Le pape François voue visiblement une admiration décomplexée à Martin Luther dont il ne cesse, à l’occasion de ce 500e année anniversaire de la naissance du protestantisme, de vanter les « vertus » réformatrices qui, dans un passé encore récent que Jorge Maria Bergoglio qualifierait volontiers de « rigide », étaient considérées superbement anti-catholiques par tout catholique bien né et fier de sa foi !

2017 qui commémore les 500 ans de la « réforme protestante de Martin Luther, a-t-il expliqué devant une délégation œcuménique de l’Église luthérienne de Finlande en pèlerinage à Rome pour célébrer la fête de Saint Henri, patron du pays,

« est pour les catholiques et les luthériens une occasion privilégiée pour vivre de manière plus authentique la foi, pour redécouvrir ensemble l’Évangile et pour chercher et témoigner du Christ avec un élan renouvelé. »

En faisant mémoire de son récent voyage à Lund pour fêter la Réforme luthérienne, le pape actuel, censé défendre la foi catholique, a répété :

« L’intention de Martin Luther, il y a 500 ans, était celle de réformer l’Église, et non de la diviser. »

Et voilà, en quelques mots bien placés, un Luther avant-gardiste et méconnu par les catholiques blanchi de toutes ses fautes et de sa révolution sanglante ! Bizarrement, on entend ce même genre de discours complaisants, qui fait appel aux bons sentiments des uns et des autres,  vis-à-vis de tous les persécuteurs révolutionnaires, communistes, progressistes, pardonnés de toutes leurs violences parce qu’ils étaient, explique gravement l’intelligentzia « chrétienne de gauche » et bien-pensante, animés par un idéal humaniste incompris et fraternel. Leur beau rêve messianique de façonner un homme nouveau, plus bon, plus beau, plus gentil, plus tout, et de construire, avec cette humanité régénérée, un monde meilleur non sur la réalité d’un Dieu trinitaire catholique mais sur la trilogie abstraite de l’égalité, de la fraternité et de la liberté, excuse à leurs yeux toutes les dérives sanglantes et tyranniques de tous les révolutionnaires modernes, Martin Luther compris.

Que ce moine apostat et hérétique du XVIe siècle ait mit les nations européennes à feu et à sang, ait divisé religieusement et politiquement la chrétienté et coupé funestement l’Europe en deux, qu’il fut condamné et excommunié par l’Église catholique en 1521, mis au ban du Saint-Empire Romain Germanique par Charles Quint, et ses thèses hérétiques contenues dans sa doctrine protestante, anathématisées par le Concile œcuménique de Trente, sont des considérations dérisoires par rapport à son élan d’amour pour les hommes exprimé dans son désir de réforme de l’Église catholique. Ces vérités historiques n’ont donc guère d’importance ni de poids dans le jugement élogieux de Luther que pose un François infesté par le pseudo-humanisme chrétien moderne qui refuse, depuis le concile Vatican II, les confrontations doctrinales, les anathèmes, les condamnations pour promouvoir à la place une fraternité et égalité des confessions. Le fameux décret Unitatis redintegratio ne stipule-t-il pas que l’Église comprend tous les chrétiens et n’est pas limité exclusivement à l’Église catholique :

« Ceux qui croient au Christ et qui ont reçu validement le baptême sont en communion avec l’Église catholique, même si cette communion est imparfaite. Les différences de degrés qui existent entre eux et l’Église, que ce soit dans la doctrine et dans la discipline catholique parfois variable, ou sur la structure de l’Église, constituent nombre d’obstacles, parfois graves, à la pleine communion ecclésiale. Le mouvement œcuménique tend à surmonter ces obstacles. Mais même malgré eux, il reste vrai que tous ceux qui ont été justifiés par la foi dans le baptême sont incorporés au Christ, et ont le droit d’être appelé chrétien, et sont donc correctement reconnus comme des frères par les enfants de l’Église catholique. » Et plus loin : « En outre, certains, voire la plupart, des éléments et des dotations importantes qui vont ensemble pour construire et donner vie à l’Église elle-même, peut exister en dehors des limites visibles de l’Église catholique : la Parole de Dieu écrite, la vie de la grâce, la foi, l’espérance et la charité, d’autres dons intérieurs du Saint-Esprit, et les éléments visibles ».

La doctrine catholique et la défense de la foi ne sont plus la boussole qui guide les relations des ecclésiastiques et des papes modernistes de l’ère post-conciliaire avec les protestants mais l’œcuménisme et le dialogue inter-religieux. Ils dictent une nouvelle attitude d’ouverture, d’admiration, de sympathie, de bienveillance, d’assentiment envers les confessions protestantes. Car si les protestants sont membres de l’Église, comment est-il possible de les traiter encore d’hérétiques ? Et si leur doctrine qui n’est donc plus « hérétique » dispense « la vie de la grâce« , pourquoi alors ne pas intercéder en sa faveur dans un souci d’esprit œcuménique ? Et comme dans ce domaine progressiste un pas en avant en entraîne toujours un autre, c’est le réformateur progressiste et excommunié Luther qui finit par être encensé par des catholiques infidèles ! Depuis 50 ans Martin Luther, pourtant et certainement un des pires hérésiarques de l’histoire de l’Église, prend du galon : aujourd’hui il a sa statue au Vatican et son effigie sur les timbres de la poste du Saint-Siège. Il est  devenu une figure marquante de l’Église conciliaire néo-protestante et néo-moderniste… Tous ces gestes scandaleux de réhabilitation du moine allemand apostat que, n’en déplaise aux aficionados de l’un ou de l’autre, Jean-Paul II et Benoît XVI ont pratiqué tout autant que François, sont dans la logique des décrets conciliaires. Sont dans la logique du Concile en lui-même et non pas uniquement d’un esprit perverti ou mal-interprété du Concile.

La doctrine traditionnelle et immuable de l’Église catholique, si oubliée aujourd’hui par les modernistes qui règnent au Vatican, est cependant ferme sur sa condamnation des hérétiques et schismatiques.

Le pape Innocent III, en 1215  lors du Concile de Latran IV, précise sur les hérétiques :

« Nous excommunions et jetons l’anathème sur toute hérésie s’élevant contre cette sainte foi, orthodoxe et catholique que nous avons exposé ci-dessus, nous condamnons tous les hérétiques, quels que soient les noms qu’ils peuvent porter. Ils ont des visages différents, certes, mais leurs queues sont liés entre eux dans la mesure où ils se ressemblent dans leur orgueil. » 

Deux siècle après, en 1441, lors du Concile de Florence, le pape Eugène IV, dans Cantate Domino, enseigne :

«La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche que tous ceux qui sont en dehors de l’Église catholique, et non seulement les païens, mais aussi juifs ou hérétiques et schismatiques, ne peuvent pas participer à la vie éternelle et iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges, sauf s’ils sont unis à l’Église avant la fin de leur vie … »

Et plus proche de notre siècle, le pape Léon XIII, dans sa lettre encyclique Satis Cognitum du 29 juin 1896 écrit :

«La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir le plus à l’extérieur de la communion catholique, et étranger à l’Église, celui qui voudra s’éloigner le moins du monde de n’importe quel point de la doctrine proposée par l’autorité de son Magistère. »

François et ses louanges de Luther sont bien éloignés de cet enseignement magistériel de l’Église catholique…

« Puisses-tu être froid ou bouillant ; mais parce que tu es tiède, je te vomirai de ma bouche » Apocalypse 3.17 !

Francesca de Villasmundo

http://www.lastampa.it/2017/01/19/vaticaninsider/ita/news/anni-di-lutero-occasione-per-riscoprire-insieme-il-vangelo-6hBCV9DIKe75UjZZFTAVlN/pagina.html

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

289 commentaires

  1. Soupape says:

    Ce pape erre … depuis LONGTEMPS, et de façon HABITUELLE.
    Pour ces 2 motifs, il doit être destitué.

    Toutefois,

    1 – Tout le mal ne vient pas du seul concile Vatican II,
    mais aussi des habitudes créées par .°. mai 68 .°., qui n’ont rien arrangé,
    puis du mot d’ordre .°. marketing management communication .°. ,
    lancé comme par hasard en 1989, année du « bicentenaire ».

    L’Eglise aurait dû critiquer ces habitudes et mot d’ordre,
    car la Foi est une critique des Cultures.

    L’Eglise s’est laissée surprendre par la STUPEFACTION !

    2 – Concernant son SALUT, Dieu SEUL jugera chacun selon sa conscience.
    Le contraire serait invraisemblable.

    Pour autant, le non croyant de bonne foi, ou l’hérétique de bonne foi, même si ses œuvres sont bonnes,
    ne fait PAS partie de l’EGLISE,
    et ne peut PAS être admis à la Communion,
    et il n’y a pas lieu de chercher à l’y faire admettre,
    ni même à l’inviter aux offices de l’Eglise !

    3 – Même traitement pour le pécheur de bonne foi (ça existe !), par exemple maladies mentales, etc …

    4 – Quant aux enfants morts en bas-âge, aux Limbes, etc … , ne nous inquiétons pas : ils sont BIEN PLACES !

    5 – Donc la formule « hors de l’Eglise point de SALUT »
    est un peu inexacte.

    Elle ne s’applique qu’à ceux qui sont d’abord entrés dans l’Eglise,
    avec pleine conscience d’avoir compris leur Foi,
    puis s’en sont éloignés par le péché.

    6 – Le Pape actuel, même en admettant qu’il agisse selon sa conscience,
    ne fait plus partie de l’Eglise.

    Certes, Dieu SEUL le jugera !
    Mais, en attendant, il a montré qu’il était inapte à exercer les fonctions de Pape,
    et nous ne devons pas tolérer qu’il continue à les exercer.

    L’infaillibilité suppose la volonté d’accomplir une œuvre pie.
    Un Pape qui décide d’accomplir un forfait,
    en proclamant délibérément le contraire d’un point du dogme,
    n’est pas couvert par l’infaillibilité !

    7 – Enfin, il faut nous rappeler qu’en cherchant à remplacer un Pape inapte,
    nous ne sommes pas béatifiés d’office !

    NB : ce texte n’est pas parfait.

    • Christophe says:

      Complètement à côté de la plaque comme cette revue web .. si peu de respect pour le pape , une rigidité extrême , une violence des propos
      Ne vous êtes vous pas trompé d eglise ou de siècle ? Dieu est amour nous dit saint jean et je prierai pour que la tendresse de Dieu gagne votre cœur

      • DUFIT THIERRY says:

        Monsieur Christophe, le premier devoir du successeur de Pierre est de garder fidèlement la Foi Catholique dans son intégrité, pas de chanter les louanges d’un moine hérétique, suppôt de Satan.

        • trop-bon says:

          Je dirai même plus , un vrai suppo de Satan parce qu’apparemment il n’était pas endormi sur la chose , selon le « voici » de l’époque , il s’est même embarqué une nonne !
          Et bien… ça ne se fait pas Christophe !!!

          • DUFIT THIERRY says:

            Oui tout à fait vous avez raison de le préciserLuther était non seulement un hérésiarque mais aussi un débauché. Il n’avait pas une mais DES concubines. Voir le pape faire son éloge –à la suite de Jean-Paul II- ne peut que remplir d’effroi tout catholique.

    • Raiford says:

      Tout simplement, l’Église catholique conciliaire est en train de se suicider…

      Bientôt, il ne restera plus que les « tradis » pour reprendre le flambeau de la religion fondée par le Christ.

      • Anne Lys says:

        Je ne dirais pas que l’Eglise « post-conciliaire », celle de « l’Esprit du Concile » répandu par les médias et adopté par tout le clergé moderniste, est en train de se suicider. Je pense plutôt qu’elle est en train de s’éteindre. Allez assister à la messe dominicale dans une paroisse dont le curé est moderniste et partisan de « l’esprit du Concile ». Une paroisse où l’on se demande toujours quelle innovation, dans les textes et/ou dans les chants, va aller à l’encontre de ce que nous avons toujours cru. Une paroisse où on parle, on parle, on parle, sans un instant de silence devant Dieu, même après la communion. Une paroisse où personne ne manifeste, devant le Saint Sacrement, le respect, la vénération, l’adoration qui lui sont dues. Vous verrez une assemblée clairsemée, dont les jeunes sont absents. Les jeunes, mais aussi les personnes d’âge mûr. La moyenne d’âge tend aujourd’hui dans ces paroisses vers les 70-75 ans.

        Quand la messe est télévisée, pour « Le Jour du Seigneur », on bat le rappel de tout le voisinage – et en particulier des enfants [*]
        pour que l’église soit – à peu près et seulement si elle n’est pas trop grande – remplie, et bien entendu, les preneurs d’image veillent à ne pas montrer les vides. Mais ils ne peuvent éviter de montrer les cheveux blancs, les crânes chauves des messieurs, les rides des femmes qui ont teint leurs cheveux.

        70 à 75 ans de moyenne d’âge aujourd’hui. Combien restera-t-il de fidèles dans ces paroisses dans dix ans, dans vingt ans ?

        Heureusement, il y a des paroisses –dans les milieux traditionnels, mais pas seulement – où un curé plus jeune fait montre du respect nécessaire envers son Seigneur, dans la liturgie, dans la disposition des lieux, dans son homélie. Il choisit soigneusement les chants et n’autorise pas à substituer des cantiques sans intérêt aux chants liturgiques. Ces jeunes prêtres refusent de faire faire leur première communion ou leur profession de foi à des enfants qu’ils ne voient jamais à la messe, ou seulement aux « messes des catéchismes ». Ils exigent que les enfants viennent chaque dimanche, et ils invitent les parents à accompagner leurs enfants. Au bout de quelque temps, l’église se remplit à nouveau et les cheveux blancs y sont minoritaires… Cette église-là ne se suicide pas, elle ne s’éteindra pas.

        [*] Car dans ces paroisses, même l’année de la première communion ou celle de la profession de foi, les enfants ne viennent à la messe, et encore pas toujours, qu’une demi-douzaine de fois par an pour les « messes des catéchismes » – si longues et ennuyeuses qu’on comprend leur réticence . Et personne, surtout pas le curé, ne songe qu’ils pourraient et devraient venir à la messe chaque dimanche … Pire, si une catéchiste a le malheur d’inviter les enfants dont elle a la charge à venir à la messe dominicale, en leur apprenant qu’elle est d’obligation, elle se fait « remonter les bretelles »…)

        • DUFIT THIERRY says:

          La nouvelle Messe inventée par le franc-maçon Bugnini est d’inspiration luthérienne. Elle a été imposée pour plaire aux protestants. La seule solution pour remédier à tout ce désordre liturgique qui semble vous désorienter : abolir la nouvelle Messe protestantisée et reprendre la Messe traditionnelle.

          • Oui, reprendre la messe et l’Office traditionnels, y compris ceux de la Semaine Sainte avant les ravages que constituent les primices du criminel Bugnini comme innovateur liturgique, travestie approuvée par un Pie XII déjà moribond.
            Un petit exemple entre mille autres : « Nous croyons » ; le sens même de ‹croire› exclut le pluriel. Encore cette partie-là avec sa méprisable ‹audience participation› n’existe-t-elle pas dans le missel tridentin ; et les questions adressées à l’enfant dans le rite baptismal traditionnel du Rituel sont couchées au singulier ; les réponses elles aussi, puisqu’elles sont données de la part de l’enfant par le parrain ou par la marraine. En ce qui concerne l’Office, les ‹aggiornamenti› torpillent les belles matines spéciales de Jeudi et de Vendredi Saints dans une destruction barbare d’admirables structures ayant existé depuis des siècles pour honorer les plus saints jours du calendrier entier.

      • Pour le cardinal comme pour le petit laïc, c’est le casque à lampe du « tradi » qui de nos jours fait office de flambeau dans les ténèbres.

    • Charette says:

      ( L’infaillibilité suppose la volonté d’accomplir une œuvre pie.
      Un Pape qui décide d’accomplir un forfait,)

      Vous aimez les fantaisie théologiques d’évidence !…
      Parallèlement , vous vous faite juge du for interne d’un souverain Pontife comme le protestant ….

      • Soupape says:

        1 – Un pape
        n’est infaillible que dans certaines circonstances.
        Aujourd’hui, certains disent que non.
        Mais moi, ce n’est pas ce qu’on m’a appris dans mon jeune temps.

        2 – Par ailleurs un pape est pécheur, et n’est pas immaculé de naissance. Pour mémoire, il y a déjà eu Alexandre VI Borgia.

        Donc un pape peut détourner volontairement son infaillibilité, dans le but de promouvoir des hérésies.

        Et selon vous, il faudrait alors rester silencieux,
        et obéir au Pape, donc changer immédiatement sa Foi, au garde à vous, et cela au motif qu’on n’aurait pas le droit de le juger ?

        3 – La religion est Esprit !

        Il ne s’agit de juger la personne de Bergoglio.
        Cela, c’est Dieu qui le fera.

        Mais, en attendant, il s’agit de défendre l’intégrité de notre Foi, même si celui qui l’attaque est le Pape !

        Sinon, vous faites comme les Pharisiens et les Docteurs de la loi :
        Jésus-Christ est devant vous,
        et vous ne le voyez même pas !

        4 – Des cardinaux ont entrepris une procédure.
        Ce ne sont pas des fantaisistes.
        Attendons le résultat de ces procédures.

        5 – Il reste que Saint Paul a écrit :
        « si quelqu’un vous prêche un Evangile autre
        « que celui-ci, fut-ce un Ange du Ciel,
        « qu’il soit anathème ! »

        Or que disent les Ecritures ?

        Déjà Jean Baptiste reprochait à Hérode de vivre avec la femme de son frère. Il eut la tête coupée pour cela.

        Puis Jésus a cité la Genèse : l’homme et la femme ne feront qu’un seule chair, ajoutant : « ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ».
        Jésus n’a pas ajouté,
        « sauf si Pierre décide brusquement le contraire ».

        6 – En réalité, il y a déjà les nullités de mariage pour régler les cas de conscience.
        Donc le Pape veut aller au delà de ces procédures en nullité, et PERSONNE n’est capable de dire pourquoi !!!

        PERSONNE n’est capable de donner une argumentation fondée sur les Ecritures et la Tradition.

        7 – Quant à moi, je ne suis pas théologien, ni exégète, ni ordonné pour dire la Parole.

        Mais on ne peut pas demander à tous les laïcs d’être théologiens.

        Je fais donc comme les brebis : je me conduis au bon sens, et quand je ne reconnais pas la voix de mon Pasteur, eh bien je ne le suis pas, et je reste dans la bergerie.

        • Charette says:

          1 – Un pape
          n’est infaillible que dans certaines circonstances.
          Aujourd’hui, certains disent que non.
          Mais moi, ce n’est pas ce qu’on m’a appris dans mon jeune temps.

          Oui , cela est défini a Vatican I 1870 !..
          Par exemple le magistère universel ordinaire

          R.P. Goupil, S.J., La Règle de la Foi, p.64-65 a écrit:
          L’Eglise est infaillible dans la canonisation des saints.

          • Soupape says:

            A Charrette.

            Avez-vous les références historiques urtext de Vatican I rédigées en 1870 ?
            car je me méfie d’un S.J.

            En effet, Léon XIII n’a été pape qu’en 1878, et le site vatican.va ne remonte pas à Pie IX !

          • Soupape says:

            A Charrette.

            Excusez-moi,
            j’ignorais que René Goupil s.j.
            était un Saint jésuite,
            né en 1608 mort martyr en 1642, donc bien avant que l’Ordre des jésuites ait été dissous au 18ème siècle.

            J’ai donc pris René Goupil
            pour un jésuite contemporain
            auteur du livre « La Règle de la Foi » ,
            d’où ma méfiance !

            Toutefois ce Goupil
            n’est pas lié à Vatican I.

            Donc je cherche toujours
            les références urtext
            du concile Vatican I,
            et, si vous en avez, je suis preneur.

            Avec mes remerciements.

            • Charette says:

              R.P Auguste-Alexis Goupil s.j. 1936 , commentateur autorisé du St Siège !..

              Abbé G. Delcuve S.J., L’église notre mère, chapitre VIII, Casterman paris, 1950, P. 78

              A. Il est œcuménique lorsqu’il réunit, sous l’autorité du pape, l’ensemble des évêques de la catholicité (non pas tous). Uni au pape, le concile jouit de l’infaillibilité et d’une autorité absolue dans toute l’Église.

              St Alphonse de Liguori, Les Grands Moyens du Salut et de la Perfection, 1759, p.23 : « Supposez que l’Eglise puisse errer en canonisant, est un péché, ou une hérésie, d’après Sts. Bonaventure, Bellarmin, et d’autres ; ou au moins une chose proche de l’hérésie, d’après Suarez, Azorius, Gotti, etc. ; parce que le Souverain Pontife, d’après St. Thomas, est guidé par l’influence infaillible du Saint-Esprit d’une façon spéciale lors de la canonisation des saints. »

              (Catholic encyclopedia, 1913, vol. IV, p.433.)
              L’infaillibilité conciliaire et pontificale sont interrelié mais non identique. Les décrets d’un concile approuvés par le Pape sont infaillibles par le simple fait de cette approbation, parce que le Pape est également infaillible extra concilium . Or, l’infaillibilité propre au Pape n’est pas l’unique source formelle adéquate de l’infaillibilité du concile. La divine constitution de l’Église et les promesses d’assistance divine fait par son Fondateur, guarantissent de son inerrance, dans tout ce qui concerne la foi et la morale, indépendamment de l’infaillibilité pontificale : un Pape faillible (hypothétiquement) supportant, et qui est supporté par un concile, prononcerait encore et toujours des décisions infaillibles. […] les conciles œcuméniques ont été généralement considérés infaillibles même par ceux qui niaient l’infaillibilité pontificale […] L’infaillibilité du concile est intrinsèque, i.e. découle de sa nature.

              (R.P. M. Liberatore, S.J., Le Droit public de l’Église, éd. Retaux-Bray, Paris, 1888, p. 113 et ss.)
              « Il en est qui, soit ignorance, soit plutôt malice, prétendent que le magistère de l’Église n’est infaillible que lorsqu’il définit les dogmes révélés par Dieu ; ils disent que l’Église s’acquitte de ce magistère uniquement lorsque, par un jugement solennel, elle définit un point de foi ou de morale, soit au sein des Conciles, soit dans les décrets pontificaux. Ces affirmations sont toutes deux contraires à la vérité.
              D’abord le magistère de l’Église est double : l’un extraordinaire, l’autre ordinaire.
              Le premier est uniquement celui qui s’exerce par un jugement solennel, quand certains doutes ont surgi par rapport à l’intelligence des dogmes, ou bien encore à raison de quelque erreur pernicieuse menaçant la pureté de la croyance ou des mœurs.
              Mais le magistère ordinaire est celui qui s’exerce, sous la vigilance du Pape, par les pasteurs sacrés répandus dans le monde entier, soit par la parole écrite ou parlée dans les prédications et dans les catéchismes, soit par l’exercice du culte et des rites sacrés, soit par l’administration des sacrements et toutes les autres pratiques et manifestations de l’Église.
              Ces deux genres de magistères sont affirmés en termes exprès par le Concile du Vatican [Vatican I] : « On est tenu de croire, de foi divine et catholique, tout ce qui est contenu dans la parole de Dieu écrite ou transmise par la tradition, et que l’Église, soit par un jugement solennel, soit par un enseignement ordinaire et universel, propose à notre croyance comme révélé de Dieu. »
              Prétendre que le fidèle n’est obligé de croire que ces vérités qui ont été l’objet d’une définition solennelle de l’Église, ce serait aboutir à dire qu’avant le Concile de Nicée il n’y avait pas d’obligation de croire à la divinité du Verbe ; ni à la présence réelle de Jésus-Christ en la sainte Eucharistie, avant la condamnation de Béranger.
              En second lieu, l’infaillibilité du magistère extraordinaire et du magistère ordinaire ne s’étend pas uniquement aux dogmes que Dieu a révélés, mais encore aux conséquences qui y sont renfermées, et généralement à tout ce qui est connexe avec eux, à tout ce qui est indispensable pour les conserver intacts et les protéger contre les attaques et les pièges de l’erreur. Sans cela, Dieu n’aurait pas pris des mesures suffisantes pour que les pasteurs sacrés fussent à même de préserver les fidèles contre les sources empoisonnées, il ne les aurait pas pourvus des moyens nécessaires pour garantir efficacement le dépôt de la foi qui leur est confié. »

              • Soupape says:

                J’ai copié toutes vos références, dès hier soir.

                Je tenais à vous en remercier.

                Ainsi que je l’ai annoncé ailleurs, vous me lirez moins sur ce site dans le mois qui vient,

                car je serai occupé par autre chose,

                et n’aurai que le temps de continuer à lire MPI, sans y intervenir.

              • Charette says:

                Voyons aussi ce que dit Pie XII dans son décret d’excommunication du Père Feeney qui niait le baptême de désir :

                Nous sommes obligés par la foi catholique à croire toutes les choses que contient la Parole de Dieu, Écriture ou Tradition, et que l’Église propose à la foi comme divinement solonelle, mais encore par son magistère ordinaire universel.

                (Pie XII, Décret du Saint-Office excommuniant le R.P. Leonard Feeney S.J., Document Pontificaux de Sa Sainteté Pie XII, 1953, p.63)

                Conclusion:

                Un concile oecuménique représente la personne morale de l’Église :

                … tout concile général, incluant celui de Constance, représente l’Église universelle.

                (Martin V, Concile de Constance, Denzinger 657)

                Et l’Église et le Pape sont infaillibles !

                Si donc Vatican II fut un concile général catholique qui a erré, exactement comme les lefèbvristes le croient, il s’ensuivrait que l’Église également aurait erré …

                Or, cela est impossible car l’Église est infaillible, et donc la seule explication à la faillite de VII est que celui qui l’a confirmé n’était pas ……. !

                Citation Pie IX:
                CONSTITUTION DOGMATIQUE « Dei Filius », CHAPITRE III, De la Foi.
                « Or, on doit croire d’une foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans les saintes Écritures et dans la tradition, et tout ce qui est proposé par l’Église comme vérité divinement révélée, soit par un jugement solennel, (Ex cathedra) soit par son magistère ordinaire et universel. »

                IIIe SESSION DU CONCILE ŒCUMÉNIQUE DU VATICAN 1. PIE, ÉVÊQUE, SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU. Le saint Concile approuvant, en perpétuel souvenir. (base du canon 1323.1)

        • Anne Lys says:

          Vous avez raison, on ne peut pas demander à tout le monde d’être théologien.

          Mais on peut demander à tout Catholique de chercher à rester fidèle à la foi enseignée par les Evangiles (qui ne sont ni des légendes, ni le produit de l’idée que des Chrétiens se faisaient, un siècle après l’époque du Christ, de ce qu’il avait pu être !) et par une Tradition ininterrompue.

          Nous avons, dans le Symbole des Apôtres et le Credo de Nicée Constantinople, un résumé d’une grande partie de cet enseignement. Il est complété par les décisions des Conciles oecuméniques approuvées par le pape régnant ou d’un pape, lorsqu’elle s’imposent clairement aux fidèles comme vérités de foi. Depuis le Concile de Trente (il y a quatre siècles et demi), il y en a eu peu: si je ne me trompe, ont été proclamés le dogme de l’Immaculée Conception de la Sainte Vierge, celui de son Assomption et celui de l’Infaillibilité pontificale.

          Ce n’est pas en vertu de celui-ci que nous devons, normalement, obéissance au pape, mais en vertu des paroles du Christ instituant Pierre (et la Tradition nous assure que cette institution s’étend à ses successeurs) comme celui sur lequel est construite l’Eglise, lui donnant le pouvoir de lier et délier sur terre en étant assuré que sa décision sera appliquée dans le ciel.

          Mais toutes les décisions d’un pape ne sont pas infaillibles. Il y en a eu de fort mauvaises. Nous avons le droit de n’en pas tenir compte s’il nous semble que ce qu’il demande est contraire à la foi de l’Eglise.

          Mais cela ne nous dispense pas de le respecter, de prier pour lui.

          Et cela ne nous autorise pas à rechercher partout des complots alors que, même en cherchant à nous informer de notre mieux, nous ne disposons pas de tous les éléments qui nous permettraient de juger (« Ne jugez pas, afin de n’être pas jugés »), encore moins de preuves.

          • Soupape says:

            A Madame Anne Lys.

            Je vous remercie de votre écho,
            J’y suis partout d’accord avec vous,
            sauf sur des détails de votre tout dernier paragraphe.

            Peut-être cela vous intéressera-t-il de savoir pourquoi.
            Le texte qui suit mériterait d’être mieux résumé.
            Mais je n’ai pas le temps de le faire.
            En effet, dès aujourd’hui, et pour le mois qui vient,
            je serai obligé de réduire fortement ma présence sur ce site,
            que je me contenterai de suivre.

            1 – Vous savez sans doute qu’il n’est pas possible
            de connaître tout le Présent.

            Cependant, en pratique, il faut vivre,
            et donc décider assez rapidement.

            C’est pourquoi souvent nous décidons souvent
            à l’aveuglette et dans l’ignorance,
            et commettons des erreurs d’appréciation, en toute bonne foi !

            Mais on ne sait pas faire autrement !

            En réalité seul Dieu connaît tout le Présent.
            Il connaît aussi tout le Passé, et c’est pourquoi – passez-moi l’expression –
            il fait des prévisions pas trop mauvaises !

            2 – Ici, permettez-moi d’ouvrir une parenthèse, toute personnelle.

            Je ne crois pas que Dieu connaisse à l’avance tout l’Avenir en détail,
            car nous ne sommes pas prédestinés.

            Dieu nous laisse libre de lui obéir ou pas,
            et il ne sait pas à l’avance comment nous allons nous comporter,
            tout comme nous-même ne savons pas
            si un enfant va nous obéir ou non !

            En réalité, le Dieu « omniscient » est une conception grecque de Dieu,
            qui a tracassé beaucoup de protestants (et de catholiques !),
            en leur faisant croire à leur prédestination :
            « si Dieu sait tout, il sait à l’avance si je suis damné ! ».

            Non ! ça ne marche pas comme cela.

            En réalité, cette conception grecque, qui transforme l’Avenir en Destin,
            n’est pas chrétienne.
            Ce peut être celle du dieu « des philosophes et des savants » ;
            ce n’est pas celle du Dieu des Apôtres de Jésus-Christ !

            Fin de parenthèse.

            3 – Sur les complots, et le complot, j’écarte la responsabilité
            de Jean-Paul II et de Benoît XVI,
            que je tiens pour de saints papes.

            Sur Paul VI et Jean XXIII, je ne me prononce pas.
            Quant à Pie XII et avant, j’étais trop jeune pour comprendre.

            Mais il existe bien un complot !

            Ce n’est pas une théorie, ou une éducation qui me l’ont montré.
            C’est l’expérience !

            Les forces du Mal sont réellement organisées et de connivence.

            J’en ai d’ailleurs trouvé confirmation dans l’encyclique
            « Humanum genus » de Léon XIII (1884),
            qui décrit très bien les procédés employés.

            4 – Jean Paul II, venu d’un univers bien différent du nôtre,
            s’est donc laissé manœuvrer par des .°. mains agiles .°.
            extrêmement subtiles.

            Par exemple, quand Jean Paul II a créé Assise en 1986,
            il n’a pas su anticiper, et voir que cela deviendrait un jour
            un prétexte au syncrétisme,
            parce que la foi des chrétiens était beaucoup trop inconsistante
            pour supporter de telles rencontres annuelles !

            Quant à Ratzinger, il a été, dans son jeune temps,
            influencé par sa formation.
            Mais il en est en partie revenu, sans trop le dire,
            parce qu’on ne peut pas tout dire quand on est Cardinal ou Pape.

            Ainsi, pendant que ces 2 Papes agissaient avec une conscience droite,
            ils ont véhiculé à leur insu des stéréotypes modernes de .°.l’air du temps.°.,
            dont les .°. mains agiles .°. ont tiré parti pour préparer l’attaque.

            D’ailleurs, sous ces 2 papes, l’Eglise a continué de se délabrer,
            avec des messes d’enterrement de plus en plus abominables,
            et des cérémonies de mariage de plus en plus douteuses.

            Sans parler des messes aux sermons surréalistes !
            à tel point qu’on réfrène parfois une envie de se lever
            et d’aller parler au micro, pour y dire des choses plus consistantes !

            L’attaque est venue avec Bergoglio,
            qui a su ne pas se presser,
            et semble avoir prévu de laisser Ratzinger dire la Vérité à Rome,
            pourvu que la décomposition de la Foi
            continue à gagner du terrain dans le reste du monde !

            • Anne Lys says:

              Oui, il existe bien un complot, dont le grand organisateur n’est autre que le Mauvais en personne. Et il a des suppôts conscients, et beaucoup d’autres inconscients.

              Mais cela n’a rien à voir avec les « complots » que cherchent certains dans tous les coins et recoins, reniflant une odeur d’hérésie dans tout texte un peu difficile à comprendre, même quand il est évident qu’il n’y en a pas. Mais quand on sait que les « complotistes » croient dur comme fer que la prophétie de Malachie est authentique, et fondent leurs soupçons dessus !

              • Soupape says:

                1 – Sur Saint Malachie et les travers de certains traditionnels, au vocabulaire parfois un peu leste,
                je vois ce que vous voulez dire,
                et j’en suis d’accord avec vous.

                2 – Mais, depuis les protestants, certains se sont inventés une .°. religion .°., qui a rapidement viré à l’athéisme pur et dur, tout en prétendant étendre son influence au monde entier, sous la forme d’un gouvernement mondial dénommé
                « la république universelle », imposant partout
                une pensée unique.

                Sans doute Satan est-il au courant de tout cela, et attise le feu.

                Mais je vise à rendre visible à tout un chacun la partie visible de l’iceberg, c’est à dire les gouvernements terrestres qui poursuivent ce projet, et dont les membres sont presque tous des
                .°. affiliés .°..

                3 – Concernant Vatican II, je rappelle que la Foi doit être une critique des Cultures.

                Certes le monde évolue,.
                Mais cette évolution doit être critiquée et épurée par la Foi.

                4 – Sur ce dernier point il faut reconnaître que les Pasteurs
                se sont laissés surprendre, et ont fait défaut.

                Au contraire,
                certains Pasteurs cherchent à adapter la Foi aux Cultures, lesquelles sont aujourd’hui le quasi monopôle de
                .°. qui vous savez .°. et mènent donc toute la danse de la décadence.

                • SSoupape says:

                  Les Pasteurs ont un véritable complexe d’infériorité par rapport aux Cultures !

            • Anne Lys says:

              Oui, il existe bien un complot, dont le grand organisateur n’est autre que le Mauvais en personne. Et il a des suppôts conscients, et beaucoup d’autres inconscients.

              Mais cela n’a rien à voir avec les « complots » que cherchent certains dans tous les coins et recoins, reniflant une odeur d’hérésie dans tout texte un peu difficile à comprendre, même quand il est évident qu’il n’y en a pas. Mais quand on sait que les « complotistes » croient dur comme fer que la prophétie de Malachie est authentique, et fondent leurs soupçons dessus !

              • Philibert says:

                Oui, la prohétie de Malachie qui donne le nom et une devise de chaque Pape même après le 16ème siècle jusqu’à aujourd’hui avec peu d’erreur est forcément un faux…
                De même que Saint François d’Assise n’a pas prophétisé pour vous qu’il y aurait deux Papes, que Anne-Catherine Emmerich n’a pas parlé de ces deux Papes et des temps dont nous sommes ni même donné des détails sur la Passion du Christ, ni encore Marie-Julie Jahenny n’a été visité par le Pape de son temps vis à vis de ses visions, et qu’il n’y a pas eu de complot concernant Notre Seigneur, bien que cela soit écrit ainsi dans la Bible…

                Bref.

                • fatilasa says:

                  Ah ! Mon pauvre Philibert ! Nous avons tous les deux le même problème que les quatre cardinaux : nous ne sommes pas capables de comprendre Amoris Laetitia – La joie de l’amour. Serait-ce l’amour de la joie ?

            • @ Soupape « Je ne crois pas que Dieu connaisse à l’avance tout l’Avenir en détail »

              Dieu connaît l’avenir en détails, même si nous ne sommes pas prédestinés, car Dieu se situe hors du temps : Il voit tout dans une même étendue de vue, si on peut dire.
              Cela reste un mystère pour nous (qui sommes libres), que Dieu sache tout (avant même notre existence).

              • Soupape says:

                Vous avez bien de la chance de connaître la façon intime de penser de Dieu !

                C’est l’Abbé Laguérie
                qui vous a dit cela ?
                Je l’apprécie beaucoup, mais pas sur ce point !

                Je maintiens que tout n’est pas écrit
                à l’avance dans le « cahier du maître ».

                Tout cela est un reste, non critiqué, de culture grecque et déiste.

                • Rien n’échappe à Dieu, sinon il ne serait plus Dieu et nous serions plus puissants que Lui.
                  Cela me paraît évident.

                  (de quel abbé Laguérie parlez-vous ?)

              • Soupape says:

                A Efgy,
                Sur la liberté et l’avenir.

                1 – Dieu n’a pas prévu d’avance que Adam pécherait, à cause d’Eve, elle-même à cause du serpent,
                et qu’il serait obligé de les chasser du paradis terrestre, puis d’envoyer son Fils, etc …

                Sinon Dieu aurait écrit un Roman,
                puis s’en passerait
                le film, sans pouvoir lui-même rien n’y changer !

                2 – Les personnes ne se définissent que par leur liberté.

                La personnalité surtout, suppose la liberté de se la construire chacun à sa façon,
                et Dieu ne nous veut pas uniformes
                (à la différence des dictatures !)

                3 – Pour autant l’homme n’est pas plus « fort » que Dieu,
                puisque l’homme ne connait PAS l’avenir plus que Dieu ne le connait,
                ni même autant que lui.

                Cependant, ce que Dieu Lui-Même ne sait pas, l’homme ne peut pas le savoir !

                4 – Quand Jésus « prévoit » le reniement de Pierre,
                il entend simplement lui montrer ses limites.

                Jésus sait que Pierre est courageux et cherchera à le suivre au Sanhédrin.

                Mais Jésus sait aussi que Pierre n’agira ainsi que parce que Pierre pense que personne ne le connait,
                et que c’est donc sans risque pour lui !

                Le Fils de Dieu fait donc suggérer une intuition à une servante,
                qui démasque Pierre publiquement, et le répète partout.

                C’est ce que Pierre n’avait pas prévu !

                N’ayant pas le temps de se ressaisir, il renie !
                Avec une bordée de jurons pour faire plus vrai !

                Parenthèse :
                je pense que Jésus a fait exprès de mettre Pierre en difficulté,

                pour lui donner le sens des réalités spirituelles,
                et pour éviter que
                « la tête lui enfle » quand il serait son 1er Pape !

                5 – L’épisode du reniement étant ainsi compris,
                on remarque que
                Jésus n’a jamais joué au devin !

                Jésus ne s’est jamais présenté comme madame soleil, ni comme astrologue !

                D’ailleurs, parmi les miracles accomplis,
                Jésus ne prédit JAMAIS l’avenir à personne.

                Et personne ne le consulte pour qu’Il lui révèle son avenir !

                Au contraire, tout le monde veut être guéri. C’est un signe.

                6 – Quant aux Prophéties,
                elles ne sont jamais précisément datées,

                car ce qu’elles annoncent
                concerne simplement les conséquences pratiques
                de l’évolution spirituelle de l’humanité.

                Bien sûr Dieu peut se réserver d’intervenir « ponctuellement »
                dans les temps qu’il a annoncé à l’avance,
                pour déclencher les évènements annoncés par les Prophètes.

                Mais rien n’est certain.
                Dieu peut « changer d’avis » entre temps !

                Il est Libre, lui aussi !

                7 – Ainsi, lors de sa Passion,
                Jésus veille à accomplir volontairement
                toutes les Prophéties le concernant,
                afin de les rendre valides !

                Ainsi en est-il du sac de Jérusalem par les Romains en l’an 70,
                conséquence du reniement des Juifs, surtout des Pharisiens.

                8 – Parenthèse : les Evangiles ont tous été écrits avant l’an 70,
                Sinon ils auraient rapportés le sac de Jérusalem !
                (Cf Jean Carmignac)

                L’Evangile de Jean est un complément aux 3 autres,
                considérés comme connus.

                Donc les 3 premiers Evangiles ont été écrits entre l’an 40 et l’an 50.

                • Vous vous égarez complètement, mon ami.
                  Nous n’avons pas le même Dieu.
                  Dieu connaît TOUT, car Il est Dieu.
                  Il savait d’avance qu’Adam et Eve allaient pécher et qu’Il ferait miséricorde aux hommes en leur envoyant un Sauveur.
                  La TSV Marie était de toute éternité l’Immaculée Conception dans le plan de Dieu. De même Il savait de toute éternité que son Fils devait devait s’incarner.
                  D’ailleurs ce fut la cause de la chute de Lucifer et de trois quarts des anges du ciel.
                  Jésus est Dieu, et en tant que Dieu, Il sait tout.
                  Vous ne voyez Jésus qu’en tant qu’homme, et c’est une erreur.
                  Mais je ne poursuivrai pas cette discussion complètement stérile avec vous. Nous n’avons pas la même religion, et vous n’êtes pas dans l’Eglise catholique.

                  Je ne vois pas ce que vient faire votre 8, car même si Jean a écrit son Evangile tardivement, il n’en reste pas moins qu’il a vécu avec Jésus puis avec Marie.

            • fatilasa says:

              Cher Monsieur Soupape,
              Vous m’apparaissez comme un commentateur assez perspicace, pertinent, logique et sérieux.
              Puis-je me permettre de vous proposer un lien qui pourrait renforcer votre argumentation ?
              http://dieuetmoilenul.blogspot.be/2016/03/debat-est-ce-que-francois-est-un.html
              Il s’agit d’un document qui pourrait, me semble-il, répondre aux questions de bien des personnes confrontées à des discordes et des controverses à cause du comportement de ce pape. Un bon document de référence, à la portée de tous :
              • Constat et description pertinents et perspicaces de la situation,
              • Analyse objective, rigoureuse, complète, mettant en évidence la gravité du problème, sa subtilité et sa difficulté à le résoudre
              • Conclusions incontestables, irréfutables, conformes au droit canon sans évincer la gravité de la situation
              • Formulation de projets en guise de solution pour contrecarrer l’impossibilité d’établir canoniquement le caractère apparemment hérétique de son comportement et malgré les conséquences ravageuses qu’il génère.
              Bien malheureusement, comme le disent les auteurs, « le chemin de la destitution est voué à l’échec complet et pourrait en fait jouer dans les mains des destructeurs. ». Avec le pape François, on n’est déjà plus dans le cadre de la simple erreur humaine qu’il suffit de corriger mais bien dans le cadre de l’erreur humaine qu’on refuse de reconnaître et de corriger. En outre, il ne fait aucun doute qu’Amoris Laetitia vient des coulisses de la compromission qui s’est presque étendue à la conscience générale dans l’Eglise avant même que n’émerge Jorge Bergoglio. Dès lors, on peut déjà s’attendre à ce que l’action / réaction des cardinaux par leurs « dubia » soit tournée en dérision en étant assimilée à une tentative de rébellion, de division et de schisme. Tout cela nous fait penser à la pleine actualisation de l’apocalypse 13:11-15 et 11:3-12. Peut-être qu’apocalypse 11 :12 s’actualisera dans une intervention de Benoît XVI ou par un autre événement qui confondra Jorge Bergoglio et justifiera le témoignage des « deux témoins » dont le premier est à caractère officiel, légitime et publique. C’est notre seul espoir ! Mais il faut encore plusieurs mois.
              Merci beaucoup pour votre courage qui vous range parmi le deuxième des « deux témoins ».
              Bien à vous.

              • Soupape says:

                Chère Fatilasa,

                Je suis totalement incapable de vous suivre.

                Il m’est arrivé de comprendre certaines choses grâce à vous.

                Mais je n’en suis pas à votre stade,
                et Dieu ne me le demande pas pour le moment.

                Bien à vous.

              • Soupape says:

                Chère Fatilasa,
                (complément)

                Votre texte se tient.

                Mais l’Apocalypse me passe nettement
                « au dessus du bol »,
                et Dieu ne me demande pas, pour le moment, de comprendre sœur Lucie !

                Je cherche seulement
                à transmettre
                ce que je crois être utile à d’autres, d’après mon expérience.

                Je le fais à cause
                de la situation très particulière que nous vivons.

                Quant à être ce que vous appelez
                « le 2ème témoin »
                je ne crois pas être concerné !

                Je rappelle que je ne suis ni théologien, ni exégète, et que je ne suis pas ordonné pour dire la Parole.

                Je parle sur ce site
                – que j’ai découvert depuis peu – parce que j’y sens une grande atmosphère de liberté, et un effort de vérité.

                Mais le discernement politique est une chose, et le discernement religieux une autre.

                Enfin je vous informe que, pour le mois qui vient, je serai obligé de restreindre ma présence sur ce site.

                Bien à vous.

