifiée pour protéger l’enfance et la jeunesse.
              Voila ce que l’on peut dire avec certitude ;quant à savoir le quand et le comment,c’est une autre affaire,sauf qu’avec eux refluera aussi la culture de mort.En attendant,il ne faut rien lâcher,même si cela fait des dégâts hélas inévitables quand avant on a tout lâché et même favorisé!Lire sur erlande.wordpres.com,le site,avec d’autres,PRO-VIE tous azimuts-spiritualité,politique,économie-car tout se tient-e quii nne lâche rien de rien,par exemple “les fanatiques de l’homicide”,”la déréliction féministe”,”quand la démocratie fait des femmes des hyènes hurlant à la mort des pauvres qui les ont élues”-hillary clinton.

              • La culture de la mort brndenburg c’est la mort du désir. Et vous avez un magnifique exemple on ne peut plus parlant avec le Japon où plus de