Dans sa chronique pour MPI-TV, Maître Elie Hatem, avocat international, nous parle aujourd’hui, lundi 13 juin 2016, de la tuerie qui a eu lieu hier à Orlando dans une boîte de nuit spécialisée. Il nous suggère quelques pistes de réflexion sur les buts de cet évènement revendiqué par DAECH.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

19 commentaires

  1. M. Hatem est Libanais et il milite pour que la France devienne un nouveau Liban où les communautés s’entendent si bien qu’elles n’arrêtent pas de s’entre-tuer. De plus en France nous n’avons pas l’intention que le catholicisme passe au second plan derrière l’Isalma comme en Syrie ou dans l’Irak de saddam Hussein.

    Alors inutile d’essayer de faire croire que la violence de l’Islam ne lui est pas intrinsèque. M. Hatem a-t-il déjà entendu un terroriste crier « gloire au Christ » avant de perpétrer des attentats sanglants ? NON? c’est impossible! Un chrétien pourra faire des attentats, mais il ne pourra pas se revendiquer du Christ ni de l’Evangile. Un musulman gagne le Paradis en tuant, c’est tout le contraire.

    En France nous n’avons pas envie de devenir des dhimmis.

  2. balanine says:

    RS87 : MERCI ET BRAVO ! rien à ajouter !

  3. Pierre says:

    Le scénario de ce massacre d’Orlando n’est pas crédible du tout.
    Après le 9/11, l’attentat de Boston, Charlie-Hebdo, le Bataclan, le Stade de France, et Mollenbek, voici un false-flag de plus monté de toutes pièces par Israël/CIA et consorts

  4. Pierre says:

    ORLANDO: UN FALSE FLAG FLAGRANT (FFF)

    A croire les informations diffusées par les médias aux ordres et la mystérieuse agence de presse de Daech (dénommée Aamak, signifiant « profondeurs », ce qui est assez révélateur en soi), une sorte de Rambo ayant des réflexes de Terminator armé d’un fusil d’assaut et d’une arme de poing aurait investi une boîte de nuit gay d’Orlando, en Floride, tirant dans le tas, laissant plus de 115 personnes à terre, dont plus de 53 morts.

    Examinons un peu cette nouvelle soupe d’un aspect très louche et à l’odeur fétide:

    Notre nouveau Rambo serait un citoyen US né de parents afghans se dénommant, tenez vous bien, Omar, comme le Mollah Omar, l’ex-chef suprême des Talibans. A son patronyme Siddiqi, on a cru bon d’y ajouter l’épithète Mateen, un terme d’origine arabe signifiant « fort, solide, robuste » et donc M. Strong. Aucun doute là dessus, nous avons affaire à un nouveau Rambo…
    Nous avons donc un tireur hors pair d’origine afghane, une revendication de Daech Inc. via son agence high tech « Aamak » (magazine ressemblant beaucoup à Newsweek ou The Economist), bref un musulman (radical ou non peu importe) et, pour corser le tout, un fervent partisan du second Amendement de la Constitution américaine et donc un fan de la puissante NRA (National Rifle Association) Une tonne de symboles forts!

    A ces théamatiques très tendance, s’ajoute la fameuse thématique LGBT dont raffole le système dominant, véritable fer de lance de son agenda. Nous avons tous les ingrédients d’un cocktail explosif.

    Ça sent mauvais. Très mauvais même.

    C’est du False Flag détectable à 10000 km à la ronde…

    Revenons à un détail technique:

    Combien de chargeurs notre tireur à t-il utilisé? Et quel type d’armes avait-il? A moins d’un Gatling ou d’un vieux RPD et encore, je vois très mal un homme seul achever un tel exploit macabre.

    En moyenne, un tireur expérimenté tirant dans le tas sur une foule assez compacte avec un fusil mitrailleur, arrive à mettre à terre entre 7 et 19 personnes dans le meilleur des cas. Mettre à terre ne veut pas dire envoyer ad patres car le nombre de blessés est en général toujours plus élevé que celui des tués.

    Ce que les Anglo-Saxons désignent sous le vocable « active shooter » est un tireur en colère de mieux en mieux armé comme le prouvent les récentes fusillades aux États-Unis.

    Mais en arriver à abattre une centaine, c’est quelque chose que même les mauvais films d’action de Bollywood n’ont pas osé.

    Nous avons donc un acte digne d’un Predator armé d’une mitrailleuse multitubes faisant un carton plein, un acte susceptible de renforcer une Islamophobie rampante, une excuse pour relancer le débat sur les armes à feu aux USA (désarmement des citoyens) et le Big deal, l’association entre Daech et l’homophobie, du pain béni pour n’importe quel politicien véreux et corrompu à bout de souffle à Washington.

    C’est trop flagrant pour un simple Omar pour les homards que nous sommes devenus aux yeux des médias. Bonjour les polémiques. Islam, pro ou anti-NRA, pro ou anti LGBT, Daech, second amendement, terrorisme, etc. Ça promet!

    En attendant une version téléfilm Made in Hollywood de ce grand bordel, il faudra s’habituer à ces piètres scénarii. Certains lobbies se frottent bien les mains. Leurs budgets et autres subventions vont exploser. Littéralement.

  5. Pierre says:

    Orlando Mass tournage: Another False Flag Obvious et Psyop Gouvernement
    12 juin 2016

    Pourquoi ont-ils réalisent un «tir de masse» dans une boîte de nuit gay?

    Il devrait y avoir aucun doute que la masse de tir présumé dans le Orlando nuit gay club est une opération sous fausse bannière classique et PSYOP du gouvernement coordonnée. Non seulement at-il toutes les signatures typiques d’un récit à dessein de trous monté, il a un but très explicite derrière elle.

    Tous les comptes de nouvelles initiales parlent d’un tireur isolé qui a tué 50 personnes et a envoyé des notes à l’hôpital. Pourquoi ces faux drapeaux ridicules commencent toujours par un tireur isolé. Ces G-hommes co-conspirateurs ne peuvent tout simplement pas l’ air de leur serrer Lee Harvey Oswald (LHO) a inspiré le syndrome Patsy Lone .

    Une lecture attentive de la multitude de rapports de presse indique clairement les incohérences flagrantes et les faits impossibles qui ont rendu le compte rendu officiel de l’application de la loi Orlando complètement invraisemblable, ainsi que impossible. Il y a tellement de détails qui ne font pas de sens que le correctif est tout à fait évident. Le lien suivant contient une série de ces diverses et parfois contradictoires les rapports des médias.

    Tir à une boîte de nuit à Orlando avec des rapports d’un autre tireur à un hôpital voisin.

    Tout ce processus d’obfuscation officielle est essentielle à la nature même d’une opération de faux drapeau. Les nombreuses graines du doute qui sont semées par le MSM mis en place toute la nation afin que les véritables perps ne serez jamais pris. Tout comme le patsy seul LHO, ils aiment à mettre le blâme sur un seul individu – 20 morts et 42 hospitalisés! Avait-il une mitrailleuse militaire ou un Gatling newfangled ?!

    Qui Pourquoi?

    En tout état ​​de cause les seules questions qui jamais vraiment quand essayant de résoudre un tel événement faux drapeau de tir transparent est l’ OMS a vraiment fait et POURQUOI ont – ils le faire.

    Il devrait être assez évident maintenant que Obama a été mis à la Maison Blanche par ses maîtres pour atteindre cinq objectifs principaux: (i) Promulguer Obamacare (ii) Redémarrez la guerre froide avec la Russie (iii) Écraser l’économie (iv) Promouvoir Gay Mariage et (v) annulerait le 2ème amendement.

    Il a été un grand succès à la réalisation de ces quatre objectifs. Le dernier est resté inaccessible. Ce défi particulier n’a pas pas été atteint à cause de son manque d’initiative présidentielle et la volonté personnelle cependant. Il a tout simplement pas trouvé la bonne formule nécessaire pour abroger illégalement le deuxième amendement. Donc, beaucoup de faux drapeaux exécutés pendant 2 termes d’Obama ont été conçus – de Sandy Hook à San Bernardino – pour faire exactement cela soit dit en passant.

    Note spéciale:
    Il est pas un secret que Obama a utilisé avec zèle la dernière version de la NDAA pour mettre en œuvre des opérations de faux drapeau partout, à tout moment, il le désire. Le NDAA a illégalement légiféré pouvoirs au pouvoir exécutif d’exécuter des tirs de faux drapeau, des bombardements et des assassinats dans les 50 états à des fins de propagande dans l’intérêt de la «sécurité nationale». Telle est précisément la raison de l’augmentation spectaculaire et l’ intensité des tirs de masse dans tout le pays. Oui, le gouvernement fédéral américain a illégalement arrogé le pouvoir à lui – même pour commettre des atrocités odieux contre le peuple américain, afin de protéger la patrie des citoyens. Seulement en AMERIKA, également connu sous le USSA!

    « FLAGS FALSE » sont PROPAGANDE juridiques produits par le ministère de la Défense

    La Gay Mafia et le Mouvement LGBT

    Avec cet objectif global de contrôle des armes à l’ esprit, le POTUS et al. ont décidé d’enrôler la force politique la plus puissante dans la nation la Gay Mafia . Pour les non – initiés, il doit être clairement compris que le mouvement LGBTTTT dans le monde entier a été spécialement créé pour fonctionner comme la force politique la plus puissante de la planète. De cette façon , les expériences d’ingénierie sociale continue menées dans le monde entier peuvent être grandement accéléré et sans entrave , si nécessaire, par la Gay Mafia .

    S’il vous plaît être conscient que personne ne fait le travail comme l’équipage LGBTTTT de démolition. Ils vont maintenant prendre la cause anti-gun comme il n’y a pas de demain. Leur vaste réseau MSM marche maintenant main dans la main et exécute comme une horloge, donc organisée et unifiée sont leurs forces respectives. Toute résistance à leur ordre du jour sera rencontré ad hominem attaques au sujet d’ être un « HATER » ou quelque péjorative absurde similaire. Absurde ou non, ces étiquettes méprisables fonctionne comme un charme. Une grande partie de l’ Amérique a été câblé à réagir négativement à un tel langage négatif très chargé.

    • francis says:

      C’est drôle de voir comme les complotistes ont en commun avec les commerciaux ; plus c’est de la merde, plus ils vous démontrent que ça vaut le coup d’y adhérer… par contre les commerciaux ont conscience d’être des menteurs.

      • Pierre says:

        À Francis
        Merci pour ces compliments
        Voici quelques éléments de réponse à votre analyse

        Au-delà de la pensée binaire.