                • fatilasa says:

                  Cher Monsieur Soupape,
                  Merci beaucoup pour vos réponses sereines et surtout pour votre franchise, votre sincérité.
                  Malgré une divergence fondamentale qui nous tient encore sur des chemins différents, nous avons un point fondamental en commun. Moi non plus, je ne suis ni théologien, ni exégète, ni dans les ordres, je n’ai aucune formation religieuse spécifique, je ne suis aucune conférence, aucune retraite, je n’ai pas d’activité religieuse au sein de la communauté catholique. Et finalement, je m’en réjouis lorsqu’on peut constater que c’est le grand nombre de ceux qui ont la plus grande instruction religieuse qui nous égare. Vous l’aurez peut-être remarqué, mes connaissances sont tout à fait ordinaires, pas du tout pointues, très loin d’égaler celle de Monsieur Charrette, relevant bien plus de la logique, du simple bon sens, de la raison, du sérieux qu’on se doit d’avoir dans les réalités immenses de la foi. Ma source principale de connaissance, c’est la même que la vôtre, c’est notre vie quotidienne, notre environnement ordinaire, et bien sûr la connaissance de la réalité de l’actualité par les moyens médiatiques à la portée de tout le monde.
                  J’habite une petite nation belliqueuse qui avoisine vos frontières françaises. Et si vous aviez l’occasion de voir le milieu ordinaire dans lequel je vis, vous refuseriez de croire que je suis celui qui vous écrit. Ce que j’exprime n’est que le résultat de ce que vous exprimez semblablement : « Je le fais à cause de la situation très particulière que nous vivons. » J’ai juste ajouté une grande question qui a guidé toute mon évolution : « Que va-t-il advenir, que peut-il advenir de cette situation très particulière que nous vivons ? » Et bien sûr, j’ai fait application d’un concept évangélique fondamental : « Cherchez, et vous trouverez ! ». Car on ne peut vraiment croire et vivre que ce qu’on a cherché et trouvé soi-même. C’est la disposition indispensable, celle que suscite l’amour véritable, et c’est apparemment ce que vous appliquez aussi. Et je suis sûr que vous faites aussi comme : instruction élémentaire de la réalité de l’actualité (notamment par le Web : MPI, blog de Jeanne Smits, Communauté Européenne, …), réflexion, méditation, comparaison et recoupement des informations recueillies, sélection (ce qui paraît vrai – ce qui paraît faux), déduction et conclusion. Rien que de la logique et du bon sens qui se perçoivent d’ailleurs nettement dans vos commentaires. En fait, apparemment, nous travaillons tout à fait de la même façon, il est donc impossible que nous arrivions à des conclusions contraires, que nous n’arrivions pas à des conclusions similaires. Ce n’est sans doute qu’une question de temps.
                  En ce qui concerne « les deux témoins », il est inévitable que ceux qui se tiennent du côté des cardinaux « dubia » sont ceux qui témoignent d’une foi véritable dans leur milieu environnemental, sont forcément le deuxième témoin. Mais pour le comprendre, il faut bien admettre que ces cardinaux sont vraiment « le premier témoin », les témoins salutaires qui nous confirment dans notre raison et notre foi, dans la vraie foi au vrai Christ et à sa vraie Eglise. Pour moi, il ne fait aucun doute que ces personnes sont bien averties des réalités de l’actualisation de l’Apocalyspe qui n’est pas du tout la lin du monde mais l’annonce de l’Avènement universel de Jésus-Christ dans la suite du déclin du christianisme et de l’Eglise catholique. Tout cela ne relève que de la logique, que du bon sens, que de la raison. « Tant va la cruche à l’eau qu’elle finit par casser ! ». Ce que nous vivons n’est pas une crise de plus qui va passer, ni non plus la plus grave, c’est l’aboutissement, la conjugaison de toutes les crises, c’est une voie sans autre issue possible que la restauration par l’intervention de Dieu, comme au temps de Noé.
                  Je souhaite que votre absence d’un mois puisse bien se passer pour vous. Il y a grande chance que lorsque vous reviendrez sur la plate forme MPI, j’en aurai disparu car ma mission touche à sa fin, je pense en avoir dit suffisamment. J’espère seulement n’avoir égarer personne, et j’ai souvent demandé qu’on daigne me corriger si ce que j’exposais apparaissait contraire à la réalité, à la vérité.
                  Merci pour votre accompagnement sur ce bout de chemin vers Dieu et le Ciel, vers la vie éternelle.
                  Bien à vous dans le Seigneur Christ Jésus.

              • @ Fatilasa

                A propos des 2 témoins de l’Apocalypse, permettez-moi de vous indiquer un livre très intéressant écrit par un bénédictin au siècle dernier :
                « Commentaire sur le sens mystique de l’Apocalypse »
                http://www.chire.fr/A-114730-le-sens-mystique-de-l-apocalypse.aspx

                Toute la tradition de l’Eglise reconnaît en Elie et Enoch « les 2 témoins » de l’Apocalypse.
                Je ne peux vous citer ici toutes les citations des Pères de l’Eglise et des saints à ce sujet.

                • désolé
                  que vous vous en alliez, fatilasa

                  • fatilasa says:

                    Sept petits mots comme sept notes de musique pour faire une belle chansonnette qui réchauffe le cœur.
                    Merci cher Pamino, merci beaucoup !
                    Entre nous, Je choisirais donc « Chanson pour l’Auvergnat » de Georges Brassens. jhttp://www.paroles.net/georges-brassens/paroles-chanson-pour-l-auvergnat
                    J’ignore si vous êtes abonné aux sujets sur lesquels j’ai beaucoup déposés de commentaires et si vous recevez ceux-ci notamment ceux qui expliquent les raisons de mon retrait. Je suis en train d’essayer de les envoyer, car j’ai vraiment des problèmes de connexion avec cette machine capricieuse.
                    Bien évidemment, je ne vais pas me séparer de MPI tellement précieux. Tout simplement, je n’ai plus rien à dire mais certainement encore à apprendre.
                    Bien à vous dans la vive espérance du Seigneur Christ Jésus.

                    • MAGuillermont says:

                      Je lis vos sept petits mots et je ne suis pas d’accord avec une seule petite phrase  » Je n’ai plus rien à dire  »
                      Le Seigneur vous à envoyé proclamer sa Parole et vous la portez haut et fort alors ******* 7 étoiles pour les dons de l’esprit .

                    • fatilasa says:

                      Vous avez la réplique subtile, chère Madame Guillermont ! Et je ne puis qu’y consentir ! J’ai sur ma machine 3 petites suites qui vous étaient destinées. Mais la machine de MPI n’a déjà pas voulu la première, et je vous assure qu’elle est têtue et capricieuse. Serai-je indigeste à ce point ? Qu’importe ! Si Dieu le veut, nous y arriverons certainement. Donc, j’ai pas fini de vous laisser tranquille. Je vais essayer d’envoyer sur ce présent sujet au lieu de l’autre qui commence peut-être à saturer.
                      Bien à vous et à bientôt !

                    • fatilasa says:

                      Lorsqu’on parle de « Bête », ce n’est jamais en référence à une personne humaine ou à un personnage mais toujours en référence à un esprit qui domine, un mode de pensée qui prévaut, un système qui s’installe. Ainsi en est-il de l’énorme « Dragon rouge », de la « Bête surgie de la mer », de la « Bête surgie de la terre avec deux cornes comme un agneau »

                    • fatilasa says:

                      Lorsqu’on parle du « faux prophète », on parle bien d’un personnage humain, en chair et en os. Il est à remarquer qu’on ne parle que d’un seul personnage similaire. Et on lui attribue le chiffre 666, chiffre d’un homme, non pas d’un quelconque humanoïde. On parle bien sûr aussi de quatre cavaliers, mais il ne sont pas quatre personnification de l’Antéchrist, il pourrait s’agir de quatre personnages prédominant dans quatre système dont le premier (cheval blanc – cavalier blanc) désigne la fausse religion et la fausse Eglise.

                    • fatilasa says:

                      La personnification de l’Antéchrist, la personne même de l’Antéchrist ne peut donc être que le faux prophète. Il n’en viendra pas d’autre. Car Apoc 19:20 précise bien que : « Mais la Bête fut capturée, avec le faux prophète – celui qui accomplit au service de la Bête des prodiges par lesquels il fourvoyait les gens ayant reçu la marque de la Bête et les adorateurs de son image, – on les jeta tous deux, vivants, dans l’étang de feu, de soufre embrasé. » Le règne de la « Bête » Antéchrist (esprit, système) se termine en même temps que le règne du « faux prophète » l’Antéchrist. Tout cela se tient logiquement, objectivement, réalistement.

                • fatilasa says:

                  Efgy,
                  Merci pour votre contact,
                  Le lien que vous m’avez indiqué ne fait que la publicité du livre. Et je n’ai plus assez de temps ni de motivation pour le commander ni pour le lire. Je suppose que vous l’avez lu et donc, sans devoir décliner toutes les citations des Pères de l’Eglise et des Saints, vous pourrez peut-être me lrévéler ce que vous en savez..
                  Pour moi, l’important n’est pas de connaître les multiples versions des multiples interprétations de l’Apocalypse faites dans l’impossibilité de connaître les événements qui leur sont ultérieurs (notamment La Salette et Fatima) à moins que d’avoir été privilégié de visions, mais c’est tout simplement de savoir : « Qui sont Elie et Enoch dans l’actualisation contemporaine de l’Apocalypse ? » « Est-ce que ce livre donne une réponse crédible, réaliste ? »
                  Voila ce que j’en pense dans la phase d’actualisation : les deux témoins, dont je suis d’accord qu’ils sont nommés Elie et Enoch, sont soit les cardinaux « dubia », témoins légitimes ayant autorité ecclésiastique, et tous ceux qui se rangent de leur côtés, soit toujours les cardinaux « dubia » et Joseph Ratzinger dont je présume fortement qu’il va parler pour témoigner. Evidement, je parle de témoignage contre le pape François, ayant établi qu’il est un pseudo pape. Si vous n’adhérer toujours pas à ce fait, nos perceptions de la réalité vont encore s’affronter.
                  Pouvez-vous confirmer ou infirmer selon ce que vous avez lu dans ce livre ou selon ce que vous savez ?
                  Merci d’avance.

                • @ fatilasa

                  Alors voilà ce que dit la Tradition (et, avec elle, Dom Monléon) , qui se base sur la Bible (Ancien Testament), dont lui fait écho une parole du Christ : Les deux témoins « Elie et Enoch » SONT en personne « Elie et Enoch », qui ne sont pas morts, mais montés au Ciel dans un endroit connu de Dieu seul. Ces deux témoins reviendront sur terre pour combattre la Bête (on sait aussi qu’Elie et Enoch mourront martyrs). La parole de Notre-Seigneur qui confirme qu’Elie n’est pas « mort » mais qu’il fut enlevé sur un char de feu pour revenir accomplir une mission sur terre (cf (2 Rois 2.1-25), c’est celle-ci : « Elie doit venir d’abord pour rétablir toutes choses » (Marc, 9, 12).

                  Il faut donc, à la lettre, croire en ces paroles.
                  Saint Augustin dit qu' »Elie se trouve dans un état qui tient le milieu entre celui des bienheureux et celui des voyageurs ou des mortels sur la terre, mais c’est état exempt des besoins et des misères de la vie humaine, des maladies et de la vieillesse, et ce qui est le plus important, du péché auquel les autres hommes demeurent toujours sujets jusqu’à la mort. »
                  Quant à Enoch, même saint Paul (Heb, 11, 5) souligne qu’il a été enlevé « pour qu’il ne goûtât point la mort. »
                  Le livre de l’Ecclésiastique (44, 16) affirmait déjà, quant à lui, qu’Enoch « a été transporté dans un paradis, pour apporter de là la pénitence aux nations. »
                  Saint Bellarmin dit : « Nier l’avènement futur et personnel d’Elie, c’est une hérésie ou une erreur qui approche de l’hérésie. »
                  Saint Thomas : « Enoch a été enlevé dans un paradis terrestre, où la croyance le fait vivre conjointement avec Elie jusqu’à l’avènement de l’Antéchrist. »
                  Beaucoup ne croient pas à ce que dit la Bible, d’où le fait qu’ils inventent d’autres « témoins ». Mais au regard de la Tradition, Elie et Enoch reviendront personnellement sur terre pour prêcher la pénitence (c’est pourquoi NS fait une allusion à Jean-Baptiste en parlant d’Elie). Le rôle d’Elie sera celui qu’avait eu Jean-Baptiste avant la venue du Messie sur terre.
                  Dom Monléon explique quee ces deux témoins vivront dans une grande austérité (comme Jean-Baptiste) et qu’ils prophétiseront. Ils seront combattus par la Bête. Il rapporte aussi un autre verset de l’A.T : « Voici que je vous enverrai le prophète Elie, avant que vienne le jour du Seigneur, le grand et terrible jour. » (Malachie 4, 5).
                  Ils seront tués, certes, mais Dieu leur fera réintégrer leur corps (Apoc). Ce signe jettera dans une grande confusion ceux qui n’avaient pas cru les deux prophètes et les maux futurs qu’ils annonçaient.
                  Voilà, en résumé, ce que je peux vous dire de ce que dit Dom Monléon et la Tradition de l’Eglise.

                  • fatilasa says:

                    Merci bien Efgy,
                    Pour avoir daigné me répondre et pour l’effort, le temps que cela vous a coûté et celui que vous m’avez fait gagné. J’apprécie le contenu de votre exposé.
                    N’allez pas croire que je me suis « inventé des témoins » par négation de la Sainte Ecriture. Ceux que j’ai montrés ne sont que le résultat de la tentative « obligée » de comprendre l’Apocalypse, résultat de la simple réflexion, de la déduction, de la conclusion, mais je l’avoue, dans l’ignorance de tout ce que vous m’apprenez. Le sujet est tellement vaste qu’il n’est guère possible de pouvoir le maîtriser seul, bien qu’il ne soit ni ésotérique ni gnostique, et qu’il est très précieux de pouvoir s’entraider.
                    Cette fois-ci, vous m’avez été utile parce que vous avez daigné argumenter objectivement, sincèrement, correctement.
                    Je suis disposé à croire ce que vous me rapportez selon le fait qu’à Dieu tout est possible, rien ne lui est impossible, et qu’au moment où Notre Seigneur Christ expirait sur la croix, des morts ressuscitèrent et entrèrent dans la ville selon ce que rapporte l’Evangile.
                    Si vous avez lu quelques uns de mes commentaires, vous aurez dû comprendre que j’affirme qu’il doit être possible de situer ces événements dans le temps chronologique. C’est d’ailleurs d’abord l’Evangile qui l’affirme. Je retiens, pour la cause, un petit élément de votre exposé : « Ils seront combattus par la Bête »
                    Efgy, au risque de vous fâcher, puis-je vous demander si vous croyez vraiment tout ce que vous m’avez rapporté et si vous le vivez réellement ? Si c’est le cas, pourriez-vous me donner vos points de repère pour situer le temps de la « Bête » et la perception que vous avez de son actualisation.
                    J’en demande peut-être un peu trop, mais vous aurez dû le remarquer, l’étau se resserre, il va falloir choisir son camp et en témoigner aussi.
                    Encore merci, et à bientôt, j’espère !

                • @ fatilasa

                  J’ai un peu de temps pour vous répondre ce soir.
                  oui je crois à tout ce que je vous ai écrit au sujet d’Elie et d’Enoch.
                  Je crois que ce qui est arrivé aux Juifs de l’A.T. avant la venue du Messie nous arrivera à nous, chrétiens du N.T. Au lieu de saint Jean-Baptiste, nous aurons Elie et Enoch, car Dieu est bon, Il prépare toujours la voie.
                  Au temps de Noé, personne n’avait cru au « délire » de Noé, mais c’est le seul qui a pu se sauver avec sa famille…

                  Je crois que nous ne sommes pas encore au temps de la Bête. Il est évident que nous nous y approchons de jour en jour, et de plus en plus vite, car son empire (qui est celui de Satan dans la société) s’étend de plus en plus vite. La Bête n’aura pas de difficultés à régner, les mentalités seront prêtes à l’accueillir…
                  Ce sera, comme dit saint Paul « l’homme de péché ». Et il voudra se faire adorer par tous en particulier et par toutes les nations (le mondialisme nous y mène).
                  Il n’est pas possible de préciser exactement le temps de la venue de « cet homme de péché ». Viendra-t-il avant ou après la consécration de la Russie au Coeur de Marie ? Viendra-t-il, donc, après ce temps de paix promis par Marie ? Je n’ai pas de réponse, mais nous avons encore qqs années à attendre, à mon avis.
                  Attendons la venue d’Elie et Enoch.

                  • fatilasa says:

                    Efgy, Pour répondre à votre dernier commentaire, je suis obligé de retourner à la marge et donc à la fin de tous les commentaires (5 parties)

                • @ fatilasa

                  J’ai un peu de temps pour vous répondre ce soir.
                  oui je crois à tout ce que je vous ai écrit au sujet d’Elie et d’Enoch.
                  Je crois que ce qui est arrivé aux Juifs de l’A.T. avant la venue du Messie nous arrivera à nous, chrétiens du N.T. Au lieu de saint Jean-Baptiste, nous aurons Elie et Enoch, car Dieu est bon, Il prépare toujours la voie.
                  Au temps de Noé, personne n’avait cru au « délire » de Noé, mais c’est le seul qui a pu se sauver avec sa famille…

                  Je crois que nous ne sommes pas encore au temps de la Bête. Il est évident que nous nous y approchons de jour en jour, et de plus en plus vite, car son empire (qui est celui de Satan dans la société) s’étend de plus en plus vite. La Bête n’aura pas de difficultés à régner, les mentalités seront prêtes à l’accueillir…
                  Ce sera, comme dit saint Paul « l’homme de péché ». Et il voudra se faire adorer par tous en particulier et par toutes les nations (le mondialisme nous y mène).
                  Il n’est pas possible de préciser exactement le temps de la venue de « cet homme de péché ». Viendra-t-il avant ou après la consécration de la Russie au Coeur de Marie ? Viendra-t-il, donc, après ce temps de paix promis par Marie ? Je n’ai pas de réponse, mais nous avons encore qqs années à attendre, à mon avis.
                  Attendons la venue d’Elie et Enoch.

              • Soupape says:

                Merci à Efgy
                et salutations à Fatilasa

                1 – Venant d’un bénédictin du siècle dernier, j’ai confiance

                2 – Il y a aussi Dom Bosco, auquel le Pape avait demandé d’écrire ses méditations.
                Mais je ne possède aucune référence précise.

                3 – Je n’ai pas le temps de rien lire avant un mois !

                • fatilasa says:

                  Que tout aille bien pour vous Cher Monsieur Soupape.
                  Que la paix du Seigneur Jésus soit avec vous.

                • Soupape says:

                  A Fatilasa.

                  « Et cum spiritu tuo », car je ne sais pas dire, en latin : « et avec VOTRE esprit » !

                  D’après internet, il s’agit d’un livre de Dom Jean de Monléon, aux Editions de Chiré, par ailleurs auteur d’une mine d’ouvrages
                  très intéressants.

                  • Est-il seulement question de l’emphase, ô subpapa ? Dans ce cas je propose « cum et tuo spiritu ». Où s’agit-il de cette étrange tendance de parler à une seule personne comme si elle en était plusieurs (en français dans certains cas, en anglais désormais en permanence), ou comme si on ne lui parlait pas du tout personnellement, mais uniquement à quelque attribut féminin de son caractère (en italien), ou même à plusieurs tels attributs (en allemand, p. ex. ‹seien Sie pünktlich da!› « qu’Elles y soient à l’heure » ?
                    P. S. ‹Soupape› est une variante de souspape « coup sous le menton ».

              • Benoît XVI n’est plus ; c’est le cardinal Ratzinger qui s’est trompé de soutane. C’est françois qui se destituera lui-même, sur quoi les cardinaux constateront que le siège est vacant et qu’il faut élire un pape.

        • Anne Lys says:

          Vous avez raison, on ne peut pas demander à tout le monde d’être théologien.

          Mais on peut demander à tout Catholique de chercher à rester fidèle à la foi enseignée par les Evangiles (qui ne sont ni des légendes, ni le produit de l’idée que des Chrétiens se faisaient, un siècle après l’époque du Christ, de ce qu’il avait pu être !) et par une Tradition ininterrompue.

          Nous avons, dans le Symbole des Apôtres et le Credo de Nicée Constantinople, un résumé d’une grande partie de cet enseignement. Il est complété par les décisions des Conciles oecuméniques approuvées par le pape régnant ou d’un pape, lorsqu’elle s’imposent clairement aux fidèles comme vérités de foi. Depuis le Concile de Trente (il y a quatre siècles et demi), il y en a eu peu: si je ne me trompe, ont été proclamés le dogme de l’Immaculée Conception de la Sainte Vierge, celui de son Assomption et celui de l’Infaillibilité pontificale.

          Ce n’est pas en vertu de celui-ci que nous devons, normalement, obéissance au pape, mais en vertu des paroles du Christ instituant Pierre (et la Tradition nous assure que cette institution s’étend à ses successeurs) comme celui sur lequel est construite l’Eglise, lui donnant le pouvoir de lier et délier sur terre en étant assuré que sa décision sera appliquée dans le ciel.

          Mais toutes les décisions d’un pape ne sont pas infaillibles. Il y en a eu de fort mauvaises. Nous avons le droit de n’en pas tenir compte s’il nous semble que ce qu’il demande est contraire à la foi de l’Eglise.

          Mais cela ne nous dispense pas de le respecter, de prier pour lui.

          Et cela ne nous autorise pas à rechercher partout des complots alors que, même en cherchant à nous informer de notre mieux, nous ne disposons pas de tous les éléments qui nous permettraient de juger (« Ne jugez pas, afin de n’être pas jugés »), encore moins de preuves.

        • Anne Lys says:

          Vous avez raison, on ne peut pas demander à tout le monde d’être théologien.

          Mais on peut demander à tout Catholique de chercher à rester fidèle à la foi enseignée par les Evangiles (qui ne sont ni des légendes, ni le produit de l’idée que des Chrétiens se faisaient, un siècle après l’époque du Christ, de ce qu’il avait pu être !) et par une Tradition ininterrompue.

          Nous avons, dans le Symbole des Apôtres et le Credo de Nicée Constantinople, un résumé d’une grande partie de cet enseignement. Il est complété par les décisions des Conciles oecuméniques approuvées par le pape régnant ou d’un pape, lorsqu’elle s’imposent clairement aux fidèles comme vérités de foi. Depuis le Concile de Trente (il y a quatre siècles et demi), il y en a eu peu: si je ne me trompe, ont été proclamés le dogme de l’Immaculée Conception de la Sainte Vierge, celui de son Assomption et celui de l’Infaillibilité pontificale.

          Ce n’est pas en vertu de celui-ci que nous devons, normalement, obéissance au pape, mais en vertu des paroles du Christ instituant Pierre (et la Tradition nous assure que cette institution s’étend à ses successeurs) comme celui sur lequel est construite l’Eglise, lui donnant le pouvoir de lier et délier sur terre en étant assuré que sa décision sera appliquée dans le ciel.

          Mais toutes les décisions d’un pape ne sont pas infaillibles. Il y en a eu de fort mauvaises. Nous avons le droit de n’en pas tenir compte s’il nous semble que ce qu’il demande est contraire à la foi de l’Eglise.

          Mais cela ne nous dispense pas de le respecter, de prier pour lui.

          Et cela ne nous autorise pas à rechercher partout des complots alors que, même en cherchant à nous informer de notre mieux, nous ne disposons pas de tous les éléments qui nous permettraient de juger (« Ne jugez pas, afin de n’être pas jugés »), encore moins de preuves.

    • fatilasa says:

      Cher Monsieur Soupape,
      Vous faites de parfaites applications et démonstrations de la citation de Nicolas Boileau : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément »
      Faut-il donc croire que vous vous adressez à des esprits confus puisque ce n’est pas encore suffisant pour être compris ?
      Ou bien que :
      « Le premier qui dit la vérité … »
      « Le poète a dit la vérité …. «
      « Il va falloir l’exécuter ! »
      (Guy Béart)
      Bien à vous

  2. « mis au ban du Saint-Empire Romain Germanique par Charles Quint »
    Francesca, à en juger de cet épithète « germanique » vous êtes victime de la réecriture de l’histoire par les Prussiens et autres Allemands protestants. P. Martinus O.S.A. a bien été mis au ban du Saint Empire Romain par son Empereur Charles-Quint, mais l‘expression ‹ Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation › (‘Saint Empire Romain de Nation Allemande’), qu’on lit partout et qu’on entend de façon continue à la radio et à la télevision allemandes, est extrêmement déroutante, et il ne faut pas la traduire comme si de rien n’était. J’explique :
    Dans le Saint Empire Romain il y a trois nations : celle que vous appelez justement la germanique (ce que les Allemands se gardent pourtant bien de faire avec leur mot ‹germanisch›), l’italienne et la bourguignonne. Chacune de ces nations avait à sa tête un des trois Archevêques-Princes-Électeurs spirituels ainsi qu’archichanceliers du Saint Empire Romain : celui de Mayence pour la germanique, celui de Cologne pour l’italienne et celui de Trêves pour la bourguignonne. Pour compléter le collège des Princes-Électeurs il y accédaient quatre temporels : celui de Bohême, celui du Palatinat rhénan, celui de Saxe et celui de Brandebourg. En conséquence du fait que l’archiduc d’Autriche, donc le souverain de ce pays, fût devenu en plus roi (et donc Prince-Électeur) de Bohème, il y avait même après la révolte protestante toujours une majorité d’Électeurs (en allemand ‹Churfürsten› ‘princes choisisseurs’) restés catholiques, à savoir : évidemment les trois archevêques-électeurs (l’autre archevêque, celui de Salzbourg, n’étant pas Électeur) plus l’électeur de Bohème qu‘était devenu entretemps l’archiduc d’Autriche ; c’était donc une situation 4—3 qui empêchait l’élection d’un protestant comme roi des Romains (regem Romanorum, pas ‹deutschen König› ‘roi allemand’ comme persistent à dire à tort les Allemands) qui dès lors serait couronné comme Empereur à Francfort par l’archevêque de Cologne agissant en tant qu’archichancelier de l’Empire pour l’Italie et de ce fait député du pape. Charles-Quint est le dernier Empereur en date à avoir été couronné personnellement par le pape (dans son cas à Bologne où il avait convoqué ce dernier.)
    En 1803, suite aux développements depuis 1789, le parlement perpétuel du Saint-Empire à Ratisbonne fit passer, avec la concurrence du Saint-Empereur à Vienne, une loi très importante mais qui n’a pas de nom propre et porte de ce fait celui du rapport du comité qui l‘avait élaborée : « Recès principal de la délegation extraordinaire d’Empire », en français dans l’original ; le mot courant en allemand, ‹Reichsdeputationshauptschluß›, un raccourci de ‹Hauptschluß des außerordentlichen Ausschusses des Reichs[tages]› reflète le souci des Allemands de rendre la vraie nature de cette loi aussi incompréhensible que possible à l’Allemand moyen (j’emploie le mot ‹Allemand› ici évidemment dans son sens historique de ‹ quelq’un qui a appris l’allemand de sa mère ›). La mesure la plus importante de cette loi fut de « renouveler » l’État-avec- l’Église comme Vatican II allait « renouveler », un siècle et demi plus tard, l’Église entretemps séparée de son État : la loi de 1803 abolit totalement les Électorats de Cologne et de Trêves, et dans le cas de celui de Mayence transféra le pouvoir temporel au nouveau Grand-Duché de Francfort et le pouvoir spirituel, avec l’Électorat et l’office de Primat d’Allemagne, à l’évêque de Ratisbonne, qui n’est toujours qu’un évêque, bien que son prédécesseur soit maintenant archevêque, cardinal et Grand Inquisiteur ; je le préfère à Rome qu’à Ratisbonne. Le présent évêque est un homme modeste et éminemment respectable, qui a survécu au scandale des petits chanteurs de la cathédrale de Ratisbonne devenue la sienne.
    La loi anonyme a été délibérée par le comité parlementaire, votée par le Parlement Perpétuel du Saint-Empire et agréée par l’Empereur, François II (nomen est omen) en 1803. En 1804 celui-ci s’est proclamé en outre Empereur héréditaire d’Autriche sous le nom de François Ier, et en 1806 il a abdiqué comme Saint Empereur Romain, depuis quand il n’y a plus eu d’élection au trône de Rome. (Les prières de la Semaine Sainte pour l’Empereur, qu’on ne récite pas sede imperiali vacante, restèrent dans le missel jusqu’aux premières déprédations de Bugnini.) Si François n’avait pas fait comme il a fait, son successeur sur le trône impérial n’aurait pas été catholique, car non seulement la loi de 1803 abolissait-elle les Électorats de Cologne et de Trêves, mais elle a crée une multitude d’autres électorats protestants, évidemment temporels. C’est à ce jeune François, juste après son élection et couronnement, que son oncle Louis XVI a dû déclarer la guerre en 1792, seulement non en tant que Saint Empereur mais en tant que roi-Électeur de Bohême. François n’est mort qu’en 1835 ; son cercueil dans la crypte des Capucins à Vienne est cerné par ceux de ses quatre femmes. Il n’a eu que trois successeurs : Ferdinand Ier (dérangé) jusqu’en 1848, François Joseph Ier jusqu’en 1916 et Charles Ier jusqu’en 1918, celui-ci père du feu Othon de Habsbourg.
    La loi de 1803 continue en vigueur, et le système de financement de l’Église dans plusieurs pays du Saint-Empire, avant tout l’Autriche et la RFA, continue à être basé sur elle, y compris la provision que les évêques reçoivent un salaire égal à celui des Secretaires d’État (c’est pourquoi ils s’appellent Excellence dans les pays concernés, même si les secrétaires d’État ne s’y font plus appeler ainsi) ; la taxe d’Église prévue par la loi de 1803 est imposé de nos jours par l’État, mais l‘Église paie l’État pour ses collection et renversement à elle. (Hitler a d’ailleurs toujours payé sa taxe d’Église.) On ne parle pas du tellement de ces choses en Allemagne, peut-être parce qu’on n’a pas tout à fait oublié la Guerre de Trente Ans. Chaque fois que je corrige des articles de Wikipédia sur les faits historiques mentionnés ici, on me « reverse » (ou « renverse » ?), ou pire.

  3. Anne Ly says:

    Je vais me faire (un peu) l’avocat sinon du diable, du moins des Luthériens. Il se trouve que, surtout depuis Vatican II, certains Luthériens ont manifesté une piété et un amour de Dieu que j’aurais aimé trouver chez certains de nos évêques. La doctrine qu’ils soutiennent vigoureusement est beaucoup plus proche de la doctrine catholique que celle du clergé catholique moderniste post-conciliaire… Ils sont hérétiques, je le reconnais, mais ce clergé, qu’est-il ?

    D’autre part, en ce moment où les Musulmans fanatiques de l’État islamique, d’Al Qaïda, de Boko Haram et autres ne font aucune distinction entre Chrétiens, massacrent allègrement Catholiques, Orthodoxes, Luthériens, Calvinistes, Evangélistes, Baptistes et autres et détruisent leurs églises, tous ces Chrétiens, qu’ils soient ou non dans l’Église catholique, lorsqu’ils sont tués parce qu’ils reconnaissent la divinité de NSJC et la Sainte Trinité et qu’ils ont refusé de se convertir à l’islam, sont d’authentiques martyrs. Et fort heureusement, tous les Chrétiens des régions où sévissent ces massacres font preuve d’une solidarité qui, bien plus que tous les discours pontificaux ou autres, est de nature à permettre un véritable œcuménisme, car ce qui unit alors les fidèles de NSJC devient plus puissant que les erreurs de certains, et nous pouvons espérer en la grâce de Dieu pour récompenser cette charité véritablement œcuménique en permettant à ceux qui ne sont pas dans l’Église de s’en rapprocher puis d’y entrer.

    D’ailleurs, n’est véritablement hérétique que celui à qui n’a pas été annoncée – et bien annoncée – la Bonne Nouvelle du salut. NSJC n’a pas condamné ceux qui n’ont pas reçu cette annonce ou qui l’ont reçue d’une façon propre à les en dégoûter. Ceux qui ont fait le bien dans leur vie ne sont certes pas membres de l’Église, mais de là à les croire damnés… L’hérétique, celui qui mérite condamnation, c’est celui qui a reçu tout ce dont il avait besoin pour son salut dans l’Église mais qui, par orgueil et/ou pour justifier ses mauvais penchants et ses mauvaises actions, refuse l’enseignement de l’Église et tente d’y substituer une doctrine hérétique, qu’il en soit l’auteur ou le sectateur. Comme Martin Luther au premier chef, dont non seulement la doctrine, mais la vie sont très éloignés des devoirs d’un Catholique, ce qui exclut qu’il ait voulu introduire sa « réforme » par amour de l’Église et pour l’améliorer…

    Croire en la miséricorde de Dieu pour les non Catholiques de bonne foi ayant fait le bien pendant leur vie est une chose, ériger Martin Luther en modèle pour les Catholiques en est une autre, bien différente, et j’avoue ne pas arriver à comprendre comment le pape François peut en arriver là.

    • Je suis tout à fait d’accord avec ces sentiments si bien exprimés.

  4. Anne Lys says:

    Je vais me faire (un peu) l’avocat sinon du diable, du moins des Luthériens. Il se trouve que, surtout depuis Vatican II, certains Luthériens ont manifesté une piété et un amour de Dieu que j’aurais aimé trouver chez certains de nos évêques. La doctrine qu’ils soutiennent vigoureusement est beaucoup plus proche de la doctrine catholique que celle du clergé catholique moderniste post-conciliaire… Ils sont hérétiques, je le reconnais, mais ce clergé, qu’est-il ?
    D’autre part, en ce moment où les Musulmans fanatiques de l’État islamique, d’Al Qaïda, de Boko Haram et autres ne font aucune distinction entre Chrétiens, massacrent allègrement Catholiques, Orthodoxes, Luthériens, Calvinistes, Evangélistes, Baptistes et autres et détruisent leurs églises, tous ces Chrétiens, qu’ils soient ou non dans l’Église catholique, lorsqu’ils sont tués parce qu’ils reconnaissent la divinité de NSJC et la Sainte Trinité et qu’ils ont refusé de se convertir à l’islam, sont d’authentiques martyrs. Et fort heureusement, tous les Chrétiens des régions où sévissent ces massacres font preuve d’une solidarité qui, bien plus que tous les discours pontificaux ou autres, est de nature à permettre un véritable œcuménisme, car ce qui unit alors les fidèles de NSJC devient plus puissant que les erreurs de certains, et nous pouvons espérer en la grâce de Dieu pour récompenser cette charité véritablement œcuménique en permettant à ceux qui ne sont pas dans l’Église de s’en rapprocher puis d’y entrer.
    D’ailleurs, n’est véritablement hérétique que celui à qui n’a pas été annoncée – et bien annoncée – la Bonne Nouvelle du salut. NSJC n’a pas condamné ceux qui n’ont pas reçu cette annonce ou qui l’ont reçue d’une façon propre à les en dégoûter. Ceux qui ont fait le bien dans leur vie ne sont certes pas membres de l’Église, mais de là à les croire damnés… L’hérétique, celui qui mérite condamnation, c’est celui qui a reçu tout ce dont il avait besoin pour son salut dans l’Église mais qui, par orgueil et/ou pour justifier ses mauvais penchants et ses mauvaises actions, refuse l’enseignement de l’Église et tente d’y substituer une doctrine hérétique, qu’il en soit l’auteur ou le sectateur. Comme Martin Luther au premier chef, dont non seulement la doctrine, mais la vie sont très éloignés des devoirs d’un Catholique, ce qui exclut qu’il ait voulu introduire sa « réforme » par amour de l’Église et pour l’améliorer…
    Croire en la miséricorde de Dieu pour les non Catholiques de bonne foi ayant fait le bien pendant leur vie est une chose, ériger Martin Luther en modèle pour les Catholiques en est une autre, bien différente, et j’avoue ne pas arriver à comprendre comment le pape François peut en arriver là.

    • Ou bien il ne pense pas à toutes ces idées fort justes, ou bien il les rejette ; tertium non datur.

  5. Je crains qu’avec François, nous vivions l’étape ultime du processus de protestantisation de l’Eglise, entamé à Vatican II, et que la grande masse des fidèles qui se croient catholiques tout en fréquentant les rites de Paul VI dans leurs paroisses et en se conformant à l’esprit du Concile, sont en réalité devenus des protestants sans le savoir. Il n’y a qu’à voir leurs aspects extérieurs, leurs comportement à l’église ou leur façon de parler des sujets religieux. Souvent, on ne peut presque plus distinguer extérieurement, un prêtre d’un pasteur. Les réformes de Vatican II auront été une étape de préparation vers la reconnaissance de la Réforme de Luther et l’union avec les luthériens. François semble déterminé à nous y conduire. Cette  »Année Luther » pourrait nous réserver des surprises, mais elle pourrait aussi voir son influence neutralisée par le Centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima. Là, il y aura foule et François ne pourra rien.

  6. Fatilasa says:

    En remerciement à Madame Francesca de Villasmundo, ses consoeurs et ses confrères qui, par leurs chroniques remarquables, nous permettent de rester dans l’Eglise de Philadelphie.

    Les Eglises de l’Apocalypse.
    (Interprétation personnelle nécessitant un discernement pour approbation)
    Au moment de la vision, les sept Eglises citées coexistent bien parmi d’autres d’ailleurs :
    • Il n’est donc pas possible que les sept lettres adressées ne concernent que ces sept Eglises citées et uniquement pour leur période historique. Ces lettres ne peuvent que dépasser la période historique de ces sept Eglises pour s’appliquer à l’entièreté de l’histoire de l’Eglise jusqu’à nos jours et en considération de son extension progressive dans le monde entier.
    • Il s’agit plus réalistement de sept comportements différents peut-être décrits en référence au comportement de ces sept Eglises citées de l’époque.
    • Il n’est guère possible qu’il s’agisse de sept comportements caractérisant sept périodes successives qu’a connues l’Eglise dans son évolution depuis le début jusqu’à nos jours. La première période ne peut pas avoir été entièrement comme ceci, et la suivante entièrement comme cela, la troisième entièrement bonne, la quatrième entièrement faible, … la dernière entièrement mauvaise.
    • Il s’agit donc plus vraisemblables de sept comportements qu’on peut retrouver simultanément dans l’Eglise à n’importe quelle période de son existence. A chaque période de son existence, à chaque jour de son existence, l’Eglise peut tenir ces sept comportements différents simultanément ou bien seulement l’un des sept (ce qui est invraisemblable) ou bien plusieurs des sept. Ce sont plutôt les baptisés qui se conduisent de sept façon différentes dans l’Eglise. Ceux-ci comme ceux de l’Eglise d’Ephèse, ceux-là comme ceux de l’Eglise de Sardes, ces autres comme ceux de l’Eglise de Laodicée, … un tel nombre comme ceci, un tel nombre comme cela …
    • Et par extension, il peut s’agir de sept comportements que chaque baptisé peut tenir durant sa vie, soit pendant toute sa vie (ce qui est peu probable), soit pendant des périodes différentes de sa vie, peut-être même pendant une journée.
    On pourrait dire que l’Eglise d’aujourd’hui vit, au travers des baptisés, tout à la fois les sept situations :
    • Eglise d’Ephèse : abandon du premier amour.
    • Eglise de Smyrne : attaque du dehors – tribulations.
    • Eglise de Pergame : attaque du dedans – tentative d’assimilation.
    • Eglise de Thyatire : le danger est installé au-dedans.
    • Eglise de Sardes : Eglise morte d’apparence.
    • Eglise de Philadelphie : est restée dans l’amour du Seigneur. Tenir ferme.
    • Eglise de Laodicée : tiédeur.
    Ce qui est inquiétant, c’est que l’Eglise de Philadelphie est aujourd’hui bien submergée tout à la fois par les six autres, notamment par celles de Pergame, de Thyatire et de Laodicée, et bientôt, finalement, par celle de Sardes. Mais alors ….

  7. Fatilasa says:

    En remerciement à Madame Francesca de Villasmundo, ses consoeurs et ses confrères qui, par leurs chroniques remarquables, nous permettent de rester dans l’Eglise de Philadelphie.

    Les Eglises de l’Apocalypse.
    (Interprétation personnelle nécessitant un discernement pour approbation)
    Au moment de la vision, les sept Eglises citées coexistent bien parmi d’autres d’ailleurs :
    • Il n’est donc pas possible que les sept lettres adressées ne concernent que ces sept Eglises citées et uniquement pour leur période historique. Ces lettres ne peuvent que dépasser la période historique de ces sept Eglises pour s’appliquer à l’entièreté de l’histoire de l’Eglise jusqu’à nos jours et en considération de son extension progressive dans le monde entier.
    • Il s’agit plus réalistement de sept comportements différents peut-être décrits en référence au comportement de ces sept Eglises citées de l’époque.
    • Il n’est guère possible qu’il s’agisse de sept comportements caractérisant sept périodes successives qu’a connues l’Eglise dans son évolution depuis le début jusqu’à nos jours. La première période ne peut pas avoir été entièrement comme ceci, et la suivante entièrement comme cela, la troisième entièrement bonne, la quatrième entièrement faible, … la dernière entièrement mauvaise.
    • Il s’agit donc plus vraisemblables de sept comportements qu’on peut retrouver simultanément dans l’Eglise à n’importe quelle période de son existence. A chaque période de son existence, à chaque jour de son existence, l’Eglise peut tenir ces sept comportements différents simultanément ou bien seulement l’un des sept (ce qui est invraisemblable) ou bien plusieurs des sept. Ce sont plutôt les baptisés qui se conduisent de sept façon différentes dans l’Eglise. Ceux-ci comme ceux de l’Eglise d’Ephèse, ceux-là comme ceux de l’Eglise de Sardes, ces autres comme ceux de l’Eglise de Laodicée, … un tel nombre comme ceci, un tel nombre comme cela …
    • Et par extension, il peut s’agir de sept comportements que chaque baptisé peut tenir durant sa vie, soit pendant toute sa vie (ce qui est peu probable), soit pendant des périodes différentes de sa vie, peut-être même pendant une journée.
    On pourrait dire que l’Eglise d’aujourd’hui vit, au travers des baptisés, tout à la fois les sept situations :
    • Eglise d’Ephèse : abandon du premier amour.
    • Eglise de Smyrne : attaque du dehors – tribulations.
    • Eglise de Pergame : attaque du dedans – tentative d’assimilation.
    • Eglise de Thyatire : le danger est installé au-dedans.
    • Eglise de Sardes : Eglise morte d’apparence.
    • Eglise de Philadelphie : est restée dans l’amour du Seigneur. Tenir ferme.
    • Eglise de Laodicée : tiédeur.
    Ce qui est inquiétant, c’est que l’Eglise de Philadelphie est aujourd’hui bien submergée tout à la fois par les six autres, notamment par celles de Pergame, de Thyatire et de Laodicée, et bientôt, finalement, par celle de Sardes. Mais alors ….

  8. Il fait partie de ceux qui ont traité les Protestants d’hérétiques, aujourd’hui, il manœuvre avec des discours de séduction mondialiste, afin de rallier les Protestants à la cause catholique. Si les Protestants pardonnent, c’est une bonne chose, mais la fréquentation ne doit pas avoir lieu. Toutes les manœuvres catholiques sont malsaines et perverses, les siècles l’ont prouvé. Le catholicisme a été semblable à L’État islamique , la mort était pour tous ceux qui ne voulaient pas de la sainte Église et de son pape, des millions de morts à cause de cette religion d’homme (les conquêtes espagnoles, le saint Barthélémy, 39/45, etc.), qui n’a rien à voir avec les évangiles de paix et d’amour pour son prochain.

    • Le catholicisme n’a jamais été une religion d’homme, il vient de Dieu. Vous n’y connaissez rien. En revanche, ce qui est évidemment de l’homme, ce sont ceux qui se servent du catholicisme pour arriver à leurs propres fins : être au pouvoir pour dominer les autres, comme veulent le faire les Juifs mondialistes. Ils n’ont de catholiques que le nom.

  9. Etienne says:

    C’est la dernière marotte de notre pontife xénophile. (Il aime – ou fait semblant d’aimer – les autres beaucoup plus que les siens.)

    Vous connaissez l’histoire de Tarpeia ? Après sa trahison, elle s’est faite lapider par ses nouveaux amis.

    Souvenez-vous. Un Turc, un jour, a tiré sur J-P II .

    Prions Dieu pour que ça n’arrive pas à François : on nous en fabriquerait un demi bon dieu.

  10. Fatilasa says:

    Office œcuménique – Emission télévisée « Le jour du Seigneur »
    dimanche 22 janvier 2017
    La parfaite expression de la pensée et de l’action bergoglienne.
    Louange et exaltation de la réforme luthérienne.
    La Vérité à l’envers, l’Eglise à l’envers, le monde à l’envers.
    Que faut-il encore de plus pour qu’on commence à comprendre ?
    De toute façon, il est presque trop tard.
    Sauve qui peut !

    • Anne Lys says:

      Chaque année (cette année aussi !) j’envoie à « Le Jour du Seigneur » une lettre de protestation, car je n’admets pas, alors que je ne peux pas aller à l’église, d’être privée de la messe dominicale au profit d’une cérémonie dite « oecuménique » dans une église luthérienne.

      Comme si, pour les Catholiques, une messe ne valait pas un milliard de milliards de milliards (ajoutez-en autant que vous voudrez) de « cérémonies oecuméniques ».

      Et c’est chaque année la même chose : la messe est sacrifiée à la « cérémonie oecuménique ». On pourrait célébrer celle-ci sur le contingent horaire attribué par France 2 aux autres confessions chrétiennes. Mais non, c’est TOUJOURS la messe qui est sacrifiée.

      Encore, en ce qui me concerne, puis-je assister l’après-midi à une messe sur KTO. Mais pour cela il faut souscrire un bouquet télévisuel. Beaucoup de personnes âgées, d’infirmes, ne peuvent pas se le permettre. Et pour les personnes hospitalisées qui n’ont en général accès qu’à la TNT, rien à faire…

      Mais chaque fois on me répond avec indignation que je ne comprends rien à rien, et que « l’oecuménisme » est plus important que tout.

