Le rapport de police ci-dessous décrit l’attaque d’un commissariat de police à Lyon par des casseurs étudiants d’extrême gauche. Tout cela dans la plus totale impunité, les renforts de police se limitant à disperser les assaillants.

A quand l’interdiction de diverses officines anarcho-communistes ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Sancenay says:

    Pour avoir l’air de rétablir « l’ordre », il faut bien susciter quelque désordre, non ? cela fait plus de deux siècles que dure le jeu cynique.Pourquoi s’arrêter en si bonne voie, tout prêt de « l’aboutissement « comme éructait la Taubira.Aïe, j’ai té « violent » la CEF pourrait bien me dénoncer.

    • Les dits casseurs sont des policiers en civil. Même chose dans les manifs pacifiques, des équipes coordonnées de casseurs démolissent les vitrines et le mobilier urbain, puis passent tranquillement les rangs des CRS, gardes mobiles ou gendarmes qui matraquent les manifestants qui défilent derrière.
      Quand les cathos manifestent, on leur envoie quelques dizaines de sorcières femen, histoire d’inculper quelque membre du service d’ordre. Comment les flics peuvent-ils obéir à leur hiérarchie et être complices de ces saloperies?
      C’est pas mieux avec nos services « secrets » qui montent des attentats avec quelques fanatiques un peu « assistés » en armes et moyens financiers et qu’on « échauffe » un peu.

  2. pamino says:

    Cela commence à ressembler au même lieu (les Brotteaux) en 1793, où le représentant du peuple en mission Collot d’Herbois, ancien comédien de Lyon (« Me voilà enfin vengé des coups de sifflet ! ») et futur thermidorien bientôt déporté à Guyane où la mort subite l’attendait, surveillait, conformément au décret de la Convention (« Lyon fit la guerre à la Liberté ; Lyon n’est plus »), le massacre à la mitraille sur la plaine des Brotteaux de vieillards, femmes et enfants ; on peut toujours voir leurs ossements de côté et d’autre de l’autel d’une église des Brotteaux, si le présent primat des Gaules ne les a pas rendus invisibles.

  3. Yves ESSYLU says:

    Ces auxiliaires de l’Etat marxiste et leurs importés musulmans auraient tort de se gêner puisqu’ils savent bénéficier de la bienveillance des magistrats statutairement indépendants mais pas individuellement responsables

  4. La France aux Français

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com