        La logique est certainement la chose la plus indispensable dans notre vie de tous les jours, elle est un élément essentiel à notre manière d’appréhender le monde. C’est elle qui permet à nos cerveaux d’aborder les problèmes de manière organisée et structurée, pour ensuite y remédier en déduisant des solutions.

        Observons différentes formes de logique. Celles-ci nous permettront peut-être d’étendre l’éventail des représentations que nous nous faisons de notre réalité.

        La logique binaire

        Le mot “logique” nous vient du Grec ancien, il signifie la raison, le langage et le raisonnement. La raison nous permet de fixer des critères de “vérité” et “d’erreur” et d’évaluer une problématique avec nos propres valeurs morales. Ces critères sont mis en forme par le biais du langage, ces deux références combinées formant les fondements de nos raisonnements.

        De nos jours, la logique linguistique la plus utilisée est la logique “aristotélicienne”, elle se base sur une logique bivalente (à deux valeurs) et prend comme règle fondamentale le principe du “tiers exclu”. Cela signifie qu’un troisième choix ne peut pas entrer dans l’équation, le choix s’ancre sur deux solutions possibles (“vrai” ou “faux”), un troisième choix ne peut exister. Ainsi, notre structure linguistique s’ancre sur cette logique et en définitive, influe sur la manière dont nous conceptualisons le monde.

        La notion de “bien” et de “mal” en est le parfait exemple, il ne s’agit ni plus ni moins d’une approche linguistique binaire sur laquelle nous construisons nos concepts moraux.

        Un nombre incalculable de cas de ce type se retrouve très facilement dans notre quotidien. Par exemple, le cinéma exploite à merveille cette logique binaire, la notion de “gentils” s’opposant aux “méchants” se retrouve quasi systématiquement. Le jour mis en opposition à la nuit est aussi révélateur, car la réalité n’est pas aussi simple, bien entendu, nous avons d’autres mots pour exprimer les moments d’une journée, mais le raccourci dualiste vient presque naturellement à l’esprit.

        Le dualisme – qui est une résultante de la logique binaire – est aussi utilisé dans des contextes majeurs, comme pour le cas des conflits armés. Souvenez-vous de G.W Bush qui prononçait, à la veille des deux guerres déclenchées en Irak et en Afghanistan le terme “d’axe du mal”, en opposition à “l’axe du bien” qui, bien entendu était utilisé pour qualifier le “camp” occidental. La posture guerrière est l’utilisation caricaturale de la logique binaire, soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous. Par ce biais nous pouvons nous qualifier de “gentils” et décrire le camp adverse comme “méchant”. Ce processus pernicieux nous force malgré nous à observer le monde géopolitique de manière extrêmement simpliste. Il y a les gentils, il y a les méchants et chacun imagine que tel ou tel gouvernement fait partie d’un côté ou de l’autre.

        (Ceci n’est qu’un exemple de la pensée bivalente est n’est en rien représentatif de la situation géopolitique actuelle. Selon le point de vue, les “camps” peuvent très bien s’inverser mais le raisonnement sera tout aussi faux).

        La logique bivalente est toute simplement archaïque, car elle simplifie nos raisonnements à l’extrême. Elle nous permet par exemple de définir un individu sur un ou deux traits de son caractère et d’extrapoler ainsi en faisant des coupes sombres sur la complexité de sa personnalité. Voici la vraie limite de cette logique, elle est incapable de définir des choses complexes avec précision.

        Gardons à l’esprit que les facteurs qui déterminent notre monde sont nombreux et complexes, les aborder avec sincérité mérite donc l’utilisation d’une observation aussi précise que subtile. Il est probable que cette logique bivalente réduise grandement nos raisonnements, cela se remarque quand on fait à notre insu des raisonnements dualistes, manichéens, simplificateurs, amalgamant, etc.

        En réalité, l’absence de nuance est la (limite) de la pensée bivalente.

        (Voir le monde en logique binaire, c’est voir le monde en noir et blanc sans aucune nuance de teintes ni de couleurs).

        Au-delà de la pensée binaire

        Les problématiques systémiques actuelles nous obligent pourtant à devoir réfléchir autrement, à envisager les solutions sous un autre angle, à penser “hors du cadre”. Cette capacité que nous avons à pouvoir envisager le monde d’une autre manière est primordiale et nous devons impérativement la développer si nous voulons concevoir et imaginer des choses nouvelles. Certes, la logique n’est qu’un des paramètres nous y emmenant, mais il s’agit d’un paramètre relativement important, car notre logique nous permet de concevoir le monde qui nous entoure, juste ça !

        Imaginez votre raisonnement comme un plan, ce plan vous permet de vous faire des images mentales des choses qui vous entourent. Construire ce “plan” avec une logique binaire serait comparable à une construction en 2 dimensions, or cela n’est pas suffisant pour décrire un monde multidimensionnel, il va nous falloir nécessairement plus de “dimensions” sur notre plan.

        La logique tétravalente

        Il s’agit d’une forme de logique qui “complète” celle de la logique bivalente, je dirais même qu’elle en est l’extension. C’est un peu la partie 2.0 de la logique, car elle permet d’aller un peu plus loin et d’offrir d’autres perspectives d’analyses et de compréhensions. Vous en n’avez peut-être jamais entendu parler, pourtant vous l’exercez naturellement.

        Son fonctionnement est basé sur 4 valeurs, contrairement à la logique basée sur deux valeurs [VRAI] ou [FAUX].

        La logique tétravalente se base sur les valeurs suivantes:

        [VRAI]

        [FAUX]

        [VRAI] ET [FAUX]

        NI [VRAI] NI [FAUX]

        Au premier abord, on pourrait se dire que c’est très sympathique tout ça, mais à quoi ça sert ? Bonne question ! Et bien, à rien du tout. 

        Bien évidemment, cette logique a une utilité forte dans l’analyse que nous faisons d’une problématique. Car elle permet de concevoir qu’une chose peut être vraie et fausse en même temps ou au contraire, ni vraie, ni fausse. On l’utilise régulièrement en utilisant le fameux “oui et non”, cela permet une certaine souplesse de raisonnement que la logique binaire ne permet pas.

        Prenons l’exemple d’une projection dans un futur lointain, en réalité personne n’est capable d’être certain de ce qui va arriver, la logique tétravalente permet justement de ne pas prendre un point de vue tranché et permet de reconnaitre l’incertitude comme une possibilité. De plus la notion de simultanéité du [VRAI] et du [FAUX], permet de prendre en compte les points de vues contradictoires comme une possibilité, ce qui n’est pas le cas de la logique bivalente. Car cela va à l’encontre du principe de “non-contradiction” dans lequel une chose ne peut être vraie et fausse à la fois. Le paradoxe du menteur démontre la limite de la pensée bivalente, juste le fait de dire “je mens” est en effet à la fois vrai et faux en même temps, car si je mens et que je dis la vérité, je ne mens pas.

        En bref, la logique tétravalente permet de prendre en compte deux autres notions dans notre raisonnement, l’incertitude et la contradiction.

        – Biva: “Tu préfères mourir brulé vif ou manger par des insectes ?”

        -Tétra: “Aucun des deux !”

        -Biva: “Mais imaginons que tu dois choisir et que tu n’as pas le choix.”

        -Tétra: “Alors, je prends les deux juste pour t’embêter !”

        -Biva: ” … “

        La logique temporelle

        La logique temporelle est un des éléments clés, permettant de franchir un cap conceptuel dans notre logique. Elle permet en effet de rajouter encore une autre dimension à notre raisonnement et non des moindres, celle du temps. En effet, une chose peut tout à fait être exact à un instant t et être inexact à un autre instant t. Ce paramètre est très souvent mis de côté dans le jugement que l’on se fait des autres. Nous voyons les personnes telles qu’elles sont à l’instant t où nous les rencontrons, sans forcément connaitre leur passé, ni leur futur. De ce fait, le jugement que nous faisons sur eux sera obligatoirement basé sur UN instant t, ne prenant pas en compte l’ensemble des instants qui ont influencés ou qui influenceront ses comportements.

        Cette logique permet d’envisager le monde de manière dynamique et évolutive. Si nous comparons un fleuve à l’évolution d’un individu dans le temps, il nous faudra comprendre le fleuve dans son ensemble pour avoir une réelle vision de ce qu’il est vraiment – ce qui est difficilement faisable – car nous n’avons qu’une vision partielle de ce fleuve. Notre analyse ne peut s’appuyer que sur le passé et le présent de ce fleuve et une somme gigantesque de facteurs déterminent son conditionnement.

        (Comment peut-on faire un jugement sur une personne que l’on vient de rencontrer s’il nous manque l’essentiel des données – c’est à dire le passé de cette personne – sans parler de toute la partie non visible qui pourrait être rattachée au subconscient d’une personne ou à une multitude d’éléments manquants pour un observateur extérieur).

        A mon sens, la logique temporelle ne nous permet pas d’émettre des critères de “vérités” et “d’erreurs”, elle permet juste de conceptualiser les autres formes de logique dans la dimension temps. C’est elle qui nous permet de voir le monde en mouvement, de faire des projections et de ne pas rester bloqué dans une vision statique du monde.

        Principe de causalité

        Pour aller encore plus loin et compléter la logique temporelle, le principe de causalité sera l’élément parfait. Ce principe est un peu prêt connu de tout le monde, il est lié à la notion de cause à effet. Cette logique part du principe qu’il y a une ou plusieurs cause(s) qui rentrent en compte dans le ou les effet(s) de l’état d’un objet, d’un phénomène ou d’une situation. Dit comme ça, on pourrait croire que c’est un peu complexe, je vous rassure, ça ne l’est pas qu’un peu.

        Pourtant, ceci est assez évident à comprendre pour les objets dont on connait l’histoire temporelle, car il est plus facile de comprendre qu’un objet est dans tel état, si l’on a connaissance de ce qu’il s’est passé dans la vie de cet objet. Le cerveau n’a ainsi pas besoin de faire appel à l’imaginaire et peut logiquement retracer le chemin parcouru dans le temps par l’objet pour qu’il en arrive à cet état précis, à un moment donné. Ainsi, toutes les choses dont on ne connait pas réellement l’historique peuvent échapper à la logique de cause à effet, même si ces choses sont extrêmement logiques et déductives. Chose aussi intéressante, cette logique permet à l’inverse de déterminer l’état d’un objet, d’un phénomène ou d’une situation dans un avenir proche en inversant le processus.