      • fatilasa says:

        Madame Anne Lys,
        Merci pour votre réponse. Je vais essayer d’extirper de ma pensée ou filtrer tout ce qui est susceptible de vous blesser.
        C’et le problème de la grande apostasie. Il n’y a pas que l’Eglise qui fait ou défait l’Eglise, il y a aussi les gouvernements dans la mesure où ils sont pour elles ou contre elles. Et tout le monde sait bien qu’il n’y a presque plus de gouvernements qui sont pour elles, d’où des chaînes publiques de télévision qui, même lorsqu’elles diffusent des programmes religieux, le font en gardant l’objectif de nuire insidieusement à la vraie foi au vraie Christ et à sa vraie Eglise qui est à présent bien maigrichonne. Mais le comble, c’est que des prélats de l’Eglise marchent dans cette combine en y étant aujourd’hui bien encouragés par leur chef religieux, le pape qui en fait tout autant et même beaucoup plus sans qu’on ne puisse le confondre d’hérésie formelle. A ce train là, ce n’est pas seulement vers un schisme que l’on court, c’est tout simplement vers l’anéantissement des moyens d’existence et de subsistance de la Sainte Eglise catholique, c’est–à-dire vers la fin des temps. Il est bien sur présentement encore difficile de se rendre à la raison, mais certainement que les événements qui vont se précipiter ne manqueront pas de nous en instruire et de nous en convaincre beaucoup plus rapidement que certains ne tentent de le faire présentement. Car c’est une situation inextricable, désormais irrémédiable.
        Dans l’émission que j’ai pu visualisé, j’ai entendu l’évêque catholique reproduire, presque mots à mots, les expressions du pape se réclamant de l’unification ou réunification des chrétiens pour justifier de tels comportements. « Amour –Paix – Joie – Unité » dans le même Christ ! Mais c’est un prix de l’apostasie et de l’abrogation du perpétuel sacrifice : « Il vaut mieux qu’un seul homme meurt plutôt que tous ! ». C’était déjà comme cela, il y a deux mil ans. Et comme le pape a fait « exploser » les structures de l’Eglise par le seul fait de se décharger sur les évêques diocésains de la responsabilité d’interpréter Amoris Laeteitia, il a créé ainsi autant d’Eglises et de papes qu’il n’y a de diocèses. Il n’y a désormais plus de « tête de l’Eglise », cette tête qui garantissait l’unité des chrétiens. Comment recoller un vase brisé en quatre mil morceaux (quatre mil évêques) ?
        Bien à vous dans le Seigneur Christ Jésus.

      • fatilasa says:

        Nous sommes tous confrontés à une situation insidieuse et pernicieuse comme l’Eglise n’en a pas encore connue sans qu’elle ne termine par un schisme dont, cette fois-ci, le protagoniste est le pape lui-même :
        • D’un côté, il est impossible d’établir canoniquement que le pape professe une ou plusieurs hérésies formelles par son comportement, ses propos et ses documents
        • D’un autre côté, il est manifeste que son comportement, ses propos et ses documents génèrent sept fléaux qui ravagent l’Eglise et des âmes : l’illusion (abstraction de la réalité) – la confusion – la compromission – la dérision – la division – la rébellion – la destruction. Et ce phénomène est en expansion incessante depuis des mois déjà.
        Il ne faudrait quand même pas perdre de vue l’impact dévastateur que cette crise profonde peut avoir sur les baptisés et sur le proche avenir de l’Eglise. Ce serait un peu comme, dans la suite d’un attentat, juger des raisons avancées par leurs auteurs en oubliant l’immense préjudice des victimes.
        Dans la logique élémentaire, et Dieu est infiniment logique, c’est d’abord au sort des victimes qu’on devrait penser à moins qu’on ne cherche à les rendre responsables de ne pas avoir su discerner qu’elles faisaient un mauvais choix. Qui donc est responsable devant Dieu ?
        C’est tout juste si cette comédie ne nous fait pas spontanément penser à celle qui a été jouée il y a deux mil ans pour condamner Notre Seigneur Jésus-Christ :
        • Le droit canonique, la loi, sert presque de faux témoignage dont on se réclame pour condamner l’Eglise à son dépérissement.
        • Et face aux questions dont on le presse, Jorge Bergoglio répond comme Ponce Pilate : « Je ne suis pas coupable ni responsable, je m’en lave les mains ».
        « Aujourd’hui comme alors … » Et bien soit ! Le calvaire, le tombeau, … mais aussi la Résurrection. Notre Maître nous a prévenu que l’Eglise, son corps mystique, devrait suivre le même chemin que Lui. Il ne fait aucun doute que nous y sommes.
        Pape François joue un drôle de jeu dont il serait naïf de croire que c’est parce qu’il est naïf et qu’il en est innocent. « Aujourd’hui comme alors …. » Difficile de croire que c’est l’Esprit saint qui lui suggère d’agir de la sorte.
        Le pape François a présentement délibérément manifesté son intention de justifier A.L. jusqu’au bout sans la corriger puisqu’il a répondu à des évêques que leur intention de distribuer la communion aux divorcés remariés constituait l’interprétation correcte qu’il faut faire de A.L. Dès lors, certainement que çà va bientôt « barder ».
        Bien à vous

        • Charette says:

          -D’un côté, il est impossible d’établir canoniquement que le pape professe une ou plusieurs hérésies formelles par son comportement, ses propos et ses documents.

          il y a pas a l’établir voyons , car il est sous la juridiction de Dieu seulement ..
          juste a le constater lorsque sont hérésie est public point !..

          L’Ami du Clergé 1937
          « Au cas où le pape deviendrait personnellement hérétique, il cesserait ipso facto d’être membre de l’Église : n’étant plus membre il perdrait a fortiori la qualité de chef. D’où les théologiens concluent que si un pape était « déposé » du chef d’hérésie, en réalité il ne serait ni déposé ni jugé ; on le constaterait simplement déchu par sa propre volonté, pour s’être transféré lui-même hors du corps de l’Église. » (Vol. 54, p. 422-3) (1937)

          • Mais évidemment ! Et à ce moment-là les cardinaux « dubieux » émettent une sentence déclaratoire de cette déchéance, sur quoi on est obligé de convenir un consistoire pour élire quelqu’un au Saint Siège devenu vacant.

        • Charette says:

          « Par tacite renonciation admise par le droit lui-même , tout office devient vacant ipso facto et sans aucune déclaration , si le clerc : .. 4° défaille (defecerit) publiquement de la Foi Catholique. » (Canon 188 du Code de Droit Canonique)

          • fatilasa says:

            Cher Monsieur Charrette,
            Merci d’avoir bien voulu intercepter mon message « ondulaire » et d’y avoir donné une suite. J’avais bien remarqué que vous êtes nantis de vastes connaissances pointues en la matière, ce qui m’a retenu de vous emboîter le pas car les miennes ne dépasse guère la connaissance ordinaire et c’est plutôt la simple logique qui me guide sans pour autant nier qu’elle doit être encadrée.
            En outre, il m’avait semblé que vous penchiez du côté de l’impossibilité d’établir ou de faire valoir que Jorge Bergoglio serait hérétique, professerait des hérésies.
            De plus, viennent se greffer à la suite de vos propos ceux de Efgy avec laquelle (lequel) je me suis déjà accroché il y a plusieurs mois parce qu’elle (il) prenait la défense du pape Bergoglio, et qu’à présent, elle semble avoir des divergences d’opinions. Il y a parfois de quoi « en perdre son latin » si on ne suit pas assidûment la partie de « ping – pong ».
            Pourriez-vous confirmer ou invalider ce que je vous expose avoir compris de vos deux derniers messages ?
            J’en retiens que le simple fait que le pape professe publiquement des hérésies formelles le place « ipso facto » en dehors de l’Eglise et le déchoit « ipso facto » de sa qualité de souverain pontife. J’adhère évidemment pleinement à ce principe, bien logique, et qui vaut pour tout baptisé. Pour moi, cet homme est manifestement le faux prophète décrit par l’apocalypse. Mais il semble que l’objet de controverses entre commentateurs vise précisément le fait de prouver que ce que le pape professe (par son comportement, ses propos, ses documents) relève bien de l’hérésie formelle. On a l’impression de tourner en rond.
            Tout vrai catholique sait bien que l’islam, le protestantisme et la franc-maçonnerie sont les trois grands prédateurs de l’Eglise catholique et qu’y adhérer est une profession publique d’hérésie. Pourquoi donc ne considère-t-on pas que le pape professe publiquement une ou plusieurs hérésies formelles puisqu’il manifeste toute sa prédilection pour ces fausses religions et doctrines ?
            D’autre part, il est impossible que ce pape soit le résultat de l’œuvre de l’Esprit Saint ainsi que le disait le patriarche Alexis de l’Eglise byzantine dans sa déclaration d’anathème à son égard : « Il y a longtemps que l’Esprit Saint ne repose plus sur Bergoglio »
            Dans la simple logique, il y a donc quelque chose d’anormal dans l’élection de ce pape et forcément quelque chose qui l’invalide. Mais il semble que, dans la présente situation de confusion, de compromission, on fasse abstraction de la réalité et qu’on se refuse à chercher le point litigieux, le « vice caché », peut-être dans la connaissance qu’on refuserait de le considérer tout autant que beaucoup se refusent de voir l’évidence d’un comportement tout à fait anormal et apostasiant de ce pseudo pape. En outre, il est manifeste qu’on ne veut pas se rendre à l’évidence de la pleine actualisation de l’Apocalypse. Et cela fausse toute la perception de la réalité.
            Merci beaucoup pour l’expression de vote pensée.
            Bien à vous dans le Christ Jésus.

            • Charette says:

              (Les hérétiques n’ayant pas droit de suffrage dans l’Eglise : cf. Canon 167, 1. 4̊.)

  11. Charette says:

    Sur cette photo, nous voyons Bergoglio à genoux, recevant une bénédiction protestante.
    Celui qui impose la main est la pasteur Carlos Mraida. A sa gauche sur la photo, c’est le pasteur Norberto Saracco de l’église pentecôtiste argentine.

    https://i0.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2013/03/306_bergoglio01.jpg
    Moins

    • Un lecteur anonyme says:

      Pourriez – vous mettre en ligne la vidéo qui s’y rapporte car Bergoglio fut immédiatement en état de « choc » consécutivement à cette incantation maléfique ?

      L’antipape JMB aime beaucoup la Divine Comédie et Dante Alighieri est son poète préféré …

      Une de ses peintures de prédilection serait la Crucifixion Blanche de Marc Chagall .
      Un tableau où le Christ Crucifié porte une tunique aux couleurs d’Israël et où la référence à la persécution des Juifs apparaît clairement .
      http://www.zenit.org/fr/articles/avec-le-pape-francois-chaque-heure-qui-passe-est-une-surprise

      Trois ans et + ont passé depuis l' »élection » de François ,,beaucoup vont – elles (ils) continuer à s’interroger …?

      • Charette says:

        Effectivement , je l’ai visionné !..
        Je vous retrouve cela des que possible .

        « Œcuménisme »: Martin Luther voulait « renouveler l’Église », non la diviser, souligne [l’antipape]

        Audience à une délégation « œcuménique » de [la secte] luthérienne de Finlande

        (…)

        https://fr.zenit.org/articles/oecumenisme-martin-luther-voulait-renouveler-leglise-non-la-diviser-souligne-le-pape/

        • Un lecteur anonyme says:

          Merci à vous Charette .
          Je viens d’ouvrir votre lien
          Surprenant …c’est le site que j’ai mis en ligne au-dessous !
          La Providence nous rassemble , merci à Dieu , Père Fils et Esprit – Saint , sous le Saint Manteau de la Très Sainte Vierge Marie dans la Communion de tous les Saints et Saintes de Dieu .
          Je ne peux aller jusqu’au bout du texte tellement entaché d’erreurs subtiles mais si perverties .
          – « Nous sommes unis dans la chemin vers la pleine communion  »
          Et nous y voilà le sortilège François et ses acolytes maçons , apostats et hérétiques avec la mise dans la place vaticane Luther et sa statue au Vatican , à eux le sacrilège suprême l’abomination de la désolation qui se manifeste par une fausse Église , une fausse unité avec un damné et ses fidèles bernés , un faux – rite , une communion SACRILÈGE .
          Concrétisation du plan de Satan , une fausse messe et sa nourriture diabolique …
          Le Saint-Sacrifice remplacé par l’Adoration de la Bête luthérienne !
          El Furbo est un assesseur servile et Luciférien comme les spectacles et les films dont il se repait à la face des fidèles aveuglés .

          http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=&ved=0ahUKEwj1rbjL4tXRAhXIqxoKHW9aAX4QFggaMAA&url=http%3A%2F%2Fsaintebible.com%2F2_thessalonians%2F2-11.htm&usg=AFQjCNH8FGdEgCTpnMYuCGC0qPAtVzciGg

  12. Charette says:

    Déjà voici la vidéo partielle (vers 2mn 45s) Peut-on imaginer Saint Pierre aller « dialoguer » avec les prêtres de Jupiter, de Mars, de Cybéle ou d’autres ambassadeurs de l’Adversaire et ensuite s’agenouiller à leurs pieds pour se faire bénir : non on ne le peut pas.

    https://gloria.tv/video/ZAiKeXmWuHuy3NcrVaHQ1QTur

    • Un lecteur anonyme says:

      Formidable … cela va éclairer encore des âmes tièdes.
      A mon sens , au vu de la séquence et de l’enregistrement sonore étrange , la vidéo doit être regardée après une oraison à Jésus lui demandant de nous couvrir de Son Très Précieux Sang .

      • Charette says:

        « Par tacite renonciation admise par le droit lui-même , tout office devient vacant ipso facto et sans aucune déclaration , si le clerc : .. 4° défaille (defecerit) publiquement de la Foi Catholique. » (Canon 188 du Code de Droit Canonique)

  13. Le Sommelier says:

    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2013/08/Beach-Ball-Circus-Jorge.pdf
    Carton rouge pour sa sainteté hérétique le capitaine de l’équipe de foutebol du Vatican qui confond la surface de Réparation de l’ Autel du Sacrifice avec le gazon des jeux du stadium .
    Jusqu’à quand faudra-t-il supporter les insultes de ce pître à notre sainte religion ?

  14. fatilasa says:

    Je me souviens d’une belle affiche de propagande pour la sécurité routière concernant l’usage des phares en période d’obscurité et dont le slogan percutant disait : « Ne soyez pas le dernier à les allumer ! » Tout le monde comprend vite, notamment par le dessin, que c’est autant pour sa propre sécurité que pour celle des autres. Ainsi en est-il sur le chemin qui nous mène vers le Ciel ! Sans éclairage dans l’obscurité, on risque bien de mettre les autres en danger et de se faire expédier en dehors du chemin.

    • Le Sommelier says:

      La prudence est la mère des vertus : attention à l’éclairage car souvent les lapins croient que les phares de la Papamobile zigzagante sont là pour éclairer la route ….Pauvres lapins , même les carottes les considèrent comme l’ incarnation du mal !

      • fatilasa says:

        C’est effectivement une autre façon tout aussi réaliste de voir les choses, Monsieur Le Sommelier. Dans ce cas, seriez-vous d’accord qu’on adapte le slogan :  » Ne soyez pas le premier à vous prendre pour un lapin ! » Car Jorge Bergoglio les aime bien !
        Bien à vous.

  15. Pierre Faucher says:

    Comment expliquer la quasi absence d’opposition ???

    • Le Sommelier says:

      S’il y a absence d’ opposition c’ est qu’ il y a non seulement abandon , ignorance et perversion de la bonne Doctrine mais aussi ignorance et tolérance de la mauvaise doctrine de l’ ennemi . Les élites intellectuelles ont quasiment disparu .
      On ne peut aimer vraiment ou rejeter réellement que ce que l’ on connait bien . Le relativisme nous enfume . Le nord est au sud . La subversion permanente à tout âge est à l’ oeuvre .
      Jusqu’ au Pape Pi XII il suffisait de lire les encycliques pour savoir quoi penser sur les idéologies du temps . C’ était clair et net . Ces encycliques sont de plus en plus d’ actualité !
      Que nous propose Mefisto-Airbagoglio , le  » pape  » qui croit à la présence réelle du ballon sur l’ autel ? Une encyclique sur le traitement des déchets et le ramassage des poubelles !
      Chesterton disait déjà à son époque :
       » Le monde moderne n’est pas méchant ; à certains égards il est beaucoup trop bon. Il est rempli de vertus farouches et gaspillées. Quand un certain ordre religieux est ébranlé – comme le Christianisme le fut sous la Réforme – les vices ne sont pas seuls à se trouver libérés. Certes les vices sont libérés et ils errent à l’aventure et ils font des ravages. Mais les vertus aussi sont libérées et elles errent, plus farouches encore, et elles font des ravages plus terribles encore. Le monde moderne est envahi des vieilles vertus chrétiennes devenues folles. Les vertus sont devenues folles pour avoir été isolées les unes des autres, contraintes à errer chacune en sa solitude. »
      Absence d’ opposition ?
      Au nom d’ une tolérance mal comprise, de concessions en concessions, la température de l’ eau de la marmite , dans laquelle la grenouille trempait , a monté doucement mais surement . Et quand il était encore temps de sauter par dessus bord, l’ énergie a manqué et le sort en fut jeté.
      Absence d’ opposition ? Des loups déguisés en agneaux .
      A force de ne pas vivre comme on pense, on finit par penser comme on vit …
      Absence d’ opposition ? Le ver est dans le fruit .
      Les postes d’ autorité de Rome étant occupés par des antichrist, ….L’ Eglise est éclipsée .
      « Quant à mes ennemis, qui n’ont pas voulu m’avoir pour Roi, amenez-les ici, et tuez-les devant moi. » Saint Luc XIX, 27

      • fatilasa says:

        Belle analyse, Monsieur Le Sommelier ! Les euphoriques concluront tout simplement que vous êtes un vilain pessimiste. Pourtant, c’est vous qui avez raison : « le vert est dans la pomme »
        L’Eglise est déjà toute désagrégée par la compromission qui la ronge de l’intérieur et s’étend à la conscience générale. Bientôt, on ne trouvera presque plus de familles, de personnes qui ne soient pas concernées ou affectées, directement ou indirectement, par l’un ou plusieurs des maux de la contraception, du concubinage, du libertinisme sexuel, de l’adultère, du divorce, du remariage, de l’homosexualité, de l’avortement, de l’euthanasie, de l’abandon de la pratique dominicale, du matérialisme, de l’hédonisme, du consumérisme, de l’athéisme pratique, du relativisme, du modernisme, …. De ce fait, il n’est presque plus possible ni permis de faire référence aux préceptes évangéliques et à la doctrine catholique sans risquer de froisser, de blesser, de susciter des animosités, des discordes dans les familles, des inimitiés dans l’entourage ou le voisinage, des divisions, parfois même, des poursuites en justice. Et pour ne pas compromettre les bonnes relations humaines qu’ils privilégient, presque tous choisissent de se taire, de s’accommoder du mal, et de s’imposer, en toute bonne conscience, ce faux concept de paix. C’est à l’image du caméléon qui adapte sa couleur à son environnement. Le grand nombre fait ainsi spontanément application du même principe qu’emploie le pape dans ses prétentions illusoires de pouvoir instaurer la paix dans le monde, sans le Christ. La paix d’abord, avant tout, par-dessus tout. La paix selon les concepts humains et pour des objectifs purement terrestres. Il est donc certain que ces personnes ne vont pas s’opposer aux prérogatives du pape et que celui-ci ne reviendra pas du tout en arrière mais ira plutôt de l’avant, fort de l’approbation du grand nombre et soucieux de ses engagements « au service de la Bête ». Et

      • J’ai pensé d’abord que cette citation devrait provenir du Coran, mais je viens de la vérifier sur l’original : c’est fidélement traduit. C’est la conclusion d’une parabole qui se lit un peu comme une apologie du capitalisme. Le passage est utilisé comme Évangile d’un dimanche, mais je ne sais plus lequel ; j’ai pourtant l’impression que la dernière phrase n’est pas incluse dans l’Évangile en question.

    • Pierre Faucher says:

      Peut-être parce que les chrétiens sont rares parmi cette multitude catholique. Il est temps que Jésus revienne mettre de l’ordre dans ce fouillis.

      Comment pourra-t-il reconnaître ceux qui n’ont pas de nom et pas de face ?????

      • Charette says:

        Adepte d’oxymore ?
        N’est chrétiens que les catholiques !…
        Par les hérétiques protestants en autre !..

        • Non, Charette : n’est chrétiens que celui qui est de religion chrétienne et de ses confessions.

          • Charette says:

            Qui n’est que le Catholicisme Point !
            Les autres sont des sectes hérétiques style Protestant , évangéliste ect…

        • Avec tous vos comparses, on se croirait à une réunion spéciale du sanhédrin, toujours à l’oeuvre pour exécuter …. exécuter son sale boulot.

          Les enfants rient, chantent et dansent dans la rue avec leur libérateur ; je vais de ce pas me joindre à eux.

  16. Charette says:

    Unité des « chrétiens »: « Je vous invite à persévérer dans la « prière » », demande [l’antipape] François

    Saint Paul indique « le chemin à suivre » [???]

    (…)

    https://fr.zenit.org/articles/unite-des-chretiens-je-vous-invite-a-perseverer-dans-la-priere-demande-le-pape-francois/

    • trop-bon says:

      Je propose au « Pape  » de montrer l’exemple par un chapelet des Mystères douloureux et par un Chemin de Croix .

  17. Charette says:

    CONSTITUTION DOGMATIQUE SUR L’ÉGLISE
    LUMEN GENTIUM VATICAN II

    CHAPITRE PREMIER :
    Le Mystère de l’Église

    15. Les liens de l’Église avec les chrétiens non catholiques

    Avec ceux qui, étant baptisés, portent le beau nom de chrétiens sans professer pourtant intégralement la foi ou sans garder l’unité de la communion sous le Successeur de Pierre, l’Église se sait unie pour de multiples raisons [28]. Il en est beaucoup, en effet, qui tiennent la Sainte Écriture pour leur règle de foi et de vie, manifestent un zèle religieux sincère, croient de tout leur cœur au Dieu Père tout-puissant et au Christ Fils de Dieu et Sauveur [29], sont marqués par le baptême qui les unit au Christ, et même reconnaissent et reçoivent d’autres sacrements dans leurs propres Églises ou dans leurs communautés ecclésiales. Plusieurs d’entre eux jouissent même de l’épiscopat, célèbrent la sainte Eucharistie et entourent de leur piété la Vierge Mère de Dieu [30]. À cela s’ajoute la communion dans la prière et dans les autres bienfaits spirituels, bien mieux, une véritable union dans l’Esprit Saint, qui, par ses dons et ses grâces, opère en eux aussi son action sanctifiante et dont la force a permis à certains d’entre eux d’aller jusqu’à verser leur sang. Ainsi, l’Esprit suscite en tous les disciples du Christ le désir et les initiatives qui tendent à l’union pacifique de tous, suivant la manière que le Christ a voulue, en un troupeau unique sous l’unique Pasteur [31]. À cette fin, l’Église notre Mère ne cesse de prier, d’espérer et d’agir, exhortant ses fils à se purifier et à se renouveler pour que, sur le visage de l’Église, le signe du Christ brille avec plus de clarté.

    http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html

  18. fatilasa says:

    Chère Mme A.M. Guillermont,
    Si vous avez visualisé le lien proposé et ses 20 lignes, vous savez maintenant combien la connaissance de l’apocalypse est aussi décisive que la connaissance de l’Evangile, c’est en fait la même parole du même Dieu. Ainsi donc, ceux qui ne s’y intéressent pas délaissent la parole de Dieu. Mais ce comportement est précisément celui qui a généré la grande apostasie et la fin des temps. Et l’on pourrait dire, comme l’a dit Benoît XVI : « Ils se bercent d’illusions ceux qui croient que Fatima est derrière nous ». Parmi eux, il va y avoir beaucoup de désarroi, de doutes, d’incertitudes, d’inquiétudes, d’ébranlement de la vraie foi et sans plus d’espérance. Mais pour vous, chère Madame, rien de tout cela, car vous avez sincèrement fait preuve que vous vous intéressiez vraiment à l’Apocalypse. Soyez donc sans crainte de vous égarer ! Même si tout ce que je vous ai exposé semble n’être encore que du brouillard, il va se lever sous l’effet du soleil qui brille déjà dans votre cœur.
    Le monde ne croit pas que les affaires de l’Eglise catholique ont aussi un impact sur ses propres affaires et sur sa destinée. Il en reste donc insouciant et indifférent. Il ne croit pas que le Dieu Trinité de l’Eglise catholique est aussi le Dieu Trinité Créateur du monde entier et qui l’anime. Il va donc y avoir beaucoup d’inquiétude et d’effroi mais sans espérance pour ceux qui ne croient pas ou plus.
    Et maintenant, me viennent à l’esprit les paroles de Jésus en Marc 14:41 : « Une troisième fois, il vient et leur dit :  » Désormais vous pouvez dormir et vous reposer. C’en est fait. L’heure est venue : voici que le Fils de l’homme va être livré aux mains des pécheurs. » Ce n’est pas une question d’être lyrique, mais tout simplement d’être sérieux, réaliste, et de vivre vraiment « l’heure venue » pour l’Eglise, pour tout baptisé qui croit en elle, pas celle de Bergoglio évidemment, mais celle qui est en croix, bientôt au tombeau, puis tout aussi vite ressuscitée.
    « L’espérance est la vertu théologale que vous devez particulièrement vivre dans les heures sanglantes de la purification » (M.S.M.)
    Bien à vous en union de prière dans les doux cœurs unis de Jésus et de Marie.

    • Je me méfie de ces formules pieuses qui semblent admettre la mère de Dieu au même niveau de vénération que Dieu, ce qui constituerait la matière d’une hérésie.

      • fatilasa says:

        Daignez m’excusez Pamino, mais je n’ai pas bien compris.
        De quelles formules parlez-vous ?
        Pourriez-vous ‘expliquer ?
        Merci d’avance

      • Charette says:

        Le culte de dulie est, pour l’Église catholique romaine, le culte réservé aux saints, par opposition au culte de latrie, réservé à Dieu, et au culte d’hyperdulie, réservé à la Vierge Marie.

        A savoir pamino absolument , c’est la doctrine Catholique .

  19. fatilasa says:

    A l’attention de Efgy,
    Je suis désolé de revenir sur les renseignements que vous m’avez fait parvenir dernièrement. Pour vous comme pour tous ceux qui ont pu nous lire et autant pour moi-même, j’ai dû faire une recherche plus approfondie tout simplement en conséquence et en considération de la réalité de l’actualité dans l’Eglise et dans le monde, laquelle oblige à avoir une autre perception que celle des affirmations plus anciennes. C’est un peu comme à l’époque où, malgré ses réticences tenaces, l’Eglise a bien dû admettre que de toute évidence, selon ce qu’affirmait Galilée et au vu de la réalité, ce n’était pas le soleil qui tournait autour de la terre mais l’inverse.
    Mais cela n’enlève rien à la valeur de votre acte charitable, apparemment providentiel et répondant à mes prières, car c’est lui qui, m’ayant ainsi obligé, me permet d’encore consolider mes convictions sur le sujet. Daignez donc croire en ma sincère gratitude
    J’ai d’abord visionné deux liens :
    http://www.cite-catholique.org/viewtopic.php?t=15399
    http://www.cite-catholique.org/viewtopic.php?t=15212&start=15
    lesquels m’ont déjà rassuré dans mes convictions.

  20. fatilasa says:

    Efgy,
    Je suis désolé de revenir sur les renseignements que vous m’avez fait parvenir dernièrement. Pour vous comme pour tous ceux qui ont pu nous lire et autant pour moi-même, j’ai dû faire une recherche plus approfondie tout simplement en conséquence et en considération de la réalité de l’actualité dans l’Eglise et dans le monde, laquelle oblige à avoir une autre perception que celle des affirmations plus anciennes. C’est un peu comme à l’époque où, malgré ses réticences tenaces, l’Eglise a bien dû admettre que de toute évidence, selon ce qu’affirmait Galilée et au vu de la réalité, ce n’était pas le soleil qui tournait autour de la terre mais l’inverse.
    Mais cela n’enlève rien à la valeur de votre acte charitable, apparemment providentiel, car c’est lui qui, m’ayant ainsi obligé, me permet d’encore consolider mes convictions sur le sujet. Daignez donc croire en ma sincère gratitude.

    • fatilasa says:

      impossible d’envoyer la suite 1 qui fait référence au livre de l’Abbé Augustin Lemann – pages 19 et 20
      essais ultérieurs

  21. fatilasa says:

    J’ai d’abord visionné deux liens :
    http://www.cite-catholique.org/viewtopic.php?t=15399
    http://www.cite-catholique.org/viewtopic.php?t=15212&start=15
    lesquels m’ont déjà rassuré dans mes convictions.

  22. fatilasa says:

    (suite 1 à Efgy 31.01.17)
    Et puis, dans un troisième lien http://forumarchedemarie.forumperso.com/t3977-eli-et-enoch-temoins-de-la-fin-du-monde
    J’ai trouvé un texte issue du livre de l’Abbé Augustin Lemann dont vous m’aviez déjà conseillé la lecture antérieurement , que vous semblez affecter et qui est effectivement, avec quelques réserves en considération de l’époque, un ouvrage crédible.
    Ce que consigne l’Abbé Augustin Lemann couvre largement les renseignements que vous m’avez transmis. http://www.a-c-r-f.com/documents/Abbe_Augustin_LEMANN-Antechrist.pdf
    Pages 19 et 20 : traitent du second et du troisième « champions de la vérité chrétienne contre l’Antéchrist » comme une possibilité d’interprétation du retour des « deux témoins »., l’un affirmant la loi, l’autre pratiquant la restauration. L’apocalypse ne donne d’ailleurs pas de nom à ces témoins, ce n’est que la tradition qui y a associé les noms d’Elie et Enoch (alors qu’il faudrait même dire Elie et Moïse)

    • Non, il faut dire Elie et Enoch, seuls ces 2 prophètes n’étant pas encore morts.

  23. fatilasa says:

    (suite 2 à Efgy 31.01.17)
    Page 21 : « C’est l’Ancienne tradition de l’Eglise à laquelle « la plupart » (pas tous) des Pères rendent témoignage. »
    Certainement que la sagesse des Pères nous donnerait aujourd’hui raison de faire la différence entre ce que l’on savait à l’époque du canon à poudre et ce que l’on sait à l’époque de la bombe nucléaire. L’Eglise a quand même su reconnaître que Galilée avait raison.
    Page 23 : « Est-ce à dire qu’elle défende également d’émettre des conjectures ? Non : la défense portée par le Vè Concile œcuménique de Latran ne va pas jusque-là. Elle n’atteint seulement que TOUTE DATE FIXE. Les généralités, les conjectures prudentes, l’indication des signes précurseurs restent choses permises, à l’exemple de certains Pères et d’éminents Docteurs qui ne s’en sont pas fait faute. » (une liste d’exemple suit). Augustin Leeman cite l’exemple explicite du « vénérable serviteur de Dieu Barthélemi Holzhauser » qui, malgré toute sa sagesse, s’est bien trompé en situant l’Antéchrist en 1907. On peut maintenant comprendre qu’il n’aurait pu y arriver parce qu’il lui manquait deux éléments essentiels et déterminants : La Salette et Fatima. Mais aujourd’hui, que manque-t-il bien encore ?
    Bien qu’elle n’en soit pas responsable, cette disposition du Vème Concile a vraisemblablement suscité une confusion fatale : celle d’étendre l’interdiction de fixer « toute date fixe » à la possibilité de déterminer « l’époque de l’Avènement ». Or, ce sont deux choses bien différentes. J’ai déjà déposé, à ce sujet, un commentaire que je m’abstiens de reproduire pour ne pas allonger.
    (voir 4ème commentaire) http://www.medias-presse.info/encore-une-interview-du-cardinal-burke-ou-il-confirme-la-foi-est-en-danger/67756/?replytocom=325961#respond

  24. fatilasa says:

    (suite 3 à Efgy 31.01.17)
    C’est évidement la réalité de l’actualité qui l’emportera sur n’importe quelle interprétation antérieure. Mais si on se focalise sur ces interprétations antérieures sans faire la part des choses, on risque bien d’attendre des événements qui ne surgiront jamais et d’être soudainement surpris par l’émergence de ceux qu’on n’attendait pas du tout parce qu’on n’en avait pas perçu le profilage.
    Et en 2017, il y a une cascade de signes qui confirment que les deux témoins de l’apocalypse sont deux esprits, deux comportements de personnes, à « l’image » de ce qu’ont été Elie et Enoch.
    Ce qui risque d’égarer beaucoup de personne c’est que ce n’est pas du tout l’Apocalypse qui détermine les événements contemporains que nous vivons mais que ces événements sont intégralement déterminés, générés par les hommes eux-mêmes et relèvent donc de l’ordinaire de leurs œuvres, de l’ordinaire de leur vie quotidienne, de l’ordinaire des réalités de l’actualité. L’apocalypse ne fait que de donner la vision anticipative de ces événements ordinaires. C’est donc uniquement dans la réalité de l’actualité qu’il faut en chercher l’actualisation, la réalisation, sans attendre que cela soit extraordinaire. Malgré leur caractère parfois stupéfiant, ces visions n’expriment que des événements ordinaires. Et jusqu’avant la phase terminale, il n’y aura rien d’extraordinaire, il n’y aura que l’ordinaire. Ce n’est qu’à la fin que surgiront des événements extraordinaires sans doute terrifiants, lesquels sont exclusivement déterminés par Dieu. C’est ainsi que beaucoup n’y verront rien, n’en comprendront rien et n’en croiront rien d’autant plus s’ils cherchent en dehors de la sphère catholique. C’est bien ce qui est dit en Mt 24:37-39 : « Comme les jours de Noé, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. En ces jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et les gens ne se doutèrent de rien jusqu’à l’arrivée du déluge, qui les emporta tous. Tel sera aussi l’avènement du Fils de l’homme. »

  25. fatilasa says:

    (suite 4 à Efgy 31.01.17)
    – Ne se doutèrent de rien ! – (non pas tous bien sûr). Donc, tout se passe comme s’il ne se passait rien du tout, comme si de rien n’était, comme s’il ne devait rien arriver parce qu’on attend des faits extraordinaires alors qu’il n’y en aura pas mais que de la sorte, on oublie de considérer toute la gravité des faits ordinaires du quotidien de la vie.
    Dans la logique, le bon sens et la raison, n’est-ce pas maintenant, tout de suite, que nous avons besoin de témoins pour savoir si le pape François a raison ou tort avec Amoris Laetitia et tout le reste, s’il nous trompe bien ou ne nous trompe pas ? Et de la sorte, être confirmés, justifiés, dans notre raison, dans nos affirmations, dans nos convictions sans aucun scrupule ni remord de conscience ? Et savoir ce que nous devons faire et ne pas faire ? Et bien voilà les deux témoins attendus qui le font :
    1. le premier (à l’image d’Elie) : les cardinaux « dubia » qui représentent la loi, l’autorité ecclésiastique légitime, ainsi que d’autres cardinaux et évêques qui les rejoignent, et auxquels on peu s’attendre (pas certain) à voir s’ajouter Joseph Ratzinger qui pourrait très bien faire éclater la vérité.
    2. le deuxième (à l’image d’Enoch) : tous ceux qui se rangent de leur côté et représentent la vraie foi, la restauration.
    Ce n’est donc qu’au fur et à mesure que surgissent les événements qu’on peut au mieux comprendre et interpréter les visions de l’apocalypse qui de ce fait en devient bien plus accessible qu’on ne le pense. Elément de l’actualité en réserve : la suite qui sera donnée à la requête des cinq journalistes américains pour faire ouvrir une enquête sur la validité de l’élection du pape François.
    Ceci est mon dernier message sur M.P.I., à moins que quiconque n’y donne une suite à laquelle je ne pourrais pas manquer de répondre.
    Merci pour votre accompagnement sur un bout de chemin vers Dieu et le Ciel.
    Bien à vous

  26. fatilasa says:

    (suite 2 à Efgy )
    Page 21 : « C’est l’Ancienne tradition de l’Eglise à laquelle « la plupart » (pas tous) des Pères rendent témoignage. »
    Certainement que la sagesse des Pères nous donnerait aujourd’hui raison de faire la différence entre ce que l’on savait à l’époque du canon à poudre et ce que l’on sait à l’époque de la bombe nucléaire. L’Eglise a quand même su reconnaître que Galilée avait raison.
    Page 23 : « Est-ce à dire qu’elle défende également d’émettre des conjectures ? Non : la défense portée par le Vè Concile œcuménique de Latran ne va pas jusque-là. Elle n’atteint seulement que TOUTE DATE FIXE. Les généralités, les conjectures prudentes, l’indication des signes précurseurs restent choses permises, à l’exemple de certains Pères et d’éminents Docteurs qui ne s’en sont pas fait faute. » (une liste d’exemple suit). Augustin Leeman cite l’exemple explicite du « vénérable serviteur de Dieu Barthélemi Holzhauser » qui, malgré toute sa sagesse, s’est bien trompé en situant l’Antéchrist en 1907. On peut maintenant comprendre qu’il n’aurait pu y arriver parce qu’il lui manquait deux éléments essentiels et déterminants : La Salette et Fatima. Mais aujourd’hui, que manque-t-il bien encore ?
    Bien qu’elle n’en soit pas responsable, cette disposition du Vème Concile a vraisemblablement suscité une confusion fatale : celle d’étendre l’interdiction de fixer « toute date fixe » à la possibilité de déterminer « l’époque de l’Avènement ». Or, ce sont deux choses bien différentes. J’ai déjà déposé, à ce sujet, un commentaire que je m’abstiens de reproduire pour ne pas allonger.
    (voir 4ème commentaire) http://www.medias-presse.info/encore-une-interview-du-cardinal-burke-ou-il-confirme-la-foi-est-en-danger/67756/?replytocom=325961#respond

  27. fatilasa says:

    (suite 1 à Efgy )
    Dans un troisième lien http://forumarchedemarie.forumperso.com/t3977-eli-et-enoch-temoins-de-la-fin-du-monde
    J’ai trouvé un texte issue du livre de l’Abbé Augustin Lemann dont vous m’aviez déjà conseillé la lecture antérieurement , que vous semblez affecter et qui est effectivement, avec quelques réserves en considération de l’époque, un ouvrage crédible.
    Ce que consigne l’Abbé Augustin Lemann couvre largement les renseignements que vous m’avez transmis. http://www.a-c-r-f.com/documents/Abbe_Augustin_LEMANN-Antechrist.pdf
    Pages 19 et 20 : traitent du second et du troisième « champions de la vérité chrétienne contre l’Antéchrist » comme une possibilité d’interprétation du retour des « deux témoins »., l’un affirmant la loi, l’autre pratiquant la restauration. L’apocalypse ne donne d’ailleurs pas de nom à ces témoins, ce n’est que la tradition qui y a associé les noms d’Elie et Enoch (alors qu’il faudrait même dire Elie et Moïse)

  28. fatilasa says:

    A Madame Efgy,
    Merci pour votre suivi qui me place dans l’étonnement car j’ai pensé que tout ce que j’ai exposé (avec amplitude comme d’habitude) en réaction à vos renseignements ne pouvait que vous irriter, vous choquer, vous blesser au point de m’oublier à jamais. Mais peut-être n’avez-vous pas eu l’occasion d’en prendre connaissance sur votre messagerie pour autant que vous soyez abonnée aux commentaires. Effectivement, vous me répondez à partir d’un commentaire que je vous ai transmis le 29.01.17 alors qu’un autre a suivi le 31.01.17 (4 parties). Votre réponse me parvient donc comme toute empreinte et enrobée de mystère sur son origine et sur ses raisons. Que notre Dieu qui sait tout daigne m’aider à ne pas me tromper ni vous tromper !
    Depuis hier (03.02.17), j’ai pris la décision de me retirer de la plate forme de dialogue. Et, en vous répondant, je ne voudrais pas donner l’impression d’être comme Johnny Hallyday qui n’en finit pas de faire sa tournée d’adieu. Mais je n’étais pas intervenu pour jouer avec le cœur des gens, et de surcroît celui des baptisés catholiques. Ainsi donc, tant que je reçois des messages dans le cadre des sujets auxquels je reste abonné, je me dois d’y répondre sauf aux personnes dont j’ai pu nettement percevoir qu’elles s’amusent avec la bonne foi des gens et avec les réalités les plus graves et les plus sérieuses. Ainsi donc, tant que vous me répondez avec sérieux, pragmatisme, objectivisme, je vous garde la considération que cela mérite même si notre perception de la réalité contemporaine diverge encore énormément. Au fond, à présent, nous avons au moins une référence commune, celle que vous m’avez conseillée : le livre de l’abbé Augustin Leeman. J’espère ne pas vous voir la renier.
    Excusez-moi si je pense répondre à une dame. Mais le prénom que vous utilisez est typiquement féminin, et je n’ai jamais pu déceler, à défaut de vous voir parler à la première personne avec l’usage de participes passés et d’adjectifs qualificatifs conjugués, si vous étiez une dame ou un homme. Cela a quand même de l’importance sur la façon de s’exprimer et de se comprendre réciproquement. Pour ma part, je l’ai signifié plus d’une fois, je suis un homme utilisant un acronyme faisant référence à deux grandes manifestations mariales essentielles pour la compréhension du sujet qui nous occupe. C’est le fait de les avoir délibérément et obstinément rejeter qui est la cause de tous nos maux d’aujourd’hui, de nos divisions, de nos dissensions, de l’éclatement de la Sainte Eglise catholique.

    • Si un ange vous parlait, comme cela a été le cas pour la Vierge Marie et tant d’autres, lui demanderiez-vous s’il est un homme ou une femme, alors qu’il vient vous adresser des paroles divines ?
      Si je puis me permettre un conseil, fatilasa, il faut vous simplifier pour aller à l’essentiel.
      Je vous dis cela, car aucun de vos commentaires n’a suscité les réactions que vous redoutiez chez moi. J’ai simplement répondu à votre mail du 29 parce que je n’ai pas vu les autres et que de toute la semaine, mon travail ne m’a pas donné l’occasion de vous répondre.
      ps : je ne renie rien de ce que je vous ai dit des ouvrages de l’abbé Lémann. Je fais confiance à son intuition juive ! :))

      • fatilasa says:

        Que pourrai-je alléguer au fait que vous vous preniez pour un ange ? Tant mieux pour vous, mais moi, je n’en suis pas un ni ceux à qui je m’adresse lesquels savent trop bien que « Qui fait l’ange fait la bête ».

        • Je ne parle jamais de moi (j’essaie tout au moins), mais que du Christ et de ce qu’il nous dit. Comprenez ce que vous voulez de mes paroles, cela n’a guère d’importance pour moi.
          Ce que vous pensez, par vous même, de la situation actuelle du monde ou de l’Eglise m’importe peu. Nous sommes sur terre pour nous sauver, et quelles que soient les circonstances qui nous entourent, nous avons les grâces pour être sauvés, indépendamment du pape.

          • fatilasa says:

            « Que du Christ et de ce qu’il nous dit « ? Oh, que non ! C’est vous que le dites ! Je viens de vous faire la démonstration que vous accommodiez ses paroles à la sauce qui vous convient.

          • fatilasa says:

            C’est vous qui le dites ! Heureusement, tout le monde ne le pense pas comme vous !

          • fatilasa says:

            Mais bien sûr !
            1 Co 10:12 « Ainsi donc, que celui qui se flatte d’être debout prenne garde de tomber. »

          • fatilasa says:

            Puisque l’important n’est pas pour vous que les autres comprennent vos paroles, pourquoi donc les étalez-vous ? Juste pour en écouter l’écho plaisant de votre voix ?
            Puisque ce que les autres pensent n’a pas d’importance pour vous, quelle importance attendez-vous que les autres donnent à ce que vous pensez ?
            Vous semblez manquer de beaucoup de connaissance de la réalité de l’actualité. Vous êtes déjà dépassé(e) par les événements. « Qu’adviendra-t-il si les fils de lumière sont moins avisés que les fils des ténèbres ? »

    • pamino says:

      Vous semblez penser qu’il faut croire à Fatima et La Salette pour être sauvé. Or, c’est faux.

  29. fatilasa says:

    (suite 1 à Efgy 04.02.17)
    Nous sommes au moins d’accord sur un point : ce qui est arrivé avant la venue de Jésus-Christ ne peut que se reproduire avant son Avènement universel. Mais il faut bien convenir de quelques différences de taille :
    1. ce n’est plus le Christ qui doit être mis en croix mais son corps mystique, la Sainte Eglise catholique. Si vous ne convenez pas que cette Eglise est « à son extrémité », en croix, c’est que quelque chose a dû vous échapper.
    2. la venue de Jésus-christ a été précédée, annoncée par plusieurs grands prophètes dont le plus grand prophète et surtout « témoin » de sa venue est Jean-Baptiste. Personne ne niera le fait qu’il est bien mort et ne doit pas revenir. De même, l’Avènement universel de Jésus-Christ est annoncé par des prophètes et aussi des « témoins » si pas de cet Avènement au moins de la proximité de son accomplissement. Vous-même faites référence à Fatima, « l’ange descendu du pour nous ouvrir le Livre de l’Apocalypse ».

    • @ « ce n’est plus le Christ qui doit être mis en croix mais son corps mystique »

      Le corps mystique du Christ, c’est nous (qui formons son Eglise, car une Eglise sans membres n’est pas dans la perspective divine). Nous serons donc mis en croix. Comme les premiers chrétiens, les catholiques auront leur heure de martyre vers la fin du monde. C’est obligatoire, Dieu en a besoin… Comme dit saint Paul, il faut que chacun de nous achève dans sa chair « ce qui manque à la passion du Christ pour son corps qui est l’Église. »

      • fatilasa says:

        Si c’est cela « l’essentiel » que vous trouvez à commenter, vous perdez votre temps car tout le monde le sait bien. Est-ce une façon de contourner l’essentiel que je vous expose et que vous ne pouvez discerner ?

        • Non, tout le monde ne le sait pas, sinon chacun ferait pénitence, (comme l’avait demandé ND de Lourdes).

          L’essentiel n’est pas là où vous voulez qu’il soit. Vous vous trompez d’essentiel.