        Ex: “Je sais que si je lâche une pomme se trouvant dans ma main, elle tombera”.

        Si je connais les causes, je connais ainsi les effets avant qu’ils ne se produisent. Vous me direz, oui, c’est bien beau, mais quel est le rapport avec la logique binaire ? Et bien tout simplement que ce principe permet de bien mieux comprendre les raisons pour lesquelles l’état d’un objet est tel qu’il est. Cela permet d’approfondir l’image de ce qu’on observe dans toute sa complexité et sa beauté. Mais pour cela il faut effectivement connaitre et comprendre les causes qui régissent l’état de l’objet que vous observez, sans ça, vous ne pouvez comprendre ce que vous observez, vous ferez soit des raccourcis de pensées “ça doit sans doute être ça” ou des jugements expéditifs.

        En bref, la simplification à l’extrême de la logique binaire reviendra au galop. À mon sens, la posture la plus censée quand on parle d’une chose dont on ne connait pas vraiment les causes est de dire “je ne sais pas” et de ne surtout pas faire de jugement de valeur hâtif.

        Apprécier les points de vues

        Pour terminer en beauté, abordons la posture des points de vues. Ils ne fonctionnent pas seulement par le biais d’un raisonnement entre soi et soi même, mais doivent impérativement prendre l’avis d’autres points de vues. Pour cela, il va falloir ouvrir en grand nos “neurones miroirs” (appelés aussi par certains scientifiques ” neurones empathiques”). Vous l’aurez compris, il va falloir s’ouvrir à l’autre et échanger nos points de vues avec ceux de nos interlocuteurs, jusqu’ici, rien d’incroyable.

        Cependant, il nous faudra complètement effacer ou atténuer nos anciens réflexes causés par la logique binaire “j’ai raison – tu as tort”, pour véritablement apprécier les points de vues. Non seulement il faudra faire cet exercice extrêmement difficile pour certaines personnes étant habituées à fonctionner ainsi, mais qui plus est, il sera aussi nécessaire de nous détacher des images préconçues que nous nous faisons de la personne en face de nous. C’est à dire prendre en compte notre logique temporelle et le principe de causalité, qui ne nous permettent pas d’émettre le moindre jugement sur la personne que l’on a en face de nous si l’on est véritablement sincère dans notre démarche. Ainsi, l’on pourra s’initier à l’amélioration de notre propre raisonnement par le biais des autres.

        Ce processus est en effet indispensable, car notre point de vue que l’on pense être “VRAI”, ne l’est pas souvent en réalité. Tout simplement, car une multitude de données nous manque et ces paramètres qui nous échappent biaisent nos raisonnements. Élargir son point de vue ne veut pas dire “croire” sur parole, mais être en contact avec d’autres réflexions, d’autres manières d’envisager les problèmes et les solutions, d’autres chemins auxquels notre cerveau n’aurait pas eu accès. Cela peut s’apparenter à une posture humble quant a notre capacité d’analyse et de compréhension.

        Toutes ces différentes logiques et manières d’exploiter notre raisonnement s’imbriquent les unes aux autres et pourront permettre une vision certainement plus large et plus précise du monde qui nous entoure. La logique binaire n’est pas mauvaise en soi, elle est juste dépassée, donc à nous d’envisager le monde sous d’autres angles, d’autres manières d’envisager les problématiques et les solutions. La créativité fera le reste.

        Pour réellement finir, je tenais à vous préciser que cet article n’est qu’un point de vue parmi tant d’autres, qu’il est donné à l’appréciation de chacun, qu’il peut être considéré comme [VRAI] ou [FAUX] ou même [VRAI] et [FAUX] en même temps, voir peut-être, ni l’un , ni l’autre  . Ceci étant, j’espère quand même vous avoir apporté certaines pistes de réflexion que vous pourriez mettre concrètement en application dans votre vie quotidienne.

        P.S : Pour vous rendre réellement compte de l’omniprésence de la pensée binaire dans nos raisonnements, essayez de compter le nombre de raisonnements binaires que vous effectuez en une journée, vous verrez, c’est affolant.

        Article de
        Stéphane Hairy

        « Le quatrième singe »

  6. MDC68 says:

    Manifestement vous avez peu de connaissances sur les armes à feu. On peut tuer beaucoup plus :

    Quelques exemples :

    Woo Bum-Kon (1982) 57 morts
    Martin Bryant (1998) 35 morts
    Anders Behring Breivik (2011) 77 morts

    • Pierre says:

      C’est ça, vous connaissez tout, et les autres seraient tous des lapins de 6 semaine ! Le Tchad et le Centrafrique, ça vous dit quelque chose ?
      Je ne connais pas les scénarios des 2 premiers cas, mais à l’évidence le massacre imputé en totalité à Anders Behring Breivik en 2011,était un parfait false-flag.

      • MDC68 says:

        Anders Behring Breivik en 2011,était un parfait false-flag. C’est à dire ??

        Le massacre lui a été imputé parce que c’est lui qui a tiré. Qu’il était le seul à avoir tirer. Et qu’il l’a d’ailleurs reconnu.

        • Pierre says:

          Norvège attaques terroristes a False Flag: More Than One Shooter sur l’île; Oslo police forés Blasts bombe;

          Was It Revenge de l’OTAN pour la décision de la Norvège pour arrêter Bombarder la Libye?

          par Webster G. Tarpley, Ph.D. TARPLEY.net

          Washington DC, le 24 Juillet, 2011

          – Les attaques terroristes tragiques en Norvège afficher un certain nombre de signes révélateurs d’un drapeau provocation fausse. Il est rapporté que, bien que les médias du monde tentent de se concentrer sur Anders Behring Breivik comme un assassin solitaire dans la tradition de Lee Harvey Oswald, de nombreux témoins oculaires conviennent qu’un second tireur était actif dans le massacre du Utøya camp d’été des jeunes en dehors d’Oslo . Il a également mis en lumière qu’une unité spéciale de la police avait procédé à des exercices ou des exercices près de la maison d’opéra dans le centre d’Oslo qui a impliqué la détonation de bombes pendant 2010- exactement ce qui a causé l’effusion de sang à quelques centaines de mètres, ce vendredi. D’autres recherches révèlent que les agences de renseignement des États-Unis ont mené des un programme à grande échelle de recrutement de policiers norvégiens retraités dans le but présumé de mener une surveillance à l’intérieur du pays. Ce programme, connu sous le nom Unités de détection de surveillance SIMAS, a fourni un véhicule parfait pour la pénétration et la subversion de la police norvégienne par l’OTAN.

          Un motif de l’attaque est également présent: dans le cadre de sa tentative de monter une politique étrangère indépendante, y compris la reconnaissance diplomatique imminente d’un Etat palestinien dans le cadre d’un rapprochement général avec le monde arabe, la Norvège menait les plus petits pays de l’OTAN à l’abandon de la coalition agresseur impérialiste bombardant actuellement la Libye. La Norvège a été programmé pour arrêter tous les bombardements et autres sorties contre les forces de Kadhafi comme hors du 1er Août au plus tard.

          dépêches sous la forme d’une série de biens ou trafiqués qui documentent – Enfin, l’opération de repaire limitée CIA connue sous le nom de Wikileaks a déjà fourni un cas off-the-shelf préfabriquée pour incompétence et malversations contre le gouvernement norvégien actuel qui est en train de faire toutes ces choses la prétendue négligence de ce gouvernement face à la menace terroriste, le tout dans la vue des fonctionnaires du Département d’Etat américain.

          VG d’Oslo: « Plusieurs » témoins oculaires dire qu’il y avait deux tireurs sur l’île

          Comme indiqué, la presse mondiale et les médias de l’école anglo-américaine ont immédiatement lattée sur Breivik comme un seul casting assassin archétypal dans le moule de Lee Harvey Oswald, Sirhan Sirhan, et tant d’autres. Le problème pour les mythographes terroristes est que, Dans la plupart de ces cas, il est crédible à des preuves accablantes que ces chiffres ne pouvaient pas avoir agi seul. Parmi les assassins de prêt plus récentes, Breivik pourrait être comparé au major Nidal Hasan de Fort Hood, au Texas, dont la frénésie tir remonte à Novembre 2009. Hasan est accusé d’avoir tué sept personnes. A l’époque, il a été jugé remarquable que Hasan avait réussi à tuer tant de soldats armés sur la base militaire. Mais les premiers rapports ont suggéré qu’il y avait un ou deux autres tireurs en plus de Hasan. Comme il arrive souvent, ces tireurs supplémentaires ont été rapidement effacés du récit médiatique hégémonique. 1

          Dans le cas de la Norvège, la preuve que Breivik n’a pas été le seul à réclamer son bilan terrible des victimes est claire et convaincante. Voici quelques extraits d’un rapport publié par le journal Oslo VG :

          « Plusieurs des jeunes qui étaient au Utøya le drame de tir, dit VG qu’ils sont convaincus qu’il doit y avoir eu plus d’un auteur. Marius Helander Roset croit la même chose: – Je suis sûr qu’il y avait des tirs à partir de deux endroits différents sur l’île en même temps, dit-il.

          Témoins: – Il y avait deux personnes

          La police croit que Anders Behring Breivik (32) est l’auteur qui était habillé comme un policier, et l’ ont inculpé pour deux attaques terroristes. Les jeunes interrogés par VG décrivent un auteur supplémentaire – qui ne portait pas un uniforme de police. La personne les suivait autour était de 180 centimètres de haut, avait les cheveux noirs épais et un aspect nordique. Il avait un pistolet dans sa main droite et un fusil sur son dos. – Je crois qu’il y avait deux personnes qui tiraient, dit Alexander Stavdal (23) ….

          Lors de la conférence de presse samedi matin a ouvert la police a déclaré qu’il pourrait y avoir eu plusieurs auteurs et a souligné qu’il ya une enquête en cours.  » 2

          La présence d’un second tireur est bien sûr le plus gênant pour la théorie de l’assassin solitaire, car il représente la preuve irréfutable d’un complot criminel, la chose même dont la couverture médiatique est généralement soucieux d’éviter. Dans le cas de la Norvège, les rapports d’un second tireur semblait être assez persistant 36 heures après l’événement principal de manière à maintenir un certain espoir que la totalité de la version officielle peut être ramené sur ce point particulier.