  30. fatilasa says:

    (suite 2 à Efgy 04.02.17)
    Là où nous ne serons plus jamais d’accord, c’est que vous prétendez qu’il n’est pas possible de déterminer le temps de la venue (disons plutôt l’époque de la venue) de la « Bête » et de « l’homme de péché » dont l’aboutissement, le dénouement forcé de leurs œuvres est l’Avènement du Seigneur. Mais l’Evangile et toutes les Ecritures nous disent que cela est possible et nous donnent suffisamment d’éléments pour le faire. Il m’est donc plus facile de démontrer que cela est possible plutôt qu’à vous de démontrer que cela n’est pas possible. Et le fait de prétendre « que cela n’est pas possible » doit pouvoir être démontrer tout autant que le fait de prétendre « que cela est possible ».
    D’abord, il ne faut pas oublier qu’il y a trois « Bêtes » en scène, lesquelles imitent la Ste Trinité et voulant se mettrent au-dessus d’Elle (chiffre 333) portent le chiffre 666. Et à la suite de ces « Bêtes », au service de ces « Bêtes », vient « l’homme de péché » qui est la pleine personnification de 666, qui incarne l’esprit 666, qui réalise pleinement le projet de 666, ce chiffre devenant ainsi finalement « le chiffre d’un homme » (Ap. 13:18), lequel réalise pleinement le projet de Satan, la revanche de Satan contre Dieu : la destruction, l’anéantissement de la Sainte Eglise catholique du Seigneur Christ. Evidemment, cela ne saura pas se réaliser pleinement car : « Et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle » (Mat 16:18). Mais pour le moment, il semble que cela est tout près de s’accomplir. Dans moins de deux ans (non pas cinq, ni dix), Jorge Bergoglio aura tellement saccagé l’Eglise qu’il n’en restera presque plus rien.
    Il n’y aura plus jamais une époque ultérieure où l’on pourrait retrouver des éléments et des événements similaires tout simplement parce que l’époque présente, d’aujourd’hui, est en train d’anéantir les éléments fondamentaux indispensables pour établir la réalité de la fin des temps à une époque ultérieure

    • Non, il n’est pas possible de déterminer le temps de sa venue : on a besoin de signes. Et à toutes les époques, chacun a cru voir ces signes. Il faut donc bien interpréter ces signes, et là, vous en conviendrez, chacun y va de son refrain, depuis des lustres.
      D’autre part, l’Eglise a condamné quiconque dirait « c’est aujourd’hui, c’est lui la Bête, etc. » (revoyez « L’Antéchrist » de l’abbé Lémann)

      • fatilasa says:

        Si vous ne voulez retenir d’une lecture que ce qui vous arrange, daignez permettre aux autres d’en faire autant. Et dans ce cas, on se retrouve dans un laborieux labyrinthe tortueux sans issue.
        Je n’approuve pas votre façon d’aller à l’essentiel en passant à côté de l’essentiel. Ce n’est pas très crédible. Il y a un élément que vous omettez : c’est la conjoncture d’innombrables signes et prophéties qui se recoupent entre eux et s’authentifient les uns les autres. Les faux prophètes sont aussi ceux qui détournent l’attention des véritables signes.

        Pour ma révision de : L’Antéchrist – Par Augustin Leeman – 1905
        Page 19
        « Le « second champion de la vérité chrétienne contre l’Antéchrist » sera une phalange de Docteurs, suscités de Dieu pour ces temps d’épreuve. Jamais les docteurs, astres bienfaisants, n’ont manqué à l’Église. Mais ce qu’il y aura alors de particulier, c’est que cette phalange de docteurs recevra, pour le soutien et la consolation des bons, une plus grande intelligence de nos Saintes Écritures.
        Le « troisième champion de la vérité chrétienne contre l’Antéchrist » sera le peuple chrétien demeuré fidèle. Il en fut ainsi chez le peuple juif, au temps de la persécution d’Antiochus. «Le peuple qui connaît son Dieu s’attachera à la Loi et l’observera» (Id., XI, 32). Le peuple qui connaît son Dieu ! À l’opposé des apostats, il y aura donc un peuple de fidèles, et ce peuple de fidèles se montrera hautement, énergiquement attaché à la Loi. »
        Page 20
        « Trois champions ont déjà passé sous notre regard : l’Église, les docteurs, le peuple fidèle. Reste un
        quatrième champion, ménagé comme secours extraordinaire, et dont on ne peut parler « qu’avec une certaine réserve », à cause du mystère qui l’entoure : c’est le retour et la prédication simultanée d’Énoch et d’Élie, désignés « probablement » dans l’Apocalypse sous le nom des deux témoins (XI, 3-13). »
        Page 23 :
        « Est-ce à dire qu’elle défende également d’émettre des conjectures ? Non : la défense portée par le Vè Concile œcuménique de Latran ne va pas jusque-là. Elle n’atteint seulement que TOUTE DATE FIXE. Les généralités, les conjectures prudentes, l’indication des signes précurseurs restent choses permises, à l’exemple de certains Pères et d’éminents Docteurs qui ne s’en sont pas fait faute. »

        • Et alors ? Cela va vous mener où de faire des conjectures ? Au ciel ?
          Quant à moi, je n’ai pas de temps à perdre à faire des conjectures. J’ai un ciel à gagner autrement que par de la masturbation intellectuelle.

          • fatilasa says:

            D’accord pour vous. Mais moi, je ne peux pas me prendre pour un ange qui va et vient vers le Ciel comme il veut. Il faut bien que je fasse avec ce qui se trouve sur la terre

            • Vous ai-je dit qu’il ne fallait pas faire « avec ce qui se trouve sur la terre ????

          • fatilasa says:

            Je dois en déduire que c’est vous qui aimez bien la « masturbation intellectuelle » (déjà pour trouver de tels mots …. ) car c’est vous qui m’avez « accroché ». Et vous me connaissez bien ! Et moi aussi, je vous connais bien, c’est pourquoi je prends soins de ne pas vous provoquer et de vous éviter. Mais puisque vous me cherchez …
            Vous m’aimez donc à ce point Efgy ?

            • On se connaît ? Moi je ne vous connais pas. Je vous ai accroché ? Quand ?
              Vous prenez « soin » de ne pas me provoquer ? Comprends pas cette phrase.
              En revanche, je comprends très bien saint Bellarmin :
              « Nier l’avènement futur et personnel d’Elie, c’est une hérésie ou une erreur qui approche de l’hérésie. »

          • fatilasa says:

            Je n’ai pas parlé de « conjectures » mais bien de conjoncture. Voyez le dictionnaire, vous comprendrez toute la différence importante.

            • Je n’osais pas penser au pire pour vous.
              Comprenne qui pourra.

      • fatilasa says:

        Trouvez-vous normal que l’abbé Lemann ait fait une description « au poil près » de l’Antéchrist uniquement pour nous suggérer que lorsque nous verrons un homme qui correspond « au poil près » à sa description de l’Antéchrist, nous devions conclure que ce n’est pas l’Antéchrist ? C’est aberrant et incohérent ! Heureusement qu’on n’agit pas ainsi dans la lutte contre le terrorisme ! Mais peut-être bien que l’abbé Lemann avait une bonne raison d’agir de la sorte. C’est effectivement ainsi qu’on fait dans le contre-espionnage.

        • Vous serez mort depuis longtemps lorsque l’Antéchrist, « l’homme d’iniquité » comme dit saint Paul, arrivera.
          Et, pour un chrétien, il sera facile de le reconnaître !…

  31. fatilasa says:

    (suite 3 à Efgy 04.02.17)
    Vous semblez focaliser toute votre attention sur des faits annoncés dont il n’est effectivement pas possible de déterminer le moment et la façon dont ils se réaliseront. Mais de la sorte, vous oubliez de considérer des faits pourtant évidents et essentiels qui se sont déjà accomplis ou qui sont en train de s’accomplir sous vos yeux. Ainsi en a-t-il été au temps de la venue de Jésus parce que les juifs focalisaient toute leur attention sur le présumé retour de Elie devant précédé la venue du Messie. Ils croyaient – dur comme fer – qu’Elie devait revenir « en chair et en os » et ne l’ont pas reconnu en Jean-Baptiste, ils n’ont pas su réalisé, discerné, que cela s’accomplissait en la personne de Jean-Baptiste. C’est pourquoi les apôtres, un peu perturbés par de telles affirmations, demandent alors à Jésus : « Pourquoi les scribes disent-ils qu’Élie doit venir d’abord ?  » (Mc 9:11) Et Jésus répond : « Mais je vous le dis : Élie est bien déjà venu et ils l’ont traité à leur guise, comme il est écrit de lui.  » (Mc 9:13). Jésus confirme ainsi qu’il ne s’agit pas d’un retour en chair et en os d’Elie, mais plutôt de Jean-Baptiste animé du même esprit que celui qui animait Elie. C’est donc plutôt le fait de ne pas croire la parole du Seigneur qui devient source d’égarement mais avec des conséquences désastreuses comme il y a deux mil ans, lorsque les juifs (pas tous) ont « raté » l’événement unique de la Venue du Messie. Oui, vraiment, tout est « aujourd’hui comme alors », rien n’a changé dans le cœur des hommes. On a juste remplacé l’âne par l’automobile, l’épée par la bombe nucléaire, ….

    • En effet, comme je vous l’ai dit, N.S a comparé Jean-Baptiste à Elie (et vous avez raison de dire qu’il parlait de l’esprit d’Elie qui animait Jean-Baptiste), mais il n’a jamais dit qu’Elie ne reviendra pas en chair et en os, puisqu’il dit en un autre endroit qu' »Elie viendra tout restaurer », et il ne parle pas de l’esprit d’Elie, mais d’Elie, qui n’est pas mort, parce qu’il aura une mission à accomplir. Dieu ne se contredit jamais.
      « ne pas croire la parole du Seigneur », c’est ne pas croire à la lettre certaines de ses paroles et de ses faits (comme pour l’eucharistie, par ex).

      • fatilasa says:

        Ce n’est pas vous qui m’avez dit que Notre Seigneur comparait Jean-Baptiste à Elie, c’est l’Evangile qui nous le dit à toutes et à tous.
        « L’autre endroit « de l’Evangile dont vous parlez se situe précisément entre les deux versets dont j’ai fait mention :
        Mc 9:11 : « Et ils lui posaient cette question :  » Pourquoi les scribes disent-ils qu’Élie doit venir d’abord ?  »
        Mc 9:12 : « Il leur dit :  » Oui, Élie doit venir d’abord et tout remettre en ordre. Et comment est-il écrit du Fils de l’homme qu’il doit beaucoup souffrir et être méprisé ? »
        Lc 9:13 : « Mais je vous le dis : Élie est bien déjà venu et ils l’ont traité à leur guise, comme il est écrit de lui.  »

        Vous pensez donc que le Seigneur Christ se dit et se contredit ? Vous faites une belle démonstration qu’en extirpant une phrase ou parole de son contexte, on peut lui faire dire tout son contraire. Mais cela s’appelle de la manipulation bergoglienne.
        « Oui, Elie doit venir d’abord … ». Mais « d’abord » avant quoi ? Dans ce contexte ci, c’est « d’abord » avant le Messie, ce qui a été fait en Jean-Baptiste, et cela ne veut pas dire « d’abord » avant son Avènement universel.
        « Et comment (pourquoi) est-il écrit du Fils de l’homme ….. ». Parce qu’ils n’ont pas voulu le reconnaître comme Messie vu qu’Elie n’était pas encore venu en chair et en os avant sa Venue, et donc qu’ils en ont déduit qu’Il n’était pas le Messie, qu’Il n’était qu’un imposteur. Voilà où votre obsession de voir Elie – en chair et en os – va aussi vous conduire.
        Quant à prétendre qu’Elie reviendra en chair et en os parce que le Seigneur Christ n’a jamais dit qu’il ne reviendrait pas en chair et en os, ce n’est guère un argument « académique ».
        Vous m’obligez vraiment à vous retourner votre argument fétiche : « ne pas croire la parole du Seigneur », c’est ne pas croire à la lettre certaines de ses paroles et de ses faits (comme pour l’eucharistie, par ex).

        J’espère vivement qu’il se trouvera d’autres personnes qui me lisent et qui voudront bien, si je me trompe, me le démontrer avec d’autres arguments plus crédibles que les vôtres. Et d’avance, je les remercie de leur véritable compassion.

        • Je vous remercie de vos commentaires.
          Vous n’avez pas la foi. Vous croyez en vos propres paroles. Bonsoir !

          • fatilasa says:

            Vous devriez vous en réjouir, peut-être bien que je n’ai fait que vous imiter.
            La foi ? « Si vous en aviez grosse comme un grain de sénevé, …. »
            Dormez bien Efgy ! Tout va très bien dans le monde entier ! Et rêvez que tout ce que je vous ai raconté n’est que balivernes !

            • Je suis ravi d’apprendre que vous m’imitez.
              Croyez l’Ecriture sainte, les paroles de NS et des saints (dont saint Paul), et vous m’imiterez de plus près.
              Je le répète : vous n’avez pas la foi. Vous avez une foi, la vôtre; vous préférez vos propres idées aux paroles révélées de Dieu. Je pense que cela vous excite davantage : c’est donc bien de la masturbation intellectuelle. (entendons-nous bien : je parle de vos propos extravagants au sujet d’Elie et d’Enoch, puisque c’est le sujet abordé).

        • fatilasa says:

          Pour ceux qui voudraient des explications plus « contemporaines », le sujet concernant le retour d’Elie et Enoch a été plus développé dans les tout derniers commentaires de «M.P.I – Des journalistes catholiques demandent une enquête à Trump concernant l’élection de François »

          • saint Bellarmin :
            « Nier l’avènement futur et personnel d’Elie, c’est une hérésie ou une erreur qui approche de l’hérésie. »

            Bossuet : « Il faut être plus que téméraire pour improuver la tradition d’Enoch et d’Elie à la fin des siècles. »

  32. fatilasa says:

    (suite 4 à Efgy 04.02.17)
    J’ai pu constater que beaucoup sont disposés à croire que nous sommes dans les temps apocalyptiques, cela saute tellement aux yeux, et la réalité de l’actualité dans l’Eglise comme dans le monde le confirme chaque jour un peu plus. Mais plus le temps de la fin se rapproche et surtout si quelqu’un vient à le préciser (à quelques semaines près bien sûr), presque aussi nombreux sont ceux qui se rétractent, qui reculent devant la croix, et qui choisissent de différer le moment d’affronter cette grande épreuve. Mais ils agencent la réalité à leurs propres convenances, et cela n’empêche en rien la réalité de subsister et de s’accomplir inexorablement. Bien au contraire, de la sorte, ils ne font que la précipiter en risquant ainsi d’être bien surpris et pris au dépourvu. Vous ne verrez pas revenir Elie et Enoch, il faut bien se rendre à l’évidence que c’est maintenant que nous avons grand besoin de « deux témoins ». afin d’avoir la force de nous tenir debout au milieu de tant de confusion, de compromission, de dérision, de division, de destruction.
    Je suis de votre avis qu’il ne reste que quelques années, mais moins que trois. Je vous assure que nous devons le souhaiter de toutes nos forces car, dans la connaissance de tout ce que les forces obscures nous préparent et qui se profilent, on comprend clairement ce que notre Maître Jésus-Christ a dit : « Et si ces jours-là n’avaient été abrégés, nul n’aurait eu la vie sauve ; mais à cause des élus, ils seront abrégés, ces jours-là. » (Mt 24:22). Interrogé sur la réalité du troisième secret de Fatima en 2000, le cardinal Sodano répondait : « Il y a bien pire qu’une guerre nucléaire, il y a la perte de la foi ! » Faut-il encore expliquer que la perte de la foi, c’est la perte de la conscience et de la raison humaines, c’est le retour à la barbarerie, au paganisme, c’est la certitude du déclin du monde. Et avec le potentiel de l’armement nucléaire d’aujourd’hui, c’est la fin »physique » du monde. Heureusement, Dieu qui sauve toujours, qui est Créateur et non pas destructeur, devancera certainement les projets diaboliques de ces gens. Dans peu de temps, nous allons voir, non pas la fin du monde, mais la fin d’un monde et le début d’un nouveau monde (si Dieu nous garde vie).
    En guise de réponse plus générale, je ne peux que vous renvoyer à tout ce que j’ai déjà exposé depuis le 07.01.17 et qui est bien trop vaste pour que je le reproduise encore, j’en aurais moi-même l’impression d’être un gourou. Dieu m’est témoin que ce n’est pas mon désir et que c’est pour cela que je me retire mais en restant bien sûr à votre disposition. Je n’ai fais qu’exposer, il ne m’appartient pas de convaincre, et je ne peux pas être responsable de la suite qu’on y donne.
    Bien à vous dans le Seigneur Christ Jésus, notre Seigneur.

    • @ « nous sommes dans les temps apocalyptiques »

      Ce que nous vivons aujourd’hui est un paradis à côté des temps apocalyptiques.
      Vous parlez de trois ans, mais lorsque je disais « quelques années », je pensais au minimum 1 siècle ; et dans le temps de Dieu, cela représente une seconde qui passe…

      • fatilasa says:

        Votre propos :
        « Vous parlez de trois ans, mais lorsque je disais « quelques années », je pensais au minimum 1 siècle ; et dans le temps de Dieu, cela représente une seconde qui passe… »

        Ma réponse :
        J’espère que cela suffira à ceux qui nous lisent pour conclure ce qu’il convient d’en conclure. Car ce n’est pas que pour vous que j’ai pris la peine de répondre. C’est même avant tout pour eux. Si ce n’était que pour vous, j’aurais bien sûr, dans l’application de votre conseil, « simplifier pour aller à l’essentiel » et je vous aurais tout simplement répondu qu’il est inutile que je vous réponde.
        Ainsi donc, vous prenez toute aisance de parler de ce qui pourrait se passer dans cent ans quand plus aucun de nous ne sera là pour le voir. Mais vous ne nous parlez guère de ce qui tourmente un bon nombre de ceux qui s’intéressent à ce qui se passe maintenant, que ce soit dans l’Eglise ou que ce soit dans le monde. Vous cherchez la petite bête qui est devant vous pour l’écraser, et vous ne voyez pas l’énorme bête qui est derrière vous prête à vous dévorez.
        Même si je me trompais, je ne pense pas exagérer de dire que le grand nombre de ceux qui fréquentent assidûment le site M.P.I. en s’en instruisant correctement conviendra :
        1. que d’ici deux ou trois années (pas des années lumières s.v.p.), il ne restera presque plus rien de la Sainte Eglise catholique romaine. Jorge Bergoglio a fait « exploser » ses structures en sapant ainsi le magistère du pape et la hiérarchie ecclésiastique. L’action/réaction des quatre cardinaux par leur dubia, comme aussi l’action/réaction des cinq journalistes américains sonnent déjà le glas pour le pseudo pape François.. Mais l’explosion des structures ne permettra même plus de mettre sur pied un consistoire tellement la compromission a tout pourri.
        2. Et dans le monde, dans la société, c’est la même chose que dans l’Eglise : « La société, c’est comme le poisson, çà pourrit toujours par la tête ». Il y a dans le monde dix foyers de conflit susceptibles de déclencher une troisième guerre mondiale. Ce qu’on appelle « l’horloge de l’apocalypse » vient d’être avancée de 30 secondes depuis 2015. Comprenez-vous ? Peut-être ignorez-vous qu’une seule salve de tir d’un sous-marin nucléaire peut détruire la moitié d’un continent ? Encore 100 ans comme cela ? Vous rêvez que vous ne rêvez pas, Efgy !
        Si je puis, à mon tour, me permettre de vous donner un conseil, c’est de ne pas faire comme l’autruche qui, pour se convaincre de pouvoir échapper à un grave danger, enfonce sa petit tête dans le sable et montre son gros derrière à tout le monde : il n’y a plus qu’à tirer dans le tas ! Evidemment, si vous vous prenez pour ange, il n’y aura pas ce problème pour vous.
        Quand vous voulez pour la suite, si vous n’en n’avez pas encore assez !

        • Vous êtes bien naïf, fatilasa, en ce sens que vous n’avez aucune idée de la haine que la Bête aura pour les vrais serviteurs de Dieu. Toutes les atrocités que le monde a vécues jusque-là seront dépassées par celles que la Bête fera subir aux fidèles du vrai Dieu dans les derniers temps. C’est vous qui vivez dans un rêve.

  33. Un lecteur anonyme says:

    « Ceux qui connaissent le vrai Vicaire sont dans la Lumière ; ceux qui sont dans les ténèbres vont travailler pour Lucifer « .

  34. Un lecteur anonyme says:

    Rome : campagne d’affiches contre le Pape
    http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/t26139-rome-campagne-daffiches-contre-le-pape

    • fatilasa says:

      Merci bien, Cher lecteur anonyme,
      De m’avoir donner un petit renfort consolant.
      Vous plairait-il d’en juger : Qu’est ce qui peut au plus égarer ceux qui cherchent vraiment le Seigneur sur le chemin vers le ciel ? Mes propos ou ceux de Jorge Bergoglio ?
      Pour vous aussi, je retiens la « Chanson pour l’Auvergnat » de Georges Brassens.
      Mais surtout, je vous souhaite paix, joie et consolation dans la vraie foi au vrai Christ et en sa vraie Eglise.
      Ne vous laissez pas marquer du signe de la « Bête » en ralliant « l’image en l’honneur de la Bête », la fausse Eglise et le faux Christ du faux prophète (Ap 13:14-15)

      • Un lecteur anonyme says:

        Certain(e)s personnes éprouvent de très fortes réticences à se mettre en face de la réalité …
        Dommage de ne pas mesurer l’importance vitale d’assumer l’évidence qui s’impose .
        L’imposture du trône de St Pierre est manifeste alors à moins d’en être infecté(e), pourquoi continuer à le nier ?
        Nous ne devons pas nous résigner , nous devons affronter ce passage douloureux , cette trahison et nous lever pour résister à ce  » scandale  » …!
        Nous sommes comme le Christ qui va trouver ses amis les plus proches et les trouve ensommeillés , et vient chercher leur aide .
        Alors qui sont ces  » Chrétiens » qui n’ouvrent pas leurs paupières ?
        A l’évidence. ..des faux – frères dont le Seigneur nous fait connaître la trahison et qui lui causent une intense souffrance intérieure .
        Ainsi , nous apprenons à anticiper les temps difficiles que nous feront vivre le mensonge , la solitude de l’ hypocrisie de ces Judas de la fin des Temps .
        Unis dans la foi pure nous sommes invincibles , confrontés à cet événement qui demeure insensé nous avons choisi de ne pas nous laisser enfermer dans cette situation en traversant avec le Christ ces heures de confusion et de manipulations …
         » Connaissez la vérité, dit Jésus , elle vous rendra libre  »
        Jean 8:32
        Alors j’ai choisi d’assumer ce que , je , nous avons à vivre , nourri (s) par l’amour de Dieu … à l’exemple de St Bruno .
        Étonnante simplicité de coeur que cet échange fraternel dans la proximité de Notre Seigneur Jésus-Christ , merci à vous Fatilasa …

        • fatilasa says:

          Merci au Christ et merci à vous dans le Christ, cher Lecteur Anonyme,
          Vous, au moins, vous êtes quelqu’un de sérieux, ce sérieux qui manque tellement au monde entier d’aujourd’hui et qui fait dire à Dieu « Ce peuple m’honore du bout des lèvres, mais son cœur est loin de moi ».
          Merci de me rendre ma raison. Derrière vos propos, je discerne une âme d’un certain âge que la méditation, la réflexion ont mûrie. Tant qu’il est vert, le fruit reste amer, avant de nourrir il se doit de mûrir
          J’ai hâte de quitter cette plateforme car elle est de plus en plus infiltrée par des personnes qui font obstinément et délibérément abstraction, négation de la réalité. Elles nous entraînent ainsi dans un monde où plus rien n’est réel, où les plus graves réalités de la vie, de l’amour et de la mort qui fondent la raison humaine sont tout simplement tournées en dérision, désintégrées, pulvérisées. Il peut en résulter une déstabilisation psychique qui se manifeste effectivement de plus en plus dans notre environnement, et, en ce qui concerne les croyants, la perte de la foi. C’est « un combat au niveau des esprits » dont le protagoniste est bien sûr celui qu’on appelle « le Père de l’illusion », le « Père du mensonge » qui, aujourd’hui, parvient de plus en plus à tourner ce qui est Vérité en mensonge, ce qui est réalité en illusion, ce qui est bien en mal. C’est à ce point qu’on peut se poser la question de savoir si tel n’est pas l’objectif volontairement et consciemment poursuivi par ces personnes. Effectivement :
          1. elles ne lisent pas sincèrement et sérieusement les propos qu’on leur adresse et ne leur reconnaissent aucun intérêt, aucune raison, aucune valeur
          2. elles cherchent systématiquement un moyen de les tourner en dérision,
          3. elles opposent des arguments qui n’ont d’autres objectifs que de plonger les autres dans le doute et l’incertitude sur leur propre foi.
          C’est bien de trop que pour être normal, logique, sincère, sérieux, complet, intègre, respectueux de la vérité, de « l’adéquation de la pensée avec la réalité » ((St Augustin).
          Vous avez vraisemblablement été témoin du combat que j’ai dû mener ce samedi 04.02.17 et qui fait ressortir combien il est épuisant d’affronter la malhonnêteté intellectuelle si pas spirituelle, ce qui donne l’impression de remplir un tonneau sans fond. J’ignore les circonstances qui vous ont amené sur cette scène. Mais votre intervention, l’unique à ce moment, me fait un peu penser à celle de Simon de Cyrène, seul intervenant à aider le Christ à porter sa croix. Et je vous rassure tout de suite, je ne me prends pas du tout pour le Christ, bien que certainement pour Lui, avec Lui et en Lui. Mais il me semble que c’est une belle façon de vous signifier combien j’ai pu apprécier votre intervention.
          J’ai relu votre message trois fois. J’y retrouve résumé, concentré, tout ce que je pense aussi. J’ai visualisé le lien Web proposé dont je m’aperçois que le sujet est reproduit par MPI ce dimanche. Il est évidemment très explicite de l’évolution de la situation.
          Votre expression est celle d’une âme bien éclairée et qui s’exprime clairement. Et je suis heureux de nous savoir en unité de cœur, d’âme et d’esprit, ce qui devrait faire la force des vrais croyants qui ont compris qu’il n’y a pas d’autre chemin vers le Ciel que celui qui passe par la croix, celle de l’épreuve et de la preuve d’une foi réaliste et vivante. Seule l’acceptation de la souffrance peut nous conférer la certitude que nous ne jouons pas avec le Christ et qu’Il n’est pas pour nous un personnage illusoire ou légendaire. Ce n’est bien sûr pas l’esprit de facilité et de festivité qui peut en faire autant.
          « Connaissez la vérité, dit Jésus, elle vous rendra libre » Jean 8:32. Cette parole de l’évangile que vous ciblez m’assure que vous avez bien compris. La vérité, c’est ce qui est rigoureusement conforme à la réalité. Et pour la cause, les résultats rendent toujours témoignage à la vérité, les résultats ne trompent jamais. Ainsi donc, ce qui peut nous tenir debout au travers de tant de confusion, d’illusion, de compromission et de dérision, c’est la certitude des résultats : « On ne cueille pas de figues sur les épines ni de raisins sur les ronces » – « On ne met pas de vin neuf dans de vieilles outres … » – « Que ton oui soit oui, que ton non soit non, le reste ne vient que du malin » – « Celui qui m’aime, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive » – « L’esprit est prompt, mais la chair est faible » – « C’est l’esprit qui vivifie, la chair n’y est pour rien ».
          Il y a beaucoup de beaux parleurs, mais ils seront confrontés à leurs propres résultats, confondus par leurs propres résultats. Car ceux-ci sont inaltérables, indéfectibles, inexorables, incontournables, immuables, inéluctables, depuis toujours et pour l’éternité. « Rira bien qui rira le dernier ! ».
          Daignez m’excuser d’avoir été aussi long, je ne sais jamais être court, il y a tant à dire, et il nous reste si peu de temps, tout se précipite de jour en jour.
          Je ne sais pas si nous aurons encore l’occasion de communiquer, je ne dépose plus de commentaires hormis en réponse à ceux qui me sont adressés via les sujets auxquels je reste abonné et pour autant qu’il s’agisse de personnes sérieuses à votre exemple.
          Merci pour votre « fraternel échange dans la proximité de Notre Seigneur Jésus-Christ ». Daignez croire en mes sentiments fraternels réciproques. Que Dieu Trinité daigne nous garder et nous sauver.

  35. fatilasa says:

    Vous me manipulez, Efgy ! Afin de me pousser au dehors ! Maintenant, j’en suis certain, mais ça tombe bien car bientôt, il n’y aura même plus rien à dire ni à croire, il n’y aura plus rien qu’à voir. J’ignore pour qui vous travaillez, mais il me reste à vous démasquer jusqu’au bout notamment dans le dernier point qui vous confond : vos références à Fatima. Ainsi, sera parachevé ce que j’ai commencé, et je pourrai sereinement vous faire mes adieux.
    Votre commentaire concerné : « Il n’est pas possible de préciser exactement le temps de la venue de « cet homme de péché ». Viendra-t-il avant ou après la consécration de la Russie au Coeur de Marie ? Viendra-t-il, donc, après ce temps de paix promis par Marie ? Je n’ai pas de réponse, mais nous avons encore qqs années à attendre, à mon avis. »

    A l’époque où, même dans l’Eglise catholique, on reformule et remet en cause beaucoup de vérités jusqu’à l’authenticité des évangiles, la résurrection du Seigneur Jésus-Christ, le dogme de la Sainte Eucharistie, et qu’évidement la foi de beaucoup est mise à rude épreuve, l’Apocalypse selon St Jean rend un témoignage irréfutable à Jésus-Christ et devient raison de foi inébranlable et indéfectible. Car la pleine actualisation (ou accomplissement) d’un texte écrit depuis plus de 1900 ans ne laisse, logiquement, aucun doute sur son origine divine et sur son authenticité. On ne peut même pas dire que c’est St Jean qui a imaginé tout cela puisque, apparemment, il n’y a rien compris lui-même et pensait que la fin des temps était imminente. Et durant des siècles, l’Eglise n’y a rien compris non plus si bien qu’il fut un temps où l’on projeta de ne plus lire les textes de l’Apocalypse dans les célébrations. Mais, dans le pressentiment que ce mystère avait une grande importance, on décida d’en maintenir la lecture. Or, c’est bien le Seigneur Christ Jésus et son Eglise catholique qui sont au centre de ce texte, ce qui confirme donc toute l’authenticité du Seigneur et de son Eglise.
    Mais si l’on fait délibérément et obstinément abstraction, négation des innombrables signes qui confirment cette pleine actualisation de l’Apocalypse, tout autant que celle de La Salette et Fatima qui d’ailleurs y renvoient, on ne peut évidement rien en savoir et rien en croire. Tous ceux qui se sont réellement intéressés à Fatima savent bien que Sœur Lucie nous invitait à lire les chapitres 8 à 13 de l’apocalypse et en disait : « Tout le secret de Fatima est là ! »
    L’apocalypse est tout simplement l’histoire que nous sommes en train de vivre et d’écrire, l’histoire d’une apostasie si grande qu’elle génère l’anéantissement de la Sainte Eglise catholique en provoquant Dieu, en Le plaçant dans l’obligation d’intervenir pour sauver cette Eglise et sauver le monde des conséquences de cette grande apostasie.

    • saint Augustin : « La première persécution (celle des Césars) a été violente pour forcer les chrétiens de sacrifier aux idoles, on les proscrivait, on les tourmentait, on les égorgeait. » La persécution de l’Antéchrist « joindra la séduction à la violence. » Elle sera pire que tout ce que l’on peut imaginer. On n’y est pas encore, cher fatilasa, nous sommes encore dans la douceur des temps…

      • fatilasa says:

        Efgy,
        Si cela vous intéresse, je vous ai répondu plus amplement ce 14.02.2017 dans le tout dernier commentaire qui apparaît dans le présent sujet.
        Je ne suis pas chargé de vous faire croire ce que j’expose mais simplement de vous le faire savoir.
        Bien à vous

        • @ « Je ne suis pas chargé de vous faire croire ce que j’expose mais simplement de vous le faire savoir »

          Vous n’êtes pas sainte Bernadette, qui avait vu la Sainte Vierge ! Par ailleurs, la Sainte Vierge n’aurait jamais contredit son Fils…

  36. fatilasa says:

    (suite 1 à Efgy 07.02.17)
    Il est donc étonnant que certains qui font encore référence à Fatima et attendent la réalisation de la promesse de la TSV Marie refusent de faire référence à l’Apocalypse. Et bien sûr, de la sorte, ils sont tout à fait en dehors de la réalité, à côté de la question. L’apocalypse recèle la certitude de l’Avènement universel du Seigneur Christ, la certitude du triomphe du Cœur Immaculé de Marie, la certitude du triomphe de l’Eglise du Christ. De la sorte, elle génère la certitude de la vraie foi au vrai Christ et à sa vraie Eglise. C’est donc vraisemblablement la raison pour laquelle la TSV Marie dit à Fatima : « Au Portugal se conservera le dogme de la foi ». C’est parce que Fatima renvoie à l’Apocalypse laquelle, par ce qu’elle annonce, peut susciter une foi indéfectible et inébranlable.
    Dès lors, quitte à passer pour présomptueux, on peut en conclure que, quelle que soit la foi des personnes, celles qui ne croient pas en la pleine actualisation de l’apocalypse vont perdre la vraie foi, l’ont vraisemblablement déjà perdue parce qu’elles cherchent autre chose que le Christ et le Ciel, sinon elles verraient, sauraient, comprendraient et croiraient. Mais certainement que, face aux tribulations qui ne vont pas cesser et plutôt s’aggraver, elles en viendront à se demander si tout cela ne serait pas la pleine actualisation de l’apocalypse. D’une façon comme d’une autre, elles finiront quand même par y croire ou, à défaut, par en perdre la foi.
    Car tout ne fait que commencer, et il reste à résoudre l’énigme de la consécration de la Russie (non pas de l’URSS) au Cœur Immaculé de Marie qui est décisive et déterminante de l’issue attendue :
    1. Plusieurs auteurs affirment par leurs ouvrages que cette consécration a finalement été faite conformément à la demande exprimée par la TSV Marie, que la Russie s’est convertie et qu’un certain temps de paix est donné au monde. Evidement, face à la réalité de l’actualité dans l’Eglise et dans le monde, on en vient de suite à douter et à vérifier l’époque de ces ouvrages.
    2. Autant d’auteurs affirment que cette consécration n’a jamais été correctement faite conformément à la demande précise exprimée par la TSV Marie, que la Russie ne s’est donc pas convertie, qu’elle continue de répandre ses erreurs dans le monde. En général, il s’agit d’ouvrages beaucoup plus récents élaborés en considération de la réalité contemporaine.
    3. Et tous ces ouvrages font apparaître que l’Eglise hiérarchique nous a trompés, nous a caché la réalité des secrets de La Salette et de Fatima, comme probablement des annonces de Garabandal qu’on n’a pas voulu reconnaître. On ne peut donc plus rien attendre de cette hiérarchie à laquelle il devient difficile d’encore faire confiance.

    • Rappelez-vous ce qu’a dit la Sainte Vierge à soeur Lucie : dorénavant, il faut faire son salut sans compter sur la hiérarchie de l’Eglise.
      C’est clair, non ?

  37. fatilasa says:

    (suite 2 à Efgy 07.02.17)
    Comment savoir qui dit vrai, qui dit faux ? Qui sont les vrais prophètes qui nous exposent la vérité ? Qui sont les faux prophètes qui nous détournent de la réalité ? C’est encore une fois la réalité de l’actualité qui peut nous donner une réponse réaliste et objective. Difficile de croire que la Russie s’est convertie alors que :
    1. elle renforce sans cesse sa puissance militaire de plus en plus sophistiquée en prenant bien soins de la faire valoir aux yeux du monde où elle commence à s’imposer en suscitant l’admiration de certains
    2. elle reste profondément attachée à son idéologie socialiste, marxiste et communiste, elle en exprime même une certaine nostalgie.
    3. elle s’allie avec des nations communistes telle que la puissante Chine, et avec des nations antichrétiennes tel que l’Iran,
    4. elle exalte la religion orthodoxe, ce qui donne l’apparence de conversion mais qui n’est qu’un moyen de s’en servir pour consolider l’unité nationale afin d’affermir sa puissance en vue de contenir ou d’affronter la menace d’un complot contre son intégrité nationale, ce qui n’est pas qu’une théorie fantaisiste puisque c’est le monde entier qui complote contre le monde entier. Sans doute, dans la suite des erreurs des dictateurs communistes, les dirigeants actuels ont bien compris qu’il était inutile de lutter contre la religion mais bien plus utile de s’en servir comme d’un allié. Et comme couverture, on ne saurait pas faire mieux puisque même les catholiques s’y méprennent. « Le loup change de poils, mais pas d’habitudes ! »
    5. elle s’oppose sournoisement à toute expansion de l’Eglise catholique sur son territoire et l’accuse de prosélytisme. Les catholiques qui vivent en Russie le savent bien et sont encore régulièrement brimés.
    6. elle développe une stratégie d’annexion des territoires bordant ses frontières sous prétexte de contenir la menace de l’Otan qu’elle accuse de tous les maux. En même temps, elle suscite la division entre les nations de l’Europe qui s’en affaiblissent.
    7. Mais surtout, elle n’a jamais cessé d’infuser son idéologie à l’intérieur même de la Sainte Eglise catholique par toutes sortes de stratagèmes jusqu’à l’ordination sacerdotale d’agents du régime, jusqu’à la conversion à son idéologie du pape, de cardinaux, d’évêques, de prêtres et d’un grand nombre de baptisés générant ainsi la grande apostasie, jusqu’à même l’abolition du perpétuel sacrifice. Plus que jamais, sous l’impulsion du faux prophète et faux pape Jorge Bergoglio, l’Europe catholique devient communiste marxiste, sans même plus de conscience chrétienne ni d’espérance chrétienne. Et l’Eglise catholique n’est plus qu’un beau contenant sans presque plus de contenu. Ainsi partout dans le monde est répandu le virus de la division et de la rébellion, du chaos et de l’anarchie, de la guerre et de la destruction.

  38. fatilasa says:

    (suite 3 à Efgy 07.02.17)
    Est-ce donc vraiment cela, le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, la conversion de la Russie, le temps de paix donné au monde ? Le Président Poutine brandit de plus en plus la menace d’une guerre nucléaire imminente. Mikhaïl Gorbatchev et d’autres même dans l’Otan en font tout autant. Que faudra-t-il donc pour que les gens comprennent ? Il semble que cela ne se fera pas tant qu’une grande menace ne devienne réelle et angoissante. Alors, oui, comme Notre Seigneur l’a dit à Sœur Lucie, en été 1931 : « Comme le roi de France, ils se repentiront et le feront, mais ce sera tard. La Russie aura déjà répandu ses erreurs à travers le monde provoquant des guerres et des persécutions contre l’Eglise : le Saint-Père aura beaucoup à souffrir ».
    Mais quel est donc le Saint Père qui aura beaucoup à souffrir et fera cette consécration tardivement ? Certainement pas le faux Saint-Père, l’usurpateur Bergoglio qui s’amuse avec l’Eglise, se réjouit de la travestir, amène une statue de Martin Luther au Vatican et la vénère plus que la TSV Marie. Parce qu’on ne veut pas admettre qu’il est le faux prophète de l’Apocalypse, on oublie que c’est toujours Benoît XVI qui est le dernier vrai pape et qui pourrait bien avoir organisé, planifié, sa fausse renonciation en pleine connaissance de ce qui allait se passer. C’est lui qui fera cette consécration ! Mais il va avoir nonante ans le 16 avril 2017, il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre, et donc, tout cela devrait se passer endéans peu de temps. Et ce n’est certainement pas pour rien que s’agite de plus en plus le spectre d’une troisième guerre mondiale qui avait d’ailleurs été annoncée par Fatima mais qui semble avoir été différée dans le temps quoi que la guerre d’Irak avant l’an 2000 en a été le berceau.
    Hélas, trop peu nombreux sont ceux qui veulent bien croire en la réalité de Fatima et bien trop nombreux sont ceux qui en font délibérément abstraction assimilant ainsi cette réalité à de l’illusion.
    Et ce n’est pas le centenaire des apparitions de Fatima qui va secouer la torpeur des catholiques puisque,dès son début le 13.10.2016, il est passé sous une chape de silence, éclipsé par le pape qui, le même jour, a reçu dans la salle d’audience Paul VI un millier de “pèlerins” luthériens et qu’une statue de Martin Luther a été honorée au Vatican. Une belle façon de manifester sa prétendue dévotion mariale.
    « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus ! » (Mat 8 :23-27)

    • Un lecteur anonyme says:

      Avec ces éléments de référence , permettez-moi très cher Fatilasa d’attester de la correction de votre discernement …et d’y souscrire entièrement .
       » J’entendis mais je compris pas  »
      Alors Dieu lui répondit :  » Va …car ces paroles seront tenues SECRÈTES et SCELLÉES jusqu’au temps de la FIN . »
      Quoiqu’il ne fut pas permis à Daniel de comprendre en son temps , en revanche ceux qui vivent au temps de la Fin le peuvent .
      Je finis par croire que le sens de la Révélation apocalyptique n’est donné qu’aux Serviteurs du Christ , Son Église de la Fin des Temps !
      Tout y est révélé en détail , les événements qui s’y rattachent , les problèmes mondiaux qui s’intensifient … , la décadence , l’immoralité , la violence , les conflits , …en pleine explosion , et le monde continue à courir à sa perte dans un matérialisme et une recherche des plaisirs effrénée !
      Les conditions mondiales deviennent de plus en plus graves et seul un petit nombre s’en émeut …
      En être averti pour en prendre garde permet d’y échapper ;
       » Car il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent la face de la terre Veillez donc et priez en tout temps .afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront et de paraître debout devant le Fils de l’homme  »
      Luc 21: 35-36
      Les choses ne vont pas s’arranger et les chrétiens doivent comprendre les prophéties .
      Rien n’est comparable à ce qui est en train de se passer , Dieu révéle aux Sages ce qui est en cours par les prophéties bibliques mais le monde les ignore toutes .
      Cependant Dieu est en train d’accomplir un plan magistral et les êtres humains en font partie , Daniel (12:10) ajoute  » qu’aucun des méchants ne comprendra « , parce que Dieu ne révèle Son plan qu’à ceux qui lui obéissent .
      « La crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse . Tous ceux qui l’observent ont une raison saine . Sa gloire subsiste à jamais  »
      Psaume 111:10
      Tous ceux qui gardent ses Commandements comprendront …
      Ce discernement , Dieu ne le donne en pratique qu’à ceux qui gardent Ses ordonnances .
      Dieu nous a donné de pouvoir connaître le futur écrit à l’avance mais seuls ceux qui servent le Christ peuvent en saisir le sens réel .
      Il demeure caché pour tous les autres , seul l’Esprit de Dieu peut guider ceux qui Lui obéissent et les ramener à la Vérité .
      Je vais également rejoindre le Désert , Dieu nous demande de suivre Son Église car il sera sans pitié pour ceux qui singent Dieu et l’impie assis sur sa chaise , semblable à celui qu’il a fait entrer au Vatican va connaître le châtiment divin .
      Dans la Volonté de Notre Seigneur et Maître , Gloire et Louanges au Saint des Saints , Jésus-Christ l’Agneau Immolé qui a vaincu la Mort et reviendra pour juger les vivants et les morts .
      Bien à chacun et à tous par le signe de la Croix … qui triomphe de Satan .

      • fatilasa says:

        Très Cher Lecteur Anonyme,
        Merci beaucoup pour votre attention et votre suivi.
        Chacune de vos paroles résonnent dans ma tête comme les portées musicales d’une symphonie que nous jouerions tous deux en parfaite harmonie et symbiose. Je ne saurais rien en retirer, et rien n’y ajouter. C’est joie consolante que d’échanger avec vous, vos propos me laissent toujours plus admiratif et encouragé.
        Vous savez certainement bien que votre témoignage est un acte véritable et courageux de charité chrétienne parce qu’il rend la raison à ceux qui se la font piétiner jusqu’à s’en retrouver propulsés aux frontières de la déraison. Je vous en remercie vivement. Sans doute, êtes-vous semblablement confronté à tant d’insouciance, d’inconscience, d’ignorance et d’indifférence dans votre proche environnement.
        Votre première citation de Daniel explique tout : « sceller jusqu’à la fin des temps ». C’est effectivement à la fin des temps qu’on devrait au mieux comprendre et c’est à la fin des temps qu’on comprend, apparemment, le moins. Mais c’est précisément parce qu’on n’a pas voulu comprendre que nous en sommes arrivés à la fin des temps. Sans quoi, nous n’y serions pas encore. La Salette et Fatima confirment indubitablement l’ouverture sur les temps de la fin d’un monde, d’une ère.
        Votre deuxième citation sonne comme une des sept trompettes de l’Apocalypse qui annonce que le temps est venu de juger ce monde qui bien sûr est responsable de persister dans son entêtement.
        On peut systématiquement conclure que ceux qui font délibérément et obstinément abstraction, négation de la réalité procèdent :
        1. soit d’une volonté consciente d’ignorer la vérité, la réalité, et d’entraîner les autres dans leur égarement,
        2. soit d’une volonté inconsciente mais qui dans ce cas relève d’un problème psychique.
        Car toute âme « bien née », tout être de bonne volonté et possédant toutes ses facultés ne saurait manquer d’admettre l’évidence ou, tout au moins de s’en laisser instruire par les moyens qui ne manquent nullement aujourd’hui dont le site MPI qui nous accueille.
        Si, dans un cas comme dans l’autre, on se doit de ne pas juger des personnes et de faire miséricorde, on se doit tout autant de dénoncer ce qui trompe les âmes et leur fait courir le risque, si pas de la damnation, d’au moins un séjour plus long au purgatoire lequel semble avoir été rayé des réalités de l’espérance, au même titre d’ailleurs que le royaume des Cieux et que la vie éternelle qui sont pourtant l’unique raison, l’unique objectif suprême de la foi en Jésus-Christ. On est parvenu à faire croire aux baptisés que quelle que soit notre conduite, « On ira tous au paradis ! ». La petite Thérèse de Lisieux disait : « Pour aller au Ciel, il faut tout faire. Pour aller en enfer, il n’y a besoin de rien faire ».
        (3 suites)

  39. fatilasa says:

    (suite 1 à L.A. 08.02.17)
    « En être averti pour en prendre garde permet d’y échapper ». Avertir de la proximité de l’Avènement du Seigneur Christ. C’est ce que j’ai tenté de faire une dernière fois depuis le 07.01.17 avec au total plus de 60 pages (format A4) de commentaires bien sûr inévitablement répétitifs. Apparemment, cela n’intéresse pas grand monde, comme il y a deux mil ans. Vous me consolez beaucoup en m’apprenant que je n’ai pas perdu mon temps, ne fusse que pour quelques uns. Dès lors, vous aussi, vous n’aurez pas perdu votre temps, et je vous remercie vivement de vous joindre à mes « suppliques »
    « Rien n’est comparable à ce qui est en train de se passer » C’est tellement évident ! Tout ce que vous exprimez est tellement évident ! Comment se fait-il que si peu le comprennent ? Un sur cent baptisé catholique ? Cela se verrait et se saurait ! Un sur mil alors ? Oh, Seigneur, cela ne fait donc que 1,2 million sur 1,2 milliard de baptisés catholiques et sur 7 milliards d’êtres humains !
    « Je vais également rejoindre le Désert ». Tout démontre que nous pensons les mêmes choses qui résultent de la logique, de la raison, du bon sens. Et c’est aussi ce que fait la TSV Marie en ce moment selon ce que l’Apocalypse en dit en Ap. 12:14 mais uniquement pour « un temps, des temps (deux temps) et un demi temps ». De plus en plus éclipsée de la vie de l’Eglise, Elle peut trouver refuge dans notre foi, notre charité, notre espérance, notre confiance, notre silence, notre souffrance. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous retirer du monde dans l’attente que viennent les premiers fléaux annonciateurs.
    Selon ce que révèle l’Apoc., Jorge Bergoglio, le faux prophète, ne va pas retourner en arrière, ne va nullement corriger Amoris Laetitia. Il est d’ailleurs déjà trop tard ! Mais il est bien capable de faire descendre sur les quatre cardinaux et sur ceux qui les suivent « le feu du Ciel » (Ap 13:13) dont je pense qu’il pourrait s’agir d’une sentence à leur encontre, genre excommunication. De toute façon, le schisme est inévitable, il est déjà consommé dans les cœurs, les âmes et les esprits. L’article de Mme Francesca de Villasmundo du 01.02.17 « Alessandro Gnocchi : Faire face courageusement à la réalité de la révolution bergoglienne pour trouver la paix » explique très clairement le délabrement qui afflige l’Eglise au point qu’elle s’en retrouve amorphe, anesthésiée, paralysée. Cet état ne permet plus d’espérer une quelconque régénérescence. Cela ne va durer guère plus de deux ans encore, peut-être moins, mais dès à présent, nous avons tout intérêt à faire « provision d’huile » à l’exemple des vierges sages. Peut-être que certains feraient bien de faire en plus provision de papier W.C., car il est écrit en Lc 21:26 : « Des hommes défailliront de frayeur, dans l’attente de ce qui menace le monde habité, car les puissances des cieux seront ébranlées. ». Ebranlées par quoi ? Par un bouleversement extraordinaire inattendu ou par la volonté de Dieu ? Une petite météorite ? Une plus grosse ? Apparemment, nous serons avertis à l’avance de ces phénomènes. Dieu n’est pas un tyran qui s’amuserait à nous prendre à l’improviste. Mais ce sont les hommes qui ne veulent pas Le reconnaître dans les signes qu’Il nous envoie. Ainsi donc, malgré tout, « Il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent la face de la terre ». Du moins, sur tous ceux qui ne veillent pas dans l’attente de sa Venue.

  40. fatilasa says:

    (suite 2 à A.L. 08.02.17)
    Il ne fait plus aucun doute que Jorge Bergoglio est « l’abomination de la désolation installée dans le lieu saint » (Mt 24 :15-19 et Mc 13:14-16) : « Lors donc que vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, installée dans le saint lieu – que le lecteur comprenne ! – alors que ceux qui seront en Judée s’enfuient dans les montagnes, que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas dans sa maison pour prendre ses affaires, et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau ! » L’Evangile introduit ainsi la notion de « Trop tard ! Plus possible ! ». Et cela nous renvoie donc à la vision de Daniel :
    Dn 12:8-12 : « J’écoutai sans comprendre. Puis je dis : « Mon Seigneur, quel sera cet achèvement ? » « A compter du moment où sera aboli le sacrifice perpétuel et posée (mise en place) l’abomination de la désolation : 1.290 jours. Heureux celui qui tiendra et qui atteindra 1.335 jours. »
    Dn 8 :13-14 : « J’entendis un saint qui parlait, et un autre saint dit à celui qui parlait : « Jusques à quand la vision : le sacrifice perpétuel, désolation de l’iniquité, sanctuaire et légion foulés aux pieds? » Il lui dit : « Encore 2.300 soirs et matins, alors le sanctuaire sera revendiqué. »
    Il est fort probable que, dans la plage chronologique du temps de la fin des temps, les chiffres 1290 et 1335 renseignent un nombre réel de jours, de même que « 2300 soirs et matins » qui signifie 1150 jours de sacrifice d’animaux, un le soir et un le matin. Cela implique forcément une date de référence à partir de laquelle il faut compter ces jours. Car l’Apocalypse est logique, Dieu est infiniment logique. Dans d’autres commentaires, j’ai plus amplement expliqué qu’à mon sens, « l’abolition du perpétuel sacrifice » (la sainte Messe) a été établie au terme du synode ordinaire sur la famille le 24.10.2015, lequel a engendré Amoris Laetitia qui est une véritable stratégie imparable d’anéantissement de la conscience de la Sainte Eucharistie. Il n’y a pas besoin de décréter l’abolition du dogme de l’Eucharistie. Cela serait bien trop radical et d’ailleurs impossible à faire. Il suffit d’amener les gens à ne plus avoir la conscience des réalités de la Sainte Eucharistie, de leur inculquer l’esprit protestant. Car c’est la conscience qu’on a du sacrement qui fait toute sa réalité, sa dimension, son authenticité. Ce ne sont pas les sacrements qui confèrent la foi, c’est la foi qui suscite le besoin des sacrements et qui leur reconnaît leur valeur. J’estime donc que cette date du 24.10.2017 est celle de référence qui établit le début du règne du faux prophète ainsi que le début de l’abolition – pour ainsi dire officielle et publique – du perpétuel sacrifice qui est la Ste Eucharistie.

  41. fatilasa says:

    (suite 3 à L.A. 08.02.17)
    Tout cela est bien sûr subjectif, mais je ne vois pas d’autres explications réalistes et surtout, toujours, en rapport avec l’actualité (principe de l’actualisation). Evidement, cela implique qu’il ne faut pas compter le règne du faux prophète au départ de son investiture (19.03.2013) selon ce que Daniel en dit : «Je considérais les cornes, et voici, une autre corne, petite, s’éleva au milieu d’elles». (Dan 7:8). Au départ, la corne est petite, sans grande importance. Et c’est bien comme cela que Bergoglio a été, on aurait cru voir un ange descendu du Ciel pour faire mieux que tous ses prédécesseurs. Mais à présent, la corne est très grande et s’est bien imposée lors du dernier synode !
    Evidement, mon raisonnement fait systématiquement bondir ceux qui y décèlent une tentative de fixer « la date de ce jour et l’heure », ce qui est défendu par l’Eglise sur base de l’Evangile : «  » Quant à la date de ce jour, ou à l’heure, personne ne les connaît, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, personne que le Père. » (Mc 13 :32). Et j’en conviens absolument puisque cela relève tout simplement de la logique, il suffit de s’imaginer un seul instant ce qu’il pourrait advenir si on connaissait cette « date du jour et l’heure ». Mais attention aux mots, on parle bien d’une date et d’une heure (le mercredi 08 février 2017 à 12.00 hr), non pas d’une époque couvrant cette date. Et l’Evangile nous dit formellement qu’on pourra reconnaître l’époque. Mais pour ceux que la vérité, la réalité, dérange, c’est déjà de trop ! La confusion qu’ils opèrent est déplorable.
    Bien sûr, j’accepterais volontiers toute autre interprétation qui soit réaliste et qui s’accorde avec la réalité de l’actualité contemporaine dans l’Eglise. Et si vous déceliez une quelconque erreur dans mes propos, je vous serais très reconnaissant de bien vouloir me le signaler.
    Cher Monsieur, Je ne connais rien de votre personne, mais visiblement, vous n’avez pas attendu la fin pour vous mettre en marche, vos propos très concis en témoignent. Vous avez si bien résumé ce qu’il faut comprendre, ce qu’il faut être, ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire. Je suis toujours ravi de rencontrer une autre personne qui sait toutes ces choses que Dieu révèle aux petits et cache aux sages de la terre. Je ne peux que vous encourager à persévérer dans la voie que vous avez choisie. Il ne fait aucun doute que le Seigneur ne saurait manquer de parsemer le chemin qu’il nous reste à faire de signes rassurants pour nous indiquer que nous sommes et restons sur le bon chemin.
    Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais pour le moment, il n’y a plus la fonction « abonnement aux commentaires », ce qui fait qu’on n’en reçoit plus l’annonce sur la messagerie.
    Bien à vous en union de prière dans les cœurs unis de Jésus et de Marie.

    • @ « Tout cela est bien sûr subjectif, »

      eh oui, malheureusement.

  42. fatilasa says:

    A Efgy,
    Merci pour toutes vos réponses.
    Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais nos échanges n’intéressent vraiment plus personne et ne peuvent même plus nous être d’une quelconque utilité réciproque puisque :
    1. vous me trouvez « bien naïf » et donc en dehors de la réalité, dans le rêve et l’illusion, sans fondement crédible, malgré tous les éléments objectifs et réalistes que je vous expose mais auxquels vous ne donnez que des réponses de type « ping – pong » en renvoyant la « balle » en dehors de « la table », ce qui rend le « jeu » fastidieux, laborieux, et démotivant.
    2. je vous soupçonne de faire usage d’une stratégie bergoglienne d’enfumage pour me détourner de la réalité jusqu’à tenter de me persuader d’être « bien naïf ». Le principe est simple : à tout endroit, il y a un envers, il suffit de le savoir et de bien savoir s’en servir. En apparence, … En réalité, …
    3. nous nous considérons réciproquement comme étant tous deux intraitables et irrécupérables mais sans être du même côté de la barrière.
    Dans ces conditions, vous conviendrez aisément que même la naïveté peut suggérer d’arrêter. Sans quoi, vous, tout autant que moi, nous allons en devenir semblables au chat qui court après sa queue sans réaliser qu’elle le suit dans tous ses mouvements parce qu’il la déplace lui-même. Cela peut durer longtemps avant qu’il ne s’en rende compte s’il prend cela pour un jeu. Peut-être y trouvez-vous un quelconque intérêt, lequel, de la sorte, doit motiver tout autant le mien.
    Dans leur discours eschatologique, St Mathieu et St Marc exposent d’abord les signes précurseurs de la fin qui ne visent pas que la destruction du Temple de Jérusalem mais s’étendent bien au delà et dont l’un d’entre eux est déterminant dans la plage du temps :
    Mc 13 :10 « Il faut d’abord que l’Évangile soit proclamé à toutes les nations. »
    Mt 24 :14 :  » Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera proclamée dans le monde entier, en témoignage à la face de toutes les nations. Et alors viendra la fin. »
    Dans un même contexte, tous deux font une même référence à la vision de Daniel avec une même recommandation : « Que le lecteur comprenne ! » ( Mt 24 :15-19 et Mc 13:14-16). Comprenne quoi, quand et comment ?
    Le Temple du christianisme n’est pas du tout constitué de pierres comme celui du judaïsme et du protestantisme, c’est le Seigneur Christ Lui-même et son corps mystique l’Eglise. Dès lors : « Que le lecteur comprenne ! ».
    Le « perpétuel sacrifice » dans le christianisme n’est pas du tout un sacrifice d’animaux « soir et matin » comme dans le judaïsme, c’est, dès la vision de Daniel qui a la même origine que la vision de St Jean, le renouvellement non sanglant de l’unique sacrifice de la croix. Dès lors : « Que le lecteur comprenne ! ».
    Et même si on prend la parole de l’Evangile au mot, alors, vraiment, elle n’est pas encore accomplie : « Et Jésus lui dit :  » Tu vois ces grandes constructions ? Il n’en restera pas pierre sur pierre qui ne soit jetée bas.  » (Mc 13:2), car il reste encore des « pierres sur pierres qui n’ont pas été jetées bas.
    Et curieusement, certains juifs attendent le retour du Messie Jésus, Celui qu’ils avaient rejetés, pour l’an 5777 de leur calendrier. Il suffit de consulter le Web pour en avoir une quelconque information.
    Finalement, vous allez quand même me manquer, car vous m’avez obligé, par vos réponses incomplètes, à me surpasser, à chercher encore plus ce qui manquait, ce qui a contribué, à chaque fois, à renforcer mes convictions. C’est à présent un principe qui se génère de lui-même et qui ne nécessite plus de causes impulsives. Oserai-je penser que c’était précisément votre objectif poursuivi ? Quoi qu’il en soit, je peux ainsi garder de votre personne un souvenir bien plus positif que négatif.
    S’il vous en plaisait, vous pourriez encore me rendre un dernier service. Lors de l’envoi de commentaires, je n’aperçois plus la fonction (case à cocher) qui permettait de recevoir sur la messagerie les commentaires et réponses des autres personnes. Cela restreint beaucoup les possibilités et facilités d’échange sur les sujets proposés, ce qui en réduit l’intérêt qu’on peut leur porter. Pourriez-vous me faire savoir s’il en est de même pour vous ?
    Bien à vous.

    • Il en est de même pour moi.

      Je n’ai absolument pas compris à quoi voulait en venir votre dernier post… (un exemple : « Le Temple du christianisme n’est pas du tout constitué de pierres comme celui du judaïsme et du protestantisme, c’est le Seigneur Christ Lui-même et son corps mystique l’Eglise ». Ne serait-il pas plus simple de dire que nous sommes les pierres vivantes de l’Eglise ? Et vous voulez en venir à quoi, svp ?)

      Que Dieu vous garde.

  43. fatilasa says:

    A Efgy,
    Merci d’avoir bien voulu me répondre et de me donner le renseignement demandé.
    Sans vouloir me dérober à votre question, daignez me permettre de vous préciser que je ne dispose pas d’une connaissance des écritures aussi vaste et pointue que celle dont vous faites preuve. Je n’ai aucune formation spécifique en la matière. J’opère surtout par la réflexion, la méditation, la raison, la logique, le réalisme et l’instruction de la réalité de l’actualité dans l’Eglise et dans le monde par les moyens tels que MPI, le blog de Jeanne Smits, Correspondance Européenne, et d’autres sites. Et bien sûr, je me suis vivement intéressé aux grandes manifestations mariales à caractère apocalyptique de La Salette et Fatima.
    J’ai aussi suivi pendant plus de dix ans le Mouvement Sacerdotal Marial lequel, s’il n’apparaît pas vraiment comme manifestation surnaturelle, semble avoir été le moyen, le « porte parole » utilisé par les papes Jean-Paul II et Benoît XVI (qui l’approuvaient tous deux) pour faire connaître « officieusement » ce qu’ils ne pouvaient pas ou plus ou pas encore faire connaître officiellement, publiquement, soit la proche fin des temps. Ce mouvement a été répandu « dans le monde entier », avec l’assentiment et le soutien de ces papes, au sein même des infrastructures de l’Eglise (beaucoup de sanctuaires mariaux, des monastères, couvents, …). Plus de 300 évêques et de 60.000 prêtres y ont adhéré, ce qui n’est quand même pas insignifiant.
    Je me suis aussi intéressé à plusieurs fausses manifestations surnaturelles (San Damiano, Dozulé, Naju, Vasula Rydden, Medjugorje, …) car le faux a bien plus d’importance et d’impact qu’on ne lui en accorde, il poursuit aussi des objectifs et produit des résultats, il relève des « prodiges considérables capables d’égarer même, si possible, les élus ». Medjugorje en est, à mon sens, un des exemples les plus frappants.
    Un autre phénomène a retenu mon attention, c’est celui des OVNI – Extraterrestres qui est tout autant illusoire et satanique que les fausses apparitions mariales mais est vecteur de toutes sortes de fables et de fausses doctrines. Il est parvenu à captiver le monde entier dont même des prélats au Vatican où l’on commence à admettre la « possible » existence d’autres civilisations, ce qui va bien sûr aller à l’encontre de l’Incarnation de NS Jésus-Christ. Ce phénomène m’apparaît plutôt « intra terrestre ». Le fait qu’on ait oublié l’existence de Satan lui permet maintenant d’agir à sa guise et de tromper énormément le monde non pas seulement par le biais de la sphère religieuse mais par n’importe quel moyen.
    Tout ceci constitue les signes d’une activité démoniaque déchaînée dans le cadre d’un certain temps qui a été donné à Satan pour éprouver l’unique Eglise du Seigneur Christ. Il semble qu’il s’agisse de 100 ans et qu’il est très raisonnable de les compter à partir de Fatima (1917).

    • Mis à part votre dernière phrase (« Il semble qu’il s’agisse… » : un peu vague et subjectif), je n’ai rien à vous répondre sur ce post.

  44. fatilasa says:

    (suite 1 à Efgy 18.02.2017)
    Excusez-moi d’être long, mais c’est difficile d’être complet en étant court surtout dans une période où la confusion tente de submerger la Vérité et de la renverser,, et je me dois de vous remerciez pour votre patience à me lire. Daignez croire aussi que mon intention n’est plus de convaincre quiconque de ce que j’affirme. J’ai exposé ce qui m’apparaît de plus en plus évident sur le site MPI qui, sans être eschatologique, livre de plus en plus d’éléments comme autant de pièces d’un puzzle reconstituant ou confirmant progressivement la vision apocalyptique. Mais à présent, j’ai bien compris que presque personne n’acceptera de voir, de savoir, de comprendre et de croire ce qui semble invraisemblable et incroyable mais qui est pourtant manifeste. C’est pour cela que je vais disparaître de cette plate-forme. Et c’est très étonnant que vous soyez ma dernière interlocutrice (ou interlocuteur) alors que tout semble nous diviser, nous séparer. Le fait est que mes convictions fondées sur la réalité sont devenues irréversibles, inébranlables et indéfectibles. Mon désir n’est même pas que ma raison l’emporte sur la vôtre, car je sais qu’il n’y aura ni vainqueur ni vaincu mais seulement, pour tous, la réalité de l’amour miséricordieux de Dieu, notre Dieu Trinité tout puissant à la place de qui l’humain est presque parvenu à se mettre en s’appropriant « l’arbre de la connaissance du bien et du mal ». C’est une reproduction ou peut-être le plein accomplissement du péché originel à l’échelon universel. Certains pays envisagent de légiférer pour permettre l’usage de modification de l’ADN sur des êtres humains. Déjà, des matrices artificielles permettent une procréation jusqu’à 13 jours seulement. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres innombrables de l’immense provocation de l’humanité envers son tout puissant Créateur : ainsi, nous plaçons Dieu dans l’obligation d’intervenir pour sauver sa créature et sa création.

    • @ « Mais à présent, j’ai bien compris que presque personne n’acceptera de voir, de savoir, de comprendre et de croire ce qui semble invraisemblable et incroyable mais qui est pourtant manifeste. »

      Si vous voulez parler de la situation actuelle du monde, et de l’apocalypse future, je crois que tout le monde sur MPI est d’accord avec vous : le monde va très mal et de plus en plus mal, et on se dirige tout droit vers l’apocalypse (d’ailleurs, ce que Dieu a prévu de toute éternité arrivera forcément; personne sur cette terre ne pourra y changer quoi que ce soit).

  45. fatilasa says:

    (suite 2 à Efgy 18.02.2017)
    Tous les posts que j’ai déposé depuis un an ne font que poursuivre un même objectif et peuvent être aisément compris dans l’esprit de ce même objectif : démontrer et avertir que nous sommes bien en train de générer la fin des temps dont St Jean en a reçu la vision de Dieu directement, tout comme le prophète Daniel d’ailleurs. Mais tous deux ont été avisés que cette vision resterait « scellée » jusqu’à la fin des temps (voir Dan 12:4 / Dan 12:9 / Apoc 5:11 / Apoc 10:4 / Apoc. 22:10 / Apoc 22:16). Nul homme ne peut prétendre en découvrir le message de lui-même (Apoc 5.3). Seul Jésus-Christ possède la clé de l’interprétation des énigmes qui s’y trouvent (Apoc 5.4-9). C’est Lui qui enverra son messager avec ce livre ouvert, décelé (Apoc 10.1-2) pour révéler son contenu lors de l’accomplissement des événements apocalyptiques annoncés (Apoc 22.10 et 22.16).
    En ce qui concerne cet « ange », il ne peut pas s’agir d’un homme, Il faudrait pour cela qu’il ait eu une autorité quelconque reconnue par l’Eglise pour être crédible. Et, on ne l’aurait quand même pas cru. Alors, on pense spontanément à la Très Sainte Vierge Marie qui incontestablement est venue nous dévoiler le livre de l’Apocalypse par ses manifestations (reconnues par l’Eglise) ayant caractère apocalyptique telles que La Salette, Fatima et Akita, auxquelles on peut vraisemblablement ajouter Garabandal (non reconnu mais non condamné). Et bien sûr, certains hommes ont emboîté le pas à la TSV Marie.
    La prodigieuse manifestation mariale de Fatima est unique dans l’Histoire de l’Eglise. Il ne fait aucun doute qu’elle est l’actualisation de la vision de « la dame vêtue de soleil » (Apo 12:1-2). La Vierge de Fatima (qui renvoie aussi à La Salette) est vraiment le messager, « l’ange », qui vient décelé le Livre scellé, révélé son contenu, permettre de le comprendre, annoncer le temps de la fin des temps, le temps de l’Avènement du Seigneur Christ. Dès qu’on admet cela, tout devient clair. Ce n’est donc pas pour rien que sœur Lucia de Fatima a dit : « C’est dans l’Evangile et l’apocalypse ! Lisez-les ! Tout le secret de Fatima est là ! ». Elle a même cité les chapitres à lire : VIII à XIII. Malheureusement, on ne l’a pas crue, on l’a même tournée en dérision. Pourtant, lorsqu’on regarde en arrière, c’est bien à La Salette et Fatima que la TSV Marie est venue nous expliquer ce qui allait venir. Et on peut dire : « Mais oui, c’est bien comme cela que ça s’est passé et que çà continue de se passer ! »

    • @ « Ce n’est donc pas pour rien que sœur Lucia de Fatima a dit : « C’est dans l’Evangile et l’apocalypse ! Lisez-les ! Tout le secret de Fatima est là ! ».

      J’ajoute même que lorsqu’un journaliste a demandé au cardinal Raztinger pourquoi on ne révélait pas le 3e secret de Fatima, il lui a répondu que ce n’était pas la peine, la Sainte Vierge avait déjà dit à Akita ce qui nous arriverait…
      (si vous ne l’avez déjà vu, je vous conseille le film documentaire « le 3e secret de Fatima » : https://www.youtube.com/watch?v=79hikZ9pNUM

  46. fatilasa says:

    (Suite 3 à Efgy 18.02.2017)
    Je ne voudrais pas vous provoquer, ni vous offenser, ni vous manipuler. D’ailleurs, vous avez tout aisance de vérifier le bien fondé de mes propos. Mais si vous pouviez admettre un court instant que nous sommes bien à la fin des temps, alors vous pourriez soudainement comprendre tout ce que je vous explique et le concevoir clairement. Vous vous poseriez les mêmes questions que je me suis posées. Pourquoi ceci ? Pourquoi cela ? Pourquoi dit-on ceci et pourquoi dit-on cela ? Qu’est ce qui est vrai et qu’est ce qui est faux ? Qui dit vrai et qui dit faux ? Il est évident qu’en matière d’interprétation ou compréhension de l’apocalypse, tout ne peut être que subjectif puisqu’aucune autorité ecclésiastique ne daigne en confirmer quoi que ce soit, et l’on comprend vite pourquoi. Mais il n’est pourtant pas possible que les paroles de l’Ecriture soient subjectives puisque NS Jésus-Christ a dit : « Je suis le chemin, la Vérité et la vie ».
    En ce qui me concerne, il ne m’est plus du tout possible de penser comme vous, ne fusse qu’un instant pour pouvoir vous comprendre, que la fin des temps ne surgira pas avant plusieurs dizaines d’années. Car la connaissance d’une partie seulement de tout ce que les forces obscures sont en train de tramer contre l’humanité oblige à conclure que nous sommes tout près d’un cataclysme universel comme il n’y en a jamais eu. Certains se sont mis en tête de réduire le nombre d’humains de 7 milliards à un milliard au maximum par tous les moyens possibles. Et là, nous aurons l’occasion de voir, comme vous me l’avez dit, toute l’expression de la haine de Satan, non pas seulement pour les catholiques, mais pour tout humain. Il ne fait aucun doute que des armes sophistiquées de destruction massive seront employées. Certaines d’entre elles peuvent tuer les êtres humains sans trop détruire l’environnement habitable.
    Quand le Pape Jean Paul II se trouva à Fulda durant son voyage en Allemagne (du 15 au 19 novembre 1980), devant un groupe restreint de personne, des questions lui furent posées, notamment une sur le secret de Fatima. Voici le texte paru dans ‘Vox Fidei’ N° 10 de 1981 :
    « Quel est le secret de Fatima qui devait être révélé en 1960 ? » Réponse du Saint Père : « Par son contenu impressionnant, et pour ne pas amener la force mondiale du communisme à certaines ingérences, mes prédécesseurs ont préféré une « attitude diplomatique » (par rapport au « secret »). Toutefois, il devrait suffire à chaque chrétien de savoir ce qui suit : nous lisons (dans le secret) que les océans inonderont des continents en entier, que les hommes mourront subitement d’une minute à l’autre, soudainement et ceci par million…, quand on sait cela, ce n’est vraiment pas urgent de publier ce secret. Beaucoup veulent savoir seulement par curiosité et par sensation, mais ils oublient que la « connaissance » porte avec elle également la responsabilité… Ils veulent simplement assouvir leur curiosité. Ceci est dangereux quand, en ces temps, la nonchalance des gens leur fait prétexter que « cela ne sert à rien ! ».
    Quand on sait tout cela, on comprend vite pourquoi presque personne n’accepte d’y croire ou diffère encore et encore le temps d’un tel accomplissement.

    • Je ne dis pas exactement que nous ne sommes pas dans la fin des temps, je dis que cette notion de « fin des temps » n’a pas la même durée pour vous et pour moi.
      Soeur Lucie nous a dit que Dieu nous donnait deux dernières armes : le rosaire et le Coeur immaculé de Marie. Comme elle l’a justement souligné, si ce sont des « dernières armes », c’est qu’il n’y en aura pas d’autres et que l’on peut croire que nous sommes dans la fin des temps.
      Je dis, contrairement à vous, que cette fin des temps ne va pas s’achever dans quelques années, et que lorsque le règne de la Bête arrivera, ce sera ô combien pire ! que tout ce que l’on vit en ce moment.
      N-S l’a dit Lui-même : « (…) car il y aura alors une si grande détresse qu’il n’y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde jusqu’ici, et qu’il n’y en aura jamais. » (Matth. 24, 21)

  47. fatilasa says:

    (suite 4 à Efgy 18.02.2017)
    Il est vrai qu’il serait « plus simple de dire que nous sommes les pierres vivantes de l’Eglise » C’est tout à fait cela que j’ai voulu dire mais d’une autre façon pour dissuader l’esprit de ramener l’Apocalypse à une vision ou un exposé de faits historiques lointains, ce qui ne peut que fausser la perception ou la compréhension correcte qu’on doit avoir de la vision. Dans sa faiblesse, l’humain est tenté de ramener le divin à l’humain, le céleste au terrestre, le surnaturel au naturel, le spirituel au matériel, l’éternel au temporel. Certains fondent leur interprétation de l’apocalypse sur de quelconques faits historiques tel que la destruction du Temple de Jérusalem. Ils en faussent ainsi toute la réalité dans les faits et dans la plage du temps. Ils reportent dans le passé lointain des faits qui concernent le présent contemporain. Il faut comprendre que les écritures visent les « pierres vivantes » constituant le Temple d’aujourd’hui et non pas les pierres du lointain temple en ruine de Jérusalem qui ne sera jamais reconstruit. Il faut comprendre que les écritures ne parlent pas du tout pour l’époque du Temple de Jérusalem mais pour un autre temps en avant et qui s’avère être le nôtre. Et c’est la même chose pour « l’abolition du perpétuel sacrifice » et « l’abomination de la désolation ». C’est le Christ et son Eglise qui sont au centre de la vision apocalyptique, rien du judaïsme. Mais je ne sais plus que faire pour l’expliquer ou le faire comprendre.

    Pour en terminer, vous plairait-il de m’accompagner dans une » brève » réflexion ?
    Il n’était pas possible avant le début du vingtième siècle de pouvoir affirmer que nous étions dans les temps apocalyptiques parce que toutes les conditions ou situations n’étaient pas réunies pour le permettre :
    1. il faut que la bonne nouvelle ait été répandue dans le monde entier afin que tous en aient connaissance et que nul ne puisse être déchargé de sa responsabilité,
    2. il faut qu’on puisse constater que cette bonne nouvelle (le vrai christianisme et la vraie Eglise du Christ) était rejetée dans le monde entier, ce qu’on appelle la grande apostasie.
    3. cette grande apostasie aboutit, bien logiquement, à l’émergence de la « Bête semblable à un agneau », au faux prophète (« Satan s’introduira jusqu’au plus haut sommet de l’Eglise »)
    4. à cause de la grande apostasie, le faux prophète appuyé par son équipe peut à sa guise parvenir à susciter « l’abolition du perpétuel sacrifice » posant ainsi « dans le lieux saint » « l’abomination de la désolation » (Mat 24/15-19 et Mc 13 :14-16)

    • @ « Il n’était pas possible avant le début du vingtième siècle de pouvoir affirmer que nous étions dans les temps apocalyptiques parce que toutes les conditions ou situations n’étaient pas réunies pour le permettre »

      Je suis d’accord, en effet.

      A propos des « pierres vivantes », l’expression n’est pas de moi. Saint Augustin en a parlé bien avant moi, et d’autres Pères de l’Eglise aussi.
      Voici une citation de saint Augustin tiré de son « sermon pour la dédicace d’une église » (où il ne parle pas de « pierres vivantes ») : « Ainsi, de même que cet édifice visible a été fait pour nous réunir corporellement, ainsi l’autre édifice, que nous sommes nous-mêmes, se construit pour Dieu qui doit y habiter spirituellement.Car « le temple de Dieu est sacré », dit l’Apôtre, « et c’est vous » (I Cor III, 17). Nous construisons l’un en élevant des murs faits de matériaux terrestres; érigeons l’autre en ordonnant nos moeurs avec harmonie. »

      • J’aurais dû commencer par le début ; saint Pierre nous comparait déjà à des pierres vivantes :
        Pierre, II, 5 : « (…) et, comme DES PIERRES VIVANTES, formez vous-même un édifice, un temple spirituel, un sacerdoce saint, pour offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus-Christ. »

    • Soupape says:

      1 – Oui, mais il y a aussi :
      « Céphas, tu es pierre, et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise ! »
      « Et les puissances de l’Enfer ne PREVAUDRONT pas sur Elle ! »

      françois Iscariote ne délire que depuis 4 ans,
      et il faut nous préoccuper de sa succession dès maintenant.

      2 – Et puis revenons sur Terre.
      Au lieu de nous monter le bourrichon sur MPI,
      il y a bientôt des élections, et il faut les utiliser.

      Essayons de déciller ceux pour qui le sauveur s’appellerait
      filon-un-mauvais-coton-sauve-mon-fric-si-c’est-encore-possible.

      3 – Refaire le monde chrétien suppose de susciter des saints,
      qui susciteront d’autres saints.
      Il faut donc travailler dans ce sens.
      Et cela ne relève pas de la politique.

      La politique ne suivra que lorsque 80% des Français,
      seront à nouveau catholiques pratiquants tous les dimanches,
      et même en semaine,
      parce qu’on leur aura expliqué les choses
      mieux qu’on ne nous les a expliquées.

      4 – La politique ne peut que suivre. Elle ne précède que rarement,
      car elle est composée d’esclaves tremblants et solidement encadrés,
      à qui on interdit de sortir du Péché !

      Ceux qui demandent aux politiques de refaire un monde chrétien
      sont bien intentionnés, mais sont des rêveurs :
      l’Eglise, on ne peut la recréer qu’avec l’aide explicite de Dieu.
      Nous sommes revenus aux temps des premiers chrétiens,
      et il faut repartir à zéro.

      5 – Quant à prévoir l’avenir de l’Eglise avec l’Apocalypse,
      cela peut servir à quelques mystiques choisis par Dieu,
      mais je préfère ne pas m’en occuper.

      Certes l’Apocalypse contient l’avenir de l’Humanité et de la Création.
      (l’avenir c’est à dire le projet de Dieu)

      Mais de là à identifier les dates, « nul ne les connait, pas même le Fils,
      mais le Père seul »,
      pour la bonne raison que c’est le Père qui les CHOISIRA Lui-même,
      en partie en fonction du comportement des hommes :
      cf « si ces jours n’étaient abrégés, etc … mais ils seront abrégés »

      6 – Certes l’Ange sonnera de la trompette ;
      mais non pas parce que la date horodatée de cette sonnerie
      serait écrite à l’avance de toute éternité
      dans un Avenir figé depuis le début du Monde,
      (une sorte de « Destin grec » dont Dieu serait le prisonnier !)
      mais parce que c’est Dieu qui prendra l’INITIATIVE de le demander à l’Ange !

      Dieu ne prévoit pas l’avenir, il en fait ce qu’il en veut. C’est différent.
      Certes Dieu peut annoncer à l’avance ses intentions. Donc il les réalisera.
      Mais il les réalisera quand Il le voudra.
      Pour Dieu, l’Avenir n’est pas celui que s’efforcent de deviner les pythonisses.

      C’est pourquoi je répète que nous sommes dans un monde de liberté.
      Il n’y a pas de prédestination.

      7 – La Vierge Marie a accepté, mais elle aurait pu refuser, ou avoir peur.
      D’ailleurs l’histoire ne nous dit pas si, avant elle,
      Dieu n’a pas fait la proposition à une autre vierge, qui aurait refusé.

      Mais dans ce cas, Dieu aurait fini par en trouver une !
      C’est pourquoi Marie a été « comblée de grâces », pour que ça marche !

      • @ « Dieu ne prévoit pas l’avenir, il en fait ce qu’il en veut »

        S’Il en fait ce qu’Il en veut, donc Il peut le prévoir. Et Il le connaît.

        • Soupape says:

          Tout à fait d’accord avec vous !
          C’est en ce sens que j’écris que Dieu connait l’avenir.

          Mais, dans un ancien message, j’avais écrit trop rapidement
          que Dieu ne connaissait l’avenir « qu’en moyenne ».

          J’avais employé les mots « en moyenne », pour faire vite,
          faute de trouver rapidement un mot exact.
          En fait, par le mot « moyenne », je voulais me limiter à parler
          de l’évolution spirituelle probable des peuples et du Monde.

          En réalité, dans les cas
          où l’homme individuel est complètement libre
          (hors de ses conditionnements)
          ni l’homme ni Dieu ne savent ce qui va arriver.

          Il y a donc des choses qui sont inconnaissables,
          mais dans ce cas l’homme n’en sait rien,
          et l’homme n’est donc, évidemment, jamais plus fort que Dieu !

          • @ « En réalité, dans les cas
            où l’homme individuel est complètement libre
            (hors de ses conditionnements)
            ni l’homme ni Dieu ne savent ce qui va arriver. »

            L’homme est complètement libre, et néanmoins Dieu sait ce qui va arriver, car Dieu n’est pas soumis au temps, Il se situe hors du temps, comme je vous l’avais déjà écrit. Dieu EST.

      • @Soupape: « Céphas, tu es pierre, et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise ! »
        Corrigé: « tu es Pierre, et sur cette pierrette je bâtirai mon Eglise, »

        • Soupape says:

          On peut aussi dire ça !
          Mais, dans mon texte, Pierre désigne le surnom de l’Apôtre,
          et pierre est un morceau de rocher … ou de galet.

          En tout cas, Pierre, après son reniement,
          ne faisait pas le mariole, comme Bergoglio.

      • fatilasa says:

        Attention aux mots ! L’erreur fatale qui en a déjà détourné beaucoup de la vérité et de la réalité, c’est de « mettre dans un même sac » Matthieu 24:32-33 et Matthieu 24:36. Ce sont deux choses bien différentes et il n’y a pas besoin de grandes connaissances ni de grande foi pour le comprendre :
        1. Exemple d’époque : le printemps, l’été, ….
        2. Exemple de signes d’une proche époque : les feuilles et les bourgeons qui poussent annoncent que l’été est proche, les feuilles qui brunissent et tombent annoncent que l’hiver est proche.
        3. Exemple de « la date de ce jour et l’heure » : le 13 octobre 2017 à 12.00 heures.
        « Ainsi vous, lorsque vous verrez tout cela, comprenez qu’Il est proche, aux portes. »
        Beaucoup vont rater le « rendez-vous » parce qu’ils ne comprennent pas que tant de signes frappants nous annoncent « qu’il est proche, aux portes ». Si le Seigneur Christ Jésus nous en a ainsi avisés Lui-même, c’est assurément qu’il faut voir ces signes et qu’il faut en conclure que son Avènement est proche. Il est évident que les 75 fausses annonces de fin du monde déjà faites par de faux prophètes avec mention de la « date de ce jour et de l’heure » ont amené un grand nombre à « jeter le bébé avec l’eau de son bain ». Le faux aussi a ses raisons d’être, poursuit un objectif et produit des résultats.

      • fatilasa says:

        Beaucoup n’ont pas encore compris que l’Apocalypse ne décrit pas du tout des « scénarios » que Dieu aurait élaborés et que l’homme n’aurait pas d’autre choix que de les subir, mais qu’elle n’est que la vision anticipée du comportement des hommes envers le Seigneur Christ et son Eglise véritable. C’est nous qui écrivons et réalisons quotidiennement l’Apocalypse, c’est nous qui générons la fin des temps. Il n’y a donc pas besoin, du moins aujourd’hui, d’être prophète ou mystique pour comprendre l’Apocalypse, il suffit d’être vraiment croyant et de regarder la réalité de l’actualité quotidienne dans l’Eglise et dans le monde. Alors, la vérité saute aux yeux, cette réalité montre clairement que les hommes sont en train de faire la fin de tout ce qui fait le véritable christianisme et la fin de tout ce qui fait la véritable Eglise du Christ jusqu’à provoquer Dieu et le mettre dans l’obligation d’intervenir afin que soit sauve sa promesse : « Et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle ». Le mal est tellement répandu et enraciné dans l’Eglise qu’il n’est plus possible de la restaurer par les seules oeuvres humaines.

        La vision apocalyptique de St Jean est une preuve irréfutable que Dieu sait tout, voit tout et peut tout prévoir. Rien ne Lui est impossible et tout Lui est possible. Il suffit de regarder l’immensité du cosmos pour comprendre. Mais cela implique de croire que Dieu, notre Dieu, est le Créateur de tout l’Univers visible et invisible comme le dit le Credo.

        • Philibert says:

          « mais qu’elle n’est que la vision anticipée du comportement des hommes envers le Seigneur Christ et son Eglise véritable.  »

          Tout à fait d’accord. Et la Sainte Vierge l’a annoncé également il y a plusieurs siècles : https://www.touteslespropheties.net/mariana-de-jesus-torres/
          Le message de La Salette disait que nous étions déjà à la fin des temps, et il faut ajouter qu’à La Salette, la Sainte Vierge dit bien que l’église sera restaurée et que ni le Pape ni son successeur ne seront là pour le voir. Ce ne devrait être qu’ensuite qu’il devrait y avoir la fin du sacrifice perpétuel. Ce qui veut dire qu’il y aurait d’abord une première extinction de l’Eglise avant qu’elle ne ressuscite et ce serait seulement après que Notre Seigneur reviendrait en gloire. En tous les cas, il y a de nombreuses prophéties qui doivent encore se réaliser et qui parlent de cette restauration de l’Eglise par Notre Seigneur directement. Ce pourquoi les portes de l’Enfer ne peuvent prévaloir contre l’Eglise, puisque la tête de l’Eglise n’est pas le Pape mais Notre Seigneur directement, tandis que l’Eglise est le corps qui lui est attachée.

      • Philibert says:

        Votre commentaire est très juste hormis le 7 qui est une hypothèse totalement farfelue. Dieu a créé quelques personnes exactement comme Il les souhaitait et il n’est pas possible ainsi d’imaginer que la Sainte Vierge Marie aurait pu refuser ou avoir peur. Une chose est certaine en revanche, c’est qu’elle n’avait pas connaissance pendant très longtemps qu’elle n’avait pas le péché originel, d’après les Saints.
        Vous réduisez, pour ne pas dire blasphémer, la toute puissance de Dieu en imaginant également qu’Il aurait eu à demander une autre vierge, en plus de rabaisser la Sainte Vierge, comme s’il aurait pu y avoir deux Vierges dans le plan de Dieu pour la nouvelle Eve.

        • fatilasa says:

          Merci pour votre réplique qui démontre que le simple raisonnement et la simple logique (« Foi et raison » – encyclique de J-P II) permettent de discerner et d’éluder tout ce qui n’est pas conforme à la vérité, à la réalité. Il est évident que le dogme de l’Immaculée Conception ne concerne que l’unique Très Sainte Vierge Marie. Dieu n’a pas cherché une vierge parmi les vierges; Il a créé l’unique « Toute Belle ».

        • Soupape says:

          à Philibert du 20 février 2017

          1 – Si mon point 7 – vous gêne, vous pouvez l’enlever !
          L’essentiel est que vous ayez compris ce que j’ai voulu dire.

          Ne poussez pas plus loin que je ne le fais moi-même
          un exemple fictif sur la Vierge Marie, que je n’ai employé
          que pour faire comprendre mon point de vue.

          Donc, je ne blasphème pas …

          2 – Mais il reste que
          Dieu s’est adressé à la liberté de la Vierge Marie,
          tout comme Il s’est adressé à la liberté de Zacharie,
          qui, lui, a douté, et s’est fait corriger par l’Ange …

          3 – Je vous rappelle que je suis baptisé et confirmé, etc,
          et que j’ai suivi le catéchisme de mon temps,
          qui poursuivait alors un but normatif,
          à la façon des cours rigoureux
          que donne aujourd’hui l’abbé Billecocq, par exemple.

          Donc j’ai conscience de respecter
          l’enseignement traditionnel de l’Eglise,
          et de ne pas avoir besoin de le bousculer, ni de le réformer,
          ni même de le « reformuler » en le tiraillant en tous sens,
          à la façon des Jésuites de mon jeune temps.

          3 bis – D’ailleurs j’ai « recommencé à croire »
          à partir d’un journal traditionnel.

          Mon expérience spirituelle me parait donc venir de Dieu,
          car elle ne me met pas en porte-à-faux avec la Tradition.

          Au contraire, ce qui n’est pas Traditionnel est suspect,
          car la Religion ne saurait s’inventer !

          (bien que, l’Immaculée Conception en 1846
          l’Infaillibilité pontificale en 1870, et l’Assomption en 1954,
          soient récents,
          et que leur ignorance n’ont pas empêché
          des générations entières d’avoir la Vie Divine !)

          4 – Cependant si j’adhère à tout ce que dit l’abbé Billecocq,
          c’est parce que je suis capable
          de traduire tout ce qu’il dit dans mon langage personnel.

          Car je ne pourrais pas convaincre un catéchumène
          avec le langage du catéchisme normatif.

          5 – En effet les catéchumènes vivent une expérience spirituelle
          très forte (c’est l’Esprit-Saint qui les a amenés là),
          et il faut être capable d’entrer dans leur expérience,
          ce qui est terriblement exigeant.

          Or les énoncés du catéchisme, même s’ils sont vrais,
          ne sont pas adaptés à ce genre de personne.

          6 – C’est le problème que Saint Paul a rencontré à Athènes,
          la 1ère fois qu’il a voulu parler, aux grecs,
          du Dieu des Apôtres de Jésus-Christ !

          En effet St-Paul n’avait plus affaire à des Juifs,
          préparés à entendre un certain langage,
          et il a du tout inventer …

          7 – C’est pourquoi, dans ce domaine,
          je me limite à faire ce qui est à ma portée,
          n’ayant aucune envie
          d’être un aveugle conduisant un autre aveugle.

          8 – En réalité, il faut être capable de pratiquer 2 langages,
          qui doivent se rejoindre :
          le langage de l’expérience spirituelle, et celui des dogmes.

          En effet la pédagogie divine,
          employée par Jésus Christ Lui-même,
          nous montre qu’Il parlait en paraboles,
          de façon volontairement un peu voilée,
          afin de suggérer … et d’obliger à réfléchir …
          au lieu de contraindre …

          Jésus n’a pas commencé par dire :
          il y a un Dieu en 3 personnes ;
          il faudra aller à la Messe chaque dimanche
          même si vous n’y comprenez rien ;
          et vous confesser (au besoin en inventant des péchés) ;
          et communier au moins une fois l’an à Pâques ;
          et prier (au besoin en récitant à Dieu des bondieuseries)
          sinon, boum, c’est directement l’Enfer !

          Ce n’est pas la Vie Spirituelle, cela !
          Et il est normal que beaucoup aient laissé cette caricature

          9 – Si vous êtes secoué par ma façon de parler,
          c’est normal :
          vous êtes membre du clergé, et je ne le suis pas.

          Je pense que l’Eglise aurait dû faire un Concile,
          pour redire les dogmes en langue SPIRITUELLE.

          Mais on a cherché à redire les dogmes dans une langue moderne !
          avec tous les pièges d’une langue infectée.

          Car les prélats ne priaient plus ! ce n’est pas possible autrement.

          En effet, les modernistes, obnubilés par le communisme,
          ont d’abord essayé de trouver un compromis avec Marx K,
          puis un compromis avec mai68,
          puis un compromis avec le mondialisme …

          Si bien qu’aujourd’hui,
          rencontrer un vrai prêtre, qui a une vraie Vie de Prière,
          est un véritable miracle !