          La police avait Foré Réglage des bombes dans la même zone de cours de 2010

          Un autre signe révélateur critique d’une opération sous fausse bannière est la tenue d’exercices ou d’exercices -allegedly à des fins de lutte contre le terrorisme – par la police ou l’armée en même temps que l’attaque terroriste, ou peu de temps avant le début de l’attaque réelle de terreur. Parfois, les exercices ou des exercices terroristes devraient commencer peu après le moment où l’attaque terroriste réelle se produit. Pour les actions terroristes à grande échelle, que les attaques en Norvège ont été, il est pas rare que les exercices pour bien se produire à l’avance – 9/11, par exemple, est le résultat des capacités qui avaient été construites sur une période de plusieurs années, ainsi que des exercices futurs d’étirement et en 2002. Dans ces cas, il est souvent découvert que l’exercice ou l’exercice anti-terroriste soi-disant contient une action simulée ou un événement qui ressemble fortement à l’attaque terroriste du monde réel, celui qui tue effectivement gens. Les médias seront ensuite se référer à une coïncidence étonnante ou un hasard étrange, mais la réalité est que le forage de la terreur a été prise en direct ou retournée en direct sous la forme de véritables massacres. Une fois que le forage a eu lieu, les capacités, le matériel, etc., qu’elle a créé peut rester en place à mobiliser au moment voulu. Le secret est que le foret sanctionnée par la loi a été utilisé à la conduite ou bootleg la boucherie réelle à travers une bureaucratie gouvernementale dont les ressources sont nécessaires pour exécuter la terreur, mais dans lequel il y a beaucoup de fonctionnaires qui ne peuvent pas être autorisés à savoir ce qui se passe.

          Les événements Norvège fournissent une illustration très claire de ce principe. A Oslo, une bombe puissante a explosé dans ou à proximité du bâtiment qui abrite le bureau du Premier ministre. Exactement comme nous pourrions nous attendre, la police spéciale anti-terroristes avaient été forent déclencher des bombes dans une partie voisine de la capitale norvégienne à l’ avance, en particulier au cours de 2010. Le public n’a pas été informé à l’ avance, mais a constaté ce qui se passait quand ils ont commencé l’ audition des bombes dans le quartier de l’ opéra, à moins d’un kilomètre du bureau du premier ministre qui a été attaqué vendredi. Voici un rapport du journal Aftenposten :

           » Des policiers armés ont été vus dans la zone autour de la maison d’opéra à Oslo, et de violentes explosions pouvaient être entendus sur de grandes parties de la ville. Personne ne savait que tout cela était une question de pratique. La Section de l’ information de la police d’ Oslo regrette profondément que le public n’a pas été mis au courant de l’exercice apparemment dramatique … .Il était l’équipe d’urgence, l’unité spéciale de la police nationale contre le terrorisme, qui effectuait un forage dans la zone bouclée au quai Bjørvika . Selon un communiqué de presse de la police, près d’ un jour après l’exercice, l’exercice consistait en une formation dans la détonation contrôlée de charges explosives … .Le exercice se poursuivra pendant le reste de la nuit de mercredi et quelques autres explosions sont attendus … .La l’ exercice a suivi un modèle familier pour toutes les forces anti-terroristes dans le monde entier: les hommes se réduit à partir du plafond et en travers la fenêtre qui vient d’ être soufflé, alors ils ont tiré la main de leurs armes « . 3

          Peter Power de Visor Consultants a déclaré à BBC Radio Five dans le sillage des métro attentats de Londres du 7 Juillet 2005, que son entreprise avait été conduite un exercice basé sur les explosions qui partaient sensiblement les mêmes stations du métro de Londres à la même heure lorsque le de véritables explosions avaient effectivement eu lieu. Les événements norvégiens présentent le même genre de coïncidence étrange.

          A Motive: Norvège avait décidé d’arrêter Bombarder la Libye Août 1

          Les cibles des attaques norvégiennes terroristes sont expressément politique, y compris les bureaux du gouvernement et un camp de jeunesse d’été du Parti travailliste au pouvoir, et soulignent ainsi dans le sens de la politique. Le gouvernement de la Norvège est actuellement une coalition composée du Parti travailliste, le Parti socialiste de gauche et le Parti du Centre. La Norvège a traditionnellement tenté de cultiver une politique étrangère pro-arabe, comme on le voit dans son parrainage des accords de paix d’Oslo entre le Premier ministre israélien Rabin et le dirigeant palestinien Yasser Arafat dans le milieu des années 1990. Le gouvernement actuel a annoncé son intention d’accorder la reconnaissance diplomatique à un Etat palestinien dans un avenir proche. Lorsque la déstabilisation de la Libye a commencé Février dernier, le ministre norvégien des Affaires étrangères Jonas Gahr Støre du parti travailliste a mis en garde les partenaires de la Norvège dans l’alliance de l’OTAN contre vous impliquer.

          Mais peu après, la Norvège a cédé aux pressions américaines et a accepté de participer à l’attentat de l’OTAN de la Libye pour une période initiale de trois mois, l’envoi de six avions qui ont effectué environ 10% de tous les raids de bombardement montés par l’Alliance atlantique. Cependant, comme la fin de son engagement de trois mois avait passé, la Norvège avait réduit son contingent à quatre avions durant le mois de Juillet, et avait annoncé le 10 Juin qu’il envisageait de se retirer complètement de la coalition de bombardements de l’OTAN au plus tard Août 1.

          La décision de la Norvège d’abandonner la coalition d’attaque de l’OTAN a été associée à un mouvement similaire par les Pays-Bas, qui a été annoncé le même jour de Juin 10. Les Pays-Bas ont décidé de maintenir leur contingent de six avions, mais ne prendra plus part en bombardant des attaques contre des cibles au sol. Désormais, les Néerlandais sont prêts seulement pour aider à faire respecter la zone d’exclusion aérienne par le biais d’interdiction aérienne. Il y avait donc le potentiel que l’exemple de la Norvège pourrait déclencher une tendance générale par les petits pays de l’OTAN de quitter la coalition de bombardement, dans lequel leur présence collective est très importante.

          Des personnalités du gouvernement norvégien ont été parmi les premiers à contredire le raisonnement supposé pour le bombardement de l’ OTAN, tout en exhortant les négociations: « La solution aux problèmes en Libye sont politiques, ils ne peuvent pas être résolus par les seuls moyens militaires, » Premier ministre norvégien Stoltenberg a déclaré aux journalistes réunis pour une conférence à Oslo le 13 mai «Nous sommes très soutenons tous les efforts pour trouver une solution politique aux défis auxquels nous sommes confrontés en Libye » , at – il ajouté. Le gouvernement de la Norvège … engagé à réduire son rôle dans les frappes aériennes de l’ OTAN orchestrées sur la Libye après son engagement actuel de trois mois se termine le 24 Juin 4

          Ce fut la politique de l’ensemble du gouvernement norvégien: « La Norvège réduire sa contribution chasseur à réaction en Libye de six à quatre avions et se retirer complètement de l’opération dirigée par l’ OTAN par le 1 août, le gouvernement a déclaré vendredi …. Ministre de la Défense Grete Faremo a dit qu’elle attend la compréhension des alliés de l’ OTAN parce que la Norvège dispose d’ une petite armée de l’ air et ne peut «maintenir une contribution importante chasseur à réaction pendant une longue période. » De la force aérienne de la Norvège, dit quant à ses jets F-16 ont effectué environ 10 pour cent des frappes aériennes de l’ OTAN en Libye depuis Mars 31. les parties au sein du gouvernement de coalition de centre-gauche de la Norvège avait été en désaccord sur l’ opportunité de prolonger la participation du pays, qui devait expirer Juin 24. la faction la plus gauchiste au sein du gouvernement, la gauche socialiste Parti, opposé à une extension, mais un compromis a été atteint pour rester dans l’opération jusqu’à 1 août avec moins d’ avions. « Il est sage de mettre fin à la Norvège contribution chasseur à réaction. Maintenant , la Norvège devrait appliquer ses efforts pour trouver une solution pacifique en Libye « , a déclaré député Parti socialiste de gauche Baard Vegar Solhjell. ‘ 5

          Département d’Etat Plaint du «manque d’engagement» de la Norvège à l’aventure libyenne

          La décision de la Norvège d’arrêter la guerre contre la Libye, la première du genre par un membre de l’Alliance atlantique, a attiré l’attention des observateurs diplomatiques, dont a commenté que le gouvernement actuel à Oslo a préconisé «une approche nettement plus pacifique les politiques mondiales par le gouvernement norvégien …. [malgré] la pression récente des États – Unis sur la Norvège à contribuer davantage à la campagne militaire en Libye. La Norvège a résisté que la pression et la pression pour une approche plus pacifique aux attaques de l’ OTAN sous commandement américain sur la Libye et a refusé de fournir des armes à l’ OTAN, a finalement annoncé le mois dernier que la Norvège quitterait son rôle militaire en Libye par Août 1. En Mars, comme les Etats – Unis rallier le soutien unilatéral à envahir la Libye, le ministre norvégien des affaires étrangères Jonas Gahr Støre a été l’ un des rares pays à mettre en garde les Etats – Unis contre une intervention armée en Libye. Norvège initialement fourni six avions de combat pour les opérations en Libye et a réalisé environ 10% des grèves Libye depuis le 19 Mars. Cependant, les responsables américains du doigt la Norvège et le Danemark pour leur «manque d’engagement» à la mission pour évincer Kadhafi … Autres liens Norvège-Libye comprennent des intérêts majeurs de pétrole et liées aux engrais de la Norvège en Libye: l’entreprise publique norvégienne Statoil, qui a environ 30 employés dans ses bureaux de Tripoli …. les entreprises [de la Norvège] ont mené d’ importantes opérations commerciales en Libye, en coopération avec le régime de Kadhafi « . 6

          Au stade actuel de l’enquête, la meilleure estimation d’un motif pour les attaques norvégiennes est de punir le pays pour sa politique étrangère indépendante et pro-arabe en général, et pour son rejet de la coalition de bombardements de l’OTAN déployées contre la Libye en particulier.

          Sont SIMAS unités de détection de surveillance du Nouveau Gladio pour la Norvège?