          • Philibert says:

            @Soupape : je ne suis pas membre du Clergé ni ne remets en question vos connaissances de manière générale. Je me suis juste permis de relever un point vis à vis de la Sainte Vierge que vous auriez pu vérifier par vous-même étant donné la gravité de sens vis à vis de Dieu et de Son pouvoir et afin de ne pas induire d’autres personnes en erreur. Il y a des choses qu’il peut nous arriver de présumer et c’est là que nous nous rendons compte que nous ne savons pas grand chose sinon des approximations. Concernant les dogmes afin que nous ne nous trompions pas, vous pouvez trouver l’Enchyrion de Denzinger en Français ou le livre de Ludwig Ott qui les reprend jusqu’à très récemment, ou encore les lettres encycliques des Papes qui vraiment les explique très clairement pour des gens comme nous qui ne comprennent pas toujours tout. Il nous faut douter pour avoir la soif de connaissance et ainsi trouver nos réponses.
            Je ne doute pas en revanche que le Saint Esprit saura vous conduire vers un prêtre qui a une vraie vie de prière si vous le lui demandez.
            Bien à vous,

  48. fatilasa says:

    (suite 5 à Efgy 18.02.2017)
    Il était donc tout à fait logique que l’Eglise interdise toute spéculation sur la fin des temps tant que ces quatre situations n’étaient pas réunies.
    Mais aujourd’hui ces quatre situations sont effectives. D’accord, il faudrait plus d’une ligne pour l’expliquer. En toute bonne conscience, l’interdiction de l’Eglise n’est plus du tout d’application surtout à cause de La Salette et de Fatima et de tout ce que nous sommes en train de vivre.
    Mais pourquoi pourrait-on penser et affirmer que c’est maintenant la fin des temps et pas dans dix ans ? Parce que c’est la conjoncture de ces quatre situations qui génère la fin des temps et qui est en train d’anéantir les éléments qui précisément constituent la fin des temps et donc qu’on ne pourrait plus retrouver d’ici dix ans. D’ici dix ans :
    1. Il n’y aurait plus de référence à La Salette et Fatima qui sont déjà bien oubliés,
    2. L’Eglise serait toute déstructurée par la collégialité de plus en plus étendue et par la suppression du magistère du pape. Avant la fin de son pontificat, Jorge Bergoglio aura tout « protestantisé », tout fait exploser. Il ne sera même bientôt plus possible de mettre en place un consistoire pour nommer un autre pape. Chaque évêque étant chargé d’interpréter Amoris Laetitia dans son diocèse, il y a donc déjà autant d’Eglises dans l’Eglise qu’il n’y a de diocèses, et bientôt qu’il n’y a de baptisés (libre examen de conscience comme chez les protestants).
    3. Par un vote majoritaire à l’issue du synode ordinaire sur la famille, les cardinaux ont permis à Jorge Bergoglio d’établir une stratégie imparable (pire que celle des protestants) pour annihiler la conscience de la Sainte Eucharistie dans les cœurs, les âmes et les esprits. Il envisage en outre d’instaurer un office de « Sainte Mémoire » (avec communion « mémorielle ») accessible autant aux protestant qu’aux catholiques et qui va donc progressivement remplacer la Sainte Messe tout comme le font déjà des offices œcuméniques. Cela constitue donc « l’abolition du perpétuel sacrifice » et il est très étonnant, très inquiétant de voir qu’on ne fait pas le rapprochement avec les annonces de l’évangile. On peut en déduire que le processus et l’état d’apostasie sont bien plus profonds qu’il n’y parait.
    Ainsi donc, dans moins de trois ans, on ne pourra plus dire que ce n’est pas encore la fin des temps parce qu’il faut encore que ceci et cela soit arrivé. Il ne sera plus possible d’encore attendre que l’évangile soit répandu dans le monde entier (il est présentement persécuté dans le monde entier), que surgisse le faux prophète (il n’y aura plus de « tête » de l’Eglise, plus d’unité, plus de pape), que soit instaurée « l’abolition du perpétuel sacrifice » (c’est déjà chose bien installée, il n’y a déjà plus qu’un petit reste qui croit encore vraiment en la saint présence du Seigneur).
    Voilà Efgy, je vous laisse tout cela comme un fardeau embarrassant ou enrichissant, et je reste à votre disposition.
    Merci pour votre bénédiction que je formule tout autant à votre égard. Que daigne Dieu nous garder dans la sainte foi et ne permette pas de nous laisser marquer du « signe de la bête ».

    • @ « En toute bonne conscience, l’interdiction de l’Eglise n’est plus du tout d’application »

      Je ne suis pas d’accord.

      • fatilasa says:

        (réponse en cours de formulation. Comme d’habitude, à la marge et avec des suites)

  49. Soupape says:

    à Philibert du 20 février 2017
    Version 2, éditée large, et enrichie.

    1 – Si mon point 7 – vous gêne, vous pouvez l’enlever !
    L’essentiel est que vous ayez compris ce que j’ai voulu dire.

    Ne poussez pas plus loin que je ne le fais moi-même
    un exemple fictif sur la Vierge Marie, que je n’ai employé
    que pour faire comprendre mon point de vue.

    Donc, je ne blasphème pas …

    2 – Mais il reste que
    Dieu s’est adressé à la liberté de la Vierge Marie,
    tout comme Il s’est adressé à la liberté de Zacharie,
    qui, lui, a douté, et s’est fait corriger par l’Ange …

    3 – Je vous rappelle que je suis baptisé et confirmé, etc,
    et que j’ai suivi le catéchisme de mon temps,
    qui poursuivait alors un but normatif,
    à la façon des cours rigoureux que donne aujourd’hui l’abbé Billecocq, par exemple.

    Donc j’ai conscience de respecter
    l’enseignement traditionnel de l’Eglise,
    et de ne pas avoir besoin de le bousculer, ni de le réformer,
    ni même de le « reformuler » en le tiraillant en tous sens, à la façon des Jésuites de mon jeune temps.

    3 bis –
    D’ailleurs j’ai « recommencé à croire » à partir d’un journal traditionnel.

    Mon expérience spirituelle me parait donc venir de Dieu,
    car elle ne me met pas en porte-à-faux avec la Tradition.

    Au contraire, ce qui n’est pas Traditionnel est suspect,
    car la Religion ne saurait s’inventer !

    (bien que, l’Immaculée Conception en 1846
    l’Infaillibilité pontificale en 1870, et l’Assomption en 1954,
    sont récents,
    et que leur ignorance n’ait pas empêché
    des générations entières d’avoir la Vie Divine !)

    4 – Cependant si j’adhère à tout ce que dit l’abbé Billecocq,
    c’est parce que je suis capable
    de traduire tout ce qu’il dit dans mon langage personnel.

    Car je ne pourrais pas convaincre un catéchumène
    avec le langage du catéchisme normatif.

    5 – En effet les catéchumènes vivent une expérience spirituelle très forte
    (c’est l’Esprit-Saint qui les a amenés là),
    et il faut être capable d’entrer dans leur expérience,
    ce qui est terriblement exigeant.

    Or les énoncés du catéchisme, même s’ils sont vrais,
    ne sont pas adaptés à ce genre de personne.

    6 – C’est le problème que Saint Paul a rencontré à Athènes,
    la 1ère fois qu’il a voulu parler, aux grecs,
    du Dieu des Apôtres de Jésus-Christ !

    En effet St-Paul n’avait plus affaire à des Juifs,
    préparés à entendre un certain langage,
    et il a du tout inventer …

    7 – C’est pourquoi, dans ce domaine,
    je me limite à faire ce qui est à ma portée,
    n’ayant aucune envie d’être un aveugle conduisant un autre aveugle.

    8 – En réalité, il faut être capable de pratiquer 2 langages,
    qui doivent se rejoindre :
    le langage de l’expérience spirituelle, et celui des dogmes.

    En effet la pédagogie divine, employée par Jésus Christ Lui-même,
    nous montre qu’Il parlait en paraboles, de façon volontairement un peu voilée,
    afin de suggérer … et d’obliger à réfléchir …
    au lieu de contraindre …

    Jésus n’a pas commencé par dire :
    il y a un Dieu en 3 personnes ;
    il faudra aller à la Messe chaque dimanche (même si vous n’y comprenez rien) ;
    et vous confesser (au besoin en inventant des péchés) ;
    et communier au moins une fois l’an à Pâques ;
    et prier (au besoin en récitant à Dieu des bondieuseries)
    sinon, boum, c’est directement l’Enfer !

    Ce n’est pas la Vie Spirituelle, cela !
    Et il est normal que beaucoup aient laissé cette caricature

    8 bis –

    Quand j’ai recommencé à prier, j’ai dis à Dieu :
    « je ne vais pas te réciter des conneries que je ne comprends pas »
    « je vais donc te parler comme ça vient ».

    Et Dieu, avec une grande humilité, a admis qu’il en soit ainsi,
    prenant humblement son tour, quand Il me « dérangeait » !

    Car Dieu aime les esprits qui s’affirment devant lui !

    J’étais ainsi à l’époque …

    Puis, pour entendre la réponse de Dieu,
    j’ai commencer à lire les Evangiles, puisque c’est là où se trouve sa Parole,
    en demandant à Dieu de m’expliquer en détail ce que je lisais.

    Et, petit à petit, Dieu m’a fait comprendre.
    Si bien qu’aujourd’hui, je suis loin de tout comprendre,
    mais j’ai quelques clartés.

    9 – Si vous êtes secoué par ma façon de parler,
    c’est normal :
    vous êtes membre du clergé, et je ne le suis pas.

    Je pense que l’Eglise aurait dû faire un Concile,
    pour redire les dogmes en langue SPIRITUELLE.

    Mais on a cherché à redire les dogmes dans une langue moderne !
    avec tous les pièges d’une langue infectée.

    Car les prélats ne priaient plus ! ce n’est PAS possible autrement.

    En effet, les modernistes, alors obnubilés par le communisme,
    ont d’abord essayé de trouver un compromis avec Marx K,
    puis un compromis avec mai68,
    puis un compromis avec le mondialisme …

    Il est incroyable de voir aujourd’hui le nombre de « crétins » qui cherchent des compromis,
    bergoglio compris.

    Si bien qu’aujourd’hui,
    rencontrer un vrai prêtre, qui a une vraie Vie de Prière,
    est un véritable miracle !

    • fatilasa says:

      Attention aux exemples fictifs qui n’ont rien à voir avec les paraboles très réalistes ! C’est ainsi que des savants vicieux sont parvenus à jeter le trouble dans de petites âmes innocentes ou naïves. La doctrine protestante est remplie de tels exemples perfides.
      Un jour, un citoyen rencontre son curé de paroisse et, tout fier, lui dit : « Vous savez, Monsieur le curé, je ne suis pas pratiquant mais je suis croyant !  » Et le brave prêtre lui répond : « Je vois ! Vous avez juste le même problème que le diable ! Lui aussi croit en Dieu mais ne pratique pas non plus comme vous ! » Voilà une comparaison, un exemple qui n’est pas fictif.
      Un jour, mon ancien curé de paroisse (prêtre dominicain valablement ordonné) m’a demandé : « Comment veux-tu que Jésus-Christ soit entièrement humain puisque la Vierge Marie ne l’a pas eu comme tout le monde ?  » Vérité ou fiction ? Ce même prêtre expliquait la sainte présence de Jésus en sa sainte Eucharistie en la comparant à un rayon de soleil mais qui n’est pas le soleil. Comprenez-vous bien ? C’était en 1990.

      • Soupape says:

        A Fatilasa,

        1 – Les expériences spirituelles diffèrent pour chacun.

        Cependant je n’aurais jamais imaginé qu’un simple exemple fictif,
        destiné seulement à faire mieux comprendre,
        et qui, sur moi, ne produit aucun effet,
        puisse en produire sur d’autres, au point de les scandaliser,
        puisque, vous aussi, semblez avoir été choquée !

        2 – Sur l’Apocalypse, c’est un fait que vous m’avez influencé !
        et que je regarde maintenant ce Livre avec moins d’incompréhension.

        Mais le GROS BON SENS me commande de ne pas m’en mêler.

        Il est plus important d’améliorer mon taux de compréhension
        des Evangiles, des Actes et des Epitres.

        3 – Pour le reste, il me parait évident que Jésus
        n’est pas un homme comme les autres, puisqu’il est Fils de Dieu,
        ce que les autres hommes ne sont pas, et ne seront jamais.

        Notez que Jésus n’a jamais dit : « je suis vrai homme et vrai Dieu ».
        Cela, c’est seulement une déduction théologique.
        Après quoi, si on part de la déduction théologique
        comme d’une matière première,
        on risque évidemment de s’emmêler les pinceaux.

        Il me parait déraisonnable
        d’essayer de décrire une réalité surnaturelle,
        et un Mystère profond, qui dépassent nos petits esprits !

        L’un de mes jésuites (tous n’étaient pas mauvais !) m’avait dit :
        « Jésus est un homme, à qui on a attribué ce qu’on attribue à Dieu « .
        Ce n’était pas si mal trouvé, et je m’en suis tenu là !

        4 – Quand à l’eucharistie, il y a transsubstantiation, point barre.
        On ne sait pas dire mieux,
        et il serait téméraire de s’imaginer pouvoir se l’expliquer,
        même avec un rayon de soleil !

        Le gros bon sens fait partie de la Vie Spirituelle !

        En tout cas, merci de votre réponse,
        que j’attendais un peu, même si je ne vous avais pas adressé le message,
        car ce que vous faites n’est pas inutile,
        même si parfois vous me paraissez aller trop loin.

        Comme vous le voyez,
        on apprend quand même des choses sur MPI !

        • fatilasa says:

          Cher Mr Soupape,
          Merci de me rassurer sur les conséquences de mes propos qui au moins ne sont pas cause d’erreur pour vous. Avec Dieu, c’est ainsi, on ne va jamais assez loin, et c’est d’ailleurs Lui qui veille à nous tirer en avant. Mais n’ayez crainte, on ne peut qu’y trouver toujours plus de paix, de joie et de consolation.
          L’Apocalypse n’est pas si difficile à comprendre, c’est tout simplement ce que vous êtes en train de vivre. Donc, vous en connaissez déjà une bonne partie, votre bon sens fera le reste. Les événements qui vont surgir dès cette année ne manqueront pas de vous instruire et de vous convaincre bien mieux que moi. Il vous suffira de vous souvenir. Je suis certain qu’alors vous réaliserez que je ne vous ai pas pousser trop loin, mais seulement en avant, toujours en avant, vers la Vérité, vers Dieu Trinité, le Ciel et la vie éternelle.
          Bien à vous dans le Christ Jésus.

  50. fatilasa says:

    La « plage du temps chronologique » de la fin des temps.
    A Mr Soupape,
    Vous écrivez : « Et si ces jours n’étaient abrégés, …. «
    Ainsi écrit, on doit en conclure qu’il sera décidé d’abréger le nombre de jours seulement quand ceux-ci surviendront.
    Et cela correspond à votre pensée que vous exprimez en écrivant : « c’est le Père qui les CHOISIRA Lui-même en partie en fonction du comportement des hommes ». Donc, qui les choisira seulement à ce moment-là.
    Dans cette optique, cela peut évidement avoir une incidence sur la « plage du temps » et la rendre incertaine dans sa durée. Cela suggère qu’il est impossible de l’établir et que ceux qui tentent de le faire se trompent. Mais cela suggère aussi que Dieu, le Père, est incapable de tout voir, tout savoir, tout connaître et tout prévoir.

    Cependant, certaines bibles, quand même sérieuses, rapportent les paroles autrement :
    Mc 13.20 : « Et si le Seigneur n’avait abrégé ces jours … »
    Mt 24.20 : « Et si ces jours n’avaient été abrégés, … »
    Notons directement l’usage de l’imparfait.
    Ainsi écrit, on doit en conclure :
    1. qu’il a déjà été décidé du nombre de ces jours, et que ce nombre de jours a déjà été fixé, déterminé, est déjà inclus dans les périodes citées (1.290 jours – 1.335 jours)
    2. que cela ne peut donc en rien altérer la plage du temps chronologique de la fin des temps qu’il est ainsi possible d’établir correctement
    Et cela correspond à la pensée de ceux qui affirment que Dieu, notre Dieu, sait tout, voit tout, connaît tout, prévoit tout.

    Faut-il alors commencer à débattre de la validité des différentes versions des Ecritures ? Indépendamment de cela, le bon sens commande de donner la primauté à la deuxième option. Et ce n’est pas pour autant que s’en trouve justifiée la théorie de la « prédestination » si chère à Jean-Jacques Rousseau lequel n’a sans doute pas compris que Dieu est Dieu et que la créature ne pourra jamais expliquer son Créateur. Sans quoi, elle deviendrait son égal. Et Dieu est suffisamment intelligent que pour ne pas le permettre, Il ne l’a pas permis à l’archange de lumière, Lucifer.
    Vous le reconnaissez vous-même, « il n’y a pas de prédestination ». Mais alors, il y a une certaine incohérence ou confusion dans vos propos. Or, nous avons plus que jamais besoin de lumière.

    Vous m’avez écrit qu’il ne vous était pas possible de me suivre parce que « l’Apocalypse, çà vous passe au dessus de la tête ». C’est un constat sincère, et personne ne peut vous en tenir grief. Mais il faut alors, dans la suite, reconnaître qu’il ne vous est pas possible de donner de l’apocalypse une interprétation la plus crédible et correcte possible et que, dans ce cas, il convient plus de poser des questions que d’émettre des hypothèses impossibles à démontrer, sans thèses soutenables.
    Bien à vous dans la vraie foi au vrai Christ.

    • Ah tiens, salut ! Ca tombe bien que vous oyez là par ce que je reviens et je ne me souviens plus du titre de l’article dans lequel nous nous sommes rencontrés. Est-ce que vous vous en souvenez ? Merci. 🙂

      • fatilasa says:

        Le titre, je peux vous le reproduire. Mais il faudrait d’abord que vous m’informiez de vos raisons de le connaître. Car si ce n’est que pour vous comporter de la même façon qu’à cette époque envers mes commentaires et ceux des autres, alors, cherchez vous-même. Souvenez-vous que je vous ai écrit : « A Dieu, don Quichotte ! ». Et je croyais que vous en étiez réellement disparu ! Mais peut-être nous revenez-vous tout changé. Dans ce cas, vite, expliquez-nous, nous sommes toutes zoreilles !

        • Non, justement je n’avais pas vu votre commentaire. Entre temps, j’ai bien cherchez et j’ai répondu.

          En quoi auriez-vous souhaitez me voir changer, dites ?

  51. fatilasa says:

    Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais MPI n’offre plus les mêmes options qu’auparavant pour pouvoir suivre un sujet, les commentaires et les réponses. Dès lors si vous voulez suivre les commentaires subséquents aux vôtres, il vous faut revenir régulièrement sur le même sujet proposé.
    En ce qui me concerne, je me limite au présent sujet jusqu’à ce que je disparaisse.
    Si vous ne savez pas réaliser de vous-même les changements que vous devriez opérer en fonction de la plate-forme MPI que vous voulez fréquenter, je pense que je vais perdre mon temps à vous l’expliquer.
    Car, c’est pas gagné ! C’est déjà même perdu !

  52. fatilasa says:

    A Philibert,
    Merci pour votre suivi du 20.02.17. Selon les éléments que vous m’exposez, je n’ai pas bien su comprendre :
    1. pourquoi vous situez « l’abolition du perpétuel sacrifice » (la Ste Eucharistie) après la restauration ou sauvegarde de l’Eglise que le Seigneur ne manquera pas de réaliser selon sa promesse,
    2. pourquoi votre raisonnement ne fait aucune considération des nombreux éléments que M.P.I. nous a exposés et qui font clairement apparaître que cette « abolition du perpétuel sacrifice » a déjà été décidée, est bien mise en œuvre et s’achemine vers son parachèvement.
    3. pourquoi vous le fondez sur des éléments prophétiques à venir et encore inconnus tout en négligeant les éléments réels dont on peut avoir la connaissance et la certitude dès à présent.

    • fatilasa says:

      Daignez m’excuser, mais j’ai dû envoyé l’exposé en plusieurs petits morceaux.
      « Château vieux ! », ce soir.

    • Philibert says:

      Cher Fatilasa,
      Je ne peux que vous recommander le livre de Francis Spirago qui rassemble l’ensemble des prophéties : http://www.livresenfamille.fr/p9506-francois_spirago_le_grand_monarque_venir_et_le_temps_de_paix_sous_son_regne.html
      Il est clair que les tribulations n’ont pas encore commencé, en conviendrez-vous avec moi ? Or, le Pape François est encore là et nous ne pouvons pour l’heure dire qu’il est le dernier Pape qui fera paître ses brebis au moment des tribulations. Nous ne pouvons pas dire s’il sera d’ailleurs là au moment des tribulations qui doivent être plus grandes même que la guerre civile qui devrait éclater en France.
      Comme nous en avions parlé, l’abolition du perpétuel sacrifice d’après le texte de Daniel doit avoir lieu sous la contrainte d’une armée et non selon la volonté du Pape. Je ne fais que reprendre les paroles de Notre Seigneur pour ma part qui a bien dit à Marcel Van et à d’autres qu’il allait redresser la France et qu’Il le ferait. Cela n’a pas encore eu lieu comme nous le voyons tous.
      Notre Dame de La Salette ne dit-elle pas que l’Eglise sera restaurée ?
      Je n’ai pas dit contrairement à ce que vous en déduisez que l’abolition de la Sainte Eucharistie aurait lieu après le retour glorieux de Notre Seigneur. Il va sans dire qu’elle aura lieu avant.
      La bataille devrait avoir lieu très bientôt maintenant que Satan a eu plus de 100 ans pour susciter des démons partout.
      Nous voyons aussi que le plan des ennemis de Notre Seigneur de mettre en place une religion mondiale est loin d’être mené à son terme, puisque les Musulmans ne sont pas près de rejoindre les Chrétiens comme le voudraient certains Papes depuis Vatican 2 mais prêts davantage à une guerre.

      Nous avons toujours quelques divergences d’opinion et je sais que vous êtes plus de l’avis de l’auteur de ce blog : https://legrandreveil.wordpress.com/2017/02/17/dies-irae-le-jour-de-la-colere/#comments
      Néanmoins, pour ma part, je continue à croire que les prophéties se réaliseront avec plus ou moins d’exactitudes, puisque Notre Seigneur a dit qu’elles se réaliseront. La Sainte Vierge a aussi prévenu qu’à la fin des Temps beaucoup croiront que ce sera la Fin du Monde comme vous le pensez, mais que ça ne le sera pas. Il ne reste plus très longtemps mais il reste sans doute une bonne décennie au moins, à mon sens.

  53. fatilasa says:

    En cela quelque chose m’échappe et me fait penser au « maillon manquant de la chaîne » que Darwin s’est fabriqué pour compléter et justifier sa théorie boiteuse. Cela recèle donc le risque de fausser la réalité et d’en être ainsi tout à fait détourner, de se retrouver en dehors de la réalité, en dehors de la plage du temps apocalyptique dont vous convenez qu’il est bien généré par les hommes eux-mêmes, par leur comportement et par les événements qu’ils produisent en conséquence.

  54. fatilasa says:

    L’apocalypse ne cite pas « l‘abolition du perpétuel sacrifice ». Il n’y a que l’Ancien Testament et l’Evangile qui y renvoie. Mais l’Apocalypse parle de « l’image en l’honneur de la Bête », un faux Christ et une fausse Eglise avec évidement une fausse messe sans plus de consécration, ce qui pourrait bien se réaliser par l’élaboration d’une liturgie de « Sainte Mémoire » avec « communion mémorielle » capable ainsi de rassembler les protestants et les catholiques.

  55. fatilasa says:

    De toute façon, c’est surtout dans les consciences, les cœurs, les âmes et les esprits que s’opère l’abolition du perpétuel sacrifice. Imaginons un court instant que tous les célébrants de la sainte messe consacrent encore valablement les espèces mais que plus aucun d’entre eux ni aucun des participants ne croient en la sainte présence. A quoi donc servirait encore le perpétuel sacrifice ? Ne devrait-on pas conclure qu’il est aboli ? Certes, la réalité n’en est pas là. Mais de plus en plus de prêtres ne croient plus en la sainte présence, certains ne consacrent plus valablement, de plus en plus de baptisés ne pratiquent plus et ne communient plus, ne croient donc plus en la sainte présence. Et même parmi les pratiquants, beaucoup suivent Jorge Bergoglio dans sa « protestantisation » rapide de l’Eglise et, de facto, ne croient plus en la sainte présence.

  56. fatilasa says:

    L’Eglise est ainsi vraiment à son extrémité, ne tenant plus debout que par le nombre restreint de prêtres et de fidèles qui croient encore vraiment en la sainte présence. On peut donc raisonnablement estimer que l’abolition du perpétuel sacrifice a bien été décidée, est bien établie dès à présent en 2017, et qu’il n’y aura que celle-là qui durera pendant « 2.300 soirs et matins » (Dan. 8:13-14) avant que Dieu n’intervienne (Dan 12:5-11). Car l’Eglise ne peut plus être restaurée, sauvée, régénérée que par une intervention glorieuse du Seigneur Christ dont les desseins sont stables, sérieux, réalistes, sans situation absurde ou discordante.

  57. fatilasa says:

    C’est donc surtout à cette proche époque qu’il convient de s’intéresser de toute urgence. C’est de cette époque que parle la TSV Marie à La Salette et à Fatima, époque qui se termine, selon la description faite par l’Apocalypse en son chapitre 19, par la précipitation de la Bête et du faux prophète dans l’étang de feux (Ap. 19:20). Ainsi donc, mettre « l’abolition du perpétuel sacrifice » après la manifestation glorieuse de NS Jésus-Christ, c’est à coup sûr inverser tout et tout rater en faisant ainsi le jeu de l’adversaire qui ne peut que s’en réjouir.

  58. fatilasa says:

    Quant à pouvoir dire ce qui se passera vraiment après, il est bien trop tôt, et nous ne serons peut-être même plus là. Il est donc raisonnable de bien s’intéresser d’abord à ce qui se passe pendant et jusqu’à la fin du règne du faux prophète antichrist et Antéchrist. C’est déjà pas mal ainsi.
    Un certain temps après (Ap 20), il y aura encore une grande bataille suscitée par le diable mais, à ce moment-là, la Bête et le faux prophète ne seront plus là, l’apocalypse n’en parle plus dans ses chapitres 20, 21 et 22.
    Bien à vous.

  59. fatilasa says:

    Multi suite … si la machine veut bien ! « Château vieux ! »
    Cher Philibert,
    Merci pour votre suivi. Vous êtes un « sacré » commentateur parce que vous livrez sincèrement le fond de votre pensée en l’argumentant, ce qui permet d’établir un dialogue sérieux, réaliste et fructueux. Efgy en dirait encore qu’il s’agit de « masturbation intellectuelle ». C’est vrai que c’est mauvais pour son moral, mais si cela peut nous prémunir contre la maladie d’Alzheimer, alors, allons-y gaiement !
    Dans le domaine eschatologique, l’évangile, l’Apocalypse, La Salette et Fatima constituent les plus grandes prophéties connues et reconnues. Dès lors :
    1. Soit que les autres prophéties annoncent les mêmes choses ou des choses semblables en se confirmant ainsi les unes les autres,
    2. Soit que des autres prophéties annoncent des choses contraires à celles-là, et dès lors, suscitent la confusion, la dérision, l’illusion et la division, c’est tout ce que le diable attend pour égarer le plus grand nombre « même, si possible, les élus », sachant que son terme aussi est proche (Vision de Léon XIII)

    • fatilasa says:

      Finalement, est-il vraiment nécessaire de déterminer le plus correctement possible l’époque de l’Avènement de Jésus-Christ ? Il faut bien convenir que c’est précisément cela que tant de vraies prophéties tentent de nous indiquer, et que c’est aussi de cela que tant de fausses prophéties, de fausses annonces, de fausses manifestations surnaturelles essayent de nous détourner. Donc c’est vraiment important.

  60. fatilasa says:

    L’enjeu est évidemment conséquent, il suffit de penser à l’évangile des dix vierges. Etre une heure à l’avance sur l’horaire de départ d’un avion est peut-être ennuyant mais consolant et rassurant, tandis qu’être une heure en retard est tout à fait désolant.
    Ce que j’ai exposé est le résultat d’une recherche structurée fondée sur des éléments objectifs qui permettent de déterminer assez précisément l’époque de la fin des temps antichrétiens et donc de la manifestation glorieuse du Seigneur Jésus-Christ.
    Ce que vous me proposez est assez aléatoire et s’étend bien trop au-delà de mes estimations dont je m’étonne d’être bien seul à les faire.
    Dès lors, même si mon option devait me valoir d’être « à l’avance », je ne peux que la choisir, la garder fermement et la préférer à toute autre qui me paraît moins certaine et pourrait me mettre « en retard ». Car si nous sommes bien à la fin des temps depuis La Salette et Fatima, à fortiori, aujourd’hui nous sommes « à la fin de la fin » des temps, et il n’y a plus de temps à perdre. Je pense que je ne suis pas le seul à en être conscient.

    • Philibert says:

      Je suis tout à fait d’accord avec vous Fatilasa et c’est pourquoi je plussoie vos messages même si je ne suis pas tout à fait d’accord sur la suite des évènements, car bien évidemment nous n’avons pas à chercher à tout prévoir mais à nous conformer à la volonté de Dieu avant toute chose, surtout lorsque nous avons compris à quels temps nous sommes.
      Pour le reste, je vous répondrai quand je disposerai d’un peu plus de temps si vous me permettez.

  61. fatilasa says:

    En ce qui concerne les tribulations, je ne saurais convenir qu’elles n’ont pas encore commencé puisque, en fait, nous ne faisons que de parler d’elles et MPI que de nous en instruire. Elles sont d’ailleurs présentement générés en partie par le pape lui-même ce qui permet d’affirmer qu’il est bien « Petrus romanus », le dernier pape qui fait paître SES brebis. Vous et moi, nous ne sommes pas SES brebis. Le bon berger connaît ses brebis et ses brebis le reconnaissent. Petrus romanus déteste les vraies brebis du Seigneur Christ Jésus, il le montre sans se gêner. Voici ce qui dit très précisément la prophétie de St Malachie : « Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siégera Pierre le Romain qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations. Celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite, et le Juge redoutable jugera son peuple.» Pour rappel : on n’écrit pas du tout « Pierre II le romain ». Il est certain que ce pseudo pape sera là jusqu’à la fin des tribulations qui d’ailleurs se retourneront contre lui et l’emporteront. On dirait parfois qu’il le pressent. Il devient de plus en plus rabougri. Pour comprendre, il est nécessaire de s’entendre sur les termes « tribulations ou grande tribulations ». Si vous faites sur le Web une recherche avec les mots « signification biblique de tribulations », vous obtiendrez les mêmes adresses de sites que j’ai visionnés et qui stipulent que « tribulation » signifie : désolation, colère, angoisse, terreur, affliction, tourments, détresse, souffrance, persécution, calamité. Bien sûr, il ne nous est pas possible de voir tout le mal qui peut se passer dans le monde entier sur une journée. Peut-on encore trouver beaucoup de nations qui vivent vraiment dans une paix sereine ? En tout cas, Jorge Bergoglio a dit : « Le monde entier est en guerre ! ». C’est bien ce qu’on nous montre presque chaque jour aux informations. Et s’il ne manque que la « grande détresse » annoncée en Matthieu 24.21 pour être convaincu, il suffit d’attendre encore un peu, car il ne faudrait pas plus de quelques mois pour qu’elle s’abatte subitement tel qu’annoncé en l’épître 1 Thessalonicien 5:3, et il ne faudrait pas qu’elle dure plusieurs années. De toute façon, ce ne sera apparemment pas suffisant pour « fourrer la puce à l’oreille » pour faire comprendre la proximité des temps, selon ce qu’en dit NS Jésus en Mt 24:37-39 : « Comme les jours de Noé, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. En ces jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et les gens ne se doutèrent de rien jusqu’à l’arrivée du déluge, qui les emporta tous. Tel sera aussi l’avènement du Fils de l’homme. »
    « Et les gens ne se doutèrent de rien … ! » N’est-ce pas ce qui est en train de se passer ?

  62. fatilasa says:

    Je vais sans doute vous surprendre mais le site « Le Grand réveil » que j’ai évidemment supervisé en bon chercheur ne m’apparaît pas du tout crédible mais plutôt susceptible d’être en dehors de la réalité ou d’en détourner, soit volontairement, soit involontairement :
    1. il table sans cesse sur des dates d’événements et fait d’innombrables calculs mirobolants qui relèvent de la gnose et de l’ésotérisme sans jamais parvenir à se fixer correctement. Une véritable calculette ! De ce fait, il se propulse en dehors de la réalité, et c’est un bon exemple à retenir qu’à courir plusieurs lièvres à la fois, on ne peut en attraper aucun. Mais j’y ai quand même trouvé une belle explication de la stratégie bergoglienne, ce qui m’a éclairé : il n’est pas nécessaire pour instituer une religion universelle de fusionner toutes les religions (Satan préfère la division) ni d’abroger les dogmes de la foi catholique, il suffit par des mots judicieux de manipuler les esprits et les consciences, d’amener les catholiques à faire d’eux-mêmes cette fusion dans leur esprit, de parvenir à leur faire croire que « toutes les religions se valent devant Dieu » (comme le fait Medjugorje).
    2. à plusieurs reprises, il affirme que la consécration de la Russie a bien été réalisée par Jean-Paul II en 1984 conformément à la requête de la TSV Marie, et que Vladimir Poutine est un bon chrétien. Plusieurs ouvrages bien élaborés démontrent tout à fait le contraire, mais surtout la simple réalité de l’actualité le démontre. Cela change évidement tellement de choses.
    3. dans les articles y publiés jusqu’à présent, je n’ai distingué aucun commentaire décrivant le synode ordinaire sur la famille (24.10.2015) et Amoris Laetitia comme générateur de l’abolition du perpétuel sacrifice et de l’explosion des structures de l’Eglise. Or, pour moi, c’est l’élément déterminant et décisif cité par Dn 12 :11, Mat 24 :15 et Mc 13 :14., l’époque « charnière » dans la plage chronologique de la fin des temps. Gros « couac » dans la calculatrice ! Mais il est vrai que cela n’inquiète guère de catholiques.
    4. à deux reprises, « l’abomination de la désolation » est assimilée à l’élection de Jean XXIII. Celui-ci n’est pas la pire des désolations, mais plutôt Jorge Bergoglio.
    5. ce site assimile les châtiments aux « désordres spirituels » et prétend « qu’ils sont derrière nous, pas devant nous ». C’est un peu comme à Medjugorje. Il n’y aurait donc pas de grand châtiment. Et bien sûr, c’est très rassurant pour les adeptes qui sont bien naïfs car le grand châtiment annoncé relève tout simplement de la logique. Comment donc Dieu pourrait-Il faire autrement pour instaurer son Avènement contre la volonté de tant de ses ennemis ?
    Jusqu’à présent, je ne connais pas de meilleur site (francophone) que M.P.I. qui d’ailleurs, en matière d’eschatologie, reste neutre, ce qui est très bien ainsi et consolide sa crédibilité, mais n’omet pas d’instruire correctement et abondamment tout en admettant la libre expression sur la plate forme de dialogue, sans doute en partant du principe que les gens sont grands assez pour effectuer un discernement valable, soit d’eux-mêmes, soit en s’aidant les uns les autres. Et cette liberté d’expression est vraiment très précieuse, car elle attire n’importe quoi, n’importe qui et peut servir d’école formidable pour apprendre à faire la différence, il faut juste être suffisamment avisé.

  63. fatilasa says:

    Vu l’état actuel et universel de l’Eglise « à son extrémité », je ne saurais pas croire qu’un quelconque humain, grand monarque ou grand roi, saurait la restaurer par ses seules œuvres et forces humaines. Il faudrait quand même penser à tout ce qu’il devrait faire pour y parvenir, il faudrait qu’il soit presque comme Dieu. Une telle conception m’apparaît donc illusoire. Il m’apparaît donc évident que seule une puissante et glorieuse manifestation universelle De Dieu puisse y parvenir. C’est ce qu’annonce La Salette sans nullement parler de grand monarque pas plus d’ailleurs que ne le fait l’Apocalypse. Je veux donc bien croire :
    1. que ce grand monarque annoncé est Jésus-Christ Lui-même lors de son intervention qui rendra à son Eglise toute sa splendeur et sa légitimité à la face du monde entier. Ce n’est qu’àprès que la France pourrait être restaurée. Pour le moment, elle est encore bien enclavée, étouffée dans l’Europe antichrétienne. Et même si elle avait un grand roi ou monarque aujourd’hui, il ne pourrait que susciter la rébellion du grand nombre des antichrétiens.
    2. ou bien, qu’après cette manifestation glorieuse, et seulement après, un grand monarque se distinguera pour ainsi dire reprendre le rôle de la papauté actuelle.
    Encore une fois, attendre ce grand monarque avant la manifestation glorieuse de Dieu, c’est « mettre la charrue avant les bœufs ». Notre Dieu est infiniment parfait et donc infiniment logique. Il n’est pas un magicien qui tire des lapins de son chapeau, sans quoi, ce serait bien le moment de le faire.

  64. fatilasa says:

    En ce qui concerne l’abolition du perpétuel sacrifice, je me suis effectivement trompé dans mes propos. Vous n’avez pas écrit qu’elle surviendrait après l’Avènement. J’ai extrapolé en fonction de votre thèse qui prévoit :
    1. d’abord une restauration de l’Eglise mais sans intervention glorieuse de Dieu,
    2. puis seulement « l’abolition du perpétuel sacrifice »
    3. et enfin, seulement, la puissante et grandiose théophanie qui instaurera l’avènement universel du Christ.
    Or, pour moi, il n’est pas possible que l’Eglise soit restaurée sans l’intervention de Dieu, et donc l’abolition du perpétuel sacrifice doit se faire dans la période du règne du faux prophète qui précède l’Avènement, c’est-à-dire maintenant.
    Attention ! Dans mes propos, je ne parle pas de la fin du monde ni du jugement dernier sauf pour dire qu’ils seront ultérieurs à l’Avènement et donc, que je ne saurais guère en parler.
    Bien retenir que je ne fais référence qu’au proche Avènement universel de Jésus-Christ qui doit bien logiquement survenir avant la fin du monde et du jugement dernier. Il ne serait en effet pas logique que surgisse la fin du monde sans que le Christ n’ait d’abord régné sur le monde un certain temps.

    • Philibert says:

      Ce n’est pas « ma » thèse, mais celle de prophéties sur votre 1. La restauration de l’Eglise ne pourra se faire qu’avec l’intervention glorieuse de Dieu. C’est vous qui interprétez mes propos librement, en contradiction complète avec ce que j’ai dit. Au contraire, si vous vous informez sur le sujet, vous saurez qu’il est question d’une restauration comparable à celle de Jeanne d’Arc, où tout le monde comprendra que cela ne peut être que le fait de Dieu.
      D’ailleurs, à ce propos, Jeanne d’Arc, d’après Mgr Delassus, doit remplir une dernière mission d’après ses écrits, mais je vous laisse vous renseigner plutôt que vous l’expliquer pour ne pas que vous l’interprétiez librement et m’obliger à faire un résumé d’un travail qu’il vous revient si vous voulez y répondre.

      Dans tous les cas, je vous le répète : la Sainte Vierge a bien dit qu’il y en aurait beaucoup qui croiront que c’est la fin du monde mais que cela ne le sera pas. Si vous persistez à penser que nous sommes dans les 3 dernières années, libre à vous et dans ce cas-là, la conversation peut en rester là puisqu’il n’y a plus de débat à avoir mais seulement prendre les sacrements, faire le chapelet tous les jours, etc.

      • fatilasa says:

        D’accord, cher Philibert, nous allons en rester là. Daignez cependant me permettre une fois de plus de répéter que je n’ai jamais dit que ce qui vient est la fin du monde, mais la fin d’un monde ou d’une époque antichrétienne et le début d’un monde ou d’une époque pleinement chrétienne et catholique. Et bien sûr, il y a les douleurs de cet enfantement (Ap 12:2).
        Même la Bible de Jérusalem (14ème édition – 1994), quand même suffisamment crédible, fait mention dans ses commentaires en Mathieu 24/3 – renvoi g) que : « Les chrétiens ont adopté le mot grec Parousie comme terme technique pour signifier la venue glorieuse du Christ. Il n’est pas lié nécessairement à son dernier avènement et peut désigner aussi la manifestation puissante par laquelle il viendra établir son règne messianique (L’Eglise) sur les ruines du Judaïsme. En ce passage, Mathieu nous averti clairement qu’il joint les deux thèmes (avènement et fin du monde). »
        Il s’avère donc nécessaire de rappeler que c’est parce qu’ils n’ont pas voulu croire les signes grandioses qu’ils voyaient que les chefs religieux ont condamné Jésus à la croix alors que Ponce Pilate faisait tout pour la lui éviter. Il est certain qu’il va encore en être de même en ces temps présents pour le Christ (suppression de la Ste Eucharistie) comme pour ceux qui lui restent fidèles (exclusion si pas excommunication et persécution).
        On peut dès lors affirmer que ceux qui vivent dans l’inconscience du temps apocalyptique vivent tout autant dans l’inconscience de la réalité contemporaine puisque la vision apocalyptique n’en est que l’expression anticipée.
        Même s’il reste moins de trois ans pour connaître ces événements, ce n’est pas pour autant qu’il ne reste plus rien à faire, il reste surtout à rendre un témoignage véritable à la face de ceux qui nous entoure et à s’affermir dans la foi. Et cela nécessite bien sûr de reconnaître les signes des temps, sans quoi, il ne peut en résulter qu’un témoignage abstrait. Quant aux sacrements, il n’est pas certain que tout le monde puisse en disposer jusqu’à ces temps là.
        Je ne doute pas d’un proche futur qui vous fera vous souvenir de tout ce que nous avons échangé.
        A présent que je ne peux plus être utile, je peux m’en aller.
        Je vous souhaite paix, joie et consolation dans la vive espérance de Notre Seigneur Christ Jésus et vous remercie vivement pour votre accompagnement sur ce bout de chemin vers Dieu et le Ciel.
        Au revoir, chef Philibert.

  65. fatilasa says:

    Nous avons déjà effectivement traité de Dan 11:31. Je ne peux donc que vous reproduire ce que je vous en ai exposé le 27.01.17 :
    Lorsqu’on lit Daniel 7:25 / 8:9-14 / 8:23-25 / 9:26-27 / 11:30-32 / 11:36-39 / 12:6-12 on découvre de nombreux faits dont le personnage central et ses actes font beaucoup penser à ce qui se passe maintenant, montrent le faux prophète en action et permettent de le reconnaître. Attention aux mots en Dan 11:31 : « Des troupes se présenteront sur son ordre ; elles profaneront le sanctuaire, la forteresse, elles feront cesser le sacrifice perpétuel, et dresseront l’abomination du dévastateur. » Si l’on admet que cela se passe en notre temps, on peut très bien y voir l’action des cardinaux au synode ordinaire de la famille (« des troupes se présenteront sur son ordre : convocation au synode), car en fait c’est leur vote majoritaire en faveur de ce qui est Amoris Laetitia qui a permis l’abolition du perpétuel sacrifice et posé, de facto, l’abomination de la désolation (« elles feront cesser … »). Mais c’est bien « sur son ordre », l’ordre de ce pape faux prophète que cela s’est fait. Effectivement, il ne pouvait pas réaliser ce projet tout seul.
    Quitte à passer pour un hérétique ou schismatique, je suis formel à croire, prétendre et affirmer que le Seigneur Christ Jésus, Notre Seigneur, n’a jamais dit qu’il était impossible et interdit de déterminer l’époque proche de sa venue ou de son Avènement universel qui doit survenir un certain temps avant le jugement dernier. Bien au contraire, Il nous a exhortés à savoir discerner les signes de cette proximité et Il nous en a donné de multiples renseignements dont l’Apocalypse puisqu’elle vient aussi de Lui. Il nous a juste dit qu’il n’était pas possible, et donc interdit, d’établir « la date de ce jour et l’heure ».

  66. fatilasa says:

    « Quitte à passer … » Désolé, ce passage était destiné à quelqu’un d’autre, j’ai raté mon copier/collé.
    Je pense qu’il ne faut pas attendre que ce soit des forces armées qui fassent cesser le sacrifice perpétuel, car il faudrait le faire dans le monde entier. Ce sont les juifs qui raisonnent de cette façon parce qu’ils n’ont pas compris que la vision de Daniel concerne l’Eglise catholique universelle d’aujourd’hui. Ils croient que la vision parle du temple de Jérusalem qui n’existe presque plus et qui ne sera jamais reconstruit car Dieu ne le permettrait pas.

  67. fatilasa says:

    Cher Philibert, j’espère avoir pu vous donner une suite satisfaisante sans vous affliger. Je ne saurais pas en faire plus. Le moment de partir approche pour moi. J’ai encore quelques longs messages à adresser à Efgy auparavant. Je ne suis pas sûr que cela l’intéressera. Ils concernent toutes les raisons qui justifient la vision apocalyptique et qui font comprendre combien il est précieux d’y croire. Si cela vous intéresse, je peux vous les transmettre.
    Bien à vous dans le Christ – Merci pour votre patience à me lire.

    • Rassurez-vous, je crois à l’Apocalypse ; je crois à la Sainte Ecriture.

  68. Pour retourner au pape françois qui loue l’hérétique martin luther, je viens de voir le film ‹Katharina Luther›, et le pape a raison, ils sont gentils, le couple luther !

  69. Philibert says:

    Cher Fatilasa,

    Je vous remercie de la conversation et déplore que vous préfériez nous quitter. J’espère que vous ne m’en voudrez pas du délai avec lequel je vous réponds pour prendre le temps de vous répondre comme je l’estime nécessaire à votre égard.
    Je ne sais qu’ajouter à tout ce que vous avez dit étant donné que pour ma part il me reste encore trop de choses à lire sur l’Apocalypse pour pouvoir dire à quelle période précisément nous sommes vis à vis de l’avènement de Notre Seigneur. Il y a, pour moi, de nombreuses hypothèses qui indiquent qu’il y aurait plus de 3 ans encore à vivre avant Son avénement contrairement à ce que vous affirmez, et je ne souhaite guère m’avancer en conjoncture tant je dois avouer que les connaissances me manquent. L’essentiel, pour ma part, étant de faire ce qui est à faire pour mon salut bien avant que d’établir un pronostic plus probable et alors que je risque de me tromper. Je suis heureux simplement d’avoir eu comme vous la grâce de comprendre que le temps était proche et cela me suffit pour le moment. Néanmoins, les prières ne restent pas vaines et permettent sans doute de ralentir encore les évènements qui doivent se produire. Et étant moi-même un pécheur, je préfère envisager que le temps dure encore pour pouvoir me racheter plutôt que chercher à guider d’autres comme un aveugle guidant un autre aveugle. Quant à évangéliser ceux qui ne comprennent pas que nous vivons dans les temps apocalyptiques, je me limiterais à vous rappeler la parabole du riche et de Lazare dans laquelle Abraham répond au riche qu’ils ont Moïse et qu’ils ne se laisseraient persuader par quelqu’un qui ressusciterait des morts. Je doute personnellement avoir une quelconque influence pour convaincre qui que ce soit de ce qu’il vient, d’autant plus que la majorité des gens a connu un vrai bourrage de crâne qui les empêche de considérer toute logique religieuse en dehors de celle qui s’impose comme l’Islam par la démonstration de force. Comme vous le dites, le mieux est de s’affermir dans la foi et puisque nous sommes plus ou moins d’accord sur la période où nous sommes, il est vain de continuer à discourir davantage sur ce sujet pour ma part, puisque s’affermir dans la foi passe à priori davantage par des prières et par un temps alloué éventuellement à la lecture par des gens qui savent mieux que moi et qui ont écrits sur le sujet des livres infiniment plus riches sur le sujet. Je vous invite à ce propos à ne pas mépriser Irenée de Lyon (et d’autres) qui apparemment était un « millénariste »et le mieux qu’il soit possible de faire est sans doute de s’enquérir de ces connaissances avant de poursuivre. Je serais en tous les cas ravi de vous lire à nouveau ici pour apprendre éventuellement de ce que vous auriez pu comprendre à l’aune de nos contemporains et surtout de ceux nous ayant précédés. J’ose espérer aussi qu’il reste au moins 25 ans comme l’a dit la Sainte Vierge à Marie-Julie Jahenny après la guerre civile qui vient, alors sur ce, je vous souhaite également paix intérieure et consolation pour le présent et l’avenir proche, en vous remerciant réciproquement pour le bout de chemin réalisé à la recherche de Dieu et du Ciel.
    Bien à vous Fatilasa.

    N.B : Et je me permettrai juste d’ajouter que vous devriez éviter de négliger ce qu’ont écrit les frères Lehman et tant d’autres vis à vis des temps où nous sommes, car nous qui écrivons des commentaires ici sur MPI ne sommes que des vers de terre à côté de ceux-là qui nous ont précédés, et c’est vraiment un orgueil très très mal placé que de regarder de haut ce que ces gens, des grands chrétiens dont certains sont …Docteurs de l’Eglise, ont écrit. Or, l’orgueil est le pire péché qui donne lieu à tous les autres.

  70. fatilasa says:

    (Multi suites … si la machine veut bien ! Beaucoup à digérer !)
    Cher Philibert,
    Je vous remercie beaucoup pour votre patience à me répondre. Je reconnais que je suis tenace et intraitable, bétonné dans des convictions qui sont irréversibles, et donc je risque d’en décourager beaucoup, c’est pour cela que je suis conscient d’avoir atteint les limites de mon séjour sur MPI, bientôt, je vais être assimilé à une victime d’une pathologie mentale intraitable, sans plus aucun crédit. Permettez-moi de vous rendre honneur pour cette patience qui, chez vous, est vraiment la pratique de la vertu cardinale. Il est impossible qu’une telle « constance, endurance et persévérance » puisse rester sans produire ses résultats remarquables de vérité.

    Je ne sais toujours pas ce qui m’a amené et attardé sur ce site, si c’est l’Esprit ou seulement mon propre orgueil. Car vous avez bien raison de me croire ou me supposer orgueilleux. Un évêque africain disait : « Celui qui dit qu’il n’a pas d’orgueil en a certainement déjà une bonne dose ! » Un autre disait : « Notre orgueil meurt un quart d’heure après nous ! ». Mais tout n’est pas pour autant perdu car St Paul a dit : « J’ai mis tout mon orgueil à servir le Seigneur ! ».
    Quoi qu’il en soit, orgueil ou pas, cela n’enlève rien du tout à la réalité que n’importe qui peut constater et qu’il serait certainement téméraire et orgueilleux de nier comme le fait le grand nombre. Les événements se précipitent et s’accumulent tellement que la vérité saute aux yeux de ceux qui la cherchent et portent ceux qui ne la cherchent pas à en faire encore plus abstraction.

    • Efgy says:

      @ « Un autre disait : « Notre orgueil meurt un quart d’heure après nous ! »

      Cet « autre », c’est saint François de Sales.

      @ « St Paul a dit : « J’ai mis tout mon orgueil à servir le Seigneur ! ». »

      Il faut le prendre plutôt au sens de fierté.

  71. fatilasa says:

    Normalement, les gens sérieux élaborent leurs exposés et les réponses aux questions qu’ils suscitent sur la base de :
    1. leur propre connaissance qu’ils ont des écritures et des documents de l’Eglise, connaissance qu’il est aisé à chacun de vérifier si elle est correcte ou si elle nécessite une correction que toute personne sérieuse ne saurait réfuter d’examiner,
    2. des informations qu’ils peuvent trouver, principalement sur le Web, dans les sources d’informations et surtout de réinformation tel que MPI, sources que chacun a toute aisance de consulter pour en vérifier leur crédibilité ainsi que celle des informations qu’elles donnent. Cela est d’autant plus facile et réaliste lorsque deux parties en dialogue font référence aux mêmes informations d’un même site de réinformation.
    3. des expériences personnelles vécues dans leur propre entourage, ce qu’autrui ne peut pas forcément vérifier mais peut quand même comparer à ses propres expériences vécues dans son propre entourage. Car les réalités fondamentales de la vie, de l’amour et de la mort sont similaires partout dans le monde.
    On peut donc estimer que, pour être crédible, celui qui oppose une quelconque critique ou contradiction, doit pouvoir le faire en montrant sérieusement qu’il en fait autant. Et qu’à défaut, le dialogue n’est plus qu’un monologue qui ne reçoit que son écho en retour.

  72. fatilasa says:

    Au vu de tout se qui se passe dans l’Eglise, il n’est plus du tout réaliste d’encore douter que Jorge Maria Bergoglio l’a déjà entraînée « à son extrémité », dans une situation irréversible, inextricable, irrémédiable, qui ne peut que s’aggraver d’ici la fin de son pseudo pontificat :
    1. il ne saurait plus y avoir d’autre dénouement possible que celui nous révélé anticipativement par la vision apocalyptique de St Jean, par La Salette et Fatima,
    2. il ne saurait plus y avoir d’autre solution possible que celle nous révélée anticipativement par la vision apocalyptique de St Jean, par La Salette et Fatima,
    3. il ne saurait plus y avoir d’autre certitude du triomphe du Christ et de son Eglise que celle nous annoncée anticipativement par la même vision et les mêmes manifestations mariales.
    Et cela ne peut plus durer longtemps, as plus longtemps que ce qui lui reste à vivre et dont le Seigneur qui sait tout, voit tout, connaît tout, prévoit tout a déjà décidé. La durée de la fin des temps est donc tributaire de la durée de la vie de pape François, laquelle a déjà été déterminée par les écritures qui ont Dieu comme origine. Les prophéties authentiques n’ont rien d’extraordinaire dans le fait qu’elles sont toutes la révélation anticipée de la réalité que nous vivons, que nous générons de nous-mêmes. Il n’y a que les faits qui doivent venir du Ciel qui sortent de ce cadre et qui nous échappent complètement. Dès lors, ces prophéties sont tout à fait inutiles si nous n’acceptons pas d’examiner rigoureusement la réalité que nous avons sous nos yeux, si nous en faisons abstractions et si nous attendons autre chose que ce qu’elles nous ont anticipativement révélés. Il faut bien convenir que si nous n’acceptons pas de considérer ce qui se passe présentement, nous ferons de même avec tout ce qui doit encore se passer ultérieurement, et forcément, nous serons pris au dépourvu. Le problème qui se pose, c’est qu’apparemment, nous avons franchi une limite qui nous situe dans le temps du « Trop tard ! Plus possible » qui fait que toute personne est à présent intraitable, convaincue d’être dans la raison :
    1. il y a ceux qui voudraient bien savoir mais ne savent rien parce qu’ils ne disposent pas des moyens d’être informés et surtout réinformés (moyens informatiques principalement ou moyens d’échange entre personnes),
    2. il y a ceux qui disposent des moyens mais qui ne veulent rien savoir,
    3. il y a ceux qu disposent des moyens et qui savent mais qui ne veulent rien croire de ce qu’ils savent et qu’ils peuvent vérifier dans la réalité,
    4. il y a ceux qui savent, qui croient mais qui se retiennent d’aller jusqu’au bout.
    5. Il y a ceux qui savent, qui croient et qui s’efforcent péniblement de vivre ce qu’ils croient.

  73. fatilasa says:

    Bien sûr, le Seigneur d’amour infini, de miséricorde et de justice, en est seul juge parfait et ne saurait nous juger que selon la sincérité de notre personne. Mais ce n’est pas pour autant qu’Il change les résultats de nos actes bons ou erronés en fonction de notre sincérité. Si donc quelqu’un se trompe sincèrement, il devra quand même en supporter les résultats désastreux car ce sont eux seuls qui peuvent l’amener à réaliser son erreur et à la corriger. Nous avons donc tout intérêt à nous tromper le moins possible sur dans des matières aussi graves que celles qui nous occupent.
    Bien sûr, la vision apocalyptique de St Jean n’a d’autre objectif que de nous garder de façon indéfectible dans la foi, la charité et l’espérance. Mais c’est pour cela qu’elle est elle-même épreuve et preuve de la foi : ceux qui n’y croient pas ne parviendront pas à garder la foi car ils seront emportés par les égarements dont précisément l’apocalypse nous donne une vision très détaillée, très étendue, constituant une bonne partie des écritures, ce n’est donc pas pour rien. La foi consiste à croire ! Chose étrange, certains réclament de voir pour croire mais n’acceptent pas de croire ce qu’ils voient se passer sous leurs yeux. Que peut donc encore faire le Seigneur Notre Dieu si nous ne voulons même pas croire ce qu’Il nous permet de voir ?

  74. fatilasa says:

    Et voici ce qu’I nous permet de voir notamment par le privilège qui nous est donné de connaître MPI mais aussi par ce qu’on peut examiner dans la réalité de notre environnement :
    1. Tout le comportement de Jorge Bergoglio, ses écrits, ses paroles, ses innovations, ses réformes, ses entreprises, ses réactions démontrent de façon irréfutable qu’il est en train de s’opposer au Christ, d’anéantir le véritable christianisme et l’Eglise véritable du Christ, en la travestissant progressivement mais rapidement en institution protestante et mondialiste. Tout démontre qu’il est bien le faux prophète annoncé par l’Apocalypse, l’Antéchrist annoncé par l’Apocalypse, le « Petrus romanus » annoncé par la prophétie des papes de Saint Malachie.
    2. Amoris Laetitia est sa stratégie imparable (pire que le protestantisme), diaoblique, fallacieuse, perfide qui sert de fondement et justifie tout jusqu’à débouter, évincer des cardinaux, enlever les fonctions sacrdotales à de bons prêtres, et bientôt à établir que tout opposant est hérétique et schismatique. De toute façon, de l’avis de ceux qui suivent bien, le schisme est déjà consommé, de facto, dans les cœurs, les âmes et les esprits.

  75. fatilasa says:

    3. quatre cardinaux, ayant autorité légitime, ont publiquement démasqué ce pseudo pape qui se refuse à toute réponse montrant ainsi qu’on sort du simple cadre de l’erreur humaine qu’il suffit de corriger comme le fit St-Pierre fasse aux reproches justifiés de St-Paul. On entre donc dans le cadre de l’erreur volontaire qu’on ne veut pas corriger. Ils avaient prévu d’interpeller le pape à ce sujet lors du consistoire des 19 et 20.11.2016.Mais ce consistoire a été réduit à sa plus simple expression ne leur donnant pas l’occasion de réaliser leur projet. Le pape fait ce qu’il veut, cela s’appelle de la psychopathie.
    4. La « correction fraternelle d’une erreur grave du pontife » lui a été transmise en décembre 2016.
    5. Son silence obstiné suscite bien sûr la conscience que l’urgence se fait de plus en plus de rendre publique cette correction fraternelle (voir MPI actualité religieuse) Le pape ayant commis une erreur publiquement exposée (Amoris Laetitia et bien d’autres encore) doit de la même façon être publiquement dénoncé dans son refus de la corriger.

  76. fatilasa says:

    6. Et déjà, on parle de l’instauration d’une nouvelle liturgie qui permettrait aux catholiques et aux protestants d’être rassemblés dans un même office sans plus être divisés par le dogme de l’Eucharistie. La parfaite unité dans une liturgie commune qu’on appellerait « Sainte Mémoire » avec une « communion mémorielle » consommant donc « l’abolition du perpétuel sacrifice ».
    7. Amoris Laetitia anéantit, pulvérise, désintègre, par son application pastorale, les moyens de revenir en arrière notamment en élargissant la collégialité des évêques et en désintégrant ainsi le magistère du pape qui est le fondement de l’unité des catholiques. En se déchargent sur les évêques diocésains de la responsabilité « d’interpréter » Amoris Laetitia (A-t-on déjà jamais vu çà ? »), il crée ainsi autant d’Eglises dans l’Eglise qu’il n’y a de diocèse, et bientôt, qu’il n’y a de baptisés puisqu’elle suggère la primauté du libre examen de conscience. Il a déjà fait exploser les structures de l’Eglise.
    8. Et déjà, on parle du prochain synode qui achèvera d’élargir la collégialité des évêques et de détruire les structures de l’Eglise.
    9. Forcément, au vu de tout cela, certains se reposent la question canonique de la déposition du pape.
    10. Cinq journalistes américains, sans doute bien avisés, bien conscients de toutes ses réalités, élaborent une stratégie plus rapide et plus efficace, celle de pouvoir démontrer que Jorge Bergoglio n’est qu’un imposteur, un usurpateur.

  77. fatilasa says:

    11. Des affiches (200) ont été placardées dans « La grande Cité » pour interpeller ce pape, mais, évidement, bien plus pour le démasquer.
    12. Il ne faut pas se faire d’illusion. La déposition d’un pape n’est pas un coup de baguette magique surtout s’il a été élu légitimement. Ce serait donc plus simple si on sait d’abord prouver que la renonciation de Joseph Ratzinger n’est pas valable et donc l’élection de Jorge Bergoglio non plus. Mais cela ne va pas se faire rapidement ni facilement dans les conditions actuelles contrôlées par Bergoglio lui-même. Le gaillard est au commande de l’avion avec ses sbires et a bien eu soins de bloquer la porte de la cabine de pilotage. Oui, c’est un acte de terrorisme ! La suite, on la connaît.

    • fatilasa says:

      Certainement que Jorge Bergoglio connaît mieux que nous la procédure de déposition. Ce n’est pas pour rien qu’elle va faire l’objet d’un colloque universitaire international organisé par la Sorbonne. Il ne faut aucune bavure qu’il ne manquerait pas de tourner à son profit. Et dans l’éventualité d’une possibilité de le déposer, il faudrait certainement convoquer un consistoire de cardinaux. Qui le ferait ? Quels sont ceux qui y répondraient ?

    • fatilasa says:

      Beaucoup d’entre eux convoqués pour le synode ordinaire de la famille ont approuvé à une bonne majorité les conclusions de ce synode qui a pu donné naissance à Amoris Laetitia.

    • fatilasa says:

      Ils sont vraisemblablement parmi ceux :
      1. qui soutiennent le pape,
      2. qui ne voudront pas se renier à la face de l’Eglise comme à la face du monde, ni se reconnaître incapables à ce point ou compromis à ce point,
      3. qui se flattent d’être écoutés, applaudis et suivis par le grand nombre qu’ils ont complu et ne peuvent pas décevoir
      4. qui ont encore une charge au sein de l’Eglise et craignent d’en être dépossédés

    • fatilasa says:

      Satan aussi a tissé sa toile et répandu « ses fumées » à l’intérieur de l’Eglise ou plutôt un gaz incolore, inodore, invisible, imperceptible, mais d’autant plus efficace et mortifère. Son premier prodige est d’être parvenu à faire oublier son existence, ce qui lui permet d’agir à sa guise sans presque plus rencontrer d’opposition mais au contraire à générer des œuvres qui suscitent parfois l’admiration tel que cette fausse réunification des chrétiens catholiques et protestants.

  78. fatilasa says:

    N’est-ce donc pas encore suffisant pour amener les consciences à se poser la question sur le proche avenir de l’Eglise et de l’Humanité. ?
    Tous les points exposés ci avant hormis les 12 et 13 ont fait l’objet de nombreux articles de MPI et d’autres sites qui peuvent le confirmer.
    Désolé, mais si on vient me dire que c’est moi qui rêve, et bien, oui, il faudra bien que je le crois aussi ! Je défie n’importe qui de m’opposer des arguments valables, autres que « Je ne suis pas d’accord ! » – « Moi aussi, je crois ! » (Oui, mais en qui et en quoi ?) – « Qui êtes-vous pour juger ? » (Oui, mais de qui et de quoi ?), qui contestent objectivement ce que j’ai exposé, ce qui, finalement, ne fait que découler de l’enseignement que m’a infusé MPI. Alors oui, je pose la question : « A quoi donc sert MPI ? A se divertir ? A passer du temps qu’on a de trop ? A montrer ce que l’on sait et qui ne sert même pas à mettre la vérité en évidence ? » Que tous ces braves chroniqueuse et chroniqueurs daignent se rassurer : leur travail n’est pas vain ! Mais bon ! A chacun son choix, j’ai cru bien faire. Si on préfère Barrabas à Jésus-Christ, si on préfère encore s’accommoder de Bergoglio pendant deux ans uniquement par crainte de voir la vérité, la réalité ….. alors, oui, moi je m’en vais avant que le navire ne chavire.

  79. fatilasa says:

    Mt 26 :39 « Étant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière :  » Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux.  »
    Quand on voit le combat ardu que mènent certaines personnes pour interpeller les autres sans presque nullement y parvenir, il y a de quoi conclure que peu nombreux sont ceux qui acceptent de prendre réellement conscience de la réalité actuelle des temps apocalyptiques.
    Et encore moins nombreux sont ceux qui veulent bien accepter cette réalité et faire l’effort de la vivre en conséquence. Car beaucoup se trouvent une raison d’en situer le dénouement à une époque ultérieure à celle déterminée par les écritures et par les manifestations surnaturelles véritables parce qu’ils en décident subjectivement apparemment en considération de quelconques prophéties dont on a présentement aucun indice réel d’actualisation, mais plus probablement en considération d’agencements personnels et de réactions suscitées par la crainte de la souffrance, de la croix et de la mort,comportement qu’ils tiendraient assurément tout autant à n’importe quelle époque ultérieure :
    1. ceux-ci attendent la venue d’un autre Antéchrist encore plus terrible que Jorge Bergoglio (pour faire quoi d’autre ?), ou le retour d’autres personnages bibliques, ou la venue d’autres personnages prophétiques dans des circonstances bien indéterminées
    2. ceux-là ne veulent pas reconnaître ou ne discernent pas que l’abolition du perpétuel sacrifice est déjà effective, en cours
    3. d’autres, tout en se réclamant de croire en Fatima, ne prêtent aucun crédit à ce qu’en disait la voyante sœur Lucie : « Lisez les chapitres VIII à XIII de l’apocalypse ! Tout le secret de Fatima est là ! »
    4. certains s’arrêtent même à de fausses prophéties de faux prophètes pourtant dénoncés par l’Eglise tels que Vasula Rydden, ….

  80. fatilasa says:

    Cela suscite donc l’impression, même pour ceux qui croient vraiment, que cette réalité n’est pas du tout d’actualité ou n’est présentement qu’un rêve. Car ce comportement d’abstraction délibérée de la réalité, ce refus d’en considérer les éléments pourtant manifestes et révélateurs, cette négation ou rejet de la réalité suscite un phénomène d’illusion, d’inversion de la réalité :
    1. ce qui est véritable et réel apparaît faux et irréel,
    2. ce qui est faux et irréel apparaît véritable et réel.
    C’est donc un combat « au niveau des esprits » qui propulse ceux qui croient vraiment aux frontières de la déraison ou bien dans le doute, l’incertitude qui risque d’ébranler leur foi. S’il en est ainsi pour ceux-là, forcément, il en sera encore plus de même ultérieurement pour ceux qui se retiennent de croire présentement. Car la réalité, elle, ne va bien sûr pas attendre qu’on accepte de la reconnaître ou qu’on la trouve suffisamment complaisante pour continuer de subsister et de produire ses résultats. Ainsi donc, beaucoup vont se retrouver débranchés de la réalité, en retard sur la réalité, dépassés par la réalité, en dehors de la réalité, dans l’incapacité de lui opposer des réactions ordonnées et salutaires pour garder une foi indéfectible et inébranlable.
    Il y a donc le risque de se retrouver inconsciemment entraîner dans un processus de rejet de la réalité et de la vérité, ce qui est un principe fondamental de l’apostasie. Il y a aussi le risque de contribuer à générer ce phénomène d’illusion générateur de confusion, de dérision et d’égarement.
    « Satan fera des prodiges considérables capables d’égarer même, si possible, les élus »

  81. fatilasa says:

    Finalement, est-il vraiment nécessaire de déterminer le plus correctement possible l’époque de l’Avènement de Jésus-Christ ?
    Il faut bien convenir que c’est précisément cela que les écritures et tant de vraies prophéties tentent de nous indiquer, et que c’est aussi de cela que tant de fausses prophéties, de fausses annonces, de fausses manifestations surnaturelles essayent de nous détourner. Donc c’est évidement vraiment important et engageant. C’est parce qu’ils n’ont pas voulu croire les signes grandioses qu’ils voyaient que les chefs religieux n’ont pas reconnu Jésus et l’ont condamné à la croix alors que Ponce Pilate faisait tout pour la lui éviter. Il est certain qu’il va encore en être de même en ces temps présents pour le Christ (suppression de la Ste Eucharistie) comme pour ceux qui lui restent fidèles (exclusion si pas excommunication et persécution). Et ce n’est pas seulement par des incroyants que des catholiques risquent d’être opprimés, voir persécutés, mais plus vraisemblablement tout autant par d’autres catholiques dont évidement des hommes cardinaux, des hommes évêques et des hommes prêtres (on n’aura pas le temps de voir des femmes prêtres).
    On peut dès lors affirmer que ceux qui vivent dans l’inconscience du temps apocalyptique vivent tout autant dans l’inconscience de la réalité contemporaine puisque la vision apocalyptique n’en est que l’expression anticipée.
    Quant à dire que je « prends de haut » ou méprise l’ouvrage de l’abbé Lhemann (Leemann),, c’est une conclusion restrictive et hâtive puisque je m’en suis inspiré pour fonder ma raison. Mais peut-être ne l’ai-je pas compris comme d’autres, soit moins bien, soit mieux. L’abbé Augustin consacre son ouvrage « L’Antéchris » à livrer un signalement descriptif correct, précis, détaillé, minutieux de l’Antéchrist et de sa personnification humaine. A le lire, on le croirait animé de la ferme intention de nous permettre de pouvoir reconnaître, identifier et démasquer l’Antéchrist avec certitude, sans hésitation, sans nul doute, sans erreur ou confusion possible. Dès lors, il ne peut avoir que l’une de deux raisons d’ajouter qu’il est incertain et même interdit de pouvoir fixer le moment de la venue de l’Antéchrist :
    1. soit nous dissuader de conclure que l’homme qui correspondrait parfaitement à ce signalement descriptif est bien l’Antéchrist puisqu’il est incertain et interdit de fixer l’époque de sa venue. Il n’y aurait alors pas de stratégie plus imparable et subtile pour protéger l’Antéchrist, pour empêcher qu’il ne soit reconnu et démasqué, et pour lui permettre ainsi d’agir à sa guise en toute liberté, sans être inquiété ni entravé,
    2. soit user d’un stratagème subtil pour nous transmettre, malgré cette interdiction susceptible de censurer son ouvrage, le moyen irréfutable de reconnaître l’Antéchrist, moyen accrédité, valorisé par sa personne. Et c’est cette raison qui est logiquement la plus crédible. En tout cas, c’est cette raison qui apparaît lorsqu’il cite 10 ouvrages (page 22) qui permettent de reconnaître le temps de l’Antéchrist. L’abbé Lhemann était bien trop intelligent que pour ignorer qu’une belle description de l’Antéchrist nous exhortant à discerner l’époque de son émergence est faite aussi dans 2 Thessaloniciens 2:3-12 dont il s’est certainement inspiré aussi.

  82. fatilasa says:

    C’est le même abbé Lhemann qui cite (page 22) le cas de Barthlemi Holzhauser dont la fausse annonce de la venue de l’Antéchrist a été retenue par l’Eglise comme raison de ne pas fixer une DATE FIXE (combien de fois faudra-t-il insister sur la différence avec une époque ?). Alors, quel est donc celui qui se moque de l’abbé Augustin Lhemann ? Quelque chose m’échappe donc dans les reproches qu’on m’adresse, j’espère bien que ce n’est pas à des fins de m’égarer.
    Quant aux interdictions formulées par l’Eglise, si elles avaient toutes été respectées par ceux-là mêmes qui les ont édictées et par tous les baptisés, on en serait encore à proclamer que le soleil tourne autour de la terre.
    Le bon sens, la raison, la logique, la charité même suggèrent ce que Saint Robert Bellarmin a dit : «Tout comme il est licite de résister à un Pontife qui attaque le corps, il est tout aussi licite de résister au Pontife qui attaque les âmes ou détruit l’ordre civil ou, à plus forte raison, essaie de détruire l’Église. Je dis qu’il est licite de lui résister en ne faisant pas ce qu’il ordonne de faire et en empêchant l’exécution de sa volonté. Il n’est pas licite, cependant, de le juger, de le punir, ou de le déposer, parce que ce sont là des actes relevant d’un supérieur.» [3] De Romano Pontifice, Lib. II, c.29.

  83. fatilasa says:

    Mes propos sont fondés sur les raisons d’être de la vision apocalyptique, lesquelles sont établies par les faits qu’elle dénonce anticipativement et par ceux qu’elle annonce :
    1. sept lettres aux sept Eglises (Ap 2 et Ap 3)
    2. les quatre cavaliers de l’apocalypse (Ap 6)
    3. les deux témoins (Ap 11 :3)
    4. le signe grandiose apparu au Ciel : la femme vêtue de soleil (Ap 12 :1)
    5. l’énorme dragon rouge feu, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d’un diadème, (Ap 12 :3)
    6. la Bête surgie de la mer, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d’un titre, blasphématoire, chaque corne surmontée d’un diadème (Ap 13 :1-3)
    7. la Bête surgie de la terre, avec deux cornes comme un agneau et qui parle comme un dragon – le faux prophète représentant de cette Bête.(Ap 13.11)
    8. l’image en l’honneur de la Bête (surgie de la mer) – animée par le faux prophète (Ap 13 :12)
    9. le chiffre de la Bête (surgie de la terre – le faux prophète) – 666 : chiffre de l’Ántéchrist – un chiffre d’homme : c’est bien un homme parmi les hommes, issu des hommes. (Ap 13 :18)
    10. les trois esprits impurs (Ap 16 :13)
    11. la prostituée fameuse, la femme vêtue de pourpre, d’écarlates, d’or et de pierres précieuses, la grande Babylone, la grande Cité (Ap 17)
    12. la Bête écarlate qui la porte, ayant sept têtes et dix cornes (Ap 17)
    13. le cheval blanc et son cavalier (Ap 19)

  84. fatilasa says:

    Ainsi que je l’ai déjà stipulé, l’Eglise catholique n’a jamais établi de version/interprétation « officielle » de l’Apocalypse. La raison est simple : c’est l’Eglise des baptisés elle-même qui génère la fin des temps sans qu’elle en soit consciente et donc sans qu’elle puisse s’en apercevoir ou le reconnaître. De ce fait, aucun de nous ne saurait en faire une interprétation « officielle ». Toute interprétation est donc susceptible d’être subjective et de varier selon les connaissances de chacun. On ne peut donc en vérifier le bien fondé que par l’examen de la réalité contemporaine. Et l’interprétation la plus correcte ne peut être que la plus récente, effectuée en considération des événements contemporains auxquels elle fait référence. De la sorte, on peut quand même distinguer :
    1. les interprétations qui sont similaires parce qu’elles sont réalisées sur base des mêmes éléments contemporains. La comparaison de telles interprétations entre elles permet de réduire la subjectivité et d’augmenter l’objectivité d’autant plus lorsque ces interprétations font toutes la démonstration de l’actualisation des annonces faites à La Salette, Fatima et Akita.
    2. les interprétations tout à fait différentes ou divergentes parce qu’elles ne reconnaissent pas les éléments/événements contemporains comme étant l’actualisation de la vision apocalyptique ou de prophéties, et qu’elles tablent donc sur d’autres éléments/événements qui restent à venir et dont on ne peut avoir aucune certitude. Le risque est grand d’en être pris au dépourvu.

  85. fatilasa says:

    Ce qui est certain, c’est que les faits dénoncés ou annoncés par l’apocalypse l’ont été en considération des résultats conséquents qu’ils génèrent. Cela implique donc forcément la nécessité impérieuse de pouvoir comprendre/interpréter correctement les visions de l’apocalypse afin de pouvoir reconnaître l’époque de leur actualisation ou accomplissement pour qu’il soit possible de produire les résultats constituant les raisons de ces annonces :
    1. savoir reconnaître parmi les sept esprits qui sont présents dans l’Eglise d’aujourd’hui celui qui est le plus conforme à la volonté de Dieu,
    2. ne pas suivre les quatre cavaliers de l’apocalypse qui sont quatre esprits ou idéologies antichrist procédant à l’anéantissement de l’Eglise et du christianisme (fausses religions chrétiennes, fausses Eglises chrétiennes – communisme / marxisme – néolibéralisme – islam)
    3. ne pas suivre les « Bêtes » qui sont des systèmes ou groupements antichrist (dragon : communisme – Bête de la mer : franc-maçonnerie (dont le sionisme) – Bête de la terre : franc-maçonnerie ecclésiastique
    4. reconnaître, identifier et démasquer le « faux prophète », issu de la « bête semblable à un agneau » qui est la personnalisation de l’Antéchrist, la personne humaine qui symbolise au plus l’Antéchrist et génère au plus son règne, et qui est forcément un chef religieux de l’Eglise du Christ,
    5. savoir déterminer l’époque de son émergence et, en conséquence, l’époque de la proximité de la fin des temps,
    6. ne pas suivre le « faux prophète » ni ses disciples dans leurs desseins d’anéantissement du christianisme et de l’Eglise du Christ. Normalement, l’Antéchrist est bien décrit dans – 2 Thessaloniciens 2:3-12 – et devrait nous suffire pour l’identifier aujourd’hui selon tout ce que nous savons déjà.
    7. ne pas adhérer à « l’image – animée – en l’honneur de la Bête », le faux Christ et la fausse Eglise que tente d’instaurer le faux prophète
    8. c’est en cela que le témoignage des « deux témoins » devient essentiel, décisif et déterminant pour démasquer le faux prophète et sa fausse Eglise ainsi que pour justifier la conscience et la raison de ceux qui s’y opposent. Sans ce témoignage, quelle preuve officielle et légitime, quelle certitude peut-on avoir qu’on est bien en présence du faux prophète et d’une fausse Eglise qui s’installe ?

  86. fatilasa says:

    9. savoir discerner la mise en œuvre de « l’abolition du perpétuel sacrifice », afin notamment de surveiller le bon déroulement de la Sainte Messe, en particulier de la consécration, car il est à craindre qu’assez rapidement, l’esprit bergoglien va amener des prêtres à ne plus croire en la sainte présence et à ne plus prononcer correctement les paroles de la consécration ou tout simplement à choisir une autre liturgie « Tel maître, tel serviteur » – « Tel on fréquente, tel on devient » – « Qui s’assemble se ressemble ». Cette décision et volonté de supprimer la Sainte Eucharistie est un élément dominant qui ne doit laisser aucun doute sur la réalité de l’actualisation de l’Apocalypse et de la proximité de la fin. Le fait de ne pas s’en inquiéter sérieusement est un très mauvais signe ou mauvais signal. L’Eglise en est ainsi « à son extrémité » (La Salette). N’est-ce pas pour cela que la TSV Marie nous a indiqué le saint rosaire comme étant « l’arme », le recours ultime ?
    10. ne pas se laisser « marquer au front et à la main » (en pensée et dans les œuvres) par le système/esprit Antéchrist et par l’adhésion à la fausse Eglise du faux prophète,
    11. ne pas se laisser désemparer par un apparent anéantissement de l’Eglise du Christ, mais pouvoir garder une foi indéfectible et inébranlable dans la certitude et l’espérance du proche triomphe du Christ et de son Eglise,
    12. ne pas croire que c’est la fin de l’Eglise et du christianisme, ce qui est déjà le cas pour beaucoup de baptisés dont certains vont jusqu’à se faire « débaptiser ».
    13. savoir reconnaître les signes des temps, du temps,
    14. savoir reconnaître ceux qui sont du bon côté (p.ex. : les cardinaux aux « dubia ») et ceux qui n’y sont pas (Schönborn, Marx, Kaspers, …. )
    15. se préparer à vivre les épreuves de la foi,
    16. s’affermir dans la vertu théologale de l’espérance véritable.
    17. Ne pas se tromper ni se laisser tromper ni tromper les autres, ceux qu’on prétend aimer.
    18. ……. (chacun pourra peut-être trouver d’autres raisons à ajouter).

  87. fatilasa says:

    Autant de raisons qui démontrent objectivement combien il est impératif d’établir l’époque de l’émergence du faux prophète et combien donc les visions apocalyptiques ne sauraient avoir d’autres raisons d’exister que de nous le permettre, combien donc il doit être possible et nécessaire de pouvoir interpréter correctement, réalistement, précisément, sans confusion possible la vision de St Jean dont l’objectif est d’annoncer et de convaincre. Dieu ne fait rien pour rien et ne s’amuse pas avec les hommes. Dès l’instant où Il nous a donné cette vision, elle fait partie de la révélation qu’on se doit de croire et de vivre. Le grand drame, c’est que l’Eglise s’est tout simplement refusée de le faire. Mais le Ciel ne nous a pas laissés sans moyen d’y parvenir quand même.
    Même la Sainte Ecriture nous avertit aussi de la nécessité de pouvoir reconnaître l’époque de l’Antéchrist : « Lors donc que vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, installée dans le saint lieu – que le lecteur comprenne ! – que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas dans sa maison pour prendre ses affaires, et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau ! » (Math. 24:15-18) « Où que soit le cadavre, là se rassembleront les vautours. » (Math. 24:28) (Au Vatican ? En Orient ? En Europe ?).
    L’évangile introduit ainsi la notion du « trop tard ! » – « plus possible ! » pour empêcher certaines choses d’arriver ou en modifier d’autres. Pourquoi ? Les causes sont tellement évidentes et nombreuses ! « Tout royaume divisé contre lui-même ne peut pas subsister » – « Vous êtes le sel de la terre (qui conserve et donne goût). Si le sel (lui-même) vient à perdre sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il n’est plus bon qu’à être jeté au dehors pour se trouver foulé aux pieds par les passants ».
    Même Benoît XVI nous en a avisé : « L’Eglise est comme une barque qui prend l’eau de toute part » – « Les pires ennemis de l’Eglise sont en son sein » – « Ils se bercent d’illusions ceux qui croient que la mission prophétique de Fatima est derrière nous » – « Akita, c’est comme Fatima ! » – « Il n’y a plus que la miséricorde qui peut nous sauver » – « L’Europe n’est pas seulement en déclin, mais au bord du gouffre » –

  88. fatilasa says:

    Il en est d’ailleurs tout à fait de même pour la prophétie des papes de Saint Malachie. L’énoncé des devises des papes successifs ne sert à rien d’autre que d’établir une chronologie précise dans la succession des papes, dans la plage du temps, afin de déterminer/cibler correctement l’époque du dernier pape qui précède la venue de l’Antéchrist et de la fin des temps, d’être averti et d’agir en conséquence. En dehors de cette raison, ces devises attribuées anticipativement aux papes successifs ne servent absolument à rien, ne sont que des coquilles vides, puisque ce n’est qu’après le pontificat d’un pape qu’on a pu établir qu’il confirmait bien la devise prophétique lui attribuée, laquelle n’a donc servi à rien pendant son pontificat.
    Dès l’instant où tant d’éléments et d’événements se conjuguent, s’authentifient les uns les autres, forment un faisceau de convergences, il devient téméraire de ne pas s’en inquiéter car :
    1. de plus en plus nombreux sont les éléments objectifs, les événements, les signes tangibles qui s’accumulent, retentissent comme des alarmes, sonnent comme des trompettes et démontrent que c’est maintenant que s’actualise la réalité de l’apocalypse parce que ce sont de telles réalités qui génèrent la fin du christianisme et de l’Eglise catholique, la fin des temps. Et on ne pourra plus les retrouver ultérieurement, d’ici deux ans.
    2. il n’y a pas d’éléments objectifs, de signes tangibles et d’événements qui permettent de démontrer ou d’affirmer que ce que nous vivons maintenant n’est pas du tout la fin des temps et qu’il faut encore attendre une époque ultérieure. Mais bien sûr, il y a de nombreux éléments subjectifs, des annonces illusoires, des événements trompeurs dont l’objectif est de détourner de la réalité et de la vérité.

  89. fatilasa says:

    Si on n’admet pas encore aujourd’hui que Jorge Bergoglio est le faux prophète qui organise l’anéantissement de la Sainte Eglise catholique pour lui substituer une fausse Eglise, alors on se doit de lui rester fidèle et de le suivre. Mais ce qui se passe n’est pas qu’une grave crise de plus dans l’Eglise dont il suffirait d’attendre qu’elle se résorbe, c’est la crise fatale qui est en train d’emporter l’Eglise avec l’impossibilité de la régénérer parce que ses moyens d’existence, de résistance, de subsistance sont déjà anéantis. Et le simple fait de ne pas vouloir le reconnaître contribue quand même à l’élaboration d’un grave phénomène d’illusion collective universelle irréversible : tout se passe comme s’il ne se passait rien du tout, comme si de rien n’était, comme s’il ne devait jamais rien se passer en conséquence. Ce qui évidement ne peut que contribuer à précipiter la fin. Il ne faut pas perdre de vue que le faux prophète n’arrive à ses fins qu’avec la collaboration d’un nombre important de cardinaux, qu’avec le silence du grand nombre des évêques, qu’avec l’approbation du grand nombre des baptisés. Comment pourrait-on, dans de telles conditions, voir revenir un bon pape ou un quelconque grand roi parvenant à restaurer l’Eglise et à se faire obéir ? Cela ne peut plus être « matériellement » possible que par une intervention de Dieu, par une grande théophanie universelle.
    Et s’il ne manque que la « grande détresse » annoncée en Matthieu 24.21 pour en être convaincu, il suffit d’attendre encore un peu, car il ne faudrait pas plus de quelques mois pour qu’elle s’abatte subitement tel qu’annoncé en l’épître 1 Thessalonicien 5:3, et il ne faudrait pas qu’elle dure plusieurs années. Le risque est donc grand d’être pris au dépourvu. La première guerre mondiale s’est propagée en un mois. L’année 2017 recèle un potentiel politique, économique, sociologique explosif. De nombreuses banques dans le monde sont au bord de la faillite. Une dizaine de foyers de conflits qui peuvent dégénérer à tout instant en troisième guerre mondiale assurément nucléaire. Certains volcans peuvent exploser à tout moment avec les conséquences possibles qu’on en connaît …. Et le cardinal Sodano disait en 2000 : « Il y a bien pire qu’une guerre nucléaire, il y a la perte de la foi ! ». S’il nous était donné de pouvoir voir tout le mal généré dans le monde en une seule journée par la perte de la foi, nous ne douterions plus de la probabilité d’une proche grande détresse. Mais Dieu, Lui, voit tout et sait tout, beaucoup de choses « montent au Ciel », crient vengeance au Ciel. Et c’est finalement à Lui que revient la décision suprême dans le cours de l’histoire. Il nous a donné suffisamment de signes et d’avertissements.

  90. fatilasa says:

    Bien sûr, l’essentiel restera toujours de croire, d’aimer et d’espérer, non pas de tout savoir. Mais c’est précisément pour cela que l’Apocalypse nous a été donnée. Car la pleine actualisation (ou accomplissement) d’un texte écrit depuis plus de 1900 ans ne laisse, logiquement, aucun doute sur son origine divine et sur son authenticité. On ne peut même pas dire que c’est St Jean qui a imaginé tout cela puisque, apparemment, il n’y a rien compris lui-même et pensait que la fin des temps était imminente. Et durant des siècles, l’Eglise n’y a rien compris non plus si bien qu’il fut un temps où l’on projeta de ne plus lire les textes de l’Apocalypse dans les célébrations. Mais, dans le pressentiment que ce mystère avait une grande importance, on décida d’en maintenir la lecture. Or, c’est bien le Seigneur Christ Jésus et son Eglise catholique qui sont au centre de ce texte, ce qui confirme donc toute l’authenticité du Seigneur et de son Eglise.
    Mais si l’on fait délibérément et obstinément abstraction, négation des innombrables signes qui confirment cette pleine actualisation de l’Apocalypse, tout autant que celle de La Salette et Fatima qui d’ailleurs y renvoient, on ne peut évidement rien en savoir et rien en croire.
    L’Apocalypse rend témoignage au Seigneur Christ Jésus et à son Eglise selon ce qu’Il a dit : « Je vous le dis, dès à présent, avant que la chose n’arrive, pour qu’une fois celle-ci arrivée, vous croyiez que Je Suis. »
    « Au Portugal se conservera le dogme de la foi ! »
    Cher Philibert, maintenant, c’est bien fini, je suis fatigué de me répéter, cela me donne l’impression de rêver. Avant de partir, j’ai voulu m’assurer que ma raison était bien fondée. J’ai posé quelques lapins ici et là. Et çà marche ! Aussi bien qu’un miroir aux alouettes ou qu’un attrape mouche ruban tout collant ! Il suffit de déposer quelques commentaires faisant directement ou indirectement allusion à l‘actualisation de la vision apocalyptique de St Jean. Et de suite surgissent des réactions qui témoignent d’un manque de connaissance et de conscience des réalités de l’actualité dans l’Eglise ou bien d’un refus obstiné de voir cette réalité, d’une complaisance dans l’abstraction et la négation de cette réalité, c’est-à-dire dans l’illusion. C’était déjà comme cela en 1939. C’est ce qui me suggère que les choses sont désormais figées et que ce n’est pas moi qui vais les changer. Les événements qui se précipitent et s’accumulent instruiront et convaincront bien mieux que moi en cette année 2017.
    Vous ne me verrez plus déposer de commentaires sauf pour répondre aux éventuelles questions dans la suite de ce dernier très long exposé.
    Encore merci, je garderai un bon souvenir de vous qui m’avez beaucoup aidé quand même.
    Que Dieu daigne nous garder et nous sauver !
    Au revoir !