          Etats – Unis et l’ intelligence de l’ OTAN se sont révélés posséder des capacités extraordinaires à l’ intérieur de la Norvège, dont beaucoup peuvent être opérant en dehors du contrôle du gouvernement norvégien. Au début de Novembre 2010, la chaîne de télévision TV2 Oslo exposé l’existence d’un vaste réseau d’informateurs actifs et de renseignement américains payés recrutés dans les rangs de la police à la retraite et d’ autres fonctionnaires. Le but ostensible de ce programme était la surveillance des Norvégiens qui ont pris part à des manifestations et d’ autres activités critiques des États-Unis et de ses politiques. Un des Norvégiens recrutés était l’ancien chef de la section anti-terroriste de la police d’ Oslo. 7 Bien que l’objectif était soi – disant simplement la surveillance, il est possible d’imaginer d’autres et beaucoup plus sinistres activités qui pourraient être réalisées par un tel réseau de retraite flics, y compris l’identification et la subversion des pommes pourries sur les forces de police en service actif. Certaines des capacités d’un réseau de ce type ne serait pas totalement étranger à ce genre d’événements qui viennent de se produire en Norvège.

          Le nom officiel pour le type de cellule d’espionnage dont les États-Unis a été crée en Norvège est l’unité de détection de surveillance (SDU). Le SDU à son tour fonctionner dans le cadre du système de sécurité de gestion des incidents Analyse (SIMAS). SIMAS est connu pour être utilisé pour l’espionnage et de surveillance par les ambassades américaines non seulement dans le bloc nordique de la Norvège, le Danemark et la Suède, mais dans le monde entier. Les événements terroristes soulèvent également la question de savoir si SIMAS a une dimension opérationnelle. Serait-ce dispositif représente une version moderne de la guerre froide rester derrière les réseaux mis en place dans tous les pays de l’OTAN et les mieux connus sous le nom de la branche italienne, Gladio?

          Le gouvernement norvégien a besoin de savoir. Jusqu’à présent, les ministres norvégiens ont affirmé ne jamais approuvé le réseau SIMAS de SDU. « Nous ne savions pas à ce sujet, » revendiqué ministre de la Justice Knut Storberget de la Norvège et le ministre des Affaires étrangères Jonas Gahr Støre en chœur. Hillary Clinton a déclaré au contraire que les Norvégiens avaient été informés.

          Wikileaks Limitée Hangout CIA A Raison d’être Renverser le gouvernement de la Norvège

          Merci de documenter les décharges par la CIA filiale repaire limitée généralement connu sous le nom de Wikileaks, un chemin évident pour l’utilisation des attaques terroristes norvégiennes comme une justification pour renverser le gouvernement actuel a déjà été fourni. câbles réels ou trafiqués Département d’Etat obligeamment mis à disposition par Wikileaks dépeignent le gouvernement norvégien que l’OTAN hait comme une collection de bousilleurs et inadaptés, incapables de prendre des mesures efficaces pour assurer la sécurité nationale du pays.

          Certains de ces tableaux ont été publiés dans le sillage immédiat des attaques terroristes par le London Daily Telegraph , un journal réputé proche des milieux du renseignement de l’ OTAN. Selon cet article, tandis que «parler d’ une tentative par le Service de sécurité de la police (PST) pour suivre une cellule particulière soupçonnée d’ Al – Qaïda de la terreur, un câble écrit par l’ambassadeur américain en Norvège, Barry White, décrit [comment les autorités norvégienne] … a refusé l’aide des autorités britanniques pour mettre la surveillance sur un suspect potentiel et ajoute: « non seulement ils pas mettre leurs propres ressources sur lui … mais ils ont aussi tout simplement refusé l’offre de la visite au Royaume – Uni intel services de deux équipes de surveillance de douze personnes. » le câble continue à dire le Royaume – Uni et les services de renseignement américains ont analysé codés conversation entre les suspects de terrorisme et ont décidé qu’il méritait surveillance. Mais, dit le câble, « PST plutôt trouvé un moyen d’interpréter la même conversation codée traduits dans une lumière plus rose, moins menaçant, une interprétation qui n’a guère de sens aux États – Unis ou au Royaume – Uni.» «Un catalogue de même les échecs les plus récents et fiascos du FBI et de la CIA dans la soi-disant guerre contre le terrorisme permettrait de mettre ces jugements hypocrites dans une perspective appropriée, mais il serait également trop volumineux pour être ajoutés ici.

          Un autre particulier dommageable semble fait à l’ordre pour une tentative de blâmer l’incompétence alléguée du gouvernement norvégien pour l’attentat d’Oslo: «La note révèle aussi comment, en dépit apparemment avoir une surveillance sur le suspect, le PST a perdu la trace de l’équipement de fabrication de bombes qui a été stocké dans un appartement après qu’il a été apparemment enlevé sans le rende compte des enquêteurs. Le PST a ensuite omis de suivre un suspect pendant 14 jours parce que l’enquêteur affecté à lui fut appelé sur un autre emploi. La note conclut: «Le PST est en dessus de sa tête … il ne peut tout simplement pas continuer. » ‘

          Une autre note du département d’ Etat prodiguées par Wikileaks, soi – disant écrite en 2007 … ajoute: «L’évaluation de la menace policière officielle (PST) … stipule que les organisations terroristes internationales ne sont pas une menace directe contre la Norvège. Une note écrite en 2008 montre comment les Etats – Unis estimé que la Norvège n’a pas été éveillé à la possibilité d’une attaque terroriste potentielle. Le câble se lit: «Nous pressons à plusieurs reprises les autorités norvégiennes à prendre le terrorisme au sérieux. Nous chercherons à poursuivre sur cette lancée pour lutter contre le sentiment encore répandue que le terrorisme se passe ailleurs, pas en Norvège pacifique »Et un câble écrit l’an dernier ajoute: ». Le PST toujours considéré le Danemark comme plus d’une cible que la Norvège, pour des raisons très spécifiques à la controverse sur les caricatures.  » 8

          Le gouvernement de la Norvège a besoin de passer à l’offensive et d’établir toute la vérité de ce qui vient de se produire. Dans le cas contraire, que le gouvernement est susceptible de succomber à la campagne orchestrée à l’échelle internationale que les documents de Wikileaks annoncent clairement.

          Les références

          1 http://tarpley.net/2009/11/16/nidal-malik-hasan-of-virginia-tech-bethesda-ond-fort-hood-a-major-patsy-in-a-drill-gone-live

          2 Voir RIA Novosti, le 23 Juillet 2011, http://en.rian.ru/world/20110723/165350450.html ;
          – Du VG site: « Flere av ungdommene som var på Utøya sous skytedramaet forteller til VG à de er overbevist om det à må ha vært mer enn én gjerningsmann. Det Mener også Marius Helander Roset. «  » Om overbevist de Jeg à det var à personer som skjøt, sier Aleksander Stavdal (23). «  » Vedkommende var i Folge dem rundt 180 cm Høy, hadde tykt mørkt hår og så nordisk ut. Han hadde en pistolet i høyrehånden og et gevær på Ryggen.  »
          http://www.vg.no/nyheter/innenriks/oslobomben/artikkel.php?artid=10080627

          3 « Politiet Dose å informere om øvelse: Anti-terrorpolitiet avfyrte sprengladninger sous en øvelse midt i Oslo, à Hundre mètres fra Operaen, les hommes gi å Dose beskjed til publikum, » Aftenposten , c. 20 juillet 2011, http://mobil.aftenposten.no/article.htm?articleId=3569108

          4 « solution Libye plus politique que militaire-Norvège, » Reuters, 13 mai 2011,
          http://www.trust.org/alertnet/news/libya-solution-more-political-than-military-norway/

          5 « pour quitter la Norvège opération en Libye par Août, » AP, le 10 Juin 2011,
          http://www.signonsandiego.com/news/2011/jun/10/norway-to-quit-libya-operation-by-august/

          6 Irony Tragic Surrounds Oslo Bombardement, Phuket Parole , le 23 Juillet 2011,
          http://www.phuketword.com/tragic-irony-surrounds-oslo-bombings

          7 Thomas Borchert, « US-Geheimdienst mit Nordfiliale: USA lassen Norweger überwachen, » Deutsche Presse-Agentur, le 4 Novembre 2010.

          8 Mark Hughes, « fichiers WikiLeaks montrent la Norvège préparés à une attaque terroriste: le service de renseignement de la Norvège avait déjà été critiqué pour son incapacité à garder une trace de cellules soupçonnées de terrorisme et le pays a été ressenti d’être complaisants à propos de la perspective d’une attaque terroriste, les câbles secrets de les fichiers de WikiLeaks révèlent,  » Daily Telegraph de Londres , le 22 Juillet, 2011.

          http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/norway/8655964/WikiLeaks-files-show-Norway-unprepared-for-terror-attack.html

        • Pierre says:

          Agora Vous
          Samedi 30 juillet 2011
          – par Catherine Segurane

          Les attentats de Norvège : des opérations sous « false flag » ?

           
          Ils apparaissent bien mystérieux, ces deux attentats de Norvège, bien difficiles à attribuer à un seul homme. Anders Behring Breivik (maintenant ABB) aurait tué près de 90 personnes à lui tout seul. De plus en plus d’observateurs s’interrogent et soulignent les zones d’ombre de ces deux affaires.


          Voici quelques une de ces zones d’ombre :

          Le Gaulois s’interroge sur l’explosion survenue dans le quartier des ministères à Oslo. Elle viendrait, nous dit-on, d’un attentat à la voiture piégée, mais les images que l’on peut voir ne montrent rien de caractéristique d’un tel attentat. Pas de cratère dans la chaussée. Pas de voiture explosée, en tous cas on ne nous en montre pas. Il faut se contenter d’une image de voiture renversée et noircie. D’autres images nous montrent des immeubles qui brûlent dans les étages, ce qui est difficilement compatible avec une explosion au sol. De plus, au vu des importants dégâts dans le quartier, et si l’on s’en tient à l’hypothèse que l’explosif était fabriqué à partir d’engrais, la quantité nécessaire ne pouvait être transportée par un seul homme dans des contitions de secret suffisantes (ou alors, l’explosif n’était pas celui-là).

          Infoguerrilla s’interroge sur un mystérieux exercice « d’entraînement » organisé (en principe) par la police d’Oslo avec un certain sens de la prémonition, puisque l’exercice ressemblait à l’attentat qui allait survenir. La police a dû s’excuser publiquement pour ne pas avoir informé le public sur l’exercice. L’article formule sans ambage son hypothèse :

          « Bien qu’il soit trop tôt pour juger de la nature de cet exercice, la conduite d’un exercice, qui donne à l’état une excuse si des preuves de complicité dans l’attaque réelle émergent, a été évidente dans de précédents événements terroristes majeurs, y compris les 7/7 et 9/11. »

          El Watan s’interroge sur la raison d’être du talkie-walkie utilisé sur l’île par ABB, selon plusieurs témoins. Pour communiquer avec qui, puisqu’il parait qu’il a agi seul.