    • Philibert says:

      Cher Fatilasa,
      Si vous avez compris que comme le disait Soeur Lucie, il suffisait de lire le chapitre 13 de l’Apocalypse selon Saint Jean, dès lors il n’est nul besoin de se questionner plus longuement sur la période où nous sommes et que la fin des Temps et l’Apocalypse a donc déjà commencé depuis bien longtemps avec près de 12 chapitres au moins qui se sont déjà écoulés ou pratiquement. En réalité, en ce qui me concerne, je suis un peu fatigué de répéter ce que je vous ai dit, à savoir que la Sainte Vierge a déjà précisé à La Salette que nous entrions dans la fin des Temps… Surtout, je vais vous le dire franchement : je ne vois pas l’intérêt pour vous d’écrire autant de commentaires simplement parce que je vous ai répondu qu’il y avait des ressources bien plus conséquentes à prendre en compte. N’est-ce pas vrai ? Vous prenez-vous pour un érudit capable de dépasser les Abbés Lehman qui ont eu même des félicitations du Pape ?… Vous posez la question de ce à quoi sert MPI et je vous demande en retour à quoi servent tous ces ouvrages que vous n’avez pas lu sur l’Apocalypse et dont je vous ai cité certains ?
      MPI est une belle plateforme pour discuter et se tenir informé de l’actualité de l’Eglise, mais vous y mettez vraiment trop d’orgueil pour vouloir expliciter votre compréhension des évènements en risquant d’égarer de nombreuses personnes, notamment parce que vous parlez comme un Sede Vacantiste quand vous en venez à dire que nos Papes ne seraient pas Papes, ou au moins l’un d’entre eux. De même quand vous insultez les Prophètes et les prophéties, vous ne faites que montre de votre ignorance. Sans doute, vous devriez commencer par lire plusieurs ouvrages des Abbés Lehman pour comprendre qu’ils ne se sont jamais moqués des Chrétiens et que votre défiance à leur égard vis à vis de leur texte sur l’antéchrist est juste insultant.
      Je vous exhorte vivement à lire Marie-Julie Jahenny, Catherine Emmerich, Anne-Marie Taïgi si vous le pouvez et ensuite nous pourrons éventuellement avoir de la substance pour discuter. Car là, présentement, vous vous servez juste de MPI comme d’un défouloir en vous présentant comme celui qui a la vérité…
      Libre à vous de vouloir vous guider seul et de vouloir dire aux autres ce qu’ils doivent penser, mais libre à nous de faire un examen critique de vos propos également. Au lieu d’encourager les lecteurs ici à lire davantage de sources sur le sujet, vous voudriez que nous nous contentions de vos déductions. Non seulement c’est méprisant pour les formidables théologiens qui ont écrit sur le sujet, mais c’est très très orgueilleux de votre part.
      Si vous lisez ceci en Espagnol ou si vous pouvez le faire traduire avec Google Translate, vous pourrez vous rendre compte que l’Abomination de la Désolation est déjà existante pour certains auteurs depuis les années 1960 : http://www.catolicosalerta.com.ar/inicio/supresion-sacrificio.html
      Alors, pourquoi vous persistez à écrire autant de messages sinon pour essayer de nous dire que vous avez raison ? Mais raison sur qui ? Merci de nous rappeler que nous sommes à la croisée des chemins, cela est toujours utile, mais gardez votre orgueil et votre mépris pour les auteurs dont on vous parle, et cela vous ne voulez pas le reconnaître. A partir du moment où les personnes sont en état de grâce, pourquoi voulez-vous qu’elles se perdent et ne sachent pas reconnaître l’antéchrist ? Dieu est tout puissant et les accompagnera. Ceux qui sont ici sont loin d’être des conciliaires, c’est sans doute auprès de ces derniers qu’il vous faudrait plutôt vous enquérir et leur parler de « Humanum Genus », « Pascendi Dominici Gregis », « Mortalium Animos », « Divini Redemptoris » et pas seulement que nous sommes à la fin des Temps. A quoi sert d’être convaincu que nous sommes à la fin des Temps pour ceux qui n’ont de toute façon pas la Foi au point de la défendre, ou est-ce la priorité de leur faire comprendre le temps où nous sommes plutôt que de les aider à avoir leur foi qui se développe ? Personnellement, je ne jugerais pas ces gens et s’il est des personnes qui ont besoin de nos prières, il s’agit des enfants principalement, ceux qui ne sont pas responsables des choix de leurs parents et qui ignorent ce qu’il se passe dans l’église et qui vont vivre sans se douter de la gravité de la situation, tout comme l’église a besoin de nos prières étant l’objet de tant d’attaques. Avant de vouloir trop chercher à déterminer à quels temps nous sommes, il est aussi plus utile et prioritaire déjà de commencer à faire le Chapelet tous les jours, et même le Rosaire pour se conformer à Notre Dame de Fatima. Alors, vous me semblez plein de rancoeur quand je vous lis, à juger jusqu’à ceux qui ont la sympathie de vous répondre, mais sachez que je vous ai répondu poliment et avec sincérité et que j’ai moi-même mes problèmes personnels qui font que je n’ai pas forcément envie de m’éterniser dans des débats sur MPI avec des personnes qui lisent les mêmes nouvelles que moi et les comprennent tout aussi bien sinon mieux. Si on peut s’apporter quelque éclairage nouveau sur la situation grâce à MPI, c’est tant mieux mais sinon la vie est assez rude comme cela pour que l’on puisse s’autoriser de venir sur MPI afin simplement de se changer les idées et essayer de comprendre ce qu’il se passe sans avoir à se justifier à chaque parole écrite mal interprétée. Pour ma part, je ne vous suis pas supérieur et tout ne s’éclaire pas de façon magique chez moi vis à vis de ce qu’il se passe dans l’église. Je reconnais des bons points que vous avez relevé, mais si vous estimez que votre opinion est infiniment plus pertinente, je vous encourage à demander à publier vos propres articles et nous commenterons ce que vous aurez expliqué. Ou mieux d’écrire un livre en trouvant un éditeur. Vous n’avez pas non plus une quelconque autorité dans l’église pour prétendre guider qui que ce soit et je vous reproche donc ici de ne pas être humble vis à vis de vos connaissances, même si celles-ci vous ont permis, tout comme nombre de personnes ici, de comprendre que nous allions connaître à priori des évènements gravissimes très bientôt.
      En vous souhaitant une bonne continuation dans la paix du Christ

  91. fatilasa says:

    Cher Pilibert,
    Merci pour votre réponse très explicite.
    Je suis désolé d’apprendre que j’ai abusé de votre personne et de votre temps.
    J’aurais dû réaliser bien plus tôt qu’en étant seul à penser de la sorte, il n’était pas raisonnable de vous entraîner dans une voie qui, en apparence, échappe à l’entendement humain. En fait, « Qui augmente sa connaissance, augmente sa douleur ».
    Je me suis laissé aveugler par vos premiers commentaires qui laissaient paraîtrent de la motivation, des connaissances et des capacités remarquables pour traiter de cette matière. C’est le coup classique lorsqu’on se retrouve seul à défendre une telle cause. Je me suis donc vraiment trompé, cela c’est une faute qu’on a bien raison de me reprocher. Et, comme chantait Jean Gabin peu de temps avant de mourir, maintenant « Je sais qu’on n’sait jamais, mais çà, je l’sais ! ».
    Vous me surprenez quand même lorsque vous écrivez que je parle « comme un Sede Vacantiste quand vous en venez à dire que nos Papes ne seraient pas Papes, ou au moins l’un d’entre eux. ». Cela n’est pas correct et je me dois de le corriger à la face des autres personnes qui pourraient lire mes commentaires. J’ai toujours prêché la fidélité au pape et je n’en ai donc désavoué aucun de ceux qui précèdent Jorge Bergoglio dont il sera bientôt démontré qu’il est un usurpateur, qu’il n’est pas un vrai pape, selon même la simple logique et le bon sens que Dieu ne saurait permettre qu’un vrai pape anéantisse son Eglise à ce point. De ce fait, je ne sais plus de quel côté vous vous situez.
    Vous me surprenez encore lorsque vous réaffirmez que je moque des abbés Lehman alors que mes derniers commentaires démontrent que j’ai fait positivement référence à un ouvrage de Augustin Lehman. Il faut croire qu’on ne parle pas des mêmes personnes ou que vous émettez une telle opinion sans m’avoir lu correctement.
    Quant à dire que je me sers de MPI comme d’un défouloir, c’est considérer que je me suis épanché en de vaines considérations qui n’ont pas de fondement ni de raisons d’être. Là, je crains bien que le proche avenir ne vous amène à devoir reconnaître tout le contraire et à ébranler vos convictions par défaut de les avoir fondées sur la réalité comme je vous l’ai proposé. Car c’est cette proche réalité qu’il va falloir d’abord affronter. Quitte à passer une fois de plus pour orgueilleux, je suis certain de ma raison déjà confirmée par les événements actuels et par la certitude de leur évolution logique. Vous n’aurez donc pas d’autre choix que d’adhérer à la même option que la mienne ou d’être submergé par l’ampleur des tribulations et de la détresse qui vont rapidement s’accentuer par « effet domino » au point que vous vous poserez la question de savoir précisément jusqu’à quand cela va-t-il encore durer et que vous vous surprendrez à repenser à mes propos.
    En fait d’examen critique à mon égard, il me semble que le vôtre est quand même assez restrictif et expéditif. Je pense qu’il est inutile de m’en défendre d’avantage..
    J’espère quand même que la bravoure de votre personne pourra vous susciter la bonne intention de me pardonner tant de sagacité téméraire. Daignez vous rassurer, la leçon que vous m’avez faite ne restera pas sans effets, je ne suis pas prêt de reproduire une telle expérience sans prendre quelques précautions préliminaires. Et de toute façon, il est bien trop tard pour cela !
    La seule raison qui parvient encore à me tenir debout dans l’esseulement et l’incompréhension, c’est la certitude des résultats qui ne peuvent jamais tromper sur la réalité, sur la vérité. Et cette raison, personne ne pourra me l’enlever mais tout le monde devra l’expérimenter car même Dieu ne change pas les résultats selon nos propres aspirations parce qu’Il est la vérité qui ne peut ni se tromper ni nous tromper. Les résultats expliquent tout : « Si vous vous convertissez … » – « Si vous ne vous convertissez pas … ». Bientôt, on va savoir !
    Bien à vous dans une même foi au même Seigneur Christ Jésus.

  92. fatilasa says:

    Attention Philibert ! Dernières recommandations ! « Dubia »
    Le fait que vous proposiez aux autres la lecture d’ouvrage dont vous renseignez le lien Web autorise à conclure que vous avez vous-même d’abord lu ces ouvrages et que vous avalisez leur contenu. Sans quoi, il y aurait alors un sérieux problème qui invaliderait systématiquement la teneur de vos propos.
    Selon le prophète Daniel, « l’abomination de la désolation » va de pair avec « l’abolition du perpétuel sacrifice ». C’est logique et c’est bien ce qu’exprime l’ouvrage que vous m’avez proposé de lire en guise d’argument invalidant mes propos. Mais cet ouvrage allègue que, selon vos mots, que « l’Abomination de la Désolation est déjà existante pour certains auteurs depuis les années 1960 » et donc, forcément, la suppression du perpétuel sacrifice aussi. Si vous n’en convenez pas, alors c’est que vous êtes très confus et incohérent dans vos propos, ce qui semble probant d’une façon comme de l’autre. Mais de la sorte :
    1. Vous suggérez que les papes Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI sont des antipapes qui ont laissé courir une telle abomination de la désolation. En cela, le sédévacantiste, c’est plutôt vous que moi.
    2. Vous suggérez que la consécration n’est plus valablement effectuée par les célébrants depuis cette époque, hormis pour ceux qui ne se sont pas soumis au « Novus Ordo Missae » de Paul VI. Ce qui oblige à conclure que le grand nombre des fidèles ont été gravement abusés depuis lors et que la Sainte Eglise est ainsi déjà « à son extrémité » depuis 1960, soit depuis plus de 55 ans. Ne trouvez-vous pas étonnant que la FSSPX n’ait pas dénoncé cela ni la TSV Marie dans des apparitions ultérieures reconnues ? (Akita, Kibeho ). Ces « déductions » devraient vous faire comprendre l’importance de déterminer plus correctement l’époque des faits annoncés par l’apocalypse. Les allégations auxquelles vous adhérez ne tiennent pas debout parce qu’elles ne mettent pas en évidence l’homme Antéchrist qui ne peut être que le dernier chef religieux (pas forcément pape) de la Sainte Eglise catholique. Et bien sûr, quand je constate votre égarement sur la question, je préfère garder bien précieusement mes convictions quitte à supporter allègement vos rétorques peu crédibles.
    3. Vous me faites douter que vous avez bien lu les nombreux ouvrages que vous me recommandez ou, en tout cas, douter qu’ils ont contribué à vous éclairer correctement et à vous confirmer dans la vraie foi au vrai Christ et à sa vraie Eglise. Voilà pourquoi j’ai « persisté à écrire autant de messages », ce n’était pas tant pour vous dire que j’ai raison, c’était surtout pour vous dire que vous avez tort. Et quelques points suffissent pour le confirmer.
    4. Ce que vous m’opposez dans votre critique de ma personne se retourne contre vous et ne fait que justifier d’autant plus le bien fondé de mes allégations ou de mes propos.
    Dès lors :
    1. Soit que vous maintenez tout ce que vous avez écrit dans votre dernier message, et je me trouve ainsi très heureux que tout l’orgueil dont vous m’affublez puisse désormais me tenir à l’écart de vos revendications cacophoniques,
    2. Soit que vous acceptez de reconnaître l’erreur conséquente qui vous détourne de la vérité et de la réalité. Dans ce cas, je serais heureux de vous voir « reformuler », « réformer » votre dernier message m’adressé.
    Et vous aurez beau dire que j’interprète librement vos propos ou ceux des ouvrages auxquels vous me renvoyez, ce qui m’importe n’est plus que vous me croyez mais que la lumière soit faite pour ceux qui la cherchent. Quant au conseil que vous me donnez d’écrire un livre, vous venez de faire vous-même la démonstration que c’est bien inutile, du moins pour vous. C’est ahurissant !
    Bien à vous dans une même recherche de la Vérité.

    • Philibert says:

      Vous seul avez raison, mon cher Fatilasa et tous les autres ont tort.
      Donc, nous sommes à la fin des Temps. On fait quoi maintenant, chef ?

      Le sacrifice perpétuel, c’est la messe et celle-ci a été supprimée dans son fameux rite en 69 pour être remplacée par une cène néo-protestante. Comme vous avez indiqué à plusieurs reprises ne pas avoir à lire Irénée de Lyon, Barthemy Holzauser, l’abbé Zins, etc., pour comprendre la Fin des Temps dont vous voulez parler, écrivez donc un livre pour votre interprétation de l’apocalypse. Attention Fatilasa, Pierre Jovanovic a déjà essayé et s’est fait franchement moucher par un connaisseur qui, lui contrairement à vous, sait valoriser le travail de ses prédécesseurs (une marque d’humilité) : https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=S96CLesjmfw
      Prenez exemple si ce n’est pas de l’orgueil de votre part tout ce rabâchage que vous nous faites et une vraie recherche de la vérité… Pour l’instant, j’ai plus l’impression que vous prétendez être le seul à détenir la vérité. Sauf que la Vérité, c’est le Christ et rien d’autre, alors tout ce que vous pouvez dire n’est que du blahblah. Certains ne savent pas que c’est la Fin des Temps, prient, font pénitence et ont plus de chance que vous d’aller au Paradis. De plus, si votre propos n’est que de répéter que nous sommes à la Fin des Temps, la Sainte Vierge l’a dit déjà à La Salette comme je l’avais expliqué précédemment…

      Je me garderai de répondre au reste de votre commentaire qui montre que vous êtes bouffi d’orgueil.

      • fatilasa says:

        Cher Philibert,
        Merci pour vos compliments très explicites.
        Vous avez beau m’affubler de tous les noms d’oiseaux que vous chérissez, cela ne changera rien du tout à la réalité et ne vous dispensera en rien de devoir l’assumer comme tout le monde telle qu’elle est. Et c’est elle seule, non pas vous-même, qui pourra révéler lequel de nous deux mérite vraiment d’être traité de bouffon bouffi d’orgueil, de cigale ou de fourmi.
        Tous les adeptes de Medjugorje sont convaincus d’avoir raison et d’en être persécutés. Pourtant, ce sont eux qui sont en dehors de la réalité et de la vérité.
        Le seul fait de vous voir affirmer, réaffirmer que la Sainte Messe, le perpétuel sacrifice, a déjà été supprimée en 1969 est suffisant pour me retenir et me dispenser de vous répondre. Je ne le fais que par souci d’être complet. Dans un tel état d’esprit, je doute fort que vos commentaires soient encore crédibles, et je crains qu’ils ne servent plus qu’à confirmer les miens que vous infirmez à tort et à travers.
        Rassurez-vous, vous ne me trouverez plus jamais sur votre chemin truffé de mines.
        Au revoir Philibert.

        • Philibert says:

          Si vous êtes si sûr pour Medjugorje, tant mieux pour vous. Mais si vous ignorez que l’église catholique a banni la messe de Saint Pie V avec le sacrifice perpétuel jusqu’à que Benoit XVI le réautorise comme rite extraordinaire, c’est un peu comme si vous rapportiez comme inutile tout ce qu’a fait Marcel Lefebvre et la FSSPX pour que le sacrifice perpétuel soit maintenu durant tout ce temps. Voyez qu’on ne peut pas parler avec vous et que vous vous trouvez toujours supérieur, de la même façon que vous estimez ne pas avoir à lire Irénée de Lyon et tant d’autres pour expliquer ce qu’il va se produire dans l’Apocalypse. A vous aussi d’ailleurs, faut-il vous le confesser, il vous faudra assumer la réalité telle qu’elle est. Et j’aimerai mieux savoir si vous priez pour retarder les évènements qui doivent se produire ou si vous appelez la venue de l’antéchrist par votre passivité dans la prière. On ne peut se targuer d’écrire 70 pages en format A4 sans prier si on veut faire changer les opinions ici et là. « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » a dit Notre Seigneur.
          Bon courage et au revoir.

          • fatilasa says:

            réponse à la marge en fin de liste des commentaires

  93. Fatilasa says:

    Pamino,
    (réponse à votre message du 06.03.2017)
    Ce que je peux vous suggérez avec certitude, c’est que, vu la suppression du système d’annonce sur la messagerie d’une réponse, si vous avez un commentaire à m’adressez dans la suite des miens, il serait éminemment plus utile de le déposer à la fin des derniers que j’ai transmis sur le sujet traité et en précisant à qui vous l’adressez plutôt que de le déposer en plein milieu d’un terrain déserté parce qu’il n’intéresse plus personne.
    Est-ce que vous-même, vous vous amusez à retourner chaque jour sur tous les sujets où vous avez déposé des commentaires pour vérifier si quelqu’un y a donné une suite ?
    C’est vraiment par hasard que j’ai eu l’attention attiré par vos mots « La Salette et Fatima » dans la rubrique des derniers commentaires d’aujourd’hui que j’ai cliqué sur le vôtre.
    Je n’ai jamais affirmé qu’il fallait croire en La Salette et Fatima pour être sauvé. Aucune manifestation surnaturelle n’est assimilée à ce qu’on appelle la « Révélation » qui est close avec les Ecritures dont fait évidement partie la vision Apocalyptique de St Jean.
    Mais pour être sauvé, il est indispensable de croire en la Révélation. Et c’est là que commence un grand débat sur la vraie foi au vrai Christ et en sa vraie Eglise.
    Aucun des sacrements ne confère la foi, c’est la foi qui suscite le besoin des sacrements. Des baptisés catholiques se font débaptiser ou se convertissent à une autre religion. Des personnes mariées divorcent et se remarient. Des prêtres apostasient.
    Aucune connaissance religieuse, aussi grande soit-elle ne confère la foi. Bien sûr, la foi suscite le besoin de voir, de savoir et de comprendre. Bernadette Soubirous s’était empressée d’apprendre à lire pour pouvoir lire l’Evangile. Mais c’est un cardinal dont les connaissances sont très grandes qui est en train de vendre l’Eglise du Christ. Il en fut déjà ainsi avec Juda.
    Aucune des Eglises que l’on fréquente ne confère la foi. Il n’est pas plus facile de croire en fréquentant une Eglise plutôt qu’une autre. Car les réalités de l’humain et de la foi sont identiques pour tous et partout dans le monde. Et bien de belles apparences ne sont plus que des contenants sans plus de contenu.
    Ainsi donc, si vous n’avez pas besoin de La Salette et Fatima pour croire et comprendre les écritures pour notre temps et garder une foi indéfectible, inébranlable, tant mieux pour vous ! Mais je peux vous assurer que vous allez rapidement changer d’avis ou, à défaut, être ébranlé par les événements que vous allez vivre.
    Je ne peux évidement obliger personne à croire tout ce que j’ai écrit et que j’ai fondé sur la réalité mais tout le monde sera obligé de vivre la réalité qui ne s’adapte jamais aux convenances personnelles de chacun.
    Bien à vous.

  94. Fatilasa says:

    Illusion, confusion, dérision, désolation !
    (suite 1 à Pamino 08.02.2017)
    Selon Saint Augustin, « la Vérité, c’est l’adéquation de la pensée avec la réalité ». On n’est bien sûr pas obligé de croire en La Salette et Fatima pour être sauvé ni d’ailleurs de croire que la terre est ronde et qu’elle tourne autour du soleil. Mais tout esprit sensé devrait vite comprendre qu’il y a une énorme différence de résultats entre croire et ne pas croire, et qu’il vaut mieux attirer l’attention sur les raisons de croire. Il suffit de regarder ce qui arrive à l’Eglise et à l’humanité pour avoir refusé de croire en La Salette et Fatima. On dit que « le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions ». Evidement, le grand nombre qui s’obstine dans l’aveuglement rétorquera que tout cela relève de l’ordinaire de l’évolution. Mais, est-il suffisant de se convaincre que Dieu n’existe pas pour qu’il en soit ainsi en réalité ?
    Le fait de ne pas croire en des manifestations surnaturelles et des prophéties authentiques peut générer l’aveuglement et l’erreur autant que le fait de croire en des manifestations surnaturelles et des prophéties qui sont fausses.
    Car celles qui sont authentiques ne procèdent que de la Révélation, dans le cadre de la Révélation, elles n’y ajoutent rien et n’ont donc d’autres raisons d’être que de ramener à ce qui est vérité et réalité en dénonçant ce qui est mensonge, illusion, erreur, perdition. Il est donc évident que le fait de les ignorer équivaut au fait d’ignorer la Révélation et de s’aveugler. Quant à prétendre qu’on est à l’abri et au dessus de toute errance, sans nul besoin d’être éclairé surtout aujourd’hui, c’est qu’on est déjà dans l’errance, l’aveuglement, la confusion, l’illusion et la dérision.
    Et cela se démontre d’autant plus par les conséquences de l’adhésion à de fausses manifestations surnaturelles et fausses prophéties qui sortent du cadre de la Révélation, y ajoutent des nouveautés et n’ont d’autres objectifs que de s’y opposer, que de détourner de ce qui est vérité et réalité.
    Il n’est donc pas du tout étonnant que ceux qui négligent La Salette, Fatima, Garabandal et Akita :
    1. négligent tout autant l’Apocalypse de St Jean, n’y comprennent rien et ne savent pas discerner dans notre époque les signes de leur accomplissement, de leur actualisation, ni présumer de l’évolution et du dénouement d’une telle situation,
    2. et, paradoxalement, adhèrent parfois à de fausses manifestations surnaturelles et de fausses prophéties qui les détournent de la vérité, de la réalité de l’actualité quotidienne en les conduisant immanquablement, d’une façon ou d’une autre, dans l’égarement, l’aveuglement, l’errance. C’est le cas pour ceux qui adhèrent à Medjugorje, Dozulé, San Damiano, l’Escorial …, à la fable du Grand Monarque et du Grand Pape, à celle du retour d’Elie et d’Enoch en chair et en os pendant le futur règne de l’Antéchrist/Antichrist …, aux fausses théories de l’Enlèvement de l’Eglise et d’une grande tribulation de sept années, … Tous ces pauvres gens sont en dehors de la réalité, à côté de la question, se fabriquent le surnaturel à leurs convenances personnelles, se fabriquent une fausse raison d’espérance d’ordre naturel, se fabriquent surtout une fausse raison de pouvoir échapper à ce qui est et ce qui vient. Ils sont donc dans l’incapacité réelle de voir, de savoir, de croire, de comprendre et de vivre ce qui se passe et ce qui vient.

  95. Fatilasa says:

    Illusion, confusion, dérision, désolation !
    (suite 2 à Pamino – 08.02.2017)
    En ce qui concerne le retour d’Elie et d’Enoch en chair et en os, il suffit de bien lire l’évangile – et de le croire – pour conclure que c’est une fausse interprétation des écritures déjà avancée par les juifs comme raison de ne pas reconnaître le Messie attendu en la personne de Jésus de Nazareth. Et le fait de la reproduire aujourd’hui détourne tout autant de la réalité du temps de la fin des temps, décale tout de plusieurs années, voir de dizaines d’années dans le futur ce qui va se passer d’ici moins de trois ans. Cela produit les mêmes effets qu’il y a deux mil ans. Tout vrai catholique ne peut donc que conclure que ceux qui persistent dans une telle fausse interprétation de la parole de l’Evangile n’y croient pas, se trompent et trompent les autres. Au lieu de veiller plus que jamais, ils se complaisent dans la certitude qu’ils peuvent dormir en paix.

    En ce qui concerne le Grand Monarque et le Grand Pape, le simple bon sens, la raison, la logique, l’objectivité commandent de conclure qu’il ne s’agit que d’une croyance populaire qui ne se réalisera jamais. L’Eglise catholique romaine (car c’est uniquement celle-là qui est au centre de l’Apocalypse) est déjà « à son extrémité » et ne saurait plus se relever de tant de coups mortels par ses seules œuvres humaines au sein d’un monde en pleine décadence, en plein déclin, au bord d’un gouffre immense et d’un cataclysme universel. Dieu n’est pas un magicien qui tire des lapins hors de son chapeau. Nous avons eu le Christ, son Evangile et son Eglise, si cela ne nous suffit pas et si nous les rejetons, que va donc bien pouvoir faire un Grand Monarque et un Grand Pape (le monde a rejeté le dernier grand pape) ? Un Grand Monarque qui doit surgir dont on ne sait d’où, aussi bien qu’une météorite, et qui doit ensuite trouver le Grand Pape dont on n’est pas plus certain de son existence. Un Grand Monarque qui doit alors, par son pouvoir temporel, sacrer le Grand Pape et lui conférer ainsi son pouvoir spirituel ! Cà, c’est déjà le surnaturel à l’envers ! Et puis tous deux vont restaurer l’Eglise catholique et le monde entier. Comment donc, certains et certaines qui croient en cela peuvent-ils traiter de « naïf » ceux qui n’y croient pas alors qu’ils sont eux-mêmes dans la naïveté, le rêve, l’illusion, le délire presque ?

  96. Fatilasa says:

    Illusion, confusion, dérision, désolation !
    (suite 3 à Pamino – 08.02.2017)
    Il est manifeste que l’Apocalypse selon St Jean présente trois parties dans la plage chronologique de son temps :
    1. la première partie décrit l’époque, le temps où Satan, l’antique serpent, manifeste son action par le dragon rouge feux, lequel remet son pouvoir à la Bête surgie de la mer, laquelle se fait assister par la Bête surgie de la terre laquelle trouve sa personnification humaine en la personne du faux prophète. La fin de cette époque est décrite aux chapitres 19 et 20. Elle termine par la précipitation dans l’étang de feu et de soufre de la Bête surgie de la mer et du faux prophète, ainsi que par l’enchaînement de Satan « pour mille années ».
    2. La deuxième partie brièvement décrite au chapitre 20 est l’époque d’une durée symbolique de « mille années » pendant laquelle Satan est enchaîné, ne tourmente plus les humains et cesse de fourvoyer les nations. C’est l’époque du règne universel du Christ avec tous ceux qui ont subsisté et Lui sont restés fidèles. Cette partie ne fait – nullement mention – de l’émergence d’un personnage humain qui serait la personnification de l’Antéchrist/antichrist. Car cet Antéchrist/antichrist attendu est un personnage humain, portant le chiffre 666, « chiffre de la Bête, chiffre d’un homme », « l’homme du péché », « l’homme de l’impiété », « l’homme sans loi », « l’impie ». L’écriture n’emploie jamais l’expression « antéchrist », même en 2 Thessaloniciens 2 qui en fait la description.
    3. La troisième partie décrit l’époque du relâchement de Satan « après mille années » et de la bataille finale. On n’y fait plus nullement mention de « la Bête surgie de la mer » ni de « la Bête surgie de la terre » ni du faux prophète puisque tout cela a été précipité dans l’étang de feu pendant la première époque. Le seul « antéchrist » est Satan lui-même, sans aucune personnification humaine ou autre manifestation.

    • Fatilasa says:

      L’antéchrist/antichrist décrit par 2 Thessaloniciens 2 se situe donc bien dans la première époque, première partie. Et il ne saurait pas y avoir de plus grande personnification humaine de cet antéchrist/antichrist qu’en la personne du chef religieux de la Sainte Eglise du Christ qu’il est en train d’éclipser en la travestissant en une Eglise non catholique et non chrétienne. C’est donc bien cette première époque que nous sommes en train de vivre et qui n’est pas loin de se terminer car il ne restera bientôt presque plus rien de la vraie Eglise du Christ. Il n’y a plus de possibilité de revenir en arrière, et, en avant, il n’y a plus que la certitude d’un schisme déjà latent avec de nombreuses tribulations.

  97. Fatilasa says:

    Illusion, confusion, dérision, désolation !
    (suite 4 à Pamino – 08.02.2017)
    Or, les adeptes de la fable du Grand Monarque et du Grand Pape situent cette époque dans la deuxième partie et désignent cette même époque comme étant celle de « l’Eglise éclipsée », du retour d’Elie et d’Enoch – en chair et en os – et de la venue de l’Antéchrist attendu. Et forcément, puisque cela n’arrivera jamais, il faut bien qu’ils concluent que c’est seulement pour dans dix ans, et puis encore dix ans, et puis encore cent ans … C’est tellement farfelu qu’ils ne savent pas s’en expliquer clairement et objectivement, et ne peuvent situer ces événements dans le temps, selon l’Apocalypse, qu’en omettant des parties (des époques) ou bien en les invertissant ou bien en les chevauchant. Et dès qu’on en parle avec eux, ils ne savent s’en défendre qu’en accusant l’autre du même orgueil qui les aveuglent. Ils manifestent ainsi le même esprit de fond obtus que celui qui anime les gourous et adeptes de sectes.
    Pourtant, il suffit de faire une recherche sur le Web avec les mots « fausse prophétie du Grand Monarque » pour trouver suffisamment de liens qui expliquent que ce n’est qu’une fable, mais apparemment bien entretenue.
    Il est manifeste que ceux qui attendent la venue du Grand Monarque se fabriquent l’Apocalypse à leurs convenances humaines, s’opposent à la Révélation et sont en dehors de la réalité. De la sorte, ils ne discernent pas les signes des temps, ne comprennent rien à ce qui se passe et en dehors de la réalité. Les résultats ne peuvent qu’en être désastreux. Ils n’attendent pas du tout le Seigneur Christ Jésus, seul Roi de l’univers, seul capable de restaurer son Eglise catholique et de la faire triompher dans le monde entier. Comme il y a deux mil ans, ils attendent un autre roi que Lui. Comment donc leur faire entendre ce qu’ils ne veulent pas entendre ? La nation allemande aussi attend son Grand Monarque. Et les russes aussi ! Et les musulmans aussi ! Et les juifs aussi ! Combien donc attendent vraiment l’Avènement du Seigneur Christ Jésus ? « Que ton règne vienne ! ». On en parle beaucoup mais on y croit bien peu.

    Si la confusion et l’aveuglement sont à ce point répandus même parmi des fidèles de la belle FSSPX pourtant connue pour sa rigueur doctrinale et son intégrité, alors il faudra bien d’autant plus conclure que nous sommes vraiment proche de la fin du chemin. Et de tels égarements sont effectivement autant de signes des temps.
    « Je vous le dis dès à présent, avant que la chose n’arrive, pour qu’une fois celle-ci arrivée, vous croyiez que Je suis » (Jn 13:19)
    « Au Portugal se conservera le dogme de la foi »

    • Philibert says:

      Le truc, c’est que vous vous croyez tellement supérieur que vous ignorez Holzauser. Est-ce à ce point du mépris ou de l’orgueil quant à votre personne, je me le demande pour croire que nous serions à l’église de Laodicée au lieu de celle de Sardes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Barth%C3%A9l%C3%A9my_Holzhauser#Tableau_synoptique_des_sept_.C3.89glises_de_l.27Apocalypse

      Vous êtes bien naîf aussi si vous croyez que le Portugal sera protégé.
      Ne prenez pas la peine de me répondre, car je sais d’avance que Holzauser et les autres se trompent face à Fatilasa.
      Au revoir Fatilasa.

      • fatilasa says:

        Pas si naïf que cela, Philibert !
        Si vous n’êtes pas trop épuisé par le « combat au niveau des esprits », vous pouvez remonter la liste des commentaires dans le présent sujet, jusqu’en date du 07.02.2017. Vous y trouverez un commentaire adressé à Efgy (suite 1 à Efgy – 07.02.2017) où j’ai exposé :

        « Il est donc étonnant que certains qui font encore référence à Fatima et attendent la réalisation de la promesse de la TSV Marie refusent de faire référence à l’Apocalypse. Et bien sûr, de la sorte, ils sont tout à fait en dehors de la réalité, à côté de la question. L’apocalypse recèle la certitude de l’Avènement universel du Seigneur Christ, la certitude du triomphe du Cœur Immaculé de Marie, la certitude du triomphe de l’Eglise du Christ. De la sorte, elle génère la certitude de la vraie foi au vrai Christ et à sa vraie Eglise. C’est donc vraisemblablement la raison pour laquelle la TSV Marie dit à Fatima : « Au Portugal se conservera le dogme de la foi ». C’est parce que Fatima renvoie à l’Apocalypse laquelle, par ce qu’elle annonce, peut susciter une foi indéfectible et inébranlable. »

        Je n’ai donc jamais dit que tous les portugais conserveraient la foi à cause de l’apparition de Fatima. Et c’est vrai qu’il faudrait être naïf pour le croire. Un peu de bon sens suffit pour réaliser que cela ne serait pas conforme à l’Evangile ni juste que tous les portugais restent croyants rien qu’à cause de l’apparition. Mais je remarque que vous ne m’avez pas donné votre explication à ce sujet, sans doute parce que vous n’en n’aviez pas. J’espère que la mienne ne vous semblera pas quand même trop « orgueilleuse » puisqu’elle n’est pas naïve. Encore que, « quand on veut battre un chien, on trouve toujours un bâton ! »

        En ce qui concerne le Vénérable Holzhauser, voici ce que j’en lis à page 22/renvoi 4° du livre « L’Antéchrist » de l’abbé Augustin Lemann que Efgy m’avait recommandé de lire et que vous connaissez bien aussi :
        « Parmi les auteurs qui ont fixé une date à l’avènement de l’Antéchrist, nous avons eu la surprise de rencontrer le vénérable serviteur de Dieu Barthélemi Holzhauser, restaurateur de la discipline ecclésiastique en Allemagne, fondateur de l’Association des Prêtres séculiers vivant en communauté,
        décédé le 20 mai 1658. Auteur d’une Interprétation de l’Apocalypse très en vogue en Allemagne, et où il y a certainement de très belles et très émouvantes pages, Holzhauser a écrit les lignes suivantes : «Au milieu de l’année de Jésus-Christ 1855, dans le dix-neuvième siècle, naîtra l’Antéchrist, et il vivra cinquante cinq ans et demi. Et c’est dans les trois dernières années de sa vie et pendant les six derniers mois, c’est-à-dire pendant trois ans et demi qu’il sévira dans la plus grande fureur contre la chrétienté, et que, d’accord avec son faux prophète l’antipape, il
        exterminera l’Église, dispersera le troupeau de Jésus-Christ, vaincra et tuera tous les fidèles par la puissance qui lui aura été donnée pour quarante deux mois sur toute tribu, sur tout peuple, sur toute langue et sur toute nation, pour faire la guerre contre les saints de Dieu, et pour les vaincre durant le temps qu’il sera assis dans la plénitude de son règne. Ainsi donc, en l’an 1911, le fils de perdition sera tué au milieu de la cinquante-sixième année de sa vie par le souffle, c’est-à-dire par la parole qui sortira de la bouche de Jésus de Nazareth crucifié», (Interprétation de l’Apocalypse, 3e édit., t. II, pag. 120, Paris, 1872 ; librairie Louis Vivès)

        Alors, que dois-je en conclure en 2017 ? Tout simplement que le vénérable s’est trompé ! Je ne peux donc pas accepter comme véritable ce qui est formellement connu comme erreur, et je ne peux pas le proposer aux autres comme vérité indéniable. Pour la même raison, je réfute l’interprétation que le vénérable fait des Sept Lettres aux Sept Eglises, ainsi que sa théorie du Grand Monarque et du Grand Pape. Si ce n’est pas votre cas, c’est que vous préférez l’erreur à la vérité, l’illusion à la réalité. Votre « truc », votre problème, c’est que vous ne réalisez pas que vous êtes tout à fait comme vous décrivez les autres. Qu’est-ce donc qui peut vous aveugler à ce point ? Le fait que vous ne parveniez pas à nous faire avaler vos errances ?

        Surtout, ne lisez pas les trois commentaires qui suivent (dont le dernier vous concerne), car vous allez en faire une jaunisse en découvrant que vous êtes déjà dépassé par la réalité. Et si vous ne voulez plus que je vous réponde, et bien, ne me répondez plus non plus.
        Au revoir, cher Philibert !

  98. Un lecteur anonyme says:

    Le 13 Mars 2013 je me suis assis à mon bureau et j’ai regardé mon écran alors qu’un nouveau pape – un homme que je n’avais jamais vu auparavant – est sorti sur la loggia de la Basilique St Pierre .
    (…)
    Réflexions pour un Pontificat sans précédent :
    (…)
    Ils nous ont dit leurs intentions , beaucoup n’ont simplement pas voulu croire qu’ils signifient ce qu’ils veulent dire …
    (…)
    – on est obligés de se demander : si Satan lui – même devait générer un assaut à l’intérieur de l’Église , comment serait – il différent de ce que nous vivons aujourd’hui ?
    http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/t26490-reflexions-quatre-ans-plus-tard-sur-un-pontificat-sans-precedent#635355

  99. Un lecteur anonyme says:

    Nous devons réaliser que nous sommes David devant l’ennemi Goliath .
    Préparez – vous . La vraie guerre est sur le point de commencer .

  100. fatilasa says:

    Sur quelle planète vivez-vous, cher Philibert ?
    Votre esprit obstinément fermé à la réalité est semblable à celui des personnes qui, aveuglées par leur apostasie ou leur ignorance :
    1. sont délibérément inconscientes des conséquences de l’invasion islamique, conséquences pourtant de plus en plus réelles, nombreuses, visibles, et explosives,
    2. encouragent, autant que Jorge Bergoglio, l’accueil des migrants majoritairement islamiques, opposants farouches au Christ et réfractaires à l’intégration en territoire de culture chrétienne,
    3. vont donner leur préférence électorale à des personnes qui, sciemment, planifient une telle invasion dans le but d’anéantir la chrétienté, ouvrent la porte au cheval de Troie et en appellent à la domination islamique dont la Turquie est en train de nous en donner un aperçu,
    4. vont anéantir l’action/réaction de personnes valables qui pourraient contenir, retenir les effets explosifs d’une telle invasion qui ne sait qu’importer ses conflits guerriers à l’intérieur des nations et provoquer l’implosion de leurs structures,
    5. contribuent de la sorte à précipiter la réalisation des événements de la fin des temps.
    Ainsi, lorsque vous priez pour « retarder les événements qui doivent se produire », vous priez pour que soit retardé l’instauration du Règne universel du Christ Roi, ce qui donnerait encore plus de temps à l’expansion islamique pour réaliser ses desseins destructeurs, vous faites ainsi le jeu de l’Antéchrist qui est déjà parmi nous et bien à l’oeuvre (je suppose que vous direz bientôt que c’est moi), vous faites tout le contraire de ce qu’il faudrait faire. Mais vous effectuez au moins la démonstration que la prière faite dans l’abstraction, dans la négation – délibérée et obstinée – de la réalité n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois, n’est que de l’illusion. Heureusement, Dieu ne vous exaucera pas et ne retardera pas ce qui doit venir puisqu’Il l’a déjà dit : « Et si ces jours n’avaient pas été abrégés, nul n’aurait la vie sauve ! »
    Je vous réaffirme que le temps n’est pas loin où les événements vont ébranler votre vision erronée de la réalité et vous pousser à prier ardemment pour que vienne au plus vite l’Avènement de Notre Seigneur Christ Jésus. Ce n’est que cela que j’ai tenté de montrer.
    Si vous trouvez que tout ce que j’ai fait est de la passivité « qui appelle à la venue de l’Antéchrist », permettez-moi de vous montrer en quoi vous générez assurément la passivité, la permissivité, le laxisme, la facilité, la foi facile et légère, la croix facile et légère (la croix de liège – vision de Fatima) par le fait :
    1. de faire croire qu’on n’est pas du tout dans la phase finale de la fin des temps, alors que tant d’événements, d’éléments et de faits de plus en plus nombreux prouvent, par leur conjoncture, qu’on est à moins de 3 ans de cette phase finale,
    2. de faire croire que de telles affirmations ne sont que des illusions,
    3. de faire croire que ceux qui les formulent ne sont que des êtres « qui se croient supérieurs aux autres », qui s’imaginent des choses qu’ils veulent imposer aux autres, qui se complaisent dans l’illusion.
    4. de rassurer faussement les gens, de les détourner de la réalité, de les retenir de se convertir de toute urgence. C’est en fait ce que font toutes les fausses manifestations surnaturelles et tous les faux prophètes.
    Il faut effectivement beaucoup de courage et de foi pour croire que nous sommes en ces temps et pour le vivre. C’est en fait l’épreuve et la preuve de la foi : « Ils viennent de la grande épreuve ! ». Je préfère le réalisme de Joseph Ratzinger qui a dit en 2012 : « Ils se bercent d’illusions ceux qui croient que Fatima est derrière nous ! ».
    Quant à « ma vie privée » de prières avec Dieu, il n’a pas été dans mes intentions d’en faire montre et de l’étaler dans mes commentaires mais de démontrer, comme le fait très bien MPI d’ailleurs, que « La Vérité, c’est l’adéquation de la pensée avec la réalité » (Saint Augustin). En dehors de la réalité, c’est en dehors de la Vérité, c’est dans l’illusion. Allez-vous penser qu’un homme bien averti de ce qui vient va omettre de prier ? Vous opposez des arguments bien subjectivement, c’est mauvais signe ! Vos réponses forment un imbroglio comme celles de Bergoglio. Et le voilà déjà tout perdu, ce pauvre homme
    Je ne vais bien sûr pas tenter de vous faire croire que « Sans moi, vous ne pouvez rien ! ». Je n’en suis pas encore à ce point. Mais cette parole de Notre Seigneur devrait vous faire comprendre que la venue d’un Grand Monarque et d’un Grand pape capables de restaurer l’Eglise du Christ et l’humanité n’est qu’une légende, qu’une croyance populaire qui éclipse la véritable vertu théologale de l’Espérance. Si c’est tout ce que vos lectures peuvent « expliquer de ce qu’il va se produire dans l’Apocalypse », je préfère m’en abstenir, regarder la réalité et présumer de son évolution comme de son dénouement.
    Quant à tirer de mes écrits la conclusion que je juge inutile l’œuvre de Mgr Lefebvre et de la FSSPX, cela relève de votre subjectivité, de la malhonnêteté intellectuelle, de la stratégie bergoglienne qui ne vous honore guère et démontre qu’il est désormais préférable de vous laisser dans vos illusions jusqu’à ce que la réalité vous renvoie à la case départ. Ce serait mieux si c’était aujourd’hui.
    Bon courage pour la digestion !

  101. cadoudal says:

     » le Cardinal Willbrands est allé à Genève , au Conseil œcuménique des Eglises, il a déclaré: nous devons réhabiliter Luther »

    Il l’ a dit comme envoyé du Saint Siège »

    (Mgr Lefebvre – la Messe de Luther- éditions st Gabriel – Martigny 1975)

  102. cadoudal says:

    ( références — MGR DELASSUS – les pourquoi de la guerre mondiale -éditions saint Rémy -t 2; p: 359)

    épitaphe rédigée par Luther lui même

    « Je m’ appelle Martin Luther
    de Dieu envoyé au pays allemand
    qui , par l ‘enseignement du pape et du diable
    était complètement , totalement corrompu
    et j’ai par l ‘Écriture , prouvé clairement,
    et ce sera toujours , éternellement vrai
    que le pape est l’ Antéchrist
    qu’il a son origine dans la malice du démon
    le Pape enrage , le mauvais drôle
    de colère , il crache un feu infernal
    ses prêtres deviennent fous et aveugles
    toute son École aboie après moi… »

  103. cadoudal says:

    « la fin de Luther  » par le Dr Majunke – Paris- ed Walzer- 1893  »

    La mort de Luther demeurait donc un secret;quelques initiés présents à son lit de mort en avaient seuls la clé. L’affaire en resta là pendant plus de quarante ans, jusqu’à ce qu’en 1592, un controversiste, historien catholique en renom, l’ oratorien Thomas BOZIO se mit de la partie et publia une relation due à un témoin oculaire — le serviteur de Luther lui-même. Ce serviteur était jeune encore lorsque son maître mourut.

    Il rentra dans le sein de l’église catholique. Sur ces entrefaites, il se trouva mis en relation personnelle soit avec Bozio, soit avec ses amis, juste au moment
    où le même Bozio écrivait son célèbre ouvrage, souvent cité par des théologiens du xvi e siècle, De Signis Ecclesiae (Rome et Cologne 1592 et 1593).

    Il a un chapitre sur la fin malheureuse de tous les hérésiarques. C’est là que faisant fond sur ses données,il a établi ce qui suit:

    « Un soir, Luther avait richement soupé; il s’était endormi d’humeur joyeuse. La nuit même, il mourut suffoqué. Je tiens ce détail peu connu de son domestique, de qui j’en ai reçu le témoignage. Il était jeune lorsqu’il était à son service ;

    il est redevenu des nôtres il y a quelques années.

    A l’ entendre, Luther s’est donné la mort misérablement, au moyen d’un nœud coulant; mais au plus vite, on fit jurer à tous ses familiers au courant de l’affaire, de ne pas le divulguer, pour l’honneur de l’Évangile

    Cette communication authentique et de source étrangère, nullement invraisemblable en soi,

    Elle fut reprise par Cornélius a Lapide qui dit, dans son commentaire sur la seconde
    épître de S. Pierre, II, 12 (pseudoprophetae in corruptione sua peribunt,) composé vers 1600 :

    « Il est certain que Luther, après un riche souper, fut pris de désespoir. Poussé par la fureur diabolique, il se passa un nœud coulant et mourut ainsi. C’est ce qu’a affirmé son domestique, converti dans la suite à la vraie foi, selon ce que rapporte Thomas Bozïo.

    . Ainsi, le célèbre exégète ajoute, pour sa part, un éclaircissement à ce que Bozio avait raconté, à savoir que Luther avait perpétré sa dernière action « desperatione
    et furiis daemonis actus », dans le désespoir et poussé par la fureur du diable
    .

    Qu’il ait été pédagogue paedagogus liberorum c’est ce que nous découvrons
    dans le discours que fit Mélanchton a ses auditeurs (optirai adolescentes) du cours d’exégèse grammaticale à Wittenberg, pour leur raconter la mort de leur « révérend
    père et maître très aimant. »

    Cet homme était donc, non un domestique au sens moderne du mot, mais plutôt un
    familier, le « domestique » d’autrefois. Il s’appelait Ambroise Kûntzell, ou plutôt RUDLFELDT (les deux noms se rencontrent dans les documents protestants).

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com