          Nation.be dresse toute une liste de questions gênantes, dont voici quelques unes :

          d’après les calculs de l’auteur, ABB, pour le massacre de l’île, a eu besoin au moins 20 chargeurs de 30 cartouches. A-t-on retrouvé ces chargeurs ? Comment les a-t-il transportés ? Où se les est-t-il procuré ? Comment a-t-il pu arriver sur l’île avec ce grand nombre de munitions et son arme de guerre (un fusil mitrailleur Ruger) sans attirer l’attention ? Comment a-t-il pu se procurer ces munitions qui, de plus, étaient très spécifiques car explosives (selon les médias). Comment a-t-il pu acquérir une arme de guerre capable de tirer en rafale ?
          Comment un homme sans formation militaire ou chimique poussée a-t-il pu transformer 6 tonnes d’engrais en centaines de kilos d’explosifs ? Comment a-t-il pu fabriquer un dispositif de déclenchement qui a fonctionné parfaitement ? Comment Breivik a-t-il pu mettre seul des centaines de kilos d’explosifs dans un véhicule (dont on ne connait toujours rien aujourd’hui) et comment a-t-il pu le garer dans une zone sensible sans attirer l’attention ? D’autant plus que la rue était théoriquement fermée à la circulation, pour cause de travaux sur le réseau d’égouts.
          L’argent : Comment cet individu, dont on dit qu’il avait rentré une récente déclaration d’impôts le signalant « sans revenus », a-t-il pu vivre depuis 2009 et financer son délirant projet ? Comment a-t-il pu payer aussi longtemps, la location de sa ferme (1250 € par mois) ? Comment a-t-il pu payer les six tonnes d’engrais chimiques qui lui auraient servi à la fabrication de sa bombe et qui ont dû lui coûter au minimum 24.000 € ? Comment a-t-il pu acheter le véhicule qui aurait servi à transporter la bombe et dont à ce jour, on n’a toujours ni le type, ni la marque, ni la couleur ? Comment a-t-il payé une arme de guerre et les nombreuses munitions qu’il a utilisées ?
          L’attitude de la police est une série de manquements dont on finit par se demander s’ils sont innocents
          Le niveau de technicité des attentats et leur macabre « réussité » conduisent à voir la main de professionnels derrière ABB, qui serait manipulé sans en être forcément conscient.

          Parmi les services qui pourraient être à l’origine de l’attentat, le Mossad (services secrets israéliens) est l’un des premiers suspectés, en particulier par cet article d’Infoguerrilla, puisque la Norvège se caractérise par une politique étrangère indépendante de Washington, et favorable aux revendications palestiniennes.

          Cet autre article du même site voit dans les attentats un possible rappel à l’ordre de la CIA à une Norvège trop indépendante diplomatiquement. Il rappelle aussi la présence sur place d’un islamiste dangereux en la personne du mollah Krekar, et souligne qu’une alliance CIA/islamistes n’est pas chose inconnue :

           » Les membres du groupe de Krekar, Ansar Al-Islam, sont des vétérans de la guerre de coopération CIA-ISI (NdT : services secrets pakistanais) contre les soviétiques en Afghanistan. »

          Nations.be voit quatre pistes possibles : israëlienne, américaine, européenne et islamiste. Il souligne en tous cas que  » l’ensemble de l’opération nécessitait des complicités au sein de l’appareil de sécurité norvégien. »

          Cet article clonclut :

          « Quelque soit le véritable scénario, il semble en tous les cas tout à fait possible qu’on soit en face d’une opération complexe de type « false flag » (fausse bannière). Il s’agit d’actions menées avec utilisation des marques de reconnaissance de l’ennemi, dans le cadre d’opérations spéciales.

          Le but étant soit de discréditer l’ennemi, soit d’avoir un prétexte pour l’une ou l’autre action, soit enfin de lancer un « message » au pays visé sans apparaître directement et ainsi permettre une négociation future.

          « Scénarios à dormir debout ! »nous diront certains.

          En tous les cas, ces scénarios ne sont pas plus incroyables que celui qui veut nous faire croire qu’un homme seul, aux moyens financiers limités, a pu réaliser des attaques aussi sophistiquées, le même jour. »

  7. Pierre says:

    11 signes pour reconnaitre une opération sous fausse bannière (false flag)

    Tout au long de l’histoire, diverses versions d’attentats sous fausse bannière (« false flag » en anglais, terme que je garderai dans la traduction) ont été utilisées avec succès par les gouvernements pour diriger la force du peuple vers la finalité recherchée par la classe dirigeante. Selon les époques, la finalité peut être la guerre ou la restriction des libertés civiles privées et des droits humains basiques ou un agenda économique.

    En fait, les false flags peuvent prendre toute une variété de formes – nationales ou en rapport avec la politique étrangère, à petite ou grande échelle, économiques ou politiques, et avec de nombreux autres buts qui peuvent souvent se fondre les uns dans les autres. Chacun peut servir un dessein spécifique et peut être ajusté et adapté en vue de ce dessein spécifique selon ce qu’exigent les conditions de la communauté.

    Par exemple, l’attaque aux armes chimiques qui a eu lieu en août 2013 en Syrie peut servir d’exemple pour un false flag à l’étranger prévu pour stimuler la ferveur des américains vers la guerre, sur la base de laResponsability to Protect (ou R2P, le Devoir de Protection, établi en 2005 par les Nations-Unies, NdT) comme pour le golfe du Tonkin.

    Au plan national, un false flag à grande échelle comme celui du 11 septembre peut servir à susciter un soutien massif du public pour la guerre et une volonté populaire d’abandonner des libertés civiles, une procédure constitutionnelle et les droits humains. Les false flags économiques peuvent prendre la forme de « paralysies du gouvernement » fabriquées ou de « défauts de paiement du gouvernement » conçues pour créer une demande d’austérité ou autres solutions en faveur de Wall Street. Enfin, les false flags nationaux à petite échelle comme Sandy Hook ou Aurora, impliquent souvent la mise en place de mesures de contrôle des armes ou un état policier plus important.

    Il existe, bien sûr, de nombreuses versions différentes d’attentats par false flags et aucun ne correspondra exactement à un classement précis dans la rubrique « false flags ». Comme exposé ci-dessus, certains false flags peuvent en fait contenir un élément de chacune des différentes versions listées précédemment, aussi bien en termes de méthodologie que de but.

    Cela dit, il est également vrai, malgré une possibilité constante d’attentats par false flags massifs, qu’on en voit se produire à petite échelle sous l’apparence de « tireurs » (le plus souvent la variété des « tireurs isolés » ou « tireurs fous »), que la classe dirigeante et ses porte-paroles médiatiques ont utilisé avec beaucoup d’efficacité ces dernières années. Bien que l’échelle des attaques ait diminué, leur fréquence a rapidement augmenté.
    Cependant, en raison d’une recrudescence de médias alternatifs et d’une communauté de recherche, au fur et à mesure du lancement des attaques, il se publie une volée de démolition des récits officiels. À côté de nombreuses critiques absolument non crédibles de la version officielle des événements, frisant la paranoïa et l’invraisemblance, on trouve des articles de chercheurs qui peuvent exposer le false flag pour ce qu’il est. D’ailleurs, c’est pour cette raison que les false flags ont dernièrement essuyé de sérieux revers en terme d’efficacité et que c’est toujours le cas.

    Comme l’attaque est prévue pour instiller la peur, la panique et une réponse téléguidée de la part du public, il est important de déconstruire le récit de cette attaque tel qu’il est présenté. Nous ne pouvons cependant pas passer simplement notre temps à tenter d’exposer et déconstruire toutes les attaques par false flag. Nous ne pouvons ignorer les grands problèmes, les batailles où l’on sort vainqueurs et les revendications qui doivent être faites simplement pour exposer tous les false flags. Nous ne pouvons ignorer le feu de forêt en éteignant un feu de broussailles occasionnel. Le false flag, après tout, n’est qu’un symptôme de la maladie.

    Il est important pour cette raison de permettre au public de reconnaître le false flag lui-même, pas uniquement les éléments contestables d’un false flag en particulier qui sera bientôt suivi d’un nouveau. Nous devons nous former et former le public à reconnaître les signes d’un false flag quand il se produit et ainsi rendre l’attentat neutre.

    Ce qui suit est une liste des éléments les plus courants d’un attentat par false flag auxquels on devrait prêter immédiatement attention dans le cas d’un nouvel accident qui jouera sur la corde sensible et les émotions des gens.

    1. Envergure de l’événement :

    la première question à se poser sera « Est-ce un accident à haut profil ? » La réponse, bien sûr, est tout à fait évidente. Si l’attaque se passe au World Trade Center avec explosion et effondrement des bâtiments, ou à la Maison Blanche ou au Pentagone, c’est clairement un haut niveau. Donc le lieu peut être pris en considération. Dans d’autres circonstances, l’acte-même peut être un facteur majeur comme dans le cas de l’école primaire de Sandy Hook, endroit sans importance au plan national, mais acte horrible qui a fait néanmoins les gros titres nationaux. Le facteur le plus important est sans conteste l’attention des médias. Quel que soit le lieu ou l’acte, si les médias récupèrent l’histoire et la répandent en simultané sur toutes les grandes chaînes majeures, l’accident peut être vu comme un « événement à haut profil ».

    2. Récits qui changent :

    dans les cercles informés de recherche, il est bien connu que l’information qui sort peu après l’événement est en général la plus fiable. Il faut aussi tenir compte de la confusion qui règne à cause de l’affolement des témoins. Malgré tout, l’information primitive n’a pas été sujette à une révision complète des médias, ce qui se produira forcément quand l’histoire sera moulée pour s’adapter au récit mis en avant par les individus qui ont dirigé l’attaque aux plus hauts niveaux ou qui ont au moins des liens avec ceux qui peuvent contrôler le moyen de faire rapporter l’événement par les divers médias.

    Par exemple, au moment des attentats, les rapports initiaux peuvent signaler 5 tireurs. Très peu de temps après, on peut n’en mentionner que deux. Rien que quelques heures après l’attentat, toute référence à plus d’un tireur a entièrement disparu, il ne reste plus dans l’affaire qu’un « tireur isolé ». On ridiculise toute mention ultérieure d’autres tireurs comme une « théorie de la conspiration ».

    3. Manœuvres d’entraînement en simultané :

    une marque de fabrique d’une opération false flag est le déroulement de manœuvres d’entraînement peu de temps avant ou pendant l’attaque. Ces manœuvres impliqueront souvent une séquence d’événements qui se passent pendant l’attentat proprement dit. Ces manœuvres d’entraînement ont eu lieu pendant des false flags à grande échelle comme le 11 septembre ainsi que pendant des attaques à plus petite échelle comme la tuerie d’Aurora.

    Par exemple, comme le documente Webster Tarpley dans son livre 9/11 Synthetic Terror : Made in USA(11 septembre, Terreur de synthèse, fabriqué aux USA), au moins 46 manœuvres étaient en cours dans les mois précédant le 11 septembre et le matin même de l’attaque. Ces 46 manœuvres avaient toutes un rapport d’une manière ou d’une autre avec les événements qui se sont passés le 11 septembre. De même pendant les attentats à la bombe du 7 juillet 2005 à Londres, des manœuvres étaient en cours avec exactement le même scénario que ce qui s’est produit exactement aux mêmes heures et aux mêmes endroits.

    Bien qu’un prétexte puisse l’emporter sur l’autre selon la nature et le but de l’opération, les manœuvres d’entraînement sont utiles aux créateurs de false flag pour au moins deux raisons. La première est de provoquer une confusion intentionnelle quand les manœuvres se passent pendant l’attaque réelle. L’autre, d’un aspect plus rentable, est de se servir des manœuvres comme d’une couverture pour programmer l’attaque ou même donner le « feu vert » quand c’est le moment de lancer l’événement. Qui plus est, elles fournissent aux auteurs du programme un élément de couverture, surtout avec la structure compacte de la chaîne hiérarchique de commande de l’agence de renseignements/de l’armée et le besoin de rester informé. Si un officier de l’armée ou un agent des services secrets tombe par hasard sur le planning de l’attaque, on peut toujours dire que ces individus n’étaient que des témoins du programme de l’exercice d’entraînement. Cette réfutation se poursuit jusqu’au « feu vert » des manœuvres. Après achèvement de l’attentat false flag, l’hypothèse de la coïncidence servira à expliquer les tragiques résultats.

    4. Cui bono ?

    La question la plus importante à se poser immédiatement après un accident à haut profil est « cui bono ? » ou « à qui bénéficie le crime ? » Si on peut voir un évident bénéfice du gouvernement, d’une société ou d’une banque, l’observateur devient alors capable d’y voir clair immédiatement. On peut répondre à nombre de ces questions en regardant de plus près le comportement de ces organisations avant l’attaque et peu de temps après.

    Par exemple, la présence d’une loi qui n’aurait eu que peu de chance de passer avant l’attaque mais qui est vite passée (ou au moins lourdement suggérée) après, est un indice que l’attentat qui tombe à pic est en fait un false flag. La loi du type Patriot Act avait été en réalité rédigée avant le 11 septembre mais n’avait que peu de chance de passer au Congrès en raison du climat politique de l’époque aux US. Après le 11 septembre, le Patriot Act est rapidement passé sans virtuellement aucune discussion et avec la bénédiction du peuple américain.

    En parlant du 11 septembre, c’est un fait qu’au moment de l’attentat, beaucoup d’individus au pouvoir au sein du gouvernement américain voulaient désespérément envahir plusieurs pays du Moyen-Orient. Après les attentats, une psychose guerrière s’est emparée de la classe dirigeante des US et le public américain a suivi sans tarder.

    Après le « Underwear Bombing » (Le terroriste aux sous-vêtements piégés), nous avons vu l’inauguration des scanners corporels de la TSA (agence de sécurité des transports, NdT), technologie qui aurait été acceptée de mauvaise grâce avant l’incident et sa campagne de propagande. Les scanners avaient été pourtant achetés un an auparavant par une firme dont le propriétaire était l’ancien patron de la Homeland Security (département de la sécurité intérieure, NdT), Michael Chertoff.

    Dans le même registre, parlant de la fusillade de LAX (à l’aéroport international de Los Angeles, le 1er novembre 2013, où un employé de la TSA a été tué, NdT), la TSA a acheté en août 2013 pour 3,5 millions de dollars de munitions. Pourtant en août, la TSA n’était pas une agence armée. Après la fusillade de Los Angeles, le discours s’est orienté vers un armement de l’agence, indiquant donc que quelqu’un de haut placé dans la structure du gouvernement avait eu une connaissance préalable de l’événement.
    On peut dire bien sûr la même chose pour l’explosion de fusillades meurtrières par des tireurs fous qui se sont produites dans tous les US accompagnant la propagande qui poussait à des mesures accrues de contrôle des armes.

    5. Questions sans réponse :

    une autre marque de fabrique d’une opération false flag est relativement évidente – la présence de questions sans réponse concernant les détails de l’attaque, les auteurs, le mobile etc. Bien que les récits des médias qui prennent forme peu après l’attaque veulent ignorer ces questions, elles subsisteront inévitablement si les observateurs peuvent réfléchir par eux-mêmes et se concentrer uniquement sur l’information. Un exemple de ces questions serait le bâtiment 7 pour le 11 septembre ou les questions des tireurs supplémentaires à Aurora et à Sandy Hook.

    6. Le dossier est rapidement bouclé :

    une fois le choix fait par les médias d’un bouc-émissaire acceptable et d’un scénario de couverture, toute autre opinion ou question se voit refusée à l’antenne. Tout ce qui pourrait contredire légèrement l’histoire officielle est reconnu illégitime. Ceci fait, le bouc-émissaire, s’il est toujours en vie (dans de rares circonstances) est inculpé, poursuivi et reconnu coupable dans un vague procès à huis clos. Dans la plupart des cas, le suspect est tué dans l’affaire ou peu de temps après, ce qui réduit à néant toute contradiction de première main dans le récit officiel. Quoi qu’il en soit, le dossier est très rapidement bouclé après l’événement.

    7. Lien des suspects avec la CIA, le FBI ou autre agence de renseignements :

    un aspect-clé qui suggère un false flag à rechercher rapidement après l’attaque est une quelconque connexion du suspect ou du groupe de suspects avec des agences de renseignement. Un lien avec l’une de ces organisations et institutions peut rendre difficile une explication sur la manière dont l’attaque a été coordonnée, la motivation des participants, l’implication réelle (ou non) des suspects et l’auteur véritable de l’opération. Par exemple, le 11 septembre, les nombreux pirates de l’air supposés auraient eu de proches contacts avec le FBI, la CIA et autres agences de renseignement de haut niveau (autant intérieures qu’étrangères). De même, les frères Tsarnaev qui ont été accusés de l’organisation de l’attentat de Boston avaient des liens avec le FBI avant l’attaque.

    Dans de nombreux exemples, les connexions à certaines agences et communautés de l’armée devraient autant servir de signal d’alarme que les liens aux agences de renseignement car ces institutions ont été largement mélangées.

    8. Bouc-émissaire commode :

    un indice conduisant un observateur informé à suspecter un attentat false flag est l’existence d’un bouc-émissaire commode. Toute opération de false flag comportera un récit soigneusement ficelé réalisé par le groupe d’individus mis en place pour la diabolisation. L’attentat d’Oklahoma City (1995) avait McVeigh et donc des « extrémistes de droite » et la « milice ». Pour le 11 septembre, le groupe était les musulmans. Dans de nombreuses fusillades à l’intérieur du pays, la diabolisation se faisait sur des propriétaires d’armes. Avec le récent attentat de Los Angeles, « l’auteur » était un « théoricien de la conspiration opposé au gouvernement. » À l’occasion d’un false flag, un « pigeon » facilement identifié montrera tous les aspects du groupe ou du moins la plupart, ainsi que l’environnement démographique social à diaboliser.

    9. Les médias encouragent des récits en défaveur des groupes de bouc-émissaires, et/ou un agenda qui confisque les libertés :

    un indice qui suggère un false flag est qu’immédiatement après l’attentat et après « identification » des auteurs par les « officiels » et les médias, la corporation médiatique commence non seulement à diaboliser le groupe démographique auquel appartient « l’auteur », mais commence aussi à promouvoir des « solutions » pour empêcher qu’une telle attaque ne se reproduise un jour. Ce récit comportera toujours l’érosion des libertés, une plus importante mise en œuvre d’un état policier, une politique économique spécifique ou une marche vers la guerre.

    Dit simplement, les médias mettent en avant le PROBLÈME, autorisent et guident une RÉACTION et ensuite fournissent une SOLUTION déterminée à l’avance.

    10. Le gouvernement commence à « passer à l’action » contre le bouc-émissaire ou s’oriente dans le sens du récit des médias :

    après une saine dose de propagande des médias dominants qui repassent en boucle l’attentat pour entretenir la terreur, montrent l’auteur et présentent les solutions de l’état policier, le gouvernement commence alors à passer à l’action. Des discours politiques sont faits pour capitaliser la peur et l’angoisse ressenties par le public et pour renforcer l’idée que le gouvernement est là pour le protéger. On offre ensuite des solutions sous forme de lois, d’ordres d’exécution ou de mandats politiques, en vue soit d’une réduction du 4ème amendement, un contrôle des armes ou des frappes militaires dans un pays étranger.

    11. Indices dans les médias populaires :

    les indices dans les médias populaires, qu’on peut définir plus précisément de programmation prédictive, sont plus facilement identifiés après coup. Cela implique souvent de mettre en scène un incident qui apparaîtra dans un film ou dans une émission de télévision. Dans d’autres cas, des détails fortuits de l’attaque sont insérés de manière visible ou même moins visible dans des films et à la télévision. Par exemple, le scénario d’un épisode de The Lone Gunman (en français « Au cœur du complot », NdT), une série dérivée de X-Files, montrait un avion piraté par contrôle à distance qu’on envoyait dans les tours du WTC. Dans The Dark Knight Rises (film de 2012, série Batman 3), il y avait une très curieuse référence à Sandy Hook avec une carte de Newtown, Connecticut, sur le mur.

    Conclusion

    Bien qu’il soit extrêmement important d’éduquer le public quant à la nature et au but des false flags, l’éducation ne peut être un but en soi. Le public a besoin non seulement de connaître la vérité autour des événements spécifiquement false flags lorsqu’ils apparaissent, mais il a besoin de comprendre la méthodologie pour les identifier par eux-mêmes et en temps réel.

    Créer une culture où le public est capable de reconnaître une attaque false flag sans recourir à l’aide des sources médiatiques, des chercheurs ou des activistes, est la première étape pour rendre la tactique inutile et rassembler la force des gens vers une action réelle ou en dernier ressort, créer une culture dans laquelle cette force ne peut être rassemblée par la classe dirigeante.

    Bien que devant aborder les attentats false flag, nous ne devons pas nous permettre d’être si facilement détournés d’une voie d’action politique, d’une mobilisation de masse et de formuler de vraies demandes réalisables.

    Liens connexes:
    Attentats de Boston: 18 incohérences majeurs

    La preuve en images que la fusillade de LAX est un HOAX

    Londres: encore une mise en scène?

  8. MDC68 says:

    J’avoue que je ne suis pas très familier avec le concept de « false flag ».

    En général je pars plus tôt du principe qui l’explication la plus simple est la meilleure.

    Concernant l’attentat d’Orlando il est clair que compte tenu de l’armement dont il disposait tuer 50 personnes n’était absolument pas difficile. Cela n’avait rien d’extraordinaire. D’autres ont fait bien pire.

    Les analyses qui en sont faîtes a posteriori, pouvant servir les intérêts de tel ou tel n’ont également rien d’extraordinaire. Chacun peut y voir ce qu’il veut.

    • Pierre says:

      Le raisonnement binaire, c’est l’incapacité de distinguer les différentes subtilités du monde et des situations dans lesquelles on évolue.

      Le raisonnement binaire est d »ailleurs plus une espèce de réflexe qu’un véritable raisonnement.

      Le crétin classera systématiquement tout en blanc ou noir, gentil ou méchant, 0 ou 1… parce qu’il n’a pas la finesse intellectuelle de distinguer tous les états intermédiaires.

      On notera que Hollywood est un gros pourvoyeur de films pour crétins.

      • MDC68 says:

        Personellemement je suis plutôt un adepte de la « Fuzz logic ».

        Mais avec la finesse de votre intelligence je suis sûr que vous n’allez pas tarder à nous démontrer que les habitants d’Alpha du Centaure ont fait le coup.

        Au choix (vous pourrez biffer la mention inutile) l’attentat D’Orlando est une nouvelle opération sous faux drapeau destinée à mettre en place un contrôle strict des armes à feu.
        Ou l’attaque porte la signature des «sionistes»
        Certains incriminent les Illuminati quand d’autres suspectent l’implication d’« acteurs de crise ».

        Petit bréviaire du complotiste :

        1-Derrière chaque événement un organisateur caché tu inventeras

        2-Des signes du complot partout tu verras (surtout USA d’ailleurs la Russie semble épargnée)

        3-L’esprit critique tu auras… mais pas pour tout
        4-Le vrai et le faux tu mélangeras
        5-Le « millefeuille argumentatif » tu pratiqueras
        6-La charge de la preuve tu inverseras
        7-La cohérence tu oublieras

  9. Pierre says:

    epreneur
    Par GPD le 14 Juin 2016

    Orlando ISIS Shooter étroitement lié au gouvernement américain:
    Ex-CIA Entrepreneur
    Omar Mateen, le suspect dans la boîte de nuit tir Orlando, était très étroitement lié au gouvernement américain, qui est en train de commettre des crimes sur le sol américain en utilisant leurs propres agents, selon Steven D Kelley, un ancien entrepreneur NSA / CIA.

    Mateen, armé d’armes d’assaut, ont pris d’assaut le pouls du Club le dimanche, tuant 49 personnes et blessé 53 autres au club gay, marquant la pire fusillade jamais masse dans l’histoire des États-Unis.
    Le suspect, identifié par les médias américains comme un Daesh (ISIS / ISIL) sympathisant présumé, est un citoyen américain d’origine afghane de Port St. Lucie, en Floride.

    « La taille de l’événement et les types des victimes ou les joueurs donnent à penser que l’ordre du jour qui est abordée ici est très grand, il devient très large », a déclaré Kelley Press TV lundi.

    « L’administration actuelle, qui va être sur son chemin et probablement remplacé par Donald Trump, si on n’assassiné très bientôt, a besoin d’avoir toutes les armes retirées des États-Unis, » at-il déclaré.

    «Cet événement a été clairement qu’un autre événement de faux drapeau. L’individu qui a été désigné comme le tireur est clairement très étroitement lié au gouvernement américain tout le chemin jusqu’à sa famille, et il y a une longue histoire d’engagement avec les organismes gouvernementaux de chaque côté de différentes questions « , l’analyste a noté.

    « Le fait qu’un club pour les homosexuels a été la cible de cette attaque est clairement destiné à produire une grande quantité d’effet émotionnel.
    Les victimes ou victimes potentielles, ou la situation démographique qui a été attaqué ici est clairement celui qui Obama tente de promouvoir en tant que démographique important », at-il déclaré.

    « Donc, en les utilisant comme la cible d’un présumé attaque bidon ISIS [Daesh] est naturel, parce que cela est destiné à générer une réponse émotionnelle autant que possible », a fait valoir Kelley.

    « S’ils aimeraient suggérer que ceci est en quelque sorte ISIS opérant dans le Royaume-satés, il n’y a rien qui pourrait dire que ce n’est pas vrai parce que nous savons que ISIS est un groupe complètement fabriqué par la CIA et divers organismes gouvernementaux, » at-il opiné .
    « Donc, il n’y a rien du tout surprenant que le gouvernement américain serait en mesure de fonctionner et de commettre des crimes sur le sol américain en utilisant leurs propres agents», at-il déclaré.

    Le groupe ISIS Takfiri, qui a été initialement créé et financé par les États-Unis et ses alliés régionaux pour déstabiliser la région du Moyen-Orient, en particulier la Syrie, aurait revendiqué la responsabilité de la fusillade Orlando, a rapporté Press TV.

  10. Pierre says:

    Témoins Décrire Gunmen multiples à Orlando Tir False Flag

    Posté le 14 Juin, 2016
    par Baxter Dmitry
    dans Nouvelles , États – Unis

     
    La poussière est à peine installé sur le tournage Orlando, mais déjà il est clair qu’il est un grand public médias couvrent jusqu’à nier le fait qu’il y avait plusieurs hommes armés coordonnés impliqués dans l’attaque, en montrant à l’événement étant un travail intérieur par les agences de sécurité plutôt que le travail d’un loup solitaire.

    Un Post Facebook cité aujourd’hui un survivant de l’attaque en disant  » Il y a des éléments d’information que les médias ne nous disent pas.
    Il y avait deux autres qui se trouvaient dans le club abattage des gens la nuit dernière qui ne sont pas pris.  »

    Le témoignage de ce survivant corrobore les premiers rapports des médias traditionnels de plusieurs hommes armés.

    Palm Beach Post , une nouvelles sortie Flordia, cité un autre survivant, Janiel Gonzalez, réclame également qu’il y avait plus d’un attaquant.

     » Je suis assez sûr qu’il était plus d’une personne. J’ai entendu deux canons allant dans le même temps. Il était très, très fou.  »

     » Cinquante personnes ont essayé de sauter par- dessus les uns des autres en essayant de quitter l’endroit. Il y avait un gars tenant la porte et ne pas nous laisser sortir. Il est comme «Restez à l’ intérieur, rester à l’ intérieur. » Comme il est dit que, le tireur ne cesse de se rapprocher de plus en plus et le bruit des balles est de se rapprocher. Tout le monde commence à paniquer. Les gens sont piétinés. Laissez – nous sortir, laissez – nous! ‘ ‘ ‘

    Lorsque ce survivant a parlé à un canal de nouvelles de télévision grand public, ils lui coupent l’air quand il a commencé à dire qu’il y avait un homme tenant la porte, le piégeage des gens à l’intérieur du club.


    La question du dormeur ici est l’obstacle logistique de la façon dont un homme armé pouvait tirer tant de gens. Si vous regardez le café tir Tel Aviv vous voyez à quelle vitesse les gens courent lorsque la fusillade commence. Avec autant de cibles mobiles les deux tireurs à Tel Aviv concentrés sur les victimes placard pour eux, et après un tout le monde quelques secondes avait disparu.

    Et puis il y a la question de savoir comment un homme aurait pu tenir un tel grand otage groupe. Vous pourriez vous attendre, il aurait fallu une équipe de 3 ou 4 hommes au moins.

    Et bien que les autorités américaines affirment que Omar Mateen a promis allégeance à ISIS »au milieu de l’attaque, » la famille de Mateen ont été surpris de l’affirmation selon laquelle il avait un lien avec un groupe terroriste radical. En fait, ils ont dit qu’il était pas particulièrement religieux. Son ex-femme a également dit qu’elle a vu aucun signe de radicalisation quand elle était avec lui.

    Certains ont demandé pourquoi Mateen posé dans plusieurs selfies portant des vêtements portant les insignes de la police de New York (NYPD). Bien que le NYPD a nié toute relation avec le tireur, l’employeur de Mateen, G4S , a quelques liens intéressants à des événements terroristes précédents. Ils bénéficient même du terrorisme, et transportent des immigrants illégaux dans les États – Unis.

    Mateen a travaillé pour la société britannique G4S depuis 2007. Pendant tout ce temps, G4S a été ce que les gens peuvent appeler un, des opérations spéciales tenue militaire privée. Il est dit trois fois la taille de l’armée britannique . En 2012, un employé de G4S a été chargé de faire une alerte à la bombe aux Jeux olympiques . Bombe menaces similaires ont été connectés à G4S en 2013 et le mois dernier.

    Auparavant appelé Securicor, G4S a assuré la sécurité à tous les trois aéroports touchés par les attaques de 9/11. Securicor / G4S avait acheté Argenbright sécurité -les aéroports 9/11 fermes-seulement la sécurité neuf mois avant les attaques de 9/11.

    La société a ensuite couru opérations à Guantanamo Bay .

    Ces faits suggèrent que tous les aspects de l’attaque, y compris les rapports initiaux de deux suspects dans la fusillade et que quelqu’un tenait la porte fermée pour empêcher les gens de fuir, pointez sur le fait que le tir de boîte de nuit a été un événement de faux drapeau exploité par les services de sécurité.

    US Attorney Lee Bentley a déclaré que les autorités continuent d’enquêter sur la fusillade d’Orlando et sont à la recherche d’autres personnes qui pourraient avoir été impliqués.

    Il a dit:  » Nous avons collecté une grande quantité de preuves électroniques et physiques, et il y a une enquête criminelle en cours qui est encore dans les premiers stades.  »

    Étant donné les liens entre Mateen et son employeur au terrorisme, il serait sage d’envisager la possibilité que la fusillade Orlando était plus que la simple attaque de loup solitaire, on nous dit qu’il était.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com